Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Dossier – Les interactions entre ...Les relations de voyage d’Occiden...

Dossier – Les interactions entre šīʿites imāmites et chrétiens

Les relations de voyage d’Occidentaux (missionnaires, marchands et diplomates) en Perse au xviie siècle

Catherine Marin
p. 101-116

Résumés

Dans la première moitié du xviie siècle, la Perse a ouvert ses frontières aux Occidentaux favorisant ainsi des échanges diplomatiques, commerciaux mais aussi religieux entre ces deux mondes. Ce royaume safavide, terre de passage, carrefour entre des mondes asiatiques puissants et riches, se révèle rapidement un pays aux multiples attraits qui va favoriser la venue de diplomates, marchands et missionnaires, ce que les journaux de voyage ou les rapports que ces derniers rédigent révèlent, en montrant en particulier l’établissement d’un premier dialogue religieux entre chrétiens d’Occident et musulmans persans.

Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi la Perse a-t-elle suscité tant d’intérêt en Occident au xviie siècle ? Pourquoi tant de voyageurs ont-ils rejoint cette contrée lointaine, rédigeant nombre de rapports, récits de voyage intéressant autant les gouvernants européens, les autorités des Églises que le grand public ? La lecture de ces écrits nous fournissent de nombreuses raisons qui animent autant les Occidentaux que les Persans qu’ils soient marchands, diplomates ou missionnaires. On y découvre comment la Perse, terre de passage, carrefour entre des mondes en pleine mutation qui rivalisent dans l’établissement de relations avec l’Europe, comme l’Empire ottoman, l’Inde moghol, l’Asie centrale, devient une étape incontournable et nécessite une installation permanente dans ce pays que l’on doit traverser, ce que nous analyserons dans la première partie. Puis, se créent et se développent au fil des voyages, des relations diplomatiques avec les autorités de Perse, qui se sont multipliées sous l’impulsion du Shah ʿAbbās Ier (r. 996/1588-1038/1629) répondant aux intérêts particuliers de la Perse et de l’Occident. Les journaux de voyage rapportent ainsi l’existence de lettres de créances de souverains d’Europe confiées aux missionnaires ou marchands en partance pour la Perse. Elles permettent de consolider des relations avec les autorités persanes qui, de leur côté se servent habilement de cette présence d’Occidentaux en Perse pour favoriser les intérêts politiques et économiques du Shah. C’est dans ce contexte particulier que deux mondes religieux, le monde šīʿite et le monde chrétien se rencontrent et se découvrent.

  • 1 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations.
  • 2 Chardin, Voyages.
  • 3 Richard, Raphaël du Mans.

2Parmi les nombreux écrits que l’on conserve aujourd’hui, je me suis appuyée pour ce travail plus précisément sur trois relations de voyages : celle d’un marchand, François de la Boullaye Le Gouz (1623-1668)1, qui a effectué un premier voyage en Perse en 1652, le journal de voyage de Jean Chardin (1643-1713)2 qui se déroule de 1671 à 1677, les écrits du frère Raphaël du Mans (1613-1696)3, capucin, de son vrai nom Jacques Dutertre, qui a résidé de 1647 à sa mort en 1696 à Ispahan et a été l’interprète de trois rois de Perse, Shah ʿAbbās II (r. 1052/1642-1077/1666), Sulaymān (r. 1077/1666-1105/1694) et Sulṭān Ḥusayn (r. 1105/1694-1135/1722).

Les raisons premières d’un voyage en Perse : sa situation de carrefour

3Pour les Occidentaux, la Perse est une terre de passage qui se situe sur la grande route des Indes, qui au-delà de l’Empire ottoman permet de rejoindre l’Empire du Grand Moghol, puis de gagner les contrées d’Extrême-Orient. Le Sieur François de la Boullaye qui a effectué ce voyage en Perse en 1652 en trace les limites géographiques : la Perse, à l’ouest, est délimitée par le Tigre et l’Empire ottoman ; au nord, par la Géorgie et l’Arménie, la Mer Caspienne, une partie du territoire des Ouzbeks ; au sud, par le golfe Persique et à l’est, par l’Empire moghol.

  • 4 Qizilbāš : disciple de l’ordre soufi šīʿite des Safavides.
  • 5 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 101.
  • 6 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 95.
  • 7 Chardin, Voyages.

4Ce monde-carrefour, écrit-il, doit se défendre contre les tentatives de ses voisins, certains avides de conquérir des terres de l’Empire, obligeant le Shah à organiser une présence militaire aux frontières. La Boullaye évoque une armée de 45 000 Kefelbaches4 « qui font tête au Grand Turc, aux Arabes, Ouzbeks, Géorgiens, Mogols, Portugais et Hollandais5 ». Cette présence militaire offre ainsi un gage de sûreté pour les voyageurs qui doivent traverser l’Empire, comme le constate notre auteur, qui voyage de Tauris à Cachan, et ne ressent pas la nécessité de s’adjoindre à des caravanes car « les voleurs [sont] en petit nombre en Perse, à cause que les Kans leur donnent la chasse, et qu’il n’y a point de Turcomans, ni d’Arabes rebelles sur les terres du Shah6 ». La Boullaye vante de plus le bon accueil et la richesse de ce pays où l’on trouve facilement de la nourriture. Jean Chardin qui effectue deux séjours une dizaine d’années plus tard pour acheter des diamants et vendre des bijoux commandés par le roi de Perse7 (1664-1670 et 1671-1677) confirme ces conditions de voyage et précise par ailleurs que les marchands ont des exemptions de taxes sur les transactions commerciales. Ce qui n’est pas négligeable !

