Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37RecensionsPatrice Jullien de Pommerol, Que ...

Recensions

Patrice Jullien de Pommerol, Que rien ne te trouble ! Résonnances coraniques d’un poème thérésien

Emmanuel Pisani
p. 230-231
Référence(s) :

Patrice Jullien de Pommerol, Que rien ne te trouble ! Résonnances coraniques d’un poème thérésien, Carmel vivant, Toulouse, Éditions du Carmel, 2020, 112 p.

Texte intégral

1À la suite de la lecture du poème de Thérèse d’Avila « Que rien ne te trouble », un soufi lettré y reconnut un texte universel dont il pouvait pleinement faire sien. Le Père Patrice Jullien de Pommerol, jésuite, missionnaire au Tchad, puis en Turquie et au Liban, s’interroge dans cet ouvrage sur la réalité d’une compréhension commune de ce poème. En reprenant chacune de ses expressions, il propose une lecture parallèle à la lumière du Coran et des écrits de Thérèse d’Avila. Il en conclut qu’il existe deux structures de l’altérité, vis-à-vis de Dieu et du prochain, si bien que musulmans et chrétiens ne peuvent se rejoindre dans la compréhension des mots partagés. Le poème récité par les uns et les autres ne peut donc constituer en soi un lieu de communion puisque les visions anthropologiques et théologiques qui s’y déploient sont divergentes. Nonobstant toutes les précautions méthodologiques exprimées à maintes reprises la méthode est problématique : en recherchant la signification coranique des mots du poème de Thérèse, l’A. inscrit son propos dans une démarche coraniste, courant au demeurant très minoritaire en islam. Or, non seulement aurait fallu intégrer la Sunna (p. 17), mais plus encore, exposer la lecture des expressions coraniques à la lumière des interprétations soufies. Tant de pages sur le trouble, la patience, la raḥma de Dieu ou encore l’altérité seraient à nuancer. Certes, on n’y retrouverait sans doute pas de convergence, et l’A. a raison de rappeler les avertissements de Miguel Asín Palacios ou de Paul Nwyia, mais les divergences y seraient bien moins contrastées. Al-Ġazālī (il s’agit d’Abū Hāmid et non de Muḥammad, p. 12, n. 7), jouit d’une autorité bien supérieure aux coranistes, même s’il est vrai que certains courants – à commencer par les wahhabites – ne le citent que très rarement. Pourquoi donc ne pas l’avoir davantage exploité dans la compréhension des versets coraniques ? Enfin, et c’est aussi problématique, la compréhension coranique des expressions thérésiennes souffre de l’absence d’une lecture anthropologique des mots du Coran.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pisani, « Patrice Jullien de Pommerol, Que rien ne te trouble ! Résonnances coraniques d’un poème thérésien »MIDÉO, 37 | 2022, 230-231.

Référence électronique

Emmanuel Pisani, « Patrice Jullien de Pommerol, Que rien ne te trouble ! Résonnances coraniques d’un poème thérésien »MIDÉO [En ligne], 37 | 2022, mis en ligne le 13 novembre 2022, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/mideo/8354

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search