Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36In MemoriamJean-Marie Mérigoux O.P.

In Memoriam

Jean-Marie Mérigoux O.P.

(27 janvier 1938-7 novembre 2020)
Jean-Jacques Pérennès O.P.
p. 327-331

Texte intégral

1Membre de l’Idéo, où il a travaillé durant vingt ans, le frère Jean-Marie Mérigoux, o.p., s’est éteint le 7 novembre 2020 à Marseille où il résidait depuis son retour d’Égypte en 2007.

2Né le 27 janvier 1938 à Besançon dans une fratrie de quatre garçons dont le père était professeur de physique à l’université de Marseille, le frère Jean-Marie avait connu l’Ordre dominicain par le scoutisme au couvent de Saint-Maximin où il prend l’habit le 3 octobre 1957. Deux évènements de l’année 1958 auront des échos dans sa vie ultérieure : le putsch des généraux à Alger le 13 mai et le début de la révolution irakienne le 14 juillet. Profès simple le 4 octobre 1958, il entreprend ses études de philosophie et de théologie au couvent dominicain de Toulouse. Ses années d’étude sont interrompues par un an de service militaire en Allemagne en 1962. Toute sa vie, il se dira redevable de la bonne formation thomiste qu’il reçut de ses maîtres dominicains. Il aimait rappeler qu’il croisait parfois le philosophe Jacques Maritain qui habitait alors la Fraternité des Petits Frères de Jésus installée dans le parc du couvent de Rangueil. C’est là aussi qu’il croisa pour la première fois le frère Georges C. Anawati qui venait visiter son ami et collaborateur, Louis Gardet. Profès solennel le 8 décembre 1963, ordonné prêtre à Toulouse le 4 juillet 1965, le frère Jean-Marie quitte Toulouse en 1967 car il se voit accorder deux années de spécialisation pour se préparer à un ministère dans le monde arabe. Il y a été sensibilisé dès sa jeunesse par son engagement auprès des enfants du bidonville de Sainte-Marthe à Marseille où vivaient de nombreux immigrés d’Afrique du Nord.

3À l’automne 1967, le frère Jean-Marie part à Alger en compagnie du frère Pierre Claverie, qui a achevé ses études au Saulchoir. Ils résident tous deux dans la petite communauté dominicaine de la rue Didouche Mourad au centre d’Alger et sont venus pour se former en langue arabe. Après une session intensive donnée par le P. Maurice Borrmans (1925-2017), père Blanc du PISAI (Rome), ils suivent les cours des Sœurs libanaises de la Congrégation des Saints-Cœurs qui tenaient alors un centre de langue arabe à Alger. Au terme de cette première année, le frère Jean-Marie part au Liban pour poursuivre ses études d’arabe au CREA des jésuites à Bikfaya. Toute sa vie, Jean-Marie poursuivra son apprentissage de la langue arabe et de l’araméen. Résidant à Mossoul, il passera une licence et une maîtrise en langue arabe à l’université d’Aix-en-Provence.

  • 1 Jean-Marie Mérigoux, Va à Ninive ! Un dialogue avec l’Irak, Paris, Cerf, 2000, p. 55.
  • 2 Jean-Marie Mérigoux, Va à Ninive ! Un dialogue avec l’Irak, Paris, Cerf, 2000, p. 58.

4Son premier contact avec l’Irak date de décembre 1968 : profitant des vacances de Noël, il y accomplit un premier voyage ; il est littéralement « séduit », comme il l’avouera dans son ouvrage Va à Ninive !1. Il a la chance de visiter Bagdad sous la conduite du frère Jacques Fiey, o.p., éminent spécialiste de l’histoire des Églises orientales. À Mossoul, ville du prophète Jonas et nouvelle Ninive, il est accueilli par le frère Joseph Omez, directeur du séminaire Saint-Jean. C’est l’occasion de rencontrer les séminaristes irakiens, dans ce séminaire inter-rituel confié aux dominicains depuis 1875 et qui réunit chaldéens et syriaques. Ce premier voyage est aussi pour lui l’occasion de visiter Assur et Hatra : « Ce premier janvier 1969 reste pour moi un jour de révélation », note-t-il2. Le frère Jean-Marie a trouvé tout de suite ses deux ancrages principaux : un intérêt pour l’étude de la culture orientale et un amour pour les gens, ces chrétiens orientaux qui lui révèlent une expression arabe du christianisme, si peu connue en Occident.

