Skip to navigation – Site map

HomeIssues36In MemoriamDr Lutz Rogler

In Memoriam

Dr Lutz Rogler

(24 août 1961-12 mai 2020)
Ahmed Chleilat, Anne-Kathrin Ende and Catherine Mayeur-Jaouen
p. 317-325

Full text

1Profondeur et simplicité, finesse et humour, voilà les mots qui caractérisaient Lutz Rogler. Lutz était un Allemand de l’Est qui fit ses études à Leipzig où il vécut, avec des interruptions, jusqu’à sa mort. Il avait gardé une certaine foi dans l’idéal de sa jeunesse, un communisme intellectuel et spirituel qui le conduisit, après avoir fréquenté les communistes arabes, à s’intéresser de manière approfondie aux islamistes. Ses recherches et son itinéraire suivaient finalement cette évolution plus générale, et désormais assez bien connue, qui mena une partie des intellectuels de gauche arabes vers divers courants de l’islamisme contemporain.

  • 1 Plauen n’est pas très éloignée de la frontière tchèque ‒ à l’époque tchécoslovaque.

2Il était né en République démocratique allemande à Plauen en Saxe, dans le district de Chemnitz ‒ à l’époque Karl-Marx-Stadt1. Dès ses études à l’école primaire, Lutz avait été identifié comme un brillant sujet : il reçut de nombreux prix, comme un « Diplom » le 30 juin 1978, du lycée Erich Weinert (une figure de la résistance communiste au nazisme) à Plauen, qui soulignait à la fois ses excellents résultats et son « comportement socialement exemplaire » (vorbildliches gesellschaftliches Verhalten). Il se vit confier des responsabilités comme animateur dans les mouvements de Pionniers et de Jeunesses communistes, et rejoignit très tôt le Parti socialiste unifié d’Allemagne (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, SED). Très tôt aussi, s’était affirmé son amour pour la langue française qu’il parlait admirablement et quasiment sans accent, et il travailla pendant des années comme interprète pour les enfants et jeunes Français, qui venaient passer les vacances d’été en RDA. Il noua ainsi des liens et des correspondances qui durèrent longtemps.

  • 2 Lettre du 14 février 1979. Le seul fait qu’il ait gardé cette lettre dans ses archives, comme quel (...)

3Sa sûreté idéologique, du point de vue de la RDA, et sa brillante réussite scolaire firent qu’on l’orientât pour ses études supérieures vers la politique étrangère et des études de traduction-interprétariat. Il n’avait pas 18 ans que le ministère des Affaires étrangères lui adressait une lettre pour le féliciter : il avait été sélectionné par la SED pour suivre un cursus de cinq à six années d’études supérieures, afin de travailler plus tard dans les relations internationales pour le compte du Parti. « Dans plusieurs entretiens, vous avez été informé des conditions et hautes exigences liées à vos études et à votre activité ultérieure comme travailleur du Parti dans le domaine des relations internationales. Nous escomptons que vous vous prépariez à l’étude tendu vers cette cible, aspirant constamment à de hautes performances tout en prenant une part active au travail social2. » Dans le système d’études de la RDA, la combinaison de langues se faisait selon les besoins du pays, sans que les étudiants pussent choisir eux-mêmes les langues à étudier. Lutz eut la chance de tomber sur la Sprachkombination arabe-français. De 1982 à 1987, il étudia Arabistik et Islamwissenschaft à l’université de Leipzig, alors Karl-Marx-Universität. Il avait appris l’arabe littéraire selon les normes philologiques allemandes traditionnelles ; c’est dire que son niveau d’arabe littéraire, y compris parlé, était remarquable. En 1987, son mémoire de fin d’études, resté impublié, était consacré à un livre de Sayyid Quṭb, Eine islamische Weltsicht : Sayyid Quṭb und sein Buch « Weltfrieden und Islam » (al-salām al-ʿālamī wa-l-Islām). Son étude était avant tout fondée, là aussi à l’allemande, sur les documents et les sources, sans dédaigner des entretiens, en gardant un regard parfaitement neutre, mais non dénué d’empathie pour les personnes, sur l’islam contemporain et les mouvements islamiques.

  • 3 Cette bourse créée en 1953 n’était décernée que très rarement – une centaine d’étudiants seulement (...)

