Navigation – Plan du site
Travail servile

Libres mais « réduits presque à l’esclavage » : histoire des premiers engagés chinois de Guyane française (1819-1835)

Denis Lamaison

Résumé

Cet article traite des 27 engagés « chinois » qui furent transportés en Guyane française en 1820 pour y cultiver du thé. Cet essai fut la première tentative française pour remplacer la main-d’œuvre servile des colonies quelques années après l’abolition de la traite des Noirs. L’expérience, qui dura un peu moins d’une quinzaine d’années, fut cependant autant un échec économique qu’une tragédie humaine. Les administrateurs et planteurs de Guyane, qui ne souhaitaient pas la venue de ces engagés et n’arrivèrent jamais à les considérer comme des travailleurs libres, les traitèrent aussi mal que leurs esclaves.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Guyane française

Périodes :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La Guyane française a été rétrocédée par le traité de Paris en novembre 1815.
  • 2 Le reste de la population est composée d’Amérindiens qui vivent en dehors de la société coloniale.
  • 3 Saint-Amant, Pierre-Charles (de). Des colonies, particulièrement de la Guyane française en 1821, Pa (...)
  • 4 Certains des plus riches planteurs de la colonie ont cependant recours à la traite interlope. Nous (...)

1En vertu des traités de 1815, la Guyane est restituée à la France en 1817, après avoir été occupée pendant neuf ans par les Portugais1. Les Français récupèrent un territoire alors toujours considéré, malgré 150 années de colonisation, comme au premier stade de son développement. Société esclavagiste, la Guyane française compte moins de 18 000 habitants (700 colons blancs, 800 libres de couleur et 15 000 esclaves noirs2) disséminés sur un immense territoire principalement recouvert par la forêt. Si l’on y recense un peu plus de 400 exploitations rurales, où l’on cultive du roucou (une plante tinctoriale), du coton et de la canne à sucre, la plupart sont de peu d’importance3. Les planteurs de Guyane ne peuvent enfin plus compter sur la traite des Noirs, proscrite depuis 1815, pour agrandir leurs ateliers4.

  • 5 Alexandre François Benoist-Cavay (1760-1822) a été, de 1800 à 1808, commissaire ordonnateur de la G (...)
  • 6 La consommation des feuilles de cet arbuste est si générale en Europe, argumentent ces deux adminis (...)
  • 7 Une colonie de Chinois provenant de Macao est établit à Rio de Janeiro en 1810 où ils entretiennent (...)
  • 8 Ils écrivent sur les Chinois et les Cochinchinois : « Ces deux peuples d'une origine commune ont le (...)
  • 9 ANOM SG Guy C63/G2 (20) : Carra-Saint-Cyr et Benoist-Cavay, Proposition d'importer et de naturalise (...)
  • 10 ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Lettres de Philibert, 24 octobre 1817 et 30 avril 1818.
  • 11 Pour ce fonctionnaire, le problème de main-d’œuvre ne pourra se résoudre par la traite illégale, l' (...)

2C’est pour résoudre cette double problématique du développement et du peuplement de la colonie guyanaise, que les administrateurs Benoist-Cavay et Carra-Saint-Cyr5 proposent en 1816 d’y faire venir « quelques familles cochinchinoises » connaissant la culture du thé6. Mettant en avant la réussite de la colonie chinoise de Rio de Janeiro7, les deux hommes se disent persuadés que cette plante apportera une nouvelle source de prospérité tandis que les travailleurs asiatiques8 fourniront des « bras » à la colonie française9. Le projet est repris et défendu dans les années suivantes par le capitaine de vaisseau Philibert et le sous-directeur des Colonies Filleau Saint-Hilaire : le premier affirme que les Iles de la Sonde doivent leur dynamisme commercial aux migrants Chinois10 ; le second considère que seule l’importation de cette « race nouvelle » pourra suppléer au défaut d’importation des Africains dans les colonies11.

  • 12 Les Français ne reprennent la Guyane qu’en novembre 1817.
  • 13 Il ne sera plus désormais fait référence à des Cochinchinois.
  • 14 ANOM FM 1Leg4 : Louis-Mathieu Molé, Rapport au roi. Paris, 3 juin 1818 ; ANOM SG Guy C54/F3 (03) : (...)

3Le Conseil des ministres donne l'assentiment en mai 181812 à une expédition commandée par le capitaine Philibert et devant se rendre à Java – et par défaut, sur tout autre archipel d’Asie ou jusqu’en Chine –, pour recruter 200 Chinois13 « de tout âge et tout sexe, de préférence en famille », afin de les transporter et de les établir en Guyane14. Le ministre de la Marine et des Colonies communique alors au gouverneur de Guyane ses attentes quant au projet :

  • 15 Archives territoriales de Guyane (AT Guy) X86 : Dépêche de Mollé à Carra-Saint-Cyr. Paris, 28 sept. (...)

Lorsque les premiers arrivants auront pu donner connaissance à leurs compatriotes de la douceur du régime sous lequel ils sont appelés à vivre, de la justice et de la loyauté du gouvernement français, des égards qu’il a pour la personne et du respect qu’il porte à la propriété, on doit espérer que de nouvelles émigrations succéderont à l’émigration primitive, peut-être même que des Chinois finiront par se rendre à leurs frais à la Guyane [...]. Voilà pourquoi, il est essentiel de réussir dès le début ; de s’attacher ces hommes par de bons traitements, et de combiner tellement leurs intérêts avec l’intérêt public, qu’ils ne croient travailler qu’à leur bien-être, tout en contribuant à la prospérité de la colonie15.

  • 16 Il s’agit de la quatrième tentative d’implantation d’une colonie chinoise en Amérique après la Colo (...)

4C'est ainsi que la Guyane va devenir, dès 1820, la première colonie française16 à recevoir des travailleurs asiatiques. Par sa faible ampleur (27 engagés), sa courte durée (moins d'une quinzaine d'années), et son échec patent, cette histoire peu connue est pourtant riche d'enseignements. D’abord parce qu’avec cette expérience tentée en Guyane, le gouvernement français ouvrait la voie à une réflexion sur le devenir des colonies privées de nouvel apport de main d’œuvre du fait de l’arrêt officiel de la traite des Noirs. Enfin, parce que les administrateurs et propriétaires de cette colonie devaient montrer leur capacité à intégrer des cultivateurs étrangers libres dans une économie de plantation esclavagiste.

L’« Expédition d’Asie »

  • 17 AT Guy 1M2 : Dépêche du ministère des Colonies à Carra-Saint-Cyr. 28 sept. 1818.
  • 18 Il est prévu à cette époque que le canal de Torcy, partant du fleuve Mahury, soit prolongé afin de (...)
  • 19 ANOM SG Guy C54/F3 (04) : Dépêche de Carra-Saint-Cyr au ministre. Cayenne, 12 mars 1819.
  • 20 Ibid., Lettre de Philibert au ministre. Cayenne, 22 février 1819.

5Partis de Rochefort le 1er janvier 1819, les deux bâtiments composant l’Expédition d’Asie font tout d’abord escale une vingtaine de jours en Guyane, en février 1819. L’expédition y a amené du riz à ensemencer, des outils aratoires et l’ingénieur des Ponts et Chaussées Jean-Charles Prus chargé de diriger les travaux d'installation de la future colonie chinoise17. Il est alors convenu que les engagés soient installés sur la rive gauche de la rivière de Kaw, à quelque quatre-vingt kilomètres au sud-est de Cayenne18. Le gouverneur est persuadé que ce quartier conviendra parfaitement à la nouvelle culture : « tout ce qu'on y a planté jusqu'à ce jour a très bien réussi, et l'on doit espérer que le thé y réussira également19. » Avant de reprendre la mer, Philibert prend également soin de faire embarquer des échantillons des diverse productions de la colonie (café, sucre, girofle...), afin, explique-t-il, que les futurs engagés aient une idée de cette « nouvelle patrie qui leur offre tant d'avantages20. » Les navires quittent la Guyane le 26 février 1819.

