Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Dossier – Les interactions entre ...L’intérêt d’Andrea Alpago (m. 152...

Dossier – Les interactions entre šīʿites imāmites et chrétiens

L’intérêt d’Andrea Alpago (m. 1521 ou 1522) pour le Shah Ismāʿīl Ier et les doctrines du šīʿisme duodécimain

Raphaela Veit
p. 47-64

Résumés

Au tournant des xve et xvie siècles, Andrea Alpago vécut pendant environ trente ans en Syrie au service des Vénitiens. Officiellement, il occupa le poste de médecin à l’ambassade de Venise à Damas, mais plus largement il travailla en tant que commerçant et espion non seulement pour la Serenissima, mais aussi pour son propre compte. Alpago est considéré comme l’un des derniers grands traducteurs de l’arabe au latin, surtout renommé en raison de sa version latine du Canon de la médecine d’Avicenne. Les divers textes écrits par Alpago offrent une occasion unique pour l’examen des interactions entre šīʿites duodécimains et chrétiens au début du xve siècle. Selon le caractère différent des textes (lettres politiques, commentaires sur des traités philosophiques d’Avicenne), il sera instructif de voir comment Alpago se positionna en tant qu’écrivain et dans quelle mesure sa propre attitude envers le šīʿisme duodécimain transparaît.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Des informations de base sur Alpago sont données dans la monographie de Lucchetta, Il medico ainsi (...)

1Andrea Alpago est considéré comme le dernier traducteur important de textes scientifiques de l’arabe au latin. La renommée d’Alpago, qui travailla comme médecin à l’ambassade vénitienne à Damas pendant trente ans au tournant des xve et xvie siècles, se base sur la révision de la version latine du Canon de la médecine d’Avicenne (Ibn Sīnā, m. 428/1037), établie au xiie siècle par Gérard de Crémone1.

  • 2 Avicenna, Avicennae philosophi. Une vue d’ensemble de ces textes est donnée par Veit, « Le Canon d’ (...)
  • 3 Les lettres d’Alpago aux amis et aux autorités de Venise, rédigées entre 1504 et 1514, sont publiée (...)

2Outre ses corrections apportées à l’ouvrage médical majeur d’Avicenne, Alpago présenta aussi les premières traductions de l’arabe au latin de quelques courts traités d’Avicenne sur l’âme qui jusque-là étaient inconnus en Europe. Ils furent publiés par la maison Iuntas à Venise en 1546. Alpago fournit ces traductions avec des commentaires assez étendus2. À cela, il convient de citer ses lettres en langue italienne avec un contenu principalement économique et politique, écrites en Orient et destinées à des nobles vénitiens3.

  • 4 Veit, « Der Arzt Andrea Alpago » ; Lucchetta, Il medico, p. 16-47 ; pour des informations biographi (...)
  • 5 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 358.

3Alpago tira ses informations à la fois de l’excellente mise en réseau avec les hautes sphères politiques et sociales de Damas, et des contacts commerciaux, tels que les caravanes commerciales en provenance de l’Inde, de l’Irak, de l’Arabie ou de l’Égypte vers Damas. Il travailla en tant que commerçant et espion non seulement pour la Serenissima, mais aussi pour son propre compte. À plusieurs reprises, Alpago souligna son amitié avec Ibn Makkī, qui était à la tête des médecins de Damas et qui, semble-t-il, aurait adopté le šīʿisme en secret4. De plus, Alpago avait un ami qui était proche du seigneur du Damas, ce qui lui permit d’écouter la lecture des courriers diplomatiques5.

Les informations d’Alpago sur le šīʿisme duodécimain

4Dans son œuvre, Alpago n’exposa pas une présentation systématique du šīʿisme duodécimain, mais donna plutôt des informations sur les šīʿites par association, c’est-à-dire qu’il offrait, lorsque le contexte s’y prêtait, des informations courtes, quelques détails sur tel ou tel point. C’est le cas tant dans ses lettres que dans ses commentaires sur ses traductions latines de quelques petits traités philosophiques d’Avicenne.

  • 6 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 356 : hanno al Soldan dimostrato in scriptura uno arboro de la pr (...)
  • 7 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 109r (sic ‒ foliation incorrecte pour 107r) : Ali (...)
  • 8 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 111v (sic ‒ foliation incorrecte pour 109v) : Et (...)
  • 9 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 112r : Et quaedam secta Maumethanorum nominata Su (...)
  • 10 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 113r : Maumethani vero Suffi.
  • 11 Avicenna, Avicennae philosophi... De diffinitionibus, fol. 124v (note en marge) : aliqui maumethani (...)
  • 12 Sanuto, I Diarii, vol. 11, col. 477, 479 ; vol. 15, col. 355-358 ; on y trouve également l’orthogra (...)
  • 13 Sanuto, I Diarii, vol. 6, col. 58 ; vol. 11, col. 477 ; vol. 15, col. 357-358 ; vol. 18, col. 394-3 (...)
  • 14 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 112r.
  • 15 Newman, Safavid Iran, p. 13-24.

5Dans les lettres d’Alpago, les šīʿites ne sont pas explicitement mentionnés en tant que tels, mais en 1512, Alpago fait référence à un faux arbre généalogique identifiant le Shah Ismāʿīl comme le descendant direct de ʿAlī, le gendre du Prophète Muḥammad et le premier Imām des šīʿites. Dans le même contexte, Alpago rapporte que le Shah Ismāʿīl, ses partisans et ses sujets furent maudits en tant qu’hérétiques dans les cercles autour du sultan mamelouk du Caire6. Dans ses commentaires, cependant, Alpago distingue clairement les šīʿites des autres musulmans. Il les présente comme « quelques-uns appelés Suffi par les Arabes7  », « les Arabes Suphi8 », « une certaine secte des musulmans nommée Suffi9 », « les musulmans Suffi10  », ou « quelques musulmans de la secte Sophi11 ». Les termes Suffi/Suphi ou Sophi sont certainement liés à la dénomination du Shah Ismāʿīl qui, par Alpago et d’autres écrivains européens, fut nommé Suphì/Suffì12 ou Sophì/Soffì13. Dans un des commentaires d’Alpago, le Shah Ismāʿīl est présenté comme magnus rex Persiae nominatus Ismael Suffi14. Il n’est pas clair si Suffi ou Soffi doit être lu comme venant de ūfī, c’est-à-dire comme mystique musulman avec une référence à l’ordre derviche azerbaïdjanais à la tête duquel Ismāʿīl, à l’âge de seulement quinze ans, fut proclamé roi des rois (šāhān-šāh) en 1501. Il semble moins vraisemblable, cependant, que ce terme soit dérivé du nom de la famille des Safavides à laquelle appartenait le Shah Ismāʿīl15.