4Ses excellents résultats lui avaient permis d’obtenir en mai 1986 la bourse Karl Marx que l’on décernait à de rares étudiants de niveau exceptionnel et fidèles à la ligne du Parti3. À une époque où très peu d’Allemands de l’Est voyageaient, a fortiori étudiaient à l’Ouest, il fut envoyé à Paris pour faire un diplôme d’études approfondies (DEA, l’ancêtre du master 2) à l’École des hautes études en sciences sociales, sous la direction de l’historienne Fanny Colonna. On croisait alors au séminaire de « Fanny » et dans les fêtes qu’elle organisait chez elle tout un groupe d’intellectuels de gauche arabes, ainsi que des spécialistes du monde arabe. C’est là que Lutz fit la connaissance d’Alain Roussillon et d’Ahmed Chleilat. Il fut ensuite envoyé deux années (1987-1989) à Aden au Yémen comme traducteur dans une école professionnelle en économie agricole, liée à l’université de Leipzig. Inscrit de 1989 à 1993 comme chercheur à cette dernière université, il revint à Paris où il passa trois ans entre Paris III-Sorbonne Nouvelle (un haut lieu de l’émigration intellectuelle arabe) et l’École des hautes études en sciences sociales. Par la suite, et presque jusqu’à sa mort, Lutz continua à venir environ une fois par an à Paris, une ville qu’il aimait beaucoup, pour se rendre à la Fête de l’Humanité et y rencontrer des communistes irakiens ou kurdes.

  • 4 On peut trouver de lui deux publications sur le sujet, Lutz Rogler, « Zur Erfahrung, Kritik und Se (...)

5Suivant sans doute l’évolution même des gens qu’il rencontrait et dont il étudiait les idées, il se spécialisa dans l’étude des mouvements islamistes (al-ḥarakāt al-islāmiyya), notamment les Frères musulmans et le mouvement tunisien al-Nahḍa, fondé en 1981 par Rachid Ghannouchi que Lutz connaissait personnellement très bien. C’est à al-Nahḍa qu’il consacra par la suite sa thèse, soutenue à Leipzig en 2004 et restée impubliée, sous le titre Suche nach einem “progressiven Islamverständnis”: Untersuchungen zu Diskurs und Praxis einer Gruppe islamischer Intellektueller in Tunesien4. Il connaissait à titre personnel de nombreuses autres personnalités du monde arabe liées aux Frères musulmans, comme le šayḫ Qaraḍāwī qui le recevait volontiers. Ses relations variées lui valurent quelques tribulations : sans doute surveillé et dénoncé par un contact, Lutz Rogler fut enlevé et séquestré quinze jours à Beyrouth, en pleine paix, à la fin des années 1990.

  • 5 Gustaf Dalman, Arbeit und Sitte in Palästin. Das häusliche Leben, Geburt, Heirat, Tod: Fragment. M (...)
  • 6 « Marokko : Die islamische Opposition », INAMO 10, été 1997, p. 18-21 ; « Al-Manar al-jadid », INA (...)

6La chute du Mur avait été pour lui un tournant difficile. À son retour de Paris, il travailla comme bibliothécaire à l’université de Leipzig de 1994 à 1999. Grâce à un contrat de dix mois en 1998-1999, il participa au travail sur la réédition du huitième tome de l’œuvre de Gustaf Dalman, Arbeit und Sitte in Palästina5. Travaillant comme traducteur du français et de l’arabe, il donna ponctuellement des cours à l’Université de Leipzig (1995-1997, 2000, 2006-2007) aussi bien à l’Institut des sciences religieuses qu’au Frankreich-Zentrum. Il avait presque quarante ans lorsqu’il obtint sur le tard un contrat de Wissenschaftlicher Mitarbeiter au ZMO de Berlin (Das Leibniz-Zentrum Moderner Orient), dirigé par le professeur Ulrike Freitag qui était en même temps professeur extraordinaire à l’Institut d’études islamiques de l’Université libre de Berlin, dirigé par le professeur Gudrun Krämer. Lutz Rogler travailla au ZMO dans le cadre de trois projets de recherche successifs de la Deutsche Forschungsgemeinschaft, de janvier 2001 à décembre 2008 : ce furent les seules années, ou presque, où son activité scientifique, stimulée par l’institution et par ses collègues, sortit quelque peu de l’ombre dont il avait par trop pris l’habitude, ce dont gardent la trace quelques courts articles dans INAMO, un bulletin d’informations (Informationsprojekt Naher und Mittlerer Osten)6.

  • 7 Nous traduisons ici la notice qui apparaît sur le site du ZMO. Cf. la contribution de Lutz Rogler, (...)