  • 21 Voir Lamaison, Denis. « De la vanille et des Hommes. L’expédition du botaniste-voyageur Perrottet ( (...)
  • 22 Parmi ces derniers, quelques-uns sont désignés comme métis chinois-espagnols. ANOM SG Guy C55/F3 (0 (...)
  • 23 Ces derniers, nommés également « Indiens de Manille », devaient s'occuper des buffles ramenés des P (...)
  • 24 L’administration espagnole demanda à ce que les engagés soient recrutés parmi les Chinois nouvellem (...)
  • 25 ANOM SG Guy C54/F3 (04) : Lettre de Philibert au ministre. Manille, 17 février 1820.
  • 26 ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Lettre de Philibert au gouverneur de Guyane. St-Denis, 25 mai1820. Samuel (...)

6Après un long périple dans les mers d’Asie21 et deux escales à l’île Bourbon, l’expédition revient à Cayenne le 9 août 1820, avec non pas 200 travailleurs mais vingt-sept Chinois22 et cinq Malais23. La mission ne s’est en effet pas déroulée comme prévu. N’ayant pas pu recruter de travailleurs à Java, les navires ont dû faire voile jusqu’aux Philippines, où le gouverneur Espagnol a autorisé, de mauvaise grâce, le recrutement de travailleurs dans la communauté chinoise de Manille24. Dans un premier temps, Philibert annonçait avoir engagés 150 hommes – pour 30 piastres chacun – et comptait sur la promesse de leurs chefs qu’après avoir reçu des nouvelles de leurs compatriotes établis à Cayenne, d’autres se présenteraient « par milliers pour y aller25. » La majorité de ces engagés va cependant se désister après avoir été effrayés, selon Philibert, par de fausses rumeurs diffusées par certains de ses officiers. Ces derniers auraient expliqué aux Chinois qu’ils allaient travailler dans des mines où « ils périraient bien vite de misère ou de maladies26. » Philibert aurait alors consigné tout son équipage à bord des navires pendant près de trois semaines, mais cette précaution fut prise trop tard et les Chinois ne voulaient plus embarquer.

  • 27 Pierre-Clément Laussat est gouverneur de la Guyane de juillet 1819 à mars 1823.
  • 28 ANOM SG Guy C71/H3 (07) : Dépêche de Laussat au ministre des Colonies, 19 août 1820.
  • 29 Philibert ramène avec lui l’un des deux capitaines chinois, Kan-Gao. Ce dernier, âgé de 27 ans, est (...)
  • 30 ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Lettre de Philibert au gouverneur de Guyane. St-Denis, 25 mai 1820.

7A l’arrivée des trente deux hommes à Cayenne, le nouveau gouverneur Laussat27 ne cache pas son désappointement et son scepticisme sur la suite du projet28. Le commandant Philibert n’est quant à lui pas revenu en Guyane. Après l’escale de retour à l’île Bourbon, il a fait voile vers la France29, laissant soin à son second, le capitaine Elie, de ramener les engagés à bon port. Dans un courrier adressé au gouverneur de Guyane, Philibert reconnaît que les engagés sont peu nombreux mais recommande de bien s’occuper d’eux, « pour qu'ils rendent un compte favorable à leurs compatriote de la manière dont ils sont traités30 ».

Les marais de Kaw

  • 31 ANOM SG Guy C71/H3 (07) : Extrait du registre du Conseil de gouvernement et d'administration, séanc (...)
  • 32 16 786 francs ont été dépensés pour la construction de ces cases censées recevoir plus d’une centai (...)
  • 33 Ibid., Extrait du registre des Conseils de gouvernement tenus par le commandant et administrateur p (...)
  • 34 Laussat, Pierre-Clément. Mémoires sur ma vie, Pau, Vignancour, 1831, p. 551.
  • 35 AT Guy X87 : Prus, Lettres des 25 et 26 mai 1820 ; ANOM SG Guy C71/H3 (07) : Dépêche de Laussat au (...)
  • 36 Victor Hugues (1762-1826) a été gouverneur de la Guyane de 1800 à 1809. Désormais retraité, il est (...)
  • 37 ANOM SG Guy C47/E11 (07) : V. Hugues, Mémoire sur la Guyane, mars 1822, p. 17.
  • 38 Ibid.
  • 39 ANOM SG Guy C129/P2 (05) : Dépêche de Carra-Saint-Cyr au ministre des Colonies, 29 février 1819.
  • 40 ANOM SG Guy C62/G1 (01) : Duvergier de Hauranne, Jean-Marie. Rapport sur la situation commerciale d (...)

8En août 1820, les Chinois sont installés dans une ancienne habitation située dans les marais de Kaw31. Cette propriété comprend des bâtiments, des « commencements » de cultures de roucou, de café et de vivres et trente-six cases construites pour les Chinois32. Rouger de Lagotellerie, le directeur de l’intérieur et du domaine, décrit un site « charmant, parfaitement arrosé et baigné par la rivière de Kaw33 ». Un premier emplacement situé dans le même quartier avait pourtant été abandonné : selon l’aveu même du gouverneur Laussat, les conditions de travail sur place étaient tellement mauvaises que plusieurs esclaves avaient préféré s’évader34. L’ingénieur Prus, qui tombait lui-même malade à chaque fois qu'il se rendait sur le site, avait été renvoyé en France en mai 182035. Dans un rapport critiquant l’administration de la colonie, le planteur Victor Hugues36 indique que sous prétexte de mieux placer les logements sur le nouveau site, une soixantaine d’arbres fruitiers ont été abattus, « dans le but d'en priver les Chinois37. » Les voisins de l’habitation, ajoute-t-il, pouvaient ainsi leur fournir des fruits « pour prix de leurs travaux38. » Si le témoignage de ce détracteur de Laussat doit être lu avec circonspection, il est cependant certain que le gouverneur n’est pas favorable à cet essai porté par son prédécesseur. Le projet n’a pas non plus l’assentiment des notables de la colonie qui craignent de se voir retirer leurs esclaves au profit de travailleurs libres39. La plupart des planteurs ne pensent pas enfin que les Chinois puissent se livrer « utilement » à la culture, comme le rappelle dans un rapport le député Duvergier de Hauranne, et seuls quelques-uns admettent qu’ils puissent rendre des services au moment des récoltes40.

  • 41 ANOM SG Guy C54/F3 (04) : Rapport de Lagotellerie au gouverneur. Cayenne, 30 septembre 1820.
  • 42 Le capitaine Elie aurait pourtant laissé à Cayenne du riz pour un an. ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Let (...)
  • 43 Sauf cas exceptionnel, les esclaves de Guyane n’ont alors pas le droit de porter de chaussures.
  • 44 ANOM SG Guy C54/F3 (04) : Rapport de Lagotellerie au gouverneur. Cayenne, 30 septembre 1820.
  • 45 ANOM SG Guy C54/F3 (03-04) : Dépêches de Laussat au ministre. 8 oct. et 10 déc. 1820.
  • 46 Le capitaine Elie a déposé à Cayenne un dictionnaire Chinois mais Saint-Amant témoigne que les disc (...)
  • 47 Saint-Amant précisait que l’expédition avait ramené un petit pied de thé de cinq pouces et demi de (...)
  • 48 Ibid., p. 126-127.