Les šīʿites dans les lettres d’Alpago

  • 16 À propos de M. Sanuto, voir Neerfeld, Historia, p. 27-43, ainsi que Viallon-Schoneveld, « Infortune (...)
  • 17 Sanuto, I Diarii, vol. 6, col. 57-58 (Lettre 1 de 1504) ; vol. 11, col. 477-480 (Lettre 2 de 1510)  (...)

6Des lettres d’Alpago à Venise, seulement six furent conservées, parfois seulement partiellement. Elles furent publiées dans les Diarii de Marino Sanuto (1466-1536 [1535?]), la collection de sources célèbre de l’homme de lettres vénitien, bibliothécaire, historien, homme politique et journaliste16. La première lettre d’Alpago date de 1504, la suivante, six ans plus tard, de 1510, et la troisième, encore deux ans plus tard, de 1512. Finalement, trois lettres datent de l’année 151417. Dans ses lettres, Alpago rend compte des événements économiques et politiques sous une forme sobre et factuelle, adaptée au caractère officiel des lettres mais sans cacher sa sympathie pour les šīʿites et en particulier pour le Shah Ismāʿīl Ier (r. 907/1501-930/1524), fondateur de la dynastie des Safavides, qui rendit obligatoire l’adoption du šīʿisme duodécimain par la population de l’Iran.

7Dans les lettres d’Alpago, des informations détaillées sur des questions économiques et politiques se chevauchent régulièrement, lorsque, par exemple, les caravanes commerciales échangent non seulement des biens, mais aussi des informations politiques. À cause notamment d’écarts temporels parfois importants entre les lettres conservées d’Alpago, celles-ci n’offrent pas tant une représentation cohérente des événements qu’elles ne jettent des coups de projecteur sur l’environnement d’Alpago, comme quelques exemples peuvent l’illustrer.

  • 18 Sanuto, I Diarii, vol. 6, col. 57-58.

8En 1504, Alpago décrivit une caravane de soie somptueuse qui, sur le chemin de Bagdad en Iran, s’arrêta à Alep. Alpago raconte que les commerçants sur place profitèrent de l’occasion pour vendre aux marchands de soie des tissus rouges de la production vénitienne qu’ils avaient fait venir de Venise, sachant que le Shah Ismāʿīl s’intéressait beaucoup à ces tissus. Par ailleurs, les marchands et les compagnons de la caravane venant de Bagdad firent mention du grand succès militaire du Shah, qui fit tomber le seigneur de Bagdad dans une grande peur : le Shah Ismāʿīl avait conquis de vastes zones s’étendant sur trois jours depuis Bagdad. Tout le monde supposait que le soi-disant Sophì, puisqu’il était un grande signor, annexait facilement et rapidement à son royaume non seulement Bagdad mais aussi tous les pays voisins de l’Inde, finalement aussi Damas18.

  • 19 Sanuto, I Diarii, vol. 11, col. 477-480 ; pour plus de détails, voir Lucchetta, Il medico, p. 21, e (...)
  • 20 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 358.

9Six ans plus tard, en 1510, Alpago écrivit des rumeurs sur les préparatifs de guerre du Shah Ismāʿīl contre les Ottomans19, et en 1512, il donna plus de détails sur l’expansion turque et ses implications pour le Shah, parce que la menace turque ne cessait de croître20.

  • 21 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 355-358, 356 : ... tutti di questa terra dicono che mai da la Persi (...)

10Dans sa lettre de 1512, Alpago s’extasia aussi à propos d’une magnifique délégation de haut rang envoyée par Ismāʿīl au Sultan mamelouk du Caire qui, sur le chemin du retour, faisait escale à Damas avec environ deux cents chevaux dont les cavaliers étaient vêtus de soie ou de brocart d’or. Jamais auparavant une si belle ambassade n’avait été envoyée de la Perse au Sultan du Caire21.

11Ces exemples montrent clairement l’intérêt manifesté par Alpago pour le Shah Ismāʿīl qui, au début du xvie siècle, luttait contre les Ottomans pour la suprématie en Syrie, qui était alors sous la suzeraineté des Mamelouks. Dans la structure du pouvoir mamelouk-persan-ottoman, Alpago décrit surtout ses expériences à l’égard du Shah Ismāʿīl, les Mamelouks, comme les Ottomans, n’occupant souvent que l’arrière-plan.

12Pour assurer un pouvoir central important, surtout contre les Ottomans, Ismāʿīl déploya un jeu compliqué d’intrigues et d’alliances ; Alpago nous en informe à plusieurs reprises et dans des contextes différents.

  • 22 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 357 : A la qual proposta grandissima, se dize che lo Soldan humelme (...)
  • 23 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 357-358.

