Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38In MemoriamEmilio Giuseppe Platti O.P.

In Memoriam

Emilio Giuseppe Platti O.P.

(2 janvier 1943-25 octobre 2021)
Emmanuel Pisani
p. 303-325

Texte intégral

1Quand le père Emilio G. Platti était quelque part, on le savait, on l’entendait. Il avait le verbe facile. Les idées s’enchevêtraient à un rythme vif et soutenu, si bien que parfois, l’homme était difficile à suivre. Parfois aussi on pouvait le trouver un peu bavard et dispersé. Bien que toujours sérieux dans ses prises de paroles académiques, aux conseils de l’Idéo ou aux chapitres conventuels ou généraux, il témoignait dans le quotidien d’une présence plaisante et d’un ton léger, caractéristiques de ces gens qui ne se prennent pas trop au sérieux. Aux repas entre frères, ou avec ses collègues, il invitait la bonne humeur à partager le couvert. Comment alors ne pas apprécier son côté souriant et amuseur, réminiscence probable de ses racines italiennes ? La commensalité avec le frère Emilio avait la saveur des questions fondamentales et le goût des histoires pittoresques. La conversation alternait entre la légèreté des opérettes et le sens du tragique des opéras qu’il affectionnait, particulièrement dans leur interprétation par Teresa Berganza (1933-2022). Emilio faisait rire et l’on pouvait aussi, sans qu’il n’en fût vexé, rire de lui. Il est fort probable qu’il en trouvait même une forme de plaisir. Certains sujets ou certaines manières de dire demeuraient cependant sensibles. Emilio était Belge. Vivre dans un couvent de la Province de France au couvent du Caire pouvait l’agacer ; il lui arrivait d’avoir quelques « coups de sang » contre cet « esprit français » avec ses propos péremptoires et ses « résistances » à l’inculturation : « Mais on est où là ? On est au Caire, on n’est pas en France ! », lâchait-il à un moment donné à chacun de ses séjours cairotes, tel le refrain d’une chanson. Au couvent de Louvain, une autre source d’agacement l’attendait : le nationalisme flamand. Il souffrait du refus de certains d’accueillir l’étranger avec l’hospitalité de sa langue alors même qu’ils la connaissaient. Cette posture le blessait, mais lui, le latin, d’habitude si prolixe, avait pris le parti de souffrir en silence et de privilégier la paix communautaire.

Un premier ministère tourné vers les musulmans

  • 1 Voir l’Avant-propos de Jean-Jacques Pérennès dans Bert Broeckaert, Stef van den Branden & Jean-Jacq (...)
  • 2 Voir Paul Steels, « Dix ans de tentatives de prise en charge des jeunes immigrés », Foyer, 10 avril (...)
  • 3 Note du Foyer discutée en conseil des ministres le 17 juillet 1978, Archives Platti, Foyer.
  • 4 « Dix ans que le Foyer, à Molenbeek, veut mériter son nom pour la seconde génération immigrée », Le (...)
  • 5 Témoignage personnel de Mashir, gamin du Foyer de Molenbeek, devenu éducateur au Foyer. Il garde d’ (...)
  • 6 Témoignage le 1er avril 2016 sur RFI dans l’émission de Geneviève Delrue, « Religions du monde » : (...)

2Né le 2 janvier 1943 à Renaix/Ronse, d’une mère flamande et d’un père italien de la région de Bergame, Emilio est entré au noviciat des frères prêcheurs le 8 septembre 1961. Il fit sa profession solennelle le 29 janvier 1967 avant d’être ordonné prêtre en 19691. Il étudia la philosophie et la théologie au Studium dominicain de Louvain (Centrum voor Kerkelijk Studies) dans le climat passionnant du concile Vatican ii. Jeune prêtre, rattaché à une petite communauté de jeunes frères à Heverlee, il avait souhaité s’investir apostoliquement au Foyer social de Molenbeek fondé par le père rédemptoriste Paul Steels en 19692, première initiative néerlandophone pour intégrer la nouvelle vague d’immigrés. Son but était de permettre aux enfants de sortir de la situation de leurs parents et de ne pas ainsi agrandir « la troupe non qualifiée3 ». Pour le père Paul Steels, l’objectif était préventif. Le Foyer devait permettre aux enfants de « donner un exécutoire à leur agressivité et mettre un terme (provisoire) à leurs interminables errances4 ». C’est donc là que tous les vendredis et samedis soir, Emilio transformait le réfectoire du Centre en salle de cinéma. Il avait pris soin d’aller chercher en ville les bobines qu’il manipulait avec compétence. Le vendredi, pour rendre le film attractif, il diffusait quelques bonnes minutes, et le samedi, les enfants pouvaient voir le film en totalité. Emilio était pour eux comme un Frère Lumière. Sa programmation répondait en grande partie à leurs désirs. Il y diffusait des Tarzan, des films de Karaté, mais aussi quelques films d’auteurs, tels des Charlie Chaplin : « c’était le deal5 ». Derrière la bobine, Emilio n’était pas seul. Un petit Mashir apprenait avec lui les rudiments de la technique dans une séquence digne de Cinema Paradiso de Giuseppe Tornatore. La vie du Foyer c’était aussi la bibliothèque et l’alphabétisation auxquelles il prenait parfois part. C’était aussi une vie au rythme des fêtes. Dans la bonne humeur et l’amitié, « le jour de l’Aïd, on mangeait du mouton et des frites et il n’y avait rien d’agressif6 ».

3À la fin des années 1970, le Foyer connaît des difficultés financières ; quelques dealers ont aussi investi les lieux. La gestion y est devenue compliquée et le père Paul Steels est dépassé. L’heure est à une réorganisation sérieuse de son fonctionnement. Un Conseil d’orientation est mis en place par le frère dominicain Johan Lemann qui succède à Paul Steels. Il est de la même génération qu’Emilio et il lui demande de s’y investir pour soutenir une nouvelle manière de « faire Foyer ». Emilio accepte et il restera fidèle à son engagement jusqu’à ses derniers jours. Cette phase cependant est plus prosaïque. Emilio n’est plus engagé pastoralement auprès des enfants. On attendait de lui qu’il apporte une réflexion d’islamologue pour penser la vie du Foyer de la manière la plus judicieuse et censée dans ce quartier qui abritait toujours plus de familles musulmanes et qui défraya la chronique médiatique au moment des attentats terroristes.

  • 7 Les quarante ans du Centre El Kalima, avril 2019. Brochure consultable sur le site ‹www.elkalima.be (...)
  • 8 Emilio Platti, « Editorial », Les quarante ans du Centre El Kalima, avril 2019, p. 5 : ‹https://bit (...)

4C’est pour ces mêmes compétences qu’il intègre le Centre El-Kalima, fondé le 17 février 1978 par Marie-Rose Degives avec l’appui du Vicariat de Bruxelles en la personne du chanoine Raymond Van Schoubroek. À cette époque, la Belgique compte 150 000 musulmans dont 60 000 à Bruxelles7. Là encore, il reste fidèle à cette association et il en accepte la présidence de 2016 à 2019, en remplacement de l’abbé Christian Deduytschaever. La situation financière du Centre est difficile ; il écrit à ses contacts, aux nombreuses communautés religieuses où il a donné des conférences. Le Centre est sauvé. Pour ses quarante ans, en 2018, il concluait son éditorial par cette nécessité du dialogue : « Oui, ensemble, dans le dialogue, nous avons un message commun sans équivoque et que nous voulons mettre en acte : ce lien qui fonde l’universalité des humains et la dignité mutuelle partagée. Dans un monde où le particularisme triomphe et fait rage, nous n’avons pas seulement à sauver la nature de notre monde, irremplaçable (!), mais aussi notre propre humanité, dont nous voulons croire qu’elle est un don sacré commun, vécu en chacun de nous dans sa propre particularité8. »

  • 9 Expression judicieuse de Claude Debbichi.
  • 10 Témoignage personnel du frère Johan Lemann, directeur du Foyer de Molenbeek.

5À sa mesure, au moment de la guerre en Syrie et en Irak, il s’était impliqué à Louvain pour la régularisation de deux jeunes syriens. « Fils d’un couple mixte9 », il avait fait appel aux services juridiques du Foyer pour les aider dans leur démarche10. Quand il s’agissait de jeunes immigrés en situation de désolation, Emilio était toujours un frère, un fils, un père… Il voyait sans doute en eux l’image ou l’icône de son père Giuseppe arrivé à Louvain en 1933 en quittant, avec ses deux frères, l’Italie de Mussolini. Aussi, il ne manquait pas de faire jouer ses relations dans les milieux académiques ou aux consulats de Belgique. Il avait ainsi obtenu des papiers pour les uns, des bourses d’études pour les autres. Pour Sameh, Jad ou Mina… que n’aurait-il point fait ?