9Sous la supervision d’un colon choisi par le gouverneur, les Chinois aménagent leur nouveau lieu de vie où ils cultivent de petits jardins derrière leurs cases41. Les quelques ressources en vivres de l’habitation ne peuvent cependant suppléer au peu de nourriture laissé par l’administration42. Les engagés ont également les pieds très rapidement infectés de puces-chiques (tunga penetrans), un parasite qui entraîne très souvent la gangrène puis l’amputation ou la mort. En quelques jours, plusieurs se retrouvent hors d'état de marcher, sans pour autant qu’aucune chaussure ne leur soit distribuée43. Des moustiquaires sont également fournies, mais seulement après que plusieurs Chinois soient atteints par des fièvres. Pour le directeur de l'intérieur, il ne faut cependant voir dans les maladies de ces hommes que « l'effet du soleil sur leurs têtes rasées44. » Après le décès de six Chinois en deux mois, le gouverneur tentera de se dédouaner en expliquant avoir envoyé aux engagés tous les vivres et soins nécessaires, ainsi qu’un officier de santé et trois « négresses ou mulâtresses » pour les soigner45. Si d’après les rapports de l’époque, les Chinois ne semblent pas comprendre ce qu’il est attendu d’eux en termes de travail46, le gouvernement local n’a pas de son côté de projet bien défini. Saint-Amant, le secrétaire du gouverneur, ironisera plus tard sur cette expérience menée sans grande préparation et sans objectif précis : « Dire dans quel but et pourquoi faire, cela m'est impossible. Ce n'était pas pour peupler le pays, puisqu'on ne se proposait de rapporter que des hommes, et qu'ils devaient être séparés de la population actuelle. On a parlé de cultiver le thé47 ; mais savait-on si la Guyane était propre à cette culture48... »

  • 49 ANOM SG Guy C54/F3 (03-04) : Dépêches de Laussat au ministre. 8 oct. et 10 déc. 1820.
  • 50 Il précise que l’agent Pastoret qu'il avait laissé sur les lieux en est revenu malade. ANOM SG Guy (...)
  • 51 Ibid., Dépêche de Laussat au ministre, 30 janvier 1821.

10Les Chinois se révoltent en octobre 1820 après une tentative de rationnement du riz par le commandant du quartier : lors d’affrontements, leur capitaine, dénommé Tampeton, est mortellement blessé. Le gouverneur Laussat, qui ne se déplace pas sur les lieux, rejette les causes de cet événement sur ces hommes croupissant « dans une odeur infecte » et laissant « cette charmante habitation, où la culture était vivante, [...] aujourd'hui comme une terre en friche49. » En décembre 1820, Laussat écrit « qu'on ne viendra à bout d'eux que par les châtiments, que par la force50. » Il décide alors d’envoyer sur place un contremaître et cinq gendarmes pour ramener l’ordre et les obliger à défricher ; le médecin sur place se serait félicité dans une lettre, affirmant qu’un « sabre, un fusil, une baïonnette, ont fait plus d'impression sur l'esprit des Chinois que toutes les [...] exhortations51. » Ce travail forcé produit bientôt des effets : trois autres Chinois décèdent en quelques semaines – Tran Ockao, qui a environ 25 ans, Than Zhelzo et Tot sai-Ko, tous les deux âgés de 32 ans.

  • 52 ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Rapport de Pariset au gouverneur. Cayenne, 25 juin 1821.
  • 53 Officier de marine âgé de 27 ans.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.
  • 56 AT Guy 5K4 : Conseil du gouvernement. Cayenne, 30 juin 1821. Déclaration de Laussat.
  • 57 Ibid. Déclaration de Lagotellerie.
  • 58 Ibid. Déclaration de Saint-Quentin.
  • 59 ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Dépêche de Laussat au ministre. Cayenne, 20 juillet 1821.
  • 60 Ibid., Dépêche de Laussat au ministre. Cayenne, 21 septembre 1821, reproduite in Rapport du 4 septe (...)

11En juin 1821, sur les dix-sept Chinois encore vivants, seul quatre demeurent en état de travailler, les autres étant infirmes ou malades : cinq ont des ulcères aux jambes, l’un est fiévreux, un autre à un « flux de sang », etc.52. Le contremaître Pierre Pariset53, qui a rédigé le rapport sur l’état des engagés, en conclut qu’il est impossible de tirer quelque parti de ces individus « indolents ennemis du travail, la plupart vieux, infirmes ou affligés de maux54. » Il déclare avoir pour cela employé « tout les moyens imaginables pour leur infliger l'amour du travail », en vain55. Lors d’une séance du Conseil du gouvernement, se pose la question de leur avenir. Laussat refuse de « donner » les meilleurs travailleurs aux planteurs pour ne garder que les malades à la charge du gouvernement56. Le directeur de l’intérieur Lagotellerie considère cependant qu'on ne peut les laisser où ils sont puisqu’ils ne font autre chose que manger, boire et dormir et ont été réduits par la force à une « obéissance passive57 ». Le sous-commissaire de marine Saint-Quentin précise que le gouverneur n'a rien à se reprocher et qu’il convient de blâmer ceux qui sont allés chercher ces « misérables » à Manille58. Le gouverneur, qui trouve leur entretien trop couteux, décide finalement de rapatrier au chef-lieu ces hommes « démoralisés » afin de leur trouver un emploi59. Dans un rapport au ministre des colonies, il explique que les Chinois, mal recrutés, n'ont pu remplir « aucune des conditions auxquelles ils étaient engagés dans le traité passé avec eux60. » Il ne dit cependant rien sur les manquements de l’administration. En une année, dix Chinois sont décédés ; huit sont immédiatement hospitalisés dès leur arrivée à Cayenne.

De Cayenne à Macao

  • 61 AT Guy 5K4 : Conseil privé, séance du 19 sept. 1821 et P.-C. de Laussat, op. cit., 1831, p. 553.
  • 62 ANOM SG Guy C47/E11 (07) : Hugues, Victor. Mémoire sur la Guyane, mars 1822, p. 17-18.
  • 63 Pierre Bernard Milius, qui est gouverneur de la Guyane de 1823 à 1825, connaît l’histoire de ce pro (...)
  • 64 ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Rapport de Milius au ministre des Colonies. Cayenne, 5 juin 1823.
  • 65 Ibid.

12En septembre 1821, les dix-sept Chinois sont tous employés par le gouvernement : à l'imprimerie, à la briqueterie du roi, au jardin des plantes et à la direction d'artillerie61. Si nous ne savons rien de leur logement ou de leurs habitudes, il semble qu’ils soient soumis aux mêmes conditions de travail et mauvais traitements que les Noirs des ateliers royaux auprès desquels ils sont placés. Victor Hugues témoigne ainsi en 1822 que les Chinois sont « réduits presque à l’esclavage », « commandés par un nègre, et quelquefois fustigés62. » Cette assertion n’est pas démentie par le nouveau gouverneur Milius63 qui écrit l’année suivante que « leur immoralité les rend méprisable et c'est ce qui fait qu'on ne les emploie habituellement qu'à des travaux grossiers qui les assimilent à nos Noirs esclaves et dont ils éprouvent le traitement64. » Il ajoute dans ce même courrier qu'il va cependant « faire en sorte de les relever, à leurs propres yeux, afin de les sortir de la classe dans laquelle on les avait confondus65. »

  • 66 Touchet, Julien. Botanique et Colonisation en Guyane française (1720-1848), Matoury, Ibis Rouge, 20 (...)
  • 67 M. B. R.. Observations générales sur la Guyane française, Bordeaux, 1827, p. 39.
  • 68 AT Guy X153 : Lettre du directeur de l’intérieur au gouverneur (22 mars 1827) in Touchet, op. cit.
  • 69 Etat civil de Guyane (décès de la commune de Cayenne). ANOM, [en ligne], <http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/caomec2/>

13Tandis que les décès continuent de se succéder régulièrement, les références aux engagés dans les documents de cette période se font extrêmement rares. Nous savons qu’en 1823, le jardin des plantes emploie trente personnes dont quatre Chinois occupés « à planter et labourer » ; un ou deux autres travaillent à l’hôpital66. Le négociant Rivière écrira qu’en 1826, « 10 à 12 » de ces hommes étaient toujours présents à Cayenne « à la charge du trésor colonial67 ». Face aux abus et pressions exercés à leur encontre, les Chinois semblent la plupart du temps résister par le refus de travail. En 1827, l’administrateur Lagotellerie explique comment il a puni trois de ces hommes employés au jardin des plantes qui se sont présentés devant lui pour demander du riz, du pain, des biscuits et du couac [farine de manioc] : « Je les ai incités à retourner à leur travail mais inutilement [...] Je les ai menacés de la prison, ils ont répondu qu’ils voulaient y aller ; j’ai en conséquence ordonné qu’ils y soient conduits68. » Le registre des décès de la ville de Cayenne nous renseigne sur Goo-Sam, Tchio-a-hy, Laokiao et Hou-Louis, tous quatre employés du jardin des plantes, qui succombent dans les trois années qui suivent69.