13La délégation du Shah Ismāʿīl au Sultan mamelouk en 1512, précédemment évoquée, suscita non seulement l’émerveillement devant la splendeur de ce qui était présenté mais fut aussi l’occasion de découvertes intéressantes. Bien que les messages des émissaires perses devaient être gardés secrets, Alpago – grâce à ses hommes de contact – put apprendre que, derrière cette mission, se cachait le désir du Shah Ismāʿīl de gagner la souveraineté sur La Mecque, la Syrie et l’Égypte, régions alors contrôlées par les Mamelouks. À ce propos, selon Alpago, la délégation d’Ismāʿīl présenta un faux arbre généalogique pour démontrer sa descendance directe à ʿAlī, gendre du Prophète, ce qui permettait de souligner que le règne des Mamelouks était usurpé. Pour cette raison, le Sultan mamelouk du Caire fut accusé d’avoir violé la loi islamique. Cependant, ce dernier réagit avec calme, déclarant qu’il voulait tenir son territoire aussi longtemps que cela plaisait à Dieu, et s’il plaisait à Dieu de rendre ces régions au Soffi, lui, le Sultan, serait satisfait de faire ce qui plairait à Dieu. Alpago ajouta que la délégation perse dut faire face à une réelle hostilité car le Shah Ismāʿīl de confession šīʿite était considéré comme hérétique22. À la vue de la menace ottomane, Alpago conclut sa lettre par des explications relatives à une intrigue diplomatique peu réussie où Ismāʿīl avait voulu affaiblir les Ottomans mais qui finalement conduisit à une convergence des Ottomans aux souverains Mamelouks d’Alep, de Damas et du Caire23.

  • 24 Sanuto, I Diarii, vol. 18, col. 155 ; voir aussi Veit, « Andrea Alpago », p. 462.
  • 25 Sanuto, I Diarii, vol. 18, col. 393-395, 394.

14Dans sa lettre du 23 janvier 1514, Alpago parla des Mamelouks et de l’expansion portugaise en Inde sans cependant mentionner le Shah Ismāʿīl24. Mais le 10 mars 1514, Alpago rapporta un changement de politique du côté du Shah qui, en ce temps-là, concentrait toutes ses forces contre les Ottomans. Dans ce contexte, Ismāʿīl essaya de créer une alliance avec le Sultan mamelouk à l’aide d’un contrat de mariage. Cette perspective était en tout conforme aux intérêts des Vénitiens, qui entretenaient des relations commerciales excellentes avec les Mamelouks et considéraient les Ottomans comme une menace pour leur position dans la Méditerranée orientale. Dans cette lettre Alpago déclare ouvertement sa sympathie pour le souverain safavide, tant pour sa liberalità et iustitia que pour le grand nombre de valentissimi homeni qui étaient attirés par lui. De plus, Alpago nous informe sur l’expansion portugaise en Inde et le désir d’Ismāʿīl de faire alliance avec eux25.

  • 26 Au sujet des Portugais, voir surtout les lettres d’Alpago datant de 1510 (Sanuto, I Diarii, vol. 9, (...)
  • 27 Sanuto, I Diarii, vol. 11, col. 477-480, 480.

15Face à la menace ottomane, Ismāʿīl écrivit aussi des lettres secrètes aux souverains européens afin de s’allier avec eux contre la menace turque en Occident. Nonobstant ces contacts diplomatiques entretenus par Ismāʿīl avec les rois de France et de Hongrie et également avec l’empereur allemand Charles V, il ne parvint cependant pas à établir une grande alliance contre les Turcs26. Dans ce contexte politique, Ismāʿīl aspirait aussi à une alliance avec Venise. En 1510, Alpago rapporta un incident au cours duquel les lettres du Shah à Venise furent interceptées et remises aux seigneurs mamelouks du Caire et d’Alep, entraînant l’arrestation des consuls vénitiens de Damas et d’Alexandrie. Alpago exprima une grande inquiétude à propos de cet incident et craignit des complications diplomatiques : il sentait déjà un grandissimo f[u]oco27.

16Dans l’ensemble, on soulignera combien il transparaît clairement de la présentation de ses lettres, la qualité des informations d’Alpago et son intégration à son environnement oriental. Cela apparaît aussi d’une manière significative et impressionnante dans ses commentaires.

Les šīʿites dans les commentaires d’Alpago

  • 28 Veit, « Le Canon d’Avicenne » ; Lucchetta, Il medico, p. 71-78 ; d’Alverny, « Andrea Alpago ». Une (...)
  • 29 Pour des informations détaillées à ces citations et auteurs, voir Veit, « Le Canon d’Avicenne » ain (...)

17Des informations sur les šīʿites peuvent être trouvées à plusieurs reprises non seulement dans les lettres d’Alpago, mais aussi dans ses commentaires qui accompagnent ses traductions latines de quelques courts traités philosophiques d’Avicenne. Le caractère des commentaires d’Alpago est surtout explicatif : il ne conteste pas les textes d’Avicenne, mais essaye de les valider par des explications supplémentaires. Des positions identiques ou similaires à celles d’Avicenne provenant d’autres domaines – très souvent du contexte chrétien – sont fréquemment exposées ; parfois l’on trouve aussi des opinions opposées. « L’âme » est le sujet commun de ces six traductions qui furent publiées à Venise en 1546. Dans ses commentaires, Alpago prend une position claire pour l’immortalité individuelle de l’âme, s’opposant aux vues averroïstes à Padoue28. Partant des traductions d’Avicenne imprimées dans ce volume, Alpago se réfère d’abord à d’autres traités d’Avicenne, puis à des auteurs de la philosophie antique et médiévale, ensuite à la Bible, aux Pères de l’Église, mais aussi à des érudits musulmans tels qu’Averroès (Ibn Rušd, m. 595/1198) ou Algazel (al-Ġazālī, m. 505/1111). Enfin, il enrichit ses explications par des références au Coran et aux croyances musulmanes, distinguant différentes directions de l’islam et incluant des groupes non musulmans venus de l’Orient tels les Dualistes, les Zoroastriens ou les Manichéens29.

  • 30 Avicenna, Avicennae philosophi, fol. 102v-121r ; Veit, « Le Canon d’Avicenne ». Sur l’histoire du t (...)

18La plupart des références aux šīʿites peuvent être trouvées dans les commentaires d’Alpago sur le Liber aphorismorum Avicennae de anima. Ce traité comporte quarante-huit extraits des Taʿlīqāt d’Avicenne, une œuvre qui, en fait, contient environ mille notes d’Avicenne sur divers sujets de nature philosophique. Les extraits traduits d’Alpago en latin concernent uniquement des questions sur l’âme30.

