Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28« Trop belles pour l’ingénierie ?...

« Trop belles pour l’ingénierie1 ? » Regards croisés sur les inégalités de genre dans les métiers de l’ingénierie en France et en Roumanie

Sophie Mano-Avril et Roxana-Anca Trofin

Résumé

L’ouverture de l’Ecole Polytechnique, en 1972, à une jeune fille, Anne Chopinet, fut interprétée comme un symbole de l’égalité des sexes dans les grandes écoles françaises et dans les métiers de l’ingénierie. Pourtant, dans une interview, un journaliste lui demande si, au sein de l’institution, elle ne serait pas perçue comme un « monstre » ? C’est que la prédestination des jeunes filles à un certain type de carrières, quoiqu’atténuée, est encore prégnante en France. Au début du XXe siècle, Elisa Zamfirescu est l’une des premières ingénieures en Europe. Elle est roumaine et ce n’est pas un hasard : Toutes les statistiques officielles sondant le terrain des femmes au sein des professions scientifiques et techniques objectivent un très fort décalage entre les pays occidentaux et les pays de l’Est. Cette étude franco-roumaine tente d’expliquer cet écart en deux temps. D’abord seront explorées les explications historiques, institutionnelles, anthropologiques et symboliques. Ensuite, la réalité des ingénieures de la jeune génération en France et en Roumanie sera mise en lumière à travers une étude qualitative basée sur une série d’entretiens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Formulation inspirée du titre de l’ouvrage de Nicolas Witkowski  : Trop belles pour le Nobel, Point (...)

1La question de la femme ingénieur, et plus généralement des femmes en contexte technique et scientifique, est un sujet qui préoccupe aujourd’hui en France. Le foisonnement d’initiatives de toutes sortes tentant d’encourager les jeunes filles à intégrer les formations d’ingénieurs en est un très bon exemple. Pour la France, le constat est clair. Les métiers de l’ingénierie semblent être le dernier bastion d’une franche partition sexuée des études et du travail. Si les femmes, ces dernières décennies, ont effectué de remarquables percées dans les milieux juridiques et médicaux, il y a toujours aussi peu de femmes dans les écoles d’ingénieurs.

2En sondant de plus près le terrain européen, nous nous rendons compte que la réalité est tout autre et beaucoup plus homogène ailleurs, et notamment dans les pays de l’Est. Les statistiques des grands organismes européens tels Eurostat ou l’INSEE ainsi que les études d’associations ou de nombreux projets européens sur le sujet des femmes en sciences et en ingénierie montrent un fort décalage entre la France et la Roumanie2. Tous les aspects sont concernés par ce clivage, depuis la présence des femmes dans les formations jusqu’à l’accès aux postes à responsabilités. D’autres calculs autour du plafond de verre et des écarts de salaire sont aussi très édifiants (ceiling glass index et global gender gap index)3. Le constat est sans appel : en Roumanie, le métier d’ingénieur n’est pas un métier d’hommes. Les femmes choisissent ces cursus, sont présentes, bien plus qu’ailleurs, dans le top management des entreprises4 et gagnent (presque) le même salaire que leurs confrères. Une situation fort différente de celle constatée en France.

  • 5 La liste des répondantes et leurs domaines de spécialité sont indiqués à la fin de l'article.

3L’étude présentée ici vise à explorer les raisons d’un tel écart franco-roumain sur le terrain des rapports entre les femmes, les formations et métiers des sciences, de la technique et de l’ingénierie. De nature exploratoire, elle est basée sur des entretiens sociologiques menés dans les deux pays. Notre échantillon comporte des jeunes ingénieures en début de carrière et sorties d’études depuis moins de 10 ans (une vingtaine, dix Françaises, huit Roumaines). Toutes ont été choisies en fonction de leur domaine d’études et de métiers, ceux qui demeurent, au moins en France, les plus masculins : ceux du génie mécanique, du génie civil, du génie mathématiques et informatique. Sur l’échantillon roumain, deux ingénieures sont plus séniors et ont connu les contextes professionnels franco-roumains, ce qui nous a permis de mieux percevoir les évolutions du métier ainsi que d’appréhender les différences entre les deux pays5.

4La grille d’entretien était construite en trois temps. D’abord, elle avait pour objectif de recueillir des données sur leurs parcours, la dimension objective de leurs métiers, la description de leurs fonctions et missions. Le deuxième temps les encourageait à prendre du recul sur celui-ci. Quelle perception en avaient-elles ? Avaient-elles subi des influences et de quelle manière leur condition de femme avait-elle joué sur cette trajectoire ? Comment se passait leur évolution dans un milieu masculin ? Avaient-elles été discriminées et si oui, sous quelles formes ? La troisième partie servait à identifier leurs aspirations en termes d’avenir professionnel, de vie familiale et de mobilité.

5Pour mieux saisir la portée ces entretiens, il est nécessaire de les contextualiser et de s’intéresser aux aspects historiques, institutionnels, sociologiques et symboliques mis en lumière par une riche bibliographie (du moins pour le côté français). Ils semblent expliquer bien des choses quant à cette différence de réalité pour les femmes ingénieurs en France et en Roumanie.

Le poids de l’Histoire

6Le premier aspect à prendre en considération est le fait que les Roumaines ont toujours eu une longueur d’avance sur les Françaises concernant leur intégration dans l’enseignement supérieur et dans le monde du travail.

  • 6 Irina Gouzevitch et Dimitri Gouzevitch, « La voie russe d’accès des femmes aux professions intellec (...)

7Les études des époux Gouzevitch et de Nancy. Green expliquent que les premières femmes inscrites dans les formations scientifiques des Universités françaises étaient des Russes, des Polonaises et des Roumaines. La France au XIXe siècle tenait une place singulière dans l’histoire de l’émigration intellectuelle des pays de l’Est. Elle était, à l’évidence, le pays européen qui incarnait le mieux l’idéal d’émancipation vers lequel tendaient les émigrants en venant étudier dans ce pays. Beaucoup d’entre eux étaient juifs et pâtissaient dans l’empire russe à partir de 1887 des restrictions de l’accès des Juifs à l’enseignement secondaire et supérieur. D’autres, après 1905, étaient des militants politiques, socialistes révolutionnaires, nihilistes ou anarchistes. Pour les étudiants roumains plus particulièrement, Paris était considérée comme le centre des Lumières et de la civilisation européenne et donc comme un passage d’initiation et de formation très apprécié dans les grandes familles roumaines. Plus de 19 000 inscriptions de Russes et de Roumains sont enregistrées dans les établissements français entre 1905 et 1914, parmi lesquels 5 820 étaient des femmes6.

  • 7 Nancy Green, « L’émigration comme émancipation : les femmes juives d’Europe de l’Est à Paris », Plu (...)
  • 8 Gouzevitch, op.cit. p. 70.
  • 9 Catherine Marry, Les femmes ingénieurs : une révolution respectueuse, Paris, Belin, 2004. p. 37.
  • 10 Gabrielle Reval, La bachelière, Paris, Mirasol, 1910. p. 96.

8Cette forte proportion de femmes est exceptionnelle. Elles représentent, entre 1906 et 1913, près de 70 % de toutes les femmes étrangères enregistrées à l’université de Paris. Leur répartition par faculté est encore plus significative : les étudiantes d’Europe centrale et orientale constituent 99 % des femmes inscrites à la faculté de droit : 98 % à celle de médecine (filières symboliquement réservées aux hommes)7. Les premières femmes ingénieurs appartiennent aussi à cette génération de pionnières. Parmi les grandes écoles françaises étudiées par I. Gouzevitch et D. Gouzevitch, deux présentent un intérêt particulier : le Conservatoire des arts et métiers (CNAM) et l’Institut électrotechnique de Toulouse (aujourd’hui ENSSEEIHT) qui paraissent avoir survécu grâce à la présence des étudiants venus de l’Est. Les femmes, très peu nombreuses initialement (3 à 10 par an), finissent par représenter une proportion assez significative (55, soit 23,5 %) au milieu des années 19308. C’est dans ce contexte-là qu’a été formée Elisa Leonida Zamfirescu, la première femme ingénieur diplômée en Roumanie. Lorsqu'elle obtient son diplôme en 1912, elle devient une des premières femmes ingénieures diplômées en Europe9. Les femmes roumaines font donc partie des pionnières ayant ouvert la voie à d’autres femmes dans les domaines scientifiques et techniques, dans des instituts de formation parfois français eux-mêmes désertés par les femmes françaises. C’est que l’ouverture des études supérieures aux femmes françaises fut semée d’embûches. A cette même période, les Françaises ne sont pas les bienvenues dans les Universités. « Corps de femme avec un cerveau d’homme », l’étudiante est perçue comme une anomalie, un monstre10.