  • 70 ANOM SG Guy C55/F3 (08) : Divers courriers, 1833-1834.
  • 71 Le gouverneur Jubelin précise qu'ils avaient été soumis auprès du gouvernement à un engagement de o (...)
  • 72 Ibid., Dépêche du gouverneur de Guyane au ministre. Cayenne, 24 avril 1834.
  • 73 Laboria, Joseph Emmanuel. De la Guyane française et de ses colonisations, Paris, Corréard, 1843 (p. (...)
  • 74 Ibid. En mai 1830, le dénommé Ocory est « mis à la chaîne » pour avoir dérobé à l’hôpital de Cayenn (...)
  • 75 Ibid., Ministère de la marine et des colonies. Rapport, 21 juin 1834.
  • 76 Ibid., Lettre des Chinois au prince Louis-Philippe, août 1834.
  • 77 Ibid., Lettre de Jubelin au prince de Joinville, s. d.
  • 78 Ibid., Dépêche du gouverneur de Bourbon au ministre. St-Denis, 23 mars 1835.
  • 79 Ibid., Dépêche du gouverneur des établissements français dans l'Inde au ministre des Colonies. Pond (...)

14Seuls quatre Chinois sont encore présents dans la colonie en décembre 1833. Ils reçoivent de la nourriture, des vêtements et trente centimes de salaire journalier70. Suite à leur demande de rapatriement71, il est décidé de les transporter en France d’où ils attendront un navire en partance pour l’Inde. Ils embarquent en avril 1834 sur la gabarre Le Loiret en partance pour Brest72. L’officier de marine Laboria qui fait alors le voyage avec eux témoigne que si le plus jeune se portait bien et « avait pris les allures françaises73 », les deux plus âgés étaient pour leur part « ruinés de corps et d'esprit par l'usage de l'opium74. » A leur arrivée à Brest, ils sont d’abord installés sur un navire stationnaire, puis à l'hôpital maritime. Ils sont alors employés au jardin botanique de la ville. L'administration, considérant qu'elle ne peut les laisser sans solde et sans vêtement, décide que jusqu'au moment de leur embarquement, ils soient nourris, habillés et salariés aux frais du service des hôpitaux75. Les Archives nationales d'outre-mer conservent une lettre d'août 1834 où les Chinois demandent au roi que leur soit rendu justice concernant l'argent promis par l'administration de Guyane : ils y expliquent qu’ils devaient être payés 20 sous par jour (1 franc) et n'en touchèrent que six (30 centimes)76. Si le gouverneur Jubelin dément l’existence d’une telle promesse, il propose toutefois de leur donner une indemnité eu égard des soins qu'ils prirent de plantes destinées au Muséum77. Les quatre Chinois sont embarqués en septembre 1834 sur une corvette partant pour l’Inde. Le navire relâche à l’île Bourbon, où le gouverneur décide de les laisser aller jusqu'à Pondichery78. Hébergés à l'hôpital de Saint-Denis durant leur séjour, jusqu'au 18 mars 1835, ils perçoivent une indemnité journalière de trente centimes. Les Chinois transitent ensuite par Pondichéry puis Chandernagor, où ils sont embarqués le 20 juin 1835 à bord d'un navire anglais faisant voile pour Macao79.

Contrat et réalité

  • 80 ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Saint-Hilaire. Mémoire sur les moyens d'augmenter la population de la Guy (...)
  • 81 Ce contrat a été rédigé en 1818 à Paris par l’administration des Colonies. Il est remanié en 1820 p (...)
  • 82 Selon Kan-Gao, ce contrat fut signé par lui-même, son oncle Kansui, le capitaine Philibert et un of (...)

15En 1818, le sous-directeur des Colonies Filleau Saint-Hilaire rappelait que la population esclave de Guyane ne se renouvelait pas naturellement, du fait notamment de son état de servitude et des conditions du travail forcé80. Il insistait donc, comme le capitaine Philibert, sur la nécessité de bien traiter les engagés Chinois. C’est en ce sens que fut rédigé à Paris un contrat81 visant à protéger ces travailleurs dès leur engagement conclu82. A la lecture de ce document, il s’avère que peu de ces 31 articles ont été respectés.

  • 83 Il tient probablement ses renseignements du botaniste Perrottet, avec qui il revient en France en 1 (...)
  • 84 Saint-Amant, op. cit, 1822, p. 130.

16Alors qu’il était spécifié que les engagés devaient être bien nourris durant la traversée et profiter d’un espace réservé sur les navires (art. 2), Saint-Amant83 rapporte que ces hommes étaient entassés dans la batterie du navire et constamment maltraités : « on les rudoyait et on leur donnait les plus mauvais vivres du bord84 ». Le rationnement de la nourriture fut également la cause de la révolte de 1820 à Kaw ; le gouvernement local avait pourtant reçu ordre du ministère de nourrir les engagés durant une année. De surcroît, les capitaines ne reçurent jamais les différents animaux (bêtes de somme, cochons) qui étaient prévus par l’article 15.

  • 85 Le Chinois Kan-Gao témoignera que pour le convaincre de le suivre en Guyane et d’amener avec lui d' (...)
  • 86 AT Guy X86 : Dépêche de Mollé à Carra-Saint-Cyr. Paris, 28 sept. 1818.
  • 87 ANOM SG Guy C54/F3(03) : Lettre de Philibert au ministre des colonies, 15 décembre 1820.

17Le ministère avait bien demandé que la colonie chinoise soit isolée pour la préservation des « mœurs » des engagés, mais ces derniers devaient être placés sur un site « salubre » (art. 8) et non dans une zone de marais. Le gouverneur Laussat ne fit aucun cas de l’article 5 octroyant au capitaine chinois la propriété85 dès son arrivée d’une concession (de 800 carreaux) où il emploierait les autres engagés86. En décembre 1820, Philibert avait à ce sujet suggéré au ministre des Colonies de renvoyer une mission à Manille qui déposerait auparavant le Chinois Kan-Gao à Cayenne afin qu'il examine « l'état » de ses compatriotes et la qualité des terres en leur possession87. Cette proposition resta sans suite. Le contrat prévoyait également que les terrains concédés aux autres Chinois deviennent leur propriété au bout de leur engagement de onze ans (art. 9). L’accès à la propriété des engagés ne fut cependant jamais abordé par les administrateurs de la colonie et cela même au moment de leur demande de rapatriement.

  • 88 Il faut attendre quarante ans pour que cette mesure soit mise en place en Guyane pour les engagés i (...)
  • 89 ANOM SG Guy C54/F3(03) : Conditions auxquelles le roi admet des Chinois à la Guyane française, s. d (...)

18Le contrat spécifiait enfin que les engagés soient placés sous la seule autorité de leur capitaine, qui devait avoir comme relais auprès de l’administration un notable de la colonie devant veiller « aux intérêts de tous » en présentant leurs réclamations et leurs doléances88. Les Chinois n’eurent pourtant jamais d’autres interlocuteurs que des agents représentant les seuls intérêts du gouvernement local. Le gouverneur ne se rendit jamais sur place comme le voulait l’article 33, pour « encourager » les cultivateurs et « s'assurer que justice leur est rendue89. »

  • 90 Ibid.
  • 91 Article 23 du contrat rédigé en 1818. ANOM SG Guy C54/F3(03) : Lettre du ministre à Carra-Saint-Cyr (...)
  • 92 ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Rapport de Milius au ministre des Colonies. Cayenne, 5 juin 1823 ; M. B. (...)
  • 93 ANOM SG Guy C47/E11 (07) : Hugues. Mémoire sur la Guyane, mars 1822, p. 17-18.