  • 31 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 109r (sic ‒ foliation incorrecte pour 107r) : Ali (...)

19Les premières informations sur les šīʿites sont présentées dans le commentaire d’Alpago sur l’aphorisme no 9, où il décrit la théorie épistémologique des šīʿites. Sans aller plus loin dans les détails, Alpago écrit que pour les šīʿites les connaissances étaient instillées par les intelligences, et non par l’acquisition d’une doctrine31.

  • 32 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 111v (sic ‒ foliation incorrecte pour 109v) : Et (...)

20Ensuite, dans le commentaire sur l’aphorisme no 12, Alpago évoque brièvement le concept de l’omniscience divine chez les šīʿites en disant que Dieu, par le rayonnement et la lumière de sa propre essence, a connaissance de toute chose32.

  • 33 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 112r : Et quaedam secta Maumethanorum nominata Su (...)
  • 34 Sur ce passage, voir aussi d’Alverny, « Avicenne et les médecins », p. 186.

21C’est dans son commentaire sur l’aphorisme no 15, qu’Alpago cite le début d’une lettre du Shah Ismāʿīl adressée au Doge de Venise qui sans aucun doute était destinée à nouer une alliance politique33 ; ce contexte diplomatique est déjà apparu lors de la lecture des lettres d’Alpago. Dans cette lettre, Ismāʿīl tient à établir une bonne relation avec le dirigeant vénitien. À cette fin, il fait valoir les liens traditionnels entre musulmans et chrétiens en parlant des Vénitiens comme des « parents » en se référant à Jésus-Christ et à la Vierge Marie. On pourrait supposer que le Shah Ismāʿīl s’y référa en suivant la lecture coranique de Jésus et de Marie, mais son explication est différente et s’inscrit dans la tradition šīʿite. Dans ce qui suit, Ismāʿīl évoque la théorie de la préexistence de l’âme qui devrait servir de base à l’amour entre les musulmans et les chrétiens. C’était ainsi, puisque cet amour allait plus loin : avant la création du monde, il émergea de la prima causa, de même que les spiriti – pour Ismāʿīl un synonyme pour les âmes – furent créés avant leur installation dans nos corps. En raisonnant ainsi, Ismāʿīl postule, et cela, en bon musulman, par référence au Prophète Muḥammad dans le Coran, que les spiriti, avant leur union avec un corps, s’entendaient bien ou pas. C’était ainsi le cas dans le présent – à l’époque d’Ismāʿīl – avec les âmes dans nos corps : parfois ils s’aimaient et parfois ils étaient en désaccord34. Alpago termina la citation ici ; apparemment, le contenu politique de la lettre n’était pas important pour son exposé.

  • 35 Avicenne, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 112r : ... secundum Platonem unicuique homini ine (...)
  • 36 Voir plus haut, n. 33. Sur les idées néoplatoniciennes dans les enseignements des šīʿites : Halm, D (...)

22Dans son commentaire sur l’aphorisme no 15, qui précède la citation de cette lettre, Alpago traite longuement le thème de la préexistence de l’âme. En référence à Platon, Alpago écrit que chaque être humain possédait une âme qui était de l’éternité. Elle était unie à tel ou tel corps selon une certaine constitution propre à un embryon approprié pour cette âme : Dieu ou l’intelligentia agens associait cette âme à cet embryon. Alpago continue en rapportant que, selon les dires, les gens dans ce monde se respectaient parce que leurs âmes se connaissaient déjà avant de s’unir avec un corps, et il était possible qu’elles en aient une conscience faible35. Alpago conclut cette explication en soulignant que les šīʿites partageaient cette croyance. Il en donne la preuve en rapportant qu’au début de sa lettre, lorsque le Shah Ismāʿīl parlait des « parents » par rapport à Jésus et à la Vierge Marie, c’était parce que les âmes (spiriti) existaient et se connaissaient déjà avant leur installation dans un corps humain36.

  • 37 Avicenna, Avicennae philosophi ... Aphorismi, fol. 113r : Utrum autem animae fuerint ab aeterno cre (...)

23La mention suivante des šīʿites par Alpago, afférente au commentaire sur l’aphorisme no 18, se rapporte également à la préexistence de l’âme. Elle se trouve au cadre d’un aperçu dans lequel Alpago décrit des théories différentes en ce qui concerne la question de la création de l’âme de l’éternité. Alpago affirme alors que, selon la foi chrétienne, une âme est créée nouvellement dans chaque embryon. En revanche, dans le cas des šīʿites, la conception qui prévaut est que toutes les âmes furent créées dès le commencement du monde et que, seulement ensuite, elles prirent un corps approprié37. Comme indiqué ci-dessus, c’est exactement la théorie à laquelle le Shah Ismāʿīl se référa dans sa lettre au Doge de Venise.

  • 38 Pour en savoir plus sur ces rapports entre religion et philosophie, voir Halm, Das Reich des Mahdi, (...)
  • 39 Avicenna, Avicennae philosophi, fol. 121r-137v (De diffinitionibus) et 137v-139v (et Quaesitis) ; V (...)
  • 40 Avicenna, Avicennae philosophi ... De diffinitionibus, fol. 124v : Sciendum, quod ordo entium est i (...)
  • 41 Avicenna, Avicennae philosophi ... De diffinitionibus, fol. 124v (note en marge) : Sciendum quod al (...)

