Navigation – Plan du site
Travail servile

Une autre forme de servitude : le travail contraint dans les colonies de Nouvelle-Néerlande et de New York au XVIIe siècle

Anne-Claire Faucquez

Résumé

La jeune colonie de New York s’est développée dans la première moitié du XVIIe siècle grâce à l’utilisation de la main d’œuvre servile, à la fois engagée et esclave. Si l’étude de l’esclavage à New York commence à être répandue, celle de l’engagement l’est moins. Pourtant, dans cette jeune société coloniale où les statuts légaux n’étaient pas encore clairement définis, esclaves et engagés, Européens, Africains et Amérindiens participaient au même système servile, étaient régis par des lois similaires et cohabitaient au quotidien. L’objet de cet article sera donc d’essayer de distinguer la spécificité de l’engagement par rapport à l’esclavage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « The free sector of (colonial) society could never have achieved its way of life without the suppo (...)
  • 2 Voir sur ce sujet les ouvrages devenus classiques: David W. Galenson, White Servitude in Colonial A (...)
  • 3 « White servitude was the historic base upon which Negro slavery was constructed », Eric Williams, (...)

1Comme l’affirmait l’historien britannique Jack R. Pole, « le secteur libre de la société (coloniale) n’aurait jamais pu voir le jour sans la contribution des non-libres »1. En effet, l’Amérique se construisit et prospéra grâce aux milliers de travailleurs forcés qui traversèrent l’Atlantique pour aider à construire cette société nouvelle, où les colons européens vinrent chercher un espace de liberté, loin des persécutions religieuses et politiques. Ainsi, la liberté des uns ne put se former sans la servitude des autres. Or, avant l’utilisation à outrance de l’esclavage africain vers la fin du XVIIe siècle, les colonies américaines avaient mis en place le système de l’engagement, qui permettait d’envoyer en Amérique des travailleurs blancs sous contrat2. D’après Eric Williams dans Capitalism and Slavery, « la servitude blanche était la base historique sur laquelle l’esclavage noir fut construit »3.

  • 4 E.B. O’Callaghan (éd), Documents Relative to the Colonial History of the State of New York, Albany, (...)

2Cependant, la colonie de New York faisait figure d’exception dans le paysage colonial car la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales (West-Indische Compagnie ou WIC), la compagnie marchande en charge de l’administration de la colonie, montra dès le début de la colonisation sa préférence pour l’exploitation des esclaves africains qui accomplissaient le travail demandé à un coût moindre que celui des engagés européens, qui devaient être « soudoyés par des promesses d’argent pour les convaincre de venir s’installer »4. En 1724, Francis Harrison, officier des douanes de New York, qui avait également travaillé dans les comptoirs en Afrique de l’Ouest, défendait le fait que les New-Yorkais n’étaient pas favorables à l’emploi des engagés :

  • 5 Cité dans Graham Russell Hodges, Root & Branch : African Americans in New York & East Jersey, 1613- (...)

[Les habitants de New York] (plus particulièrement les Néerlandais qui représentent les ¾ de cette colonie) ne sont pas disposés ou seulement en cas d’extrême nécessité à prendre des serviteurs blancs, étant donné l’expérience de leurs voisins de Virginie & du Maryland &ct que la pire espèce humaine sort de Bridewell et de Newgate. [Les franc-tenanciers] sont tellement habitués à jouir de leur propriété et de leur indépendance, qu’ils préfèrent mourir de faim que de servir sous un toit qui n’est pas le leur5.

  • 6 Cornells Ch.Goslinga, The Dutch in the Caribbean and on the Wild Coast, 1580–1680, (Assen, 1971), p (...)

3L’importation d’engagés ou de contract slaven en Nouvelle-Néerlande était donc très irrégulière et peu de sources documentent leur arrivée. L’historien Cornelis Goslinga en conclut que « les Néerlandais n’eurent presque jamais d’équivalents aux indentured servants anglais ou aux engagés français » et seuls quelques chapitres d’ouvrages se sont penchés sur cette question6. Les engagés sont en effet très peu mentionnés dans les sources judiciaires ou les correspondances des gouverneurs, ce qui pourrait nous faire conclure à leur quasi-inexistence dans la colonie. Or, il est tout de même possible de retracer leur présence à travers de nombreux actes de ventes, testaments, inventaires après décès mais aussi dans les textes de loi ou les recensements de population. Si les historiens eurent du mal à reconnaître leur existence, cela peut être dû au fait qu’au XVIIe siècle, la différence entre esclavage et engagement était très ténue car les deux statuts n’étaient pas encore différenciés ni figés par un marquage racial. Étant donné l’absence de précédent, ces nouveaux systèmes d’exploitation de la main-d’œuvre étaient véritablement expérimentaux et ils se construisirent dans la spécificité de l’environnement colonial.

  • 7 Nous avons contrasté dans un précédent article le système de l’engagement et celui de l’esclavage e (...)
  • 8 Jacques-Henri Coste, « Des tutelles au contrat : une archéologie de la relation d’emploi aux États- (...)

4Ainsi, nous nous proposons de nous concentrer ici sur le système d’engagement tel qu’il s’est développé au XVIIe siècle respectivement dans les colonies de la Nouvelle-Néerlande (1624-1664) puis de New York, afin de mettre en avant les continuités et les ruptures entre les deux gouvernances7. Ce premier siècle de colonisation, qui vit la construction et la structuration des sociétés coloniales, nécessitait l’emploi généralisé de main-d’œuvre, or New York où seule une agriculture de subsistance était développée était beaucoup moins attrayante que les colonies du Sud. Qui étaient alors ces engagés et comment étaient-ils recrutés ? Quels moyens les autorités coloniales mirent-elles en place pour gérer l’utilisation de cette main-d’œuvre disparate et quelle en fut la mise en pratique ? Ce travail contraint (bound labor) se distinguait du travail forcé (slave labor) par son caractère volontaire et contractuel, ce que Jacques-Henri Coste appelle le « travail sous tutelle » ou « travail sous dépendance tutélaire »8, par sa durée d’emploi, les engagés n’étant pas contraints à vie, et par le fait qu’il concernait les travailleurs d’origine européenne alors que l’esclavage s’appliquait aux travailleurs captifs en provenance d’Afrique, ne bénéficiant d’aucun droit ni de contrat, et se trouvant dépendants à vie. Nous verrons en premier lieu que si ces travailleurs contraints étaient tous qualifiés de « servant », ce qualificatif recouvrait des réalités bien différentes, que ce soit à l’époque néerlandaise ou anglaise. Il pouvait s’agir de serviteurs de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, de domestiques employés par des colons ou de travailleurs agricoles sous contrat avec de grands propriétaires terriens mais également des serviteurs amérindiens et parfois même africains. Malgré la grande diversité de statuts, l’ensemble de ces travailleurs était en revanche contrôlé par un même cadre légal régissant aussi bien leur travail et que leur conduite, en partie hérité de la législation européenne et de la Common Law. Enfin, nous verrons que l’ambiguïté juridique de ses statuts serviles au XVIIe siècle rendit difficile la mise en pratique de ces différents systèmes d’exploitation de la main-d’œuvre.