  • 11 Andreea Dimitriu, Le féminisme roumain et ses affinités avec le féminisme français (1918-1940), 201 (...)
  • 12 Ion Scurtu, Istoria civilizaţiei româneşti. Perioada interbelică (1918-1940), Bucarest, Éditions En (...)
  • 13 Natalia Popovici, « Protectia mamei si a copiilor » dans Buletinul muncii si asigurarilor sociale, (...)
  • 14 Barbara Alpern Engel, Women in Russia, 1700-2000, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 8 (...)
  • 15 Annual Statistical Bulletin, US Bureau of Labor Statistics: www.bls.gov.

9Le deuxième aspect n’est plus académique mais professionnel. A. Dimitriu par ses recherches nous apprend que les femmes roumaines avaient aussi une longueur d’avance dans le monde du travail. En 1913, les recensements montrent que 43.5% de la population active sont des femmes alors que dans le même temps, en France, la proportion est de 32, 4%. Cet important pourcentage s’explique par la prise en compte du travail rural où les femmes étaient très présentes ainsi que du travail à domicile aussi très pratiqué à l’époque11. Cette situation se maintient aussi dans la période d’entre-deux-guerres où les statistiques montrent que plus de la moitié des personnes occupées avec l’agriculture sont des femmes (50,7%), ce degré situant la Roumanie à la première place en Europe12. Dans cette Roumanie en cours de modernisation et d’industrialisation, elles étaient aussi présentes dans l’industrie et majoritaires dans certains milieux (industries de la laine et du tricotage, du tabac, du papier). Si bien que dans les années 30, N. Popovici parle pour les travailleuses roumaines « d’une conscience et d’une volonté d’indépendance financière »13. B. A. Engel ajoute que ces pays se distinguaient de l’Europe de l’Ouest par « l’absence d’une bourgeoisie hégémonique où aurait pu s’ancrer la doctrine des sphères séparées et l’opinion progressiste encourageait les femmes à contribuer avec leur énergie spécifique à la régénération de la société dans son ensemble »14. Dans les années 70, 75 % des femmes roumaines étaient au travail contre 52% aux Etats-Unis15.

10Pionnières aux études, pionnières au travail, voilà qui, déjà, mettait les femmes roumaines sur des rails facilitant un accès plus précoce et peut-être plus naturel aux métiers des sciences, des techniques et de l’ingénierie.

  • 16 Sonia Combe, « La question du genre dans la mémoire des femmes en Europe communiste », Clio, femmes (...)
  • 17 Alina Hurubean, Statutul femeii in România comunistã, Editura Institutul European, 2015, p. 98.
  • 18 Codruta Cuceu, « Gen, corp, politicâ în communism », Journal for the study of religions and ideolog (...)
  • 19 Elena Zdravomyslova, Anna Temkina, « Gender studies in post-soviet society western frames and cultu (...)

11L’aspect déterminant qui, de manière notable, a participé encore à égaliser les rapports hommes/femmes en contexte de formation et de travail furent les idéologies communistes qui ont dominé le pays de 1945 à 1989 et plus précisément les années sous le règne des époux Ceausescu. S. Combe mentionne que ce féminisme d’Etat était avant tout basé sur la parité de l’emploi et insiste sur le lien entre investissement professionnel, adhésion au régime politique et émancipation par rapport à la religion et aux normes de genre16. Entre 1950 et 1980, la Roumanie connut un processus d’industrialisation très accéléré et avait besoin de toute la force de travail en présence. « Il n’y avait aucune distinction entre les hommes et les femmes et toute trace de sexualité devait être cachée sous des uniformes ou des bleus de travail »17. Le modèle était celui de la « non-sexual communist comrade » et les femmes étaient comme « masculinisées » sur les représentations d’une propagande omniprésente et très influencée par les médias soviétiques. Toutes les sphères de l’univers féminin étaient accaparées et la féminité elle-même était questionnée18. La travailleuse était montrée comme une femme forte, solide, affairée et heureuse de s’adonner à des tâches traditionnellement masculines : conduisant un tracteur, un train, produisant à la chaine dans les usines... Des recherches menées depuis les années 60 ont révélé une réelle érosion des stéréotypes de genre dans les pays de l’Est qui découle, au moins pour partie, de ces représentations récurrentes et généralisées19.

  • 20 Stephan Kotkin, Historical Legacies of Communism in Russia and Eastern Europe, Cambridge, Cambridge (...)
  • 21 Hurubean, op.cit., p. 65.

12En haut du panthéon de ces héroïnes se trouvaient les femmes scientifiques, chercheurs, médecins et ingénieurs. Les régimes communistes avaient les sciences en haute estime car elles permettraient l’atteinte d’un « ordre social rationnel » et de favoriser la réalisation du « projet de perfectionnement de la société »20. Dans cette ambiance de primat des sciences et de l’ingénierie, les vocations des femmes étaient encouragées par des exemples forts instrumentalisés par la propagande : des rôles modèles scientifiques ou ingénieurs. Le modèle ultime fut Elena Ceausescu, l’épouse du président ; célébrée dans la presse comme une « savante de classe mondiale » auto-déclarée « Académicienne Docteur Ingénieur ». Selon A. Hurubean, elle était célébrée comme une militante importante du parti et comme une brillante scientifique, dont la mission était de coordonner les secteurs de la recherche et de l’ingénierie21. Même si ses compétences étaient usurpées, on note le choix et la mise en avant de ces fonctions et domaines pour mettre en valeur la première dame et créer le nouveau « mythe de la femme roumaine ».

13Au regard de tous ces éléments, nous devinons à quel point l’histoire est le premier critère, sans doute le principal, expliquant la différence étudiée ici entre France et Roumanie.

14Un deuxième aspect à prendre en compte est l’aspect institutionnel car l’intégration des femmes au sein des formations d’ingénieurs a connu des chemins différents pour les deux pays et pour la France, nous pouvons constater une réticence forte et assez tardive ayant contribué à retarder l’entrée des femmes dans ces métiers.

La féminisation des formations d’ingénieurs en France et en Roumanie : révolution inaboutie / évolution aboutie

  • 22 Marry, op.cit., 2004, p. 65.

15Malgré la diversification des orientations scolaires pour les jeunes-filles, la division des savoirs entre le hard du côté masculin et le soft du côté féminin perdure toutefois de manière encore profonde en France. Concernant plus précisément l’intégration des femmes aux écoles d’ingénieurs, C. Marry explique que l’histoire de l’entrée des filles dans le groupe des ingénieurs est celle d’une longue exclusion suivie d’une insertion lente et différenciée. Depuis les années 80, en dépit de leur nombre toujours faible, leur présence s’est banalisée22.

  • 23 Bourdieu, Pierre, La Noblesse d’Etat, grandes écoles et esprit de corps, Paris, Editions de Minuit, (...)
  • 24 Françoise Thébaud, La femme au temps de La guerre de 14, Paris, Stock, 1986, p.46.
  • 25 André Grelon, « Marie-Louise Paris et les débuts de l’Ecole Polytechnique Féminine », Bulletin d’Hi (...)
  • 26 Ibidem, p.140.

