Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36RecensionsGabriel Said Reynolds, The Qurʾān...

Recensions

Gabriel Said Reynolds, The Qurʾān and the Bible. Text and Commentary

Emmanuel Pisani
p. 372-373
Référence(s) :

Gabriel Said Reynolds, The Qurʾān and the Bible. Text and Commentary, Qurʾān Translation by Ali Quli Qarai, New Haven, CT, Yale University Press, 2018, 1014 p.

Texte intégral

  • 1 Gabriel Said Reynolds, The Qurʾān and Its Biblical Subtext, London, Routledge, 2010.
  • 2 The Qurʾan With a Phrase-by-Phrase English Translation, by ʿAli Quli Qaraʾi, London, Islamic Colle (...)
  • 3 Mehdi Azaiez, Le contre-discours coranique, Berlin, De Gruyter, 2015. Voir notre recension : E. Pi (...)

1Professeur en islamologie et théologie à l’Université Notre Dame, Gabriel Said Reynolds est connu pour ses recherches sur les relations entre le Coran et la Bible1. Dans ce bel ouvrage, il reprend la récente traduction anglaise « phrase-par-phrase » de l’iranien šīʿite duodécimain ʿAlī Qulī Qarāʿī2, nonobstant quelques révisions – à l’instar du mot Allāh qu’il choisit de traduire par ‘God’, là où ʿAlī Qulī Qarāʿī avait laissé le mot arabe. Cette révision est voulue par Reynolds : bien que l’islam propose un discours spécifique sur Dieu, traduire Allāh par ‘God’ permet « d’éviter de donner l’impression que le Dieu de l’islam est étranger ou substantiellement différent des autres conceptions de Dieu » (p. 7). Reynolds adjoint aussi de nombreuses notes qui permettent de clarifier et d’expliciter la compréhension de nombreux versets coraniques. Le choix et la nature de ces notes sont de plusieurs ordres : d’une part, Reynolds renvoie à certains commentaires traditionnels de l’islam ; il s’appuie notamment sur les Asbāb nuzūl al-Qurʾān de ʿAlī b. Aḥmad al-Wāḥidī (m. 468/1076) et le Tafsīr al-Ǧalālayn de Ǧalāl al-Dīn al-Maḥallī (m. 864/1459) et Ǧalāl al-Dīn al-Suyūṭī (m. 911/1505), ce qui lui permet de restituer l’une des interprétations classiques connue et transmise par la tradition musulmane mais toujours en référence avec l’univers biblique. D’autre part, Reynolds attache une attention particulière au lexique : devant la difficulté de la terminologie, il éclaire les particularités du vocabulaire coranique à la lumière des étymologies syriaques, araméennes ou éthiopiennes. Enfin et surtout, il expose les résonnances juives et chrétiennes, bibliques et patristiques, de nombreux versets coraniques. Pour ce faire, il s’appuie sur une longue tradition orientaliste qui va de la thèse d’Abraham Geiger et des travaux de Heinrich Speyer à ceux d’Emran El-Badawi, Sydney Griffith, Adam Silverstein, Tommaso Tesei ou encore Kevin van Bladel. Souscrivant à la thèse de Mehdi Azaiez sur la dimension polémique du Coran comme contre-discours3, Reynolds montre ainsi comment le Coran est en conversation avec le milieu biblique et se situe par rapport à cet univers théologique en s’y différenciant et en se singularisant. Ce milieu est constitué par des textes qui ne se réduisent pas à ceux de l’Ancien et du Nouveau Testament, mais qui incluent la tradition orale du Talmud, les apocryphes juifs et chrétiens ou encore les textes patristiques.

2Méthodologiquement, le choix d’intégrer à la fois des références traditionnelles du Tafsīr al-Ǧalālayn et des recherches historiques, linguistiques ou intertextuelles des orientalistes depuis le xixe siècle n’est pas sans conséquence : au-delà du fait que Reynolds montre comment la tradition islamique s’est toujours clairement située par rapport au milieu biblique, la démarche atteste de la rupture épistémologique entre les deux savoirs, de l’antinomie des lectures et, par suite, du caractère peu probant, ahistorique et légendaire des commentaires portés par la tradition islamique. Il s’ensuit une certaine ambivalence quant au choix de l’adoption de la traduction de ʿAlī Qulī Qarāʿī puisque c’est l’une des traductions anglaises les plus attentives à rendre compte du sens traditionnel. N’eut-il pas été plus opportun, eu égard au projet de souligner que le Coran est issu d’une culture religieuse et d’un environnement profondément marqué par l’univers biblique, de s’appuyer sur une traduction plus « littérale » qui aurait d’emblée mieux convenu à la mise en relation de l’univers biblique pour approcher la lettre du Coran ?

3Au-delà de cette remarque fondamentale, l’ouvrage, outre sa très belle qualité éditoriale, montre bien pourquoi le milieu biblique est une clef de lecture incontournable pour pénétrer et rendre compte du l’univers coranique. Par ces notes riches et toujours pédagogiques, Reynolds dresse une première synthèse des travaux des orientalistes sur la relation entre la Bible et le Coran. Ce travail préfigure et annonce sous un angle spécifique le travail réalisé sous la direction de Mohammad Ali Amir-Moezzi et Guillaume Dye du Coran des historiens.

Haut de page

Notes

1 Gabriel Said Reynolds, The Qurʾān and Its Biblical Subtext, London, Routledge, 2010.

2 The Qurʾan With a Phrase-by-Phrase English Translation, by ʿAli Quli Qaraʾi, London, Islamic College for Advanced Studies Press, 2004.

3 Mehdi Azaiez, Le contre-discours coranique, Berlin, De Gruyter, 2015. Voir notre recension : E. Pisani, « Azaiez, Mehdi, Le contre-discours coranique », MIDÉO 32, 2017, p. 315-318.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pisani, « Gabriel Said Reynolds, The Qurʾān and the Bible. Text and Commentary »MIDÉO, 36 | 2021, 372-373.

Référence électronique

Emmanuel Pisani, « Gabriel Said Reynolds, The Qurʾān and the Bible. Text and Commentary »MIDÉO [En ligne], 36 | 2021, mis en ligne le 05 juin 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/mideo/7335

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search