24Toutes ces conceptions, transmises par Alpago, correspondent aux idées gnostiques-néoplatoniciennes des doctrines šīʿites38. Cependant, Alpago renonça à classer ces informations dans un plus grand contexte spirituel et historique. Cela est aussi le cas pour la dernière mention des šīʿites par Alpago qui appartient au contexte d’une de ses autres traductions, à savoir le traité De Diffinitionibus et Quaesitis. Il s’agit ici de la combinaison d’un traité complet d’Avicenne et des extraits d’un autre : le Fī al-udūd (Sur les définitions) fut élargi par les questions deux, quatre, cinq et six du traité Aǧwiba ʿan ʿašar masāʾil (Réponses à dix questions)39. Dans son commentaire au chapitre De diffinitione animae, Alpago parle de l’intellectus primus, une substance abstraite et intellective qui est estimée comme plus digne que toutes les autres substances séparées de la matière et émanant directement de Dieu40. Ce commentaire d’Alpago ne se réfère pas au contenu šīʿite. Cependant, Alpago ajouta à ce commentaire une note marginale imprimée dans l’édition 1546, dans laquelle il donne des informations sur un aspect de l’intellectus primus, comme l’on trouvait auprès de certains groupes de šīʿites. Ceux-ci croyaient donc que l’intellectus primus avait pris d’abord le corps d’Adam, puis celui de Moïse, puis celui de Jésus et finalement celui de Muḥammad. Alpago ajoute qu’ils croyaient donc que Muḥammad était l’intellectus primus de même que, selon l’opinion chrétienne, la personne du Fils de Dieu avait pris chair humaine dans le Christ41.

  • 42 Ces orientations religieuses sont présentées en détail dans Halm, Die islamische Gnosis.

25Cette référence d’Alpago ne s’applique probablement pas au šīʿisme duodécimain au sens strict, mais elle devrait être située plutôt dans le contexte des groupes islamiques gnostiques comme le soi-disant šīʿisme extrême, les Alaouites ou les Druzes42.

Conclusion

26En conclusion, les explications d’Alpago sur des personnes et des contenus šīʿites témoignent clairement de sa curiosité, de son grand intérêt, de son ouverture d’esprit et d’une attitude positive envers son environnement oriental. Dans ses lettres, une attitude bienveillante envers le Shah Ismāʿīl est exprimée. Dans les commentaires aux textes brefs d’Avicenne, les mentions de contenus šīʿites sont présentées d’une manière neutre et informative. Ces remarques relatives aux šīʿites ainsi qu’à d’autres musulmans de son temps, qui ne pouvaient pas être mentionnés ici en détail, ne sont pas exigées pour une meilleure compréhension des textes d’Avicenne : on pourrait plutôt les interpréter comme l’expression de la fascination d’Alpago pour sa vie en Orient.

  • 43 Sanuto, I Diarii, vol. 18, col. 395-396.

27La dernière lettre d’Alpago, datée du 7 avril 1514, se caractérise par un ton pessimiste, car à cette date il était déjà clair que la conquête de la Syrie par les Perses était devenue improbable. Cette évaluation de la situation politique d’Alpago est confirmée par la perte par Ismāʿīl de la bataille de Čāldirān contre les Ottomans sous le Sultan Selim Ier à l’automne de la même année 151443. La défaite de Čāldirān signifiait la fin de l’expansion safavide et aussi la perte du nimbe de l’invincible du Shah Ismāʿīl. Cet événement frappa durement le Shah. Dès lors, celui-ci ne participa plus à aucune expédition militaire durant les dix dernières années de son gouvernement. Au contraire, il orienta sa politique militaire autour de l’intrigue diplomatique en écrivant des lettres aux dirigeants européens pour les mener à une alliance contre les Ottomans.

  • 44 Lucchetta, Il medico, p. 48.

28Trois ans plus tard, en 1517, quand les Ottomans étendirent leur domination à la Syrie, Alpago quitta Damas et s’installa probablement à Chypre avant de retourner en Italie vers 152044.

  • 45 Cet aspect fut discuté à plusieurs reprises par d’Alverny, « Andrea Alpago », p. 1-3 ; eadem, « Ann (...)

29Malheureusement, nous ne connaissons aucune réaction aux remarques d’Alpago par ses contemporains en Italie. La traduction des petits textes philosophiques d’Avicenne ne fut appréciée qu’à l’époque moderne. Dans l’ensemble, leur impression en 1546 a dû être trop tardive, le point culminant des discussions sur l’âme entre les vues averroïstes et néoplatonico-avicenniennes étant déjà passé45. Ceci vaut également pour les commentaires d’Alpago et le contenu qui y est présenté sur le šīʿisme.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Avicenna (m. 428/1037), Avicennae philosophi praeclarissimi ac medicorum principis. Compendium de anima, De mahad..., Aphorismi de anima, De diffinitionibus et quaesitis, De divisione scientiarum... ab Andrea Alpago Bellunensi... ex arabico in latinum versa. Cum expositionibus eiusdem Andreae..., Paolo Alpago (éd.), Venetia, Iuntas, 1546 (réimpr. Farnborough, Gregg, 1969).

Sanuto (1466-1536), Marino, I Diarii di Marino Sanuto (MCCCCXCVI-MDXXXIII) dall’autografo Marciano ital. cl. VII codd. CDXIX-CDLXXVII, 58 vol. en 59, Rinaldo Fulin et al. (éd.), Venezia, F. Visentini, 1879-1903 (réimpr. [Charleston, SC], Nabu, 2013).

Sources secondaires

d’Alverny, Marie-Thérèse, « Avicenne, son traducteur Andrea Alpago, et l’histoire des religions », in Congrès des Orientalistes (XXIIIe), Leiden, Brill, 1954, p. 362-363 (repris dans Marie-Thérèse d’Alverny, Avicenne en Occident. Recueil d’articles, [Études de philosophie médiévale, 71], Paris, Vrin, 1993, article no 12).

d’Alverny, Marie-Thérèse, « Avicenne et les médecins de Venise », in Bruno Nardi (éd.), Medioevo e Rinascimento. Studi in onore di Bruno Nardi, 2 vol., Firenze, G.C. Sansoni, 1955, vol. 1, p. 177-198.

d’Alverny, Marie-Thérèse, « Anniyya-Anitas », in Mélanges offerts à Étienne Gilson, de l’Académie française, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Paris, Vrin, 1959, p. 81-88.

d’Alverny, Marie-Thérèse, « Andrea Alpago, interprète et commentateur d’Avicenne », in Aristotelismo padovano e filosofia aristotelica (Atti del XII congresso internazionale di filosofia), Firenze, G.C. Sansoni, 1960, p. 1-6.

