Navigation – Plan du site

Compte rendu de l’ouvrage Identification de… et dé-identification. Entre traces(s) et fiction(s)

Adelina LAURENCE

Texte intégral

  • 1 Manes Gallo, Maria Caterina (dir.). Identification de… et dé-identification. Entre traces(s) et fic (...)

1Identification de… et dé-identification. Entre traces(s) et fiction(s) est un ouvrage collectif paru en 2018 aux éditions Presses Universitaires de Bordeaux et dirigé par Maria Caterina Manes Gallo, professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux Montaigne. Les douze contributions sont le résultat des communications présentées lors d’un colloque qui s’inscrit dans le projet interdisciplinaire « Anonymisation ACORSenS », débuté en 2013, dont l’objectif est « à la fois l’analyse et la valorisation d’un corpus audio-visuel et d’un corpus sonore recueillis in situ dans un environnement difficilement accessible »1, à savoir la cyber base justice du centre pénitentiaire de Gradignan en Gironde. Les relations, tant les points de convergences que les fractures entre les notions d’identification et de dé-identification, s’appliquent aux domaines des sciences humaines, des sciences de l’ingénieur, de l’information-communication, tels que l’archéologie, la littérature, la psychologie, la psychothérapie, l’iconographie médiévale, la reconnaissance de visages numériques, l’analyse des selfies, ou encore la justice.

  • 2 Ricœur, Paul. Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

2Bien que l’objectif de l’ouvrage ne soit pas une réflexion sur le terme d’« identité », celle-ci est convoquée à travers les notions afférentes de mêmeté et d’ipséité, terminologie empruntée à Paul Ricœur dans son ouvrage Soi-même comme un autre2. Ces notions permettent l’introduction des termes choisis, à savoir « identification » et le néologisme « dé-identification », ce choix faisant l’objet d’une argumentation claire et précise qui permet de situer le propos de l’ouvrage.

3La première partie s’intéresse à la typologie des traces et la dé-identification sous différents angles. Les traces peuvent être matérielles et immatérielles, conduisant tant à l’identification qu’à la dé-identification. Jean-Marc André démontre que la recherche des traces laissées par l’assassin conduira à l’identification de la victime, du mobile et du meurtrier, alors que parallèlement l’enquêteur devra se dé-identifier pour trouver des indices et résoudre le crime. Il deviendra provisoirement anonyme, perdant ses signes distinctifs. A contrario, l’identification de l’assassin conduira finalement à sa dé-identification, car celui-ci ne deviendra qu’un numéro dans un centre pénitentiaire en cas de succès de l’enquêteur. Les traces inhérentes à ce processus se définissent comme des preuves, des indices laissés involontairement et matériellement quantifiables. La thérapeute Nicole Bosc centre son propos sur les traces en tant que blessures enfouies chez l’individu qui ont conduit à l’échec du mode de structuration de l’expérience individuelle. Un long processus dynamique de déconstruction et reconstruction est nécessaire pour restructurer l’expérience et redéfinir l’identification. La typologie des traces présentées recouvre tant le domaine du tangible que celui de l’insubstantiel. La fiction participe également dans ce mouvement incessant entre l’identification et son contraire. Les traces, en tant qu’origine de la fiction, font partie du processus identificatoire suivi par Sherlock Holmes, selon Nathalie Jaëck. La réalité, répertoriée et analysée, se définit en tant que succession de répétitions, dont l’intérêt réside dans les variations. Ces traces permettent la génération de la vérité, non pas comme identification, mais comme production, c’est-à-dire comme illusion fictive. Par conséquent, ces communications mettent en avant le double processus de la trace. Celle-ci contribue à la production de la dé-identification et, en même temps, s’érige en tant qu’élément entravant la mise en œuvre du processus.

4À qui et à quoi sert l’identification est la question posée dans la deuxième partie de cet ouvrage. En effet, l’identification n’est pas une fin en soi, mais bien un processus dont les applications sont nombreuses. Trois communications servent à illustrer le pourquoi de l’identification, dans des domaines distincts, bien que complémentaires : l’histoire médiévale, la communication et les arts visuels. L’identification des saints permet de définir leur identité. Alors que le monde gréco-romain accordait une importance primordiale à l’aspect physique puisque celui-ci était le reflet du caractère, le Moyen Âge a choisi de mettre l’accent sur les vices et les vertus indépendamment de leur apparence extérieure. Ainsi, leur représentation passe par les symboles, seuls éléments permettant leur identification. Dans le monde actuel, Anne Beyaert-Geslin analyse la configuration de l’identité des amateurs de selfie. La dimension communicationnelle et de partage est ce qui définit le mieux cette pratique. La représentation singulative du selfie, qui remplace une image par une autre pour sa visualisation et sa validation, permet à l’individu de se situer dans son environnement et de se valoriser socialement. Cette pratique n’a donc pas vocation à poursuivre l’identité ou à matérialiser la continuité d’une vie comme le font les autoportraits artistiques. Sa vocation est autre : l’individu cherche à se réinventer et se réinstaurer sous la même apparence par l’appropriation des valeurs institutionnalisées de sa communauté. Le processus d’identification, dans le domaine artistique, a évolué de la reproduction ou la transmission d’un objet vers la re-mise en scène des gestes, attitudes et pensées de l’artiste, selon les propos de Sandra Métaux. En effet, le principe d’identification esthétique repose sur la transmission de l’artiste-chercheur à l’utilisateur-artiste, à travers l’interaction, étant donné que le spectateur peut agir sur l’œuvre et son évolution car l’œuvre est un work in progress. Cette esthétique, fondée sur l’interactivité et la reproductivité, permet la pérennisation de la mémoire et, par conséquent, l’identification à travers une réécriture de l’histoire. Ainsi, les différents terrains d’investigation offrent au lecteur une perspective riche et variée des dynamiques du processus d’identification et de sa finalité.

