Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36RecensionsKonrad Hirschler, A Monument to M...

Recensions

Konrad Hirschler, A Monument to Medieval Syrian Book Culture: The Library of Ibn ʿAbd al-Hādī

Renaud Soler
p. 354-357
Référence(s) :

Konrad Hirschler, A Monument to Medieval Syrian Book Culture: The Library of Ibn ʿAbd al-Hādī, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2020, 612 p.

Texte intégral

  • 1 Cf. Jonathan Brown, The Canonization of al-Bukhārī and Muslim: The Formation and Function of the S (...)

1Konrad Hirschler consacre cet ouvrage à une bibliothèque de 3 000 titres que constitua en bien de mainmorte (waqf) un hanbalite de Damas, Ibn ʿAbd al-Hādī (840/1437-909/1503), aussi connu sous le nom d’Ibn al-Mibrad, à la cinquantaine. La thèse de l’A. est la suivante : « Ibn ʿAbd al-Hādī’s endowment in its textual configuration and its material form was an attempt to monumentalise a bygone era of scholarly practices, namely “post-canonical ḥadīth transmission” » (p. 4). La monumentalisation désigne ici la constitution de recueils de traditions prophétiques (maǧmūʿ) et leur constitution en waqf ; la transmission du ḥadīṯ à l’époque post-canonique désigne, sur la base des travaux de Jonathan Brown et Garrett Davidson, l’étude de la tradition prophétique entre le xiiie et le xve siècle1.

2Le premier chapitre revient sur Ibn ʿAbd al-Hādī (p. 23-63) : ce savant hanbalite était un rejeton d’une branche mineure de la dynastie lettrée des Banū Qudāma, qui émigrèrent depuis Jérusalem, au milieu du xiie siècle, et s’installèrent dans le quartier de Ṣāliḥiyya sur le mont Qāsyūn. Il vécut une vie assez aisée et sans histoire, qui lui permit de se consacrer à la transmission du ḥadīṯ et à la composition de 800 ouvrages, dont 80% furent perdus et 95% jamais recopiés. Ce nombre considérable s’explique par le fait que beaucoup de titres renvoient à de courts recueils de traditions prophétiques, caractéristiques de la culture du ḥadīṯ post-canonique qui avait érigé la transmission orale en idéologie professionnelle, alors même que l’essentiel de la tradition prophétique était mise à l’écrit (et de plus en plus accessible grâce à des instruments de travail comme les indices, les recueils). Les hanbalites de Damas, et les Banū Qudāma en particulier, furent des représentants éminents de cet ethos professionnel ; Ibn ʿAbd al-Hādī en dressa un monument qui lui survécut.

3La famille du savant hanbalite disparut des sources au cours du xvie siècle. Sa bibliothèque fut pourtant la seule bibliothèque pré-ottomane à parvenir intacte jusqu’au xixe siècle, où elle fut intégrée à la Ẓāhiriyya en 1878. Hirschler consacre donc le deuxième chapitre à cette « monumentalisation du passé » (p. 64-114) et met en avant deux enjeux : comprendre la signification du projet d’Ibn ʿAbd al-Hādī ; reconsidérer l’histoire de la constitution des fonds des bibliothèques moyen-orientales modernes et mettre en question leur représentativité (p. 67). L’A. donne d’abord des informations sur l’origine des livres (l’héritage et la transmission familiale, les ventes des héritages, les ventes publiques, le marché) et le profil de la collection (2/3 ḥadīṯ, 10% droit, 6% histoire, 4,5% paranèse, 4% théologie, 2,5% adab, 2% philologie, 2% dévotion, 1,5% sciences coraniques, 0,9% poésie, 0,7% médecine).

  • 2 « This new stage in their life cycle as re-activated texts was very brief and Ibn ʿAbd al-Hādī c (...)