Une main d’œuvre contrainte protéiforme

  • 9 E. Van Den Bogaart, « The Servant Migration », op. cit., p. 63.

5Les Provinces-Unies, par le biais de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, firent usage, dès le début de la colonisation, de travailleurs non libres pour développer leur jeune avant-poste colonial implanté en Amérique du Nord. Parmi les premiers migrants arrivant en Nouvelle-Néerlande, un tiers était des travailleurs sous contrat. L’historien néerlandais Ernst Van den Bogaart recense entre 1629 et 1664 la présence d’environ 1 591 « serviteurs » sur 5 700 migrants néerlandais, représentant ainsi près de 28% de la population9. Ces derniers pouvaient avoir trois fonctions différentes : la grande majorité (1 104) étaient employés par la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, 321 s’étaient installés sur le patroonschaap de Kilian Van Rensselaer et 166 étaient au service de colons privés.

  • 10 Edward T. Corwin (éd), Ecclesiastical Records of the State of New York, 7 vols, Albany, J. B. Lyon, (...)
  • 11 Ibid., p. 311.
  • 12 Oliver Rink, Holland on the Hudson an Economic and Social History of Dutch New York, Cooperstown, N (...)

6Les patroons étaient de grands propriétaires terriens qui s’étaient vu allouer des terres par la Compagnie en échange de la promesse de les coloniser. En 1630, la loi sur les Freedoms and Exemptions demandait aux patroons d’employer des indigents sur leurs plantations afin de les faire bénéficier des bienfaits de la colonie10. Seul Kilian Van Renssealer, riche diamantaire et marchand néerlandais, parvint à maintenir une colonie appelée Rensselaerswijck dans laquelle il fit venir 216 colons entre 1630 et 164611. À la fin du bail, ils pouvaient se procurer leurs terres ou renouveler leur contrat mais la majorité repartit aux Provinces-Unies12.

  • 13 DRCHNY, vol.1, p. 376, vol.13, p. 10, vol.14, p. 175.
  • 14 A titre de comparaison, en Nouvelle-Néerlande, le salaire mensuel d’un secrétaire de la Compagnie (...)

7D’une manière générale, les serviteurs sous contrat néerlandais partaient rarement de manière forcée et signaient leur contrat devant un notaire à Amsterdam. S’ils étaient dans l’incapacité de payer le voyage, la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales ou la ville d’Amsterdam leur avançait les frais en échange de la promesse de demeurer dans la colonie pendant au moins trois ans13. Un certain nombre venait de pays étrangers aux Provinces-Unies, attirés par la prospérité d’Amsterdam. Or, s’ils ne trouvaient pas d’emploi dans leur pays d’accueil, ils cherchaient d’autres perspectives en s’exilant en Amérique. Le colon Jonas Bronck, qui fut le premier à s’installer dans la région du Westchester, y amena trois engagés allemands (Jochem Kaller, Carsten Pieter et Jacob Gever) avec qui il signa les contrats à Amsterdam en 1639. Il paya leur passage jusqu’en Nouvelle-Néerlande attendant d’eux en retour qu’ils travaillent pour lui pendant quatre ans. Il leur promit également de les loger, nourrir, vêtir et de leur verser un complément de salaire. Il prévit également d’emmener une domestique pour prendre soin de sa femme. Clara Matthys fut ainsi employée pour 40 florins l’année contre la promesse de ne pas se marier pendant quatre ans14.

  • 15 Ernst Van Den Bogaart, « The Servant Migration », op. cit., p. 62.
  • 16 Ibid.
  • 17 « Occupational backgrounds of Immigrants to New Netherland », in Oliver Rink « The people of New Ne (...)
  • 18 Ibid., p. 63.

8Le profil des serviteurs variait en fonction de leurs conditions d’engagement. Ceux travaillant pour les patroons étaient majoritairement des hommes voyageant seuls, sans femme ni enfant (pour 81% d’entre eux) ; ceux s’engageant auprès des colons étaient davantage des femmes qui signaient un contrat de domestique (20% des engagés étaient des femmes)15. En revanche, ceux qui partaient sous le couvert de la Compagnie étaient pour 68% des familles16. Sur 177 immigrants néerlandais arrivant entre 1654 et 1664, seuls quatre étaient déjà serviteurs dans leur pays d’origine, ce qui nous montre que ce statut répondait à des contraintes matérielles propres à l’Amérique coloniale, comme l’incapacité de payer la traversée en bateau ou de s’approprier des terres17. Le plus souvent, il s’agissait de travailleurs non qualifiés prêts à être employés comme cultivateurs ou domestiques. Cependant, certains pouvaient être employés à des fonctions plus importantes. Sur les 138 contrats examinés par Ernst van Bogart, 52 concernaient des fermiers, 33 des artisans, 24 des agents ou assistants de marchand, quatre des marins et 25 des jeunes femmes domestiques. Parmi les artisans, il recense neuf tailleurs, sept cordonniers et tanneurs, trois tonneliers, deux brasseurs et quelques forgerons, charpentiers et serruriers18.

  • 19 J. Jacobs, The Colony of New Netherland : op. cit., p. 82.
  • 20 Ibid., p. 64-65.
  • 21 Ibid., p. 52.

9Contrairement aux engagés dans les colonies anglaises, les travailleurs contraints en Nouvelle-Néerlande avaient des contrats plus courts (trois à quatre ans contre six à sept ans) et pouvaient plus facilement faire annuler leur contrat en cas de maltraitance par leur maître19. De plus, ces derniers étaient rémunérés en plus des frais de voyage et de logement. Selon leur degré de qualification, ils pouvaient recevoir un salaire annuel allant de 36 à 60 florins pour un domestique, de 80 à 125 florins pour un fermier, de 100 à 200 florins pour un marin et de 100 à 375 florins pour un artisan qualifié. À titre de comparaison, les salaires des fermiers et des compagnons artisans équivalaient à ceux des marins et soldats employés par la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, entre 84 et 112 florins l’année, qui étaient les emplois les moins bien payés aux Provinces-Unies20. La durée des contrats et le salaire versé dépendaient de l’âge de l’engagé : le 20 mars 1651 Johannes Van Rensselaer (le fils de Kilian) engagea 12 hommes à son service entre 14 et 40 ans, les cinq jeunes âgés de 14 à 19 ans avaient des contrats de six ans alors que les hommes âgés de 21 à 34 ans avaient des contrats de trois ans. Les salaires dépendaient également de leurs âges : les cinq plus jeunes étaient payés entre 30 et 40 florins l’année et les plus âgés entre 120 et 125 florins21.