5La troisième partie renvoie partiellement à la première par l’étude des relations qui unissent l’identification et la fiction. Allain Glykos met en exergue les liens avec le réel de l’écrivain et du lecteur. Le premier entretient une relation de complicité, alors que le second a une relation de confiance. La notion de faux témoignages dans la littérature est inopérante, puisqu’une fiction, et plus particulièrement un roman, n’a pas pour mission d’être fidèle à la réalité. L’écrivain écrit pour se rendre visible à lui-même et non pas pour transmettre un message ; il peut prendre des fragments de réalité et les intégrer dans sa fiction. Ainsi, Glykos affirme que la vérité du roman se situe dans le romanesque et non pas dans la véracité historique des faits. La culture matérielle permet également la création de fiction. La communication de Michel Pernot rend compte des divers types de traces matérielles auxquelles l’archéologue peut être confronté. Celles-ci offrent des traces non seulement de l’objet en question, mais de la société qu’elles représentent. Tant les scientifiques que les artistes utilisent ces marqueurs temporels afin de reconstituer le passé, tout en y intégrant une part de fiction afin de combler les lacunes que les traces laissent nécessairement. Le domaine fictionnel est particulièrement mis en avant dans la science-fiction, versant étudié par l’écrivaine Sylvie Lainé-Cruzel. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un univers mimétique, les personnages de science-fiction construisent leur identité grâce à des marqueurs d’identité qui permettent l’identification du lecteur. Ce dernier ressent les émotions induites par la situation et les personnages, même si ceux-ci s’éloignent de leur conception traditionnelle du monde et de la réalité. Le lecteur peut aussi se dé-identifier si le personnage est privé des marqueurs identitaires habituels ou passer d’un état à l’autre en fonction de sa sensibilité personnelle. L’identification peut amener à l’incarnation à travers l’empathie ressentie pour un personnage, ce qui l’amènera à donner une substance au personnage et de cette manière, à pouvoir se l’approprier. À la lumière de ces travaux, il est évident que l’identification de ce qui n’existe plus ou a été effacé reprend vie grâce à la fiction, domaine dont la place est de premier ordre dans ce processus.

6La quatrième partie va plus loin dans l’analyse des relations entre identification et dé-identification, notamment avec la contribution de Maria Caterina Manes Gallo qui étudie le va et vient complexe entre l’un et l’autre dans un contexte d’interaction orale. Pour mettre en place le processus d’identification discursive de chaque locuteur, ils doivent prendre position. Le locuteur s’identifie, alors que l’interlocuteur se dé-identifie par rapport à l’identité discursive projetée par son partenaire, l’identité étant un mécanisme de co-construction favorisé par l’échange. Ce double mouvement souligne l’écart entre l’identité projetée et la prise de position du partenaire pour écarter cette identité. Outre l’identification discursive, l’identification d’un individu passe par la reconnaissance du visage ce qui nous permet, selon Jean-Yves Baudouin, de reconnaître une personne même si les expressions changent et d’identifier ses émotions même si celle-ci nous est inconnue. L’effet de prototype, de distinctivité et de caricature, l’origine ethnique, les fausses identifications ou encore le rôle des catégories sociales sont des modèles utilisés par la psychologie pour rendre compte de ces phénomènes d’identification ou de dé-identification. Toutes les dimensions du visage sont intégrées pour accéder à l’individualité du visage. La dernière contribution, dont Aurélie Bugeau, Vinh-Thong Ta, Geoffrey Letournel, Jean-Philippe Domenger et Maria Caterina Manes Gallo sont les auteurs, présente une méthode, encore à l’état expérimental, permettant de dé-identifier in fine des visages pour rendre difficile l’identification tout en préservant les indices du comportement non verbal. La méthode exposée est celle du lissage adaptatif des différentes zones d’intérêt du visage. Ainsi, à travers ces trois études, cette partie met en lumière les nouvelles connaissances émergentes de ce processus d’identification et de dé-identification.

7Cet ouvrage scientifique, destiné à un public spécialisé, est un travail qui s’inscrit dans les débats actuels. Il prend en compte différentes époques, aires géographiques et domaines d’étude qui s’opposent et s’enrichissent mutuellement, afin d’offrir au lecteur un panorama, nécessairement incomplet étant donnée l’amplitude de la thématique, mais néanmoins riche et complémentaire, rendant compte de la complexité des relations qu’entretiennent les notions d’identification et de dé-identification.

Haut de page

Bibliographie

Manes Gallo, Maria Caterina (dir.). Identification de… et dé-identification. Entre traces(s) et fiction(s), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2018, 197 p.

Ricœur, Paul. Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, 432 p.

Haut de page

Notes

1 Manes Gallo, Maria Caterina (dir.). Identification de… et dé-identification. Entre traces(s) et fiction(s), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2018, p.7.

2 Ricœur, Paul. Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adelina LAURENCE, « Compte rendu de l’ouvrage Identification de… et dé-identification. Entre traces(s) et fiction(s) », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/3406

Haut de page

Auteur

Adelina LAURENCE

Adelina Laurence est doctorante à l’université de Poitiers (MIMMOC) en cotutelle avec Grenade (Lenguas, Textos y Contextos), sous la direction d’Elvire Diaz et d’Encarnación Alonso Valero. Sa thèse porte sur les Représentations de la femme dans le théâtre espagnol contemporain. Corps et sexualité chez Laila Ripoll et Federico García Lorca. Ses thématiques de recherche sont le théâtre espagnol contemporain, le rôle de la femme, les représentations du corps et le devoir de mémoire.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page