4L’importance du ḥadīṯ se matérialise dans la profusion d’opuscules, de commentaires et de recueils, qu’Ibn ʿAbd al-Hādī réunit à force d’efforts et de dépenses pécuniaires, et dont il reconstitua les chaînes de transmission et s’efforça de transmettre lui-même, notamment à ses proches, au cours de véritables binge-reading sessions (p. 112). Il rédigea enfin un catalogue (fihrist) entre 891/1486-87 et 901/1495-96, sans doute en 897/1492, qui dut être accompagné d’un document légal aujourd’hui disparu. Les livres furent d’abord entreposés dans la propre maison d’Ibn ʿAbd al-Hādī, puis dans la mosquée ʿUmariyya à Damas, jusqu’au xixe siècle, l’un des principaux centres de transmission du Ḥadīṯ à l’époque post-classique. Pour Hirschler, Ibn ʿAbd al-Hādī tenta de célébrer la pratique de la transmission vivante du Ḥadīṯ qui avait connu son acmé au xive siècle et déclinait à son époque2 (on pourrait comparer avec la tentative de revivification de la transmission vivante du Ḥadīṯ par Suyūṭī au Caire). Le fait que la moitié des livrets (cf. infra) de la collection d’Ibn ʿAbd al-Hādī proviennent de la Ḍiyāʾiyya, l’autre grand centre de la transmission post-canonique du Ḥadīṯ en déclin au xve siècle, plaide en faveur de cette thèse.

  • 3 Plus précisément : « These booklets are very thin and small, made of unimpressive paper and rather (...)
  • 4 Sur les maǧmūʿ (ou mecmūʿa) à l’époque ottomane, cf. Atabey Kılıç, « Mecmûa tasnifine dâir » in Ha (...)

5Le troisième chapitre, sans doute le plus novateur du livre, porte sur la reliure, considérée par Hirschler comme une dimension essentielle de l’activité d’Ibn ʿAbd al-Hādī en tant qu’auteur (p. 115-154). Dans les mots de l’A. : « On the one hand, it shows that scholarly agency was in this case not primarily situated in authoring new and “original” texts, but rather in reworking the manuscript’s materiality. On the other hand, this chapter argues that the material change from booklet to composite manuscript was a decisive watershed in the cultural significance of these texts » (p. 115). L’enquête part donc du ǧuzʾ, un livret de quelques feuillets qui forme une grande partie des textes dont Ibn ʿAbd al-Hādī était le possesseur ou l’auteur3. Sur les 579 volumes de la collection, 48% sont des recueils de ǧuzʾ ; sur les 2917 titres d’œuvres, 90% appartiennent à des recueils. L’A. avance deux arguments en faveur de sa thèse : les livrets reliés ensemble possèdent leur propre page de titre ; des notes manuscrites attestent de leurs origines diverses (p. 123). On observe la présence de bi-feuillets ajoutés avant ou après la reliure par Ibn ʿAbd al-Hādī, notamment pour ajouter des notes de transmission par lesquelles il s’intégrait aux chaînes de transmission du matériau de sa donation. Le rôle du savant hanbalite fut donc de construire un monument d’intertextualité matérialisé dans ce que l’on pourrait appeler une interobjectivité. Cette entreprise eut certes pour conséquence de sauver de la destruction un grand nombre de ces livrets de ḥadīṯ, mais aussi, indissociablement, d’en interrompre la circulation en tant qu’unités codicologiques autonomes, supports de la transmission vivante de la tradition prophétique (p. 144). La question se pose par ailleurs de savoir s’il est possible de voir dans l’œuvre d’Ibn ʿAbd al-Hādī, caractérisée par la maǧmūʿisation, autre chose qu’un projet de monumentalisation ou de préservation du passé. L’importance de la maǧmūʿisation est en effet bien attestée pour l’époque ottomane et il serait intéressant de se pencher plus avant sur l’histoire du maǧmūʿ, conçu comme une pratique documentaire liée à une certaine manière d’étudier et de transmettre le savoir4.

6La conclusion (p. 155-170) met l’accent sur la nécessité de prendre pour point de départ les circulations des manuscrits et de s’inquiéter autant de leur préservation que de leur disparition. Pour Hirschler, si la collection d’Ibn ʿAbd al-Hādī fut conservée jusqu’au xixe siècle, c’est précisément parce qu’elle n’intéressait plus personne. Personne n’avait donc intérêt à en activer la circulation, donc la dispersion et éventuellement la destruction. L’A. livre enfin une traduction commentée et une édition du catalogue de la bibliothèque (p. 171-554), tout aussi intéressant à parcourir que les catalogues des bibliothèques occidentales ou orientales.