Premiers pas en arabe à la rencontre des musulmans

  • 11 Régis Morelon (éd.), Le père Georges Chehata Anawati, dominicain (1905-1994). Parcours d’une vie, L (...)
  • 12 La grande polémique antinestorienne de Yaḥyā b. ʿAdī, 2 vol., traduite et éditée par Emilio Platti, (...)
  • 13 Sidney H. Griffith, The Church in the Shadow of the Mosque: Christians and Muslims in the World of (...)
  • 14 Emilio Platti, Islam ennemi naturel ?, Paris, Cerf, 2006, p. 55. Cet ouvrage a été traduit en angla (...)
  • 15 Voir notamment : Emilio Platti, « Yaḥyā ibn ʿAdī, Disciples and Masters. On Questions of Religious (...)
  • 16 Emilio Platti, « Yaḥyā ibn ʿAdī » in Christian-Muslim Relations. A Bibliographical History, vol. 2 (...)
  • 17 Emilio Platti, Islam ennemi naturel ?, Paris, Cerf, 2006, p. 29.
  • 18 Mina-Raouf Amgad, « Un traité du chrétien Arabe ʿĪsā b. Zurʿa (m. 398/1008). Réfutation d’Abū al-Qā (...)
  • 19 Courriel d’Emilio Platti du 2 juin 2020 à Emmanuel Pisani.

6C’est donc à Molenbeek qu’il noua ses premiers contacts avec des musulmans et c’est sans doute là qu’il voulut en savoir davantage sur l’islam. Ainsi, après avoir obtenu le grade de licencié en 1971 à la suite d’une étude menée sous la direction d’Antoine Vergote sur la notion du sacré dans la phénoménologie religieuse et dans la philosophie existentielle, encouragé aussi par l’un de ses professeurs, le père jésuite Frank De Graeve, Emilio se rendit au Caire dans la perspective d’y étudier l’islam. Là, il partagea la table des frères de l’Institut dominicain d’études orientales et là, il but l’eau du Nil. D’emblée, le chaleureux Emilio s’entendit avec le non moins chaleureux Georges C. Anawati (1905-1994), homme vif, enthousiaste, pédagogue et généreux de son temps comme de son savoir11. Il prit le jeune Emilio sous son aile et l’encouragea à étudier l’arabe. Peut-être parce que l’ambiance du Foyer lui manquait, il décida de suivre son apprentissage avec des enfants, à l’école voisine, chez les sœurs de Saint-Vincent de Paul. Captivé par les rencontres entre chrétiens et musulmans et désireux d’un dialogue intellectuel au niveau théologique, il suivit les conseils du père Anawati et se mit à l’étude d’un auteur arabo-chrétien de l’École aristotélicienne de Bagdad du xe siècle de notre ère, Yahyā ibn ʿAdī (m. 364/974). Il s’inscrivit alors en doctorat en théologie à Louvain sous la direction du professeur Albert Van Roey sur le thème de la théologie de l’Incarnation. À trois reprises, il vient au Caire entre 1972 et 1974 pour travailler sur les manuscrits de son auteur conservés à la bibliothèque du Patriarcat copte-orthodoxe du Caire. Grâce au père Anawati, il acquiert une maîtrise de l’édition de manuscrits anciens et une connaissance précise de l’arabe philosophique, ce qui lui permit de n’abandonner ni son auteur ni la question du dialogue entre chrétiens et musulmans de langue arabe. En 1980, il soutient sa thèse à Louvain ; elle est publiée dans la collection Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium sous le titre La grande polémique antinestorienne de Yaḥyā b. ʿAdī12. Il s’agit de l’édition et de la traduction d’une réfutation des objections nestoriennes adressées au christianisme par ce philosophe théologien qui fut lui-même étudiant d’al-Fārābī, et que Maïmonide présentait comme celui qui permit aux mutakallimūn d’apprendre l’art du ʿilm al-kalām13. Cette polémique n’avait jusqu’alors fait l’objet d’aucune étude. Sa recherche doctorale le sensibilisa à la question des interactions entre chrétiens et musulmans, question que l’on retrouve dans plusieurs pages de son Islam ennemi naturel ? à propos de la période faste des maǧālis à l’époque abbasside à laquelle participaient différents membres de communautés religieuses14. Sur son auteur, il poursuivit la publication de traductions ou d’études dans plusieurs revues15. C’est lui qui signa l’article sur Yahyā ibn ʿAdī dans la très prestigieuse collection dirigée par David Thomas Christian-Muslim Relations16. Avec une humilité touchante, qui dit beaucoup de sa personnalité, il reconnaissait ne pas avoir été le premier à être sollicité pour cet article, mais il n’en était pas moins fier, et il voyait une reconnaissance par ses pairs du sérieux du travail entrepris et poursuivi depuis trois décennies. La retraite arrivée, il voulut écrire un livre sur les Arabes chrétiens qui étaient pour lui, à l’époque abbasside, des témoins « de ce que le monde musulman a montré de meilleur » et d’une « vie en symbiose intime17 ». Ce livre devait synthétiser des années d’articles, de participations à des colloques, de recensions ou bulletins rédigés pour le MIDÉO. Il en avait l’idée depuis des années, mais il en avait toujours repoussé l’écriture. Il avait choisi de privilégier interventions et ouvrages de vulgarisation dans un contexte où beaucoup de chrétiens témoignaient de leur désarroi vis-à-vis de l’islam et où lui-même se sentait dépassé par des évènements qu’il n’avait pas vu venir. Mais l’ouvrage était difficile à écrire, trop difficile. Il s’était mis une fois ou l’autre à sa table de travail au Caire, mais Emilio ne se sentait plus la force de rédiger sa synthèse, rongé par d’autres questions, meurtri par la violence de ce que les Arabes chrétiens vivaient en Irak et en Syrie. Il voulait cependant transmettre le flambeau de la recherche sur les Arabes chrétiens. Ainsi, il avait suivi le master de Mina-Raouf sur ʿĪsā ibn Zurʿa (m. 398/1008) et il l’avait encouragé à publier un article dans le MIDÉO18. De même, lors de sa dernière venue au Caire en août 2021, il avait manifesté la même attention au frère Mina-Athanase ʿAbd al-Masīḥ pour lui indiquer quelques ouvrages de référence utiles à sa recherche sur l’égyptien Sévère d’Achmounein – Sāwīris ibn al-Muqaffaʿ (m. 987 de notre ère). Mais quant à son travail personnel, il avait reconnu il y a quelques mois avoir perdu le contact avec la terminologie métaphysique. Son auteur avait même fini par lui devenir étranger : « Je me relis et je ne comprends presque plus… c’était le temps où le père Anawati se mettait à ma table et m’aidait à lire le manuscrit… Que les années passent vite !19. »

L’étude de l’islam

  • 20 Emilio Platti, « L’image de l’islam chez le dominicain Vincent de Beauvais », MIDÉO 25-26, 2004, p. (...)
  • 21 Emilio Platti, « L’image de l’islam », p. 69.
  • 22 Emilio Platti, « L’image de l’islam », p. 123.
  • 23 Emilio Platti, « L’image de l’islam », p. 138.
  • 24 Emilio Platti, Islam… étrange ?, Paris, Cerf, 2000.

7Emilio Platti n’a jamais vraiment travaillé le patrimoine islamique. Certes, par le biais des controverses médiévales et des écrits de Yaḥyaʾ ibn ʿAdī, il traverse bien des auteurs musulmans, mais il ne s’est jamais spécialisé sur l’un d’entre eux. C’est le dialogue théologique entre chrétiens et musulmans qui le passionne, et il voit bien que les questions d’aujourd’hui étaient déjà les questions d’hier. Pour les aborder avec la sérénité du passé, encore faut-il ne pas avoir une image tronquée de l’autre. Or, d’où vient que la vision occidentale de l’islam soit aussi négative et déformée ? C’est pour répondre à cette question qu’il avait entreprit une étude sur l’image de l’islam chez le dominicain Vincent de Beauvais (m. ca. 1264 de notre ère), véritable encyclopédiste dont l’influence fut considérable20. Il y recherchait la « transmission de certaines informations qui sont puisées à des sources musulmanes » et exposait « la manière dont elles sont utilisées pour créer ainsi une image de l’islam qui va être véhiculée durant des siècles21 ». Sa lecture suivie et commentée, travaillée en parallèle avec la Risāla d’al-Kindī, lui permit de montrer comment le dominicain avait recouru de manière tronquée au Coran, omettant tout texte musulman en faveur d’un islam pacifique et tolérant. Ainsi, Vincent avait présenté un islam où « les textes “tolérants” ne font plus “contrepoids” à ceux qui pourraient évoquer un islam violent par nature22 ». Pour Emilio Platti, la lecture du Speculum Historiae de Vincent de Beauvais ne permettait pas de voir que les musulmans font une lecture autre des sources auxquelles se rapportait l’auteur. À l’inverse de son prédécesseur du Moyen Âge, le frère Emilio aura été sensible et attentif non seulement à ne jamais réduire l’islam à une vision unique, mais aussi à donner à le voir de l’intérieur, à entrer dans le regard et l’appréciation de l’autre sur lui-même. Symptomatique est la remarque qu’il rapporte concernant les femmes du prophète de l’islam. Leur nombre est pour les uns révélateur du « caractère scandaleux du comportement du prophète », tandis que « pour les auteurs musulmans, cela n’a rien d’anormal ; au contraire, ils parlent des “Mères des croyants – Ummahāt al-muʾminīn23 ». Pour étudier l’islam, il conviendra donc de partir de « l’autocompréhension du musulman et des fondements religieux ou théologiques ». Telle est la perspective adoptée dans son livre Islam… étrange ?24

  • 25 Lettre du frère François Nhứt à Emilio Platti du 31 août 2000, Archives Platti, Kadoc.
  • 26 « Ici [Louvain], je me fais évincer du Davidsfonds en faveur du professeur Vermeulen, très islamoph (...)

