Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Dossier – Les interactions entre ...Le séjour d’Alexandre de Rhodes à...

Dossier – Les interactions entre šīʿites imāmites et chrétiens

Le séjour d’Alexandre de Rhodes à Ispahan (1654-1660)

Regard d’un jésuite sur la société asiatique et persane
Thi Kieu Ly Pham
p. 117-136

Résumés

Cet article met en lumière les observations retranscrites par Alexandre de Rhodes (1593-1660) sur la société persane. Père jésuite originaire d’Avignon, il est l’une des figures missionnaires les plus remarquables de son époque. S’il a consacré la plus grande partie de sa mission à l’évangélisation de l’Asie, notamment au Vietnam et à Macao, il a été amené les dernières années de sa vie à se rendre en Perse, à Ispahan. Nous proposons ici de comparer son approche des différentes cultures, les moyens et méthodes de l’évangélisation qu’il déploie entre le Vietnam et la Perse, en nous demandant s’il y a une simple reproduction de l’évangélisation entre l’Asie et la Perse, ou une adaptation selon les contextes et réactions des populations locales. Nous rendons compte des résultats de la mission en termes de conversions, de baptêmes et de rencontres avec les autochtones. L’article s’appuie sur l’étude des récits de voyage d’Alexandre de Rhodes et de ses confrères ainsi que sur 67 lettres inédites écrites de sa main, conservées aux archives jésuites à Rome (copies aux archives jésuites à Vanves).

Haut de page

Texte intégral

1Alexandre de Rhodes (1593-1660), père jésuite originaire d’Avignon, est l’une des figures marquantes de missionnaires qui ont consacré la plus grande partie de leur vie à l’évangélisation. Il est connu pour avoir joué un rôle majeur à la fois en Asie mais aussi, à la fin de sa vie, à Ispahan. Entre l’Asie et la Perse, appliqua-t-il la même approche d’évangélisation ? Les résultats de la mission furent-ils les mêmes en termes de conversions, de baptêmes, de rencontres avec les autochtones ?

Alexandre de Rhodes acteur de l’introduction du christianisme au Vietnam et en Perse

L’implantation du christianisme au Vietnam

  • 1 Francesco Buzomi (1576-1639), jésuite italien, il partit en 1609 pour Macao avant de s’installer e (...)
  • 2 Diogo Carvalho (1578-1624), né à Coimbra au Portugal, il entra dans la Compagnie de Jésus en 1594. (...)
  • 3 Antonio Dias (1585- ?), né à Ega au Portugal, il entra dans la Compagnie en 1607 et fut ordonné pr (...)
  • 4 Le Vietnam a été divisé en deux au xviie siècle par la guerre intestinale. Le roi Lê a occupé symb (...)
  • 5 Cette ville qui se trouve au centre du Vietnam est l’actuelle Hoïan.
  • 6 Phan Du, Qung Nam.
  • 7 Chingho, Historical Notes.
  • 8 Borri, Relation de la nouvelle mission, p. 94-95.
  • 9 Borri utilise le mot ‘église’ mais les jésuites parlent plutôt de ‘residentia’ ou de ‘domus’, voir (...)
  • 10 Le rapport de Joam Roiz Giram en date du 28 décembre 1619 (Jap-Sin 114, fol. 204v) a mentionné deu (...)
  • 11 Ce sont les Japonais qui aidèrent les jésuites à s’enfuir lors des interdictions prononcées ultéri (...)

2C’est avec l’arrivée de trois jésuites, Francesco Buzomi1, Diogo Carvalho2 et António Dias3, que le christianisme est introduit en Cochinchine4. Embarqués sur des navires de commerce, ils abordent le port de Tourane (actuellement Cửa Hàn) le 18 janvier 1615 et s’installent quelque temps à Faïfo5 (actuellement Hội An), une ville commerçante située sur la côte et port de passage où se croisaient fréquemment les navires portugais et italiens. Japonais, Chinois et Vietnamiens y cohabitent et commercent. Pratiquant une politique d’ouverture attestée par l’activité des grands ports de Tourane6 et de Faïfo7, le seigneur cochinchinois accueille avec bienveillance dans son royaume8 ces jésuites qui finissent par construire leur première résidence9 à Faïfo en 161510. La présence dans cette ville d’un certain nombre de chrétiens japonais, chassés par des persécutions dont ils étaient victimes au Japon, contribua à ce choix. Les jésuites purent en effet bénéficier du soutien des Japonais non seulement pour faciliter les communications, mais aussi pour les protéger en cas de danger11.

  • 12 La guerre intestine qui avait divisé le Vietnam au xvie siècle et avait contribué à renforcer la s (...)

3La mission s’étoffe avec l’arrivée en 1617 de pères missionnaires plus jeunes, comme Francisco de Pina et Christoforo Borri qui apprennent le parler cochinchinois12 plus rapidement, peuvent jouer un rôle plus prononcé auprès des autochtones et ainsi mieux contribuer aux conversions.

Alexandre de Rhodes, ses missions au Vietnam et en Perse

  • 13 Phan, Mission and Catechesis, p. 39-40.
  • 14 Archivum Romanum Societatis Iesu, Fondo Gesuitico 735. fol. 145.
  • 15 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 12.
  • 16 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 71-72.
  • 17 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 79.

4Après avoir suivi ses études au collège des jésuites à Avignon, Alexandre de Rhodes est entré dans la Compagnie de Jésus en 1612 à Rome où il a été ordonné prêtre en 1614 et a complété ses études en théologie au collège général des jésuites13. En 1617, il exprime le souhait de partir en Orient, à destination du Japon ou de la Chine14. Le supérieur général Mutio Vitelleschi (1563-1645) répond favorablement à sa requête et lui confie le Vietnam comme lieu de mission. Embarqué à Lisbonne en avril 161915, de Rhodes arrive à Macao en 1624 après un long voyage. Le contexte est alors difficile puisque le Japon nourrit alors une période d’hostilité à l’encontre des missionnaires. Tous les jésuites sont expulsés du pays. De Rhodes est envoyé en Cochinchine, au Vietnam, où il débarque avec cinq autres confrères en décembre 162416. Sans attendre, il s’investit à l’apprentissage de la langue locale avec Francisco de Pina et un jeune catéchiste cochinchinois. Après six mois d’étude, il est en mesure de prêcher dans la langue locale. Il y demeure dix-huit mois et exprime son « extrême satisfaction de voir croître le nombre d’enfants de Dieu17 ».