16Il existe en France deux grands types de formations d’ingénieurs. Dans la Noblesse d’Etat, P. Bourdieu fait la distinction entre les écoles de la grande porte, le pôle élitiste des ingénieurs représenté par Polytechnique et les écoles de la petite porte, toutes les autres, habilitées par la CTI (la Commission des Titres de l’ingénieur), environ 200 aujourd’hui en France23. La porte d’entrée qui a permis une meilleure féminisation du milieu sont les écoles de classe intermédiaire. Elles ont commencé à être investies par des « filles de la guerre »24. Sous la pression des contraintes économiques et démographiques, les responsables de quatre grandes écoles d’ingénieurs acceptent des candidatures féminines en 1917 25. Cette première génération d’ingénieures se voit cependant allouer des missions en correspondance avec son sexe. Les jeunes-femmes seraient « préparées à exercer des fonctions féminines dans des lieux convenables pour elles »26.

  • 27 Marie Duru-Bellat, L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ? Paris, L’Harmatt (...)
  • 28 Marry, op.cit. 2004, p. 74.

17Le paysage des écoles d’ingénieurs se transforme profondément entre les années 50 et 90. De très nombreuses écoles furent créées pour répondre à la pénurie chronique d’ingénieurs. Ces nouvelles-nées tendent à rompre avec le monopôle de la sélection par classes préparatoires et concours et diversifient leur recrutement. Le concours est détourné, les bacheliers recrutés sur dossier, la classe préparatoire intégrée et le cursus dure 5 ans. C’est le cas des INSA, où, dès les débuts, les filles sont très nombreuses. Les ENI et ENITA, quant à elles, recrutent sur concours des élèves issus de la filière technique. Cette dernière génération d’écoles permet aussi l’entrée à des étudiants venant de l’Université ou de filières professionnelles, BTS ou DUT, par le biais de voies passerelles multifacettes (sur dossier, par concours ou entretien). Ces écoles sont la voie privilégiée de féminisation du métier d’ingénieur par rapport aux filières classiques, à forte sélection. M. Duru-Bellat soutient l’hypothèse que c’est la sélection des élites scolaires par les classes préparatoires et les concours qui rebute les jeunes-filles. Ce système est très coûteux en particulier sur le plan psychique, très imprégné de valeurs « viriles » et les filles auraient plus de mal à y adhérer27. Les imaginaires sociaux attachés aux formations et métiers d’ingénieurs éloignent en effet, consciemment ou inconsciemment, les filles de ces métiers. Concernant la genèse de ces domaines, C. Marry mentionne l’agrégation de « traits qui fondent la domination masculine » : l’église, l’armée, les mathématiques, la maîtrise des techniques28. Pour toutes ces raisons, la féminisation s’est opérée de manière lente et différenciée et ne parait pas aujourd’hui satisfaisante. Elle connait une ampleur variable selon les disciplines, elle est la plus faible en mécanique, mathématiques, informatique et génie civil et dans les écoles militaires, plus aboutie en chimie et agronomie. Certaines filières se sont même dépeuplées depuis les années 90 ; c’est le cas de l’informatique.

18Dans le cas de l’enseignement technique et scientifique en Roumanie nous pouvons parler de différentes étapes de démocratisation, sous-tendues par les systèmes politiques et idéologiques. La première étape dans la démocratisation de l’enseignement roumain a été la réforme du système d’éducation et d’enseignement universitaire réalisée par S. Haret, personnalité marquante de la société roumaine. En 1901, il mit en place une réforme dont les principes progressistes étaient : l’uniformisation de tout le système d’éducation en gommant les différences entre contextes urbains et ruraux, l’école obligatoire pour tout le peuple, la laïcité, l’accès facilité à l’enseignement technique et professionnel, la formation spécialisée des enseignants et la distinction entre le système d’éducation primaire et secondaire d’un côté et le système universitaire de l’autre. Ce climat a contribué à l’émergence de plusieurs figures féminines qui ont marqué au cours du temps l’évolution d’un domaine scientifique ou d’un autre.

  • 29 Friedrich Engels, Women, the family and the origin of private property, Middlesex, Hammondsworth, 1 (...)

19La deuxième étape de la démocratisation des études dans les domaines scientifiques correspond à la période communiste de l’histoire de la Roumanie. L’instauration d’une seule classe sociale, l’accès à l’éducation et une réelle égalité des chances ont beaucoup contribué à la démocratisation non seulement de l’accès aux études mais également aux sciences29. La société communiste, nous l’avons vu, n’a pas seulement favorisé, elle a imposé l’égalité entre les hommes et les femmes et l’égalité de l’accès à l’enseignement supérieur. Elle a aussi rejeté toute forme d’élitisme, se détournant du modèle français en créant des universités et non des grandes écoles ayant la vocation de former l’élite de la société. Sur le plan des mentalités, en a découlé un affranchissement de la femme de tout interdit ou limitation au niveau de la formation professionnelle et des carrières. Cet héritage porte encore ses fruits aujourd’hui et l’on peut constater que ces trente dernières années, en Roumanie, les jeunes filles n’hésitent pas à embrasser des carrières de prédilection masculines dans le monde occidental.

20Toutes les dimensions qui viennent d’être abordées expliquent ici, en théorie, la désaffection toujours présente des femmes pour l’ingénierie d’un côté et le plus grand engouement pour ces carrières du côté roumain. Et si les données en provenance du « terrain » viennent confirmer certains des aspects explorés plus avant, elles déjouent aussi, parfois, certains attendus.

Analyse des entretiens

Un rythme de croisière pour les jeunes ingénieures « caméléons »

  • 30 Beate Krais, Wissenschaftskultur und Geschlechterordnung. Uber die verborgenen Mechanismen männlich (...)

21L’impression générale qui se dégage de ces entretiens vient valider la thèse principale de C. Marry, celle de la banalisation de la place des femmes dans les métiers d’ingénieurs. En France, elles constatent et déplorent leur systématique et très forte minorité dans les équipes. Malgré cela, elles affirment évoluer avec aisance et confiance dans leurs métiers et majoritairement n’ont jamais eu l’impression de devoir lutter contre la réticence des hommes, fait que déploraient bon nombre de pionnières. Cependant, le contenu des entretiens montre des aspects développés en contradiction avec ce premier constat. Faut-il y voir ici ce que B. Krais appelle le « paradoxe de la discrimination »30, c’est-à-dire le déni de reconnaissance de la résistance masculine, son euphémisation ? Considèrent-elles les points décrits comme une succession de non-événements pris avec philosophie et n’engendrant pas de malaise fort dans leur vie professionnelle ? Il faut noter qu’elles sont aussi très nombreuses à parler du devoir d’adaptation aux divers contextes qui s’offrent à elles. Il est possible de parler pour cette dernière génération d’ingénieures de « femmes-caméléons » capables de se fondre dans les environnements de travail. Cette notion ne s’applique pas aux ingénieures roumaines qui paraissent plus maîtresses de leurs terrains. En effet, elles, dans leurs métiers nous l’avons vu, ne se trouvent pas en minorité. Violeta parle, pour son cursus et pour sa carrière d’une moyenne de 50% de femmes /50 % d’hommes. Même chose pour Elena, pour ses années en Roumanie et depuis un an qu’elle est en France, elle est la seule femme de son équipe.

  • 31 Annick Boisseau, Véronique Chauveau, Françoise Delon, Gwenola.Madec, Du côté des mathématiciennes, (...)
  • 32 Claire Evans, Broad Band: The Untold Story of the Women Who Made the Internet, New York, Portfolio/ (...)
  • 33 , Kelly. Ward, Cornelia Dragne, Angelina Lucas, « Women in computer Sciences in Romania: success an (...)

22C’est que les « mondes d’hommes » ne sont pas les mêmes partout. Une mouvance des partitions sexuées est constatée entre la France et la Roumanie. Les témoignages de mathématiciennes, recueillis à l’initiative de l’association « Femmes et Mathématiques »31 expriment le malaise qu’elles éprouvent face aux multiples réactions misogynes. Rien de tout cela en Roumanie où les mathématiques n’ont pas de genre. Même histoire pour l’informatique. Si les femmes se sont effacées du terrain informatique occidental32, c’est bien loin d’être le cas pour le terrain roumain. Rappelons que la Roumanie possède le plus grand nombre d’étudiantes investies dans les études en informatique d’Europe : 13%, contre 0.68% pour la France33.

