Navigation – Plan du site
Travail servile

Les politiques publiques de peuplement de la Caroline du Sud au prisme de la servitude sous contrat et de l’esclavage, 1670-1776

Lawrence Aje

Résumés

Cet article examine les politiques publiques de peuplement de la Caroline du Sud au prisme de la servitude sous contrat et de l’esclavage à l’époque coloniale. Il montre en particulier combien le développement de la pratique de l’esclavage détermine les politiques publiques du territoire en matière d’émigration et de défense. Ce faisant, il met en évidence combien des facteurs d’ordre économiques, démographiques et de sécurité publique conduisent progressivement la Caroline du Sud à organiser sa hiérarchie sociale selon des critères raciaux en minimisant des questions de classe, de condition juridique ou d’origine nationale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La partie des Carolines qui nous intéresse dans cet article est le sud de la province coloniale qui (...)

1La Caroline du Sud1 joue un rôle de première importance dans le développement de l'esclavage étatsunien. En revanche, il est moins connu que la province a eu recours à des serviteurs engagés, à l'instar de la Virginie ou du Maryland, pour le défrichement du sol et les pénibles labeurs liés à la colonisation de son territoire. Or, contrairement à la région de la Chesapeake, le recours à l'esclavage ne se produit pas de façon consécutive à l'adoption d'une main-d'œuvre sous contrat blanche, mais de manière concomitante. De sorte qu'en Caroline du Sud, la coexistence de différentes conditions juridiques non-libres dès le peuplement du territoire révèle des dynamiques sociales différentes que dans les autres colonies qui passent par une étape de codification juridique de l'esclavage selon des critères raciaux. Cet article examine les politiques publiques de peuplement de la Caroline du Sud au prisme de la servitude sous contrat et de l’esclavage à l’époque coloniale. Il montre en particulier combien le développement de la pratique de l’esclavage détermine les politiques publiques du territoire en matière d’émigration et de défense. Ce faisant, il met en évidence combien des facteurs économiques, démographiques et de sécurité publique conduisent progressivement la Caroline du Sud à organiser sa hiérarchie sociale selon des critères raciaux en minimisant des questions de classe, de condition juridique ou d’origine nationale.

Peuplement du territoire, politique de défense et de sécurité

  • 2 Richard S. Dunn. Sugar and Slaves: the Rise of the Planter Class in the English West Indies, 1624-1 (...)
  • 3 SAL, Vol. II, p. 546-547.
  • 4 SAL, Vol. I, p. 429 ; SAL, Vol. II, p. 133.
  • 5 Donald J. Duncan. “Servitude and Slavery in Colonial South Carolina, 1670-1776,” Ph.D., Emory Unive (...)
  • 6 Warren B. Smith. White Servitude in Colonial South Carolina, Columbia, SC: University of South Caro (...)

2En 1663, Charles II fait concession des Carolines, un territoire situé entre la Virginie et la Floride espagnole, à huit seigneurs. Le peuplement du territoire ne débute que dans les années 1670. Pendant les deux premières décennies de la colonie, les colons, qu'ils soient blancs ou de couleur, libres ou asservis, proviennent majoritairement de la Barbade2. Peupler ce vaste territoire au climat insalubre, bordé de tribus amérindiennes, parfois hostiles, et menacé, au sud, par les possessions espagnoles catholiques en Floride3, et à l’ouest par la présence française, constitue un défi de taille auquel sont confrontés les seigneurs. Outre la liberté de conscience que la Caroline du Sud offre aux colons, excepté aux catholiques, son atout majeur demeure sa politique d'octroi de terres aux émigrants qui s’installent dans la colonie4. Les colons reçoivent une concession de terre dont la taille varie selon l’époque, le sexe et l'âge des bénéficiaires mais également du nombre de serviteurs sous contrat ou d’esclaves que ceux-ci importent dans la province. Au terme de leur service, les serviteurs engagés peuvent également prétendre à une concession de terre pour laquelle ils sont tenus de s'acquitter d'une taxe foncière d'un montant négligeable, le quitrent. Après 1682, on réduit le nombre d’acres dont peuvent bénéficier les colons de 150 à 50 acres, quelle que soit leur condition juridique5. La diminution dans le temps de la taille des concessions octroyées vise à favoriser la cohésion du peuplement du territoire6. Pour des raisons de sécurité, on juge préférable que les habitations ne soient pas trop éloignées les unes des autres. Car bien qu'il vise en premier lieu à pallier le manque de main-d'œuvre, le recrutement des colons, libres ou serviteurs engagés, est indissociable de la politique de peuplement de la Caroline du Sud par une population blanche, notamment masculine, susceptible de renforcer la sécurité de la colonie contre une menace extérieure amérindienne, mais également contre une menace intérieure, les esclaves dont la population ne cesse de croître au XVIIIe siècle.

  • 7 Les lois de 1712 et 1716, sont adoptées au moment des guerres qui opposent les Sud Caroliniens aux (...)
  • 8 Le ratio d'un serviteur blanc pour six esclaves qui prévaut en 1698 est diminué de 1 à 10, en 1716. (...)
  • 9 SAL, Vol. II, p. 386.

3Face à la difficulté de peupler son territoire, la Caroline du Sud doit se résoudre à financer sur les deniers publics l'importation et l'installation de colons. Ainsi, à plusieurs reprises entre 1698 et 1726, les autorités promulguent des lois qui offrent une prime aux capitaines de vaisseaux transportant des serviteurs de sexe masculin âgés de plus de douze ans7. Parmi ces lois, celles de 1698, de 1712 et de 1717, prévoient notamment que les maîtres engagent un serviteur blanc pour un nombre déterminé d’esclaves ou de superficie de terre cultivée8. Il incombe au Receveur général (Public Receiver) de faire l'acquisition des émigrants, puis de vendre leur temps de service auprès des maîtres d’esclaves, contre un paiement immédiat ou différé9.

  • 10 Ibid., p. 641-646 ; SAL, Vol. VII, p. 611-647.
  • 11 Extract from the instructions to Robert Johnson, Esq., Governor of South Carolina, 10 juin, 1730, d (...)

4En 1717, les Yamassee sont contraints de quitter leurs terres situées dans le sud de la province après leur défaite dans le cadre du conflit qui les oppose aux colons. Les autorités sud caroliniennes réservent ces terres laissées vacantes aux protestants blancs que l’on invite à s’installer dans la province, à la condition explicite qu'ils soient capables de porter des armes. Les femmes seules peuvent également prétendre à ce dispositif, si elles importent des serviteurs hommes blancs10. La politique de renforcement sécuritaire de la colonie se poursuit, lorsqu'en 1731, en vue d'établir un périmètre de sécurité avec les Indiens Cherokees, et se prémunir contre les incursions espagnoles, la Caroline du Sud prévoit de financer, pendant une période de sept ans, la création de onze communes (townships) dans l'arrière-pays et dans le sud de la province. Chaque famille de pauvres protestants (poor Protestants) d'Europe qui s'installe dans les townships est éligible à une concession de 50 acres, pour chacun des membres qui la compose, et se voit exonérée du versement d'un loyer pendant dix ans. Une fois le nombre de cent foyers atteint, ces townships sont autorisés à envoyer deux membres à l'Assemblée de la colonie afin de jouir de droits et privilèges équivalents aux autres paroisses de la province11.

  • 12 Cette taxe est initialement plus élevée pour les esclaves originaires de la Caraïbe (20 shillings) (...)
  • 13 SAL, Vol. VII, p. 367; 370.
  • 14 SAL, Vol. III, p. 340.
  • 15 South Carolina Gazette, 20 août 1737; JCHASC, 1739-1741, p. 124.
  • 16 SAL, Vol. III, p. 558.
  • 17 Ibid., p. 556-558.
  • 18 Ibid., p. 558.