7Aux côtés d’Albrecht Hofheinz (devenu ensuite professeur d’études arabes et islamiques à Oslo), il mena d’abord de janvier 2001 à mars 2004 un projet sur les revues intellectuelles islamiques de la fin du xxe siècle (La « madjalla fikriyya » comme Forum public intellectuel dans le champ des mouvements islamiques arabes). Reprenons le résumé qui apparaît sur le site du ZMO : ce projet de recherche prévoyait la collecte, la caractérisation et l’évaluation sélective de magazines à orientation théorique (madjalla fikriyya) en arabe qui existent depuis le début des années 1970 dans le « courant islamique » dans divers pays arabes ainsi que dans la diaspora arabe en Europe et aux États-Unis. L’étude montrait les variations d’une publication à l’autre, et dans le temps, selon la proximité spécifique avec les milieux intellectuels des différents groupes islamiques et leur environnement. La majorité des auteurs n’étaient ni des spécialistes religieux « traditionnels » ou « officiels », ni les dirigeants politiques des mouvements islamiques, mais des membres de ces mouvements, des intellectuels aux formations modernes, principalement dans les sciences humaines et sociales. Ces périodiques s’adressaient à une génération relativement nouvelle de lecteurs, attachés à une conception religieuse, culturelle et/ou politique et idéologique des valeurs islamiques. La « madjalla fikriyya » islamique représente donc un genre journalistique qui diffère d’une part des périodiques de spécialistes religieux associés aux institutions islamiques « officielles », et d’autre part des organes de presse des différents groupes politico-islamiques. Enfin, une de leurs caractéristiques essentielles est leur communication transnationale, entre intellectuels islamiques dans les pays arabes, en Europe occidentale et aux États-Unis7.

  • 8 Il donna une communication sur ce sujet au Deutscher Orientalistentag à Halle en 2004, une autre ( (...)
  • 9 Il avait donné une communication sur ce sujet en novembre 1996 au Congrès scientifique allemand de (...)
  • 10 Nous traduisons ici la notice parue sur le site du ZMO. On trouvera aussi un article en collaborat (...)

8Ces conclusions qui paraissent aujourd’hui aller de soi étaient alors plus novatrices ; elles procédaient d’une longue imprégnation et fréquentation des textes et de leurs auteurs. C’est alors que Lutz Rogler soutint sa thèse sur al-Nahda en 2004. Il participa ensuite à un nouveau projet sur les deux guerres mondiales comme expérience de césure historique des intellectuels arabes (avril 2004-mars 2006). Il s’intéressait notamment à l’appréhension du nazisme dans le monde arabe8. Et enfin, à partir de 2006, il travailla avec Birgit Krawietz et Bettina Dennerlein sur la mise en œuvre d’une normativité islamique à la fin du xxe siècle. Il s’intéressait de longue date aux débats internes à l’islam à propos des maqāṣid al-šarīʿa9, ce qui explique qu’il s’intéressait aussi aux uṣūl al-fiqh et à un juriste andalou célèbre, al-Šātibī (m. 1388) : « Normativität, Ethik, Sozialphilosophie : Das Paradigma der maqasid al-sharia als Grundlegung einer universalen Rechtsmoral. » Citons le résumé qu’il donne lui-même de son projet : « Le concept de maqāṣid, historiquement issu du système des uṣūl al-fiqh, a d’abord été établi comme un terrain d’entente dans les discussions juridiques et méthodologiques, principalement dans les cercles réformistes. Avec l’inclusion des aspects éthiques et socio-philosophiques, les maqāṣid ont acquis le caractère d’un « paradigme », qui devrait servir de fondement islamique « authentique » à une morale juridique « universelle » et faciliter de nouvelles orientations normatives « modernes » tout en préservant une identité juridique et culturelle islamique spécifique. La principale préoccupation du projet est de reconstituer le contexte intellectuel-historique qui a jeté les bases de la « montée » du concept maqāṣid depuis les années 1980, ainsi que de comprendre les mouvements idéologiques transnationaux qui ont donné naissance à l’actuelle discussion sur le fait que « maqāṣid al-šarīʿa » est un paradigme éthique et socio-philosophique avec une reconnaissance normative plutôt qu’un concept juridique et méthodologique10. Comme l’on doit regretter que Lutz Rogler n’ait jamais publié sa communication « Textes de philosophie contemporaine du droit islamique en Allemagne et en France », donnée en avril 2006, lors d’un colloque organisé au Centre Marc Bloch à Berlin par Alain Messaoudi et Bettina Dennerlein !

