Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36RecensionsFrancesco Binaghi & Manuel Sartor...

Recensions

Francesco Binaghi & Manuel Sartori (éd.), Fuṣḥa écrit contemporain. Usages et nouveaux développements

Alice Croq
p. 348-351
Référence(s) :

Francesco Binaghi & Manuel Sartori (éd.), Fuṣḥa écrit contemporain. Usages et nouveaux développements, Marseille, Diacritiques édition, 2019, 271 p.

Texte intégral

1L’ouvrage rassemble plusieurs contributions issues du colloque « Matériaux pour l’établissement de grammaires descriptives du Fuṣḥā écrit contemporain. Entre norme(s) et pratiques au cours des 50 dernières années », qui s’était tenu à Aix-en-Provence en juin 2015. Au cours d’une introduction qui fait office de manifeste, les éditeurs F. Binaghi et M. Sartori défendent la nécessité pour les enseignants de disposer d’études descriptives et pas uniquement normatives de l’arabe moderne. Ils y rappellent que les grammaires, qu’elles soient rédigées en arabe ou dans d’autres langues, gardent le silence sur un certain nombre de phénomènes, pourtant bien attestés par l’usage. Dans un souci pédagogique, leur ambition n’est pas de faire crouler les étudiants sous une avalanche d’exemples et de contre-exemples mais plutôt d’identifier les faits de langue les plus remarquables à partir d’un corpus principalement basé sur la presse et la littérature moderne. Ceci implique, soulignent les éditeurs, de se livrer au dangereux exercice de la distinction entre l’erreur non-acceptable et la variante digne d’être mentionnée en classe.

2Six des sept articles du recueil alimentent cette réflexion à partir d’études de cas. Dans le premier, G. Mejdell s’intéresse à la dimension orale de l’arabe moderne. Elle montre comment le parler arabe saoudien influence la prononciation de ses locuteurs, à travers quatre cas : la finale -at des mots dotés d’une tāʾ marbūṭa, rendue en -it ; les pronoms suffixes, lus de manière dialectalisante ; les complémenteurs anna et inna, rendus indistinctement par inn(-u) ; les verbes défectueux (C3 = y, w) au subjonctif (manṣūb), prononcés i au lieu de iya. Ces exemples lui permettent de mettre en évidence ces pratiques de l’arabe fuṣḥā qui relèvent de « l’acceptable » aux oreilles des locuteurs natifs, sans pour autant constituer une norme.

3L’article suivant a été rédigé en arabe par I. Ferrando et a pour titre « L’accord entre l’adjectif qualificatif et le qualifié dans les romans de Youssef Zeidan » (al-Muṭābaqa bayn al-naʿt wa-l-manʿūt fī riwāyāt Yūsuf Zaydān). Il relève dans les œuvres de ce fameux romancier égyptien les syntagmes où un substantif inanimé pluriel reçoit un adjectif également mis au pluriel (ex. : tamāṯīl kibār), contrairement à la règle qui voudrait qu’on lui accole un adjectif féminin singulier. En confrontant cet accord « inhabituel » aux textes arabes anciens et modernes, l’A. met en évidence sa fonction stylistique et sa valeur sémantique.

4Autre question d’accord, M. Michalski s’intéresse aux constructions adjectivales, participiales et relatives qui suivent les noms comptés supérieurs à dix. l’A. se base sur une large gamme de journaux arabes pour y distinguer les accords grammaticaux (ex. ḫamsata ʿašara ṭāliban fāʾizan) des accords qui présentent une logique « sémantique » (ex. ʿišrīna ǧundiyyan āḫarīna). Il remarque que les accords sémantiques touchent plus souvent l’élatif āḫar, les participes et les pronoms relatifs que les adjectifs. Ceci car, selon lui, les adjectifs s’inscrivent dans des syntagmes le plus souvent perçus comme « figés » (ex. iṯnayni wa-ḫamsūna muʿtaqalan siyāsiyyan). Il serait intéressant de connaître les résultats auxquels arriverait l’A. s’il élargissait sa réflexion aux textes littéraires.

5Trois autres articles portent sur l’usage de particules. M. Sartori explore les formes composées en qad et décrit la « démultiplication » du système verbal à partir des constructions kāna qad faʿala/yafʿalu, qad sa-/sawfa yafʿalu et sawfa qad faʿala/yafʿalu. Il met ainsi en évidence la palette de nuances modales de la langue arabe écrite contemporaine. L’article de C. Pinon porte sur les marqueurs du futur avec sa- et sawfa. Elle tente de déconstruire la rumeur grammaticale qui présente sa- comme un marqueur de futur « proche » et sawfa comme un marqueur de futur « lointain ». Partant du Coran ainsi que de textes anciens et modernes, elle démontre que cette nuance temporelle est loin d’être évidente. Sans la nier totalement, elle émet l’hypothèse que sawfa est davantage doté d’une valeur modale, qui renverrait à une action future plus certaine que celle dont dénote sa-. Passant à la particule in, l’étude de M.E.B. Giolfo et F. Salvaggio relève plutôt de la sociolinguistique. Alors que les grammaires indiquent que l’usage de in tend à se restreindre de nos jours, les deux auteurs montrent qu’elle reste utilisée sur la toile, notamment dans les blogs présentant un contenu eschatologique, sans pour autant que la langue de leurs auteurs ne soit particulièrement conservatrice. Quoique leur réflexion appelle à être enrichie grâce à des comparaisons au sein d’un corpus davantage diversifié, cet article montre comment le recours à de nouveaux outils peut partiellement déconstruire le discours normatif et prescriptif des grammaires.