5Passé cette frontière hautement surveillée, trois grandes routes convergent vers la capitale Ispahan :

  • par le nord, deux voies se rejoignent au niveau de la ville sainte de Qazvin, l’une provenant de l’Arménie, la plus fréquentée, l’autre débouchant de la Géorgie et longeant en premier lieu la mer Caspienne. Cette grande voie traverse à la fois des villes très actives dans le négoce de chevaux et dans la production et le commerce d’étoffes précieuses comme Tabriz, mais aussi des villes saintes telle Qum et ses dizaines de mausolées et de mosquées.
  • Une autre emprunte l’itinéraire de l’ouest venant de Bagdad. Il faut rappeler qu’avant d’atteindre la Perse, les voyageurs traversent le Levant sous domination turque et suivent leur route sans trop de difficultés, dans la mesure où depuis la signature des Capitulations entre le Sultan et le roi Henri IV en 1604, le Sultan est tenu de respecter les chrétiens, missionnaires et marchands, qui traversent l’Empire. Passé la frontière, ce chemin traverse jusqu’à Ispahan un pays peu habité et montagneux, mise à part la ville de Kermanshah au cœur d’une région agricole riche.
  • Enfin l’itinéraire du sud qui commence soit au port de Bandar Abbas ou celui de Bandar Rig que l’on atteint après avoir traversé le golfe Persique8 remonte vers le nord et traverse aussi de belles villes comme Chiraz ou Persépolis.
  • 9 Chardin, Voyages, vol. 3, p. 3.

6Après plusieurs semaines de voyage harassant, ces trois routes rejoignent la capitale Ispahan, choisie en 1598 par le Shah ʿAbbās Ier pour devenir le haut lieu politique et religieux des souverains safavides. Les voyageurs la décrivent comme une cité d’une grande opulence qui compterait au xviie siècle plus de 600 000 habitants, selon Jean Chardin arrivé en 16739. Mais la ville est avant tout la résidence du Shah et le centre des échanges intellectuels, politiques et religieux au sein d’un espace urbain regroupant de multiples palais, mosquées et jardins déployant une magnificence qui suscite l’admiration des voyageurs. Ces premiers attraits de la Perse, terre de passage et sûreté des routes, répondent aux besoins des voyageurs, qui se rendent vers l’Extrême Asie et expliquent pourquoi le pays devient rapidement le lieu d’étape incontournable nécessitant l’ouverture d’un établissement permanent après avoir reçu l’autorisation du Shah et des autorités politiques subalternes du pays.

7Ainsi, les marchands vont y installer des maisons-comptoirs pour pouvoir servir dans un premier temps de lieu de repos et de refuge pour les voyageurs en partance vers l’Extrême-Orient, tout en envisageant de prospecter les richesses du pays. Ils viennent de l’Europe entière, envoyés par les jeunes compagnies commerciales européennes qui désirent jeter de nouvelles bases commerciales au-delà du Levant. Depuis le début du xviie siècle, on assiste ainsi à la venue de nombreux Anglais, Hollandais, Russes, Polonais, Français qui ont reçu la mission de se rendre à la cour des empereurs moghols de l’Inde pour y signer des traités et y développer les échanges. Ce choix de partir par voie de terre s’explique par la volonté d’éviter les vaisseaux portugais qui, depuis le traité de Tordesillas de 1494, défendent cette exclusivité de leur nation de naviguer dans les Indes orientales, et même si ce privilège est de plus en plus battu en brèche par les autres nations européennes, les Portugais restent dangereux sur la route des Indes.

  • 10 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 96.
  • 11 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 96.
  • 12 Tavernier, Les six voyages, vol. 1, p. 32.

8Ainsi, progressivement, s’inscrivant dans ce vaste projet d’implantation dans les Indes, les Européens s’ouvrent à l’établissement de relations avec les autorités persanes. En effet, la Perse est un pays qui offre de nombreuses ressources. La Boullaye cite « l’acier de Koum » dont on fait de magnifiques épées10 ; il découvre de nombreuses villes où le commerce est important, comme la ville de Cachan, quatrième ville de Perse « où il y a grand négoce pour les vaisseaux, de cuivre, et d’étoffes de soie11 ». De nombreux ouvriers travaillent aussi la soie et les étoffes de brocart d’or. Tavernier qui a effectué six voyages en Perse raconte12 que la ville de Tauris est un centre commercial actif entre l’Empire ottoman, la Russie, les Indes et la Perse, en particulier pour le trafic commercial des chevaux. C’est dans ce temps des premiers établissements, ne l’oublions pas, que les premiers missionnaires entrent en Perse. L’une des raisons premières en est de même la nécessité d’établir des lieux d’étapes dans le pays afin d’offrir l’hospitalité à tous les missionnaires qui voyagent vers l’Extrême-Orient.

  • 13 Pallu, Lettres, p. 33 (Lettre no 5).

