Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35RecensionsLory, Pierre, La dignité de l’hom...

Recensions

Lory, Pierre, La dignité de l’homme face aux anges, aux animaux et aux djinns

Guillaume d’Arcy de Vaulx
p. 401-403
Référence(s) :

Lory, Pierre, La dignité de l’homme face aux anges, aux animaux et aux djinns, Paris, Albin Michel, 2018, 288 p.

Texte intégral

1Avec La dignité de l’homme, P. Lory, historien reconnu de l’ésotérisme islamique, semble donner une nouvelle dimension à son œuvre, celle de la maturité, quand l’accumulation d’une immense culture islamologique permet enfin d’aborder une question plus générale et grand public d’anthropologie religieuse (p. 177) : la place de l’homme dans la Création.

2Le titre ne manque pas de suggérer Le règne de l’homme de R. Brague, comme si l’A. se plaçait dans son sillage pour approfondir les fondements et attaches théologiques de l’humanisme dans la tradition islamique (p. 147).

  • 1 Sarra Tlili, Animals in the Qurʾan, Cambridge [Eng.], Cambridge University Press, 2012.

3La perspective adoptée est celle d’une comparaison du statut de l’homme avec celui des autres grandes catégories de créatures : les animaux en première partie, les anges et les djinns en seconde partie. Cela situe l’ouvrage, dans un second cadre, celui plus novateur des humanités écologiques dont la finalité est de replacer l’homme dans un monde plus large que celui de son unique société et d’enquêter sur sa conscience des autres êtres. C’est ainsi que la question animale a été appliquée récemment à l’islamologie avec Animals in the Qurʾan de S. Tlili, qui constitue la seconde figure tutélaire, celle-ci explicite, de l’ouvrage, du moins de sa première partie1. Le monde animé de l’islam classique s’avère plus riche que le nôtre, non seulement par la promiscuité de l’homme avec l’animal, mais aussi et surtout par sa cohabitation si singulière avec les anges et les djinns. C’est cette richesse des formes animées et des relations psychiques et symboliques qui complexifient le paradoxe anthropologique étudié par l’A.

4En effet, si ce paradoxe est énoncé avec clarté dès la première page : « Face au Dieu du Coran, tout-puissant [...] l’être humain apparaît fondamentalement faible [...]. Cependant, au sein de la création, il apparaît comme un sommet, un accomplissement de tout ce qui existe » (p. 11), l’analyse précise des trois grandes créatures, à savoir l’homme (p. 19-40), puis l’animal, et enfin les anges et djinns, complexifie le problème. Elle révèle en effet que leur distinction en islam n’est pas de nature, mais de « statut » (conceptualisation p. 21 et p. 232 – le terme arabe auquel pense l’A. est sûrement al-waʿ). Cela implique une invalidation de tous les critères de distinction de l’homme : l’animal aussi est doué de raison (p. 140-146), lui aussi connaît son Créateur (p. 73-83), lui aussi est organisé en communautés (umam, p. 23 et p. 68-69), et même une certaine immortalité lui est reconnue (p. 84-102).

5S’ensuit l’existence de multiples passages des frontières entre créatures, que ce soit la métamorphose (al-mas) des hommes en animaux (p. 31-37 et 90), l’accès de certains individus animaux au statut de saint (p. 152-55), l’adoption de formes animales ou humaines par les djinns (p. 224) et la possibilité d’une descendance métis homme/djinn (p. 227). S’ensuit enfin des inversions de hiérarchie : si l’homme tient la révélation divine des anges (p. 197-201), ceux-ci tiennent les noms des créatures de l’homme (p. 207-213).

6L’analyse des classes non humaines est celle de leur statut religieux, c’est-à-dire de leur statut de créatures mais surtout d’adorateurs. La première partie consacrée aux animaux non humains a la finesse de ne jamais tomber dans l’anachronisme qu’impliquerait une lecture en termes d’éthique animale. En effet, c’est le statut religieux du sujet animal qui est comparé à l’homme, ce qui conduit l’A. à appliquer la méthode de théologie des religions pour juger de ce rapport : quelle possibilité de salut éternel l’islam réserve-t-il aux bêtes ?

7La seconde partie est centrée sur le statut des anges, ces êtres corporels, préservés du jugement dernier, jouant le rôle d’intermédiaires entre Dieu et les créatures. Ils sont soumis aux différents critères anthropologiques : sont-ils mortels ? Doués d’un libre-arbitre ? Soumis au péché ?, ce qui révèle une indistinction amenant au problème de la concurrence entre les anges et les hommes : s’il existe un conseil céleste des anges (p. 178-180), pourquoi Dieu a-t-il érigé l’homme en vicaire sur terre ? Enfin, les djinns sont plus encore de l’homme (p. 221-230) avec qui ils partagent le monde terrestre. Ils constituent ainsi un peuple parallèle aux nations humaines, soit en concurrence (cas d’Iblīs), soit complémentaire.

8Dans son travail d’analyse, l’A. fait le choix de s’appuyer de préférence sur les grands monuments qui représentent le mieux ce qu’il définit comme étant les trois corpus de l’islam sunnite, à savoir le Coran, éclairé par les commentaires de Ṭabarī et de Rāzī, les adī-s recueillis par al-Buḫārī et le soufisme représenté par Ibn ʿArabī. Cette classification par corpus et écoles se substitue au découpage historique et laisse à regretter l’absence de mise en contexte des textes (seule exception, p. 148), mais cela ne le conduit pas non plus à la détermination d’une essence intemporelle de cette structure.  L’A. parle de « tendances » qui ne font jamais système et dont il ne manque pas de rappeler les incohérences liées à leur diversité.

9C’est pourquoi la conclusion anthropologique ne se résume pas à une attendue position de l’homme entre l’ange et la bête ou à un rappel de son rôle de lieutenant ou vicaire de Dieu sur terre, mais se trouve formée de propositions originales : le statut de créature établit une relative égalité entre les êtres, dont l’homme ne se détache que par son statut évolutif, dans le sens d’un devenir soit angélique par sa piété, soit animal dans le péché. Et cette évolution produit une individuation : si les autres créatures sont aussi des communautés, en revanche, seuls les hommes s’individualisent.

10Au niveau historique, on peut regretter le manque d’engagement de l’A. : quel est le rôle de ces « tendances » islamiques dans l’histoire de ce que Rousseau appellera la perfectibilité de l’homme, et dans celle de la construction de l’individualité ? Au niveau anthropologique, il est intéressant de constater que le livre reprend finalement la démarche des Rasāʾil Iwān al-afā avec le procès de la domination humaine (exposé d’après l’édition anglaise fautive p. 121-130), preuve de l’actualité de ce texte : comme les Rasāʾil, l’A. commence par remettre en cause la supériorité de nature de l’homme pour finalement légitimer sa domination, là dans l’immortalité de l’âme humaine, ici dans son indétermination de statut.

Haut de page

Notes

1 Sarra Tlili, Animals in the Qurʾan, Cambridge [Eng.], Cambridge University Press, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume d’Arcy de Vaulx, « Lory, Pierre, La dignité de l’homme face aux anges, aux animaux et aux djinns »MIDÉO, 35 | 2020, 401-403.

Référence électronique

Guillaume d’Arcy de Vaulx, « Lory, Pierre, La dignité de l’homme face aux anges, aux animaux et aux djinns »MIDÉO [En ligne], 35 | 2020, mis en ligne le 29 octobre 2020, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/mideo/6182

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search