  • 22 Ces taux ont été calculés à partir du livre d’Abbot Emerson Smith, Colonists in Bondage : White Ser (...)
  • 23 Gordon Ireland, « Servants to Foreign Plantations from Bristol England, 1654-1686 », NYGBR, 89 (194 (...)
  • 24 M. Ghirelli, A List of Emigrants from England to America 1682 – 1692, Baltimore, Magna Charta Book (...)
  • 25 Peter et Florence A. Christoph (éds)., The Andros Papers, Files of the Provincial Secretary of New (...)

10Après l’implantation anglaise dans la colonie en 1664, nous aurions pu penser que le taux de travailleurs sous contrats aurait augmenté dans la mesure où l’Angleterre avait, dans la première moitié du XVIIe siècle, principalement peuplé ses colonies d’engagés, or le flux d’engagés vers New York resta très limité. Sur la principale liste d’enregistrement des engagés au départ pour l’Amérique, l’historien Kenneth Morgan recense 9 393 départs entre 1654 et 1686 dont 4 011 pour la Chesapeake, 162 pour la Nouvelle-Angleterre, 4 393 pour les Antilles britanniques et 827 pour les « autres colonies »22. Sur ces 827 engagés, Gordon Ireland n’en compta que trois en route pour New York en 167823. De même, sur les 960 engagés recensés dans A List of Emigrants from England to America 1682 – 1692, seulement neuf se dirigèrent vers New York24.Certains y vinrent après être passés par les Antilles, comme George Renals, originaire de la Barbade, qui entra sous contrat avec le marchand Thomas Gibbs pour une période de trois ans obtenant en échange 270 livres de sucre, la gratuité du voyage pour New York et suffisamment de viande, de boisson et de pommes pour la durée de son engagement25.

  • 26 Samuel Mc Kee, Labor in Colonial New York, 1664-1776, p. 93.
  • 27 Ibid, p. 598-599.
  • 28 Ibid., p. 571.

11La présence d’engagés à New York ne découlait pas d’une politique migratoire voulue émanant, comme en Virginie des autorités coloniales lançant un mouvement de propagande pour attirer de la main-d’œuvre venant d’Europe. Il s’agissait principalement de colons établissant volontairement un contrat d’engagement auprès d’habitants de la colonie. Peu de documents nous permettent aujourd’hui de recenser leur présence. Seules deux listes publiées par la New York Historical Society (1694-1707 et 1718-1727) mêlent les contrats d’engagements aux contrats d’apprentissage. Sur la première liste de 108 contrats, 15 semblent être des contrats d’engagement26. Même si la structure des contrats était relativement similaire, ce qui les différenciait était tout d’abord le vocabulaire utilisé, « servant » pour les uns, « apprentice » pour les autres, l’idée que l’apprenti devait apprendre un métier et obtenir une éducation (apprendre à lire, à écrire ainsi que quelques rudiments de mathématiques), alors que les engagés se mettaient tout simplement au service de leurs maîtres. Certains étaient décrits comme possédant déjà un métier comme John Packer Jr, maçon ou Cornelius Hendricks, fermier. Si les engagés s’enrôlaient de manière volontaire (« his own free and voluntary will »), les apprentis le faisaient avec le consentement de leurs parents ou membres de leur famille. Enfin, les apprentis entraient sous contrat pour une durée d’environ quatre à sept ans et ne pouvaient pas être rémunérés alors que certains engagés pouvaient avoir un contrat très bref et recevoir une rémunération. John Packer Jr s’engagea par exemple auprès de Brandt Schuyler pour une durée de deux ans et contre la somme de 25 livres.27 Enfin, la majorité des engagés anglais s’étaient enrôlés localement, certains avaient signé le contrat depuis l’Angleterre comme Elizabeth Morris qui devint la servante du pirate William Kidd le 10 août 1696 pour une durée de 4 ans à partir de la date de son arrivée dans la colonie28.

12Malgré cette grande diversité de statuts de serviteurs, leur travail et leurs conditions de vie étaient régulés par un même cadre législatif qui puisait sa source dans les codes de lois européens (la loi romaine aux Provinces-Unies et la Common Law en Angleterre) régissant les populations dépendantes.

Le cadre légal régissant les travailleurs dépendants

  • 29 Elodie Peyrol-Kleiber. Les premiers Irlandais du Nouveau Monde, une migration atlantique, 1618-1705(...)

13L’étude des différentes lois réglementant l’engagement et l’esclavage nous montre que la société coloniale du XVIIe siècle était encore peu racialisée. Les statuts des travailleurs non libres n’étaient pas encore clairement définis car la législation concernant les engagés était la même que celle concernant les esclaves. A l’origine, ces lois furent inspirées des pratiques néerlandaises et anglaises de l’husbandry et de l’apprenticeship qui furent codifiées par les English Poor Laws de 1531-1601 et le Statute of Artificers de 1562. La première pratique désignait les contrats oraux d’une durée d’un an régulant les travaux agricoles des serviteurs paysans alors que la seconde concernait les contrats entre maîtres et domestiques29.

  • 30 Cette loi fut votée à nouveau à trois reprises le 13 avril 1642, le 18 juin 1643 et le 6 octobre 16 (...)
  • 31 DRCHNY, vol.2, p. 82 ; Laws and Ordinances of New Netherland, op. cit., p. 24, 35.

14Dans les ordonnances de la Nouvelle-Néerlande, l’ensemble des travailleurs dépendants est englobé sous l’appellation « servants of the Honorable Company and other servants ». Or peu de textes régulent cette population. La loi du 9 août 1640 s’adressait par exemple à tous les serviteurs leur demandant de servir fidèlement leurs maîtres comme stipulé dans leurs contrats et de ne pas chercher à s’enfuir sous peine de se voir administrer un « châtiment arbitraire ». Elle demandait aux colons de ne pas héberger des fugitifs ou des étrangers plus de 24 heures, et de les déclarer aux magistrats. Or, il est difficile d’affirmer si cette loi s’appliquait uniquement aux serviteurs blancs ou également aux esclaves car le terme « nègre » n’apparaît pas dans le texte30. En revanche, cette pratique semblait être répandue car deux ordonnances similaires furent publiées en 1642 et 1643, et en 1659 Pieter Stuyvesant demanda au gouverneur du Maryland s’il était autorisé à renvoyer les fugitifs vers leur colonie d’origine31.

  • 32 Ibid, p. 80.