  • 18 Giuliano Baldinotti (1591-1631), né à Pistoia, ordonné à Rome en 1609, il se rend à Goa puis à Mac (...)
  • 19 Biblioteca da Ajuda, Jesuítas Na Ásia, vol. 49-V-31, fol. 1-23 ; de Rhodes, Divers voyages et miss (...)
  • 20 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 81.
  • 21 Le port de la Province de Thanh Hóa est appelé Saint-Joseph car les jésuites y débarquèrent le jou (...)
  • 22 Gaspar do Amaral (1594-1646), jésuite portugais, débarque au Tonkin une première fois en 1629 et y (...)
  • 23 António de Fontes, né en 1569 à Lisbonne, il entre dans la compagnie de Jésus en 1584 ; il est en (...)
  • 24 De Rhodes a eu l’intention de fonder une église autochtone dès l’origine. Voir Marin, « L’Expérien (...)

5Les jésuites projettent alors d’élargir la zone d’évangélisation au Tonkin. En 1626, les pères Baldinotti18 et Piani y débarquent. Néanmoins, le père Baldinotti ne parlant pas la langue locale, il regrette de devoir rester muet19. Pour pallier cette difficulté, il sollicite son supérieur de Macao de lui adjoindre d’autres confrères. En raison de ses facilités linguistiques, Alexandre de Rhodes est désigné et doit se rendre en cette terre de mission20. Accompagné de Pedro Marques, il débarque au port de Cửa Bàng21 le 19 mars 1627. Peu de temps après, la mission au Tonkin est renforcée par l’arrivée d’autres jésuites tels que Gaspar do Amaral22, António de Fontes23… De Rhodes reste au Tonkin jusqu’en 1630 où il s’occupe de la formation des catéchistes locaux24. À la suite de l’interdiction du seigneur Trịnh, il doit retourner à Macao, où il enseigne la théologie au collège São Paulo.

  • 25 Đỗ Quang Chính, Dòng Tên, p. 76-104.

6Le contexte change, la mission en Cochinchine connaît à son tour des difficultés et des persécutions sont menées par les autorités locales. De Rhodes est renvoyé en Cochinchine pour renforcer l’équipe des missionnaires, mais l’interdiction du seigneur Nguyễn Phước Lan (1601-1648) rend difficile sa mise en œuvre. Dans ce contexte, il lui est impossible de rester dans la région à plein temps et il doit faire quatre allers-retours entre la Cochinchine et Macao25.

  • 26 De Rhodes, Divers voyages et missions, part. 3, p. 1-70.
  • 27 De Rhodes, Divers voyages et missions, part. 3, p. 57.

7Expulsé définitivement de Cochinchine en 1645, de Rhodes se rend à Macao puis embarque pour l’Occident en passant par Malacca. Il traverse ensuite la Perse par la route d’Ispahan26. C’est son premier séjour à Ispahan. Nous sommes en 1648. Le jésuite y trouve d’emblée les promesses d’une belle mission : « Je me persuade que tant de personnes pleines du même zèle qui a brulé les cœurs des Apôtres seraient ravies d’aller en ces belles terres employer leur sang et leur vies, pour y prêcher Jésus-Christ, qui en a été chassé par Mahomet et faire revivre la foi chrétienne dans ces campagnes qui ont été arrosées du sang de tant de martyrs27. »

  • 28 Launay, Histoire générale.

8De retour à Rome en 1649 après une longue pérégrination, Alexandre de Rhodes expose la situation de l’Église en Cochinchine et au Tonkin et plaide pour un soutien du Vatican dans l’établissement de missions auprès de la Propaganda Fide et la nomination d’un évêque in partibus pour la Cochinchine et le Tonkin. C’est la genèse de la création des Missions Étrangères28.

  • 29 Matthee, « Jesuits », p. 635.
  • 30 Gaspar Barzaeus (1515-1553) est le premier jésuite arrivé sur le golfe Persique en 1549. Voir Matt (...)

9Lors de ce séjour en Europe, de Rhodes s’est montré insistant sur les avantages que constituent « Ispahan comme station relais pour le courrier circulant entre l’Europe et l’Asie sans interférence portugaise et aussi comme centre d’organisation pour d’autres incursions en Asie centrale et jusqu’en Chine29 ». Arrivé en Perse en 1652, le père Aimé Chézaud (1604-1664) établit la Compagnie de Jésus dans ce royaume30. En 1654, le Général des jésuites envoie Alexandre de Rhodes à Ispahan.

10Durant ces années de mission en Cochinchine et au Tonkin du Vietnam, puis à Ispahan, Alexandre de Rhodes a pu acquérir des connaissances générales et profondes sur la société, les mœurs et les coutumes au sein des deux pays. L’étude de ses récits de voyage permet de mettre non seulement en lumière l’expression de modes ou de méthodes d’évangélisation propres mais aussi la nature d’un regard attentif soucieux de saisir la réalité culturelle et religieuse de chaque contrée, comme en témoignent les observations portées sur la vie des deux pays.

La porte ouverte pour la mission au Vietnam et en Perse

Premières observations

  • 31 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 63.
  • 32 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 67.

11Dès son arrivée en Cochinchine en 1624, de Rhodes s’appuie sur le caractère doux et docile des Cochinchinois pour saisir l’opportunité d’y introduire la foi chrétienne31. Terre fertile, la Cochinchine l’est surtout en raison des progrès de l’Évangile : « Les grands fruits que la prédiction de l’Évangile y a produits en fort peu de temps, j’en suis témoin, et je puis dire qu’y ayant été envoyé cinq fois, j’y ai toujours eu les bénédictions de cette terre plantureuse32. »

  • 33 De Rhodes, Histoire du Royaume du Tonkin, p. 121.
  • 34 Manguin, Les Portugais, p. 181-189.

12Alexandre de Rhodes mentionne le rapport de Baldinotti et cite le passage où ce missionnaire, pionnier au Tonkin, avait formulé de grandes espérances, s’agissant de l’évangélisation de ce royaume : « Le P. Julien fut soigneux de remarquer, durant ce séjour qu’il fit au Royaume de Tunquin, le naturel ouvert et docile et les mœurs des Tunquinois fort susceptibles comme il jugeois [sic] de l’impression des vérités chrétiennes33. » Pourtant, cette espérance est illusoire, et la politique du Tonkin fut plus fermée que celle de la Cochinchine : comme on l’a vu, les ports cochinchinois avaient accueilli très tôt les commerçants de tous pays à venir commercer dans les grands ports de Tourane et Faïfo dès le début du xvie siècle34, mais il fallut attendre 1626 pour que le premier bateau de commerce portugais soit autorisé à aborder au Tonkin.