5Les autorités caroliniennes s'inquiètent très tôt de la croissance effrénée de la population esclave, tandis que la population blanche du territoire croît timidement, en raison d’une immigration faible et d’un fort taux de mortalité. Aussi, dès 1703, la Caroline du Sud applique une taxe douanière sur les esclaves importés. A défaut de juguler les importations d’esclaves, cette mesure de portée peu dissuasive doit, l’espère-t-on, constituer une source de revenus pour financer l’installation de colons blancs. La taxe est augmentée à plusieurs reprises entre 1703 et 1764, passant de 10 shillings pour tout esclave âgé de plus de huit ans originaire d'Afrique, à £100 en 176412. Signe de l'inquiétude que provoque la croissance de la population esclave, alors que la colonie est engagée dans des guerres indiennes, le montant de la taxe passe de deux livres à 40 livres entre 1714 et 171713. La recette douanière sur les esclaves constitue une partie des fonds servant au financement des townships14. Or, dès la fin des années 1730, au grand désarroi des autorités, la trésorerie de la colonie ne permet plus de financer l'installation des migrants15, compromettant ainsi la sécurité de la colonie qui peine à augmenter le nombre d'hommes blancs capables de la défendre. La croissance de la population esclave, et les dangers grandissants qui en découlent, ne semblent cependant pas alarmer les maîtres. Jusqu'en 1744, et ce malgré la Révolte esclave de Stono de 1739, qui conduit à la mort de 25 Blancs, et à un nouveau rappel des autorités à importer des colons blancs16, de nombreux acquéreurs d'esclaves profitent de façon abusive d'une disposition de la loi les autorisant à ne pas s'acquitter immédiatement de la taxe douanière, dont ils jugent le montant prohibitif17. Après 1744, on exige des maîtres qu'ils s'acquittent immédiatement de la taxe douanière au moment de l'acquisition des esclaves18.

  • 19 Ibid., p. 739 ; 741-742 ; 782 ; Duncan, op. cit., 411.
  • 20 Robert Lee Meriwether. Expansion of South Carolina, Kingsport, Tenn.: Southern publishers, inc., 19 (...)
  • 21 Meriwether, op.cit.,p. 257.

6Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les recettes douanières sur les esclaves permettent donc de financer l'arpentage des terres, l'installation et la venue de pauvres protestants d'Europe libres, âgés de moins de cinquante ans et de plus de douze ans, à qui l'on offre de généreuses concessions, des outils ainsi que de l'argent en espèces19. Entre 1761 et 1768, le Bounty Act qui accorde 4 £ pour chaque migrant importé en Caroline du Sud, ainsi que 20 shillings pour l'émigrant, permet d'attirer plus de trois milles émigrés libres majoritairement d'origine irlandaise et allemande, dont un grand nombre s'installe dans l'arrière-pays20. Parmi ces migrants figurent des serviteurs sous contrat que des maîtres importent illégalement en les faisant passer pour libres. Cette violation de la loi permet aux maîtres de recevoir indûment des concessions tout en profitant du labeur des serviteurs21.

  • 22 Leon, A Higginbotham. In the Matter of Color: The Colonial Period, Oxford: Oxford University Press, (...)
  • 23 Duncan, op.cit., p. 51-52 ; 101 -102 ; Chapman J. Milling (éd). South Carolina Two Contemporary Des (...)
  • 24 Wood. Black Majority, op.cit., p. 62-69.
  • 25 Voir par exemple les serviteurs, probablement irlandais, importés sur le navire Irish Volunteer en (...)

7Il n'est pas aisé de chiffrer avec exactitude le nombre d'engagés blancs qui migrent en Caroline du Sud. Leon Higgingbotham estime qu'ils représentent un tiers de la population immigrée entre 1682 et 170822. Leur nombre est toutefois suffisamment élevé pour justifier que l'on légifère spécifiquement à leur sujet à deux reprises en 1717 et en 1744. Cependant, si on exclut les pics d'arrivées de serviteurs blancs, c'est à dire l'installation des Barbadiens dans les années 1670, la migration allemande (après 1730 mais également dans les années 175023) et la migration irlandaise (après 1750), cette émigration est irrégulière et assez décevante au regard des efforts politiques déployés pour l'encourager. Ces efforts se montrent définitivement vains après l'adoption par la Caroline du Sud d'une économie de plantation qui repose de façon grandissante sur le labeur esclave24. Au lendemain de la Révolution américaine, on recense de façon très exceptionnelle l’arrivée de serviteurs engagés blancs en Caroline du Sud25.

Développement de l'esclavage

  • 26 Dunn, op.cit., p. 70-73 ; David W. Galenson. “The Rise and Fall of Indentured Servitude in the Amer (...)

8Il faut dire que pour les planteurs de Caroline du Sud, l'insalubrité des marécages, les épidémies de fièvre jaune, ajoutée à l'introduction de cultures très exigeantes en main-d'œuvre - celles de l'indigo, du riz et du coton - sont autant de facteurs qui militent en faveur de l'importation d'esclaves noirs, dont la constitution physique est jugée plus apte à résister à la rudesse du climat et à la pénibilité du labeur. Contrairement à la Virginie qui n’adopte que progressivement une main-d’œuvre esclave noire, les premiers propriétaires, qui s’installent dans les Carolines en provenance de la Barbade, importent la pratique de l’esclavage qui existe déjà sur l’île. Aussi, dans les Carolines le même phénomène de substitution d’une main-d’œuvre engagée blanche par des esclaves africains n’a pas eu lieu. Outre les arguments climatiques mis en avant par les planteurs, ces derniers apprécient de pouvoir bénéficier de concessions de terres pour chaque esclave importé et du caractère perpétuel et héréditaire du statut d’esclave. Autre avantage notable, à mesure que la traite triangulaire gagne en intensité, le prix d'acquisition d'un esclave devient au XVIIIe siècle bientôt équivalent, puis inférieur, à celui d'un serviteur sous contrat26.

  • 27 Eugene M. Sirmans. Colonial South Carolina: A Political History, 1663-1763, Chapel Hill: University (...)
  • 28 A savoir, 52,19% de la population totale. BPRO, 1701-1710, 203-204 ; David Eltis. The Rise of Afric (...)
  • 29 Kenneth Morgan. Slave Sales in Colonial Charleston”, The English Historical Review 113, no. 453 (1 (...)
  • 30 Governor James Glen to the Board of Trade, 1754. 26 août 1754. Elizabeth Donnan. Documents Illustra (...)
  • 31 Donnan. Documents Illustrative, op.cit., p. 303.
  • 32 Milling, op.cit., p. 109. Sur la rentabilité des esclaves par rapport au coût des serviteurs engagé (...)
  • 33 John Wareing. Indentured Migration and the Servant Trade from London to America, 1618-1718, New Yor (...)
  • 34 Milling, op.cit., p. 30; Donnan. “Slave Trade,” op.cit, p. 807. Données calculées à partir de Green (...)

9Les Caroliniens du Sud importent un nombre grandissant d'esclaves en provenance d'Afrique à partir des années 1690, au moment où l'économie liée à la culture du riz fleurit27. La population asservie croît de façon exponentielle, si bien que, dès 1708, le nombre d'esclaves, noirs et indiens, excède le nombre de Blancs en Caroline du Sud28. En 1740, la population esclave représente 70 % de la population totale29. Le montant prohibitif des taxes douanières sur les esclaves, ajouté à la troisième guerre intercoloniale américaine (1744-1748) perturbent la traite, conduisant à une baisse drastique dans le nombre des importations d’esclaves dans les années 1740. Si dans un premier temps les planteurs acquièrent les esclaves à crédit sur la prochaine récolte de riz, à mesure que la demande en esclaves croît significativement après 1750, leur prix augmente de près de soixante dix pourcent, tandis que désormais les négriers exigent un paiement immédiat ou par obligations avec des intérêts30. Cependant, le nombre d’esclaves ne décroît pas pour autant. En 1749, James Glen, le Gouverneur de Caroline du Sud, note l'augmentation constante de la population esclave qu’il attribue à la croissance naturelle31. Dans les années 1750, le coût d'acquisition d'un esclave est amorti en cinq ans, rendant cette forme de labeur très intéressante sur le plan économique. Le coût des esclaves augmente à la veille de la Révolution américaine32 au moment où, pour la première fois, la croissance naturelle des esclaves permet d'inverser le taux de mortalité et de réduire le nombre des importations33. Malgré l’adoption de tarifs douaniers prohibitifs à la fin des années 1760 et l’interdiction des importations en 1770, de 1760 à la Révolution américaine, la population esclave représente peu ou proue 60% de la population totale de la colonie34.