9À titre d’exemple, rappelons les voyages de certains membres des Missions Étrangères de Paris qui, après leur fondation en 1658, choisissent de traverser la Perse pour se rendre en Asie du Sud-Est, afin d’éviter les rencontres hostiles des Portugais dans l’Océan Indien. L’un des premiers vicaires apostoliques, Mgr François Pallu (1626-1687), parti de France le 2 janvier 1662, rejoint le Siam deux ans plus tard et séjourne à Ispahan du 24 juillet au 20 septembre 1662. Il y étudie avec attention les lieux stratégiques13 pouvant ainsi recevoir les missionnaires français qui prendront cette route les années suivantes, hors des sentiers portugais, anglais ou hollandais et qui conduisent dans toutes les parties des Indes, écrit-il.

  • 14 Pallu, Lettres, p. 33.
  • 15 Pallu, Lettres, p. 34.

10En plus d’être un lieu de repos et de réconfort, cette implantation le long de la route des Indes doit favoriser l’acheminement du courrier, des lettres entre les missions d’Asie et l’Europe. D’où l’obligation, ajoute Mgr Pallu, d’établir des relations de confiance avec les religieux déjà établis en Perse qui assureront la transmission, outre celle du courrier, mais aussi « des deniers nécessaires à la subsistance de notre mission14 ». Mgr Pallu envisage aussi de considérer ces maisons d’étapes comme des lieux de retraite dans les « temps fascheux où on est obligé de céder à la violence15 ». Pour cet évêque, la Perse offre l’image d’un pays stable politiquement qui peut devenir un lieu de repli en cas de persécution dans une autre contrée asiatique.

11Après ce séjour persan et son installation au Siam, Mgr Pallu ne portera plus une attention très grande à la Perse ou tout au moins ses lettres ne transmettent pas d’informations sur le pays et ses habitants, mais il restera toujours attentif à la bonne relation qu’entretiennent les capucins avec le pouvoir politique persan et avec les Hollandais implantés à Bassora, Chiraz, Ispahan et Alep pour les raisons qu’il vient de décliner.

  • 16 Mgr Jacqueline et al., Instructions aux vicaires apostoliques. Ces instructions insistent sur l’app (...)

12Cette implantation missionnaire le long de ces routes de commerce qui traversent la Perse s’inscrit aussi, il faut le rappeler, dans la politique de Rome qui, depuis le début du siècle, cherche à reprendre en main l’activité missionnaire catholique, en réduisant le plus possible la pression politique portugaise sur les missions, qu’on appelle le Patronat portugais. Depuis 1622, en effet, la Congrégation pour la Propagation de la Foi a été chargée d’assurer non seulement le gouvernement de l’ensemble des activités missionnaires (choix des hommes, voyages, problèmes matériels et financiers), mais aussi de définir de nouvelles méthodes d’évangélisation qui ont été développées dans les Instructions aux vicaires apostoliques de 165916.

  • 17 Richard, Raphaël du Mans, vol. 1, p. 237 (« Lettre à Monsieur de Colbert, 20 aoust 1670 »).
  • 18 Richard, Raphaël du Mans, vol. 1, p. 236.

13Au milieu du xviie siècle, que trouve-t-on comme ordres religieux en Perse ? Dans une lettre adressée en 1670 à Colbert, ministre de la Marine et des Colonies, le frère Raphaël du Mans en donne la liste17 : les augustins, en premier lieu, ont envoyé deux premières ambassades en 1579 et 1582, suivies d’une autre délégation en provenance de Goa en 1602. Les membres de cette dernière se sont présentés comme envoyés du vice-roi des Indes, qui estimait avoir autorité sur un espace qui s’étendait du cap de Bonne-Espérance au Japon « pour le service et assistance de ses subjects qui négotioient en ce païs18 ». Rapidement les augustins de Goa ont reçu l’autorisation de s’installer à Ispahan en 1603.

  • 19 De Vaumas, L’éveil missionnaire, p. 349.

14Arrive ensuite la mission des carmes envoyée par le pape Clément VIII (1536-1605) qui, choisissant la voie de terre afin, pour les mêmes raisons que celles de Mgr Pallu, d’éviter les Portugais, rejoint la Perse deux ans après la mort du souverain pontife. Porteurs des « lettres du pape » qui expriment son souhait de multiplier les lieux de mission en Orient, les carmes s’implantent à Ispahan en 1608, et reçoivent rapidement des renforts d’Italie, de Pologne, de France, des pays germaniques favorisant la fondation d’autres lieux de mission à Ormuz, Chiraz, Bandar Abbas, Hamadan, Jolfa19.

  • 20 De Vaumas, L’éveil missionnaire, p. 352.
  • 21 En effet, en 1604, durant la guerre entre la Perse et l’Empire ottoman, la région arménienne de Jol (...)