  • 35 De Rhodes, Relation de la mission, p. 37-38.

13Parti de France du port de Marseille le 16 novembre 1654, Alexandre de Rhodes arrive en Perse le 1er novembre 1655. On trouve les mêmes remarques d’un missionnaire confiant quant à l’accueil de la foi à Ispahan35 :

L’on peut dire en général, que c’est ici qu’une grande porte se voit ouverte pour la prédication de la foi, puisque dans ce royaume, elle se présente avec liberté. Il est vrai que les habitants pour la plupart professent le Mahométisme et que c’est la religion du Roi et des grands de la Cour. Mais comme ils suivent une interprétation de l’Alcoran différente de celle que tiennent les Turcs, ils laissent la liberté entière de traiter et de disputer de la Religion à tous ceux qui le veulent faire.

  • 36 De Rhodes, Relation de la mission, p. 100-115.

14S’il s’agit de remarques optimistes de la part d’un missionnaire actif, la mission en Perse fut cependant bien plus difficile que celle menée au Vietnam et moins fructueuse en matière de conversion. Si les Persans ont la liberté de choisir leur religion, très peu en effet se convertissent au catholicisme, constat qui figure postérieurement dans le récit de voyage d’Alexandre de Rhodes lui-même36.

Demande de l’autorisation d’installation – rencontre des rois

  • 37 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 135.
  • 38 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 154.
  • 39 De Rhodes, Relation de la mission, p. 79.
  • 40 Marx, « La stratégie d’adaptation », p. 53-72.

15Dans le but d’obtenir l’autorisation de prêcher dans le pays, les jésuites ont sollicité audience auprès des rois. À chaque fois, ils suivent la même démarche : préparation de cadeaux, présentation de la foi. Ainsi, au Tonkin, les marchands portugais et les pères offrent des présents au roi, dès la première rencontre37. Les jésuites offrent souvent des horloges pour l’esthétique et la technique de l’objet qui traduit la connaissance dont ils sont porteurs. Le présent touche manifestement les dignitaires qui le gardent précieusement : « Il [le roi] nous appela pour entrer dans sa galère où s’étant fait apporter la montre d’horloge à roues et le poudrier dont nous lui avions fait présent quand il allait à la Cochinchine38. » La situation est légèrement différente à Ispahan où c’est le roi de France lui-même qui a confié les cadeaux à de Rhodes pour qu’il les offre au roi de Perse : « Ils lui ont apporté et mis en main les lettres et les présents de notre Roi envoyés à celui de Perse. Lorsque le Père les lui offrit, il les reçut avec tous les sentiments d’estime dus à un si grand Monarque39. » À travers le présent, le « Dieu des horloges » des jésuites exprime mieux que tout discours les nouvelles connaissances techniques qui voient le jour en Europe40.

  • 41 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 133-137 ; Vũ Khánh Tường, Les missions jésuites, p. (...)
  • 42 Selon de Rhodes, cette église fut bâtie le 3 mai 1627. Considérée comme la première église du Tonk (...)

16Comme au commencement de leur installation en Cochinchine, les missionnaires sont bien accueillis au Tonkin. Le seigneur Trịnh autorise les jésuites à s’y installer car il caresse l’espoir de nouer et de développer des échanges avec les Occidentaux en vue de leur acheter des armes pour vaincre le seigneur de Cochinchine. Il ne s’en cache guère et Alexandre de Rhodes en fait le récit à la suite de leur première rencontre41.  De son côté, de Rhodes porte le désir et l’ambition de « leur donner la vraie loi ». Trịnh Tráng fait don d’une maison aux jésuites ce qui leur permet d’y vivre et d’évangéliser à An Vực42.

  • 43 De Rhodes, Relation de la mission, p. 84-85.
  • 44 De Rhodes, Relation de la mission, p. 97-98.

17Pour ce qui concerne la mission en Perse, les jésuites ont aussi obtenu l’autorisation du roi de s’installer à Ispahan : « Pour la maison où les Pères ont établi leur Mission, elle est située en un bel endroit de la Ville, près du Palais du Roi, et quoi qu’elle soit petite, elle est suffisante pour ceux qui l’habitent présentement43. » Les pères ont offert les livres religieux au roi et aux docteurs mahométans. Témoignant d’une curiosité certaine, le roi de Perse les convoque : il désire entendre les mystères de la foi44.

  • 45 Martloff, « Matteo Ricci », p. 641.

18La rencontre des rois telle qu’elle est envisagée par les jésuites au Vietnam et en Perse renvoie à une méthode d’évangélisation qui a été appliquée dès l’époque de François Xavier au Japon. Ce jésuite pionnier avait d’emblée tenté de convertir l’Empereur du Japon. Ses successeurs en Chine ont poursuivi sa méthode avec la certitude que « si l’Empereur en personne pouvait être persuadé de la conformité des valeurs chrétiennes avec celles de la Chine, beaucoup de Chinois pourraient envisager de se convertir sans crainte45 ».

Outils linguistiques – support de la mission

Apprentissage de la langue et composition des outils linguistiques

  • 46 Hurel, « Youssef El Alaoui, Jésuites ».

19L’objectif principal étant l’évangélisation et la conversion des âmes, la condition sine qua non en l’apprentissage raisonné des langues indigènes. « Le souci d’une bonne communication par l’apprentissage des langues » a été entrepris par les jésuites dès l’époque de José de Acosta (1588) et d’Ignacio de Las Casas (1605-1607)46.

  • 47 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 73.

20Alexandre de Rhodes explique la raison pour laquelle il s’est adonné à l’apprentissage de la langue locale : « Je les assure que le fruit que l’on fait en proposant nos mystères en leur langue, est incomparablement plus grand, que quand on parle par interprète, qui ne dit que ce qu’il veut et qui ne le saurait dire avec l’efficace qu’a la parole qui sort de la bouche du Prédicateur que Saint Esprit anime47. »

  • 48 De Rhodes, «Ad lectorem », Dictionarium annamiticum lusitanum et latinum.
  • 49 Archivum Romanum Societatis Iesu, Jap-Sin 71, fol. 002 ; Biblioteca da Ajuda, Jesuítas Na Ásia, vo (...)
  • 50 Archives de la Compagnie de Jésus-Province d’Europe Occidentale Francophone, Document historique s (...)
  • 51 De Rhodes, Relation de la mission, p. 34-35.
  • 52 De Rhodes, Relation de la mission, p. 37.
  • 53 Archives de la Compagnie de Jésus-Province d’Europe Occidentale Francophone, GRH. E.20. La lettre (...)