19Les engagés chinois auraient-ils pu connaître un meilleur sort ? Les initiateurs du projet en auraient voulu ainsi. L’article 17 du contrat spécifiait que les engagés jouiraient « tant dans leur commerce que dans leur industrie, des mêmes droits, libertés et prérogatives que les colons français90. » Comme tout homme libre, leurs biens, meubles et immeubles, de quelque nature qu’ils puissent être, étaient transmissibles par héritage, testament, donation ou vente (art. 16) ; ils devaient également être soumis à l’impôt au bout de quelques années. La seule différence notable entre les anciens colons et les Chinois était que ces derniers n’avaient pas le droit de posséder des esclaves (art. 26) – ceci pour, officiellement, éviter « le mélanges des races91. » Malgré cette dernière mesure, le contrat, comme les différents échanges de courriers, montre bien combien était importante la divergence de vue entre le ministère des Colonies et l’administration locale. Pour le ministère, l’objectif en effet était de peupler la colonie afin de la développer. Il s’agissait donc d’y inciter une immigration de masse quitte à renouveler la population déjà présente. Opposés à une colonisation pas le bas, les colons et administrateurs n’étaient de leur côté pas en demande de nouveaux agriculteurs libres mais d’une main d’œuvre corvéable à merci. Pour ces derniers, faire venir à Cayenne des hommes de couleur en leur accordant autant de droit que des Blancs, c’était mettre en péril les fondements même de la société coloniale. Hormis l’article 26, les promoteurs d’une colonisation chinoise avaient également oublié de suffisamment prendre en compte l’importance de la hiérarchisation raciale. Dès leur arrivée en Guyane, les Chinois seront en effet méprisés et tenus au rang de sous-humain92. Devant subir l’hostilité des notables, ils seront battus, placés « contre leur volonté93 » dans les divers ateliers de l’administration et pour certains, emprisonnés. Sans être esclaves, ils ne seront pour autant jamais considérés comme des colons libres.

Figure 1 : « Conditions auxquelles le roi admettra des Chinois à la Guyane française », s. l., n. d. [1820]. ANOM SG Guy C54/F3(03)

Conclusion : « tués par système »

20D’un point de vue juridique, les Chinois dont nous avons fait le récit étaient bien des travailleurs libres : ils bénéficiaient d’un contrat, d’un salaire et, bien que peu d’entre eux purent en profiter, ils avaient droit au rapatriement au terme de leur engagement. En aucun cas leur statut ne peut donc être comparé à celui des esclaves. Pour autant, du point de vue de leurs conditions de travail, de leur alimentation, de la qualité des soins ou encore des violences exercées à leur encontre, il n’y eut pas de véritable différence de traitement entre ces travailleurs et les esclaves de la colonie.

  • 94 Laussat, qui a été gouverneur en Louisiane, tente en 1821 une colonisation du quartier de Kourou av (...)
  • 95 Sur ce sujet, voir Gerbeau, Hubert. « Le cyclone et la liberté », in Wanquet, C. (éd). Fragments po (...)

21Les administrateurs de ce territoire se refusèrent en effet à suivre les termes du contrat qui donnaient à ces engagés les mêmes droits que les colons libres. Donnant sa préférence à des engagés blancs94 ou d’origines africaines, le gouverneur Laussat n’apporta ainsi jamais son soutien à ce projet initié par son prédécesseur. A l'époque même où les Chinois étaient rapatriés à Cayenne, Laussat reprenait à son compte l’idée de son homologue de l’île Bourbon, Milius, d’aller recruter des travailleurs à Madagascar95. Ce projet d'engagement allait cependant être rejeté par le ministère des Colonies parce qu’il n'établissait aucune véritable différence de traitement entre ces engagés et des esclaves. Laussat, comme les fonctionnaires et planteurs de cette époque, ne pouvait, ou ne voulait pas, imaginer d’autre forme de travail pour des « hommes de couleur », fussent-ils libres, que contraint.

  • 96 Attaché en 1819 au ministère des affaires étrangères, Sébastien Catineau La Roche avait présenté à (...)

22Le fonctionnaire Catineau La Roche96 avait alors bien compris la mentalité des notables guyanais quand il écrivait que l’administration avait laissé mourir de faim ces Chinois « dans les marais empoisonnés de Kaw » parce que les planteurs ne pouvaient supporter l'idée de cultivateurs libres :

  • 97 Catineau La Roche, Sébastien. Journal du Commerce, 22 et 27 mars 1822.

On les a tués par système, et en voici la raison : [ils] étaient des cultivateurs libres, et quelques colons mes confrères, bonnes gens d'ailleurs, préfèrent des cultivateurs esclaves. Les premiers ont une volonté ; les autres obéissent passivement ; et plus on a d'autorité, plus on est grand, comme on sait. L'introduction de cultivateurs libres forcerait inévitablement mes confrères à diminuer, et même de beaucoup, la longueur de leur fouet ; leur sceptre ne serait plus qu'une ignoble cravache : or, on ne consent pas aussi facilement à se laisser détrôner, à déroger au moins, dans un pays où l'illustration de la noblesse se mesure sur la longueur du fouet, où le plus long est le plus noble, et où pour obtenir l'honneur de la députation, il faut faire preuve d'un fouet en permanence, d'un fouet de 2 000 coups, ce qui est bien au-dessus de ce petit fouet de 29, que le code noir autorise97.

  • 98 Le ministre des Colonies Clermont-Tonnerre écrit ainsi en 1822 : « Je n’ai rien dit des Chinois et (...)
  • 99 E. Wong-Hee Kam, La diaspora chinoise aux Mascareignes : le cas de la Réunion, Paris, L’Harmattan, (...)

23Malgré les espoirs de quelques administrateurs98, le projet d’implantation d’une colonie de Chinois en Guyane prendra fin avec le départ des derniers engagés en 1834. Au regard des essais qui seront faits à cette époque à l’île Bourbon avec des travailleurs sous contrat indiens (1827) et chinois (1844)99, il semble que l’administration française ne tira aucune leçon de l’expérience guyanaise.

  • 100 Certains noms peuvent être différemment orthographiés selon les sources.
  • 101 Selon Laussat, les engagés comptaient dans leur rang deux ou trois savetiers, deux ou trois jardini (...)

Nom des engagés100

Age estimé en 1820

Profession avant l’arrivée en Guyane101

Date du décès ou du rapatriement

Tampeton (capitaine)

42-53 ans

1/10/1820

Tsan-Acqao (Tran-Ockao)

24-26

3/10/1820

Lam-Aÿ (Lam-a-hy)

24

21/07/1826

Son-Aoué (Sant-y-a-go)

46-51

15/01/1825

Tchio-Hahÿ (Tot Sai-Ko ou Tehio Haky)

32

17/12/1820

You-Ayon (Yun a You)

32

19/06/1822

Than-Attha

37

Cultivateur

Rapatrié en 1834

Koakim-Macao

29 (Fils de Chianlong et de Suzanne Porter, né en Chine)

12/03/1823

Ko-Dya (Go-sam-go)

40

Cordonnier

13/12/1829

Than-Thelzo

31-39

5/10/1820

Ko-Hy

44

25/09/1820

Tho-Tchaëa

24

Boulanger

Inconnue

Hou-Louis

40-48

21/12/1830

Than-Samoun

42

1820-1821

Than-Tchian

20

1820-1821

Tchan-Tian (Tsan-Thyan)

41

Cordonnier

Rapatrié en 1834

Si-Souy

46

23/09/1824

Oui-Tchine (Tchio-a-hy)

39-42

13/12/1829

Lao-Keat (Laokiao)

34-46

3/07/1830

Goo-Sam

40-49

28/09/1820

Tchan-Saëkouy (Tchan Trae Koui)

40

18/09/1820

Lao-Thiaö (Lao-Thiat)

56

9/07/1823

Tchi-Tcheng (Tlik-Ling)

37

Cultivateur

Rapatrié en 1834

Than-Déé (Tan-Dego)

22-23

Rapatrié en 1834

Houy-Lang

46

21/12/1830

Tchan-Long (Tao Long)

45

12/05/1825

Go-Houango

42

1820-1821

Figure 2 : Sources ANOM

Haut de page

Bibliographie

Abel-Rémusat, Jean-Pierre. Nouveaux mélanges asiatiques, t.1, Paris, Dondey-Dupré, 1829, 446 p.

Catineau La Roche, Sébastien. De la Guyane française, de son état physique, de son agriculture et de son régime intérieur, et du projet de la peupler avec des laboureurs européens, Paris, Impr. Trouvé, 1822, 232 p.