15En 1647 et 1656, deux lois sur la contrebande prévoyaient de punir toute personne, marin ou marchand, qui emmènerait avec eux les « serviteurs de la Compagnie » sans en avoir averti le gouverneur-général sous peine de devoir s’acquitter d’une amende de 600 florins. En effet, ces employés qui n’étaient pas à proprement parlé des engagés, appartenaient à la Compagnie et se voyaient privé de liberté de mouvement. De même en 1657, ils se voyaient refusé la possibilité d’obtenir le statut de citoyen par le titre de « Burgher »32. Ainsi, nous pouvons peut-être expliquer la rareté de ces textes de loi par le faible nombre d’engagés à cette époque et par conséquent, le besoin limité de contrôler cette population.

  • 33 Lincoln, Johnson, et Northrup (éds), The Colonial Laws of New York from the Year 1664 to the Revolu (...)

16À la suite de l’arrivée des Anglais dans la colonie en 1664, un nouveau code de lois, appelé les « Lois du duc d’York » (Duke’s Laws) fut mis en place, formant la nouvelle armature légale de la colonie, garantissant l’autorité absolue législative, exécutive et judiciaire du duc d’York et mettant en place le système de la Common Law. Sept sections concernaient les serviteurs : agressions, enterrements, enfants et serviteurs, fugitifs, aubergistes, mariages, maitres/serviteurs/travailleurs mais un seul s’appliquait à l’esclavage (bondslavery). Ce qui est intéressant dans ces lois est l’amalgame fait entre les serviteurs, les apprentis et les enfants, personnes dépendantes qui doivent être protégées mais dont on sanctionne le mauvais comportement. Comme pour les enfants, les maîtres se voyaient dans l’obligation d’éduquer leurs serviteurs dans la religion et la loi du pays. Les maîtres se devaient de les défendre et étaient autorisés à utiliser la force en cas de mise en danger de leur épouse, leurs enfants ou leurs serviteurs. Les engagés ne pouvaient être vendus ou transférés à d’autres maitres. Ils étaient autorisés à être enterrés dans la même paroisse que leurs maîtres mais dans un endroit approprié et séparé. Si un maître se rendait coupable de maltraitance envers son serviteur, ce dernier pourrait être libéré et recevrait une récompense. En revanche, si ces derniers se comportaient mal, le juge de paix pouvait intervenir pour infliger un châtiment corporel aux enfants ou aux serviteurs âgés de plus de 16 ans. Les serviteurs coupables d’agression sur leurs maîtres se voyaient infliger des châtiments corporels. En cas de faux témoignage, ils se verraient ajouter 3 mois à leur temps de service. S’ils venaient à s’enfuir, les apprentis et les serviteurs obtiendraient une prolongation de leur temps de service correspondant au double de leur temps d’absence, ceux qui les auraient aidés, devraient payer £20 au maitre et £5 à la cour, et ceux qui les hébergeraient devraient payer dix shillings par jour. Les serviteurs n’étaient pas autorisés à vendre ou transporter des biens durant leur service, sous peine de devoir payer une amende ou de recevoir un châtiment corporel, toute personne entrant en lien avec des serviteurs devrait restituer la marchandise au maitre, et payer le double de leur valeur aux pauvres de leur paroisse.33

  • 34 Richard Shannon Moss, « Slavery on Long Island: A study in Local Institutional and Early African-Am (...)
  • 35 Douglass Greenberg, Crime and Law Enforcement in the Colony of New York, 1691-1776, Ithaca, Cornell (...)
  • 36 Samuel D. McKee, Labor in Colonial New York, op. cit., p. 95.

17Contrairement aux esclaves, l’autorisation de se marier, d’avoir des enfants et de posséder des biens matériels dépendaient de la bonne volonté de leur maître. De plus, ils pouvaient avoir recours à la justice pour faire valoir les droits stipulés dans leur contrat. Samuel Davis de Jamaica fut par exemple traduit en justice pour avoir gardé son engagé Edward Burleight au-delà de la durée de son contrat34. De même, Richard Caine porta plainte contre son maître et sa maîtresse qui le traitaient plus durement qu’un esclave35. Or, les maîtres avaient coutume de taire volontairement le montant qu’ils accorderaient à leurs engagés une fois libres afin de ne pas susciter leur envie de liberté36.

  • 37 Colonial Laws of New York, op. cit, vol.1, p. 597-598.
  • 38 William M. Wiecek, « The Statutory Law of Slavery and Race in the Thirteen Mainland Colonies of Bri (...)

18Les captifs africains étaient concernés par cette législation en tant que serviteurs noirs, mais la différence entre serviteur et esclave n’était pas encore clairement soulignée en 1664. En revanche, cette législation servit de base aux codes noirs qui furent mit en place au tournant du siècle. Ironiquement, c‘est en définissant le statut de l’engagé, que fut dessiné celui de l’esclave. Si les deux conditions étaient encore en 1664 distinguées par une différence religieuse, les Chrétiens ne pouvant être tenus en esclavage, c’est en 1706 que le statut de l’esclavage fut véritablement scellé avec le passage de la loi intitulée An Act to Encourage the Baptizing of Negro, Indian, Mulatto Slaves37. Cette loi mit en place le principe de partus sequitur ventrem, c’est-à-dire de transmission matrilinéaire de la condition d’esclave. Elle émanait du fait que beaucoup d’enfants esclaves naissaient de père blanc. Accorder leur liberté à ces métis posait plusieurs problèmes : tout d’abord une incongruité quant à la situation de la mère, esclave mais élevant des enfants libres mais aussi une confusion quant au tracé des lignes sociales et raciales. De plus, d’un point de vue économique, en restant esclave, l’enfant accroissait les biens de son maître. Il est intéressant de voir que ce principe de transmission matrilinéaire de la condition d’esclave est hérité du droit romain, et est par là contraire à la Common Law qui transmettait le statut social par le père. William Wiecek le qualifie de « formule exotique continentale »38, montrant qu’il s’agit bel et bien ici d’une invention coloniale qui visait à maintenir l’institution esclavagiste.

19Ainsi, si engagés et esclaves furent soumis aux mêmes législations dès la mise en place de ces systèmes de main-d’œuvre servile, progressivement, à mesure que la population d’origine africaine crut dans la colonie, la différence raciale fut de plus en plus marquée. Même si les apprentis et les engagés se situaient à un niveau très bas de l’échelle sociale, ils restaient tout de même à un échelon supérieur aux esclaves. En revanche, les deux groupes bénéficiaient encore, au XVIIe siècle, de la souplesse des autorités et du manque de moyens pour faire appliquer la loi (elle-même encore expérimentale), permettant une mise en pratique parfois éloignée de la législation.

L’engagement en pratique

  • 39 Ibid.
  • 40 P. et F. Christoph, The Andros Papers, op. cit., p. 55-57.
  • 41 “Indentures of Apprentices”, Collections of the New York Historical Society for the year 1885, p. 5 (...)
  • 42 P. Christoph, « The Freedmen of New Amsterdam », op. cit., p. 114.