Des « héritières » du côté français, des ambitieuses du côté roumain

  • 34 Marry, op.cit. 2004, p. 141.

23La stabilité sociale et l’homogamie sont très fortes en France dans un monde des ingénieurs construit autour de la cooptation, des cultures d’école et des cultures familiales. Aujourd’hui comme hier, les catégories supérieures sont surreprésentées. L’influence familiale semble en effet très forte sur le destin de ces jeunes femmes. 6 des 9 sondées du côté français sont issues de familles dont au moins l’un des deux parents est ingénieur ou scientifique. Pauline par exemple est la fille d’un Polytechnicien et d’une Centralienne et explique bien qu’elle ne se voyait pas faire un autre métier. La transmission maternelle joue un rôle déterminant34. Elles furent élevées par des femmes toujours actives, tour à tour enseignantes, ingénieures ou de professions médicales qui les ont poussées vers l’excellence scolaire. Alexandra insiste sur l’importance dans sa vie de l’exemple de la lignée de femmes fortes dont elle descend. Cette influence familiale est plus ténue du côté roumain. Aucune de nos sondées n’appartient à une lignée d’ingénieurs. Pour toutes, les parents exerçaient des fonctions différentes et souvent plus modestes. Si les ingénieures françaises semblent se trouver encore aujourd’hui souvent dans une dynamique de continuation familiale, les ingénieures roumaines sont plus clairement dans un mouvement de recherche d’ascension sociale.

Le choix du métier et le vécu de la formation

24En effet, sans aucune exception, du côté roumain, les ingénieures parlent du choix de leur métier comme d’un choix d’opportunité et de sécurité financière. Les 8 Roumaines ont parlé du « prestige de la profession », de la « hauteur des salaires », des « opportunités apportées par les besoins des grandes multinationales françaises et allemandes installées en Roumanie ou par l’explosion du numérique ». Deux d’entre elles mettent l’accent sur la différence des choix d’orientation entre la France et la Roumanie : « La France est un pays riche avec beaucoup d’aides sociales et les Français peuvent se permettre de faire des choix d’orientation et d’études en fonction de leurs passions. Personne ne fait cela en Roumanie. Nous on choisit un parcours pour avoir un travail et pour qu’il nous assure la sécurité financière » (Gabriela).

  • 35 Gijsbert Stoet, David Geary, « The gender equality paradox in science, technology, engineering and (...)

25Ce point est illustré par une étude récente publiée dans la revue Psychological Science par G. Stoet et D. Geary. Ils montrent que dans les pays riches, à plus fort degré d’égalité de genre et de sécurité sociale, les femmes n’ont pas tendance à choisir des carrière scientifiques et techniques (comme par exemple les pays scandinaves) alors que dans les pays en plus grande difficulté, nous trouvons plus de femmes dans ces domaines (par exemple en Algérie et en Tunisie). Ces métiers leur offrent un avenir à l’abri du besoin35.

26S’agissant de la formation, les ingénieures roumaines évoquent aussi un choix d’étude plus restreint qu’en France. Gabriela nous explique que pour avoir un bon métier, seulement deux voies s’ouvraient à elle : les Sciences et l’Economie. Iulia parle de tout au plus 10 filières différentes avec une faible propension des systèmes éducatifs à renseigner et orienter les élèves puis les étudiants vers les filières et avenirs professionnels.

  • 36 Association des femmes ingénieurs : www.femmes-ingenieurs.org.
  • 37 Duru-Bellat, op.cit. 1990, p. 128-129.

27Du côté français, c’est l’inverse qui se produit, la diversité de l’offre pour les étudiants ingénieurs est impressionnante jusqu’à l’éparpillement des offres et formations adjuvantes au diplôme d’ingénieur classique. Il est d’ailleurs assez difficile de s’y retrouver entre les double-diplômes, années de césure, alternances et doctorats. Les possibilités pullulent et participent à reculer l’âge d’arrivée des ingénieurs d’aujourd’hui sur le marché du travail. Et les étudiantes-ingénieures sont les premières clientes de cette diversification des formations. Les statistiques de l’Association des Femmes ingénieurs montrent que ce sont plus souvent les femmes qui font ce choix du cumul des diplômes et des compétences36. Premières concernées par « l’inflation des diplômes », M. Duru-Bellat souligne bien cette tendance à une surqualification des jeunes filles, qui s’assurent ainsi d’une meilleure assise de leurs compétences et légitimité au sein des milieux professionnels qui les attendent37.

28Sur l’échantillon français, seule 1 jeune femme s’en est tenue à la formation classique. Une a doublé son diplôme avec un Master en Finances, deux ont fait des doctorats et toutes les autres ont complété avec des écoles de management ou de commerce. A la question de leur motivation, les réponses sont multiples : « parce que c’est prestigieux », « parce que la France manque d’ingénieurs et de managers », « pour ne pas entrer directement dans le monde du travail » ou pour « sortir de la technique et être plus polyvalente ». Les docteures parlent toutes les deux de l’envie d’apprendre et d’approfondir toujours plus leurs sujets, de leur plaisir de pouvoir allier recherche et industrie et de leurs aspirations concernant la formation. Du côté roumain, à part une docteure, peu de diversification des formations.

29Les Françaises illustrent aussi un aspect vu plus haut : le rejet du « rite d’initiation » des CPGE. La moitié des jeunes femmes ont favorisé le système des classes préparatoires intégrées aux Grandes Ecoles, malgré des dossiers scolaires tout à fait excellents. Marie dit avoir refusé d’être « cassée psychologiquement ». Celles qui sont passées par ces années expriment beaucoup d’amertume. Tour à tour traitées comme de petites choses fragiles et chouchoutées quand, dans le même temps, les garçons étaient malmenés ou considérées comme des incapables inadaptées à l’excellence mathématique : leurs souvenirs sont unanimement exécrables.

30Cependant, c’est sans aucun doute leur passage par ces formations qui rend leur évolution dans ces milieux masculins plus facile.

De l’art d’évoluer dans des mondes d’hommes : appropriation des valeurs masculines et féminité en porte à faux

31Il a été question plus haut des stratégies d’adaptation dont ces jeunes femmes font preuve dans leurs quotidiens en les taxant de « caméléons ». Les entretiens ont tout de même montré que la majorité des participantes présentaient des accointances avec les cultures masculines qui revêtaient plusieurs visages. De leurs propres aveux, ce sont sans aucun doute ces affinités qui ont facilité leur intégration aux formations et aux métiers.

32Pauline a grandi dans une fratrie de quatre où elle était la seule fille. « Les ambiances de garçons, j’ai connu cela toute ma vie, les écoles d’ingénieurs ne me faisaient pas peur ».

33Céleste, elle, loue l’éducation de parents progressistes, non-genrée qu’elle a reçu où tout était ouvert et accessible depuis le bricolage au football, sans aucune limite.

  • 38 Isabelle Lasvergnas, « Contexte de socialisation primaire et choix d’une carrière scientifique chez (...)

34En plus d’être un garçon manqué, Laurène faisait figure de « garçon manquant » dans sa famille au sens d’I. Lasvergnas (fratrie de filles ou enfant unique où la fille joue le rôle de « garçon de substitution » en portant le désir du père38). De tout temps passionnée par la police et l’armée, gameuse invétérée initiée par son père aux jeux de guerre, grande pratiquante de kick-boxing, Laurène était la seule fille dans son option « sécurité informatique », elle est aujourd’hui la seule femme dans son équipe et se dit « à l’aise et respectée, sans doute parce qu’elle partage les mêmes codes ». Sarah, développeuse, s’autoproclame « geek », fanatique de jeux-de rôles, de jeux-vidéo, de science-fiction et de nouvelles technologies, elle considère cet aspect comme la meilleure clé pour réussir dans le milieu de l’informatique et parle de « culture commune ».