Celliez, Adélaïde. Historique de l'instruction du Chinois qui a été présenté au Roi, le 8 octobre 1821, par M. Philibert, capitaine de vaisseau, et député de l'île de Bourbon à Paris, Blois, 1822, 20 p.

Daget, Serge. « Main-d'œuvre et avatars du peuplement en Guyane française 1817-1863 », Revue française d'histoire d'outre-mer, t. 79, n° 297, 4e trim. 1992, p. 449-474.

Denis, Ferdinand. Résumé de l'histoire du Brésil, suivi du résumé de l'histoire de la Guyane, Paris, Lecointe et Durey, 1825, 335 p.

Elias, Maria Jose. « Introducao ao estudo da imigracao chinesa », Anais do Museu Paulista, 24, 1970, p. 57-100.

Gerbeau, Hubert. « Le cyclone et la liberté », in Wanquet, C. (éd), Fragments pour une histoire des économies et sociétés de plantation à la Réunion, Saint-Denis, Université de la Réunion, 1989, p. 159-224.

Helly, Denise. Idéologie et ethnicité. Les Chinois Macao à Cuba : 1847-1886, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 1979, 345 p.

Jennings, C. Lawrence. « Dreams versus Reality : Plans to colonize French Guiana », in Mam Lam Fouck, Serge et al., (éds), Regards sur l’histoire de la Caraïbe. Des Guyanes aux Grandes Antilles, Matoury, Ibis Rouge, 2001, p. 87-97.

Laboria, Joseph Emmanuel. De la Guyane française et de ses colonisations, Paris, Corréard, 1843, 306 p.

Lamaison, Denis. Prospérité et barbarie. Système économique et violence dans deux colonies françaises au XIXe siècle (la Guyane et l’île de La Réunion), thèse, EHESS, 2015.

Lamaison, Denis. « De la vanille et des Hommes. L’expédition du botaniste-voyageur Perrotet (1819-1821) », Une Saison en Guyane, 9, janvier 2013, p. 96-101.

Lamaison, Denis. « La Guyane fut-elle un jour prospère ? : Idéologie et propagande coloniale au XIXe siècle », in Bacot, Jean-Pierre et Zonzon, Jacqueline (éds), Guyane : histoire et mémoire. La Guyane au temps de l'esclavage, discours, pratiques et représentations, Matoury, Ibis Rouge, 2011, p. 359-379.

Laussat, Pierre Clément (de). Mémoires sur ma vie, Pau, Vignancour, 1831, 636 p.

Leblond, Jean-Baptiste. Description de la Guyane française, Paris, Eymery, 1824, 91 p.

Look Lai, Walton. The Chinese in the West Indies 1806-1995. A documentary history, Kingston, Univ. of the West Indies, 1998, 338 p.

M.B.R. [Rivière, Bruno]. Observations générales sur la Guyane française et projets d'améliorations de cette importante colonie, Bordeaux, Beaume, 1827, 88 p.

Meagher, Arnold (J.). The Coolie Trade : The Traffic in Chinese Laborers to Latin America, 2008, 486 p.

Moulier Boutang, Yann. De l’esclavage au salariat. Economie historique du salariat bridé, Paris, PUF, 1998, 768 p.

Perrottet, Samuel. « Souvenirs d'un voyage autour du monde », Revue des Deux Mondes, t. I-II, Paris, 1831 p. 470-525.

Portal d’Albaredes, Pierre-Bartélémy. Mémoires du baron Portal, Paris, Amyot, 1846, 378 p.

Saint-Amant, Pierre-Charles (de). Des colonies, particulièrement de la Guyane française en 1821, Paris, Barrois-Delaunay, 1822, 246 p.

Touchet, Julien. Botanique et Colonisation en Guyane française (1720-1848). Le jardin des Danaïdes, Matoury, Ibis Rouge, 2004, 329 p.

Wong-Hee Kam, Edith. La diaspora chinoise aux Mascareignes : le cas de la Réunion, Paris, L’Harmattan, 1996, 496 p.

Haut de page

Notes

1 La Guyane française a été rétrocédée par le traité de Paris en novembre 1815.

2 Le reste de la population est composée d’Amérindiens qui vivent en dehors de la société coloniale.

3 Saint-Amant, Pierre-Charles (de). Des colonies, particulièrement de la Guyane française en 1821, Paris, Barrois-Delaunay, p. 83 ; Denis, Ferdinand. Résumé de l'histoire du Brésil, suivi du résumé de l'histoire de la Guyane, Paris, Lecointe et Durey, 1825, p. 305.

4 Certains des plus riches planteurs de la colonie ont cependant recours à la traite interlope. Nous estimons qu'au moins 7 000 Africains sont ainsi introduits illégalement dans la colonie entre 1819 et 1831. Lamaison, Denis. Prospérité et barbarie. Système économique et violence dans deux colonies françaises au XIXe siècle (la Guyane et l’île de La Réunion), thèse, EHESS, 2015.

5 Alexandre François Benoist-Cavay (1760-1822) a été, de 1800 à 1808, commissaire ordonnateur de la Guyane, où il possédait une plantation. L’ancien militaire Jean-François Carra-Saint-Cyr (1756-1834) va occuper le poste de gouverneur de cette colonie de novembre 1817 à juillet 1819.

6 La consommation des feuilles de cet arbuste est si générale en Europe, argumentent ces deux administrateurs, « que l'espèce la plus commune et la plus inférieure obtient toujours un débit assuré ». Un ouvrage de 1828 estime la consommation française de thé venant de Chine et du Japon à plus de 1 200 mille livres par année. ANOM SG Guyane C63/G2 (20) : Carra-Saint-Cyr et Benoist-Cavay, Lettres au ministre des Colonies, 20 et 25 fév. 1816. Adelon et al. Dictionnaire de médecine, t. 20, Paris, Béchet, 1828, p. 360.

7 Une colonie de Chinois provenant de Macao est établit à Rio de Janeiro en 1810 où ils entretiennent une plantation de thé au jardin botanique. Armand de Rochefort propose en 1820 que le Consul du Brésil en fasse l'envoi à Bourbon, aux Antilles « et même à la Guyane française. » ANOM SG Réunion C67/429 : A. de Rochefort, Rapport au ministre des colonies sur les iles de Bourbon et de Madagascar, 5 avril 1820 ; Elias, Maria Jose. « Introducao ao estudo da imigracao chinesa », Anais do Museu Paulista, n°24, 1970, p. 57-100.

8 Ils écrivent sur les Chinois et les Cochinchinois : « Ces deux peuples d'une origine commune ont les mêmes mœurs et les mêmes habitudes. Laborieux, patients, sobres, économes, partout ou ils se transportent, ils font naitre la culture, l'industrie et la prospérité. » ANOM SG Guy C63/G2 (20) : Carra-Saint-Cyr et Benoist-Cavay, « Lettre au ministre des Colonies », 20 février 1816.

9 ANOM SG Guy C63/G2 (20) : Carra-Saint-Cyr et Benoist-Cavay, Proposition d'importer et de naturaliser en la Guyane française un grand nombre de végétaux de l'Inde, 25 février 1816.

10 ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Lettres de Philibert, 24 octobre 1817 et 30 avril 1818.

11 Pour ce fonctionnaire, le problème de main-d’œuvre ne pourra se résoudre par la traite illégale, l'engagement d'Africains et d'Européens, ou encore la déportation de condamnés. ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Saint-Hilaire, Mémoire sur les moyens d'augmenter la population de la Guyane française. Paris, 15 novembre 1817.

12 Les Français ne reprennent la Guyane qu’en novembre 1817.

13 Il ne sera plus désormais fait référence à des Cochinchinois.

14 ANOM FM 1Leg4 : Louis-Mathieu Molé, Rapport au roi. Paris, 3 juin 1818 ; ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Rapport de la direction des Colonies, 1er juillet 1818.