21Lors de son arrivée en Cochinchine, Alexandre de Rhodes apprend la langue locale avec Francisco de Pina48 qui en avait une bonne maîtrise et avait entrepris la composition d’un dictionnaire dès 161949. En arrivant à Ispahan, de Rhodes s’emploie une fois encore à apprendre la langue persane comme il le raconte dans la lettre qu’il adresse à son supérieur en date du 28 février 165650. Il apprend le persan avec le père Aimé Chézaud qui avait une bonne maîtrise des langues de Syrie, d’Alep ainsi que de Perse51. Alexandre de Rhodes parvient à prêcher en persan après quelques mois d’apprentissage52, non sans un effort soutenu et une ardeur qui ne manqua pas de courage comme en témoigne son enseignant : « Son étude continuelle des choses spirituelles n’empêchait pas l’étude de la langue persienne, pour l’acquisition de laquelle il s’est employé avec tant de travail, qu’un jeune de bonne santé ferait beaucoup d’en employer autant, s’assujettissant à écrire infatigablement pour y faire plus de progrès53. »

  • 54 Auroux, La Révolution technologique, p. 82.

22Par la suite, l’apprentissage des langues locales prit un caractère plus systématique grâce à l’ouverture de collèges, installés de préférence dans les villes carrefours et les ports de commerce où débarquaient les missionnaires. Les jésuites composent et emploient deux outils classiques, dictionnaire et grammaire, afin de permettre l’apprentissage de nouvelles langues54. La transcription de la langue cible en alphabet latin est également mise en œuvre par les missionnaires. Elle leur permet d’apprendre la prononciation d’une langue tout en utilisant les caractères alphabétiques.

  • 55 Nguyễn Khắc Xuyên, « Giáo sĩ Đắc-Lộ », p. 183-196 ; Archives de Propaganda Fide, SRCG, vol. 193, f (...)
  • 56 Archives de Propaganda Fide, SC Stamperia, vol. 1, fol. 446-448.

23Lors de son séjour à Rome, Alexandre de Rhodes demande à la trésorerie de la Propaganda Fide de financer l’impression de trois manuels : Grammatica, Dittionario e Catechismo nelle lingua del Tonchino55. Le Dictionarium Annamiticum, Lusitanum et Latinum est ainsi l’un des premiers dictionnaires d’une langue « exotique » à être imprimé par la Propaganda Fide56.

  • 57 De Rhodes, Relation de la mission, p. 35 ; Tiburcio, « Aimé Chézaud ».
  • 58 Archives de la Compagnie de Jésus-Province d’Europe Occidentale Francophone, Arch. Prov. Camp. ms. (...)

24En Perse, le père Chézaud a composé un dictionnaire de persan et plusieurs livres religieux57. Dans une lettre de 1655, de Rhodes annonce que les pères ont traduit le catéchisme en persan58. Il est probable que ce soit la traduction de son catéchisme imprimé en latin et vietnamien à Rome en 1651.

Explication sur la pédagogie du catholicisme

  • 59 En chinois, religio est traduit en plusieurs termes : T’ien-ti, T’ien-chu, Shang-ti.
  • 60 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 129.

25En recourant à l’utilisation des termes des religions et croyances traditionnelles, et en les réintroduisant dans la vie spirituelle des nouveaux chrétiens tout en remaniant le sens, les jésuites sont parvenus au Vietnam à opérer à une transition religieuse douce, sans choquer les indigènes, tout en leur donnant accès rapidement à la compréhension des vérités religieuses chrétiennes. Ainsi, par exemple, à propos du mot Đạo (religio en latin, religião en portugais ou religion en français, anglais), les jésuites en ont fait un usage particulier car il ne porte pas le même sens que celui de religion dans les langues européennes. En vietnamien ou en chinois59, il désigne la voie, les lois qui guident l’homme et les citoyens dans le bon sens. Il renvoie également aux trois religions existantes que sont le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme, autant de désignations sensiblement éloignées de la définition et des connotations européennes de religion. Alexandre de Rhodes raconte comment il a été amené à expliquer la religion chrétienne aux Tonkinois à partir de ce terme : « Parler de la loi qu’ils appellent Dau en langue des lettrés, & Dang en langue vulgaire, lequel mot signifie chemin60. »

  • 61 De Rhodes, Catechismus-Phép ging tám ngày, p. 14.
  • 62 De Rhodes, Catechismus-Phép ging tám ngày, p. 14.

26De même, dans la pensée des Annamites, le Ciel (Trời) attire la ferveur populaire et répond à une croyance suprême dont l’expression est marquée d’un fort respect : Monsieur (ou Monseigneur) le Ciel (Ông Trời). Le rituel dédié au Ciel, à la Terre et aux ancêtres royaux ‘Nam Giao’ est considéré comme le rituel le plus complet et le plus important ; il est organisé lors du Nouvel An lunaire par l’Empereur (fils du Ciel) avec la participation des mandarins. Fort de ce signifiant, les missions jésuites ont introduit et présenté la foi chrétienne comme un Seigneur du Ciel (le vrai Dieu). Il s’agissait ainsi de prendre appui sur les croyances établies en approchant une forme de syncrétisme. Cette méthode d’inculturation apparaît ultérieurement dans le catéchisme de la première journée où Alexandre de Rhodes prend l’exemple du caractère chinois signifiant le ‘ciel’ : « Le Ciel se compose de deux lettres, à savoir premier et grand61. » Par cet exemple, de Rhodes conduit les infidèles à se demander : « Qu’est-ce que ce premier Grand, sinon le Suprême Créateur et Seigneur du Ciel ?62. »

27Alexandre de Rhodes suit une méthode convenant à la situation rencontrée (autrement dit la contextualisation), dans un cadre culturel où le christianisme est une nouvelle religion dont les notions théologiques restent, pour une grande part, étrangères aux indigènes. Pour s’assurer de la réussite de la mission, il convenait donc de recourir à des notions connues, compréhensibles par les locaux, qui permettaient d’informer, d’enseigner et de transmettre les croyances du catéchisme catholique.

  • 63 Archives de la Compagnie de Jésus-Province d’Europe Occidentale Francophone, GRH. E 20. Lettre du (...)

