Skip to navigation – Site map

HomeIssues35RecensionsBrentjes, Sonja, Teaching and Lea...

Recensions

Brentjes, Sonja, Teaching and Learning the Sciences in Islamicate Societies (8001700)

Guillaume d’Arcy de Vaulx
p. 385-387
Bibliographical reference

Brentjes, Sonja, Teaching and Learning the Sciences in Islamicate Societies (8001700), (coll. Studies on the Faculty of Arts), Turnhout, Brepols, 2018, 334 p.

Full text

1Si l’enseignement de certaines sciences dans le monde islamique a déjà attiré l’attention de quelques chercheurs, ceux-ci se sont limités souvent à deux moments : celui de la transmissio studiorum (ixe-xe) et des naha égyptienne et levantine (xixe). Nul ne s’était aventuré à proposer une étude complète de toutes les sciences courant sur toute l’histoire de la civilisation proprement islamique (jusqu’au choc occidental de l’expédition Bonaparte). Et nul n’imaginait même cela possible. C’est pourtant une telle prouesse d’érudition que propose S. Brentjes avec Teaching and Learning the Sciences in the Islamicate Societies.

2L’A. s’autorise cependant deux restrictions à cet ambitieux projet : son étude porte majoritairement sur l’Orient musulman, à l’exclusion de l’Andalousie (p. 225) ; et, du fait de ses recherches antérieures, c’est principalement d’enseignement mathématique dont il est question, discipline érigée alors, et non sans raison, en paradigme de l’enseignement scientifique.

3Le choix de l’adjectif « Islamicate » annonce l’absence de prise en compte du paramètre religieux dans l’étude de l’enseignement scientifique. L’Islam est ici une délimitation historique, et l’ouvrage propose une description des lieux, méthodes et ouvrages d’enseignement au sein de ce cadre historique sans jamais se livrer à des réflexions sûrement stériles sur la misologie ou au contraire l’appétit de savoir impliqués par la religion.

4L’ouvrage comporte en plus de ses huit chapitres un ensemble de cartes du monde islamique, de clichés de manuscrits à fin illustrative et surtout un index raisonné et détaillé de près de 300 savants de l’Islam indiquant leurs disciplines de spécialité mêlant souvent d’ailleurs sciences philosophiques et sciences religieuses.

5La thèse fondamentale de l’ouvrage, qui est aussi sa méthode d’investigation, est que : « What was taught and learnt in most centuries were not disciplines, but texts » (p. 14). Ce sont donc ces textes canoniques que l’A. nous propose de suivre.

6Après un chapitre de présentation proposant un découpage de la chronologie, l’A. commence (chap. 2) par suivre la genèse de ces textes lors de l’appropriation du patrimoine scientifique grec durant le ixe siècle ainsi que la forme dominante de transmission entre les milieux du viiie et du xiie siècle, à savoir la relation individuelle entre un maître et un disciple. Trois configurations sont développées : la rédaction d’épîtres du maître à ses disciples à travers le cas d’al-Kindī (p. 42-49), la production d’ouvrages de recherche provoqués par les questionnements d’élèves avec Ṯābit b. Qurra (p. 42-49), et la rédaction d’un ouvrage complet de réponses aux questions de l’élève de Bayrūnī adressé à Rayḥāna (p. 56-65).

7Ce n’est qu’au xie siècle avec Niẓām al-Mulk qu’émergent à proprement parler des institutions d’enseignement (chap. 3) : ce sont les madrasas sur le modèle de la Niẓāmiyya qui ont le statut de waqf, permettant ainsi de recevoir des donations. L’analyse des catalogues de ces madrasas manifeste la place exacte qu’y tenaient les sciences philosophiques, au premier rang desquels les mathématiques, la médecine et l’occultisme (chap. 4).

8Trois formes et lieux d’enseignement plus secondaires, mais non moins structurants, sont ensuite brièvement présentés (chap. 5), à savoir l’hôpital, le milieu familial et le voyage auprès de maîtres lointains.

9Ce qui peut être considéré comme la seconde partie de l’ouvrage concerne avant tout la pédagogie. Le chapitre 6 aborde les méthodes de répétition (car il faut commencer par s’assurer d’en avoir la bonne vocalisation) et d’enseignement des textes : dirāya, if, riwāya (p. 152, p. 166-168), taqīq (p. 174-177), commentaire (p. 181-185) constituent les concepts principaux de cette pédagogie. Le chapitre 7 se penche ensuite sur un type particulier de textes, les sommes ou encyclopédies, qui sont à la fois la mise en ordre du savoir, des ouvrages d’introduction polymathes et des lieux de critique des savoirs hégémoniques. Ce type littéraire correspondant en même temps à un moment historique, celui principalement de l’Égypte mamelouke. L’ultime chapitre en vient, quant à lui, à la période ottomane et aux nombreux manuels et épitomés souvent anonymes qui y ont été rédigés.

10L’ouvrage, bien que d’une lecture âpre, offre un savoir souvent inédit avec une cohérence très convaincante tant par sa thèse, enseigner, c’est enseigner des livres, que par sa méthode, consistant à suivre ces livres d’enseignement. Et l’objet ainsi constitué, à savoir tout un pan jusqu’alors délaissé du patrimoine écrit de l’islam, emplit de manière providentielle un vide historique et contribuera, espérons-le, à mettre fin à tous les fantasmes sur le rapport d’une civilisation à la science qu’autorisait un tel vide (p. 14). Il constituera sans aucun doute un texte fondamental dans l’enseignement de l’histoire islamique.

Top of page

References

Bibliographical reference

Guillaume d’Arcy de Vaulx, “Brentjes, Sonja, Teaching and Learning the Sciences in Islamicate Societies (8001700)MIDÉO, 35 | 2020, 385-387.

Electronic reference

Guillaume d’Arcy de Vaulx, “Brentjes, Sonja, Teaching and Learning the Sciences in Islamicate Societies (8001700)MIDÉO [Online], 35 | 2020, Online since 29 October 2020, connection on 02 July 2022. URL: http://journals.openedition.org/mideo/6107

Top of page

Copyright

Institut Dominicain d'Études Orientales

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search