15 Archives territoriales de Guyane (AT Guy) X86 : Dépêche de Mollé à Carra-Saint-Cyr. Paris, 28 sept. 1818.

16 Il s’agit de la quatrième tentative d’implantation d’une colonie chinoise en Amérique après la Colombie Britannique (en 1788-1789), Trinidad en 1806 et le Brésil en 1810 et 1812. Voir Look Lai, Walton. The Chinese in the West Indies 1806-1995, Kingston, Univ. of the West Indies, 1998.

17 AT Guy 1M2 : Dépêche du ministère des Colonies à Carra-Saint-Cyr. 28 sept. 1818.

18 Il est prévu à cette époque que le canal de Torcy, partant du fleuve Mahury, soit prolongé afin de rapprocher ce quartier de Cayenne. Cela ne sera jamais fait. ANOM SG Guy C54/F3 (04) : Dépêche de Carra-Saint-Cyr au ministre. Cayenne, 12 mars 1819. Voir Lamaison, Denis. Prospérité…, op. cit., 2015.

19 ANOM SG Guy C54/F3 (04) : Dépêche de Carra-Saint-Cyr au ministre. Cayenne, 12 mars 1819.

20 Ibid., Lettre de Philibert au ministre. Cayenne, 22 février 1819.

21 Voir Lamaison, Denis. « De la vanille et des Hommes. L’expédition du botaniste-voyageur Perrottet (1819-1821) », Une Saison en Guyane, n° 9, janvier 2013, p. 96-101.

22 Parmi ces derniers, quelques-uns sont désignés comme métis chinois-espagnols. ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Rapport, 4 septembre 1822.

23 Ces derniers, nommés également « Indiens de Manille », devaient s'occuper des buffles ramenés des Philippines et servir accessoirement d’interprètes pour les Chinois − ils parlent espagnol et tayal. Engagés aux mêmes conditions que les Chinois, ils sont placés à Cayenne au service de l’armée. ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Lettre de Philibert au gouverneur de Guyane, 25 mai 1820 ; Feuille de la Guyane française, 12 août 1820 ; ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Note pour le Conseil des ministres, 14 août 1820 ; ANOM SG Guy C62 G2 (02) : Dépêche de Laussat au ministre, 20 août 1820 ; AT Guy 5K4 : Conseil privé, séance du 14 octobre 1820.

24 L’administration espagnole demanda à ce que les engagés soient recrutés parmi les Chinois nouvellement arrivés ou non enregistrés. C’est à Manille que seront également recrutés les premiers engagés chinois envoyés à Cuba en 1847. Helly, Denise. Idéologie et ethnicité. Les Chinois Macao à Cuba : 1847-1886, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 1979.

25 ANOM SG Guy C54/F3 (04) : Lettre de Philibert au ministre. Manille, 17 février 1820.

26 ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Lettre de Philibert au gouverneur de Guyane. St-Denis, 25 mai1820. Samuel Perrottet, le botaniste de l’expédition, écrira quelques années plus tard que des personnes du bord cherchaient tous les moyens pour contrecarrer la mission de Philibert, affirmant notamment au capitaine Chinois chargé du recrutement que ses hommes « seraient faits esclaves dès leur arrivée. » Perrottet, Samuel. « Souvenirs d'un voyage autour du monde », Revue des Deux Mondes, t. I-II, Paris, 1831, p. 522-523.

27 Pierre-Clément Laussat est gouverneur de la Guyane de juillet 1819 à mars 1823.

28 ANOM SG Guy C71/H3 (07) : Dépêche de Laussat au ministre des Colonies, 19 août 1820.

29 Philibert ramène avec lui l’un des deux capitaines chinois, Kan-Gao. Ce dernier, âgé de 27 ans, est originaire de Emoui – Xiamen dans l’actuelle province du Fujian. Il est le neveu et secrétaire de Kansui, chef de la communauté chinoise de Manille. Après avoir été présenté à Louis XVIII et suivi des cours de français durant deux années, Kan-Gao demande son rapatriement et embarque à Bordeaux fin novembre 1822. Selon Abel-Rémusat, il décède en mer avant d'arriver aux Philippines. ANOM 1COL6 : Rapports de Clermont Tonnerre au roi, 1821-1822 ; ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Divers documents, octobre 1822 ; Journal des Débats, 9 octobre 1821 ; Abel-Rémusat, Jean-Pierre. Nouveaux mélanges asiatiques, t.1, Paris, Dondey-Dupré, 1829, p. 262.

30 ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Lettre de Philibert au gouverneur de Guyane. St-Denis, 25 mai 1820.

31 ANOM SG Guy C71/H3 (07) : Extrait du registre du Conseil de gouvernement et d'administration, séance du 5 juillet 1820 et Saint-Amant, op. cit., p. 132.

32 16 786 francs ont été dépensés pour la construction de ces cases censées recevoir plus d’une centaine d’hommes. ANOM SG Guy C71/H3 (07) : Dépêche de Laussat au ministre, 19 août 1820.

33 Ibid., Extrait du registre des Conseils de gouvernement tenus par le commandant et administrateur pour le roi. Séance du 10 août 1820.

34 Laussat, Pierre-Clément. Mémoires sur ma vie, Pau, Vignancour, 1831, p. 551.

35 AT Guy X87 : Prus, Lettres des 25 et 26 mai 1820 ; ANOM SG Guy C71/H3 (07) : Dépêche de Laussat au ministre des Colonies, 19 août 1820.

36 Victor Hugues (1762-1826) a été gouverneur de la Guyane de 1800 à 1809. Désormais retraité, il est l’un des plus riches planteurs de la colonie.

37 ANOM SG Guy C47/E11 (07) : V. Hugues, Mémoire sur la Guyane, mars 1822, p. 17.

38 Ibid.

39 ANOM SG Guy C129/P2 (05) : Dépêche de Carra-Saint-Cyr au ministre des Colonies, 29 février 1819.

40 ANOM SG Guy C62/G1 (01) : Duvergier de Hauranne, Jean-Marie. Rapport sur la situation commerciale de la Guyane, 1820.

41 ANOM SG Guy C54/F3 (04) : Rapport de Lagotellerie au gouverneur. Cayenne, 30 septembre 1820.

42 Le capitaine Elie aurait pourtant laissé à Cayenne du riz pour un an. ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Lettre de Philibert à Laussat. St-Denis, 25 mai 1820.

43 Sauf cas exceptionnel, les esclaves de Guyane n’ont alors pas le droit de porter de chaussures.

44 ANOM SG Guy C54/F3 (04) : Rapport de Lagotellerie au gouverneur. Cayenne, 30 septembre 1820.

45 ANOM SG Guy C54/F3 (03-04) : Dépêches de Laussat au ministre. 8 oct. et 10 déc. 1820.

46 Le capitaine Elie a déposé à Cayenne un dictionnaire Chinois mais Saint-Amant témoigne que les discussions s’effectuaient en espagnol, que plusieurs comprenaient et parlaient un peu. ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Lettre de Philibert à Laussat. St-Denis, 25 mai 1820 et Saint-Amant, op. cit., p. 133.

47 Saint-Amant précisait que l’expédition avait ramené un petit pied de thé de cinq pouces et demi de haut qui était conservé « comme une relique » au jardin des plantes de Cayenne : « J'ignore si c'est avec ce faible essai qu'on veut former des plantations de thé. Dans ce cas, il s'écoulera quelques siècles avant que la France tire de la Guyane française sa consommation de thé. » Saint-Amant, op. cit., p. 136-137.

48 Ibid., p. 126-127.

49 ANOM SG Guy C54/F3 (03-04) : Dépêches de Laussat au ministre. 8 oct. et 10 déc. 1820.

50 Il précise que l’agent Pastoret qu'il avait laissé sur les lieux en est revenu malade. ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Dépêche de Laussat au ministre des Colonies. 10 déc. 1820.

51 Ibid., Dépêche de Laussat au ministre, 30 janvier 1821.

52 ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Rapport de Pariset au gouverneur. Cayenne, 25 juin 1821.

53 Officier de marine âgé de 27 ans.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 AT Guy 5K4 : Conseil du gouvernement. Cayenne, 30 juin 1821. Déclaration de Laussat.