El-Khodeiri, Maḥmoud, « Autour de deux opuscules d’Avicenne traduit en latin », Midéo 2, 1955, p. 341-350.

Grévin, Benoît, « De Damas à Urbino. Les savoirs linguistiques arabes dans l’Italie renaissante (1370-1520) », Annales. Histoire, Sciences Sociales 2015/3, p. 607-635.

Halm, Heinz, Die islamische Gnosis. Die extreme Schia und die Alawiten, Zürich, Artemis, 1982.

Halm, Heinz, Das Reich des Mahdi. Der Aufstieg der Fatimiden (875-973), München, C.H. Beck, 1991.

Hasse, Dag N., Success and Suppression: Arabic Sciences and Philosophy in the Renaissance, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2016.

Janssens, Jules L., « Le Dānesh-Nāmeh d’Ibn Sīnā : un texte à revoir ? », Bulletin de philosophie médiévale 28, 1986, p. 163-177.

Janssens, Jules L., An Annotated Bibliography of Ibn Sīnā (1970-1989) Including Arabic and Persian Publications and Turkish and Russian References, (Ancient and Medieval Philosophy. Series 1, 13), Louvain, Leuven University Press, 1991.

Janssens, Jules L., « Les Taʿlīqāt d’Ibn Sīnā. Essai de structuration et de datation », in Alain de Libera, Abdelali Elamrani-Jamal & Alain Galonnier (éd.), Langages et philosophie. Hommage à Jean Jolivet, (Études de philosophie médiévale, 74), Paris, Vrin, 1997, p. 109-122.

Levi della Vida, Giorgio, art. « Alpago, Andrea », Dizionario biografico degli Italiani, t. 2 (1960), p. 524-527.

Lockhart, Laurence, « European Contacts with Persia, 1350-1736 », in Peter Jackson & Laurence Lockhart (éd.), The Cambridge History of Iran, vol. 6 : « The Timurid and Safavid Periods », Cambridge [Eng.], Cambridge University Press, 1986, p. 373-411.

Lucchetta, Francesca, Il medico e filosofo bellunese Andrea Alpago (†1522), traduttore di Avicenna. Profilo biografico, (Contributi alla storia dell’Università di Padova, vol. 2), Padova, Antenore, 1964.

Michot, Jean, « Tables de correspondance des Taʿlīqāt d’al-Fārābī, des Taʿlīqāt d’Avicenne et du Liber aphorismorum d’Andrea Alpago », Midéo 15, 1982, p. 231-250.

Neerfeld, Christiane, Historia per forma di diaria. La cronachistica veneziana contemporanea a cavallo tra il Quattro e il Cinquecento, (Memorie, Classe di scienze morali, lettere ed arti, 114), Venezia, Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 2006.

Newman, Andrew J., Safavid Iran: Rebirth of a Persian Empire, London, I.B. Tauris, 2006.

Riva, Ernesto, « Le edizione “critiche” dei Canoni di Avicenna curate dal medico arabista Andrea Alpago da Belluno », in Congresso Internazionale di Storia della Farmacia, Piacenza, Italia, 23-25 Settembre 1988, Padova, Accademia Italiana di Storia della Farmacia, 1989, p. 281-286.

Siraisi, Nancy G., Avicenna in Renaissance Italy: The Canon and Medical Teaching in Italian Universities after 1500, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1987.

Veit, Raphaela, « Der Arzt Andrea Alpago und sein medizinisches Umfeld im mamlukischen Syrien », in Andreas Speer & Lydia Wegener (éd.), Wissen über Grenzen. Arabisches Wissen und lateinisches Mittelalter, (Miscellanea Mediaevalia, 33), Berlin, de Gruyter, 2006, p. 305-316.

Veit, Raphaela, art. « Alpago, Andrea », The Encyclopaedia of Islam. Three, t. 2 (2008), p. 82-83.

Veit, Raphaela, « Andrea Alpago und Schah Ismāʿīl. Der Begründer der Ṣafavidendynastie im Zeugnis eines Venezianer Gesandtschaftsarztes, Händlers und Informanten », in Pavlína Rychterová, Stefan Seit & Raphaela Veit (éd.), Das Charisma – Funktionen und symbolische Repräsentationen. Historische, philosophische, islamwissenschaftliche, soziologische und theologische Perspektiven, (Beiträge zu den Historischen Kulturwissenschaften, 2), Berlin, Akademie Verlag, 2008, p. 457-465.

Veit, Raphaela, « Avicennas Taʿlīqāt: Textgenese und Schülertradition », in Andreas Speer & Thomas Jeschke (éd.), Schüler und Meister, (Miscellanea Mediaevalia, 39), Berlin, de Gruyter, 2016, p. 525-535.

Veit, Raphaela, « Le Canon d’Avicenne et son importance dans l’œuvre d’Andrea Alpago », in Lila Lamrani (éd.), Actes du colloque « Les Lumières de l’Orient médiéval aux racines de la Renaissance européenne », Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph, 2019.

Viallon-Schoneveld, Marie, « Infortune et fortune d’un historiographe vénitien : Marin Sanudo », in Marie Viallon-Schoneveld, (éd.), L’histoire et les historiens au XVIe siècle. Actes du VIIIe colloque du Puy-en-Velay, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2001, p. 27-41.

Haut de page

Notes

1 Des informations de base sur Alpago sont données dans la monographie de Lucchetta, Il medico ainsi que dans l’article de Veit, « Alpago, Andrea ». L’œuvre d’Alpago est présentée par Grévin, « De Damas à Urbino », p. 617, et par Levi della Vida, « Alpago, Andrea ». Pour la révision latine du Canon d’Avicenne par Alpago, voir Hasse, Success and Suppression, p. 97, 105-107, 133 ; Riva, « Le edizione “critiche” » ; Siraisi, Avicenna in Renaissance Italy, p. 133-134.