28À propos de la mission à Ispahan, Alexandre de Rhodes suit de très près la méthode du père Chézaud et il le raconte dans la lettre63 :

Dans les conversations avec les mahométans, il s’étudiait particulièrement de faire connaître tant qu’il pouvait les deux principaux mystères de notre Sainte Foi, la très sainte Trinité, et l’Incarnation du Verbe, et pour mieux inculquer celui-ci, au lieu qu’on dit ordinairement dans les salutations « khoa nigah dared », Dieu vous conserve, il disait toujours « khazaret eussé », ou bien « Christus nigah dared », Jésus-Christ nous conserve, pour donner à entendre qu’il est Dieu.

  • 64 Chevalier, « La pédagogie », p. 120.

29Ce choix de vocabulaire d’Alexandre de Rhodes rappelle la pédagogie enseignée aux collèges des jésuites : « Le modèle pédagogique des jésuites repose sur l’adhésion à un schéma d’interprétation du langage [...], [pour] tenter de “découvrir” la vérité64 ». Cette introduction douce, subtile et audible, a contribué à répandre les semences de l’Évangile. Ce travail aboutit ainsi, grâce aux traductions, à un choix judicieux et à une utilisation adaptée du vocabulaire de la foi catholique.

Fruits de la mission

Discussion avec les lettrés locaux

  • 65 De Rhodes, Relation de la mission, p. 81.
  • 66 De Rhodes, Relation de la mission, p. 52.
  • 67 De Rhodes, Relation de la mission, p. 58.
  • 68 Fontana, Matteo Ricci, p. 207-208.
  • 69 Archivum Romanum Societatis Iesu, Jap.-Sin 72, fol. 002-016.

30La publication du livre rédigé en persan par le père Chézaud sur les principaux mystères de Sainte Foi est l’occasion d’organiser une première conférence à Ispahan. Le père offre son ouvrage au roi de Perse qui convoque par la suite les docteurs mahométans afin d’initier la première discussion avec les pères jésuites, comme nous l’avons vu plus haut. Le débat prend le rythme d’une Disputatio. À l’ouverture de la conférence, comme l’indique Alexandre de Rhodes, « les Docteurs mahométans avaient proposé plusieurs objections contre notre sainte Religion65 » en récitant la Bible en hébreu ainsi que « l’Ancien Testament [qui] parlait avec honneur de Mahomet66 ». Le père maîtrisait bien l’hébreu, et il parvient à tenir un discours appuyé devant une vingtaine de docteurs avec des arguments solides. Le débat ne s’arrêta pas là. Deux autres conférences sont organisées par les docteurs mahométans et les jésuites ; aux termes de ces discussions, le père entreprend de prouver [la foi chrétienne] par les passages des Saints Évangiles67. Rappelons que Mattéo Ricci avait également organisé des discussions avec les mandarins à la cour de Ming68. Au Vietnam, João Roiz fait également état de divergences d’opinions entre les mandarins et les jésuites au sujet de l’éclipse lunaire. Grâce aux connaissances en mathématiques et en astronomie, les jésuites parviennent à acquérir une supériorité sur leurs discutants : en déterminant l’éclipse lunaire exacte en décembre, ils attestent d’une supériorité de connaissance qui leur permet d’avoir raison des mandarins69.

Baptême

  • 70 Hurel, « Youssef El Alaoui, Jésuites ».
  • 71 De Rhodes, Relation de la mission, p. 41.

31L’évangélisation n’est pas sans lien avec le baptême. La méthode d’évangélisation des jésuites n’oublie pas les enfants qui « sont au cœur de la stratégie missionnaire ». Les pères veillent sur leur formation chrétienne70 et baptisent les enfants malades qui sont périlleuse : « C’est l’exemple que le père de Rhodes rapporte avoir vu de ses propres yeux, et expérimenté lui-même, car comme il fut l’un des premiers employés à la Mission du Tonkin, il assure que quelques petits enfants qu’ils [les pères] baptisèrent d’abord à l’entrée de leur mission, dans l’extrémité de maladie, ouvrirent incontinent [=aussitôt] après la porte à une très grande multitude de Païens71. » Au Vietnam comme en Perse, les parents emmènent les enfants malades voir les pères en espérant qu’ils puissent guérir leurs enfants. Les missionnaires y voient le premier fruit de leur mission.

Quasi-succès et insuccès de la mission

32Si les commentaires d’Alexandre de Rhodes sur « la porte ouverte aux Bonnes Nouvelles » au Vietnam et en Perse sont optimistes, ne le sont-elles pas trop ? L’installation du christianisme se heurte à plusieurs obstacles provenant non seulement des autorités locales mais aussi des différences des mœurs et coutumes.

  • 72 Đỗ Quang Chính, Dòng Tên, p. 53-59.
  • 73 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 122.
  • 74 Biblioteca da Ajuda, Jesuítas Na Ásia, vol. 49-V-31, fol. 31r-v.
  • 75 Un titre bouddhiste, écrit « sãi » en quốc ngữ.
  • 76 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 165-166.
  • 77 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 180

33Ainsi, au Vietnam et en Cochinchine, malgré la présence intermittente des missionnaires – intermittence liée à des difficultés financières, à un manque de personnel et aux interdictions72 – les autochtones, même ceux des hautes classes, semblent garder leur foi après leur conversion. Cela, même si, d’après le témoignage de plusieurs missionnaires, ils consacraient leurs biens et leurs forces au maintien de l’Église, comme l’indique le récit du père de Rhodes : « Cette grande Dame […] m’appela incontinent [=immédiatement] en sa maison, où elle avait une belle église qui servait de refuge à tous les chrétiens de cette grande ville [Faifo]73. » Ayant obtenu la permission de demeurer au Tonkin, les jésuites se mettent activement au travail et peuvent attirer nombre de « païens indigènes » de toutes classes sociales : des lettrés, des paysans, des soldats… : « De nombreux lettrés deviennent chrétiens simplement en voyant les livres de la Chine74. » De Rhodes baptise un Saï75 qui avait une grande réputation dans la région et maîtrisait bien les caractères chinois. Ce sãi et un jeune garçon l’aidèrent par la suite à transcrire les prières catholiques en caractères chinois76. Quelque temps plus tard, Marques et de Rhodes suivirent Trịnh Tráng à la Cour, et, pendant le trajet, de Rhodes peut expliquer au roi le « livre chinois » que les jésuites lui avaient offert lors de leur première rencontre. Dans un autre passage de son livre, Alexandre de Rhodes précise qu’un bonze possédait un « livre apporté de la Chine et composé par quelqu’un de nos Pères […] que son père avait rapporté de la Cour de Péquin77 ».

