Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34RecensionsTauran, Jean-Louis, Je crois en l...

Recensions

Tauran, Jean-Louis, Je crois en l’homme. « Les religions font partie de la solution, pas du problème»

Emilio G. Platti
p. 394-398
Référence(s) :

Tauran, Jean-Louis, Je crois en l’homme. « Les religions font partie de la solution, pas du problème». « Les religions font partie de la solution, pas du problème», Paris, Bayard, 2016, 1 vol., 342 p.

Texte intégral

  • 1 Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, Dialogue dans la vérité et la charité. Orientat (...)

1Cet ouvrage est « le premier », mais aussi le seul livre édité par le cardinal Jean-Louis Tauran (décédé le jeudi 5 juillet 2018). Il contient un ensemble de quarante-deux contributions qui sont autant d’allocutions qu’il a prononcées de par le monde en tant que président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, exprimant les fondements chrétiens du dialogue interreligieux. Cela nous donne l’occasion de préciser la théologie qui est à la base du titre, qui est assez étonnant d’ailleurs pour certains, il faut le dire. Car n’est-ce pas Dieu qui est l’objet de la foi du chrétien ? D’autant plus que c’est en tant que responsable du Conseil pontifical que le cardinal prit la parole de 2007 à 2015, l’année des derniers textes réunis ici, portant le titre « De la peur à la confiance » (Parlement européen, 29 octobre), « Entre peur et dialogue » (Rome, 17 novembre). À la lecture des textes de cet ouvrage, il faudra ajouter Les Orientations pastorales pour le dialogue interreligieux, éditées à Rome sous sa ­responsabilité le 19 mai 2014, Dialogue dans la vérité et la charité1.

  • 2 Tauran, Jean-Louis, « Il dialogo interreligioso : una sfida, o un’occasione da cogliere? », dans Že (...)

2Pour compléter l’ensemble, nous mentionnons aussi les toutes dernières contributions du cardinal, « Il dialogo interreligioso: una sfida e certezze » : intervention orale de son éminence au symposium « Patrimoine arabe-chrétien et dialogue islamo-chrétien », en honneur du père Samir Khalil Samir S.J., le 25 mai 2018 (mise à jour 10/07/2018) ; ainsi que sa contribution au volume qui fut offert au père Samir ce même jour : « Il dialogo interreligioso: una sfida, o un’occasione da cogliere? »2. On remarquera à ce propos qu’en ces jours où la défense des particularismes est un défi qui met souvent en cause l’accueil fraternel de l’homme en détresse, le dialogue à tout niveau, religieux, mais aussi politique et social, est lui-même mis en difficulté.

3La position première du cardinal se lit dans le sous-titre qui, pour lui, est la conséquence même de ce qu’un chrétien croit par rapport à l’homme, l’être humain : « Les religions font partie de la solution, pas du problème », un thème qui est repris aux pages 261-266 : « Juifs, chrétiens et musulmans, professons que toute personne possède une dignité inaliénable qui vient de Dieu, que nous tous, hommes et femmes vivant sur cette terre, constituons une famille humaine et qu’il existe donc un bien universel ! » Ces croyants font partie d’un monde où ils « sont des citoyens de ce monde et non des demandeurs d’asile » (p. 267). On pourrait s’imaginer que cette phrase n’implique pas vraiment le pluralisme, mais un certain particularisme, puisqu’il s’agit des croyants. On devrait donc les insérer dans un groupe particulier, tel qu’on le fait pour diverses identités ethniques, idéologiques ou sociales. Ce n’est pas le cas, puisque c’est le statut lui-même de l’être humain, dans son universalité, qui est dignifié ; de sorte que « la religion ne doit pas être transformée en facteur de mobilisation. Lorsque la religion finit par se confondre avec le groupe, ou assume une fonction politique, elle devient ethnique et perd sa fonction d’universalité : on passe de l’ethos à l’ethnos » (p. 264). Pour le cardinal, on doit éviter cette attitude, tout autant que d’utiliser la religion « comme un levier de pouvoir ». Car en tant que tel, le religieux devient vite vecteur de légitimation de la violence. « On ne peut tuer au nom de Dieu » ; ce qui lui fait rejeter « des actes terroristes d’inspiration religieuse, perpétrés par une minorité d’adeptes d’une religion fourvoyée : l’islam » (p. 263). Le terrorisme, en effet, est une forme pervertie de l’islam, alors qu’il est évident pour le cardinal qu’on ne peut d’aucune façon identifier islam et terrorisme (p. 27).