2 Avicenna, Avicennae philosophi. Une vue d’ensemble de ces textes est donnée par Veit, « Le Canon d’Avicenne ».

3 Les lettres d’Alpago aux amis et aux autorités de Venise, rédigées entre 1504 et 1514, sont publiées dans Sanuto, I Diarii, vol. 6, col. 57-58 ; vol. 11, col. 477-480 ; vol. 15, col. 355-358 ; vol. 18, col. 155, 393-395 et 395-396.

4 Veit, « Der Arzt Andrea Alpago » ; Lucchetta, Il medico, p. 16-47 ; pour des informations biographiques sur Ibn Makkī, voir d’Alverny, « Avicenne et les médecins », p. 185, n. 22. Ibn Makkī est mentionné par Alpago dans Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 111r (sic ‒ foliation incorrecte pour 109r) et 110v.

5 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 358.

6 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 356 : hanno al Soldan dimostrato in scriptura uno arboro de la progenie vera del signor Suffì, donde lo Soldan, da poi veduto questo arboro, ha confessato lo dito signor Suffì esser veramente processo per lineam rectam de la progenie de Alì parente e vero herede de Machometo profeta [] veri descendenti de Alì, etc. ; col. 357 : … la mazor parte de li mori del paexe del Soldan erano pezo che heretici contrafazendo a la leze di Machometo per molte tyranie e gran vicii.

7 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 109r (sic ‒ foliation incorrecte pour 107r) : Aliqui tamen, ut Arabes appellati Suffi.

8 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 111v (sic ‒ foliation incorrecte pour 109v) : Et Arabes Suphi dicunt.

9 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 112r : Et quaedam secta Maumethanorum nominata Suffi.

10 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 113r : Maumethani vero Suffi.

11 Avicenna, Avicennae philosophi... De diffinitionibus, fol. 124v (note en marge) : aliqui maumethani de secta Sophi.

12 Sanuto, I Diarii, vol. 11, col. 477, 479 ; vol. 15, col. 355-358 ; on y trouve également l’orthographe Suphi/Suffi.

13 Sanuto, I Diarii, vol. 6, col. 58 ; vol. 11, col. 477 ; vol. 15, col. 357-358 ; vol. 18, col. 394-395, 396 ; on y trouve également l’orthographe Sophi/Soffi.

14 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 112r.

15 Newman, Safavid Iran, p. 13-24.

16 À propos de M. Sanuto, voir Neerfeld, Historia, p. 27-43, ainsi que Viallon-Schoneveld, « Infortune et fortune ».

17 Sanuto, I Diarii, vol. 6, col. 57-58 (Lettre 1 de 1504) ; vol. 11, col. 477-480 (Lettre 2 de 1510) ; vol. 15, col. 355-358 (Lettre 3 de 1512) ; vol. 18, col. 155 (Lettre 4 de 1514), 393-395 (Lettre 5 de 1514), 395-396 (Lettre 6 de 1514).

18 Sanuto, I Diarii, vol. 6, col. 57-58.

19 Sanuto, I Diarii, vol. 11, col. 477-480 ; pour plus de détails, voir Lucchetta, Il medico, p. 21, et Veit, « Andrea Alpago », p. 460.

20 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 358.

21 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 355-358, 356 : ... tutti di questa terra dicono che mai da la Persia è stà mandato al Soldan ambasata cussì honorata come questa, si per la condition di persone come per lo numero di quelle mazor dil consueto.

22 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 357 : A la qual proposta grandissima, se dize che lo Soldan humelmente ha risposto che, licet, lo signor Suffi sia vero descendente de Ali ut supra, tamen Dio ha voluto che questo regno zà tanti anni sia stà alienato in man de schiavi et tandem pervenuto ne le man de esso Soldan presente, e che piacendo a Dio conservarge questo regno, over darlo al signor Soffì, lui Soldan esser contento di quello piacerà a Dio. En ce qui concerne cette lettre d’Alpago, voir aussi les citations plus haut, n. 6.

23 Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 357-358.

24 Sanuto, I Diarii, vol. 18, col. 155 ; voir aussi Veit, « Andrea Alpago », p. 462.

25 Sanuto, I Diarii, vol. 18, col. 393-395, 394.

26 Au sujet des Portugais, voir surtout les lettres d’Alpago datant de 1510 (Sanuto, I Diarii, vol. 9, col. 477-480), de 1512 (Sanuto, I Diarii, vol. 15, col. 355-358) et de 1514 (Sanuto, I Diarii, vol. 18, col. 155 et 395-396). Pour plus de détails sur ces circonstances historiques, voir Lockhart, « European Contacts », p. 381-383. Voir aussi plus bas la lettre du Shah Ismāʿīl au Doge de Venise.

27 Sanuto, I Diarii, vol. 11, col. 477-480, 480.

28 Veit, « Le Canon d’Avicenne » ; Lucchetta, Il medico, p. 71-78 ; d’Alverny, « Andrea Alpago ». Une étude globale de ces commentaires n’existe pas encore.

29 Pour des informations détaillées à ces citations et auteurs, voir Veit, « Le Canon d’Avicenne » ainsi que Lucchetta, Il medico, p. 34, 36 et 39-41.

30 Avicenna, Avicennae philosophi, fol. 102v-121r ; Veit, « Le Canon d’Avicenne ». Sur l’histoire du texte des Taʿlῑqāt : Veit, « Avicennas Taʿlīqāt », ainsi que les recherches fondamentales de Janssens, « Le Dānesh-Nāmeh » et « Les Taʿlīqāt d’Ibn Sīnā ». Des tables de correspondance entre le Liber aphorismorum Avicennae de anima d’Alpago et les Taʿlῑqāt d’Ibn Sīnā sont données par Michot, « Tables de correspondance » ainsi que par El-Khodeiri, « Autour de deux opuscules ».

31 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 109r (sic ‒ foliation incorrecte pour 107r) : Aliqui tamen, ut Arabes appellati Suffi, quorum scientia est per infusionem ab intelligentiis, non per acquisitionem doctrinae, dixerunt coelum esse compositum ex materia, et forma, et ex subtilioribus partibus elementorum tali proportione, quam coelum non sit corruptibile, vel sit difficiliter corruptibile, sicut enim aurum propter certam compositionem, et mixtionem elementorum est difficiliter corruptibile, ita, et multo amplius dicatur de coelo.