20L’ambiguïté juridique des statuts serviles au XVIIe siècle rendit difficile la mise en pratique de ces différents systèmes d’exploitation de la main-d’œuvre. Si la population d’origine africaine était normalement assignée à la condition d’esclave, pour certains l’engagement pouvait représenter un accès vers la liberté. Le 9 juillet 1702, Lewis Morris, fit entrer son esclave Maude sous contrat pour une durée de 21 ans auprès de la fille d’un ami, Ann Rudyard, période au bout de laquelle Maude pourrait obtenir sa liberté39. Ce qui est intéressant dans la lecture de ce contrat c’est qu’il fut rédigé entre Lewis Morris et Ann Rudyard « pour la négresse Maude », montrant ici que cette dernière n’avait pas de pouvoir de décision. Pour d’autres, déjà libres, l’engagement représentait un retour vers une situation de dépendance. Confrontés à une extrême pauvreté, les Noirs libres se voyaient souvent obligés de s’engager auprès de nouveaux maîtres afin de subvenir à leurs besoins. Le 12 février 1677, William Corwan « un Mulâtre reconnu libre », s’engagea auprès d’un certain Thomas Thatcher qui le traita comme s’il était esclave. Un marin de Jamaïque, Robert Little, défendit le cas de Corwan, certifiant qu’il s’agissait d’un homme libre originaire de Martinique. Le gouverneur new-yorkais Anthony Brockholles exigea alors de Thatcher qu’il puisse prouver que Corwan était esclave sous huit jours, sinon ce dernier serait libre40. Un autre Noir libre, Bastian Congo, âgé de 27 ans, s’engagea de manière totalement volontaire auprès d‘un couple de marchands de la ville, Abraham et Jesse Kip du 23 juillet 1696 au 18 juin 1697, contre la somme de £17 et 15 shillings41. A l’inverse, nous trouvons aussi la situation de Noirs libres qui employèrent des serviteurs blancs comme Manuel de Gerrit de Reus, qui engagea le fermier néerlandais Barent Hendricks, ou Augustijn De Caper qui s'offrit les services de la femme de Jan Owen comme employée domestique42.

  • 43 Thomas W. Cooper, The Records of the Court of Sessions of Suffolk County in the Province of New Yor (...)
  • 44 Berthold Fernow, The Records of New Amsterdam from 1653-1674, Baltimore, Genealogical Publishing Co (...)

21La plupart du temps, le maître, les serviteurs et les esclaves partageaient le même espace de vie, fait que nous retrouvons dans les archives notariales et pouvaient être traités de la même manière. Dans l’inventaire après-décès de Johanah Haynes daté de 1687 sont par exemple listés : « A servant negerin £40, one negro boy £10, one English boy £10, one English boy more £10, Total £2349-02-00 »43. Il est intéressant de voir ici que les engagés étaient évalués de la même manière que les esclaves et donc considérés comme des biens matériels et que les jeunes garçons d’origine africaine et anglaise se virent attribuer une valeur identique de £10. Nombreux étaient les cas où les engagés cherchaient des moments de convivialité en se retrouvant à la taverne, malgré les ordonnances municipales l’interdisant. Le 7 mars 1671, deux Noirs libres, Domingo et Manuel Angola, furent jugés pour avoir diverti des esclaves et des engagés dans leur taverne. La cour les somma de ne plus recommencer sous peine de perdre leur liberté44.

  • 45 Virginie Adane, p. 365-366; Colonial Laws of New York, op. cit., p. 597598
  • 46 E. Van Den Bogaart, « The Servant Migration », op. cit., p. 62.
  • 47 Cité par Virginie Adane, « Genre, pouvoir et relations marchandes dans une société coloniale multic (...)

22Cette promiscuité entre esclaves et engagés donna lieu à des relations intimes entre les membres des deux groupes, transgressant par-là les barrières raciales établies par la loi. Cornelis Michielse, employé par Abraham Staes à Claverack, à proximité d’Albany, fut poursuivi en justice par ce dernier pour avoir mise enceinte son esclave, Mary, à plusieurs reprises ce qui nous laisse penser « à une liaison suivie et non une rencontre ponctuelle » entre les deux domestiques45. En général, les femmes engagées qui se mariaient avant la fin de leur contrat devaient rembourser le voyage à leur maître46, or certaines cherchaient parfois à se marier pour échapper à leur condition. Rebecca Raetse, épouse de Jan Brent, fut par exemple accusée d’adultère en septembre 1641, et reconnut avoir épousé ce dernier dans l’espoir de pouvoir ensuite prendre la fuite et abandonner son mari47.

  • 48 John Romeyn Brodhead, History of the State of New York, New York, Harper and Brothers, 1859-71, vol (...)
  • 49 Laws and Ordinances of New Netherland, op. cit., p. 103 ; « Report of the Board of Accounts on New (...)
  • 50 P. Christoph, The Andros Papers, op. cit., p. 174.
  • 51 Van Rensselaer, A History of New York City in the Seventeenth Century, New York, Mac Millan Company (...)
  • 52 Sur le commerce d’esclaves en Caroline du Sud, voir Alan Gallay, The Indian Slave Trade: The Rise o (...)
  • 53 Boston News-Letter, 24 juillet 1704.

23La confusion entre engagé (blanc) et esclave (noir) fut renforcée par l’exploitation de la population amérindienne. Cette pratique débuta dans la période néerlandaise lors des guerres initiées par le gouverneur Willem Kieft, en 1644, à la suite desquelles un groupe de prisonniers amérindiens fut déportés aux Bermudes, tandis que le reste des captifs fut offert comme récompense aux soldats les plus âgés et les plus expérimentés48. Par peur de nouveaux conflits, les autorités coloniales firent interdire cette pratique en 1644, obligeant en 1648 les colons à verser un salaire aux Amérindiens employés comme domestiques49. En 1672, fut passé An Order for the Manumission of Native Indian Slaves and Ending the Importation of Foreign Ones50, suivi en 1679 d’une ordonnance qui établissait la différence entre les Amérindiens de la colonie et ceux importés d’autres colonies51. Si les tribus voisines ne pouvaient être réduites en esclavage par mesure de sécurité, la colonie tolérait l’importation d’esclaves amérindiens par la terre ou la mer, c’est-à-dire provenant d’autres colonies continentales ou des Antilles. En effet, certains esclaves amérindiens étaient capturés en Nouvelle-Angleterre et en Caroline du Sud et revendus à New York52. À l’inverse, les Amérindiens faits prisonniers sur les terres de la colonie étaient envoyés dans d’autres colonies, certainement par peur de déclencher de nouvelles guerres. L’importation de nouveaux captifs était bannie mais ceux qui avaient été importés avant cette date resteraient tenus en esclavage. Or, un grand nombre continua à arriver par la contrebande comme ce navire corsaire néerlandais qui fit la une du journal le Boston News-Letter en 1704 car il entra dans le port de New York avec à son bord 30 captifs « nègres et indiens » qui avaient été faits prisonniers sur la côte de la Nouvelle-Espagne53.