  • 35 L'esclavage amérindien est également suscité par le commerce en peaux de daim, en armes, et en escl (...)
  • 36 Lauber, op.cit., p. 136 ; SAL, Vol. II, p. 324-326.
  • 37 JGCSC, 1692, p. 45-46 ; John Henry Logan. A History of the Upper Country of South Carolina: From th (...)
  • 38 SAL, Vol. II, p. 671 ; Edgar, op.cit., p. 137; Gallay, Alan (éd). Indian Slavery in Colonial Americ (...)
  • 39 Ainsi, en 1728, St Thomas Parish comptait 60 esclaves amérindiens, 950 esclaves noirs et 565 Blancs (...)

10La Caroline du Sud se distingue par le fait que la colonie n'asservit pas que des Africains. Entre 1671 et 1717, des milliers de prisonniers de guerre amérindiens, faits captifs dans le cadre des conflits intertribaux ou qui opposent les colons aux tribus hostiles, sont réduits en esclavage35. L'asservissement des Indiens est encouragé par les autorités36. Malgré des interdictions ponctuelles interdisant la pratique de les déporter, la majorité des esclaves indiens sont vendus dans la Caraïbe ou dans les colonies du Nord, au motif principal qu'ils représentent une menace en demeurant en Caroline du Sud37. Au début du XVIIIe siècle, la population servile de Caroline du Sud est composée à 12 % par des esclaves indiens38. Dans les années 1730, avec l'intensification de la traite transatlantique, la pratique d’asservir les Indiens tombe progressivement en désuétude39.

  • 40 Wood, op.cit., p. 102 ; Meriwether, op.cit., p. 39.
  • 41 SAL, Vol. VII, 479.
  • 42 South-Carolina Gazette, 24 mai 1735.
  • 43 Smith, op.cit., p. 22; Milling, op.cit., p. 135.
  • 44 Voir Galenson. “The Rise and Fall...,” op.cit.
  • 45 Daniel C. Littlefield. Rice and Slaves: Ethnicity and the Slave Trade in Colonial South Carolina, U (...)

11En Caroline du Sud, pendant les premières années de la colonie, certains foyers comptent des esclaves indiens, noirs et des serviteurs sous contrat blancs40. La spécialisation des tâches selon des critères raciaux ne semble pas attestée au XVIIIe siècle. On emploie des esclaves et des serviteurs pour les mêmes travaux de défrichage41 et jusque dans les années 1730, il arrive que l’on emploie des servantes sous contrat blanches pour les travaux des champs42. A mesure du développement démographique de la colonie, on assiste à une division des tâches. Les esclaves noirs, dont le nombre ne cesse de croître, cultivent les champs ou réalisent les travaux pénibles tandis que les Blancs, qu’ils soient libres ou engagés, exercent des emplois plus qualifiés, comme ceux d’artisans ou d'ouvriers mécaniciens43. Or, après les années 1750, la qualification artisanale grandissante des esclaves, rend moins attractive l'importation de serviteurs blancs dont la source tarit44. En 1751, James Glen résume parfaitement l’avantage que représente la main-d'œuvre servile noire auprès de la Commission du Commerce (Board of Trade) en soulignant que désormais de nombreux esclaves sont nés dans la colonie, maîtrisent l'anglais et ont été formés par leurs maîtres à des métiers artisanaux45.

Emigration forcée et solidarités de classe

  • 46 Rowland et al, op.cit., p. 70.
  • 47 Duncan, p. 56 ; Smith, op.cit., p. 39. Sur le cas de prisonniers reconnus coupables de crimes capit (...)
  • 48 Smith, op.cit., p. 29-30.
  • 49 Theo. D. Jervey. “The White Indented Servants of South Carolina”, The South Carolina Historical and (...)
  • 50 Smith, op.cit., p. 36-37 ; Marguerite B. Hamer. “The Fate of the Exiled Acadians in South Carolina, (...)
  • 51 Rowland et al, op.cit., p. 70.
  • 52 SAL, Vol. IV, p. 31. Hamer, op.cit., p. 205.
  • 53 George Howe. History of the Presbyterian Church in South Carolina, Volume I, Columbia, Duffie & Cha (...)

12En raison de la difficulté à attirer des colons, dès les années 1680, la Caroline du Sud doit se résoudre, malgré sa réticence, à accueillir des bannis, à l'instar des covenantaires presbytériens écossais, qui résistent à l'imposition de l'église épiscopale46. Entre 1718 et 1729, ce sont près de 150 condamnés, hommes et femmes, qui sont vendus aux enchères publiques comme serviteurs47. De la même façon, après les Révoltes Jacobites de 1715 et de 1745, c'est sous bonne garde que l'on oblige plus de deux cents rebelles des Highland écossais à signer des contrats d'engagés pour une durée de sept ans48. Ils sont reconnus pour être des soldats aguerris. Aussi, dès leur arrivée, le Gouverneur de Caroline du Sud s'empresse d'acquérir trente-deux prisonniers qu'il envoie immédiatement sécuriser la frontière indienne49. Enfin, parmi le près de millier d'Acadiens qui trouvent refuge en Caroline du Sud en 1755 et 1756, après avoir été expulsés de la Nouvelle-Ecosse50, un grand nombre est obligé de s'engager pour réduire le coût de leur prise en charge par les autorités publiques51. Les Acadiens sont répartis dans les 27 paroisses de Caroline du Sud. On leur interdit de quitter la paroisse dans laquelle ils ont été assignés52. Enfin, à l'instar d'Elizabeth Linning, il arrive que des serviteurs soient kidnappés en Europe par des capitaines de navires avides, en vue d'être engagés contre leur gré53.

  • 54 SAL, Vol. I, p. 1 ; 64.
  • 55 SAL, Vol. II, p. 23.
  • 56 SAL, Vol. II, p. 53.
  • 57 SAL, Vol. VII, p. 622-623.
  • 58 SAL, Vol. III, p. 623.
  • 59 JCHASC, 1703, p. 115 ; South-Carolina Gazette, 22 mars 1735. South-Carolina Gazette, 9 avril 1737.
  • 60 South-Carolina Gazette, 10 septembre 1737. Voir également le cas de l'esclave Harry qui passe pour (...)
  • 61 South Carolina Gazette, 22 octobre, 1744.
  • 62 South Carolina Gazette, 20 août 1737.
  • 63 "Indian Country" dans l'original, South Carolina Gazette, 9 juillet 1737.
  • 64 JCHASC, 1703, p. 120 ; JCHASC, 1724, p. 27
  • 65 Par exemple, le maître d'une esclave prénommée Sylla craint qu'elle ne cherche à regagner Les Bermu (...)
  • 66 Voir l'exemple de William Bridge, South Carolina Gazette 22 juillet 1737.
  • 67 South Carolina Gazette, 30 octobre 1736 ; South Carolina Gazette and General Advertiser, 1 janvier (...)
  • 68 SAL, Vol. II, p. 129.
  • 69 SAL, Vol. III, p. 15-16.
  • 70 Ibid., p. 626.

13Au regard de ces exemples de migrations non choisies, il n’est pas étonnant que dès les premières années de peuplement de la province, des serviteurs s'enfuient54. Dans un premier temps, on punit les fuyards en leur infligeant 28 jours de temps additionnel de service pour chaque jour d'absence55. Après 1691, les sanctions sont assouplies. Désormais, le temps de service supplémentaire ne peut excéder une semaine de service pour chaque jour d'absence et une année de service additionnelle, au-delà d'une semaine d'absence56. Après 1744, bien que le législateur déplore les nombreuses évasions de serviteurs sous contrat57, la peine totale encourue par les fugitifs ne peut excéder deux ans de service par rapport à la durée stipulée dans leur contrat58. Les serviteurs sous contrat s'enfuient parfois en compagnie d'esclaves et tentent de recouvrer leur liberté en quittant la colonie59. Qu’ils soient engagés blancs ou esclaves de couleur, les fugitifs passent parfois pour libres en travaillant à Charleston sans être inquiétés60. Les maîtres de Charleston redoutent que, dans leur fuite, les serviteurs sous contrat tentent de rejoindre les membres de leur communauté nationale, galloise ou irlandaise, de l'arrière-pays ou ne disparaissent hors des limites de la province61. Ainsi Patrick Welsh, un serviteur sous contrat dont on devine les origines galloises, choisit de se faire appeler John England lors de sa fuite, certainement pour dissimuler ses origines nationales62. Quant au maître de Sarah Logge, il subodore que sa servante sous contrat, qui a quitté son domicile en emportant avec elle des objets de valeurs, tentera de trouver refuge en pays indien63. Pour éviter que des serviteurs engagés sous la contrainte pour endettement fassent défection et rejoignent le territoire espagnol, on préconise qu'ils ne représentent qu'un tiers des soldats envoyés dans les garnisons situées au sud du territoire64. Les maîtres enjoignent également les maîtres de vaisseaux à redoubler de vigilance pour ne pas embarquer des serviteurs ou des esclaves qui passeraient pour des personnes libres et qui tenteraient de quitter la colonie par voie maritime65. Avant d’avoir été asservi à un maître, il n’est pas rare que des serviteurs sous contrat profitent du stationnement des navires dans le port pour s'enfuir66. Ceci vient compliquer la tâche des capitaines de navire qui sont également parfois engagés dans la recherche active de marins déserteurs67. Pour endiguer ce phénomène, après 1696, tout marin qui déserte son navire est passible de deux années de service en qualité d’engagé68. Après 1717, pour favoriser la détection des serviteurs sous contrat qui passent pour des personnes libres, les autorités exigent des maîtres qu'ils délivrent un certificat de liberté aux engagés au terme de leur période de service69. Cette mesure est reconduite en 1744, date après laquelle elle est étendue à tout individu blanc libre qui souhaite voyager70.