9De 2012 à 2016, il eut encore l’occasion d’enseigner à l’Institut d’études islamiques pour remplacer partiellement les cours de Gudrun Krämer, qui bénéficiait d’une demi-décharge de service comme directrice d’une École doctorale (Berlin Graduate School Muslim Cultures and Societies). L’administration de l’Institut d’études islamiques accepta de mauvais gré, à condition que Lutz publiât au moins sa thèse et ses travaux sur les maqāṣid et la maṣlaḥa ʿāmma.

  • 11 Messages personnels, 3 octobre 2020 et 2 décembre 2020. Nous remercions Gudrun Krämer des renseign (...)

10Malheureusement, sa discrétion, précisément l’ampleur de ses connaissances et son incapacité à publier ne lui permirent ni de donner les livres et articles que l’on était en droit d’attendre, ni de mener la carrière académique à laquelle eût pu prétendre ce surdoué, en France ou en Allemagne, avec la profondeur et l’étendue de son savoir. Comme l’écrit Gudrun Krämer, « la vie et mort de Lutz Rogler sont une tragédie. Il a bien enseigné à notre Institut d’études islamiques, et avec ma collègue Ulrike Freitag au ZMO, nous nous sommes données beaucoup de peine afin de le pousser à écrire et publier, mais sans y arriver. Je n’ai jamais tout à fait compris ce blocage profond, n’étaient le perfectionnisme et un manque de confiance en soi. Il nous a quittés parce que nous n’avions plus les moyens de lui offrir une prolongation de son poste, sans aucune publication11. »

11Lutz Rogler trouvait des consolations dans les livres. Grand amoureux du Caire, il se rendait chaque année de quinze jours à un mois durant, à la Foire du Livre au Caire, fin janvier ou début février, où il allait chaque jour, avec son sac à dos, pour acheter de façon systématique tous les écrits islamistes ou salafistes du moment, qu’il expédiait ensuite par fret vers l’Europe. Il devait d’abord passer par la censure : rejetait-elle tel ouvrage, de façon souvent arbitraire, qu’il revenait patiemment le lendemain pour le voir accepté. S’il achetait des livres pour diverses institutions spécialisées en Allemagne, il achetait aussi de très nombreux livres pour lui-même. Lors de ses virées annuelles à la Foire du Caire, il avait d’abord coutume de loger dans une résidence allemande, qui fut vendue par la suite. C’est son vieil ami Ahmed Chleilat, alors collaborateur scientifique de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire, qui le convainquit de venir loger à la Maison des chercheurs : son premier contact avec l’Idéo date du 25 novembre 2008, par mail où il demandait la possibilité de loger à la Maison des chercheurs en janvier 2009. Après son premier séjour du 23 janvier au 20 février 2009, il revint chaque année de 2009 à 2020. « Il riait tout le temps. Il donnait vraiment un ton jovial à nos Foires du livre ! », témoigne le frère Jean Druel. À ses retours de la Foire, en milieu ou en fin d’après-midi, il fumait cigarette sur cigarette sur la petite terrasse attenant à sa chambre, mangeait de façon très frugale, et passait la soirée en lectures – ou en conversations passionnantes.

  • 12 Une notule sur le site du ZMO : « Die ägyptische Revolution: Neue Wege für die Muslimbrüder », INA (...)

12Lutz se trouvait justement à la Maison des chercheurs au Caire, avec Ahmed Chleilat, au moment de la révolution de 2011. Cette année fut la seule où fut annulée la Foire du Livre qui coïncidait précisément avec la révolution. Le soir de la chute de Moubarak, raconte Chleilat, Lutz fondit en larmes et pleura longuement. Des pleurs de joie, mais qui laissaient transparaître – au lieu de son sourire habituel – bien des souffrances cachées et des espoirs déçus, alors qu’il allait sur ses cinquante ans12.

