Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35RecensionsKoetschet, Pauline, Abū Bakr al-R...

Recensions

Koetschet, Pauline, Abū Bakr al-Rāzī, « Doutes sur Galien ». Introduction, édition et traduction

Guillaume d’Arcy de Vaulx
p. 398-400
Référence(s) :

Koetschet, Pauline, Abū Bakr al-Rāzī, « Doutes sur Galien ». Introduction, édition et traduction (coll. Scientia Graeco-Arabica), Berlin, de Gruyter, 2019, 560 p.

Texte intégral

  • 1 Marwan Rashed, « Les débuts de la philosophie moderne » in Philippe Büttgen (éd.), Les Grecs, les A (...)
  • 2 Guillaume de Vaulx d’Arcy (trad.), Les Épîtres des Frères en Pureté. Mathématique et philosophie, P (...)

1La recherche sur les débuts de la philosophie islamique avance à grands pas, et cet ouvrage en constitue une enjambée décisive. Si la période précédant le ive/xe siècle et la constitution du corpus logique complet d’Aristote en arabe était jusqu’à récemment considérée comme une préhistoire peu remarquable, cette vision n’a plus lieu d’être et laisse à la considérer plutôt comme une ère d’effervescence intellectuelle et de grande diversité créative. Déjà, M. Rashed a montré le rôle structurant de Platon et de la lecture du Timée chez les philosophes du iiie/ixe siècle1, et nous avons exposé le paradigme arithmétisant qui s’y développa sous la figure tutélaire de Pythagore2. Al-Rāzī constitue l’ultime représentant de ce passionnant iiie/ixe siècle précédant le tournant aristotélicien auquel, comme l’explique d’emblée l’A., « il résiste » (p. XI). C’est pour lui Galien qui constitue le modèle du savant, auteur dont l’importance plus générale pour la philosophie arabe n’avait pas encore été comprise alors même qu’il fut le savant de l’Antiquité grecque le plus traduit en arabe, surpassant en cela Aristote.

2Cette négligence tenait en grande partie au cantonnement de son influence dans le domaine médical. C’est ainsi que la filiation Galien/Rāzī passait pour une histoire de médecins, ce qui omettait le rôle de la philosophie du premier et isolait celle du second de ses travaux médicaux. C’est ce schéma que vient bouleverser le présent ouvrage composé de la réédition, de la traduction et du commentaire des Doutes sur Galien d’Abū Bakr al-Rāzī.

3Les Doutes sur Galien regroupent une série de questionnements sur des obscurités ou des contradictions notées par al-Rāzī dans sa lecture des œuvres de Galien et sont classées plus ou moins depuis les plus générales et philosophiques aux plus médicales et techniques. La difficulté d’une telle œuvre est double. D’une part, l’examen minutieux d’une œuvre grecque et sa compréhension requièrent de maîtriser les corpus grecs de Galien et arabe d’al-Rāzī, et parfois obligent à les reconstituer, comme pour le traité de Galien Sur la démonstration, ou pour la métaphysique d’al-Rāzī, en grande partie perdue. Les Doutes permettent en partie de préciser cette seconde, et pour le premier, l’A. s’appuie sur un texte inédit, La solution aux doutes sur Galien d’Abū al-ʿAlāʾ b. Zuhr (m. 557/1162) dans laquelle le médecin andalou cite de longs passages de Galien (par exemple, p. XL pour le traité Sur la démonstration). D’autre part, œuvre à cheval entre la falsafa et la médecine, sa traduction et son commentaire supposent une solide formation dans la philosophie grecque et la théologie islamique ainsi que dans la médecine hippocrato-galiénique. Si l’introduction se concentre sur les questions métaphysiques des sections 1 à 7 (l’éternité ou la création du monde, la nature de la matière, la sagesse de la création), la traduction a dû se confronter à la haute technicité médicale des sections 8 à 27 (la vision, la reproduction, les inflammations, les indigestions, le diabète, les fièvres, etc.). L’aboutissement d’un tel ouvrage doit alors être salué.