  • 71 South Carolina Gazette, 27 novembre 1736 ; South Carolina Gazette, 20 août 1737; South Carolina Gaz (...)
  • 72 Voir par exemple la récompense de Nicolas Trott pour son esclave Cyrus qui s'est échappé à plusieur (...)
  • 73 South Carolina Gazette, 23 juillet 1737.
  • 74 City Gazette, 12 août 1790.
  • 75 SAL, Vol. III, p. 16-18.

14Dans les années 1730, les primes de récompense pour la capture des serviteurs fugitifs, quelle que soit leur origine raciale, et des marins déserteurs, varie entre 5£ et 10£71. De façon intéressante, à la même période, les récompenses offertes pour la recapture des esclaves sont en moyenne inférieure et s'élèvent à 3£72. De façon exceptionnelle, comme dans le cas de Casar, l'esclave de Robert Wright, que l'on décrit comme étant bien bâti et parlant très bien anglais, on offre une récompense d’un montant plus élevé, 10£73. Les maîtres souhaitent décourager les solidarités de classe et récompensent plus généreusement les personnes qui peuvent prouver que leur esclave à bénéficié de l'aide d'un Blanc dans sa fuite74. De même, la loi punit de la peine de mort, sans bénéfice du clergé, tout serviteur sous contrat qui assiste un esclave dans sa fuite75. Contrairement aux esclaves, les motivations des serviteurs blancs de s'enfuir sont moindres, compte tenu des possibilités de mobilité sociale qui leur sont offertes une fois libérés et de leur durée de service qui est limitée dans le temps.

Servitude et liberté : la racialisation des conditions juridiques

  • 76 SAL, Vol. II, p. 30 ; SAL, Vol. II, p. 647 ; SAL, Vol. III, p. 15.
  • 77 Lawrence, S. Rowland, Alexander Moore et George C. Rogers Jr. The History of Beaufort County, South (...)
  • 78 SAL, Vol. II, p. 31 ; SAL, Vol. III, p. 20.
  • 79 SAL, Vol. III, p. 628.

15En effet, pour éviter tout abus, mais surtout encourager l'émigration européenne, à trois reprises entre 1687 et 1716, la durée de service des serviteurs qui n'ont pas signé de contrat avant leur arrivée en Caroline du Sud est fixée par la loi76. De façon générale, leur nombre d'années de service varie entre 2 et 7 ans77. Dans les premières années de la colonisation du territoire, outre les concessions de terre, le serviteur engagé reçoit, au terme de son service, un tonneau de maïs indien, une hache et une houe ainsi que des tenues vestimentaires78. En 1744, les gages que reçoivent les serviteurs émancipés se résument désormais à des vêtements et une concession de terre79. Les contrats des serviteurs engagés prévoient légalement leur libération à terme, leur conférant un statut juridique de personne libre en devenir. Or tandis que les serviteurs sous contrat blancs sont des citoyens en devenir, la Caroline du Sud place très tôt des entraves sur la manumission des esclaves et l’accès à la pleine citoyenneté des personnes de couleur libre.

  • 80 SAL, Vol. VII, 432-433 ; 436-437. Dès le XVIIe siècle la Caroline du Sud compte quelques Noirs libr (...)
  • 81 SAL, Vol. VII, p. 352.
  • 82 SAL, Vol. II, p. 671.
  • 83 JCHASC, 1724, p. 51.

16Les serviteurs engagés noirs ou Indiens sont peu nombreux, au regard de leurs homologues blancs80. Leur présence illustre néanmoins le fait que les autorités sud caroliniennes ne sont pas fondamentalement hostiles à leur existence. Cependant, dès le début du XVIIIe siècle, la loi articule la condition juridique des individus à leur origine raciale. Après 1712, le statut de libre des personnes non blanches (nègres, mulâtres, métis, indiens) est définie par la négative. Ainsi, le code esclave de 1712 stipule que seules sont libres les personnes de couleur qui ont été affranchies ou qui peuvent «  justifier qu'elles ne doivent pas être vendues » en qualité d'esclave81. A partir de 1716, l’origine raciale des esclaves recouvre un champ plus étendu pour faire référence — en outre des « nègres » et des Indiens — aux mulâtres et aux « mustees » ou « mestizoes », à savoir les métis nés de relations entre les noirs et les indiens82. Bientôt le terme « negro » devient synonyme d'esclave sans qu'il soit nécessaire de préciser la condition juridique à laquelle il renvoie83.

  • 84 SAL, Vol. III, p. 698 ; JCHASC, 1739-1741, p. 124 ; p. 322.
  • 85 SAL, Vol. VII, p. 384.
  • 86 Ibid., p. 396.
  • 87 La section 16 du Code noir, dans sa formulation même, place sur le même niveau syntaxique les libre (...)
  • 88 Peter H. Wood. Black Majority: Negroes in Colonial South Carolina from 1670 through the Stono Rebel (...)

17Cette synonymie, ou rapport d’identité entre l’origine raciale non blanche et la servitude perpétuelle se consolide dans le temps car, contrairement à l’obligation légale pour les maîtres de libérer les serviteurs sous contrat, l’affranchissement des esclaves demeure un acte exceptionnel laissé à l’appréciation des maîtres ou des autorités84. Après 1722, tout esclave émancipé est tenu de quitter la colonie dans un délai de douze mois au risque d'être asservi85. En 1735, ce délai est réduit à six mois. L’esclave banni du territoire ne peut y retourner pendant une période de sept ans, sous peine d’être asservi à nouveau86. Le Code noir de 1740 témoigne de façon manifeste de la difficulté pour le législateur à opérer une distinction entre les esclaves et les libres de couleur. Les lois qu’il recèle visant les personnes de couleur libres sont dans la majorité des cas une déclinaison de la législation qui s’applique aux esclaves87. Ces politiques restrictives ont pour effet que dans les années 1760, la Caroline du Sud ne compte qu’environ deux cents personnes de couleurs libres88.

Du renforcement de la hiérarchie socio-raciale et du dispositif sécuritaire du territoire

  • 89 William J. Rivers. A Sketch of the History of South Carolina to the Close of the Proprietary Govern (...)
  • 90 Duncan, op.cit., p. 56-62.

18Dès les premières années du peuplement du territoire, les hommes blancs, quelles que soient leur condition juridique, sont intégrés dans le dispositif de sécurité intérieure de la colonie. En 1708, le Gouverneur, Nathaniel Johnson, et le Conseil de la Province de Caroline du Sud estiment que la colonie dispose de 950 hommes blancs prêts à prendre les armes, répartis dans deux régiments d'infanterie composés de seize compagnies de cinquante hommes89. La nécessité urgente de renforcer le dispositif de défense de la colonie dans le cadre des guerres contre les Indiens conduit les autorités à faire l’acquisition de prisonniers rebelles écossais en 1716 pour les employer comme soldats. Ces « soldats sous contrat » sont susceptibles de voir leur période de sept ans de service réduite à 4 ans s’ils se distinguent par leur bravoure au combat. A la fin de leur peine on les autorise à rejoindre les rangs de l'armée et à recevoir le même traitement que les autres soldats90.