8Derrière l’objectivité de sa présentation se laisse voir une certaine admiration pour son objet d’études, pour la piété populaire des musulmans et leur sens de Dieu qui s’était dissous dans un Occident désenchanté. Ses recherches sur le soufisme l’avaient amené à se tourner vers l’islam spirituel, l’islam du bel agir, de l’hospitalité, de la confiance et de la piété. La publication d’Islam… étrange ? avait donné lieu à de nombreuses interventions, jusqu’à celle donnée sur France Culture à l’invitation d’Abdelwahab Meddeb pour son émission « Cultures d’islam ». Une fois, lors d’une conférence, alors qu’il avait souligné la confiance de la foi des musulmans, il fut surpris de voir trois jeunes s’adresser à lui et lui demander comment l’on devient musulman. Il avait répondu qu’il n’était pas un prédicateur musulman, qu’il ne prêchait pas dans ses conférences pour appeler à l’islam, que sa démarche était scientifique, et qu’il invitait avant tout à poser sur l’islam un regard exigeant et non caricatural. C’était la même perspective qui orientait le ton et le contenu de ses cours. Après l’une de ses interventions aux Philippines, il avait reçu un message de l’un de ses étudiants, le frère François Nhứt : « C’est ta sincérité et ton respect envers nos frères musulmans qui ont changé mon point de vue sur le problème islamique. Au Viet Nam il y a environ un demi-million de musulmans. Nous devons avouer que nous, catholiques, ne les avons pas compris comme il faut25 ». Mais tout le monde n’est pas comme le frère François ; le Davidsfonds, réseau culturel et chrétien flamand qui avait l’habitude de faire appel à lui pour toute intervention concernant l’islam, a sollicité le professeur Vermeulen pour l’un de ses évènements. Emilio Platti voit dans ce choix la marque d’un désaveu26. Le monde change.

  • 27 Dans son ouvrage Le Coran, une histoire plurielle (Paris, Seuil, 2019), François Déroche défend la (...)
  • 28 Emilio Platti, « Jacqueline Chabbi, Le Seigneur des Tribus », MIDÉO 24, 2000, p. 467.
  • 29 Jacqueline Chabbi, On a perdu Adam, Paris, Seuil, 2019.
  • 30 Courriel d’Emilio Platti du 27 septembre 2020 à Emmanuel Pisani.
  • 31 Mohammad Ali Amir-Moezzi & Guillaume Dye, Le Coran des historiens, 3 vol., Paris, Cerf, 2019. Voir (...)

9Le chercheur n’était jamais solitaire dans sa recherche et manifestait une curiosité intellectuelle passionnée pour les travaux de ses collègues islamologues. Parfois, ses réactions étaient vives ; il prenait position avec véhémence pour l’un contre l’autre, à l’exemple du débat entre François Déroche et Asma Hilali27, mais il avait aussi une capacité à se rétracter, à réviser son jugement, à le nuancer. Ainsi, par exemple, à propos des travaux de Jacqueline Chabbi, il avait écrit dans le MIDÉO une recension du Seigneur des Tribus, ouvrage qui était selon lui « un mélange des genres qui rend sa lecture si malaisée », aux consonances parfois « ethnocentriques »28. Il assumait parfaitement cette recension qu’il jugeait lui-même « sévère ». Puis, il rencontra l’historienne dans le cadre d’une session de formation pour les jeunes frères dominicains à Lille. Il la retrouva plus tard lors d’une conférence au Collège des Bernardins où elle avait été invitée par les Amis de l’Idéo. Emilio avait fini par se montrer enthousiaste pour son travail d’anthropologie historique. Il avait lu sa dernière publication, On a perdu Adam29, et il nous confiait que le livre est « effectivement très bien », puis d’ajouter cependant : « Il y a un hic. » Pour lui, « la distinction entre les versets de La Mecque et de Médine n’est pas très claire surtout que Chabbi se prononce en faveur d’une mise en livre du Coran à la fin du viie siècle de notre ère. Adam et les prophètes viennent d’abord d’un entourage biblique, même s’il était mal intégré ». Platti parle d’une « conversion aux sujets bibliques30 ». À propos du Coran des historiens31, il se montrait choqué de la non prise en compte des travaux de l’historienne, mais plus encore, il se disait scandalisé par la position de Guillaume Dye qui, de fait, se situe à l’opposé de la sienne. Platti regardait l’islam à partir des musulmans pour en saisir la dimension existentielle, Dye n’a cure d’un tel regard dont le chercheur doit au contraire pour des raisons épistémologiques se libérer.

  • 32 Shahab Ahmed, What is Islam? The Importance of Being Islamic, Princeton, NJ, Princeton University P (...)
  • 33 Courriel d’Emilio Platti du 18 février 2019 à Emmanuel Pisani.

10Depuis qu’il avait quitté la direction du MIDÉO en 2015, je l’avais sollicité pour quelques recensions. Le sachant curieux de ces livres fondamentaux qui viennent bousculer notre savoir, je l’avais invité à recenser What is Islam ? de Shahab Ahmed32. Il en était tout émoustillé : « Tu ne sais pas ce que tu m’as demandé pour la “recension” de ce livre ! Cela fait des mois que j’y travaille [...]. Mais j’ai presque fini une deuxième lecture approfondie : tu te rends compte ce que c’est ce livre ? Un essai d’appliquer à l’anthropologie une herméneutique philosophique moderne… en un anglais farouchement difficile... Il aborde toute la littérature anglophone du genre et fait le tour, très précieux et détaillé, de la grande civilisation ottomane-safavide-moghole... J’apprends des choses à chaque page... C’est un domaine que notre héritage arabo-musulman n’aborde pas du tout… Mes connaissances de Cantwell Smith sont très précieuses !33. »

L’étude de l’islamisme

  • 34 Emilio Platti, « Georges C. Anawati », Bulletin d’Études Orientales 47, 1995, dans Régis Morelon (é (...)
  • 35 Samuel P. Huntington, « The Clash of Civilizations? », Foreign Affairs 72, 1993, p. 22-49.
  • 36 Wilfred Cantwell Smith, Islam in Modern History, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1957, p (...)

11Emilio Platti ouvre l’in memoriam au père Anawati, paru en 1995 dans le Bulletin d’Études Orientales, par ces beaux mots à la fois enthousiastes et graves : « Il y a des hommes qui semblent incarner l’état de grâce d’une certaine période de l’histoire. La fin de la deuxième guerre mondiale permettait d’immenses espoirs tous azimuts : on attendait qu’agissent les personnes dont le charisme serait de jeter des ponts entre les cultures des uns et des autres. Le père Georges C. Anawati […] trouva sa vocation à être ce pèlerin du dialogue. Il disparaît au moment du repli des mentalités sur elles-mêmes, où de nouvelles polarisations entre les aires culturelles apparaissent et où la seule recherche de sa propre identité semble à l’ordre du jour34. » De fait, Samuel P. Huntington vient de publier en 1993 The Clash of Civilizations35 et Emilio constate la diffusion rapide d’un islam politique exclusiviste, fondamentaliste et prosélyte dont les stratégies diffèrent certes, selon les tendances et les idéologies, mais dont le but est commun : l’islamisation de la société, le rejet de l’altérité. Attentif aux « signes des temps », il propose un cours à l’Institut catholique de Paris sur le fondamentalisme islamique, ce qui le conduit à s’intéresser à l’idéologue pakistanais Mawdūdī (1903-1979) dont Wilfred Cantwell Smith disait qu’il était « le penseur le plus systématique de l’islam moderne36 ». Il lit la traduction anglaise de l’intégralité de son commentaire coranique ainsi que celui du Frère musulman égyptien Sayyid Quṭb (1906-1966).

  • 37 Abul Aʿla Maudoudi, Comprendre l’islam, Leicester, Islamic Foundation, 1973.
  • 38 Emilio Platti, Islam ennemi naturel ?, Paris, Cerf, 2006, , p. 239.

12Emilio a été convaincu de l’impérieuse nécessité d’étudier Mawdūdī quand il s’est aperçu que l’on retrouvait dans les mosquées de Londres, d’Amsterdam, du Caire ou de Manille, la traduction d’un petit ouvrage, publié en urdu pour la première fois en 1932, Risālaʾ-i Dīniyāt et traduit en français sous le titre Comprendre l’islam37. Mawdūdī est devenu en quelques décennies un auteur fondamental, incontournable et incontestable, exerçant une « fascination » pour de très nombreux musulmans. Emilio y voyait deux raisons : d’une part, une diffusion facilitée par l’écriture de brefs traités ou des allocutions courtes, et d’autre part, un propos d’expression à la fois logique et moderne38. Sa pensée, gratifiée du prix Faysal en 1979, année du passage au xve siècle de l’hégire, signe sa consécration par les wahhabites alors que d’aucuns le considèrent comme le rénovateur de l’islam en ce xive siècle de l’hégire. Pour Emilio Platti, le mawdūdisme est l’une des trois branches de ce qui finit par constituer avec le wahhabisme et les Frères musulmans une idéologie commune caractérisée par un anti-occidentalisme et une orthopraxie qui doit garantir à l’homme de se conformer à la volonté divine et par suite, d’accomplir ce pour quoi Dieu l’a créé. Dans le sillage de la colonisation, Mawdūdī promeut une révolution afin de permettre à la civilisation islamique de reconquérir son statut hégémonique au sein de l’histoire de l’humanité.