  • 5 Cf. notre compte rendu dans Arabica 65, 1, 2018, p. 235-242.

7Hirschler continue dans ce beau livre le parcours entamé en 2016 dans Medieval Damascus: Plurality and Diversity in Arabic Library. The Ashrafīya Library Catalogue, qui faisait l’étude d’une bibliothèque fort différente de celle d’Ibn ʿAbd al-Hādī5. Au-delà de la diversité des fonds des deux institutions, la différence la plus notable est l’inflexion encore plus nette de la pensée de l’A. vers la matérialité. L’effort de collection des livrets, leur organisation en recueils, la reliure, l’adjonction de feuillets, sont des interventions hautement signifiantes de l’auteur, sa manière de composer un ouvrage, de faire du neuf. L’auteur musulman du xve siècle est bien un auteur, ou un compositeur de textes, à sa manière, qui vaut bien celle du poète romantique ou de l’universitaire contemporain, mais aussi un facteur d’objets-manuscrits. Dans le cas d’Ibn ʿAbd al-Hādī, si l’on accepte la thèse de la monumentalisation de Konrad Hirschler, peut-être pourrait-on rapprocher ce projet du savant hanbalite de celui des livres de plomb d’Anselm Kiefer, eux aussi monuments – tombeaux – à la culture juive allemande disparue.

Haut de page

Notes

1 Cf. Jonathan Brown, The Canonization of al-Bukhārī and Muslim: The Formation and Function of the Sunnī Ḥadīth Canon, Leiden, Brill, 2007 ; Garrett Davidson, Carrying on the Tradition: A Social and Intellectual History of Hadith Transmission across a Thousand Years, Leiden, Brill, 2020.

2 « This new stage in their life cycle as re-activated texts was very brief and Ibn ʿAbd al-Hādī certainly did not expect that his way of dealing with the booklets would trigger a watershed in how Damascene scholars would use them in future. His project was rather one of monumentalisation and thus creating a lieu de memoire, but not one with a ‘revivalist’ bent. Indeed, apart from his second set of notes, where he reads the booklets to members of his household (and we will see that these readings were not aimed at a scholarly context, but that they were a ritualistic and devotional practice linked with the act of endowment), there is very little going on in terms of manuscript notes » (p. 87).

3 Plus précisément : « These booklets are very thin and small, made of unimpressive paper and rather than having a proper binding, they merely have wrappers (as we will see further down). In terms of size, they are typically no more than twenty centimetres in height with a width of no more than fifteen centimetres and are often as small as 12.5 × 8.5 cm. They have a distinctively plain appearance and different kinds of paper are often randomly used within the same booklet. It seems that at the moment of production whatever was lying around in the household, madrasa or atelier was used. When the paper was cut, straight edges and right angles were of little concern and having sheets of the same size was not a priority. In turn, sticking to the same number of lines on each page is the exception and we see that this rough appearance also made subsequent users deal rather roughly with the page: marginal and interlinear comments are written in with very limited concern for the original “mise-en-page” » (p. 116-117).

4 Sur les maǧmūʿ (ou mecmūʿa) à l’époque ottomane, cf. Atabey Kılıç, « Mecmûa tasnifine dâir » in Hatice Aynur (éd.), Eski Türk Edebiyatı Çalışmaları VII. Mecmûa: Osmanlı edebiyatının kırkambarı, Istanbul, Turkuaz, 2012, p. 75-96.

5 Cf. notre compte rendu dans Arabica 65, 1, 2018, p. 235-242.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Soler, « Konrad Hirschler, A Monument to Medieval Syrian Book Culture: The Library of Ibn ʿAbd al-Hādī »MIDÉO, 36 | 2021, 354-357.

Référence électronique

Renaud Soler, « Konrad Hirschler, A Monument to Medieval Syrian Book Culture: The Library of Ibn ʿAbd al-Hādī »MIDÉO [En ligne], 36 | 2021, mis en ligne le 05 juin 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/mideo/7305

Haut de page

Auteur

Renaud Soler

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search