32 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 111v (sic ‒ foliation incorrecte pour 109v) : Et Arabes Suphi dicunt, quod Deus radiatione, et lumine suae essentae omnia cognoscit, et omnia futura illi repraesentantur non imprimendo, neque agendo in essentiam divinam, sicut sensibilia....

33 Avicenna, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 112r : Et quaedam secta Maumethanorum nominata Suffi tenet opinionem supra dictam [référence à Platon, voir plus bas, n. 35], et propter hoc magnus Rex Persiae nominatus Ismael Suffi insequens hanc sectam, et scribens ad illustrissimum dominium Venetorum in principio suae aepistolae confirmat opinionem praenominatum sub his verbis videlicet.
Multitudine de salutation etc. La intenion nostra ve avisemo, che l’è certificato, et manifestato appreso di noi. L’amor nostro e la benivolentia vostra,
et voi sete à noi, come buoni parenti, per causa de Christo, et della immaculata Vergine, che sono causa dell’ amor che vi portemo, etc.
Habbiamo conosciuto, che questo amor, avanti il frabricar del mondo è nasciuto
dalla prima causa dal di, che si congregorno gli spiriti d’avanti al Signor Dio, avanti il suo congiungersi nelli nostri corpi, che doveva venir, dice il propheta nell’Alchoran, che gli spiriti erano simili allo essercito, parte si accordavano, et qualli al presente nelli corpi nostri se amano, et parte si discordavano, che al presente non si amano, et per la lontananza della forma et del corpo non n’è causa ; che non sia amor, etc.

34 Sur ce passage, voir aussi d’Alverny, « Avicenne et les médecins », p. 186.

35 Avicenne, Avicennae philosophi... Aphorismi, fol. 112r : ... secundum Platonem unicuique homini inest anima propria, quae ab aeterno fuit, et unitur huic, illi, vel illi corpori, secundum proportionem ad hanc vel illam cimplexionem embrionis convenientem illi animae, et quoties in embrione est complexio proportionata pro aliqua determinata anima ; tunc Deus vel intelligentia agens unit illam animam cum illo embrione, et dicitur secundum hanc opinionem quod homines in hoc mundo se diligunt, quia animae ipsorum ante unionem se prius cognoverunt, licet debilem cognitionem pro tunc habeant.

36 Voir plus haut, n. 33. Sur les idées néoplatoniciennes dans les enseignements des šīʿites : Halm, Das Reich des Mahdi, p. 262-265.

37 Avicenna, Avicennae philosophi ... Aphorismi, fol. 113r : Utrum autem animae fuerint ab aeterno creatae, est diversitas opinionum <exposé sur les théories différentes> Et quidam sequentes hanc opinionem dicunt animas de novo creari in quolibet embrione, et in infanti, in quo embrio est organizatus et aptus ad recipiendum animam, pro tunc a Deo creatur in illo embrione anima de novo, et hanc opinionem tenet fides Christiana. Maumethani vero Suffi tenent animas omnes creatas fuisse ab initio mundi, et quando generatur corpus habens complexionem proportionalem alicui animae, tunc intelleigentia seu dator formarum infundit, et applicat illam animam illi corpori.

38 Pour en savoir plus sur ces rapports entre religion et philosophie, voir Halm, Das Reich des Mahdi, p. 262-265.

39 Avicenna, Avicennae philosophi, fol. 121r-137v (De diffinitionibus) et 137v-139v (et Quaesitis) ; Veit, « Le Canon d’Avicenne » ; plus d’informations sur ces textes dans Janssens, Annotated Bibliography, p. 46 (Kitāb al-udūd) et 44 (Aǧwiba ʿan ʿašar masāʾil).

40 Avicenna, Avicennae philosophi ... De diffinitionibus, fol. 124v : Sciendum, quod ordo entium est iste secundum scolam imitantium Avicennam. Nam primo est Deus gloriosus qui cum sit ens unum, ab eo igitur non procedit nisi unum. Et propter hoc a Deo non procedit secundum Avicennam nisi intellectus primus vel nisi intelligentia prima, quae est substantia abstracta intellectiva dignior omnibus aliis substantiis separatis et magis proxima Deo glorioso. Sur ce passage, voir aussi Lucchetta, Il medico, p. 36.

41 Avicenna, Avicennae philosophi ... De diffinitionibus, fol. 124v (note en marge) : Sciendum quod aliqui maumethani de secta Sophi tenent quod intellectus secundum de quo hic est sermo assumpserit corpus adae : postea corpus Moysis, postea corpus Iesu, et ultimo assumpserit corpus maumethi prophetae. Et sic tenent isti quod Maumethus fuerit intellectus primus. Et sicut Christiani tenent quod persona filii Dei assumpserit carnem humanam in Christo, ita substantia intellectus primi assumpserit corpus maumethi.

42 Ces orientations religieuses sont présentées en détail dans Halm, Die islamische Gnosis.

43 Sanuto, I Diarii, vol. 18, col. 395-396.

44 Lucchetta, Il medico, p. 48.

45 Cet aspect fut discuté à plusieurs reprises par d’Alverny, « Andrea Alpago », p. 1-3 ; eadem, « Anniyya-Anitas » ; eadem, « Avicenne et les médecins », p. 184-189, et eadem, « Avicenne, son traducteur ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaela Veit, « L’intérêt d’Andrea Alpago (m. 1521 ou 1522) pour le Shah Ismāʿīl Ier et les doctrines du šīʿisme duodécimain »MIDÉO, 35 | 2020, 47-64.

Référence électronique

Raphaela Veit, « L’intérêt d’Andrea Alpago (m. 1521 ou 1522) pour le Shah Ismāʿīl Ier et les doctrines du šīʿisme duodécimain »MIDÉO [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 29 octobre 2020, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/mideo/4866

Haut de page

Auteur

Raphaela Veit

Thomas-Institut ‒ Universität zu Köln

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search