  • 54 J. Osborne, Records of the Town of Easthampton, Long Island, Sag Harbor, N.Y., John H. Hunt, 1887‑1 (...)
  • 55 “Indentures of Apprentices”, p. 587.

24Le statut des Amérindiens demeurait extrêmement confus. Certains furent traités comme des esclaves, achetés ou gardés à vie par leurs propriétaires, alors que d’autres furent considérés comme des engagés avec des durées de contrats plus ou moins longues, et une certaine flexibilité quant au paiement de leur salaire. Le 11 septembre 1665, John Kirtland d’Easthampton engagea par exemple sous contrat son serviteur amérindien, Hopewell, auprès d’un certain Thomas James pour une durée de 19 années. Kirtland avait en effet acheté ce serviteur orphelin à l’âge d’un an, faisant de lui un esclave54. De même, le 10 juillet 1700, deux Amérindiens, Ann et son fils Tom, entrèrent sous contrat auprès de Peter King, aubergiste de la ville de New York et de sa femme Elizabeth. Si la durée du contrat se limitait à sept ans pour les deux Amérindiens, celui-ci stipule que leurs descendants devaient quant à eux servir pour une durée de 21 ans, pratique inconnue chez les serviteurs européens, qui rend leur statut proche de celui des esclaves55.

25Ainsi, le XVIIe siècle laissa beaucoup de marge de manœuvre aux propriétaires d’engagés qui parvinrent à contourner la loi ou à utiliser ses failles pour exploiter leur main-d’œuvre au gré de leurs besoins. Si la race avait encore peu d’importance aux yeux de la loi et dans la pratique, le faible nombre d’engagés dans la colonie de New York eut comme conséquence une stigmatisation accrue de la population noire par les travailleurs blancs, engendrant la formation d’une barrière raciale et d’une société de plus en plus biraciale.

Conclusion

  • 56 Journal of the Legislative Council, vol.1, p. 333; Stokes, Iconography, vol.4, p. 474-475.

26Si certaines colonies comme la Virginie se sont développées en premier lieu grâce à l’engagement avant d’adopter l’esclavage au tournant du XVIIIe siècle, la colonie de New York a pu avant tout prospérer grâce à l’esclavage. Cependant, les sources nous montrent la coexistence d’esclaves et d’engagés depuis la fondation de la colonie. Le manque chronique de main-d’œuvre a naturellement poussé les autorités à chercher à diversifier leurs sources d’approvisionnement, qu’elles viennent d’Afrique, des Antilles ou d’Europe. La coexistence de ces deux systèmes de travail contraint et forcé nous montre également une période de l’histoire en construction, où les statuts n’étaient pas encore clairement définis. Les autorités tentaient d’établir un cadre et de distinguer progressivement les deux statuts afin d’éviter cette solidarité de classe. Après la grande révolte d’esclaves du 6 avril 1712, le Gouverneur Hunter exprima au Board of Trade and Plantation son souhait de voir passer « une bonne loi permettant de mieux réguler la population esclave et d’encourager l’importation de serviteurs blancs »56. Or, les autorités, tout comme les colons, continuèrent à exprimer leur ressentiment face à l’importation d’engagés dans la colonie dont le manque de main-d’œuvre se fit par conséquent sentir jusque dans les années 1770.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

CHRISTOPH, Peter et Florence A. (éds), The Andros Papers, Files of the Provincial Secretary of New York during the Administration of Governor Sir Edmund Andros, 1674-1680, Syracuse, N.Y., Syracuse University Press, 1989.

COOPER, Thomas, W., The Records of the Court of Sessions of Suffolk County in the Province of New York, 1670-1688, Bowie, Md., Heritage Books, 1993.

CORWIN, Edward T., Ecclesiastical Records of the State of New York, 7 vols, Albany, J. B. Lyon, 1901-16.

DE LANCEY, Edward F., The Burghers of New Amsterdam and the Freemen of New York. 1675-1866, Collections of the New York Historical Society for the year 1885, p. 587.

FERNOW, Berthold, The Records of New Amsterdam from 1653-1674, Baltimore, Genealogical Publishing Co., Inc., (1897) 1976.

GHIRELLI, M., A List of Emigrants from England to America 1682 – 1692, Baltimore, Magna Charta Book Company, 1968.

LINCOLN, Johnson et Northrup (éds), The Colonial Laws of New York from the Year 1664 to the Revolution, Including the Charters to the Duke of York, the Commissions and Instructions to Colonial Governors, the Duke's Laws, the Laws of the Dongan and Leisler Assemblies, the Charters of Albany and New York and the Acts of the Colonial Legislatures from 1691 to 1775 Inclusive, Albany, J.B. Lyon, 1894.

O’ CALLAGHAN, E.B., (éd), Laws and Ordinances of New Netherland, 1638-1674, Albany, Weeds Parsons and Company, 1868.

O’CALLAGHAN, E.B. (éd), Documents Relative to the Colonial History of the State of New York, Albany, Weed, Parsons, and Company, 1856-1883.

OSBORNE, J., Records of the Town of Easthampton, Long Island, Sag Harbor, N.Y., John H. Hunt, 1887‑1905.

OSGOOD, Herbert Levi (éd), Minutes of the Common Council of the City of New York, 1675-1776, Albany, Weed Parsons, 1901.

STOKES, N. Phelps, The Iconography of Manhattan Island, 1498-1909, Compiled from Original Sources and Illustrated by Photo-Intaglio Reproductions of Important Maps, Plans, Views, and Documents in Public and Private Collections, New York, Robert H. Dodd, 1915-1928.

Sources secondaires

ABBOT, Emerson Smith, Colonists in Bondage : White Servitude and Convict Labor in America, 1607-1776, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1947.

ADANE, Virginie, « Genre, pouvoir et relations marchandes dans une société coloniale multiculturelle Nouvelle-Néerlande, New York (1630-1730) », thèse de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2017.

BREEN, T. H., « A Changing Labor Force and Race Relations in Virginia 1660-1710 », Journal of Social History, vol.7, n°1 (automne 1973), p. 10.

BRODHEAD, John Romeyn, History of the State of New York, New York, Harper and Brothers, 1859-71.

COSTE, Jacques-Henri, « Des tutelles au contrat : une archéologie de la relation d’emploi aux États-Unis », in Martine Azuelos, dir., Travail et emploi : l'expérience anglo-saxonne, aspects historiques, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001, p. 223-263.

GOSLINGA, Cornelis, The Dutch in the Caribbean, and on the Wild Coast, 1580–1680, Assen, Holland, Van Gorcum, 1971.