15Puis, les capucins français, envoyés par le préfet apostolique des missions du Levant, le père Joseph-François Leclerc du Tremblay, appelé plus simplement « Père Joseph » (1577-1638), fondent une première mission en 1628 sous l’autorité du père Pacifique de Provins (1588-1648) puis du père Gabriel de Paris jusqu’à l’arrivée de Raphaël du Mans (1613-1696) qui, à partir de 1644, développe l’étude des langues et des sciences à Ispahan. Cette mission est chargée à la fois d’assister les voyageurs lors de leurs séjours en Perse, mais aussi d’apporter un soutien spirituel aux Arméniens, déstabilisés par la politique de déchristianisation engagée par Shah ʿAbbās II jusqu’au milieu du xviie siècle20. Présents dans les provinces d’Arménie, de Géorgie, de Médie et du Mazandaran, ils étaient surtout regroupés dans le faubourg de Jolfa à Ispahan depuis leur déplacement forcé par le Shah ʿAbbās Ier de l’Arménie à Ispahan21.

16Enfin, les jésuites arrivent une première fois en 1645 et ouvrent une maison dans le quartier des Arméniens de Jolfa, en périphérie d’Ispahan. À la suite de démêlés avec les habitants et les autorités, ils sont cependant obligés de quitter le pays. Une deuxième mission arrive en 1652 et s’établit cette fois dans la capitale.

17Cette présence de plusieurs congrégations missionnaires dépendant d’autorités juridiques ecclésiastiques différentes suscitera de nombreux conflits entre capucins français envoyés par le roi de France avec l’accord de Rome, augustins dépendant du roi du Portugal et donc de Goa, carmes déchaussés et jésuites envoyés par Rome. Pour résoudre ces difficultés, le Saint-Siège crée un siège épiscopal en 1638 qui devait s’établir à Bagdad prenant le nom d’évêché de Babylone. Mais la ville ayant été prise par les Turcs, le premier titulaire Mgr Bernard de Sainte-Thérèse (1597-1669), carme déchaussé, se rend à Ispahan en 1640. Il y reste jusqu’en 1642, puis repart à Paris où il meurt en 1669 après avoir légué sa demeure à la jeune Société des Missions Étrangères fondée en 1658.

18Très rapidement, ces missionnaires comprennent que leur apostolat va consister à aider les voyageurs en leur offrant l’hospitalité, à servir d’interprètes auprès des ambassadeurs, à étudier la culture persane et à assurer l’aide et le soin des pauvres et nécessiteux, mais il leur est interdit d’évangéliser et encore moins de tenter de convertir un habitant de Perse.

La Perse, une alliée de poids dans la région ?

19Ainsi, tout au long du xviie siècle, le gouvernement politique de la Perse accueille avec une certaine bienveillance ces Européens, diplomates, voyageurs, marchands, missionnaires et autorise assez facilement leur installation dans les grandes villes de Perse. Pour le Shah, cette présence occidentale sert sa politique de recherche d’alliances contre l’Empire ottoman, et ouvre aussi de sérieux débouchés commerciaux à tous les biens fabriqués en Perse, en particulier la soie et les étoffes précieuses.

  • 22 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 100.
  • 23 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 9.
  • 24 Chardin, Voyages, vol. 2, p. 188.

20Les marchands et diplomates prennent contact, dès leur arrivée, avec les missionnaires qui leur préparent les visites auprès des autorités du pays. Grâce aux écrits des voyageurs, on a recueilli déjà de nombreuses informations au sujet du souverain, insistant sur la légitimité royale mais aussi religieuse de la dynastie des Safavides. La Boullaye explique que le souverain tient son autorité de sa généalogie « il descend, assure-t-il, de Hali Pehrember [Prophète], Gendre de Mahomet, se dit Sherif ou Saiette, suivant les Arabes […] du Sang du Prophète et s’estime le plus grand Prince, Roy et Seigneur des Musulmans22 ». Quelque temps plus tard, le capucin Raphaël du Mans écrit que le Roy a « commandement absolu sur tout son Royaume et sur tous ses subjects, de vie et de mort sans appréhension de révolte, souslèvement23 ». D’où l’obligation en arrivant à Ispahan de demander une audience au Shah. Ce que le capucin Raphaël, très apprécié par ce dernier, obtient facilement, comme le rappelle Jean Chardin, lors de son arrivée à Ispahan en 167324.

  • 25 L’ouvrage de M. Schwab, Bibliographie de la Perse, parue en 1875, signale de nombreux documents rel (...)
  • 26 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 100.
  • 27 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 77.

21Ce pouvoir des Safavides est établi, en effet, depuis 1501 et a favorisé l’unification du pays, devenu au xviie un vaste empire centralisé où le šīʿisme joue un rôle de ciment religieux. Le grand organisateur en a été ʿAbbās Ier qui s’est couvert de gloire non seulement grâce à de grandes victoires militaires contre les Ottomans25 dont l’écho est parvenu jusqu’aux cours européennes, mais aussi grâce à ses succès militaires contre les Portugais qui furent chassés en 1602 de l’île de Bahreïn, puis en 1622 de l’île d’Ormuz. Le grand souverain entreprit ensuite des réformes intérieures importantes au sein d’une administration centralisée à Ispahan ainsi qu’une réorganisation de l’armée devenue redoutable. Tout ceci a contribué à réduire les particularismes locaux et à faire naître une nouvelle identité perse au sein de ces peuples d’origines diverses. L’enjeu pour le Shah est de se doter de moyens efficaces pour défendre le pays en priorité contre le « Grand Turc qui prend le nom de Distributeur des Couronnes », écrit La Boullaye, « et se croit être le premier Roy de la terre, parce qu’il est Sultan d’Egypte, Gardien de kouffi Cherif et serviteur de la Mecque26 ». Ainsi donc la Perse faisant la guerre aux Turcs apparaît comme une alliée potentielle pour les Européens dans leur propre combat contre l’Empire ottoman. Alliance qu’il faut entretenir, à tel point qu’en 1666, le frère Raphaël exprime son inquiétude vis-à-vis du Shah Sulaymān, qui venait de monter sur le trône sous le nom de Ṣafī II, jugé par le capucin trop peu belliqueux27, rappelant qu’une des raisons de sa présence en Perse est justement la mise en place d’une alliance entre la Perse et la France contre les Turcs.