35Souvent aussi, du côté français, comme du côté roumain, nos répondantes transgressent les valeurs communes. Comme dit précédemment, dans les imaginaires collectifs, les femmes n’étaient pas attendues sur le terrain de la technique, du côté hard. Et bien beaucoup adorent cela. Le goût pour le « concret » est retrouvé dans la majorité des entretiens avec se cachant derrière un fort besoin de visibilité du résultat de son travail et de sentiment d’utilité face à ce résultat. Iulia, spécialisée en électronique et informatique, nous dit :

J’ai toujours adoré bricoler, démonter, remonter. De toute façon, ça c’est un truc de Roumains. Les Roumains adorent bricoler. Si vous venez ici, vous verrez des enseignes de bricolage partout. Les plus beaux moments de ma formation furent mes mois d’échange avec l’INSA de Rennes, en France : j’ai fait de la soudure, du fraisage, de la chaudronnerie ! Mon rêve. Jamais vous ne verrez cela à Bucarest, beaucoup plus théorique notre formation… Et puis aussi, j’ai adoré mon premier job où je gérais les assemblages de câbles pour les Airbus ! 

36Le milieu professionnel semble plus perplexe et surpris devant les compétences techniques très pointues de ces jeunes ingénieures et semble encore influencé par le « déni de qualification » mentionné plus haut. Céleste, Laurène, Céline et Julie évoquent dans le meilleur des cas une sorte « d’admiration surprise » et dans le pire un « franc agacement » face à leur travail à la pointe des domaines concernés. Céleste a l’impression que ses collaborateurs se « sentent en danger » face à ses compétences. Rien de tel en contexte roumain où les femmes sont régulièrement reconnues et récompensées pour leur expertise technique. Prenons l’exemple des multiples hackathons parfois de niveau européen ou des Olympiades de mathématiques remportés régulièrement par des équipes de jeunes femmes.

37Cette appropriation des valeurs masculines se fait aussi dans les comportements. Par exemple, beaucoup subissent au quotidien dans ces ambiances d’hommes en contexte étudiant comme en contexte professionnel, ce qu’elles qualifient d’humour potache parfois salace « de quoi signaler au mouvement Me Too dix fois par jour » explique Julie en riant. Au début déstabilisées, toutes concèdent « être habituées », « ne plus se formaliser », « rire de bon cœur » ou « être devenue la pire de l’équipe ». Aucune de nos Roumaines n’a mentionné de choses similaires exceptée Luminita qui, au courant des affaires de harcèlement en France, explique qu’il lui semble que les Roumains sont beaucoup plus respectueux envers les femmes et que les relations hommes /femmes au travail sont beaucoup plus saines.

38Dans certaines entreprises, cette majorité d’hommes peut créer des contextes très compétitifs voire agressifs. Marie travaille dans le service Recherche/Développement d’un géant de l’automobile dont les objectifs et modes de fonctionnement sont extrêmement exigeants.

Je suis entourée d’hommes, tous de jeunes Polytechniciens ou Centraliens, l’élite quoi, moi je ne sors pas d’une école si prestigieuse. On sent qu’ils ont beaucoup donné pour en arriver là et sont tous très imbus d’eux-mêmes, de leurs solutions. Les jeux de pouvoir sont extrêmement présents. Pour faire ma place, il a fallu apprendre à rentrer dedans, à oser parler plus fort, à oser dire non. Je suis devenue dure. 

  • 39 Joan Cassel, « The women in the surgeon’s body » dans Différences par corps: les chirurgiennes, Cah (...)

39« Je suis devenue un vrai bonhomme » nous dit Iris…Avant d’être recadrée et rappelée à sa nature de femme. « Pas bien joli tout cela pour une fille » s’est-elle vue souvent reprocher…Ce qui rappelle l’étude sur les femmes chirurgiennes de J. Cassell qui montre qu’elles ne pouvaient pas se permettre des comportements trop similaires, aussi brutaux et virils que les chirurgiens hommes, si elles voulaient être acceptées au sein des services39. Pas trop d’appropriation masculine tout de même, une femme doit mettre les formes, une femme doit rester femme.

40Oui, mais quel type de femme ? Le récit des répondantes françaises exprime un rapport souvent compliqué à leur féminité, à leur corps ou à leur mise et un constant besoin de composer avec tout cela en contexte professionnel.

41Julie est assez claire à ce sujet. Elle évolue dans le monde du consulting et y dénonce des rapports de séduction omniprésents ; elle affirme même se sentir parfois comme une « proie » et avoue même avoir refusé un poste parce qu’elle avait senti l’insistance explicite des regards des membres de l’équipe. « Je me transforme en glaçon, comme cela le message est clair ».

42Depuis la CPGE, Céleste s’est sentie forcée de déconstruire puis de reconstruire différemment sa féminité. En jupe, accusée d’instrumentaliser sa beauté pour obtenir des faveurs, elle avait fini sa Spé en jogging. Plus tard, travaillant dans le domaine du luxe, on lui avait conseillé, parce qu’elle faisait trop « petite poupée » et pour gagner en autorité de se camper sur des talons hauts et de lâcher ses cheveux. Pour lui faire comprendre dans son poste suivant, un poste de business analyst, que ce n’était pas approprié : trop vamp.

43Pauline rejette les deux grands types d’ingénieures attendus en entreprise. Il y a deux choix nous dit-elle « la consultante en tailleur ou la geek un peu masculine et aucun de ces rôles ne me convient, je ne veux être aucune des deux. »

44Laurène et Sarah sont deux ingénieures informaticiennes au style très décontracté, toutes deux reconnaissent penser que la féminité très affirmée aurait du mal à passer dans leurs milieux professionnels. A Julie d’ajouter que dans la première entreprise où elle avait travaillé, une développeuse en CDD n’avait pas été reconduite pour la simple et bonne raison qu’elle était trop jolie et que cela perturbait l’open space. Trop belles pour l’ingénierie ? Il semblerait que parfois, oui…

Les impacts de la condition féminine sur les carrières des jeunes ingénieures

  • 40 Sylvie Lemaire, « Profils et devenir des élèves inscrits en classe préparatoire ». Note d’informati (...)
  • 41 Marry, op.cit., 2004, p. 206.

45Il est frappant de constater la forte convergence des motivations et des aspirations entre les ingénieurs hommes et femmes. Une étude de S. Lemaire montrait que le choix des carrières de l’ingénierie était motivé par des critères différents pour les hommes et les femmes. Statut, hautes rémunérations, promotion sociale et prestige étaient du côté des hommes tandis que pour les femmes se trouvait l’intérêt pour les domaines, les aspects académiques, la stabilité de l’emploi40. Les choses semblent avoir bien évolué pour cette nouvelle génération. Salaires, prestige et promotion de carrières semblent être devenus les moteurs des jeunes femmes, tant du côté français que du côté roumain. La recherche du « confort matériel » et des meilleures perspectives d’évolution sont centrales. Plus question pour elles de rester dans le « cocon » dont parle C. Marry, à propos des postes souvent fonctionnels, réservés aux ingénieures dans certaines entreprises, où elles restent en confort et stabilité, indéfiniment sans renouveau ni challenge41. Marie vit aux Etats-Unis et nous dit qu’elle ne veut pas rentrer en France car elle a plus que triplé son salaire. Violeta taxe les ingénieures roumaines comme elle de warriors. Le constat paraît clair, les jeunes ingénieures sont aujourd’hui exigeantes, ambitieuses et carriéristes. Et les entreprises rechignent moins à les promouvoir. La majeure partie d’entre elles sont très satisfaites de leurs évolutions. « Je m’impressionne moi-même d’en être arrivée là » nous dit Julie. Le sentiment de satisfaction et de réussite est très majoritaire, du moins au sein de notre échantillon.

  • 42 Ibidem
  • 43 Neus Navarro, “Romania, a country of female executives”, 9 février 2016, Via Empresa, https://www.v (...)

46Si l’évolution de carrière est satisfaisante, les chiffres montrent tout de même pour la France une « évolution asthénique »42 des carrières des femmes vers les postes de direction et de prise de décision. Le constat est bien plus positif pour la Roumanie. Violeta nous explique : « Non seulement les femmes roumaines prennent des métiers d’hommes, elles veulent aujourd’hui les positions de direction, les postes à fort leadership. La Roumanie est vraiment devenue depuis 10 ans un pays d’executive women »43. Effectivement, en Roumanie un grand nombre d’entreprises sont dirigées par des « pédégères » à l’instar de Liudmila Climoc, directrice d’Orange Roumanie, succédant à une longue série de PDG hommes et tous français.