4Deux faits sont particulièrement marquants et subtilement exposés par l’A. dans sa présentation. Le premier, résultant de l’analyse interne de l’ouvrage, est l’imbrication forte entre le travail médical et la méditation métaphysique sur les principes ontologiques qui fondent la compréhension du corps humain, ainsi que la réflexion épistémologique sur la méthode qui permet la production de diagnostics. Bref, des sections ont beau traiter soit de théologie (comme la section 7 constituant une théodicée à partir de l’analyse anatomique), de biologie (section 8 sur la vision) ou de logique (section 25 sur le pronostic médical), ces disciplines sont indéfectiblement entrelacées. C’est ce que montre par exemple la section 11 « sur la source de la sensation et du mouvement » (p. 71-81). Partant d’un problème d’anatomie – la source des nerfs est-elle le cœur ou le cerveau ? – dont l’enjeu est la détermination du lieu de l’âme et l’analyse de la position de Galien en faveur du cerveau, al-Rāzī évalue précisément la validité logique de la démonstration donnée par Galien, en particulier la validité de l’expérience de vivisection mettant à l’épreuve l’indépendance du cerveau vis-à-vis du cœur. Le questionnement d’al-Rāzī, qui ne réfute pas Galien mais expose la fragilité de sa démonstration, l’amène à poser la question anthropologique du privilège intellectuel de l’homme et celle psychologique de la nature des émotions. Cela s’explique par la nature de l’ouvrage : les Doutes sur Galien sont un questionnement des présupposés métaphysiques et logiques d’une œuvre de nature médicale. Ainsi, le travail anatomique qui associe un organe à une fonction conduit à poser une question physico-théologique : « Comment le monde physique et ses étants, au premier rang desquels le corps humain, sont disposés de la meilleure manière possible ? » (p. XXIX). La force d’al-Rāzī est d’avoir prolongé la réflexion philosophique de Galien grâce aux préoccupations du kalām, approfondissant ainsi la question précédente vers celles du mal et de la théodicée. La possibilité du non-être permise par la métaphysique créationniste de l’islam va ainsi au-delà de la limitation qu’imposait l’ontologie éternaliste des Grecs (p. XLV). L’A. effectue le même travail d’analyse pour les questions de physique (p. LXXVI et sqq.) discutant l’atomisme et l’épistémologie médicale d’al-Rāzī (p. XCVIII et sqq.) et en particulier la production du diagnostic (section 25).

  • 3 Cela vaut bien sûr pour le domaine religieux dans lequel le livre sacré est devenu le critère de dé (...)
  • 4 Voir George Saliba, Islamic Science and the Making of the European Renaissance, Cambridge, MA, MIT (...)

5L’autre fait d’importance, qui concerne davantage la place de l’ouvrage dans l’histoire des idées, est l’épistémologie progressiste qui sous-tend l’entreprise. D’une part, al-Rāzī se situe parfaitement dans l’epistemè islamique consistant à ériger le livre en lieu de la connaissance3 et propose ici une lecture extrêmement minutieuse de l’œuvre du maître Galien, mais d’autre part, il refuse l’extinction de la création scientifique que cela risque d’impliquer. Comme sa critique de la prophétie réalisée dans son Livre sur la science divine (K. al-ʿilm al-ilāhī), les Doutes sur Galien redonnent sa juste place aux autorités intellectuelles : non pas les imiter et renoncer à les critiquer, mais les célébrer et « multiplier les exigences envers elles et ne point les traiter avec une indulgence excessive » (p. 5). Là où les Anciens refondaient infiniment des systèmes, le paradigme islamique fixe un socle à la science. C’est ce socle qu’al-Rāzī institue en tremplin sur lequel les savants ultérieurs viennent s’appuyer pour faire progresser la science. Les Doutes deviendront à sa suite un genre littéraire que Muḥammad b. Mūsā al-Šākir avait commencé à initier en astronomie concernant l’Almageste de Ptolémée avec son K. al-istidrāk et qu’Ibn al-Hayṯam reprendra explicitement avec Les doutes sur Ptolémée4.

Haut de page

Notes

1 Marwan Rashed, « Les débuts de la philosophie moderne » in Philippe Büttgen (éd.), Les Grecs, les Arabes et nous : enquête sur l’islamophobie savante, Paris, Fayard, 2009, p. 121-169.

2 Guillaume de Vaulx d’Arcy (trad.), Les Épîtres des Frères en Pureté. Mathématique et philosophie, Paris, Belles Lettres, 2019.

3 Cela vaut bien sûr pour le domaine religieux dans lequel le livre sacré est devenu le critère de définition d’une communauté de croyance, que dans le domaine philosophique où chaque science est ancrée dans l’œuvre d’un ancien qui en établit les principes : l’Almageste de Ptolémée pour l’astronomie, les Éléments d’Euclide pour la mathématique, etc. C’est ainsi qu’al-Kindī, pour présenter les sciences, écrit un traité sur La quantité des livres d’Aristote.

4 Voir George Saliba, Islamic Science and the Making of the European Renaissance, Cambridge, MA, MIT Press, 2007, p. 94-117 et p. 128-129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume d’Arcy de Vaulx, « Koetschet, Pauline, Abū Bakr al-Rāzī, « Doutes sur Galien ». Introduction, édition et traduction »MIDÉO, 35 | 2020, 398-400.

Référence électronique

Guillaume d’Arcy de Vaulx, « Koetschet, Pauline, Abū Bakr al-Rāzī, « Doutes sur Galien ». Introduction, édition et traduction »MIDÉO [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 29 octobre 2020, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/mideo/6167

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search