22Mais derrière ces marques d’amitié, d’accueil des voyageurs occidentaux, de tolérance dans l’implantation de missions catholiques en Perse, La Boullaye met en garde les Européens contre le danger d’être trop naïfs voire imprudents face aux motivations réelles des souverains safavides. Car si ces derniers souhaitent développer des relations avec les Occidentaux, en recevant régulièrement des ambassades et des visites de marchands, autorisant les Anglais et les Hollandais à s’installer dans les entrepôts d’Ispahan et Chiraz et concédant des comptoirs dans le port de Bandar Abbas, sur les rives du golfe Persique, il n’en demeure pas moins qu’ils restent les maîtres du jeu. En diversifiant leurs relations diplomatiques et commerciales, ils gardent la maîtrise de leur action diplomatique et jouent à limiter cette implantation des puissances européennes.

  • 28 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 106.
  • 29 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations.

23La Boullaye le relève avec beaucoup de perspicacité : « Il [le souverain safavide] se maintient en étroite intelligence avec le grand Duc de Moscovie pour l’attirer contre le Turc en cas où il lui voulut faire la guerre28 ». Mais en même temps, ajoute-t-il, il soutient des minorités contre ses voisins trop puissants, il se sert « … des Tartares qui sont bridés par les Moscovites, il a en quelque estime des Polonais et des Vénitiens pour la même raison. Il protège en tout le Prince de Samarcande, rois des Ouzbeks, et s’en sert à propos contre le grand Mogol, quand il veut étendre les limites sur l’Empire de Perse ; le prince de Bassara est son tributaire et deux princes de Géorgie d’où il tire force chevaux et hommes en temps de guerre ; il ne veut point souffrir que les Anglais, Hollandais et Portugais aient aucune terre adjacente à ses côtés, de crainte que devenant Maîtres du négoce, ils ne prennent les douanes. Il s’entretient par maxime d’État avec le Sherif de la Mecque dont il n’est pas beaucoup aimé à cause de son hérésie ... 29 ».

  • 30 Chardin, Voyages, vol. 2, p. 231.

24Jean Chardin rapporte, dans le même sens, comment en 1625, les Persans ont accordé des droits de pêche des perles aux Portugais « qui se fait à Bahrin, et la moitié de la douane de Bander-congue, qui est un port à trois journées d’Ormus […] pour en tirer du secours dans le besoin, contre les Anglais et les Hollandais, s’ils venaient à se brouiller ensemble…30 ».

25Du côté des Occidentaux, et surtout pour le royaume de France, cette alliance cache aussi de nombreuses ambiguïtés. Les Turcs s’ils représentent un ennemi à combattre, ce qui nécessite une alliance avec les Persans, restent néanmoins utiles pour contrer la puissance espagnole en particulier en Méditerranée. S’ajoute pour la France son propre engagement vis-à-vis des chrétiens d’Orient finalisé dans la signature des Capitulations de 1604 qui assurent la protection des chrétiens dans tout l’Empire ottoman, suscitant de grands espoirs dans les provinces turques parmi les communautés chrétiennes d’Orient. Une alliance avec les Persans peut entraîner une politique de répression turque contre celles-ci.

26Mais, en dépit de ces réserves, cette alliance garde toute son importance, car la Perse offre aussi d’autres atouts qui nourrissent l’intérêt des Occidentaux. Le pays recèle des opportunités commerciales qui, là encore, ne peuvent que favoriser la consolidation des relations entre la Perse et les Occidentaux. En effet, cette position de terre de passage ouvre trois perspectives. D’abord, organiser et surveiller efficacement par voie de terre la traversée des marchandises venant de l’Inde, en particulier les toiles indiennes mais aussi les pierres précieuses (diamants de Golconde, rubis du Pégou…), qui gagnent ensuite les ports du golfe Persique, et sont chargées sur des bateaux hollandais rejoignant l’Occident ; puis, développer l’exportation de produits de Perse par voie de terre et par voie de mer, et enfin ouvrir ce marché persan aux produits européens.

  • 31 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 138.
  • 32 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 145.
  • 33 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 154.
  • 34 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 146.
  • 35 Richard, Raphaël du Mans.
  • 36 Chardin, Voyages, vol. 2, p. 214.