13Sans famille, hormis sa mère et sa sœur qu’il allait voir deux fois par an à Plauen, Lutz vécut ses dix dernières années dans un très grand et beau logement du quartier verdoyant de Schleußig, à Leipzig, au milieu des livres. Les collaborateurs de la Bibliothèque universitaire de Leipzig furent médusés en découvrant après sa mort sa bibliothèque de 17 000 livres, dont tous étaient soigneusement catalogués. Aucun doublon. Il était manifeste qu’il avait lu la grande majorité de ces livres qui contenaient annotations, marque-page, petits feuillets… On trouvait dans sa bibliothèque principalement des œuvres en langue arabe, relevant de la philosophie et de la science politique, sur le Yémen, la Tunisie, l’Arabie saoudite, le soufisme, le terrorisme. Il y avait des livres d’histoire en général, de sciences du langage, de science politique en langue russe, beaucoup d’ouvrages ayant trait à la religion et à la philosophie, en allemand et en français. Enfin, un fort contingent de la bibliothèque était voué à la littérature en allemand, français, espagnol, turc, portugais, italien...

14Outre les livres, Lutz nourrissait d’autres passions : la musique où il avait des goûts éclectiques (y compris la techno) et le karaté. Après avoir d’abord pratiqué le judo, il s’était enthousiasmé pour le karaté durant les années 1990 : ceinture marron, il s’entraînait au Fujinaga Dojo à Leipzig où il rencontra Anne-Kathrin Ende, une traductrice professionnelle, devenue sa meilleure amie et confidente quasi-quotidienne. « Lutz était l’être le plus intellectuel que j’aie jamais connu. Il s’intéressait à la politique, à la philosophie, à la religion, à la musique. Des nuits entières, nous avons discuté en buvant du vin rouge et, dans le cas de Lutz, en fumant des cigarettes, sur la politique, le monde arabe et les Frères musulmans. » C’est elle qui – avec son mari et au nom du Dojo – publia dans la presse régionale un faire-part de décès à la mort de Lutz.

15Les dernières années de Lutz Rogler furent difficiles : sans guère de ressources, il vivait de ses traductions, au service régional des écoles comme examinateur pour les postes de traducteur d’arabe et du français reconnus par l’État, et comme traducteur pour des réfugiés syriens. Il lui arrivait de répondre à des interviews de télévisions comme la Deutsche Welle ou al-Jazeera. Sa santé se dégradait, et il lui devenait de plus en plus difficile de passer des journées entières à la Foire du Livre, à porter ses sacs de livres, à négocier avec le fret devenu plus onéreux. Il commençait à restreindre ses achats de livres, à se demander ce qu’il en adviendrait. Début février 2020, lorsqu’Anne-Kathrin et son mari vinrent chercher Lutz à l’aéroport à son retour du Caire, il était déjà très malade. On diagnostiqua bientôt un cancer des poumons. Malgré les traitements, son état s’aggrava, il fut hospitalisé. Apprenant qu’il n’avait plus que quelques semaines à vivre, Lutz quitta l’hôpital pour régler ses affaires. Il mourut une semaine plus tard. Anne-Kathrin et son mari plantèrent un arbre pour lui à Leipzig, et vendirent sa maison. Conformément au souhait de Lutz sur la façon de disperser sa bibliothèque, ils donnèrent la plupart de ses ouvrages aux bibliothèques des universités de Leipzig et de Halle. 3000 œuvres de littérature de la RDA furent par ailleurs données à la Peter-Sodann-Bibliothek, fondée en 2017 à Stauchitz pour assurer la mémoire de la littérature d’Allemagne de l’Est.

16Comme le dit Anne-Kathrin Ende, Lutz « était l’une des personnes les plus intellectuelles que j’ai connues, mais il était resté très humble ». Nous sommes heureux d’avoir pu rendre hommage à une personnalité hors du commun qui, « comme ces soldats sans armes, qu’on avait habillés pour un autre destin » (Louis Aragon), avait été formé pour un autre métier dans un monde disparu. Il n’eut ni la production scientifique que l’on aurait pu espérer, ni le rayonnement intellectuel qu’il aurait mérité. Pour ses amis, pour tous ceux qui l’ont rencontré, à la Maison des chercheurs qu’il a animée durant dix ans à chaque Foire du Livre, il reste présent, avec sa voix et son rire, ses cigarettes et son sac à dos, son humilité et ses questions.

Top of page

Notes

1 Plauen n’est pas très éloignée de la frontière tchèque ‒ à l’époque tchécoslovaque.

2 Lettre du 14 février 1979. Le seul fait qu’il ait gardé cette lettre dans ses archives, comme quelques autres du même type, est significatif.

3 Cette bourse créée en 1953 n’était décernée que très rarement – une centaine d’étudiants seulement y émargeaient en même temps – et sur une base qui incluait à la fois les résultats scolaires et l’adhésion « active et créative » au marxisme-léninisme. À l’époque où Lutz Rogler était boursier, la bourse atteignait 550 marks, quand la bourse normale était de 200 marks.