GREENBERG, Douglass, Crime and Law Enforcement in the Colony of New York, 1691-1776, Ithaca, Cornell University Press, 1974.

HAAR, C. M., « White Indentured Servants in Colonial New York », Americana (Juillet 1940).

HODGES, Graham Russell, Root & Branch : African Americans in New York & East Jersey, 1613-1863, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1999.

IRELAND, Gordon « Servants to Foreign Plantations from Bristol England, 1654-1686 », NYGBR, 89 (1948), p. 65-75

JACOBS, Jaap, The Colony of New Netherland : a Dutch Settlement in Seventeenth-Century America, Ithaca, N.Y., Cornell University Press, 2009.

KENNETH, Morgan, Slavery and Servitude in North America, 1607-1800, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2000.

MCKEE, Samuel, Labor in Colonial New York, New York, Columbia University Press, 1935.

MOSS, Richard, Shannon, « Slavery on Long Island: A study in Local Institutional and Early African-American Communal Life, New York », thèse de l’université John Hopkins, 1993.

PEYROL-KLEIBER, Elodie, Les premiers Irlandais du Nouveau Monde, une migration atlantique, 1618-1705, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016.

POLE, Jack Richon, The Pursuit of Equality in American History, Berkeley, University of California Press, 1993.

RINK, Oliver, « The people of New Netherland: notes on non-English immigration to New York in the seventeenth century », New York History Journal, 1981.

RINK, Oliver, Holland on the Hudson an Economic and Social History of Dutch New York, Cooperstown, N.Y., New York State Historical Association, 1986.

VAN DEN BOGAART, Ernst, « The Servant Migration to New Netherland, 1624-1664 », in Emmer P.C. (éd), Colonialism and Migration: Indentured Labour Force before and after Slavery, Dordrecht, M. Nijhoff, 1986.

VAN RENSSELAER, Schuyler, History of the City of New York in the Seventeenth Century, New York, The Macmillan Company, 1909.

WIECEK, William M., « The Statutory Law of Slavery and Race in the Thirteen Mainland Colonies of British America », The William and Mary Quarterly, Third Series, vol. 34, n°2 (avr. 1977), p. 258-280.

WILLIAMS, Eric, Capitalism and Slavery, London, A. Deutsch, (1964) 2008.

Haut de page

Notes

1 « The free sector of (colonial) society could never have achieved its way of life without the support of the unfree », Jack Richon Pole, The Pursuit of Equality in American History, Berkeley, University of California Press, 1993, p. 33.

2 Voir sur ce sujet les ouvrages devenus classiques: David W. Galenson, White Servitude in Colonial America: An Economic Analysis, New York, Cambridge University Press, 1981 ; Emmer, P. C., ed. Colonialism and Migration: Indentured Labour Before and After Slavery, Dordrecht, The Netherlands, Martinus Nijhoff, 1986 ; Russell R. Menard, MigrantsServantsand Slaves: Unfree Labor in Colonial British America, Aldershot, UK: Ashgate, 2001.

3 « White servitude was the historic base upon which Negro slavery was constructed », Eric Williams, Capitalism and Slavery, London, A. Deutsch, (1964) 2008, p. 19.

4 E.B. O’Callaghan (éd), Documents Relative to the Colonial History of the State of New York, Albany, Weed, Parsons, and Company, 1856-1883, vol. 1, p. 154, (ci-après DRCHNY).

5 Cité dans Graham Russell Hodges, Root & Branch : African Americans in New York & East Jersey, 1613-1863, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1999, p. 79.

6 Cornells Ch.Goslinga, The Dutch in the Caribbean and on the Wild Coast, 1580–1680, (Assen, 1971), p. 367 ; Samuel McKee, Labor in Colonial New York, New York, Columbia University Press, 1935 ; C. M. Haar, « White Indentured Servants in Colonial New York », Americana (Juillet 1940) et Ernst Van Den Bogaart, « The Servant Migration to New Netherland, 1624-1664 », in Emmer P.C. (éd), Colonialism and Migration: Indentured Labour Force before and after Slavery, Dordrecht, M. Nijhoff, 1986; Jaap Jacobs, The Colony of New Netherland : a Dutch Settlement in Seventeenth-Century America, Ithaca, N.Y., Cornell University Press, 2009, p. 51-55.

7 Nous avons contrasté dans un précédent article le système de l’engagement et celui de l’esclavage exclusivement à la Nouvelle-Néerlande, comparant les droits inédits des travailleurs Noirs libres : « Travail et race : le cas des engagés et des esclaves dans le New York néerlandais du XVIIe siècle », Actes du colloque « Engagisme et engagés au cœur des empires coloniaux : état des lieux et perspectives de recherche - 17e-21e siècle », dans le cadre des 5e Rencontres Atlantiques, organisées par le Musée d’Aquitaine de la ville de Bordeaux et le Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC), à paraître.

8 Jacques-Henri Coste, « Des tutelles au contrat : une archéologie de la relation d’emploi aux États-Unis », Martine Azuelos (éd), Travail et emploi : l'expérience anglo-saxonne, aspects historiques, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001, p. 223-263. Le modèle de tutelle est défini comme suit : « l’institution ou la personne qui exerce une autorité de type paternel sur une personne en état de dépendance et lui garantit en échange de son obéissance une forme de sécurité et de protection », p. 237.

9 E. Van Den Bogaart, « The Servant Migration », op. cit., p. 63.

10 Edward T. Corwin (éd), Ecclesiastical Records of the State of New York, 7 vols, Albany, J. B. Lyon, 1901-16, p. 78-9, (ci-après ERNY).

11 Ibid., p. 311.

12 Oliver Rink, Holland on the Hudson an Economic and Social History of Dutch New York, Cooperstown, N.Y., New York State Historical Association, 1986, p. 146.

13 DRCHNY, vol.1, p. 376, vol.13, p. 10, vol.14, p. 175.

14 A titre de comparaison, en Nouvelle-Néerlande, le salaire mensuel d’un secrétaire de la Compagnie oscillait entre 35 et 50 florins alors qu’une vache à lait pouvait coûter jusque 100 florins, Jaap Jacobs, The Colony of New Netherland, op. cit., p. 348.

15 Ernst Van Den Bogaart, « The Servant Migration », op. cit., p. 62.

16 Ibid.

17 « Occupational backgrounds of Immigrants to New Netherland », in Oliver Rink « The people of New Netherland: notes on non-English immigration to New York in the seventeenth century », New York History Journal, 1981, p. 47.

18 Ibid., p. 63.

19 J. Jacobs, The Colony of New Netherland : op. cit., p. 82.

20 Ibid., p. 64-65.

21 Ibid., p. 52.

22 Ces taux ont été calculés à partir du livre d’Abbot Emerson Smith, Colonists in Bondage : White Servitude and Convict Labor in America, 1607-1776, Chapel Hill , University of North Carolina Press, 1947, p. 309, cité dans Kenneth Morgan, Slavery and Servitude in North America, 1607-1800, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2000, p. 12.