27Ce sont les journaux de voyage justement qui aiguisent l’intérêt des marchands. On y prend connaissance des richesses produites dans le pays (étoffes, cuivre, bijoux, etc.) qui ne peuvent que répondre à la demande grandissante des élites européennes en produits de luxe. Il s’agit en premier lieu de la soie qui est principalement tissée le long de la mer Caspienne, le Gilan, et exportée par les Arméniens « par la Turquie à Smyrne, Alep, etc., puis par la Méditerranée les portent à Venise, Ligourne, et de là rapportent argent net, le tout en piastres, escus d’or, skins…31 ». Les voyageurs s’extasient aussi devant les autres étoffes précieuses, dont on vante la finesse et le savoir-faire des artisans, satins, brocarts, « toiles d’or et d’argent faictes à Hispan… des taffetas32 ». Les tapis de Perse fabriqués dans la région de Caxen soulèvent aussi l’admiration, considérés comme les plus beaux tapis de l’Orient. Beaucoup de ces pièces sont destinées aux Russes, aux Polonais, mais de plus en plus aux pays européens de l’ouest. On peut citer encore les objets de faïence si joliment colorés, les armes, la verrerie, les miniatures si finement décorées de « petites figures d’oiseaux, mouches, papillons, fleurs, bosquets, etc.33 », sans oublier les turquoises extraites de la montagne de Firouz-Kouh34. Quant aux produits importés, le frère Raphaël évoque les draps d’Angleterre, mais en 1660, selon lui, ce commerce se faisait à perte35, n’étant pas adaptés aux modes persanes. Jean Chardin fait mention de l’arrivée à Ispahan de marchands de Moscovie qui viennent aussi vendre des draps, du laiton, du vif-argent, de l’or monnayé, des fourrures36.

28Si ces relations diplomatiques et commerciales restent cependant aléatoires, dépendant du bon vouloir du souverain, des guerres, des rivalités entre pays d’Asie et pays européens et surtout de l’ouverture de nouvelles routes maritimes en Asie, il n’en demeure pas moins que la rencontre la plus féconde de ces deux mondes européen et persan est celle de ces deux religions, christianisme et islam šīʿite dans cette contrée de l’Asie.

Rencontres et interactions entre le monde šīʿite et chrétien ?

  • 37 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 105.

29L’étude du šīʿisme est traitée avec attention dans les rapports de voyages, parce que cet islam est beaucoup moins connu que le sunnisme. Pour La Boullaye, « … les Shais [šīʿites] ont plus de foy en Haly, qu’autres Interprètes de l’Alcoran, et les Sonnis [sunnites] croient plus en Mahomet, Omar, Abubeker et Odeman ; ils ont toutesfois le mesme Alcoran, les mesmes Prières ; les Shais sont plus subtils dans leur Religion, dont ils conferent publiquement avec les Chrétiens, Indous, Juifs, Parsis et Sabis ; cette parfaite connoissance de leur Loy leur vient de leur version de l’Alcoran en Persan, prétendant que l’on ne le puisse traduire en autre langue sans en altérer le sens et l’éloquence à cause de la convenance de l’Arabe écrit avec le Persan37 ».

  • 38 Richard, Raphaël du Mans, vol. 1, p. 67.

30En comparaison avec ce que l’on connaît en Turquie, chacun prend plaisir à relever le climat de bienveillance, de relative tolérance qui règne dans le pays, même si on reconnaît que nulle liberté ne saurait exister dans le pays, sans l’autorisation du Shah qui manifeste depuis ʿAbbās Ier un intérêt pour la culture, les mœurs d’Occident mais aussi pour la religion chrétienne. Le frère Raphaël note, par exemple, que le Shah appelait souvent le capucin soit pour des entretiens particuliers touchant la religion, soit pour le faire discourir avec les docteurs musulmans, que le souverain invitait même à imiter et à s’inspirer de ses vertus38.

  • 39 De Vaumas, L’éveil missionnaire, p. 32.
  • 40 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 102.

31Cette bienveillance se retrouve aussi dans l’élite persane « d’un naturel curieux39 » côtoyée par les Occidentaux. La Boullaye remarque qu’il n’a décelé durant son séjour, aucune antipathie envers les chrétiens occidentaux, laïcs et missionnaires, admirant par ailleurs l’aisance intellectuelle de ces savants persans : « L’on dispute publiquement de la Religion, écrit-il, sans crainte du juge, avec les Persans, qui se plaisent fort dans les conférences ; et ont les mêmes principes de philosophie et de mathématiques que nous, mais non de théologie, non plus que les Parsis, Juifs et Indous et Saby ; ce qui fait que nous ne pouvons convenir en même créance et que nous sortons de la dispute comme nous y entrons40. » Et si les missionnaires sont fort bien accueillis dans les demeures des Persans, ils reçoivent aussi leurs visites, curieux de découvrir les chapelles chrétiennes, d’y mener aussi leurs enfants malades reconnaissant leur efficacité dans le domaine médicinal.

  • 41 De Vaumas, L’éveil missionnaire, p. 351.

32Ces débats formels ou informels sont attestés aussi par les autres auteurs. Contrairement à la Turquie où les questions théologiques ne pouvaient être abordées, en Perse, les voyageurs sont séduits par cette facilité de rencontre. Aussi envoie-t-on d’Occident des ouvrages de controverse afin d’aider les religieux à soutenir solidement ces débats41.

  • 42 Richard, Raphaël du Mans, vol. 1, p. 172 (« Lettre du 15 juillet 1666 à M. Baron, conseiller du roi (...)