  • 39 Emilio Platti, « Islam et Occident, “choc des théologies ?” », MIDÉO 24, 2000, p. 347-379.
  • 40 Emilio Platti, « Islam et Occident », p. 372-373.
  • 41 Emilio Platti, « Islam et Occident », p. 374-379.
  • 42 Emilio Platti, « Islam et Occident », p. 374.

13En partant du tawhīd et de la dimension existentielle de la foi pour comprendre comment l’islam pouvait légitimer et encourager des logiques extrémistes et inhospitalières, Emilio cherche à ne pas réduire le choc des civilisations à l’affrontement entre chrétiens et musulmans. Il montrait que « le choc des théologies » se vivait au sein même de l’islam39. Il est celui de la confrontation entre la théologie de Mawdūdī où seul Dieu est le Maître souverain, le Seigneur absolu, autonome et indépendant et où l’acte humain « disparaît dans la relativité totale d’une dépendance absolue de la toute-puissance de Dieu40 », et celle de musulmans modernistes qui réintègrent les sciences humaines, redonnent au temps son épaisseur historique, défendent la séparation du politique et du religieux, soutiennent la liberté de conscience et les droits de l’homme41. Mais il est clair que la vision mawdūdienne en instituant la sharia comme la « seule législation positive » rend universelle l’obéissance à la volonté divine. Ce faisant, concluait Emilio, « on exclut par principe toute possibilité que les hommes vivent dans la diversité de cultures leur vocation au salut qu’implique le décret divin et que dévoilent les révélations prophétiques. La religion devient mode de vie univoque ainsi que politique universelle42 ».

  • 43 Courriel d’Emilio Platti du 21 novembre 2010 à El Kalima.
  • 44 Courriel d’Emilio Platti du 11 décembre 2010 à El Kalima.

14La traduction de son livre Islam ennemi naturel ? en indonésien est l’occasion pour Emilio de se rendre en novembre 2010 à Jakarta avec le frère Jean-Jacques Pérennès, alors Directeur de l’Idéo. C’est le Recteur de l’Université islamique qui en a écrit la préface. L’ouvrage est loin de présenter une image idyllique de l’islam et Jean-Jacques Pérennès s’était inquiété de l’ambivalence du titre et des possibles réactions virulentes. Au jour de son intervention, l’amphithéâtre de l’université est plein. Les questions fusent mais elles sont toutes « passionnantes ». À plusieurs centaines de kilomètres de Jakarta, à Pontianak, capitale de la province indonésienne de Kalimantan occidental dans l’île de Bornéo, il retrouve le même intérêt pour son ouvrage, la même soif d’interroger, de creuser, de réformer, de neutraliser les répercussions du mawdūdisme. Il y voit le signe d’un islam qui trouve dans ses analyses un « appui pour lutter contre le militantisme43 ». À ce moment, fort des témoignages des penseurs musulmans d’Indonésie, il considère que le véritable problème de l’islam, c’est le wahhabisme. Il y voit une idéologie intransigeante et exclusive qui confond « unicité de Dieu et uniformité rigide » et refuse toute diversité. Il déplore les mannes financières qui contribuent à la propagation de cet islam totalitaire. Pour lui, « on a été trop lents à ouvrir les yeux là-dessus44 ».

  • 45 Voir Emilio Platti, L’islamisme, forme moderne du radicalisme islamique, Paris, Namur, Fidélité, 20 (...)

15Poursuivant ses conférences et articles, il montre que cette idéologie fondée sur une vision de la souveraineté de Dieu est anti-occidentale et anti-scientifique : elle nie l’intérêt des sciences humaines car seul l’islam des origines est la solution. Elle s’appuie sur des concepts théologiques qui délégitiment toute loi qui ne vient pas de Dieu et fait de Dieu celui qui dirige et domine l’homme. Toute expression artistique, culturelle et originale qui émane des hommes est alors comprise comme une manifestation d’arrogance, une révolte contre Dieu, une désobéissance. L’humanité se fige : l’homme n’a pas à créer une culture, mais il doit suivre la culture du Créateur. Dans cette voie, toute créativité humaine est impossible, la démocratie, le parlementarisme, jusqu’à la danse et la musique, ne sont que des innovations et des révoltes contre Dieu. Malgré les efforts des penseurs libéraux, des prédicateurs soufis, des philosophes musulmans, le frère Emilio constate, non sans tristesse, que la voie des violents l’a emporté, notamment dans le monde médiatique45. Rassemblant des photos qu’il a prises aux quatre coins du monde, il commente les uniformes, les slogans, les dessins, les caricatures ou les situations cocasses. Dans le climat des attentats au Pakistan et celui du massacre d’enfants en 2014, il comprend que l’image donnée par les médias frappe avec puissance les imaginations et rend son discours marginal, inaudible peut-être. Mais en 2015 avec les attentats en France, les exactions meurtrières revendiquées par Daech (l’organisation État islamique) et la volonté de partis politiques islamiques d’imposer la sharia en Europe, l’islamologue est chamboulé.

2015, « Je ne peux plus me taire »

16En 2011 et 2013, il avait suivi les révolutions égyptiennes en direct. Il était au Caire, place Taḥrīr, et il analysait les slogans de vendredi en vendredi, comprenant avant tout le monde que les Frères musulmans étaient de retour. Aux slogans sur la citoyenneté, aux embrassades entre un prêtre copte et un imam sunnite, avaient succédé les slogans des Frères. Muḥammad Mursī était arrivé au pouvoir jusqu’à ce qu’il soit renversé à l’été 2013 par ce qui fut à la fois un coup d’État militaire et un coup d’éclat populaire. En 2015, Emilio avait suivi en direct les crimes des islamistes en Irak et en Syrie. Via YouTube, il avait vu les exactions, les meurtres, les lapidations. Que l’on ne se méprenne pas ! Emilio n’avait aucun goût pour le gore et il n’était pas un voyeur malsain. En aucun cas. Avec la curiosité de l’anthropologue, muni de son appareil photo, il voulait à partir du terrain capter une émotion, un mouvement, une impulsion créatrice. C’est cet esprit d’observateur-reporteur qui l’avait amené, cette fois-ci, à visionner ces images sur l’écran de son ordinateur. Le frère Lumière visionnait l’horreur ; son regard sur l’islam en fut altéré. « Quand on critique l’islam je le défends, quand on s’en émerveille, je le critique », m’avait-il confié alors que nous nous promenions dans la Cité des morts lors des premières années où je venais au Caire. Nombre de ses phrases commençaient par un « non… » en réponse à ce que l’un d’entre nous venait de dire. Nous en riions d’ailleurs, tout en sachant que ce « non » était celui de l’homme libre, et qu’il était, comme l’avait enseigné Valéry, la condition de la pensée. Cependant, depuis 2015, Emilio n’affichait plus le même esprit dialectique. Dans les conversations et dans ses interventions flamandes, il finit même par perdre le sens de la nuance, et il faut être bien ignorant de sa personnalité et de ses idées pour le réduire à un esprit naïf fasciné par l’islam. Il n’en était rien.

  • 46 Courriel d’Emilio Platti du 11 janvier 2015 à El Kalima.
  • 47 Emilio Platti, L’islamisme, forme moderne du radicalisme islamique, Paris, Namur, Fidélité, 2016, p (...)
  • 48 Emilio Platti, « De mening van - “Zwijgen kan niet meer” », Tertio 778, janvier 2015.
  • 49 Courriel d’Emilio Platti du 27 septembre 2018 à Emmanuel Pisani.
  • 50 Courriel d’Emilio Platti du 4 décembre 2018 à Emmanuel Pisani.
  • 51 Il avait été sollicité par Vincent Feroldi, directeur du SNRM pour intégrer un groupe de discussion (...)