4Il est donc clair, par ce contexte, que le pluralisme concernant la dignité ­humaine a ses limites. Il y a de l’intolérable ; ce qui met en danger le sens même du religieux : la dignité de l’homme. Une « religion fourvoyée » peut en être ! L’exclusivisme nationaliste et social tout autant ! Alors que justement, on doit pouvoir respecter les cultures particulières et ne pas exclure la diversité et la pluralité. Si la source et le destin salutaire de l’humain sont dans les mains d’un unique Dieu, « nous marchons tous à la rencontre de Dieu, avec nos spécificités » (p. 15). Ce qui fait que tous ces chercheurs de Dieu ont la même dignité. Il s’ensuit que la religion ne peut être un drapeau identitaire qui rassemble et s’installe en face d’autres identités particulières, et donc exclut : « O ci parliamo o ci facciamo la guerra! » La religion ne peut exclure par particularisme, car tout homme « porte l’image de Dieu » ! (p. 272).

5C’est cette idée de la dignité universelle de l’homme qui est le fondement même de cette théologie, qu’on retrouve une fois de plus dans la dernière conférence faite à Rome : « Bisogna educare al rispetto della vita altrui, della sua innata dignità e dei suoi diritti inalienabili e inviolabili. » Ce qui unit universellement les êtres humains, ce sont leurs origines – « Dieu est le créateur de tous les êtres humains. Il a créé chacun de nous à son image et selon sa ressemblance (Gn. 1, 26). Il est le père de tous. En effet, les peuples forment ‘une seule communauté’ » (Dialogue, § 17) ‒ mais aussi son ­destin – « car Dieu veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité (1 Tm. 2, 4) » (Dialogue, § 23).

6Si le cardinal peut affirmer croire en l’homme, c’est justement parce que le Christ nous a pleinement révélé son statut exceptionnel : « Image de Dieu » ! Si la vie humaine est dirigée par son destin salutaire que révèle pleinement le Christ dans sa vie et sa résurrection, le parcours de la vie n’est pas défini pour autant par un mode spécifique, une šarīʿa, mais par la lumière du Christ qui donne sens et qui resplendit aussi dans tout le positif qui existe dans les religions : « Grâce au dialogue l’Église entend découvrir les ‘semences du Verbe’, les rayons de vérité qui illumine tous les hommes » (p. 32). « Dieu est à l’œuvre dans le cœur des croyants des autres religions, comme Il l’est en chaque personne humaine » (p. 184). Et c’est dans ce cadre que se situe la liberté : « Dieu a créé l’homme librement et sa liberté a pour objet la Vérité ; la liberté humaine est tournée vers le bien, vers Dieu » (p. 252). Si le Christ révèle pleinement ce destin de l’homme, il y a dans les traditions religieuses non-chrétiennes « des éléments de vérité et de grâce », « des semences du Verbe » et « un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes », car l’Esprit-Saint lui-même est à l’œuvre dans le cœur de chaque personne » (Dialogue, § 19), des expressions qu’on retrouve souvent dans cet ouvrage.

7En guise de réflexion, je voudrais revenir sur deux thèmes qui surgissent en arrière-fonds de ce que défend le cardinal avec ardeur : le statut lui-même du concept d’humanité et le pluralisme sotériologique.

  • 3 Platti, Emilio, « Les “Logiciens al-Maniqiyyûn”, le particulier et l’universel », dans Željko Paša (...)
  • 4 Friday, John, “Discerning Criteria of Religious Experience in Theology of Interreligious Dialogue. (...)