  • 3 Jean-Marie Mérigoux, « Contra legem Sarracenorum », Mémoire dominicaine 17, 1986, Introduction par (...)
  • 4 Jean-Marie Mérigoux, « Un précurseur du dialogue islamo-chrétien, frère Riccoldo (1243-1320) », Re (...)
  • 5 Jean-Marie Mérigoux, Les grandes religions de l’Orient à la fin du XIIIe siècle vues par Riccoldo (...)
  • 6 Jean-Marie Mérigoux, « Patriarcats d’Orient et culture arabe » in Marie-Thérèse & Dominique Urvoy (...)

5Dans cette perspective, il se met à étudier l’histoire et les écrits du premier frère dominicain qui se rendit à Bagdad à la fin du xiiie siècle : Riccoldo da Monte Croce (1243-1320). Jean-Marie, qui a pour lui une véritable admiration, s’investit dans l’édition d’un des livres principaux de Riccoldo : Contra legem Sarracenorum3. L’ouvrage est certes très apologétique mais Riccoldo y fait preuve d’une réelle connaissance de la langue arabe et du Coran, choses assez rares à son époque. Il a lui-même étudié, il est vrai, dans la fameuse Université Mustanṣiriyya de Bagdad. Le frère Jean-Marie évoquera souvent Riccoldo dans ses écrits ultérieurs, y voyant un précurseur du dialogue islamo-chrétien4. Il lui consacrera plus tard sa thèse de doctorat en histoire, soutenue à l’université de Dijon en 19875. En Irak, il se met aussi à l’école du P. Fiey, o.p., dont les ouvrages font référence et il étudie avec soin l’histoire des Églises orientales dont il a l’héritage sous les yeux, que ce soient les églises de Mossoul et de sa région ou leur liturgie séculaire. Le sujet le passionne et devient un de ses thèmes de prédilection6. Comme l’a souligné Jean-Paul II dans sa lettre apostolique Oriente lumen (1995) que Jean-Marie citait volontiers, notre compréhension du christianisme est très imparfaite si l’on oublie son poumon oriental. Il devint un expert de cette histoire riche mais si compliquée des patriarcats d’Orient (Alexandrie, Antioche, Jérusalem, Bagdad, Cilicie).

  • 7 Jean-Marie Mérigoux, Les chrétiens de Mossoul et leurs églises pendant la période ottomane de 1516 (...)

6En 1974, la Révolution irakienne modifie sensiblement la situation des chrétiens d’Irak. Les écoles confessionnelles sont étatisées, plusieurs religieux étrangers sont expulsés, dont le frère Maurice Fiey qui part à Beyrouth et les frères Jean Richard et Jean-Philippe Lachèse qui rejoignent Le Caire. Jean-Marie ne sera pas expulsé, mais il doit réorganiser ses activités lorsque le séminaire Saint-Jean, dont la direction est reprise par le patriarche chaldéen, est transféré à Bagdad. Il va désormais consacrer plus de temps aux chrétiens de Mossoul et des villages de la plaine de Ninive : Caracoche, bien sûr, cœur de la communauté syriaque, mais aussi Bartelli, Baʾchiqa, Telkey, Batnaya, Baqofa, Telleskof et Alcoche, au pied de la montagne kurde, où est enterré le prophète Nahum. Ce contact avec les gens est pour lui l’occasion d’approfondir sa connaissance de l’histoire de ces communautés. C’est au cours de cette période qu’il prépare une publication sur Les chrétiens de Mossoul et leurs églises pendant la période ottomane de 1516 à 1815 ainsi qu’un long article sur Églises et monastères de Mossoul et de sa région7, Mais c’est aussi à cette période que le frère Jean-Marie va développer des liens intenses avec la congrégation des sœurs dominicaines de Ste- Catherine de Sienne, une congrégation féminine irakienne fondée en 1913 très implantée dans la plaine de Ninive où elles assurent enseignement et catéchèse en langue arabe et en soureth.

