Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36In MemoriamMgr Henri Teissier

In Memoriam

Mgr Henri Teissier

(21 juillet 1929-1er décembre 2020)
Jean-Jacques Pérennès O.P.
p. 333-336

Texte intégral

1Mgr Henri Teissier, archevêque émérite d’Alger, est mort à Lyon le 1er décembre 2020, jour de la fête du bienheureux Charles de Foucauld. Étudiant à l’Idéo du Caire de 1956 à 1958, il a été un des acteurs majeurs du dialogue islamo-chrétien dans l’Église catholique depuis Vatican II. La presse algérienne, voyant en lui un digne successeur du cardinal Duval, lui a rendu un hommage appuyé et unanime, parlant d’un « archevêque au grand cœur », « figure emblématique de l’Église catholique en Algérie ».

2Né le 21 juillet 1929 dans une famille de huit enfants, Henri Teissier arrive en Algérie en 1947 avec son père qui est militaire de carrière. Après des études chez les jésuites, il entre au séminaire de Kouba en 1947 et fait ses premiers apprentissages auprès de l’abbé Jean Scotto, curé pied-noir de la paroisse de Hussein-Dey qui le sensibilise aux enjeux de l’indépendance de l’Algérie. Ordonné prêtre pour le diocèse d’Alger le 24 mars 1955 après des études au séminaire des Carmes à Paris où il commence à s’initier à l’arabe en étudiant à l’Inalco, il passe deux ans à l’Idéo du Caire et profite au maximum des compétences des P. Anawati et Jomier ainsi que du milieu intellectuel qui gravitait alors autour du couvent dominicain d’Abbassieh. C’est ainsi qu’il fréquente la communauté grecque catholique melkite de Sainte-Marie de la Paix, où est née la badaliya, cette fraternité de prière pour le salut des musulmans initiée par Louis Massignon et Mary Kahil. De ce séjour, il gardera deux acquis essentiels : une excellente connaissance de la langue arabe qui lui a permis d’intervenir avec aisance dans la vie culturelle et sociale de l’Algérie, et un regard juste et clair sur le sens d’une présence chrétienne en pays musulman, sans arrière pensée prosélyte.

3En 1965, il prend la nationalité algérienne comme le cardinal Duval et plusieurs prêtres et religieuses, désireux de signifier leur attachement au pays et leur désir que l’Église ne soit pas une église d’ambassade pour des étrangers, mais l’Église de l’Algérie. Le cardinal Duval lui confie la direction du Centre diocésain des Glycines, lieu de formation du personnel de l’Église d’Algérie et des nombreux coopérants où affluent dans le pays en ces premières années d’après l’Indépendance. Sous son impulsion et grâce à sa vivacité intellectuelle et son dynamisme, le centre diocésain devient un lieu exceptionnel de rencontres, d’échanges et d’ouverture à une société algérienne en pleine effervescence. Ces contacts sont essentiels car l’Église vient de vivre un tournant dramatique : alors que la plus grande partie des chrétiens d’origine pied-noir ont quitté le pays au terme de huit années de violence, elle a fait le choix de rester et de se mettre au service de ce pays, d’une manière évangélique. Elle suit la ligne de conduite donnée par Mgr Duval : c’est l’amitié qui peut rapprocher les cœurs, par-delà les différences de culture et de religion.

4En 1972, le pape Paul VI nomme Henri Teissier évêque d’Oran où il va poursuivre ce même ministère dans une église de plus en plus internationale : aux quelques chrétiens pied-noir qui sont restés et aux coopérants de la post-Indépendance, se sont ajoutés au fil des années des travailleurs étrangers de diverses nationalités (Philippins, Polonais, Brésiliens) qu’il se plaît à réunir, en particulier pour la célébration de Pentecôte. Ses talents lui valent d’être nommé responsable de Caritas pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient et, quelques années plus tard, président de la Conférence épiscopale du Nord de l’Afrique, charge qu’il conserve jusqu’en 2004. Il est aussi un membre actif du Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM). Ces années ne sont pas de tout repos, car un nationalisme puissant se développe dans le pays et, après la mort du président Boumédiène en 1978 et l’éclatement du régime à parti unique (FLN), des groupes islamistes commencent à travailler la société en profondeur. En décembre 1980, il est nommé archevêque coadjuteur du cardinal Duval à Alger, dont il prend la succession en 1988. Son ami Pierre Claverie lui succède comme évêque d’Oran. C’est ensemble qu’ils ont élaboré un texte d’orientation pour les chrétiens d’Afrique du Nord, qui doivent essayer de formuler le sens d’une présence chrétienne en pays musulman : Chrétiens au Maghreb, le sens de nos rencontres (1979). Sa pensée se déploie aussi à travers de nombreux articles et plusieurs livres écrits à cette époque : Église en islam. Méditation sur l’existence chrétienne en Algérie (Centurion, 1984), La mission de l’Église (DDB, 1985), Histoire des chrétiens d’Afrique du Nord : Libye, Tunisie, Algérie, Maroc (DDB, 1991).

  • 1 Jean-Robert Henry & Abderrahmane Moussaoui, L’Église et les chrétiens dans l’Algérie indépendante,(...)