8Comme nous l’avons déjà indiqué, cette théologie « humaniste » se heurte aujourd’hui au retour des particularismes. Le concept lui-même de « l’être humain » est en question. L’universalité des Droits de l’homme est bafouée en de nombreux endroits de ce monde. N’est-ce pas, comme l’affirmaient déjà des médiévaux nominalistes3, une abstraction mentale de parler de « l’homme », qui ne correspond aucunement à une réalité extra-mentale ? Ne sommes-nous pas tous reconnaissables par nos seuls particularismes ? Mahmoud que je rencontre par hasard dans la rue, n’est-il pas avant tout « un musulman » que j’apprendrai ensuite à connaître comme un garçon pieux, ou plutôt comme nationaliste égyptien, ou fortement attiré par le « paradis de l’Europe » où il voudrait émigrer ? Ibn Taymiyya (m. 1328 à Damas), n’a-t-il pas déjà en son temps enfoncé le clou de la seule particularité réellement existante, en face de laquelle il prônait la vraie nature de l’homme réalisée par l’obéissance à la Loi de Dieu ? Pour ses épigones contemporains, la nature de l’homme et ses droits universels se définissent par un mode de vie parfaitement conforme à la šarīʿa. N’est-ce pas la seule universalité qu’on peut attribuer à l’homme ? Le cardinal n’y répond pas directement, mais il parle de fanatisme, de fondamentalisme et de terrorisme, qui « ont été ou sont encore associés à une forme pervertie de l’Islam » ; termes auxquels il faut ajouter, qu’il « ne s’agit pas, bien sûr, du véritable Islam » (p. 43). L’universalité du destin salutaire de l’homme n’est pas en cause, mais la manière pour y arriver est pervertie par le particularisme violent et exclusiviste qui la caractérise et qui met à mal la dignité et la liberté de l’être humain elles-mêmes. Car le cardinal Tauran ne met pas en doute l’unique fondement du destin universel de l’humain : « Il existe donc un bien universel » (p. 266). La foi religieuse en l’homme est la seule base d’universalité qui n’anéantit pas la diversité des cultures et des chemins empruntés par l’homme. Si le cardinal croit en l’homme, c’est précisément parce qu’il y voit la noblesse de Dieu, qu’a dévoilée pleinement la vie et la résurrection du Christ. On pourrait, à ce point, se demander s’il n’y a pas, au-delà de la diversité des religions, des indications de l’existence de certains éléments communs dans les expériences religieuses diverses de par le monde et dans l’histoire ; ce qui pourrait éventuellement indiquer que « a religious experience finds common expression across a diversity of religious traditions »4. Ce serait en effet l’indication de l’existence des « semences du Verbe » et de l’action de l’Esprit-Saint dans le cœur de chaque personne…

  • 5 De Vaulx d’Arcy, Guillaume, « “Nul ne sera sauvé si tous ne le sontˮ. Le complémentarisme des Iwān (...)
  • 6 Platti, Emilio, « Les thèses des philosophes rejetées par Ghazālī, telles que les présente Yaḥyā Ib (...)