33Et si la mission est stérile, comme le constate tristement le frère Raphaël en 1666, il reconnaît que le missionnaire est devenu dans ce pays un passeur de culture, « dans une indicible longanimité et résignation au Bon Plaisir et Disposition divine, qui nous désire en cet estat. Car de fervents missionnaires, doctes ès langues, sciences, etc. […] Il n’en manque point dans les 4 ordres habitués icy à Hispan42 ».

34Ne pouvant exercer leur apostolat missionnaire, les religieux s’adonnent à l’apprentissage de la langue si nécessaire aux débats et controverses avec les savants, ce qui leur permet de servir d’interprètes à la fois aux Occidentaux mais aussi aux autorités persanes durant les ambassades et négociations diverses. On reconnaît à la fois leur compétence mais aussi leur intégrité. Le frère Raphaël devient à plusieurs reprises l’interprète des voyageurs, comme ce fut le cas pour J.B. Tavernier dans ses entretiens auprès du Shah, lors de ses voyages en Perse.

35Cette maîtrise de la langue va permettre aussi aux missionnaires de se lancer dans les traductions d’ouvrages persans ou latins qui sont régulièrement envoyés en Europe. Les voyageurs descendant chez les capucins font état de la richesse de leur bibliothèque contenant des manuscrits orientaux et européens.

36Comme nous l’avons dit, les missionnaires, en particulier les capucins, avaient accepté de s’installer en Perse afin d’entrer en relation avec les communautés chrétiennes de Perse. Il s’agissait en particulier d’aller à la rencontre des Arméniens dont une grande communauté vivait dans les faubourgs d’Ispahan où le Shah ʿAbbās Ier leur avait imposé de s’installer en 1605. Il y avait aussi d’autres chrétiens déportés – Géorgiens, Nestoriens, Jacobites – ayant résisté à l’islamisation.

  • 43 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 81.

37Dans un premier temps les relations sont tendues, on ne permet pas aux capucins, par exemple, d’aller prêcher dans les douze églises arméniennes de Jolfa. La Boullaye ajoute que les chefs religieux arméniens chassent de leur église « ceux de leur nation qui se sont fait catholiques et les excommunient43 », leur retirant tout lien social au sein de leur communauté au risque de les transformer en parias en Perse.

  • 44 Marin, « Le Père Joseph », p. 27.
  • 45 Richard, Raphaël du Mans, vol. 1, p. 91.

38Or, le grand rêve que poursuit le père Joseph en envoyant les capucins en Orient est d’établir des liens avec tous ces chrétiens, pour les ramener dans une unité avec l’Église de Rome, tout en conservant leurs propres traditions liturgiques, tout cela participant à son rêve de reconstituer une Res publica christiana à l’image de l’Église des premiers siècles44. Cependant, après 1670, face à une détérioration des relations entre Arméniens et les autorités de Perse, ces projets d’union avec Rome visent surtout à assurer une protection des Arméniens à la fois par Rome et par le roi Louis XIV. La situation va rester de longues années incertaine et fragile, à la fois pour les Arméniens et la présence des missionnaires catholiques en Perse45 à la fin du xviie siècle.

Conclusion

39La présence occidentale en Perse au xviie siècle reste, encore aujourd’hui, source d’intérêt et de réflexion. Les nombreux documents dont disposent les chercheurs, journaux de voyage, manuscrits, traductions, objets d’art attestent des liens qui se sont noués au xviie entre les deux mondes européen et persan, favorisant des échanges culturels qui se retrouveront dans la littérature le siècle suivant, comme le montre la publication des Lettres persanes de Montesquieu, et surtout les Contes des Mille et Une Nuits publiés par Antoine Galland en 1717. Il en est de même de ce premier dialogue religieux entre chrétiens d’Occident et musulmans šīʿites, dont les missionnaires en ont été les grands artisans, ces nombreux travaux écrits, traductions, recopiés et diffusés dans les grands lieux universitaires d’Orient et d’Occident serviront, grâce à leur qualité scientifique, à enrichir la connaissance mutuelle de ces deux mondes religieux.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Chardin, Jean, Voyages de Monsieur le Chevalier Chardin en Perse et autres lieux de l’Orient, 10 vol., Amsterdam, J.-L. de Lorme, 1711.

Chardin, Jean, Voyage de Paris à Ispahan, introduction, notes et bibliographie de Stéphane Yerasimos, Paris, La Découverte-Maspero, 1983.

Jacqueline, Bernard (Mgr), Guennou, Jean & Marillier, André, Instructions aux vicaires apostoliques des royaumes du Tonkin et de la Cochinchine (1659)…, Paris, Archives des Missions Étrangères, 2008.

Jacquin, Frédéric, Le voyage en Perse au XVIIe siècle, Paris, Belin, 2010.

La Boullaye-Le Gouz, François de, Les voyages et observations du sieur François de La Boullaye-Le-Gouz gentil-homme angevin..., Paris, F. Clousier, 1653.

Pallu, François, Lettres de Monseigneur Pallu, écrites de 1654 à 1684, texte établi par Adrien Launay de la Société des Missions Étrangères, présentation et appareil critique par Frédéric Mantienne, Paris, Les Indes savantes, 2008.