  • 91 SAL, Vol. II, p. 647.
  • 92 SAL, Vol. III, p. 25.
  • 93 SAL, Vol. IX, p. 633.
  • 94 SAL, Vol. III, p. 255.
  • 95 SAL, Vol. III, p. 255.
  • 96 JCHASC, 1726-1727, p. 17.
  • 97 JCHASC, 1703, p. 120 ; JCHASC, 1724, p. 27.
  • 98 JCHASC, 1739-1741, p. 25-26.

19A partir de 1716, en obligeant les serviteurs qui n’ont pas signé de contrat à servir au minimum cinq ans, la Caroline du Sud vise à s'assurer la garantie d'une présence masculine pendant cette durée91. Après 1717, les serviteurs sous contrat sont rémunérés à hauteur de 20 shillings par mois pour leur participation dans la milice92. Après 1721, au risque de se voir infliger une amende, les maîtres sont tenus de pourvoir en armes et en munitions les hommes serviteurs blancs qu'ils libèrent, afin que ceux-ci participent aux travaux de la milice93. Quatre ans plus tard, on exige des maîtres d'esclaves ou des grands propriétaires terriens qu'ils envoient un serviteur, armé et accoutré, pour servir dans la milice tous les six mois et en période d'alarme ou de revue d’inspection militaire94. Sont exclus de cette mesure les serviteurs condamnés et les serviteurs dont la durée de temps de service est inférieure à quatre ans95. En novembre 1726, on recommande de doter les cinq nouveaux forts érigés pour la défense du territoire avec des soldats, des Indiens, ainsi que des serviteurs blancs importés de Bristol pour un montant de 40 à 50 £ chacun. Ces serviteurs seront tenus de servir pendant quatre ans96. Toutefois, c'est précisément parce que l'on craint que des serviteurs engagés sous la contrainte pour endettement ne fassent défection et rejoignent le territoire espagnol, que l'on préconise qu'ils ne représentent qu'un tiers des soldats qui sont envoyés dans les garnisons situées au sud du territoire97. A l’instar des lois de 1698, de 1712 et de 1717, qui prévoient que les maîtres engagent un serviteur blanc pour un nombre déterminé d’esclaves, après novembre 1739, au lendemain de la Révolte esclave de Stono, on exige des maîtres possédant plus de dix esclaves âgés de plus de douze ans et des grands propriétaires terriens qu'ils fournissent un homme blanc qui servira dans la milice. Tout maître enfreignant la loi encourt une amende ou la réquisition de force d’un fils ou d’un serviteur. Les recettes des amendes sont allouées au financement de la patrouille employée à la sécurisation des parties du territoire où résident des esclaves98.

  • 99 Rivers, op.cit., pp. 232-233; SAL, Vol. VII, p. 32-33.
  • 100 SAL, Vol. III, 108 ; SAL, Vol. VII, 347-351.
  • 101 SAL, Vol. III, p. 109 - 110.
  • 102 SAL, Vol. IX, p. 660.
  • 103 SAL, Vol. III, p. 109 - 110.

20De façon assez étonnante, dès 1703, au moment où la Caroline du Sud subit les attaques répétées de la part des tribus indiennes, la milice est composée d'un nombre équivalent d’hommes esclaves. La loi prévoit que les capitaines recrutent pour chaque homme blanc de leur compagnie, un homme esclave de confiance armé d'un fusil ou d'une lance99. A plusieurs reprises, entre 1704 et 1719, on exige que des esclaves hommes de confiance, âgés entre seize et soixante ans, participent aux travaux de la milice en cas d’alarme. Les maîtres qui refusent d'envoyer leurs esclaves sont passibles d'une amende100. Un esclave qui peut établir avec le concours du témoignage d'un Blanc qu'il a tué un ennemi peut prétendre à 10£ de récompense101. Les serviteurs blancs et les esclaves de confiance qui se distinguent par un acte de bravoure et qui peuvent le prouver grâce aux témoignages de Blancs fiables sont libérés et leurs maîtres indemnisés pour la perte encourue102. La loi prévoit également d'indemniser sur les fonds publics les propriétaires dont les esclaves sont blessés ou tués dans le cadre des travaux de la milice103.

  • 104 Ibid., p. 109.
  • 105 SAL, Vol. IX, 649 ; 658-660.
  • 106 SAL, Vol. IV, p. 307

21La confiance dans les esclaves semble cependant avoir progressivement disparu au gré de l'augmentation de la population servile noire. Ainsi, en 1719, le nombre d’esclaves recruté ne peut être supérieur à celui des soldats blancs, ni excéder un sixième de la population totale esclave du territoire de sexe masculin âgés entre 16 et 60 ans104. Après 1747, en période d’alarme ou d’invasion, on continue d’autoriser des hommes esclaves de confiance à servir dans la milice en étant armés. Cependant, contrairement à dans le passé, où ils représentaient la moitié des effectifs de la milice, leur nombre ne peut désormais excéder entre un tiers et la moitié de la population esclave totale masculine âgée 16 à 60 ans. Toutefois, au même titre que tout « homme pauvre ou serviteur blanc », les esclaves peuvent toujours être affranchis pour tout acte méritocratique dans le cadre de leurs travaux de milice105. En revanche, tandis que les veuves et les orphelins des hommes indigents blancs et des serviteurs blancs peuvent bénéficier d’une pension, ce n’est pas le cas des familles d’esclaves miliciens qui n’ont pas d’existence légale106.

  • 107 JCHASC, 1725-1726, p. 43-44.
  • 108 SAL, Vol. III, p. 629.
  • 109 Ibid., p. 682.

22Bien que l’on autorise les esclaves à servir dans la milice et à lutter contre des menaces extérieures, ils ne sont pas employés dans les travaux de la patrouille visant à surveiller la population esclave, l’ennemi domestique. En revanche, le recours aux serviteurs dans les activités de police de la ville est attesté par le fait qu’en 1725, les autorités regrettent que la garde de Charleston soit composée majoritairement de serviteurs sous contrat et d'apprentis qui ne sauraient satisfaire pleinement aux exigences de surveiller la ville la nuit et travailler pour leur maître le jour107. Si en 1744, le code régissant la conduite des serviteurs sous contrat blancs, les exonère du devoir de patrouille et de milice, sauf en cas d'alarme108, deux ans plus tard tous les intendants de plantations et les serviteurs blancs sont à nouveau tenus de servir dans la patrouille109.

  • 110 Greene & Harrington, op.cit., p. 175-176.

23En 1765, la colonie recense sept à huit milles hommes susceptibles de servir dans la milice pour une population totale d'esclave de 80000 à 90000 esclaves. Dix ans plus tard, au moment de la révolution, la milice du territoire compte 14000 hommes pour une population esclave totale de 104000 esclaves.110 En une décennie, le taux d’encadrement de la population servile par la milice a donc presque doublé tandis que la population esclave ne croît que de 15,55%.

De la diversité des origines à l’homogénéité raciale

  • 111 JGCSC, (1692), p. 51.

24La Caroline du Sud met en oeuvre un système juridique racialement discriminatoire. A l’instar de la population blanche libre, les serviteurs blancs sous contrat et les Indiens en paix avec la colonie sont jugés par le Grand conseil (Grand Council)111 puis, plus tard, par le Tribunal des Sessions Générales, aussi connu sous le nom de Cour Supérieure (« Les libres traitement juridique). En revanche, les crimes et les délits commis par les personnes de couleur libres et les esclaves relèvent de la compétence d’une cour inférieure à savoir le Tribunal des magistrats et des propriétaires fonciers (Court of Magistrates and Freeholders).