  • 78 De Rhodes annonce le nombre de 300 000 chrétiens dans un rapport adressé à la Propaganda Fide. Voi (...)
  • 79 Nguyễn Như Lai, La tradition religieuse, p. 187.
  • 80 Marx, « La stratégie d’adaptation ».
  • 81 Borri, Relation de la nouvelle mission, p. 107.
  • 82 Đỗ Quang Chính, Dòng Tên, p. 53-59.

34Le nombre de baptêmes au Vietnam s’est élevé aux environs de 100.000 au xviie siècle78. On peut parler d’un réel succès aux yeux des missionnaires pour la mission qui y fut menée. Le refus de la conversion s’explique pour une grande part en raison de l’attachement des habitants au culte des ancêtres et aux anciennes croyances. Le christianisme est introduit au Vietnam dans le contexte où les trois religions principales (bouddhisme, taoïsme et confucianisme) coexistaient en parallèle avec les cultes antiques et les rites tels que « rites du culte des ancêtres, les rites du mariage, les rites du deuil, les rites funéraires et les rites de la sépulture79 ». Il est certain que les préjugés des jésuites envers ces religions et mœurs ont empêché l’avancement de leur mission malgré leur capacité d’adaptation80. Par ailleurs, ils durent subir l’opposition des autorités qui interdirent à plusieurs reprises la présence des pères. Une première interdiction eut lieu en 1617 à la suite d’une grande inondation81 dont les bonzes imputèrent l’origine à leur présence. Les bonzes et les mandarins n’appréciaient guère que les jésuites implantés en Cochinchine promeuvent une nouvelle religion, incitant les Annamites à abandonner leurs cultes traditionnels, notamment le culte des ancêtres. Il faut aussi considérer que les seigneurs Nguyễn et Trịnh autorisaient les prêtres à rester en Cochinchine et au Tonkin principalement parce qu’ils voulaient commercer avec les Portugais. Mécontents de ne pas voir débarquer des bateaux chargés d’objets précieux et étant sous la pression des mandarins, les seigneurs chassèrent les pères par des persécutions82.

  • 83 De Rhodes, Relation de la mission, p. 100.
  • 84 De Rhodes, Relation de la mission, p. 100.
  • 85 Tork Ladani, « Le sublime motif ».

35Quant à la mission en Perse, selon de Rhodes, « l’obstacle le plus grand au salut des âmes en ce pays est, semble-t-il, la félicité temporelle dont il [le monarque] jouit maintenant dans son plus haut degré83 ». Il en précise la raison : « Toute cette Cour qui est des plus grosses et des plus magnifiques qu’on puisse voir ailleurs, se trouve si absorbée dans le luxe et dans les délices, que la pensée unique, et toute l’occupation des Grands qui la composent, n’est que de prendre leurs plaisirs et de s’en repaître par tous les sens84. » Selon Tork Ladani, l’absence de succès significatif peut s’expliquer d’une part par la compétence linguistique limitée des missionnaires qui, bien qu’ils maîtrisaient la langue, ne pouvaient pas tout justifier ; d’autre part, par le zèle des šīʿites et la grande fidélité au mahométisme85.

Conclusion

36Alexandre de Rhodes a joué un rôle actif dans les premiers succès de la mission, dans l’implantation de l’Église et la formation des catéchistes locaux au Vietnam et en Perse. Ses rapports et ses récrits de voyages montrent clairement l’application d’une stratégie d’évangélisation commune : prêcher en langue locale, s’appuyer sur le vocabulaire des croyances traditionnelles locales pour expliquer le christianisme, tenter de convertir la classe supérieure, organiser des discussions avec les lettrés locaux afin de montrer la position supérieure du christianisme et de la culture de l’Europe, à la lumière de ses techniques.

37La courbe des conversions ne suivit cependant pas la même dynamique. Le nombre de convertis au Vietnam y fut bien plus important qu’en Perse, où il se constitua cependant une petite communauté chrétienne. Dans les deux cas, les missions conduisirent à la formation d’un groupe de croyants coexistant avec ceux des anciennes religions au sein de ces deux pays évangélisés.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Archives de la Compagnie de Jésus, Vanves-Province d’Europe Occidentale Francophone, Arch. Prov. Camp. ms. A. 2582, p. 26.

Archives de la Compagnie de Jésus, Vanves-Province d’Europe Occidentale Francophone, Document historique sur la Compagnie de Jésus, Missions de Constantinople et du Levant 1584-1724, p. 1097.

Archives de la Compagnie de Jésus, Vanves-Province d’Europe Occidentale Francophone, Fonds personnel du Père Alexandre de Rhodes, GRH. E 20.

Archives de Propaganda Fide, Scritture riferite nelle Congregazioni Generali (SRCG), vol. 193, fol. 524 ; SC Stamperia, vol. 1, fol. 446-448.

Archivum Romanum Societatis Iesu, Fondo Gesuitico 735. fol. 145; Jap-Sin 71, fol. 002; Jap-Sin 80, fol.15-16; Jap-Sin 114, fol. 204v. Biblioteca da Ajuda, Jesuítas Na Ásia, vol. 49-V-7, fol. 414v ; vol. 49-V-31, fol. 31r-v.

Borri, Christoforo, Relation de la nouvelle mission des Pères de la Compagnie de Jésus au Royaume de la Cochinchine, traduit de l’italien par Antoine de la Croix, Lille, P. de Rache, 1631.

Rhodes, Alexandre de, Dictionarium annamiticum lusitanum et latinum, Rome, Typis et sumptibus ejusdem Sacr. Congr, 1651.

Rhodes, Alexandre de, Histoire du Royaume du Tonkin, des grands progrès que la prédication de l’Evangile y a faits en la conversion des infidèles depuis l’année 1627 jusqu’à l’année 1646, Lyon, J.B. Devenet, 1651.

Rhodes, Alexandre de, Divers voyages et missions en Chine et autres royaumes de l’Orient, Paris, Imprimeur du Roi et de la Reine, 1653.

Rhodes, Alexandre de, Relation de la mission des Peres de la Compagnie de Jesus établie dans le Royaume de Perse par le R.P. Alexandre de Rhodes. Dressée et mise au jour par un Père de la même compagnie, Paris, J. Henault, 1659.