Tavernier, Jean-Baptiste, Les six voyages de Turquie et de Perse, 2 vol., introduction et notes de Stéphane Yerasimos, Paris, Maspero, 1981.

Sources secondaires

Marin, Catherine, « Le Père Joseph et les missions du Levant » in Catherine Marin (éd.), Les soutiens spirituels aux missionnaires et à la mission, XVIIe-XXIe s., Paris, Karthala, 2016, p. 17-38.

Richard, Francis, Raphaël du Mans, missionnaire en Perse au XVIIe s., vol. 1 : « Biographie, Correspondance » ; vol. 2 : « Estats et Mémoire », (Moyen Orient & Océan Indien xvie-xixe s., 9/1 et 2), Paris, L’Harmattan, 1995.

Schwab, Moïse, Bibliographie de la Perse, Paris, E. Leroux, 1875.

Vaumas, Guillaume de, L’éveil missionnaire de la France (d’Henri IV à la fondation du Séminaire des Missions Étrangères), Lyon, Impress. Express, 1942.

Haut de page

Notes

1 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations.

2 Chardin, Voyages.

3 Richard, Raphaël du Mans.

4 Qizilbāš : disciple de l’ordre soufi šīʿite des Safavides.

5 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 101.

6 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 95.

7 Chardin, Voyages.

8 Jacquin, Le voyage en Perse, p. 44.

9 Chardin, Voyages, vol. 3, p. 3.

10 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 96.

11 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 96.

12 Tavernier, Les six voyages, vol. 1, p. 32.

13 Pallu, Lettres, p. 33 (Lettre no 5).

14 Pallu, Lettres, p. 33.

15 Pallu, Lettres, p. 34.

16 Mgr Jacqueline et al., Instructions aux vicaires apostoliques. Ces instructions insistent sur l’apprentissage des langues, la connaissance des cultures locales et la formation d’un clergé autochtone capable d’assurer rapidement l’autonomie des Églises naissantes et préparer la mise en place d’une hiérarchie locale.

17 Richard, Raphaël du Mans, vol. 1, p. 237 (« Lettre à Monsieur de Colbert, 20 aoust 1670 »).

18 Richard, Raphaël du Mans, vol. 1, p. 236.

19 De Vaumas, L’éveil missionnaire, p. 349.

20 De Vaumas, L’éveil missionnaire, p. 352.

21 En effet, en 1604, durant la guerre entre la Perse et l’Empire ottoman, la région arménienne de Jolfa est détruite par le Shah pour empêcher l’ennemi d’y pénétrer. Le souverrain déporte alors la population arménienne dans le faubourg d’Ispahan, qui prend le nom de Nouvelle Jolfa.

22 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 100.

23 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 9.

24 Chardin, Voyages, vol. 2, p. 188.

25 L’ouvrage de M. Schwab, Bibliographie de la Perse, parue en 1875, signale de nombreux documents relatant ces victoires des Perses sur les Turcs. Par exemple : La grande bataille donnée entre les Turcs et les Perses, et lʼépée rouge et de couleur de sang qui s’est vue sur la ville de Constantinople le 15 novembre dernier, avec la lettre de Constantinople, Lyon, in-8o, 1619, Ternaux, no 1218 ; Grande deffaite des Turcs par Saich Ismaël, Sophi roi de Perse, l’an 1580, et la cause de la hayne et guerre d’entre ces deux monarques, Paris, 1581, in-8o, pièce ; La grande et signalée bataille nouvellement donnée près la ville d’Altem et la prise d’un grand nombre des princes et seigneurs en icelle, ensemble la lettre du grand Turc envoyée au roy de Perse avec l’inventaire et la description des riches et inestimables présens qui lui ont été donnés pour la rançon des prisonniers, traduit en francois par le sieur de Chailloux, Paris, 1633, in-8o. Ternaux, no 1507 : voir Schwab, Bibliographie de la Perse, p. 34.

26 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 100.

27 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 77.

28 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 106.

29 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations.

30 Chardin, Voyages, vol. 2, p. 231.

31 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 138.

32 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 145.

33 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 154.

34 Richard, Raphaël du Mans, vol. 2, p. 146.

35 Richard, Raphaël du Mans.

36 Chardin, Voyages, vol. 2, p. 214.

37 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 105.

38 Richard, Raphaël du Mans, vol. 1, p. 67.

39 De Vaumas, L’éveil missionnaire, p. 32.

40 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 102.

41 De Vaumas, L’éveil missionnaire, p. 351.

42 Richard, Raphaël du Mans, vol. 1, p. 172 (« Lettre du 15 juillet 1666 à M. Baron, conseiller du roi et consul pour la nation française »).

43 La Boullaye-Le Gouz, Les voyages et observations, p. 81.

44 Marin, « Le Père Joseph », p. 27.

45 Richard, Raphaël du Mans, vol. 1, p. 91.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Marin, « Les relations de voyage d’Occidentaux (missionnaires, marchands et diplomates) en Perse au xviie siècle »MIDÉO, 35 | 2020, 101-116.

Référence électronique

Catherine Marin, « Les relations de voyage d’Occidentaux (missionnaires, marchands et diplomates) en Perse au xviie siècle »MIDÉO [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 29 octobre 2020, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/mideo/5022

Haut de page

Auteur

Catherine Marin

Institut Catholique de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search