57 Ibid. Déclaration de Lagotellerie.

58 Ibid. Déclaration de Saint-Quentin.

59 ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Dépêche de Laussat au ministre. Cayenne, 20 juillet 1821.

60 Ibid., Dépêche de Laussat au ministre. Cayenne, 21 septembre 1821, reproduite in Rapport du 4 septembre 1822.

61 AT Guy 5K4 : Conseil privé, séance du 19 sept. 1821 et P.-C. de Laussat, op. cit., 1831, p. 553.

62 ANOM SG Guy C47/E11 (07) : Hugues, Victor. Mémoire sur la Guyane, mars 1822, p. 17-18.

63 Pierre Bernard Milius, qui est gouverneur de la Guyane de 1823 à 1825, connaît l’histoire de ce projet. L’expédition d’Asie a en effet effectué deux escales à l’île Bourbon alors qu’il en était administrateur (de 1818 à 1821).

64 ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Rapport de Milius au ministre des Colonies. Cayenne, 5 juin 1823.

65 Ibid.

66 Touchet, Julien. Botanique et Colonisation en Guyane française (1720-1848), Matoury, Ibis Rouge, 2004, p. 259.

67 M. B. R.. Observations générales sur la Guyane française, Bordeaux, 1827, p. 39.

68 AT Guy X153 : Lettre du directeur de l’intérieur au gouverneur (22 mars 1827) in Touchet, op. cit.

69 Etat civil de Guyane (décès de la commune de Cayenne). ANOM, [en ligne], <http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/caomec2/>

70 ANOM SG Guy C55/F3 (08) : Divers courriers, 1833-1834.

71 Le gouverneur Jubelin précise qu'ils avaient été soumis auprès du gouvernement à un engagement de onze années ayant expiré en août 1831 et que leur droit à obtenir leur retour dans leur pays « n'est donc pas douteux. » Ibid., Dépêche de Jubelin au ministre des Colonies. Cayenne, 24 août 1833.

72 Ibid., Dépêche du gouverneur de Guyane au ministre. Cayenne, 24 avril 1834.

73 Laboria, Joseph Emmanuel. De la Guyane française et de ses colonisations, Paris, Corréard, 1843 (p. 87 des notes).

74 Ibid. En mai 1830, le dénommé Ocory est « mis à la chaîne » pour avoir dérobé à l’hôpital de Cayenne de l’opium qu’il revendait aux Chinois. AT Guy 11M63 : Note de Gauvain pour l’ordonnateur. Cayenne, 16 juin 1830.

75 Ibid., Ministère de la marine et des colonies. Rapport, 21 juin 1834.

76 Ibid., Lettre des Chinois au prince Louis-Philippe, août 1834.

77 Ibid., Lettre de Jubelin au prince de Joinville, s. d.

78 Ibid., Dépêche du gouverneur de Bourbon au ministre. St-Denis, 23 mars 1835.

79 Ibid., Dépêche du gouverneur des établissements français dans l'Inde au ministre des Colonies. Pondichéry, le 26 août 1835.

80 ANOM SG Guy C54/F3 (03) : Saint-Hilaire. Mémoire sur les moyens d'augmenter la population de la Guyane française. Paris, 15 novembre 1817.

81 Ce contrat a été rédigé en 1818 à Paris par l’administration des Colonies. Il est remanié en 1820 par le capitaine Philibert puis traduit en espagnol et en chinois. Les deux versions de ce document sont aujourd’hui conservées aux Archives Nationale d’Outre Mer. Sauf mention contraire, nous nous réfèrerons ici à la version de 1820.

82 Selon Kan-Gao, ce contrat fut signé par lui-même, son oncle Kansui, le capitaine Philibert et un officier français. Lettre de Kan-Gao. Paris, 7 août 1822 in Celliez, Adélaïde. Historique de l'instruction du Chinois qui a été présenté au roi..., Paris, Delauney, 1822, p. 16-17.

83 Il tient probablement ses renseignements du botaniste Perrottet, avec qui il revient en France en 1821.

84 Saint-Amant, op. cit, 1822, p. 130.

85 Le Chinois Kan-Gao témoignera que pour le convaincre de le suivre en Guyane et d’amener avec lui d'autres compatriotes, le capitaine Philibert lui aurait ainsi promis des terres « en toute propriété » et un poste important dans la colonie. Lettre de Kan-Gao. Paris, 7 août 1822 in Celliez, op. cit, p. 17.

86 AT Guy X86 : Dépêche de Mollé à Carra-Saint-Cyr. Paris, 28 sept. 1818.

87 ANOM SG Guy C54/F3(03) : Lettre de Philibert au ministre des colonies, 15 décembre 1820.

88 Il faut attendre quarante ans pour que cette mesure soit mise en place en Guyane pour les engagés indiens.

89 ANOM SG Guy C54/F3(03) : Conditions auxquelles le roi admet des Chinois à la Guyane française, s. d [1820].

90 Ibid.

91 Article 23 du contrat rédigé en 1818. ANOM SG Guy C54/F3(03) : Lettre du ministre à Carra-Saint-Cyr, 28 septembre 1818. Les engagés pouvaient cependant acheter des femmes pour les services domestiques, à condition que celles-ci deviennent libres en entrant à leur service.

92 ANOM SG Guy C55/F3 (06) : Rapport de Milius au ministre des Colonies. Cayenne, 5 juin 1823 ; M. B. R., Observations…, op. cit., p. 39.

93 ANOM SG Guy C47/E11 (07) : Hugues. Mémoire sur la Guyane, mars 1822, p. 17-18.

94 Laussat, qui a été gouverneur en Louisiane, tente en 1821 une colonisation du quartier de Kourou avec des settlers irlandais-américains. Le projet est abandonné dès 1822.

95 Sur ce sujet, voir Gerbeau, Hubert. « Le cyclone et la liberté », in Wanquet, C. (éd). Fragments pour une histoire des économies et sociétés de plantation à la Réunion, St-Denis, Université de la Réunion, 1989, p. 159-224.

96 Attaché en 1819 au ministère des affaires étrangères, Sébastien Catineau La Roche avait présenté à cette époque plusieurs mémoires au gouvernement sur un projet de colonisation de la Guyane par des cultivateurs Européens. Dans cette optique, il avait dirigé une expédition en Guyane en 1820, sur le fleuve Mana.

97 Catineau La Roche, Sébastien. Journal du Commerce, 22 et 27 mars 1822.

98 Le ministre des Colonies Clermont-Tonnerre écrit ainsi en 1822 : « Je n’ai rien dit des Chinois et des Settlers qu’on a voulu récemment introduire à la Guyane. Ces tentatives, assez malheureuses, n’ont pas été suivies. Mais on pourrait les reprendre si vous jugiez qu’avec des précautions et de la persévérance on pût s’en promettre quelques résultats. » AT Guy 86 : Dépêche du ministre à Laussat. Paris, 1er octobre 1822.

99 E. Wong-Hee Kam, La diaspora chinoise aux Mascareignes : le cas de la Réunion, Paris, L’Harmattan, 1996 : D. Lamaison, op. cit.

100 Certains noms peuvent être différemment orthographiés selon les sources.

101 Selon Laussat, les engagés comptaient dans leur rang deux ou trois savetiers, deux ou trois jardiniers, un charpentier, deux chaircuitiers et un gargotier. ANOM SG Guyane C54/F3 (03-04) : Dépêche de Laussat au ministre. 10 déc. 1820.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : « Conditions auxquelles le roi admettra des Chinois à la Guyane française », s. l., n. d. [1820]. ANOM SG Guy C54/F3(03)
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/3033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Lamaison, « Libres mais « réduits presque à l’esclavage » : histoire des premiers engagés chinois de Guyane française (1819-1835) », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 12 décembre 2018, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/3033 ; DOI : 10.4000/mimmoc.3033

Haut de page

Auteur

Denis Lamaison

Docteur en histoire (EHESS). Membre affilié de l'Institut des mondes africains (IMAf). Ses recherches portent sur l’histoire économique et sociale de la Guyane et de l’île de La Réunion aux XVIIe-XXe siècles, sur la main-d’œuvre coloniale et sur l’historiographie du fait colonial.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page