47Nous avons évoqué la difficulté française de s’envisager en meneuse d’hommes et en quoi les postes de management et d’encadrement pouvaient parfois poser problème aux jeunes femmes. Le plus surprenant dans les propos de toutes les ingénieures roumaines interrogées, c’est que la tendance semble complètement inversée. Toutes, sans aucune exception, ont exprimé le fait que dans leur pays, les femmes étaient préférées aux hommes pour manager des équipes. Violeta explique que les « entreprises préfèrent embaucher des femmes parce qu’elles parlent plus souvent les langues étrangères et que dans son entreprise, il était même plus facile pour elle de manager des hommes ». Luminita, chef de chantier, confirme en parlant des entreprises préférant les chefs de chantier « femmes » car elles avaient moins de « problèmes d’alcool et de petites magouilles ». Elle ajoute qu’elle était extrêmement respectée et nommée par son titre par tous les ouvriers : « Madame l’ingénieur ». Elena affirme qu’en Roumanie, les femmes sont « préférées pour manager les équipes ». Dans les pays de l’Est et particulièrement en Roumanie, les rapports de pouvoir et d’autorité semblent très présents et la hiérarchie est très respectée dans les entreprises. Dans un tel contexte, il est possible d’imaginer, qu’homme ou femme, le supérieur hiérarchique, par sa position, force le respect.

48Une dernière tendance apparaît dans ces profils, c’est l’émergence de l’entrepreneuriat. En France, les chiffres pour l’entrepreneuriat au féminin sont en baisse depuis 2017. Ces derniers semblent meilleurs pour la Roumanie44. Même si elles ne sont pas nombreuses, beaucoup d’entrepreneures sont des ingénieures. 4 d’entre les Françaises et 1 Roumaine l’ont évoqué et 3 se sont exécutées dans ce sens. Pauline travaille comme datascientist en freelance, Céline prospecte pour un projet alliant numérique et équitation et Iulia a revendu il y a un an une start-up de création de sites internet qu’elle avait montée avec deux collaborateurs. Plusieurs critères semblent motiver ce nouvel engouement pour les fonctions en free-lance et l’entrepreneuriat : l’innovation (elles ont des idées originales et veulent faire du sur-mesure), le besoin d’autonomie et de liberté (elles perçoivent le contexte d’entreprise de manière étouffante, comme un carcan dans lequel elles refusent d’entrer), la facilitation d’une vie personnelle et familiale future.

49Cependant derrière ces aspects positifs et ce tableau dynamique des carrières d’ingénieur au féminin, des bémols demeurent bien présents.

50Tout d’abord une partition sexuée est encore bien présente en France dans certains milieux, entretenue par une autocensure de la part des femmes. Ainsi, les trois ingénieures issues des filières mathématiques concèdent toutes avoir choisi de ne pas se spécialiser dans la finance pure et avoir préféré les milieux de l’actuariat, du calcul de risques et des statistiques : « Impossible d’avoir une vie de femme dans la finance, des horaires énormes, de la pression, de l’agressivité » – paroxysme de la virilité et de la dureté dans un contexte professionnel où peu de femmes se risquent.

51Dans la majorité de nos entretiens et malgré leurs réussites décrites plus haut, , ces jeunes femmes pensent que pour en arriver là où elles sont, il a fallu en faire plus que les hommes. Toutes décrivent le sentiment de devoir « faire leurs preuves », d’être « attendues au tournant » plus que leurs collègues masculins. Même du côté roumain, Elena décrit ce devoir de travailler plus pour prouver sa valeur; mais elle pense que cela l'a influencée positivement, la rendant encore « plus compétitive qu’un homme ». Céleste se dit systématiquement reléguée aux missions de « petites mains » dans ses équipes. Tour à tour trop belle, trop jeune, trop compétente, elle sent qu’elle dérange et n’est pas à son aise. Sarah, elle, est en manque de confiance et confie se sentir parfois en manque de légitimité dans ses projets alors qu'elles dispose de toutes les compétences nécessaires. Pour certaines ingénieures, malgré les grandes avancées décrites plus haut, tout n’est pas si facile.

Une conciliation vie professionnelle / vie personnelle compliquée

52Certaines de nos répondantes sont célibataires : 6 Françaises sur 9 et 3 Roumaines sur 8 – mais il y a des séniors dans cet échantillon. Céleste pense que sa profession est un frein pour trouver l’amour. Elle a l’impression que les hommes font un « complexe d’infériorité » et qu’elle est condamnée à trouver quelqu’un qui lui ressemble sur le plan professionnel afin qu’il ne se sente pas en concurrence. Au contraire, Violeta explique « qu’en Roumanie les époux sont fiers que leur femme soit le boss ! »

  • 45 IESF, Société des ingénieurs et scientifiques de France : www.iesf.fr

53Les couples formés confirment le sentiment de Céleste et la forte tendance à l’homogamie dont nous avons parlé plus haut. Lorsqu’elles sont en couple, elles le sont avec des ingénieurs dans la majeure partie des cas. De nombreuses enquêtes dont celles de l’IESF confirment cet aspect45. Et dans ce cas, une question se pose nous explique Laurène : les opportunités sont là pour les deux et il faut forcément favoriser un côté, par exemple en cas de mobilité…C’est là que vont naître les tensions dans ces couples égalitaires.

54C’est aussi dans ces couples égalitaires que se pose de manière prégnante la question de l’enfant… Le cas de Aude est intéressant à ce propos ; conjointe d’un Polytechnicien spécialisé dans la finance, à l’emploi du temps surchargé et elle-même en pleine dynamique professionnelle ascendante, elle considère comme injuste le fait que ce soit à elle de lever le pied en cas de maternité. Refusant l’idée de la délégation : « Je ne ferai pas des enfants pour les abandonner à une jeune-fille au pair » nous dit-elle, le couple se trouve ici en plein cas de conscience et envisage très sérieusement de ne pas avoir d’enfant. Julie et Marie sont célibataires mais l’hypothèse d’un avenir familial les angoisse. « Avec la vie que j’ai, je ne vois vraiment pas comment y caser un enfant. Et dans mon entreprise, une collègue n’a pas été choisie pour un poste de top management à cause de ses horaires de mère de famille incompatibles avec le poste » nous dit-elle.

55Du côté des Roumaines qui ont des enfants, il est dit que la conciliation vie professionnelle/vie familiale n’est pas facile mais gérable avec une bonne organisation et de l’aide. Elles n’ont pas l’impression que cela ait mis un frein à leurs carrières. « Mais je n’ai eu qu’un enfant et je l’ai fait tard » nous dit Daniela. Faire un enfant tard, c’est aussi le plan de Elena qui projette de faire avancer sa carrière jusqu’à 35/36 ans et de se stabiliser ensuite pour mener une vie de famille plus calme.

56D’après Iulia, en Roumanie, cet aspect est le pendant négatif de la réussite des femmes. « La Roumanie a souvent eu des problèmes de natalité. Auparavant, les femmes ne faisaient pas d’enfants pour des raisons matérielles, aujourd’hui, c’est parce qu’elles favorisent leurs carrières au détriment de la maternité. Soit elles font des enfants tard, soit elles n’en ont pas. »

Des ingénieures entre international et interculturalité

  • 46 IESF: société des ingénieurs et scientifiques de France: www.iesf.fr.