6Enfin, un article de M. Baize-Varin porte sur l’histoire de deux termes dérivés de la forme III du verbe ǧahada. L’A. se penche d’abord sur la « différenciation sémantique » entre les deux maṣdar-s de la forme III (muǧāhada et ǧihād). Les questions du glissement sémantique entre ǧihād et ǧihādī et de la coexistence de muǧāhid et de ǧihādī sont ensuite abordées. À la fin de l’article, l’A. laisse entendre que « djihadiste » aurait engendré ǧihādī, qui ne serait alors que le calque d’un néologisme forgé par la presse occidentale. Malgré l’intérêt manifeste du problème posé par la contribution, son titre « De muǧāhid à ǧihādī, du combattant au djihadiste. Le point de vue d’une linguiste », ainsi que le raisonnement qui y est à l’œuvre, laissent le lecteur perplexe. On s’interroge en effet : si ǧihādī est le calque d’un terme utilisé dans les langues occidentales, comme tend à le montrer la dernière partie, alors l’histoire du terme n’est pas directement liée au système dérivationnel de la langue arabe exposée dans la première partie. En outre, on peut déplorer que les conclusions de l’article soient toutes laissées en suspens, du fait d’un manque (souligné par l’A.) d’études linguistiques consacrées à ces termes, manque qu’elle aurait alors eu tout intérêt à combler.

7Dans leur ensemble, les contributions offrent au lecteur un œil renouvelé, tant sur l’apprentissage que sur l’enseignement du fuṣḥā contemporain. Tous les cas à l’étude soulignent sa complexité sociolinguistique et mettent en avant sa « variabilité ». Il est appréciable que les différents auteurs dialoguent entre eux et offrent des pistes de réflexion stimulantes, pas seulement pour les savants mais aussi pour tous ceux qui sont amenés à rédiger des textes en arabe moderne. Comme le souligne I. Ferrando, le fuṣḥā contemporain constitue un corpus « ouvert », qui est susceptible de constamment s’enrichir à partir d’autres variantes de l’arabe et notamment de l’arabe classique. Quant à ceux qui l’enseignent, ils doivent prendre conscience de leur potentielle influence sur son développement futur en jugeant de ce qui est d’usage et ce qui ne l’est pas, comme nous le rappellent M.E.B. Giolfo et F. Salvaggio avec l’exemple de in.

  • 1 M. al-Ġalāyīnī, Ğāmiʿ al-durūs al-ʿarabiyya, Saʿīda-Bayrūt, al-Maktaba al-ʿAṣriyya, 1912.
  • 2 El Said M. Badawi, Michael G. Carter & Adrian Gully, Modern Written Arabic: A Comprehensive Gramma (...)

8Il faut enfin mentionner la large gamme de sources exploitées par les auteurs, qui confrontent à leur approche linguistique le discours des grammaires anciennes, modernes et contemporaines. Ils nous invitent à porter un regard critique sur les outils les plus courants de l’apprentissage de l’arabe, tel que Ğāmiʿ al-durūs al-ʿarabiyya d’al-Ġalāyīnī1 ou que la grammaire d’arabe moderne de Badawi, Carter et Gully2. Quant aux corpus, la plupart des auteurs les ont constitués à partir de données disponibles en ligne (blogs, journaux, etc.), qui rendent plus aisées les recherches quantitatives. L’apport des sources électroniques a pour effet malencontreux d’aboutir, dans presque toutes les contributions, à une surreprésentation de la presse sur la littérature. De fait, les résultats sont partiels et la plupart des contributeurs reconnaissent que leurs conclusions devraient être testées sur des échantillons plus diversifiés.

9Quelques suggestions pourraient être faites pour rendre l’ouvrage encore plus bénéfique aux arabisants non-spécialistes, étudiants ou enseignants. Il aurait été intéressant de rappeler au lecteur, en quelques pages, les principaux sites et outils disponibles pour effectuer de telles prospections (socio)linguistiques. En plus de l’apport méthodologique, on aurait certainement pu mieux apprécier la difficulté de l’enquête entreprise par chaque auteur. Le système de transcription aurait mérité d’être plus clairement défini (est-ce le même dans tout l’ouvrage ?) car ce dernier n’est pas toujours systématique, surtout en ce qui concerne les désinences casuelles (p. 95 : qāla qawm mais quelques lignes plus loin qawmun ḍaffū l-ḥāli). En dehors de ces quelques remarques, ce recueil mérite un accueil chaleureux : en plus d’être un objet agréable à regarder et à manipuler, les résumés en anglais et l’introduction bilingue des éditeurs rendent son contenu accessible aux lecteurs non-francophones. Les jalons posés par l’ouvrage sont annonciateurs de changements dans la manière de décrire cette variété particulière de l’arabe qu’est le fuṣḥā écrit contemporain, et on ne peut qu’attendre avec impatience leurs développements futurs.

Haut de page

Notes

1 M. al-Ġalāyīnī, Ğāmiʿ al-durūs al-ʿarabiyya, Saʿīda-Bayrūt, al-Maktaba al-ʿAṣriyya, 1912.

2 El Said M. Badawi, Michael G. Carter & Adrian Gully, Modern Written Arabic: A Comprehensive Grammar, London, Routledge, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Croq, « Francesco Binaghi & Manuel Sartori (éd.), Fuṣḥa écrit contemporain. Usages et nouveaux développements »MIDÉO, 36 | 2021, 348-351.

Référence électronique

Alice Croq, « Francesco Binaghi & Manuel Sartori (éd.), Fuṣḥa écrit contemporain. Usages et nouveaux développements »MIDÉO [En ligne], 36 | 2021, mis en ligne le 05 juin 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/mideo/7260

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search