17À la suite des attentats de Charlie Hebdo, il avait exprimé ses réserves quant aux réactions françaises. Le frère belge ne comprenait pas toujours cette culture laïque hexagonale qui fait droit sans ambages au blasphème. Il s’étonnait et s’attristait de voir un million de manifestants se dire « Je suis Charlie ». Pour le frère Emilio, « la France a manqué de sang-froid », les réactions ont été irrationnelles : « Je ne suis pas Charlie : ces dessins sont vulgaires : doit-on ainsi les sacraliser ?46. » Pour autant, même à la fin de sa vie, il ne perdit pas totalement son optimisme et il témoignait d’une forme d’espérance, comme le montre le dernier chapitre de L’islamisme publié en 2016 dans la collection jésuite Que penser de… ?47. De même, il ne retira jamais sa confiance et son amitié aux musulmans, à leur foi abandonnée qui leur permettait de traverser tant d’épreuves y compris celle du totalitarisme islamiste. Seulement, les attentats en Europe, la montée des partis islamistes furent comme un électrochoc. Le succès croissant de l’islamisme sur le continent de la modernité et de la sécularisation lui avait tourneboulé la tête. Emilio connaît l’intransigeance doctrinale de certains courants, et désormais, « il ne peut plus se taire » comme il l’écrit dans un article d’une revue flamande48. Il ne suffit pas de souligner la diversité de l’islam et les trésors spirituels de l’islam soufi. Il s’agit de prendre acte que le wahhabisme est entré en guerre contre toute autre forme d’islam, qu’il uniformise les coutumes ancestrales de l’islam asiatique pour imposer un vêtement noir aux femmes et une lecture de la sharia, que la guerre menée par l’État islamique en Irak donne des ailes aux militants wahhabites à l’instar de ce qu’il s’est passé dans la ville de Marawi du 23 mai au 23 octobre 2017. Pour Emilio, « on voile avec de belles paroles ce qui crève les yeux49 ». Au Centre d’accueil des réfugiés à Bruxelles au moment des migrations syriennes, il est consterné : « Des musulmans y réveillent tout le monde pour la prière de l’aube50. » Et d’ajouter : « Mes amis réfugiés syriens sont évidemment simplement anti-musulmans, mais est-ce que l’on se demande pourquoi ? Je suis profondément désorienté… Je croyais que le SNRM allait m’aider… c’est le contraire ! Je suis déçu de nos “travaux”… je finirai par les lâcher51. » C’est dans ce contexte qu’il avait fini par soutenir la proposition de Theo Francken, membre du parti nationaliste flamand N-VA et secrétaire d’État à l’Asile et aux Migrations dans le gouvernement Michel (octobre 2014-décembre 2018), dans le choix de n’octroyer un visa qu’aux chrétiens, par peur de voir une infiltration en Europe de courants fondamentalistes sur fond de guerre.

Ne pas oublier la théologie

  • 52 Lettre de John A. Farren, assistant pour la vie apostolique auprès du Maître de l’Ordre, du 24 févr (...)
  • 53 Lettre d’Emilio Platti du 30 décembre 1981 au frère René Perez, Archives Platti, Correspondance.
  • 54 Lettre d’Emilio Platti du 26 mars 1982 au frère Bernard Olivier, Archives Platti, Journées romaines (...)
  • 55 Claude Geffré, « Le Coran, une parole de Dieu différente ? », Lumière et Vie 163, 1983, p. 21-32.
  • 56 Claude Geffré, « Le Coran, une parole de Dieu différente ? », Lumière et Vie 163, 1983, p. 32.
  • 57 Lettre de Claude Geffré du 5 février 1984 à Emilio Platti, Archives Platti, Journées romaines.

18Comme dominicain, fils du concile Vatican ii, Emilio était sensible au monde, attentif aux « signes des temps ». Il portait ce regard positif sur les religions dont Nostra Ætate, la déclaration du concile sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes, invitait à regarder les semences de vérité et de sainteté. Pour lui, l’islamologue dominicain ne pouvait faire l’économie d’un regard théologique sur l’islam. Il en était d’autant plus convaincu qu’il avait été au cœur d’un imbroglio fraternel lors de son mandat comme secrétaire des Journées romaines, au début des années 1980. Depuis 1977 ces Journées se voulaient être une réflexion critique et communautaire sur la présence dominicaine dans le monde musulman en vue d’en justifier l’existence et d’en coordonner les collaborations52. Au-delà des activités et rencontres proposées une fois tous les quatre ans, le but était de susciter une réflexion pastorale et théologique sur le pourquoi et le comment de la vie des dominicains dans les mondes musulmans. Aux Journées de septembre 1981, son nom est proposé pour remplacer le père Emilio Panella de Pistoia, secrétaire pour l’islam, qui doit rejoindre sa province53. Le jeune frère belge, voyageant régulièrement entre deux rivages de la Méditerranée, en accepta la responsabilité. Il était épaulé au Caire par le père Jomier très attentif aux enjeux théologiques. Avec lui, il avait préparé un questionnaire pour voir comment fortifier la foi des chrétiens en contact avec les musulmans54. La perspective était symptomatique des difficultés et inquiétudes ressenties d’abord par le père Jomier sur la fragilisation de la situation des chrétiens tant sur le plan politique que dans leur foi. Lors des Journées, le théologien dominicain Claude Geffré (1926-2017) fut invité pour y faire une intervention, parue depuis dans Lumière et Vie55. Geffré partait de la reconnaissance de Paroles de Dieu différentes à l’intérieur d’une unique révélation pour proposer de reconnaître que son Esprit suscite des expériences de Dieu engendrant des Écritures différentes qui lui rendraient témoignage. Le théologien concluait son propos en disant que « c’est justement en tant que Parole de Dieu différente que le Coran constitue une prophétie qui continue d’interpeller le judaïsme et le christianisme historiques56. » Avec de tels propos, il est clair que l’on était assez loin des préoccupations apologétiques du père Jomier et de la nécessité de renforcer la foi chrétienne dans le monde musulman. Le jeune secrétaire des Journées prit la plume et écrivit à Geffré pour lui exprimer le désarroi de plusieurs confrères quant à son intervention. Mais il ne mentionna dans sa lettre aucun point qui serait discutable théologiquement. Geffré en est agacé et, dans sa réponse, il reproche aux islamologues du Caire de se limiter à des questions théologiques dépassées et de ne pas intégrer à leurs perspectives la réflexion en théologie des religions. Il écrit : « La question qui mériterait d’être affrontée est celle-ci : quand on me reproche une théologie trop complaisante vis-à-vis de l’Islam, est-ce bien au nom d’une connaissance théorique et pratique de cette religion que je ne prétends pas avoir, ou bien au nom de positions théologiques qui n’ont pas évolué depuis trente ans ? Je ne conteste pas la compétence de nos islamologues dominicains, mais pourquoi le dialogue avec l’Islam les conduit-il justement à un tel immobilisme du point de vue chrétien ? Le simplisme de la conférence du père Anawati lors du colloque “Massignon” était proprement scandaleux. Et je ne suis pas le seul à en avoir fait la remarque. J’ai eu la même expérience désastreuse lors d’autres colloques islamo-chrétiens… On peut reprocher aux Pères Blancs lors de leurs Journées romaines d’avoir une vision trop optimiste de l’Islam concret d’aujourd’hui. Mais ils ont au moins le mérite de se tenir informés des recherches théologiques actuelles et de rechercher le dialogue avec des universitaires musulmans également représentants d’un autre islam57. » Geffré concluait sa lettre en exprimant l’espoir que sa réponse puisse aider le frère Emilio dans sa propre réflexion.

  • 58 Lettre du Cardinal Francis Arinze du 12 décembre 1991 à Emilio Platti, Archives Platti, Vatican.

19Le 17 août 1988, ses fonctions lui ayant permis de côtoyer la curie romaine, il est nommé consulteur de la commission pour les relations avec l’islam au Secrétariat pour les non chrétiens. Il y reste jusqu’en 1993. En 1991, il représente le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux au Colloque organisé par l’Association pour le dialogue islamo-chrétien et les rencontres interreligieuses dont la thématique portait sur la nécessité d’une formation civique, morale et spirituelle58.

  • 59 Lettre d’Emilio Platti du 1er avril 1993 aux frères et sœurs impliqués dans le dialogue interreligi (...)

20Les Journées romaines de 1993 sont reportées faute de participants. Il n’y avait que vingt-quatre inscrits. Dans une lettre du 1er avril 1993, Emilio cherchait à en comprendre les raisons alors même que les frères du courant intégriste sont de plus en plus enclins à attirer la jeunesse et que la situation internationale semble indiquer que l’islam sera un sujet brûlant. Avec calme, il constate sans réserve dans une lettre pour les frères et sœurs impliqués dans le dialogue interreligieux, que « beaucoup parlent avec raison d’impasse provisoire dans une certaine forme de dialogue islamo-chrétien et, parallèlement, les chrétiens minoritaires en milieu musulman se sentent de plus en plus mal à l’aise. La rupture totale entre deux mondes n’est peut-être pas encore tout à fait consommée, mais elle peut se produire, par une polarisation excessive, avec des conséquences terribles. C’est un défi que les frères et sœurs de l’ordre dominicain se doivent de relever59 ». Depuis lors, cette tension, cette distorsion entre tendances plus traditionnelles et apologétiques d’une part, modernes et libérales d’autre part, n’a cessé de croître.

Ses séjours au Caire

  • 60 Annemarie C. Mayer, « In Memoriam Emilio Platti », Islamochristiana 47, 2021, p. 14.
  • 61 Lettre d’Emilio Platti du 26 mai 1989 de Louvain aux frères du Caire, Archives Platti, Idéo.

21À plusieurs reprises, dès la fin des années 1970, on pensa assigner le frère Emilio au Caire. Mais cela ne se fit pas. Il y eut d’abord sa carrière universitaire à la KU Leuven où il est devenu « senior lecturer » sur l’islam et le christianisme en 1990, « associate professor » en 1995 et « full professor » en 200460. Puis, à l’âge de la retraite, en 2008, il se sentait la responsabilité des frères âgés de son couvent. « Je suis le plus jeune », nous disait-il ces dernières années. Ce n’était pas tout à fait vrai ; disons surtout qu’il était le plus jeune de sa génération et des Flamands du couvent. Il reste qu’il n’avait cessé de se rendre chaque année au Caire et qu’avant d’être nommé prieur dans sa communauté de Louvain, il y séjournait pour plusieurs mois. Avant la révolution de l’internet, il appréciait ces séjours pour le calme et le temps dont il disposait pour travailler et préparer ses cours : « C’est presque un soulagement que je pense au Caire, où je n’aurai pas la constante obsession du téléphone avec des gens me demandant une conférence ici ou là…61. »

  • 62 Lettre d’Emilio Platti du 26 mai 1989 de Louvain aux frères du Caire, Archives Platti, Idéo.
  • 63 Emilio Platti, « Le père Ernst Bannerth (1895-1976) : au cœur d’un monde en bouleversement », Lettr (...)