23 Gordon Ireland, « Servants to Foreign Plantations from Bristol England, 1654-1686 », NYGBR, 89 (1948), p. 65-75, cité dans J. Goodfriend, Before the Melting Pot : Society and Culture in Colonial New York City, 1664-1730, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1991, p. 237, n°48.

24 M. Ghirelli, A List of Emigrants from England to America 1682 – 1692, Baltimore, Magna Charta Book Company, 1968, cité dans J. Goodfriend, Before the Melting Pot, op. cit., p. 237, n°48. La situation évolua au cours du 1er tiers du XVIIIe siècle. Le 17 septembre 1713 par exemple, le navire The Dolman Galley arriva de Bristol avec à son bord 47 engagés.

25 Peter et Florence A. Christoph (éds)., The Andros Papers, Files of the Provincial Secretary of New York during the Administration of Governor Sir Edmund Andros, 1674-1680, Syracuse, N.Y., Syracuse University Press, 1989, p. 358-359. En 1679, sur une liste de 593 engagés quittant la Barbade, 34 se destinèrent vers New York, J. Goodfriend, Before the Melting Pot, op. cit., p. 237, n°48.

26 Samuel Mc Kee, Labor in Colonial New York, 1664-1776, p. 93.

27 Ibid, p. 598-599.

28 Ibid., p. 571.

29 Elodie Peyrol-Kleiber. Les premiers Irlandais du Nouveau Monde, une migration atlantique, 1618-1705, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p. 75-77.

30 Cette loi fut votée à nouveau à trois reprises le 13 avril 1642, le 18 juin 1643 et le 6 octobre 1648. E. B. O’ Callaghan (éd), Laws and Ordinances of New Netherland, 1638-1674, Albany, Weeds Parsons and Company, 1868, p. 24, 32, 35, 36.

31 DRCHNY, vol.2, p. 82 ; Laws and Ordinances of New Netherland, op. cit., p. 24, 35.

32 Ibid, p. 80.

33 Lincoln, Johnson, et Northrup (éds), The Colonial Laws of New York from the Year 1664 to the Revolution, Including the Charters to the Duke of York, the Commissions and Instructions to Colonial Governors, the Duke's Laws, the Laws of the Dongan and Leisler Assemblies, the Charters of Albany and New York and the Acts of the Colonial Legislatures from 1691 to 1775 Inclusive, vol.1, p. 6-52.

34 Richard Shannon Moss, « Slavery on Long Island: A study in Local Institutional and Early African-American Communal Life, New York », thèse de l’université John Hopkins, 1993, p. 16.

35 Douglass Greenberg, Crime and Law Enforcement in the Colony of New York, 1691-1776, Ithaca, Cornell University Press, 1974, p. 108.

36 Samuel D. McKee, Labor in Colonial New York, op. cit., p. 95.

37 Colonial Laws of New York, op. cit, vol.1, p. 597-598.

38 William M. Wiecek, « The Statutory Law of Slavery and Race in the Thirteen Mainland Colonies of British America », The William and Mary Quarterly, Third Series, vol. 34, n°2 (avr. 1977), p. 262.

39 Ibid.

40 P. et F. Christoph, The Andros Papers, op. cit., p. 55-57.

41 “Indentures of Apprentices”, Collections of the New York Historical Society for the year 1885, p. 569-570.

42 P. Christoph, « The Freedmen of New Amsterdam », op. cit., p. 114.

43 Thomas W. Cooper, The Records of the Court of Sessions of Suffolk County in the Province of New York, 1670-1688, Bowie, Md., Heritage Books, 1993, p. 276.

44 Berthold Fernow, The Records of New Amsterdam from 1653-1674, Baltimore, Genealogical Publishing Co., Inc., (1897) 1976, vol.6, p. 286 ; N. Phelps Stokes, The Iconography of Manhattan Island, 1498-1909, Compiled from Original Sources and Illustrated by Photo-Intaglio Reproductions of Important Maps, Plans, Views, and Documents in Public and Private Collections, New York, Robert H. Dodd, 1915-1928, vol. 4, p. 279.

45 Virginie Adane, p. 365-366; Colonial Laws of New York, op. cit., p. 597598

46 E. Van Den Bogaart, « The Servant Migration », op. cit., p. 62.

47 Cité par Virginie Adane, « Genre, pouvoir et relations marchandes dans une société coloniale multiculturelle Nouvelle-Néerlande, New York (1630-1730) », thèse de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2017, p. 99-100.

48 John Romeyn Brodhead, History of the State of New York, New York, Harper and Brothers, 1859-71, vol.1, p.396 ; Schuyler Van Rensselaer, History of the City of New York in the Seventeenth Century, New York, The Macmillan Company, 1909, vol.1, p. 235.

49 Laws and Ordinances of New Netherland, op. cit., p. 103 ; « Report of the Board of Accounts on New Netherland 1644 », DRCHNY, vol.1, p. 151.

50 P. Christoph, The Andros Papers, op. cit., p. 174.

51 Van Rensselaer, A History of New York City in the Seventeenth Century, New York, Mac Millan Company, 1909, vol.1, p. 235, vol.2, p. 221.

52 Sur le commerce d’esclaves en Caroline du Sud, voir Alan Gallay, The Indian Slave Trade: The Rise of the English Empire in the American South, 1670-1717, New Haven, Yale University Press, 2002.

53 Boston News-Letter, 24 juillet 1704.

54 J. Osborne, Records of the Town of Easthampton, Long Island, Sag Harbor, N.Y., John H. Hunt, 1887‑1905, vol.1, p. 229.

55 “Indentures of Apprentices”, p. 587.

56 Journal of the Legislative Council, vol.1, p. 333; Stokes, Iconography, vol.4, p. 474-475.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Faucquez, « Une autre forme de servitude : le travail contraint dans les colonies de Nouvelle-Néerlande et de New York au XVIIe siècle », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 12 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/3126 ; DOI : 10.4000/mimmoc.3126

Haut de page

Auteur

Anne-Claire Faucquez

Université Paris 8 – Vincennes-St DenisTransCritAnne-Claire Faucquez est Maître de Conférences en civilisation américaine à l’Université de Paris 8 Vincennes-St Denis. Elle a soutenu en 2011 une thèse intitulée “De la Nouvelle-Néerlande à New York: la naissance d’une société esclavagiste”. Elle s’intéresse aux rapports de race et de classe dans l’Amérique coloniale ainsi qu’à la mémoire de l’esclavage dans les musées et l’art contemporain.

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Paru dans Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain, 19 | 2018
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page