57Le rapport de l’IESF au tout début des années 2000 faisait état de femmes ingénieurs bien moins mobiles géographiquement que leurs collègues masculins46. Alors qu’aujourd’hui, le point le plus marquant de notre étude est le profil international de toutes nos répondantes. Pauline vit à Berlin et part tous les mois en Asie. Marie travaille dans la Silicon Valley à San Francisco. Céleste, comme Aude, est basée en Suisse et gère des projets aux Emirats-Arabes-Unis, Sarah revient de Singapour. Du côté roumain, nous trouvons de la mobilité géographique encore plus systématique. Elena par exemple a travaillé en Norvège, en Italie et en France. Violeta parle de la mobilité comme l’un des points essentiels de sa carrière. Les carrières d’ingénieurs semblent aujourd’hui définitivement internationalisées même du côté des femmes et surtout du côté des femmes en Roumanie. Les entreprises favorisent les profils féminins car elles maîtrisent mieux les langues étrangères que les hommes dans ce pays ; elles sont d’ailleurs plus nombreuses dans les filières FILS à l’Université Polytechnique de Bucarest, c’est-à-dire les cursus d’ingénierie en Français/Anglais/Allemand.

58La Roumanie connait aussi malheureusement depuis 1989 un phénomène assez important de « fuite des cerveaux ». Face aux difficultés du pays, les diplômés ingénieurs ont tendance à partir pour souvent ne plus revenir et le pays se vide d’une partie de ses élites. La France dans une moindre mesure, connait la même dynamique. Marie qui vit à San Francisco confesse qu’elle pense ne jamais revenir : « Elle n’a plus confiance en la France » nous dit-elle.

59Pauline évoque l’émergence de nouveaux modes de vie pour les ingénieurs d’aujourd’hui : elle mentionne le concept de nomadisme digital. C’est pour vivre ainsi qu’elle a choisi le statut free lance. « Avec mon ordinateur nous dit-elle, je peux travailler de n’importe où dans le monde, même depuis une plage à Bali…Et quand j’aurais des enfants, je les embarquerai avec moi, de plus en plus de gens vivent comme cela ».

60Etrangement, c’est dans ces contextes interculturels que les ingénieures roumaines se sont vues rappelées à leur féminité. Violeta a eu beaucoup de mauvaises expériences en Espagne. Iulia, Gabriela et Iuga ont eu beaucoup de mal à diriger des équipes en France où leurs recommandations et directives n’étaient pas suivies. Gabriela ajoute que plus que son statut de femme, ce sont surtout les préjugés sur les Roumains qui l’ont mise en difficulté : ingénieur, femme et roumaine : un cumul des stigmates difficile à gérer pour une expatriée.

Conclusion

61Trop belles pour l’ingénierie ? En Roumanie, certainement pas, en France, un peu trop belles parfois. Alors qu’en France, malgré les avancées certaines, le métier d’ingénieur demeure un métier d’hommes, cela fait bien longtemps qu’en Roumanie, il n’en est plus un.

62L’influence culturelle, universitaire et le modèle de l’ingénieur français n’ont pas suffi à exporter un système où, nous l’avons vu, les traits et valeurs masculins dominent.

63Un tel système n’avait pas sa place en période communiste où une égalité hommes/femmes totale était déclarée tant au niveau des études que des carrières, ce dans un contexte général de primat des sciences et des technologies. Malgré les bémols à apporter, il est absolument indéniable que cela a provoqué une érosion des différenciations homme/femme en termes de représentation, de formation et de travail. En conséquence, les Roumaines sont aujourd’hui très présentes sur le terrain de l’ingénierie, du management et du leadership. L’accès à ces domaines est encore compliqué pour les Françaises toujours très influencées par des partitions culturelles et institutionnelles assez prononcées.

64Même trop peu nombreuses, certaines choisissent ces voies moins évidentes. Et le constat effectué lors des entretiens auprès de cette dernière génération d’ingénieures est assez positif. Toutes se sentent à l’aise dans leur métier. Toujours ambitieuses, elles connaissent souvent des réussites remarquables. Cependant, pour ce faire, elles doivent, surtout en France, déployer des stratégies d’adaptation, s’approprier les cultures masculines, composer avec leur féminité et accepter que leur vie familiale pose question. L’international est devenu leur nouvelle norme et elles sont parfois favorisées dans ces contextes interculturels. Elles ont souvent assez de courage et assez d’idées pour devenir entrepreneures. C'est un bilan fort encourageant pour nos jeunes ingénieures européennes.

Haut de page

Bibliographie

Boisseau, Annick, Chauveau, Véronique., Delon, Françoise., Madec, Gwenola., Du côté des mathématiciennes, Lyon, Aleas, 2003.

Bourdieu, Pierre, La Noblesse d’Etat, grandes écoles et esprit de corps, Paris, édition de Minuit, 1989.

Cassel, Joan, « The women in the surgeon’s body » dans Différences par corps: les chirurgiennes, Cahiers du genre, n°29, Cambridge, M. A. Harvard University press, 1998, p.53-82.

Combe, Sonia, « La question du genre dans la mémoire des femmes en Europe communiste », Clio, femmes, genre, histoire, n°41, 2015/1, p.229-238.

Cuceu, Codruta, « Gen, corp, politicâ în communism », Journal for the study of religions and ideologies, 2005, p. 94-102.

Dimitriu, Andreea, Le féminisme roumain et ses affinités avec le féminisme français (1918-1940), 2011, Thèse de doctorat, Université d'Angers.

Duru-Bellat, Marie., L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ? Paris, L’Harmattan, 1990.

Engel, Barbara Alpern, A., Women in Russia, 1700-2000, Cambridge, Cambridge University press, 2004.

Engels, Friedrich, Women, the family and the origin of private property, Middlesex, Hammondsworth, 1986.

Evans, Claire, Broad Band: The Untold Story of the Women Who Made the Internet, New York, Portfolio/Penguin, 2018.

Gouzevitch, Irina, Gouzevitch, Dimitri, « La voie russe d’accès des femmes aux professions intellectuelles, scientifiques et techniques (1850-1920) », Travail, genre et sociétés, n°4, 2000, p. 55-75.

Green, Nancy, « L’émigration comme émancipation : les femmes juives d’Europe de l’Est à Paris », Pluriel, n°47, 1981, p. 51-59.

Grelon, André, « Marie-Louise Paris et les débuts de l’Ecole Polytechnique Féminine », Bulletin d’Histoire de l’électricité, n°19-20, 1992, p. 133-156.

Hurubean, Alina, Statutul femeii in România comunistã, Editura Institutul European, 2015.

Kotkin, Stephen, Historical Legacies of Communism in Russia and Eastern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

Krais, Beate, Wissenschaftskultur und Geschlechterordnung. Uber die verborgenen Mechanismen männlicher Dominanz in der akademischen welt, Frankfurt/New York, Campus, 2000.

Lasvergnas, Isabelle, « Contexte de socialisation primaire et choix d’une carrière scientifique chez les femmes », Recherches féministes, vol.1, n°1, 1988, p. 32-45.

Lemaire, Sylvie, « Profils et devenir des élèves inscrits en classe préparatoire ». Note d’information du ministère de l’Education nationale, n°1, 31 juin 2001.

Marry, Catherine, Les femmes ingénieurs : une révolution respectueuse, Paris, Belin, 2004.

Marry, Catherine, « Les ingénieurs, une profession plus masculine en Allemagne qu’en France ? », L’orientation scolaire et professionnelle, 21, n°3, 2001, p. 245-267.

Popovici, Natalia, « Protectia mamei si a copiilor » dans Buletinul muncii si asigurarilor sociale, n°9-12, 1935, p. 655-663.

Reval, Gabrielle, La bachelière, Paris, Mirasol, 1910.

Stoet, Gijsbert, Geary, David, « The gender equality paradox in science, technology, engineering and mathematics education », Psychological Science, 2018, p.75-141.

Scurtu, Ion, Istoria civilizaţiei româneşti. Perioada interbelică (1918-1940), Bucarest, Éditions Encyclopédiques, 2009.

Thébaud, Françoise, La femme au temps de La guerre de 14, Paris, Stock, 1986.

Ward, Kelly., Dragne, Cornelia, Lucas, Angelina, « Women in computer Sciences in Romania: success and sacrifice », Journal of international education and leadership, volume 4, 2014, p. 3-21.

Witkowski, Nicolas, Trop belles pour le Nobel : les femmes et la science, Paris, Points Siences, 2007.

Zdravomyslova, Elena, Temkina Anna, « Gender studies in post-soviet society western frames and cultural differences », Studies in East European Thought, 55, p.51-61.