22Comme frère, il assurait bien sûr quelques services conventuels : il célébrait et prêchait la messe chez les sœurs, il se rendait disponible pour représenter le couvent auprès de l’Église locale à certaines occasions, il accueillait à l’Idéo divers groupes, assurait des visites de la bibliothèque, animait l’un ou l’autre séminaire. C’était un frère « régulier » : il était aussi présent aux offices dont il appréciait la qualité polyphonique et l’écriture musicale d’André Gouzes. Dans une lettre adressée aux frères du Caire à la suite de sa visite au père Jomier, il écrivait à ce propos : « J’ai aussi assisté à la liturgie de Toulouse. Alors là, on est quand même impressionné ; il est vrai que c’était la Pentecôte…62. » Bien sûr, il était aussi attentif à l’accueil des frères de passage, des amis ou des chercheurs. Il leur faisait visiter Le Caire islamique, la synagogue de Maïmonide à al-Mūskī, il les introduisait dans quelques joyaux soufis où il avait lui-même été initié dans ses premières années cairotes par le père Ernst Bannerth (1895-1976)63. Le soir, attentif au calendrier, il ne manquait pas de leur partager l’ambiance des mouleds lorsqu’ils se présentaient. Chemin faisant, il nous apprenait aussi quelques techniques rudimentaires et vitales pour traverser une artère où fusaient les bolides à quatre roues : « Il faut traverser derrière les femmes. » De même, pour descendre d’un bus qui ralentissait sans arrêter sa course, il avertissait comme s’il avait été déjà témoin d’expériences malheureuses : « Il faut toujours descendre dans le sens de la marche, sinon, c’est la catastrophe à coup sûr ! »

  • 64 Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne, Pa (...)
  • 65 Alain de Libera & Marwan Rashed (éd.), Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l’islamophobie sa (...)
  • 66 Lettre d’Emilio Platti au frère Jean-Jacques Pérènnes, Archives Platti, Idéo.

23Pour la recherche, il faut reconnaître qu’il adhérait avec beaucoup de réserves à la focalisation de l’Idéo sur la bibliothèque, ces vingt dernières années. Pour lui, l’Institut avait abandonné la recherche fondamentale et les projets que nous voulions mener étaient bien « prétentieux ». Mais après s’être épanché, il reconnaissait tout le travail « formidable » des frères, et entre deux flèches acerbes, il savait le leur dire. Ainsi, par exemple, dans le cadre de l’émergence d’une critique virulente de l’islam sous couvert de démarche scientifique et dont la publication du livre de Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel64 était symptomatique, il avait découvert le collectif Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l’islamophobie savante65. Dans une lettre au Directeur et aux membres de l’Idéo, il écrivait : « D’une façon ou d’une autre, l’Idéo se doit, sur la base des spécialités de ses membres, d’avoir des idées pertinentes à ce sujet. Si ce n’est pas le cas, nous ne répondons pas à ce que l’on attend de nous, et l’Idéo n’a aucune raison d’être. Nous ne pouvons pas être simplement un dépôt de l’héritage arabo-musulman, très bien conservé et travaillé, il est vrai. Il a sa place, mais elle n’est pas la seule, et même, pour moi, elle est secondaire. […] L’Idéo du Caire se doit d’entretenir une réflexion approfondie à ce sujet et ce serait désastreux que la lecture de l’ouvrage que je viens de citer reste hors de portée de notre groupe66. »

24Emilio était aussi un lecteur assidu des journaux al-Miṣrī al-Yawm ou al-Ahrām. Pour lui, on ne pouvait pas vivre au Caire comme dominicain sans se soucier des débats dont la presse se faisait l’écho. Il s’agissait de les connaître et d’en comprendre les causes.

25En 2010, il accepta la direction de la revue du MIDÉO, succédant au frère Régis Morelon, et il me confia le secrétariat à la suite du départ du frère Jean-François Bourg. Lorsque je pris la direction de la revue en 2015, il en devint à son tour le secrétaire. Il assurait avec moi chaque été la relecture des articles, vérifiant ici une citation, traquant là une coquille de translittération ou pointant une incohérence dans l’argumentation.

  • 67 MENA, « Al-Azhar halts dialogue with Vatican over pope’s statements », Egypt Independent, 20 janvie (...)
  • 68 Courriel d’Emilio Platti du 20 janvier 2011 à El Kalima.
  • 69 Emilio Platti, « Le Forum islamo-chrétien au Vatican (4-6 novembre 2008) », MIDÉO 28, 2010, p. 235- (...)
  • 70 Ulrich Haarmann, « Regional Sentiment in Medieval Islamic Egypt, » Bulletin de l’École des Études O (...)
  • 71 Zeinab El Gundy, « Angry mob kills at least 4 Shias in Giza village including leader », ahramonline(...)

26La décision d’al-Azhar en janvier 2011 de suspendre les relations diplomatiques avec le Vatican à la suite des remarques du pape Benoît XVI sur le statut des chrétiens au Moyen Orient67 est pour lui une « mauvaise nouvelle »68 qui vient s’opposer à la reprise des contacts annuels qui avaient lieu depuis 2008 et dont le MIDÉO s’était fait l’écho69. Devant les crimes menés contre des églises en Égypte, il déplore le rôle « pervers d’un groupe de salafis » et de l’idéologie wahhabite. Quand il découvre que l’un des partisans de la destruction des Bouddhas d’Afghanistan est un Égyptien djihadiste sorti de prison en raison de la vague révolutionnaire et qui appelle à détruire le Sphinx de Gizeh, signe pour lui de l’idolâtrie, Emilio s’inquiète de cette mentalité au point d’avoir tendance à essentialiser le wahhabisme qui, à ses yeux, concentre toutes les tares de l’islam. Aurait-il oublié que c’est un soufi Muḥammad Ṣāʾim al-Dahr qui s’était attaqué au nez et aux oreilles du Sphinx par opposition aux offrandes que les paysans égyptiens lui offraient pour favoriser leurs récoltes70 ? Mais les incidents criminels convergent tous vers la même source : les wahhabites salafistes. En effet, ce sont encore des cheiks salafistes qui ont attaqué en juin 2013 des maisons chiites dans le village de Zāwiyat Abū Musallam et mis à mort plusieurs habitants dont Ḥassan Šiḥāta, personnalité éminente71.

  • 72 Peu après, en octobre de la même année, Emilio était de retour au Caire afin de recevoir, pour ses (...)
  • 73 Rābiʿa est le symbole des Frères musulmans égyptiens en référence à la répression sanglante de la p (...)
  • 74 Courriel d’Emilio Platti du 12 novembre 2014 à El Kalima.

27En 2011 puis en 2013, il a suivi les évènements de la rue, n’hésitant pas à sortir du couvent pour comprendre les aspirations populaires de l’intérieur, appliquant sa méthodologie à l’actualité égyptienne. À son retour en Belgique, le 15 août 2013, il reconnaît avoir passé « deux mois incroyables », mais il aspire à un peu de repos72. Il sait que ce qui se passe en Égypte non seulement a des répercussions internationales mais est aussi une illustration de ce qui se passe dans le monde. C’est à cette période qu’il cessa de cibler le wahhabisme salafiste comme cause principale du terrorisme pour se focaliser sur les agissements des Frères musulmans. Manifestement, sa vision était influencée par le discours ambiant de l’Égypte après la chute du président Mursī. Il se dit choqué lorsqu’à la Foire du Livre de novembre 2014, il découvre un stand de jeunes vendant des t-shirts avec les quatre doigts, symbole des Frères égyptiens73. Emilio tente de se rapprocher, il questionne, mais il est vertement éconduit et se demande dans ces conditions avec qui dialoguer74. Son jugement sur la Foire est sévère : on y trouve les « pires inepties » et si peu de haute théologie !

  • 75 Jacques Jomier, Confidences islamo-chrétiennes. Lettres à Maurice Borrmans (1967-2008), rassemblées (...)
  • 76 Courriel d’Emilio Platti du 18 mars 2017 à Emmanuel Pisani.
  • 77 Courriel d’Emilio Platti du 18 mars 2017 à Emmanuel Pisani.
  • 78 Courriel d’Emilio Platti du 18 mars 2017 à Emmanuel Pisani.