  • 112 SAL, Vol. VII, p. 352.
  • 113 SAL, Vol. VII, p. 352-353.
  • 114 Cette loi est à nouveau adoptée en 1740. SAL Vol. VII, p. 386 ; 399 ; SAL, Vol. VII, 421.
  • 115 JCHASC, 1736-1739, p. 107
  • 116 SAL, Vol. VII, p. 414

25La population esclave ou libre d’origine africaine fait l’objet d’une discrimination légale explicitement raciste. Dès 1712, le code esclave admet que les plantations de la province ne sauraient être gérées et exploitées de façon satisfaisante sans les employer. Et d'ajouter que « les dits nègres et autres esclaves » sont d'une nature barbare et sauvage qui les rend incapables d'être gouvernés par « les lois, coutumes et pratiques » de la province. On justifie l’adoption du code esclave pour restreindre les actes de « désordres, de rapines et d'inhumanité » auxquels les esclaves sont naturellement enclins, tout en permettant d'assurer la sécurité des habitants du territoire112. Le code esclave renforce les mesures de surveillance de la population asservie en rendant passible d’une amende tout Blanc, quel que soit son statut, qui ne punirait pas de coups de fouets un esclave arrêté sans billet d'autorisation de son maître hors de sa plantation113. A trois reprises entre 1735 et 1751, on rappelle que tout homme blanc, de quelque statut juridique, est autorisé à battre, mutiler, voire tuer, en cas de résistance violente, tout esclave soupçonnée d’être en fuite ou qui refuserait de présenter son billet d’autorisation du maître114. C'est précisément au moment où la Caroline du Sud renonce à la pratique d'asservir les Amérindiens dans les années 1730, qu'elle encourage les tribus environnantes à chasser les esclaves fugitifs. Les Cherokees se voient ainsi proposer un fusil et un matchcoat, c'est-à-dire une tunique composée de peaux, dix milles pierres à fusil et six douzaines de hachettes pour tout esclave capturé115. Après 1740, tandis que la loi prévoit une récompense pour les Blancs et les Indiens libres qui permettent la capture d’un esclave fugitif, la population noire, qu'elle soit esclave ou libre, ne peut y prétendre116.

  • 117 SAL, Vol. I, p. 429-430 ; Johnson, George, Lloyd, Jr. The Frontier in the Colonial South: South Car (...)
  • 118 Edward McCrady. The History of South Carolina under the Proprietary Government, 1670-1719, New York (...)
  • 119 SAL, Vol. III, p. 3 ; 51; 136 ; 657.
  • 120 Ibid., p. 13; 623.
  • 121 Ibid., p. 624.
  • 122 Ibid., p. 625.

26Les différentes politiques de peuplement de la Caroline du Sud ont pour effet d'attirer des colons originaires de différents pays européens, qu’ils soient Français, Suisses, gallois, écossais-irlandais ou allemands117. A mesure des importations d'esclaves, la servitude sous contrat blanche et, plus largement, la politique de peuplement du territoire par une population blanche, se développe en opposition à l'esclavage racial, en atténuant les différences religieuses ou nationales qui un temps avaient été considérées comme rédhibitoires. Progressivement, les différences nationales ou confessionnelles se subsument dans une opposition binaire raciale entre Blancs et non-Blancs. Ainsi, alors que les élections de 1701 pour l'Assemblée avaient donné lieu à des plaintes car des étrangers, des huguenots, des juifs, des indigents, des marins, des serviteurs et des noirs libres avaient été autorisés à voter118, à quatre reprises entre 1717 et 1745, outre les obligations de posséder des biens imposables et d’être âgé de 21 ans, on insiste sur le fait que seuls peuvent voter les hommes blancs libres professant la religion chrétienne119. De façon très intéressante, pendant cette même période, les deux codes de 1717 et 1744, régissant la conduite des serviteurs sous contrat blancs précisent que bien que ces derniers soient passibles de coups de fouets pour certains crimes, cette punition ne saurait être qu’administrée par un officier de police ou une personne blanche120. Et en 1744, si on rappelle que tout serviteur blanc confisqué à un maître pour le protéger de mauvais traitements subis doit tout de même honorer à terme son contrat, son temps de service restant ne peut qu’être effectué que sous l’autorité d’une personne blanche121. Enfin, on souligne que bien que tout Blanc libre soit autorisé à s’assurer de l’identité d’un individu qu’il soupçonnerait être un serviteur sous contrat en fuite, seul un juge est habilité à ordonner que le fuyard se voit infligé des coups de fouets122.

  • 123 SAL, Vol. III, p. 20.
  • 124 Ibid., p. 20.
  • 125 SAL, Vol. VII, p. 396; 412.

27Tandis que les lois restreignant les manumissions freinent la croissance de la population de couleur libre, la Caroline du Sud s’évertue simultanément à prévenir l’apparition d’une population métisse. En 1717, est promulgué une loi visant à interdire les relations interraciales hors mariage en punissant de sept années de service tout individu qui s’engagerait dans de telles unions. Les enfants mulâtres nés de ces unions illicites sont tenus de servir jusqu’à l’âge de 21 ans, dans le cas d’un garçon, et 18 ans, s’il s’agit d’une fille123. Cette loi traduit la volonté de renforcer les lignes de séparation raciales en empêchant l’apparition d'une population de couleur métissée, qu’elle soit libre ou esclave124. De même, afin de faciliter la détection des esclaves dans l’espace public, excepté pour le port de la livrée, un code somptuaire de 1735, qui sera renouvelé en 1740, régit la tenue des esclaves afin que celle-ci ne soit pas supérieure à leur condition125.

Conclusion

  • 126 South-Carolina Gazette, 20 janvier 1784.
  • 127 South-Carolina Gazette, 5 décembre 1783.
  • 128 SAL, Vol. V, p. 38; 248.
  • 129 Ibid., p. 204.

28Malgré l'existence de situations exceptionnelles, de façon générale, il apparaît clairement que les logiques qui sous-tendent les politiques d'importation, d'exploitation économique et d'intégration (ou d’exclusion) sociale des serviteurs sous contrat et des esclaves diffèrent sensiblement. Tandis que le serviteur blanc devient au terme de son contrat un citoyen blanc, susceptible à terme de jouir de droits politiques, l'esclave qui bénéficie d’un hypothétique affranchissement est promu à la condition juridique de personne de couleur libre dont l'ascendance noire lui confère un statut socio-racial dégradé. Après la Guerre d'Indépendance, le statut de serviteur (servant) semble uniquement être l'apanage de personnes de couleur. Désormais, le terme serviteur semble revêtir de façon grandissante l'acception de domestique (house servant), ou de valet (waiting men)126 et devient une sous-catégorie de la condition d'esclave. De plus, dorénavant, on ne juge plus utile d'indiquer l'origine raciale des esclaves, sauf à faire la distinction entre ceux qui sont Noirs ou mulâtres127. En 1787, l'Assemblée de Caroline du Sud interdit l'importation des esclaves pendant une période de trois ans, sous peine qu'ils soient confisqués128. Dans le sillage de la Révolution de Saint-Domingue et de la Révolte de Gabriel Prosser en Virginie, cette interdiction est renouvelée à plusieurs reprises en 1792, 1794, en 1800 et en 1801129. Or en 1803, la Caroline-du-Sud est le seul État de la jeune république américaine à rouvrir la traite internationale d'esclave, conduisant à l’importation de près de 39000 esclaves. L’importation massive d’Africains jusqu’en 1808 participe à la diffusion homogène de la pratique de l’esclavage dans tout l’État ainsi qu’à son unification idéologique autour d’un intérêt économique dans la propriété servile, consolidant davantage une hiérarchie sociale articulée sur des fondements raciaux, et non de classe, alors que les conditions juridiques se réduisent désormais à celle de Blanc libre, de personne de couleur libre et d’esclave.

29Abbréviations

30BPRO : Records in the British Public record office relating to South Carolina

31JGCSC : Journal of the Grand Council of South Carolina

32JCHASC : Journal of the Commons House of Assembly of South Carolina

33SAL : The Statutes at Large of South Carolina.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires imprimées

American State Papers: documents, legislative and executive, of the Congress of the United States in Relation to the Public Lands, March 4 1789 -June 15, 1834. / selected and edited under the authority of the Senate of the United States by Walter Lowrie, Secretary of the Senate, Volume I. Washington: Duff Green, 1834.

Journal of the Grand Council of South Carolina, April 11, 1692- September 26, 1692. Salley, Alexander, S. (éd), Columbia, S.C.: Printed for the Historical commission of South Carolina, by the State company, 1907.

Journal of the Commons House of Assembly of South Carolina for the Two Sessions of 1697, Salley, Alexander, S. (éd), Columbia, S.C.,: Printed for the Historical Commission of South Carolina, by the State company, 1913.

Journal of the Commons House of Assembly of South Carolina for 1703, Salley, Alexander, S. (éd), Columbia, S.C.,: Printed for the Historical Commission of South Carolina, by the State company, 1934.