7En 1983, après l’arrivée de plusieurs jeunes dominicains irakiens à Bagdad et à Mossoul, le frère Jean-Marie est envoyé au Caire où les dominicains animent l’Institut dominicain d’études orientales. Le directeur de l’Idéo, le P. Anawati, repère vite en Jean-Marie Mérigoux un homme que la culture arabe intéresse. Il se voit donc confier la responsabilité de l’accueil des lecteurs qui viennent à la bibliothèque du couvent d’Abbassieh. Ces lecteurs sont presque tous musulmans et les accueillir exige du tact. Avant que la nouvelle bibliothèque ne soit construite, l’accueil des lecteurs se faisait dans un petit parloir à l’entrée du couvent, les fichiers papiers étant dans la salle voisine. Le nombre de lecteurs étant alors assez limité, ne fût-ce que par la taille des locaux, le frère Jean-Marie, toujours en habit dominicain – « c’est le couvent qui les accueille », disait-il – s’efforçait de recevoir chacun personnellement, de le conseiller, voire même de proposer à tel ou tel une traduction du latin ou du grec si cela s’avérait nécessaire. Son érudition et sa curiosité intellectuelle étaient alors très appréciées. Ces lecteurs musulmans qui, pour certains, venaient pour la première fois dans un couvent de religieux catholiques, étaient touchés de l’accueil délicat et compétent qui leur était réservé. Le frère Jean Richard avec qui il avait vécu à Mossoul s’activait de son côté chaque après-midi pour faire le suivi des abonnements aux revues, dont les arrivages étaient très aléatoires.

8Toujours sensible aux personnes, Jean-Marie fréquentait aussi les communautés religieuses féminines qui tiennent des écoles souvent en quartier populaire, en particulier les sœurs dominicaines de la Délivrande à Héliopolis et Faggalah, les Filles de la Charité à Abbassieh et Helmieh, et les sœurs de la Charité de Ste-Jeanne-Antide à Sakakini et à Alexandrie. Il percevait bien que, comme les sœurs irakiennes, ces religieuses avaient un accès privilégié aux familles. Aussi, ne mesurait-il pas son temps. C’est aussi à cette époque qu’il est sollicité pour être l’accompagnateur spirituel des Sœurs du Rosaire de Jérusalem, dont il visitera les communautés pendant plusieurs semaines en 1991.

  • 8 Jean-Marie Mérigoux, Entretiens sur l’Orient chrétien : les deux poumons de l’Église, Marseille, L (...)
  • 9 Jean-Marie Mérigoux, Vers d’autres « Ninive » ? Le Caire, Istanbul, Marseille. Lettres 1985-2010, (...)
  • 10 Jacques Jomier, Confidences islamo-chrétiennes. Lettres à Maurice Borrmans, Marseille, Chemins de (...)