28À l’occasion de la publication des lettres du père Jomier au Père blanc Maurice Borrmans (1925-2017)75, il était intervenu dans le cadre des séminaires de l’Idéo et avait donné une conférence le 29 avril 2017 avec le groupe des théologiens rassemblés par le SNRM de Paris. De cet ouvrage, de ces confidences, il se disait très déçu. Pour lui, Jomier était resté « enfermé dans son monde à lui », « ne se rendant pas compte du tout de ce qui se passe à l’Idéo », restant « fasciné par le Pisai », « souvent déprimé ». Il « tourne autour de Massignon, Gardet, Anawati, Urvoy, Arnaldez, Islamochristiana », rejette Geffré et Hans Küng, mais il semble ne pas avoir vu l’important volume Christianisme, judaïsme et islam de l’Académie internationale des sciences religieuses (dont Emilio était membre depuis 1996), édité par Joseph Doré aux Éditions du Cerf à Paris en 199976. Emilio trouvait dans ces confidences de Jomier un pessimisme et un regard qui ne parvenait pas vraiment à s’ouvrir à l’autre et, d’une manière étonnante, il nous avait livré à son tour cette confidence : « Il y a une grosse différence entre Jomier et moi : il ne s’est jamais senti bien au Caire ; moi si, même avec lui les premières années…77. » Il n’en demeurait pas moins reconnaissant à Jomier de l’avoir édité dans le MIDÉO et de l’avoir invité à venir dîner… chez Mary Kahil (1889-1979)78.

Emilio, Ciao !

29Jomier, Beaurecueil et bien sûr Anawati… Emilio avait connu la première génération des frères fondateurs de l’Idéo. Il était fier d’appartenir à cette institution qu’il représentait avec plaisir à chacun de ses voyages aux quatre coins du monde. Il était notre ambassadeur. À Rome, au Forum islamo-catholique de 2008, le dominicain ne résista pas à glisser le nom de l’Idéo à l’oreille du pape Benoît XVI lorsqu’il le salua pour se présenter. Grande fut sa joie lorsque celui-ci lui donna pour réponse le nom du père Anawati.

  • 79 Courriel d’Emilio Platti du 4 octobre 2021 à Emmanuel Pisani.
  • 80 Depuis le décès du frère Emilio G. Platti nous avons été amené à rédiger deux in memoriam : le prem (...)

30En août 2021, il s’était rendu au Caire pour le mariage de Basim, le fils de Mahmoud qui fut l’intendant du couvent de longues années. Il avait renoncé à venir fin août à Belle-Île-en-Mer, car il devait s’occuper de jeunes frères vietnamiens un peu déboussolés dans ce grand couvent de Louvain. Il s’en était excusé. En octobre, il se réjouissait du merveilleux championnat du monde du cyclisme qui se tenait dans sa ville ; il se préparait à venir au comité d’administration des Amis de l’Idéo le 15 novembre. Il lisait Robert G. Hoyland et Michael P. Penn sur les textes syriaques du début de l’islam79. À la manière dont il concluait ses courriels, nous finissons par ses deux mots, mais dans un ordre nouveau : « Emilio, Ciao ! »80.

Haut de page

Notes

1 Voir l’Avant-propos de Jean-Jacques Pérennès dans Bert Broeckaert, Stef van den Branden & Jean-Jacques Pérennès (éd.), Perspectives on Islamic Culture. Essays in Honour of Emilio G. Platti, Les Cahiers du MIDÉO 6, Louvain-Paris, Peeters, 2013, p. XI-XIII. Dans le même ouvrage on trouvera sa bibliographie complète jusqu’en 2012, p. XV-XXIII.

2 Voir Paul Steels, « Dix ans de tentatives de prise en charge des jeunes immigrés », Foyer, 10 avril 1978.

3 Note du Foyer discutée en conseil des ministres le 17 juillet 1978, Archives Platti, Foyer.

4 « Dix ans que le Foyer, à Molenbeek, veut mériter son nom pour la seconde génération immigrée », Le Soir, 20 janvier 1979.

5 Témoignage personnel de Mashir, gamin du Foyer de Molenbeek, devenu éducateur au Foyer. Il garde d’Emilio le souvenir d’un homme généreux et attentionné au monde des enfants. Des attentions qui ne sont pas sans rappeler celles d’un autre dominicain du Caire, le frère Serge de Beaurecueil (1917-2015) et ses enfants de Kaboul. Voir Serge de Beaurecueil, Mes enfants de Kaboul, Paris, Cerf, nouvelle éd. 2004.

6 Témoignage le 1er avril 2016 sur RFI dans l’émission de Geneviève Delrue, « Religions du monde » : ‹https://bit.ly/3Cy4ibX›, consulté le 27 août 2022.

7 Les quarante ans du Centre El Kalima, avril 2019. Brochure consultable sur le site ‹www.elkalima.be›.

8 Emilio Platti, « Editorial », Les quarante ans du Centre El Kalima, avril 2019, p. 5 : ‹https://bit.ly/3Ksuwyc›, consulté le 27 août 2022.

9 Expression judicieuse de Claude Debbichi.

10 Témoignage personnel du frère Johan Lemann, directeur du Foyer de Molenbeek.

11 Régis Morelon (éd.), Le père Georges Chehata Anawati, dominicain (1905-1994). Parcours d’une vie, Le Caire, Idéo, Arab Press Center, 1996.

12 La grande polémique antinestorienne de Yaḥyā b. ʿAdī, 2 vol., traduite et éditée par Emilio Platti, Lovanii, In Aedibus Peeters, 1981-1982.

13 Sidney H. Griffith, The Church in the Shadow of the Mosque: Christians and Muslims in the World of Islam, Princeton, NJ, Princeton University Press, 2008, p. 73.

14 Emilio Platti, Islam ennemi naturel ?, Paris, Cerf, 2006, p. 55. Cet ouvrage a été traduit en anglais, en allemand et en indonésien.

15 Voir notamment : Emilio Platti, « Yaḥyā ibn ʿAdī, Disciples and Masters. On Questions of Religious Philosophy » in Douglas Pratt, Jon Hoover, John Davies & John A. Chesworth (éd.), The Character of Christian-Muslim Encounter. Essays in Honour of David Thomas, Leiden, Brill, 2015, p. 60-84 ; « Yaḥyā ibn ʿAdī and the Theory of ‘iktisāb’ » in David Thomas (éd.), Christians at the Heart of Islamic Rule. Church Life and Scholarship in ʿAbbasid Iraq, Leiden, Brill, 2003, p. 151-157 ; Yaḥyā Ibn ʿAdī, théologien chrétien et philosophe. Sa théologie de l’Incarnation, Orientalia Lovaniensa Analecta 14, 1983, p. XXIV-196 + 76 p. de texte arabe.

16 Emilio Platti, « Yaḥyā ibn ʿAdī » in Christian-Muslim Relations. A Bibliographical History, vol. 2 (900-1050), David Thomas & Alex Mallett (éd.), Leiden, Brill, 2010, p. 390-438.

17 Emilio Platti, Islam ennemi naturel ?, Paris, Cerf, 2006, p. 29.

18 Mina-Raouf Amgad, « Un traité du chrétien Arabe ʿĪsā b. Zurʿa (m. 398/1008). Réfutation d’Abū al-Qāsim al-Balḫī (m. 319/931) », MIDÉO 33, 2018, p. 223-273.

19 Courriel d’Emilio Platti du 2 juin 2020 à Emmanuel Pisani.

20 Emilio Platti, « L’image de l’islam chez le dominicain Vincent de Beauvais », MIDÉO 25-26, 2004, p. 65-139.

21 Emilio Platti, « L’image de l’islam », p. 69.

22 Emilio Platti, « L’image de l’islam », p. 123.

23 Emilio Platti, « L’image de l’islam », p. 138.

24 Emilio Platti, Islam… étrange ?, Paris, Cerf, 2000.

25 Lettre du frère François Nhứt à Emilio Platti du 31 août 2000, Archives Platti, Kadoc.

26 « Ici [Louvain], je me fais évincer du Davidsfonds en faveur du professeur Vermeulen, très islamophobe », courriel d’Emilio Platti du 8 septembre 2010 à El Kalima.

27 Dans son ouvrage Le Coran, une histoire plurielle (Paris, Seuil, 2019), François Déroche défend la nécessité de prendre au sérieux les traces d’évolution du texte coranique et la pluralité de ses supports écrits ; il prend ainsi le contre-pied d’une certaine sacralisation du Coran, obstacle à son historicisation. Voir le détail de cette controverse, dans le compte rendu de cet ouvrage par Emmanuel Pisani, sur le site du réseau Chrétiens de la Méditerranée : ‹https://bit.ly/3cu54Mn›, consulté le 28 août 2022.

28 Emilio Platti, « Jacqueline Chabbi, Le Seigneur des Tribus », MIDÉO 24, 2000, p. 467.

29 Jacqueline Chabbi, On a perdu Adam, Paris, Seuil, 2019.

30 Courriel d’Emilio Platti du 27 septembre 2020 à Emmanuel Pisani.

31 Mohammad Ali Amir-Moezzi & Guillaume Dye, Le Coran des historiens, 3 vol., Paris, Cerf, 2019. Voir aussi le compte rendu d’Adrien de Jarmy dans MIDÉO 36, 2021, p. 340-348.

32 Shahab Ahmed, What is Islam? The Importance of Being Islamic, Princeton, NJ, Princeton University Press, 2016.

33 Courriel d’Emilio Platti du 18 février 2019 à Emmanuel Pisani.

34 Emilio Platti, « Georges C. Anawati », Bulletin d’Études Orientales 47, 1995, dans Régis Morelon (éd.), Le père Georges Chehata Anawati, dominicain (1905-1994). Parcours d’une vie, Le Caire, Idéo, Arab Press Center, 1996, p. 111.