Journal of the Commons House of Assembly of South Carolina, June 2, 1724 - June 16, 1724, Salley, Alexander, S. (éd), Columbia, S.C.,: General Assembly of South Carolina, 1944.

Journal of the Commons House of Assembly of South Carolina, November 1, 1725 - April 30, 1726, Salley, Alexander, S. (éd), Columbia, S.C.,: Printed for the Historical Commission of South Carolina by the State company, 1945.

Journal of the Commons House of Assembly of South Carolina, November 15, 1726 - March 11, 1726/7, Salley, Alexander, S. (éd), Columbia, S.C.,: Printed for the Historical Commission of South Carolina by the State company, 1946.

Journal of the Commons House of Assembly of South Carolina, September 12, 1739- March, 25, 1741, Easterby, J.H. (éd), Columbia, S.C.,: Historical Commission of South Carolina, 1952.

Records in the British Public Record Office Relating to South Carolina, 1691-1697, Salley, Alexander S., (éd), Columbia, S.C.,: Printed for the Historical Commission of South Carolina, Atlanta, Ga.: Foote & Davis Company, 1931.

Records in the British Public Record Office Relating to South Carolina, 1701-1710, Columbia, S.C: Crowson Stone Printing Company, 1947.

The Statutes at Large of South Carolina.

-------------------------------------------------. Volume First, Containing Acts, Records, and Documents of Constitutional Character, arranged chronologically, Cooper, Thomas (éd), Columbia, S.C: A.S. Johnston, 1836.

-------------------------------------------------. Volume Second, Containing the Acts from 1682 to 1716, Inclusive. Cooper, Thomas & McCord, David James (éd), Columbia, Volume Second, containing the acts from 1682 to 1716, inclusive. Columbia, S.C: A.S. Johnston, 1837.

-------------------------------------------------. Volume Third, Containing the Acts from 1716, Exclusive, to 1752, Inclusive, Arranged Chronologically. Cooper, Thomas (éd), Columbia, S.C: A.S. Johnston, 1838.

-------------------------------------------------. Volume Fourth, Containing the Acts from 1752, Exclusive, to 1786, Inclusive. Cooper, Thomas & McCord, David James (éd), Columbia, S.C: A.S. Johnston, 1838.

-------------------------------------------------. Volume Fifth, Containing the Acts from 1786, Exclusive, to 1814, Inclusive. Cooper, Thomas & McCord, David James (éd), Columbia, S.C: A.S. Johnston, 1839.

-------------------------------------------------. Volume Seventh, Containing the Acts Relating to Charleston, Courts, Slaves and Rivers, McCord, David James (éd), Columbia, S.C: A.S. Johnston, 1840.

-------------------------------------------------. Volume Eight, Containing the Acts Relating to Corporations and Militia, McCord, David James (éd), Columbia, S.C: A.S. Johnston, 1840.

-------------------------------------------------. Volume Ninth, Containing the Acts Relating to Roads, Bridges and Ferries with Appendix Containing the Militia Acts prior to 1794, McCord, David James (éd), Columbia, S.C: A.S. Johnston, 1840.

Sources secondaires

Beckles, Hilary. “From Land to Sea: Runaway Barbados Slaves and Servants, 1630-1700,” in Gad Heuman (éd), Out of the House of Bondage. Runaways, Resistance and Marronage in Africa and the New World, London and Totowa, NJ: Frank Cass, 1986, p. 79-94.

Donnan, Elizabeth. Documents Illustrative of the History of the Slave Trade to America: Volume IV: The Border Colonies and The Southern Colonies, (1st ed. 1930-35), Buffalo, New York: William S. Hein & Co. inc., 2002.

----------“The Slave Trade into South Carolina Before the Revolution,” The American Historical Review 33, no. 4 (1928): 804-28.

Duncan, John Donald. “Servitude and Slavery in Colonial South Carolina, 1670-1776, ” Ph.D, Emory University, 1972.

Dunn, Richard S. Sugar and Slaves: The Rise of the Planter Class in the English West Indies, 1624-1713. Chapel Hill, Virginia: University of North Carolina Press, 2000.

Edgar, Walter B. South Carolina: A History, Columbia, S.C.: University of South Carolina Press, 1998.

Eltis, David. The Rise of African Slavery in the Americas, Cambridge, UK; New York, NY, USA: Cambridge University Press, 2000.

Galenson, David W. "The Rise and Fall of Indentured Servitude in the Americas: An Economic Analysis." The Journal of Economic History 44, no. 1 (1984): 1-26.

---------------------------"White Servitude and the Growth of Black Slavery in Colonial America." The Journal of Economic History 41, no. 1 (1981): 39-47.

Gallay, Alan. The Indian Slave Trade the Rise of the English Empire in the American South, 1670-1717, New Haven: Yale University Press, 2002.

----------------- (éd), Indian Slavery in Colonial America, Lincoln : University of Nebraska Press, 2009.

Greene, Evarts B. & Harrington, Virginia D. American Population before the Federal Census of 1790, New York: Columbia University Press, 1932.

Greene, Jack P. “Colonial South Carolina and the Caribbean Connection.” The South Carolina Historical Magazine 88.4 (1987): 192–210.

Hamer, Marguerite B. “The Fate of the Exiled Acadians in South Carolina.” The Journal of Southern History, vol. 4, no. 2, 1938, pp. 199–208.

Higginbotham, Leon, A. In the Matter of Color: The Colonial Period, Oxford: Oxford University Press, 1980.

Howe, George. History of the Presbyterian Church in South Carolina, Volume I, Columbia, Duffie & Chapman, 1870.

Jervey, Theo. D. “The White Indented Servants of South Carolina.” The South Carolina Historical and Genealogical Magazine 12, no. 4 (1911): 163-71.

Krauthamer, Barbara. Black Slaves, Indian Masters, Chapel Hill: University of North Carolina Press, 2013.

Lauber, Almon Wheeler. Indian Slavery in Colonial Times within the Present Limits of the United States, New York: Columbia University, 1913.

Littlefield, Daniel, C. Rice and Slaves: ethnicity and the slave trade in colonial South Carolina, (1st ed 1981), Urbana and Chicago: University of Illinois Press, 1991.

Logan, John Henry. A History of the Upper Country of South Carolina: From the Earliest Periods to the Close of the War of Independence. Charleston, Columbia: S.G. Courtenay & Co. ; P.B. Glass, 1859.

McCrady, Edward. The History of South Carolina under the Proprietary Government, 1670-1719, New York, London: The Macmillan company; Macmillan & co., ltd., 1897.

Meriwether, Robert Lee. Expansion of South Carolina. Kingsport, Tenn.: Southern publishers, inc., 1940.

Milling, Chapman. J. (éd). South Carolina Two Contemporary Descriptions by Governor James Glen and Doctor George Milligen-Johnston, Columbia, S.C.: University of South Carolina Press, 1951.

Morgan, Kenneth. “Slave Sales in Colonial Charleston,” The English Historical Review 113, no. 453 (1998): 905-27.

Morgan, Philip D. Slave Counterpoint: Black Culture in the Eighteenth-Century Chesapeake and Lowcountry. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1998.

Rivers, William J. A Sketch of the History of South Carolina to the Close of the Proprietary Government by the Revolution of 1719. Charleston: McCarter & Company, 1856.

Revill, Janie. A Compilation of the Original Lists of Protestant Immigrants to South Carolina, 1763-1773, Columbia, S.C.: The State Company, 1939.

Roper, H. Lou. Conceiving Carolina: Proprietors, Planters, and Plots, 1662-1729. New York: Palgrave Macmillan, 2004.

Rowland, Lawrence S., Moore, Alexander & Rogers, George C. Jr. The History of Beaufort County, South Carolina, Volume I, 1514–1861, Columbia: University of South Carolina Press, 1996.

Sirmans, Eugene M. Colonial South Carolina: A Political History, 1663-1763. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1966.

Smith, Warren B. White Servitude in Colonial South Carolina, Columbia: University of South Carolina Press, 1961.

Van Ruymbeke, Bertrand. From New Babylon to Eden: The Huguenots and Their Migration to Colonial South Carolina. Columbia: University of South Carolina Press, 2006.

Wareing, John. Indentured Migration and the Servant Trade from London to America, 1618-1718, New York & London: Oxford University Press, 2017.