5Mais c’est lors de la dramatique décennie des « années noires » que Mgr Teissier va donner toute sa mesure. Les islamistes s’étant vu refuser l’accès au pouvoir par les élections en janvier 1992 vont tenter de s’en emparer par la force. Après avoir terrorisé et tué par centaines ceux qui représentent l’État et une société civile plurielle (magistrats, policiers, journalistes, écrivains), ils s’attaquent aux étrangers. Alors que prêtres et religieuses se croient protégés par la qualité de leurs liens d’amitié avec la population algérienne, deux religieux sont assassinés le 8 mai 1994 dans une maison au bas de la Casbah où ils servaient la jeunesse étudiante du quartier. C’est un énorme choc pour la communauté chrétienne. D’autres assassinats, hélas, vont suivre : des religieuses, en particulier qui vivent en quartier populaire (Bal el-Oued, Kouba). Mgr Teissier doit alors faire avec chaque communauté un travail de discernement : faut-il rester ou partir, ou se mettre en lieu sûr pour un temps ? Inlassable, l’évêque visite les communautés, est à l’écoute de chacun, rassure ceux qui font le choix de partir, soutient ceux qui restent. Mais chaque assassinat le met devant une écrasante responsabilité, dont il s’est expliqué avec pudeur dans un livre récent1. L’assassinat des moines de Tibhirine puis celui de son ami Pierre Claverie, évêque d’Oran, furent parmi les pires moments de cette période qui vit l’assassinat de dix-neuf membres de l’Église. Pour tenir, il lui a fallu un courage surhumain et une solide vie intérieure, d’autant plus que plusieurs de ses amis de la société civile algérienne étaient aussi victimes d’attentats. Les hommages reçus depuis sa mort nous ont appris qu’il avait alors pris le risque d’héberger et de cacher quelques-uns d’entre eux. Lui-même, de surcroît, n’était pas à l’abri.

  • 2 Voir son dernier livre L’Émir Abdelkader, Casablanca, Centre culturel du livre, 2020.

6Au sortir de ces années dramatiques, atteint par la limite d’âge, il remet sa démission en 2008, mais choisit de rester en Algérie, convaincu que la solidarité des chrétiens avec le peuple algérien durant la crise est la plus belle preuve que leur présence est désintéressée, sans arrière pensée prosélyte. Il s’en explique clairement dans une conférence de 2005, intitulée « Une Église pour un peuple musulman ». Jusqu’à sa mort en 2020, Henri Teissier continuera à servir cette Église par ses écrits, sa participation à de nombreux colloques et une présence auprès de ses amis Algériens et des familles des dix-neuf martyrs. Il le faisait avec intelligence mais aussi beaucoup de sensibilité, n’essayant pas de cacher son émotion et ses larmes. Devenu un des meilleurs spécialistes de l’émir Abdelkader, il multipliait auprès du grand public les conférences en français ou en arabe sur cet autre grand Algérien qui fut un apôtre de la fraternité2. Le sommet de ces années fut pour lui la béatification à Oran le 8 décembre 2018 de dix-neuf martyrs de l’Église d’Algérie, une sorte de Nunc dimittis.

7De ce parcours hors normes, on peut retenir quelques traits marquants : Henri Teissier a su ne pas se laisser enfermer dans un carcan clérical, tout en étant homme d’Église et évêque ; à la suite du cardinal Duval, il a eu un vrai courage politique, servi par une connaissance très fine de la société algérienne ; il a beaucoup travaillé à penser le sens d’une présence chrétienne en monde musulman, thème sensible s’il en est, et sa position ne souffrait pas d’ambigüité, ce qui n’est pas si fréquent ; il a été aussi un homme de cœur, attentif aux personnes, aimant recevoir chez lui pour soutenir et étendre les réseaux d’amitié. Il fut, enfin, un homme de Dieu, sans ostentation, sans phrases faciles.

8« Il y a de l’admirable dans cet homme qui vient de nous quitter », écrit Sid Ahmed Semiane, un des journalistes algériens les plus mordants de sa génération, chroniqueur dans le quotidien Le Matin. Le niveau exceptionnel d’hommage qui lui est rendu par les plus hautes autorités algériennes, la presse nationale et l’ambassadeur d’Algérie en France lors de ses funérailles à Lyon témoigne que la rencontre et la fraternité sont possibles, si on y met de l’intelligence et du cœur. Pour y croire encore, il nous faut des exemples vivants de cette qualité.

Haut de page

Notes

1 Jean-Robert Henry & Abderrahmane Moussaoui, L’Église et les chrétiens dans l’Algérie indépendante, Paris, Karthala, 2020. Le témoignage de Mgr Teissier est aux p. 403-419.

2 Voir son dernier livre L’Émir Abdelkader, Casablanca, Centre culturel du livre, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Pérennès O.P., « Mgr Henri Teissier »MIDÉO, 36 | 2021, 333-336.

Référence électronique

Jean-Jacques Pérennès O.P., « Mgr Henri Teissier »MIDÉO [En ligne], 36 | 2021, mis en ligne le 05 juin 2021, consulté le 06 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/mideo/7614

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Pérennès O.P.

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Institut Dominicain d'Études Orientales

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search