Rhodes, Alexandre de, Catechismus-Phép giảng tám ngày, Thành phố Hồ Chí Minh, Tủ sách Đại Đoàn Kết., trad. en français par Henri Chappoullie, 1993 [1651].

Sources secondaires

Auroux, Sylvain, La révolution technologique de la grammatisation. Introduction à l’histoire des sciences du langage, Liège, Mardaga, 1994.

Chevalier, Jean-Claude, « La pédagogie des collèges jésuites », Littérature 7, 1972, p. 120-128.

Chingho, Chen, Historical Notes on Hoi-An (Faifo), Carbondale, Center for Vietnamese Studies, Southern Illinois University, 1974.

Đỗ, Quang Chính, Dòng Tên trong xã hội Đại Việt [Les jésuites dans la société de Đại Việt], Thành phố Hồ Chí Minh, Nhà xuất bản Tôn giáo, 2008.

Fontana, Michela, Matteo Ricci: A Jesuit in the Ming Court, Lanham, MD, Rowman & Littlefield, 2015.

Hurel, Daniel-Odon, « Youssef El Alaoui, Jésuites, Morisques et Indiens. Étude comparative des méthodes d’évangélisation de la Compagnie de Jésus d’après les traités de José de Acosta (1588) et d’Ignacio de Las Casas (1605-1607) », Archives de sciences sociales des religions 138, 2007, p. 132-251.

Jacques, Roland, « Le Portugal et la romanisation de la langue vietnamienne. Faut- il réécrire l’histoire ? », Revue Française d’Histoire d’Outre-mer 85, no 318, 1998, p. 21-54.

Launay, Adrien, Histoire générale de la Société des Missions-Étrangères, Paris, Les Indes Savantes, 2003.

Manguin, Pierre-Yves, Les Portugais sur les côtes du Viêt-Nam et du Campā : étude sur les routes maritimes et les relations commerciales, d’après les sources portugaises (16e, 17e, 18e siècles), Paris, École Française d’Extrême-Orient, 1972.

Marin, Catherine, « L’Expérience missionnaire d’Alexandre de Rhodes en Cochinchine et au Tonkin au xviie siècle », Cahiers d’Études Vietnamiennes 23, 2016, p. 5-30.

Martloff, Jean-Claude, « Matteo Ricci et la science en Chine », Études 412, 2010, p. 639-649.

Marx, Jacques, « La stratégie d’adaptation de Matteo Ricci et la mission de Chine », Le Figuier. Annales du centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité de l’Université libre de Bruxelles 2, 2008, p. 53-72.

Matthee, Rudi, art. « Jesuits in Safavid Persia », Encyclopaedia Iranica, t. 14 (2008), p. 634-638.

Nguyễn, Khắc Xuyên, « Giáo sĩ Đắc-Lộ với công việc xuất bản [Le père de Rhodes et l’édition de ses œuvres] », Việt Nam khảo cổ tập san [Bulletin de l’Institut de recherches historiques], Saigon, Bộ quốc gia giáo dục, 1961.

Nguyễn, Như Lai Joseph, La tradition religieuse spirituelle et sociale au Vietnam, sa confrontation avec le christianisme, Paris, Beauchesne, 1981.

Phan, Du, Quảng Nam qua các thời đại [Quang Nam à travers les époques], Sài Gòn, Cổ học Tùng Thư, 1974.

Phan, Peter C., Mission and Catechesis – Alexandre de Rhodes and Inculturation in Seventeenth-Century Vietnam, Maryknoll, NY, Orbis, 1998.

Tiburcio, Alberto, « Aimé Chézaud » in David Thomas, John Chesworth et al. (éd.), Christian-Muslim Relations: A Bibliographical History, vol. 10 : Ottoman and Safavid Empires (1660–1700), Leiden, Brill, 2017, p. 592-597.

Tork Ladani, Safoura, « Le sublime motif d’un voyage chrétien, le cas des missionnaires en Perse safavide », Études de langue et littérature françaises 2, 2011, p. 112-127.

Vũ, Khánh Tường, Les missions jésuites avant les missions étrangères au Vietnam 1615-1665, Thèse de doctorat, Paris, Institut Catholique de Paris, 1956.

Haut de page

Notes

1 Francesco Buzomi (1576-1639), jésuite italien, il partit en 1609 pour Macao avant de s’installer en Cochinchine.

2 Diogo Carvalho (1578-1624), né à Coimbra au Portugal, il entra dans la Compagnie de Jésus en 1594. Il étudia à Goa et à Macao et fut ordonné prêtre en 1608. L’année suivante il fut envoyé au Japon d’où il fut expulsé en novembre 1614.

3 Antonio Dias (1585- ?), né à Ega au Portugal, il entra dans la Compagnie en 1607 et fut ordonné prêtre à Macao.

4 Le Vietnam a été divisé en deux au xviie siècle par la guerre intestinale. Le roi Lê a occupé symboliquement le trône, le seigneur Trịnh a gouverné le Tonkin, le seigneur Nguyễn la Cochinchine.

5 Cette ville qui se trouve au centre du Vietnam est l’actuelle Hoïan.

6 Phan Du, Qung Nam.

7 Chingho, Historical Notes.

8 Borri, Relation de la nouvelle mission, p. 94-95.

9 Borri utilise le mot ‘église’ mais les jésuites parlent plutôt de ‘residentia’ ou de ‘domus’, voir Đỗ Quang Chính, Dòng Tên, p. 59.

10 Le rapport de Joam Roiz Giram en date du 28 décembre 1619 (Jap-Sin 114, fol. 204v) a mentionné deux résidences construites en Cochinchine une première à Faïfo puis une autre installée à Cacham : voir Đỗ Quang Chính, Dòng Tên, p. 21.

11 Ce sont les Japonais qui aidèrent les jésuites à s’enfuir lors des interdictions prononcées ultérieurement par le roi de Cochinchine.

12 La guerre intestine qui avait divisé le Vietnam au xvie siècle et avait contribué à renforcer la séparation du pays en deux zones dialectales bien distinctes, avec leurs spécificités linguistiques en matière de prononciation et de vocabulaire : le cochinchinois et le tonkinois.

13 Phan, Mission and Catechesis, p. 39-40.

14 Archivum Romanum Societatis Iesu, Fondo Gesuitico 735. fol. 145.

15 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 12.

16 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 71-72.

17 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 79.

18 Giuliano Baldinotti (1591-1631), né à Pistoia, ordonné à Rome en 1609, il se rend à Goa puis à Macao en 1622. Parvenu au Tonkin en 1626, il retourne à Macao la même année.