4 On peut trouver de lui deux publications sur le sujet, Lutz Rogler, « Zur Erfahrung, Kritik und Selbstkritik im politischen Selbstverständnis tunesischer Islamisten » in Dietrich Reetz (éd.), Sendungsbewusstsein oder Eigennutz : Zu Motivation und Selbstverständnis islamischer Mobilisierung, Berlin, Klaus Schwarz Verlag, 2001, p. 199-223, et Lutz Rogler, « Harakat an-Nahda and Islamic Movements in Tunisia » in Frank Peter & Rafael Ortega (éd.), Islamic Movements of Europe, Tauris, 2014, p. 50-58. Ce livre était précédemment paru à Barcelone dans sa version espagnole en 2012.

5 Gustaf Dalman, Arbeit und Sitte in Palästin. Das häusliche Leben, Geburt, Heirat, Tod: Fragment. Mit Gesamtregister für die Bände I-VIII. Im Auftr. des Gustaf-Dalman-Instituts Greifswald, 2001, avec Julia Männchen, Stefan Schorch, Lutz Rogler, Thomas Neumann & Georg Raatz.

6 « Marokko : Die islamische Opposition », INAMO 10, été 1997, p. 18-21 ; « Al-Manar al-jadid », INAMO 14-15, été-automne 1998, p. 95-96 ; « Ägyptische Islamisten : Von der Bewegung zur Partei », INAMO 20, hiver 1999, p. 35-39 ; « al-Jamâ’a al-islâmiyya : Reuevoll in eine ungewisse Zukunft », INAMO 31, automne 2002, p. 14-17.

7 Nous traduisons ici la notice qui apparaît sur le site du ZMO. Cf. la contribution de Lutz Rogler, « Die überregionale arabische Presse und ihr Beitrag zum Wertewandel in arabischen Gesellschaften », in Sigrid Faath (éd.), Politische und gesellschaftliche Debatten in Nordafrika, Nah- und Mittelost: Inhalte, Träger, Perspektiven, Hamburg, Deutsches Orient-Institut, 2004, p. 423-447. 

8 Il donna une communication sur ce sujet au Deutscher Orientalistentag à Halle en 2004, une autre (« Weltkrieg und Zukunft der Welt in zeitgenössischer ägyptischer Publizistik ») à un colloque à Leipzig en 2005. Une publication avec Katharina Lange, « World Wars and World Views. Arabic Perceptions of World War I and World War II » in Orient-Bulletin. History and Cultures in Asia, the Middle East and Africa 9, 2005, p. 3-5.

9 Il avait donné une communication sur ce sujet en novembre 1996 au Congrès scientifique allemand de la Société du Proche-Orient (DAVO) à Hambourg.

10 Nous traduisons ici la notice parue sur le site du ZMO. On trouvera aussi un article en collaboration avec Bettina Dennerlein : « Maḥkama », section 4. xii. « Tunesia », The Encyclopaedia of Islam. New Edition, Supplement (2004), p. 559-560.

11 Messages personnels, 3 octobre 2020 et 2 décembre 2020. Nous remercions Gudrun Krämer des renseignements précieux qu’elle a bien voulu nous fournir pour compléter cette notice.

12 Une notule sur le site du ZMO : « Die ägyptische Revolution: Neue Wege für die Muslimbrüder », INAMO, Sonderheft 4, mars 2011, p. 60-61. Et un article plus long en français donne une idée de sa compétence et de la précision de ses connaissances sur le sujet : « Les Frères musulmans, pragmatiques, ne sont pas ce que vous croyez », Outre-terres 3, 2011, p. 351-363.

Top of page

References

Bibliographical reference

Ahmed Chleilat, Anne-Kathrin Ende and Catherine Mayeur-Jaouen, “Dr Lutz Rogler”MIDÉO, 36 | 2021, 317-325.

Electronic reference

Ahmed Chleilat, Anne-Kathrin Ende and Catherine Mayeur-Jaouen, “Dr Lutz Rogler”MIDÉO [Online], 36 | 2021, Online since 05 June 2021, connection on 24 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/mideo/7589

Top of page

About the authors

Ahmed Chleilat

Anne-Kathrin Ende

Catherine Mayeur-Jaouen

By this author

Top of page

Copyright

Institut Dominicain d'Études Orientales

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search