9Rentré en France en 2007, pour raisons de santé, le frère Jean-Marie n’oublie pas l’Irak et profite de sa liberté pour se mettre au service des chrétiens irakiens réfugiés à Istanbul où il se rend fréquemment, parfois pour plusieurs mois. À Marseille, connaissant l’arabe et l’araméen, il célèbre volontiers l’eucharistie à la paroisse Notre-Dame de Chaldée ou chez les voisins melkites de Saint-Nicolas de Myre. Il visite aussi le frère Jacques Jomier (1914-2008), retiré au couvent de Toulouse, et poursuit au travers d’innombrables conférences son travail de sensibilisation à la richesse des Églises orientales8. Travail d’autant plus important que les églises d’Irak connaissent de grandes épreuves comme l’assassinat en 2008 de l’évêque chaldéen de Mossoul, Mgr Faraj Raho. De cette riche et longue expérience, il tire deux ouvrages : Va à Ninive !, déjà cité, publié en 2000, et où son érudition et son expérience de terrain éclatent à chaque page. En 2013, il publie Vers d’autres « Ninive », un recueil de lettres écrites entre 1985 et 2011 au fil de ses pérégrinations entre Le Caire, Istanbul et Marseille qu’il aimait qualifier de « porte de l’Orient »9. Un cours sur l’histoire islamo-chrétienne du Proche-Orient lui est confié par l’Université dominicaine en ligne DOMUNI et à l’Institut catholique de la Méditerranée, où il participe en 2017 à une présentation de la correspondance du P. Jacques Jomier avec Maurice Borrmans, en compagnie de Mgr Jean-Marc Aveline, aujourd’hui archevêque de Marseille10.

10Le frère Jean-Marie Mérigoux s’est éteint dans son couvent de Marseille le 7 novembre 2020, jour de la Toussaint de l’Ordre dominicain. Cette date l’aurait enchanté, lui qui aimait souligner que Riccoldo et Massignon, deux de ses références, étaient décédés une veille de Toussaint. Un « intersigne », aurait dit Massignon. Une vie accomplie.

Haut de page

Notes

1 Jean-Marie Mérigoux, Va à Ninive ! Un dialogue avec l’Irak, Paris, Cerf, 2000, p. 55.

2 Jean-Marie Mérigoux, Va à Ninive ! Un dialogue avec l’Irak, Paris, Cerf, 2000, p. 58.

3 Jean-Marie Mérigoux, « Contra legem Sarracenorum », Mémoire dominicaine 17, 1986, Introduction par E. Panella.

4 Jean-Marie Mérigoux, « Un précurseur du dialogue islamo-chrétien, frère Riccoldo (1243-1320) », Revue thomiste 4, 1973, p. 609-620.

5 Jean-Marie Mérigoux, Les grandes religions de l’Orient à la fin du XIIIe siècle vues par Riccoldo Da Monte Di Croce : le monde de l’islam, thèse de doctorat, sous la direction du professeur Jean Richard, université de Dijon, 1987.

6 Jean-Marie Mérigoux, « Patriarcats d’Orient et culture arabe » in Marie-Thérèse & Dominique Urvoy (éd.), Le texte arabe non-islamique, Paris, Editions de Paris, 2008, p. 255-277.

7 Jean-Marie Mérigoux, Les chrétiens de Mossoul et leurs églises pendant la période ottomane de 1516 à 1815, Ninive-Mossoul, s.e., 1983 ; « Eglises et monastères de Mossoul et de sa région » in Geneviève Gobillot & Marie-Thérèse Urvoy (éd.), L’Orient chrétien dans l’empire musulman : hommage au professeur Gérard Troupeau, Paris, Éditions de Paris, 2005, p. 417-446.

8 Jean-Marie Mérigoux, Entretiens sur l’Orient chrétien : les deux poumons de l’Église, Marseille, La Thune, 2015.

9 Jean-Marie Mérigoux, Vers d’autres « Ninive » ? Le Caire, Istanbul, Marseille. Lettres 1985-2010, Paris, Cerf, 2013.

10 Jacques Jomier, Confidences islamo-chrétiennes. Lettres à Maurice Borrmans, Marseille, Chemins de dialogue, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Pérennès O.P., « Jean-Marie Mérigoux O.P. »MIDÉO, 36 | 2021, 327-331.

Référence électronique

Jean-Jacques Pérennès O.P., « Jean-Marie Mérigoux O.P. »MIDÉO [En ligne], 36 | 2021, mis en ligne le 05 juin 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/mideo/7609

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Pérennès O.P.

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search