Skip to navigation – Site map

HomeIssues36RecensionsJamel El Hamri, La vocation civil...

Recensions

Jamel El Hamri, La vocation civilisationnelle de l’islam dans l’œuvre de Malek Bennabi

Nasser Michaëlen-Gabryel
p. 351-353
Bibliographical reference

Jamel El Hamri, La vocation civilisationnelle de l’islam dans l’œuvre de Malek Bennabi, Paris, Cerf, 2020, 319 p. 

Full text

1Un journaliste français un jour interroge Zhou Enlai le ministre des Affaires étrangères de Mao et lui demande ce qu’il pensait de la Révolution française : Zhou Enlai, après quelques minutes de silence, répondit « il est trop tôt pour pouvoir interpréter cet événement ». Traiter de l’histoire intellectuelle d’un penseur aussi éminent que Malek Bennabi (1905-1973), intellectuel algérien du xxe siècle, peut apparaître à première vue comme une difficulté majeure, tant l’homme et le penseur ont suscité de son vivant, louange, admiration, opprobre et critique si bien qu’il s’en est suivi ce que l’A. décrit justement comme un effacement dans la mémoire collective. À ce titre, la tâche pour ceux qui ont pour ambition de sortir Bennabi de son (relatif) oubli peut s’annoncer titanesque tant l’homme n’a cessé de dérouter aussi bien ses admirateurs que ses contempteurs. Jamel El Hamri, dans son travail de recherche, veut relever ce défi et il y réussit pour l’essentiel.

  • 1 Voir : J. El Hamri, « ‘L’idée religieuse’ dans l’œuvre de l’intellectuel algérien Malek Bennabi (1 (...)

2L’ouvrage est issu d’une thèse de doctorat que Jamel El Hamri a soutenu en 2018 sous la direction d’Éric Geoffroy1. L’A. décrit de manière stimulante, dans une première dimension biographique et historique, les difficultés sociales et les tourments psychologiques de Bennabi notamment dans les années 1930 (p. 50-59), les enjeux idéologiques entre Bennabi et le wahhabisme (p. 65), mais aussi le conflit entre le projet réformiste dont Bennabi embrasse la voie, et le maraboutisme (p. 38) qui s’apparente à une déchirure personnelle (p. 98).

3Dans ce panorama, plusieurs références intellectuelles sont évoquées notamment El Mili (p. 106), Mohammed Ben Saï (p. 81), Ali El Hammami (p. 80), El Oqbi (p. 105) ainsi que les dialogues traversés d’incompréhensions avec des penseurs contemporains comme Fanon (p. 112) ou encore Massignon (p. 77). La proposition principale de Jamel El Hamri est centrée sur la conception de l’idée religieuse de Malek Bennabi dans ses dimensions spirituelles et idéologiques (p. 119-218). Sa conception est au service d’une définition de la civilisation comme élément majeur et commun de l’humanité. Pour ce faire, Malek Bennabi engage une double critique, d’une part du colonialisme et d’autre part, de la colonisabilité. Ce dernier concept renvoie à la manière dont les courants musulmans construisent une relation spécifique du pouvoir et de la domination vis à vis de leurs propres sociétés.

4Dans ce qu’il dénomme « les zones d’ombres », l’A. aborde avec précision la question du rôle de Bennabi dans la Seconde Guerre mondiale et présente une critique justifiée eu égard à l’absence de sources explicites sur lesquelles s’appuie Malek Bennabi. Pour autant, Jamel El Hamri semble avoir été d’une sévérité exacerbée vis-à-vis du penseur algérien dans ses relations avec Massignon, le FLN ou même la colonisation. Il écrit en effet : « Il a sans doute manqué à Bennabi la même envie de dénoncer le colonialisme qu’il a eu pour la colonisabilité » (p. 112).

  • 2 Jean Louis Fabiani, Qu’est-ce qu’un philosophe français ? La vie sociale des concepts (1880-1980), (...)
  • 3 Daniel Rivet, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette 2002, p. 40-68.
  • 4 Frederick Cooper & Ann Laura Stoler (éd.), Tensions of Empire. Colonial Cultures in a Bourgeois Wo (...)

5Le penseur algérien est un homme de son temps, il s’inscrit dans une sociologie historique particulière où l’intellectuel colonisé ne dispose pas d’une grande variation d’espaces de reconnaissances2. Il a en effet vécu plus de la moitié de sa vie sous domination coloniale : les espaces de légitimité de la pensée sont à l’époque, comme le souligne d’ailleurs El Hamri, des lieux de socialisations (partis politiques, syndicats, groupements d’étudiants) dont le rayonnement est important mais qui restent néanmoins à la marge des lieux de légitimité de l’homo academicus, c’est-à-dire, être détenteur d’une légitimité institutionnelle garantissant au penseur une autonomie économique et sociale. Jamel El Hamri néglige la corrélation entre institution et conditions sociales nécessaires à la possibilité de la pensée. Or, Bennabi doit répondre à des contraintes qu’il sait ne pas pouvoir régler durablement sans une stratégie multi-dimensionnelle3. D’où ses problèmes récurrents d’argent, son attitude de relative négligence à l’égard de l’Algérie de Boumédiène, sa propension à regretter sans cesse l’immobilisme de l’association des Oulémas mais aussi son ambivalence vis-à-vis du FLN, tout en ne négligeant jamais de défendre sa position dans le jeu social. C’est donc par l’essai, et un programme de pensée, que Bennabi va chercher à créer, avec succès, un espace réflexif. Durant une majeure partie de sa vie, il est à la fois un intellectuel sans champ intellectuel et sans possibilité de convertir son capital intellectuel en capital de reconnaissance institutionnelle4.

Top of page

Notes

1 Voir : J. El Hamri, « ‘L’idée religieuse’ dans l’œuvre de l’intellectuel algérien Malek Bennabi (1905-1973) : une injonction pour la société musulmane de faire l’Histoire », Thèse de doctorat, soutenue en 2018 à l’université de Strasbourg, <http://www.theses.fr/2018STRAC013>, consulté le 20 février 2021.

2 Jean Louis Fabiani, Qu’est-ce qu’un philosophe français ? La vie sociale des concepts (1880-1980), Paris, Éditions de l’EHESS, 2010. 

3 Daniel Rivet, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette 2002, p. 40-68.

4 Frederick Cooper & Ann Laura Stoler (éd.), Tensions of Empire. Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkeley, CA, University of California Press, 1997, p. 238-262.

Top of page

References

Bibliographical reference

Nasser Michaëlen-Gabryel, “Jamel El Hamri, La vocation civilisationnelle de l’islam dans l’œuvre de Malek BennabiMIDÉO, 36 | 2021, 351-353.

Electronic reference

Nasser Michaëlen-Gabryel, “Jamel El Hamri, La vocation civilisationnelle de l’islam dans l’œuvre de Malek BennabiMIDÉO [Online], 36 | 2021, Online since 05 June 2021, connection on 22 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/mideo/7280

Top of page

Copyright

Institut Dominicain d'Études Orientales

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search