Haut de page

Annexe

Les répondantes :

France :

  • Alexandra ingénieure informatique; Laurène, ingénieure informatique; Pauline, ingénieure data scientist Iris, ingénieure actuariat/gestion des risques Aude, ingénieure datascientist R&D Céline, ingénieure en statistiques financières

  • Julie, ingénieure consultante technologies de l’information

  • Sarah, ingénieure informatique

  • Céleste, ingénieure business analyst

  • Marie, ingénieure chercheure en IA, R&D

Roumanie :

  • Gabriela, ingénieure chef de projet automobile

  • Daniela, ingénieure R&D, métrologie électrique

  • Iustina-Maria, ingénieure consultante mécanique

  • Luminita, ingénieure chef de projet génie civil

  • Iulia-Mura, ingénieure chef de projet développement business

  • Violeta, ingénieure directrice support IT

  • Elena, ingénieure chef de projet énergie nucléaire

  • Stefania, ingénieure consultante financière

Haut de page

Notes

1 Formulation inspirée du titre de l’ouvrage de Nicolas Witkowski  : Trop belles pour le Nobel, Points Sciences, 2007.

2 https://ec.europa.eu/eurostat/web/products-eurostat-news/-/EDN-20180425-1; http://www.insse.ro/cms/sites/default/files/field/publicatii/femeile_si_barbatii_parteneriat_de_munca_si_de_viata_1.pdf; www.iesf.com.

3 Projet Commission Européenne, She figures, 2018 : https://ec.europa.eu/info/publications/she-figures-2018_en.

4 Projet européen She decides, you succeed : http://www.afaemme.org/she-decides-you-succeed.

5 La liste des répondantes et leurs domaines de spécialité sont indiqués à la fin de l'article.

6 Irina Gouzevitch et Dimitri Gouzevitch, « La voie russe d’accès des femmes aux professions intellectuelles, scientifiques et techniques (1850-1920) », Travail, genre et sociétés, n°4,2000, p. 57.

7 Nancy Green, « L’émigration comme émancipation : les femmes juives d’Europe de l’Est à Paris », Pluriel, n°47, 1981, p. 55.

8 Gouzevitch, op.cit. p. 70.

9 Catherine Marry, Les femmes ingénieurs : une révolution respectueuse, Paris, Belin, 2004. p. 37.

10 Gabrielle Reval, La bachelière, Paris, Mirasol, 1910. p. 96.

11 Andreea Dimitriu, Le féminisme roumain et ses affinités avec le féminisme français (1918-1940), 2011, thèse, univ. Angers, p. 249.

12 Ion Scurtu, Istoria civilizaţiei româneşti. Perioada interbelică (1918-1940), Bucarest, Éditions Encyclopédiques, 2009, p. 54.

13 Natalia Popovici, « Protectia mamei si a copiilor » dans Buletinul muncii si asigurarilor sociale, n°9-12, 1935, p. 655-663.

14 Barbara Alpern Engel, Women in Russia, 1700-2000, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 84.

15 Annual Statistical Bulletin, US Bureau of Labor Statistics: www.bls.gov.

16 Sonia Combe, « La question du genre dans la mémoire des femmes en Europe communiste », Clio, femmes, genre, histoire, n°41, 2015/1, p. 232.

17 Alina Hurubean, Statutul femeii in România comunistã, Editura Institutul European, 2015, p. 98.

18 Codruta Cuceu, « Gen, corp, politicâ în communism », Journal for the study of religions and ideologies, 2005, p. 95.

19 Elena Zdravomyslova, Anna Temkina, « Gender studies in post-soviet society western frames and cultural differences », Studies in East European Thought, 2003, p. 55.

20 Stephan Kotkin, Historical Legacies of Communism in Russia and Eastern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

21 Hurubean, op.cit., p. 65.

22 Marry, op.cit., 2004, p. 65.

23 Bourdieu, Pierre, La Noblesse d’Etat, grandes écoles et esprit de corps, Paris, Editions de Minuit, 1989, p.36.

24 Françoise Thébaud, La femme au temps de La guerre de 14, Paris, Stock, 1986, p.46.

25 André Grelon, « Marie-Louise Paris et les débuts de l’Ecole Polytechnique Féminine », Bulletin d’Histoire de l’électricité, n°19-20, 1992, p. 136.

26 Ibidem, p.140.

27 Marie Duru-Bellat, L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ? Paris, L’Harmattan, p. 57.

28 Marry, op.cit. 2004, p. 74.

29 Friedrich Engels, Women, the family and the origin of private property, Middlesex, Hammondsworth, 1986, p.110.

30 Beate Krais, Wissenschaftskultur und Geschlechterordnung. Uber die verborgenen Mechanismen männlicher Dominanz in der akademischen welt, Frankfurt/New York, Campus, 2000.

31 Annick Boisseau, Véronique Chauveau, Françoise Delon, Gwenola.Madec, Du côté des mathématiciennes, Lyon, Aleas, 2003.

32 Claire Evans, Broad Band: The Untold Story of the Women Who Made the Internet, New York, Portfolio/Penguin, 2018.

33 , Kelly. Ward, Cornelia Dragne, Angelina Lucas, « Women in computer Sciences in Romania: success and sacrifice », Journal of international education and leadership, Volume 4, 2014, p. 18.

34 Marry, op.cit. 2004, p. 141.

35 Gijsbert Stoet, David Geary, « The gender equality paradox in science, technology, engineering and mathematics education », Psychological Science, 2018, p. 89.

36 Association des femmes ingénieurs : www.femmes-ingenieurs.org.

37 Duru-Bellat, op.cit. 1990, p. 128-129.

38 Isabelle Lasvergnas, « Contexte de socialisation primaire et choix d’une carrière scientifique chez les femmes », Recherches féministes, vol.1, n°1, 1988, p. 40.

39 Joan Cassel, « The women in the surgeon’s body » dans Différences par corps: les chirurgiennes, Cahiers du genre, n°29, Cambridge, M. A., Harvard University Press, 1998, Cassell, p. 65.

40 Sylvie Lemaire, « Profils et devenir des élèves inscrits en classe préparatoire ». Note d’information du ministère de l’Education nationale, n°1, 31 juin 2001.

41 Marry, op.cit., 2004, p. 206.

42 Ibidem

43 Neus Navarro, “Romania, a country of female executives”, 9 février 2016, Via Empresa, https://www.viaempresa.cat/via-empresa-in-english/romania-a-country-of-female-executives_21055_102.html.

44 https://ec.europa.eu/growth/content/study-statistical-data-women-entrepreneurs-europe-0_en.

45 IESF, Société des ingénieurs et scientifiques de France : www.iesf.fr

46 IESF: société des ingénieurs et scientifiques de France: www.iesf.fr.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Mano-Avril et Roxana-Anca Trofin, « « Trop belles pour l’ingénierie ? » Regards croisés sur les inégalités de genre dans les métiers de l’ingénierie en France et en Roumanie », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/10672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.10672

Haut de page

Auteurs

Sophie Mano-Avril

CYTECH, Cergy-Paris Université
Sophie Mano-Avril est docteure en histoire sociale, spécialiste du genre. Elle est enseignante/chercheure dans les écoles d’ingénieurs françaises, professeur permanent au sein de CYTECH à Cergy-Pontoise et vacataire dans d’autres institutions et universités. Elle dirige aujourd’hui le département d’enseignement Sciences Humaines et Communication au sein de CYTECH et pilote le développement et l’application des programmes liés aux Humanités. Elle poursuit ses recherches au sein des laboratoires AGORA/CRESCO et de l’association INGENIUM.

Roxana-Anca Trofin

Université Polytechnique de Bucarest
Roxana Anca Trofin est docteure en Sciences du langage de l’EHESS à Paris, elle est aujourd’hui maître de conférences au sein de l'Université Polytechnique de Bucarest, responsable de l'enseignement du français et d’un Master au sein de la filière francophone. Elle travaille avec des étudiants-ingénieurs roumains et étrangers. Spécialiste en narratologie, elle est l'auteure de nombreuses publications présentées à travers le monde.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search