9Le questionnement du particulier et de l’universel se retrouve actuellement aussi sous une autre forme : l’universalité de la vocation au salut de l’homme implique-t-elle aussi l’universalité effective du salut de l’au-delà ? C’est une question qui, elle aussi, apparaît déjà au Moyen Âge. Ainsi, dans sa contribution au volume 33 du Midéo, Guillaume de Vaulx d’Arcy présente une position théologique pluraliste extrême qu’il attribue aux Frères de la pureté : « Nul ne sera sauvé si tous ne le sont »5. Un jugement sévère de Dieu qui exclurait du salut certains pécheurs, serait-il encore conforme à la miséricorde de Dieu ? Tel que le prophète de l’islam au jugement dernier rassemble ses ouailles, le Christ ne rassemblerait-il pas tous les hommes pour leur salut ? La position du cardinal implique-t-elle un tel universalisme sotériologique ? Le chrétien laisse à Dieu le soin de juger. C’est d’ailleurs la position des responsables de l’Azhar de dire que celui qui prononce la profession de foi ne peut être jugé par l’homme : le jugement appartient à Dieu. Le cardinal universalise ce principe en parlant de la dignité foncière de tout être humain dont la dignité doit être maintenue. Et le Vatican avance désormais que la peine de mort est une atteinte à cette dignité. Mais les auteurs de l’Holocauste et d’autres massacres qui ont eu comme but de réduire à néant la dignité même de peuplades entières, se pourrait-il qu’ils restent impunis ? Et quant aux péchés majeurs perpétrés par l’individu, oublierait-on à ce sujet la fin de Don Giovanni dans la célèbre finale de l’opéra de Mozart ? Tout en gardant l’attribution du jugement final à Dieu, on pourrait plutôt se référer à la réponse d’un chrétien de Bagdad, Yaḥyā Ibn ʿAdī (m. 363/974), se demandant si Dieu pouvait avoir créé le feu de l’enfer, qui par essence est totalement mauvais, lieu de perdition ; de sorte que sa création ne serait pas en conformité avec la bonté et la miséricorde de Dieu. Pour Yaḥyā, cet enfer n’est pas quelque chose qui existe en soi. Les souffrances, ce sont les criminels eux-mêmes qui se les infligent, en sont la cause et les font exister. Ce qui fait exister l’enfer en tant que lieu de perdition, ce n’est donc pas Dieu, mais « ce sont leurs agissements vicieux qui entraînent nécessairement que l’enfer s’empare d’eux6 ». C’est Don Giovanni qui se voit confronté, un peu tard, à l’aspect infernal de ses actes auxquels il persistait de s’identifier, même devant le Commendatore assassiné…

Haut de page

Notes

1 Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, Dialogue dans la vérité et la charité. Orientations pour le dialogue interreligieux, Rome, Libreria Editrice Vaticana, 19 mai 2014.

http://www.pcinterreligious.org/uploads/pdfs/Dialogue_dans_la_verite_et_la_charite_-_French.pdf, consulté le 17 juillet 2018.

2 Tauran, Jean-Louis, « Il dialogo interreligioso : una sfida, o un’occasione da cogliere? », dans Željko Paša (éd.), Between the Cross and the Crescent, coll. Orientalia Christiana Analecta 304, Rome, Pontificio Istituto Orientale, 2018, p. 563-571.

3 Platti, Emilio, « Les “Logiciens al-Maniqiyyûn”, le particulier et l’universel », dans Željko Paša (éd.), Between the Cross and the Crescent, Studies in Honor of Samir Khalil Samir, S.J., on the Occasion of his Eightieth Birthday, Rome, OCA 304, 2018, p. 643-658.

4 Friday, John, “Discerning Criteria of Religious Experience in Theology of Interreligious Dialogue. Insights from William James ans Bernard Lonergan”, dans Terrence Merrigan & John Friday (éd.), The Past, Present, and Future of Theologies of Interreligious Dialogue, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 95-110.

5 De Vaulx d’Arcy, Guillaume, « “Nul ne sera sauvé si tous ne le sontˮ. Le complémentarisme des Iwān al-afā. Contribution à la théologie des religions », dans Midéo 33, 2018, p. 137-180.

6 Platti, Emilio, « Les thèses des philosophes rejetées par Ghazālī, telles que les présente Yaḥyā Ibn ‘Adī (+ 974) », dans Midéo 30, 2014, p. 88.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilio G. Platti, « Tauran, Jean-Louis, Je crois en l’homme. « Les religions font partie de la solution, pas du problème» »MIDÉO, 34 | 2019, 394-398.

Référence électronique

Emilio G. Platti, « Tauran, Jean-Louis, Je crois en l’homme. « Les religions font partie de la solution, pas du problème» »MIDÉO [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 10 juin 2019, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mideo/4671

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
  • Logo Institut dominicain d'études orientales - IDEO
  • Logo Institut français d'archéologie orientale - IFAO
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search