19 Biblioteca da Ajuda, Jesuítas Na Ásia, vol. 49-V-31, fol. 1-23 ; de Rhodes, Divers voyages et missions, p. 80.

20 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 81.

21 Le port de la Province de Thanh Hóa est appelé Saint-Joseph car les jésuites y débarquèrent le jour de la Saint-Joseph.

22 Gaspar do Amaral (1594-1646), jésuite portugais, débarque au Tonkin une première fois en 1629 et y retourne en 1631. Il est nommé vice-provincial de la Province du Japon en 1640.

23 António de Fontes, né en 1569 à Lisbonne, il entre dans la compagnie de Jésus en 1584 ; il est en mission en Cochinchine du 1624 au 1631, puis au Tonkin jusqu’en 1648. 

24 De Rhodes a eu l’intention de fonder une église autochtone dès l’origine. Voir Marin, « L’Expérience missionnaire », p. 15-30.

25 Đỗ Quang Chính, Dòng Tên, p. 76-104.

26 De Rhodes, Divers voyages et missions, part. 3, p. 1-70.

27 De Rhodes, Divers voyages et missions, part. 3, p. 57.

28 Launay, Histoire générale.

29 Matthee, « Jesuits », p. 635.

30 Gaspar Barzaeus (1515-1553) est le premier jésuite arrivé sur le golfe Persique en 1549. Voir Matthee, « Jesuits ».

31 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 63.

32 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 67.

33 De Rhodes, Histoire du Royaume du Tonkin, p. 121.

34 Manguin, Les Portugais, p. 181-189.

35 De Rhodes, Relation de la mission, p. 37-38.

36 De Rhodes, Relation de la mission, p. 100-115.

37 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 135.

38 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 154.

39 De Rhodes, Relation de la mission, p. 79.

40 Marx, « La stratégie d’adaptation », p. 53-72.

41 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 133-137 ; Vũ Khánh Tường, Les missions jésuites, p. 309 ; Archivum Romanum Societatis Iesu, Jap.-Sin 80, fol. 15-16.

42 Selon de Rhodes, cette église fut bâtie le 3 mai 1627. Considérée comme la première église du Tonkin, elle est située dans la province de Thanh Hóa.

43 De Rhodes, Relation de la mission, p. 84-85.

44 De Rhodes, Relation de la mission, p. 97-98.

45 Martloff, « Matteo Ricci », p. 641.

46 Hurel, « Youssef El Alaoui, Jésuites ».

47 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 73.

48 De Rhodes, «Ad lectorem », Dictionarium annamiticum lusitanum et latinum.

49 Archivum Romanum Societatis Iesu, Jap-Sin 71, fol. 002 ; Biblioteca da Ajuda, Jesuítas Na Ásia, vol. 49-V-7, fol. 414v.

50 Archives de la Compagnie de Jésus-Province d’Europe Occidentale Francophone, Document historique sur la Compagnie de Jésus, Missions de Constantinople et du Levant 1584-1724, p.  1097.

51 De Rhodes, Relation de la mission, p. 34-35.

52 De Rhodes, Relation de la mission, p. 37.

53 Archives de la Compagnie de Jésus-Province d’Europe Occidentale Francophone, GRH. E.20. La lettre du père Aimé Chézaud en date du 11 novembre 1660 annonce le décès d’Alexandre de Rhodes.

54 Auroux, La Révolution technologique, p. 82.

55 Nguyễn Khắc Xuyên, « Giáo sĩ Đắc-Lộ », p. 183-196 ; Archives de Propaganda Fide, SRCG, vol. 193, fol. 524.

56 Archives de Propaganda Fide, SC Stamperia, vol. 1, fol. 446-448.

57 De Rhodes, Relation de la mission, p. 35 ; Tiburcio, « Aimé Chézaud ».

58 Archives de la Compagnie de Jésus-Province d’Europe Occidentale Francophone, Arch. Prov. Camp. ms. A. 2582, p. 26.

59 En chinois, religio est traduit en plusieurs termes : T’ien-ti, T’ien-chu, Shang-ti.

60 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 129.

61 De Rhodes, Catechismus-Phép ging tám ngày, p. 14.

62 De Rhodes, Catechismus-Phép ging tám ngày, p. 14.

63 Archives de la Compagnie de Jésus-Province d’Europe Occidentale Francophone, GRH. E 20. Lettre du père Aimé Chézaud en date du 11 novembre 1660 qui annonce le décès d’Alexandre de Rhodes.

64 Chevalier, « La pédagogie », p. 120.

65 De Rhodes, Relation de la mission, p. 81.

66 De Rhodes, Relation de la mission, p. 52.

67 De Rhodes, Relation de la mission, p. 58.

68 Fontana, Matteo Ricci, p. 207-208.

69 Archivum Romanum Societatis Iesu, Jap.-Sin 72, fol. 002-016.

70 Hurel, « Youssef El Alaoui, Jésuites ».

71 De Rhodes, Relation de la mission, p. 41.

72 Đỗ Quang Chính, Dòng Tên, p. 53-59.

73 De Rhodes, Divers voyages et missions, p. 122.

74 Biblioteca da Ajuda, Jesuítas Na Ásia, vol. 49-V-31, fol. 31r-v.

75 Un titre bouddhiste, écrit « sãi » en quốc ngữ.

76 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 165-166.

77 De Rhodes, Histoire du royaume de Tunquin, p. 180

78 De Rhodes annonce le nombre de 300 000 chrétiens dans un rapport adressé à la Propaganda Fide. Voir Jacques, « Le Portugal ».

79 Nguyễn Như Lai, La tradition religieuse, p. 187.

80 Marx, « La stratégie d’adaptation ».

81 Borri, Relation de la nouvelle mission, p. 107.

82 Đỗ Quang Chính, Dòng Tên, p. 53-59.

83 De Rhodes, Relation de la mission, p. 100.

84 De Rhodes, Relation de la mission, p. 100.

85 Tork Ladani, « Le sublime motif ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thi Kieu Ly Pham, « Le séjour d’Alexandre de Rhodes à Ispahan (1654-1660) »MIDÉO, 35 | 2020, 117-136.

Référence électronique

Thi Kieu Ly Pham, « Le séjour d’Alexandre de Rhodes à Ispahan (1654-1660) »MIDÉO [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 29 octobre 2020, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/mideo/5067

Haut de page

Auteur

Thi Kieu Ly Pham

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search