35 Samuel P. Huntington, « The Clash of Civilizations? », Foreign Affairs 72, 1993, p. 22-49.

36 Wilfred Cantwell Smith, Islam in Modern History, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1957, p. 233.

37 Abul Aʿla Maudoudi, Comprendre l’islam, Leicester, Islamic Foundation, 1973.

38 Emilio Platti, Islam ennemi naturel ?, Paris, Cerf, 2006, , p. 239.

39 Emilio Platti, « Islam et Occident, “choc des théologies ?” », MIDÉO 24, 2000, p. 347-379.

40 Emilio Platti, « Islam et Occident », p. 372-373.

41 Emilio Platti, « Islam et Occident », p. 374-379.

42 Emilio Platti, « Islam et Occident », p. 374.

43 Courriel d’Emilio Platti du 21 novembre 2010 à El Kalima.

44 Courriel d’Emilio Platti du 11 décembre 2010 à El Kalima.

45 Voir Emilio Platti, L’islamisme, forme moderne du radicalisme islamique, Paris, Namur, Fidélité, 2016, p. 101-103.

46 Courriel d’Emilio Platti du 11 janvier 2015 à El Kalima.

47 Emilio Platti, L’islamisme, forme moderne du radicalisme islamique, Paris, Namur, Fidélité, 2016, p. 101-103.

48 Emilio Platti, « De mening van - “Zwijgen kan niet meer” », Tertio 778, janvier 2015.

49 Courriel d’Emilio Platti du 27 septembre 2018 à Emmanuel Pisani.

50 Courriel d’Emilio Platti du 4 décembre 2018 à Emmanuel Pisani.

51 Il avait été sollicité par Vincent Feroldi, directeur du SNRM pour intégrer un groupe de discussions de théologiens. Il s’était montré enthousiaste de la personnalité de Djamel Djazouli qu’il y avait rencontré et avec qui « il s’entendait très bien » : courriel d’Emilio Platti du 13 octobre 2016 à Emmanuel Pisani.

52 Lettre de John A. Farren, assistant pour la vie apostolique auprès du Maître de l’Ordre, du 24 février 1977, Archives Platti, Journées romaines.

53 Lettre d’Emilio Platti du 30 décembre 1981 au frère René Perez, Archives Platti, Correspondance.

54 Lettre d’Emilio Platti du 26 mars 1982 au frère Bernard Olivier, Archives Platti, Journées romaines.

55 Claude Geffré, « Le Coran, une parole de Dieu différente ? », Lumière et Vie 163, 1983, p. 21-32.

56 Claude Geffré, « Le Coran, une parole de Dieu différente ? », Lumière et Vie 163, 1983, p. 32.

57 Lettre de Claude Geffré du 5 février 1984 à Emilio Platti, Archives Platti, Journées romaines.

58 Lettre du Cardinal Francis Arinze du 12 décembre 1991 à Emilio Platti, Archives Platti, Vatican.

59 Lettre d’Emilio Platti du 1er avril 1993 aux frères et sœurs impliqués dans le dialogue interreligieux, Archives Platti, Journées romaines.

60 Annemarie C. Mayer, « In Memoriam Emilio Platti », Islamochristiana 47, 2021, p. 14.

61 Lettre d’Emilio Platti du 26 mai 1989 de Louvain aux frères du Caire, Archives Platti, Idéo.

62 Lettre d’Emilio Platti du 26 mai 1989 de Louvain aux frères du Caire, Archives Platti, Idéo.

63 Emilio Platti, « Le père Ernst Bannerth (1895-1976) : au cœur d’un monde en bouleversement », Lettre aux amis de l’Idéo, Hors-série no 3 (Le défi de s’ouvrir à l’autre. Hommage au frère Emilio Platti), février 2022, p. 11-21 ; le titre original de l’article, rédigé en allemand : « Ernst Bannerth und sein achtungsvoller Umgang mit Muslimen » (série : « Wegbereiter des interreligiösen Dialogs »), Religionen unterwegs 28, 4, 2022, p. 24-29.

64 Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne, Paris, Seuil, 2008.

65 Alain de Libera & Marwan Rashed (éd.), Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l’islamophobie savante, Paris, Fayard, 2009.

66 Lettre d’Emilio Platti au frère Jean-Jacques Pérènnes, Archives Platti, Idéo.

67 MENA, « Al-Azhar halts dialogue with Vatican over pope’s statements », Egypt Independent, 20 janvier 2011 : ‹https://bit.ly/3KudY99›, consulté le 27 août 2022.

68 Courriel d’Emilio Platti du 20 janvier 2011 à El Kalima.

69 Emilio Platti, « Le Forum islamo-chrétien au Vatican (4-6 novembre 2008) », MIDÉO 28, 2010, p. 235-252.

70 Ulrich Haarmann, « Regional Sentiment in Medieval Islamic Egypt, » Bulletin de l’École des Études Orientales et Africaines de l’université de Londres 43, 1980, p. 55-66.

71 Zeinab El Gundy, « Angry mob kills at least 4 Shias in Giza village including leader », ahramonline, 24 juin 2013 : ‹https://bit.ly/3wAfPnc›, consulté le 27 août 2022.

72 Peu après, en octobre de la même année, Emilio était de retour au Caire afin de recevoir, pour ses mérites académiques, l’Ordre de Léopold, distinction la plus importante du royaume de Belgique, des mains d’une ancienne étudiante à la KU Leuven, devenue ambassadrice de Belgique en Égypte.

73 Rābiʿa est le symbole des Frères musulmans égyptiens en référence à la répression sanglante de la place Rābiʿa al-ʿAdawiyya où se sont rassemblés les Frères pendant près de 40 jours en protestation contre le coup d’État.

74 Courriel d’Emilio Platti du 12 novembre 2014 à El Kalima.

75 Jacques Jomier, Confidences islamo-chrétiennes. Lettres à Maurice Borrmans (1967-2008), rassemblées et annotées par Maurice Borrmans. Préface de Mgr Jean-Marc Aveline, Marseille, Chemins de dialogue, 2016.

76 Courriel d’Emilio Platti du 18 mars 2017 à Emmanuel Pisani.

77 Courriel d’Emilio Platti du 18 mars 2017 à Emmanuel Pisani.

78 Courriel d’Emilio Platti du 18 mars 2017 à Emmanuel Pisani.

79 Courriel d’Emilio Platti du 4 octobre 2021 à Emmanuel Pisani.

80 Depuis le décès du frère Emilio G. Platti nous avons été amené à rédiger deux in memoriam : le premier pour Proche-Orient Chrétien, le second pour la revue du Secrétariat national des relations avec les musulmans (SNRM) de l’Église de France, En dialogue : Emmanuel Pisani, « Emilio Platti O.P. (1943-2021), un frère dominicain islamologue confronté à l’effroi de l’islam politique », Proche-Orient Chrétien 71, 2021, p. 342-351 ; « Être ensemble par notre foi en Dieu. Hommage au frère Emilio », En dialogue 18, janvier-juillet 2022, p. 20-23.
Cet in memoriam se différence cependant des précédents par un ton plus personnel et parce qu’il s’appuie sur les Archives du frère Emilio que nous avons pu consulter, en 2021, à Louvain, ainsi qu’une partie de ses courriels mis à notre disposition par ses amis ou collègues. Nous avons aussi rencontré des frères en Belgique, notamment Johan Lemann, l’actuel directeur du Foyer social de Molenbeek et plusieurs membres d’El Kalima à Bruxelles, le Centre chrétien pour les relations avec l’islam. Grâce à l’aide de son actuelle directrice, Catherine De Blauwe, nous avons rencontré Marianne Goffoël, Claude Debbichi, Christian Delneste, l’abbé Christian Deduytschaever, Johan Vrints, l’abbé Jean-Pierre Dupont. Nous les remercions pour le temps qu’ils nous ont consacré. Nous avons fait le choix de ne pas écrire un texte aux résonnances hagiographiques comme l’exercice s’y prête parfois, mais de donner autant que possible à saisir une passion, un caractère, un personnage, avec ses contradictions, ses questions et ses combats. Certains de ses avis pouvaient être tranchés ; ils disent beaucoup de lui. Lorsqu’ils concernent des personnes décédées, nous les avons reportés à chaque fois que cela nous semblait judicieux, mais bien sûr, nous n’avons pas jugé opportun de mentionner ceux qui portaient sur des personnes toujours vivantes. Pour les Archives, nous avons déposé au Couvent dominicain de Sainte-Sabine à Rome une copie de tout ce qui nous a semblé essentiel concernant ses relations avec musulmans ou théologiens et son implication comme secrétaire aux Journées romaines au début des années 1980. Les originaux sont restés à la communauté de Louvain. Nous disposons aussi d’une copie personnelle ainsi que de l’intégralité de ses photos numériques.
En outre, un in memoriam, assuré par Annemarie C. Mayer, ancienne professeure à la Faculté de théologie et d’études religieuses à la KU Leuven, a été publié dans Islamochristiana 47, 2021, p. 11-17 ; un autre, écrit par Herman Teule, sera publié dans Areopaag, un bulletin informel de la même faculté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pisani, « Emilio Giuseppe Platti O.P. »MIDÉO, 38 | 2023, 303-325.

Référence électronique

Emmanuel Pisani, « Emilio Giuseppe Platti O.P. »MIDÉO [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 25 octobre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/mideo/8878

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search