Wood, Peter H. Black Majority: Negroes in Colonial South Carolina from 1670 through the Stono Rebellion, New York: W. W. Norton, 1974.

Yarbrough, Fay A. Race and the Cherokee Nation: Sovereignty in the Nineteenth Century, Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2008.

Haut de page

Notes

1 La partie des Carolines qui nous intéresse dans cet article est le sud de la province coloniale qui prit le nom de Caroline du Sud en 1712, année après laquelle celle-ci se sépare de la Caroline du Nord, anciennement appelée la province d'Albermarle.

2 Richard S. Dunn. Sugar and Slaves: the Rise of the Planter Class in the English West Indies, 1624-1713, Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1972, p. 84-85 ; 112-113 ; SAL, Vol. II, p. 30 ; Jack P. Greene. Colonial South Carolina and the Caribbean Connection,South Carolina Historical Magazine 88, no. 4 (1987).

3 SAL, Vol. II, p. 546-547.

4 SAL, Vol. I, p. 429 ; SAL, Vol. II, p. 133.

5 Donald J. Duncan. “Servitude and Slavery in Colonial South Carolina, 1670-1776,” Ph.D., Emory University, 1972, p. 408-410.

6 Warren B. Smith. White Servitude in Colonial South Carolina, Columbia, SC: University of South Carolina Press, 1961, p. 11.

7 Les lois de 1712 et 1716, sont adoptées au moment des guerres qui opposent les Sud Caroliniens aux tribus amérindiennes Tuscarora et Yamassee. JCHASC, 1726-1727, p. 31-32.

8 Le ratio d'un serviteur blanc pour six esclaves qui prévaut en 1698 est diminué de 1 à 10, en 1716. SAL, Vol. II, p. 153-154; 648; SAL, Vol. III, p. 3.

9 SAL, Vol. II, p. 386.

10 Ibid., p. 641-646 ; SAL, Vol. VII, p. 611-647.

11 Extract from the instructions to Robert Johnson, Esq., Governor of South Carolina, 10 juin, 1730, dans American State Papers Public Lands. Volume 1, Washington: Duff Green, 1834, p. 40; Walter B. Edgar. South Carolina: A History, Columbia, S.C.: University of South Carolina Press, 1998, p. 52-53.

12 Cette taxe est initialement plus élevée pour les esclaves originaires de la Caraïbe (20 shillings) que pour ceux en provenance d'Afrique (10 shillings) et ne concerne que les esclaves âgés de plus de huit ans. Elle est augmentée à £3 en 1716 et s'applique dorénavant à tout esclave de moins de 10 ans, quelque soit son origine géographique. L'année suivante elle s'applique à tous les esclaves sans distinction d'âge ni d'origine géographique. Après 1740, on indexe le montant des tarifs douaniers à la taille des esclaves. SAL, Vol. II, p. 202; 651; SAL, Vol. IV, p. 187-188 ; SAL, Vol. VII, p. 367; SAL, Vol. VIII, p. 557; 739.

13 SAL, Vol. VII, p. 367; 370.

14 SAL, Vol. III, p. 340.

15 South Carolina Gazette, 20 août 1737; JCHASC, 1739-1741, p. 124.

16 SAL, Vol. III, p. 558.

17 Ibid., p. 556-558.

18 Ibid., p. 558.

19 Ibid., p. 739 ; 741-742 ; 782 ; Duncan, op. cit., 411.

20 Robert Lee Meriwether. Expansion of South Carolina, Kingsport, Tenn.: Southern publishers, inc., 1940, 257 ; Janie Revill. A Compilation of the Original Lists of Protestant Immigrants to South Carolina, 1763-1773, Columbia, S.C.: The State company, 1939, p. 10-13.

21 Meriwether, op.cit.,p. 257.

22 Leon, A Higginbotham. In the Matter of Color: The Colonial Period, Oxford: Oxford University Press, 1980, 155.

23 Duncan, op.cit., p. 51-52 ; 101 -102 ; Chapman J. Milling (éd). South Carolina Two Contemporary Descriptions by Governor James Glen and Doctor George Milligen-Johnston, Columbia, S.C.: University of South Carolina Press, 1951, p. 30.

24 Wood. Black Majority, op.cit., p. 62-69.

25 Voir par exemple les serviteurs, probablement irlandais, importés sur le navire Irish Volunteer en 1788, City Gazette, 9 janvier 1788.

26 Dunn, op.cit., p. 70-73 ; David W. Galenson. “The Rise and Fall of Indentured Servitude in the Americas: An Economic Analysis.” Journal of Economic History 44 (mars, 1984), p. 11.

27 Eugene M. Sirmans. Colonial South Carolina: A Political History, 1663-1763, Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1966, p. 24.

28 A savoir, 52,19% de la population totale. BPRO, 1701-1710, 203-204 ; David Eltis. The Rise of African Slavery in the Americas, Cambridge, UK; New York, NY, USA: Cambridge University Press, 2000, p. 63.

29 Kenneth Morgan. Slave Sales in Colonial Charleston”, The English Historical Review 113, no. 453 (1998), p. 907.

30 Governor James Glen to the Board of Trade, 1754. 26 août 1754. Elizabeth Donnan. Documents Illustrative of the History of the Slave Trade to America: Volume IV: The Border Colonies and The Southern Colonies, (1st ed. 1930-35), Buffalo, New York: William S. Hein & Co. inc., 2002, p. 313.

31 Donnan. Documents Illustrative, op.cit., p. 303.

32 Milling, op.cit., p. 109. Sur la rentabilité des esclaves par rapport au coût des serviteurs engagés, voir également Galenson. “White Servitude,” op.cit., p. 41.

33 John Wareing. Indentured Migration and the Servant Trade from London to America, 1618-1718, New York & London: Oxford University Press, 2017, p. 88.

34 Milling, op.cit., p. 30; Donnan. “Slave Trade,” op.cit, p. 807. Données calculées à partir de Greene, Evarts B. & Harrington, Virginia D. American Population before the Federal Census of 1790, New York: Columbia University Press, 1932, p. 176.

35 L'esclavage amérindien est également suscité par le commerce en peaux de daim, en armes, et en esclaves avec les colons. Lauber estime qu'entre 1702 et 1708, les Caroliniens du Sud asservissent 1400 prisonniers de guerre autochtones. Alan Gallay. The Indian Slave Trade the Rise of the English Empire in the American South, 1670-1717, New Haven: Yale University Press, 2002, p. 51-53 ; Almon Wheeler Lauber. Indian Slavery in Colonial Times within the Present Limits of the United States Studies, New York: Columbia University, 1913, p. 121 ; SAL, Vol. II, p. 636 -637.

36 Lauber, op.cit., p. 136 ; SAL, Vol. II, p. 324-326.

37 JGCSC, 1692, p. 45-46 ; John Henry Logan. A History of the Upper Country of South Carolina: From the Earliest Periods to the Close of the War of Independence, Charleston, Columbia: S.G. Courtenay & Co.; P.B. Glass, 1859, p. 189-191; Barbara Krauthamer. Black Slaves, Indian Masters, Chapel Hill: University of North Carolina Press, 2013 ; JCHASC, 1703, p. 75-76 ; SAL, Vol. II, p. 325 ; 636 -637.

38 SAL, Vol. II, p. 671 ; Edgar, op.cit., p. 137; Gallay, Alan (éd). Indian Slavery in Colonial America, Lincoln: University of Nebraska Press, 2009, p. 118; Fay A. Yarbrough. Race and the Cherokee Nation: Sovereignty in the Nineteenth Century, Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2008, p. 115.

39 Ainsi, en 1728, St Thomas Parish comptait 60 esclaves amérindiens, 950 esclaves noirs et 565 Blancs. Lauber, op.cit., p.107-108 ; Duncan, op.cit., p. 40.

40 Wood, op.cit., p. 102 ; Meriwether, op.cit., p. 39.

41 SAL, Vol. VII, 479.

42 South-Carolina Gazette, 24 mai 1735.

43 Smith, op.cit., p. 22; Milling, op.cit., p. 135.

44 Voir Galenson. “The Rise and Fall...,” op.cit.

45 Daniel C. Littlefield. Rice and Slaves: Ethnicity and the Slave Trade in Colonial South Carolina, Urbana and Chicago: University of Illinois Press, 1981, p. 67-68.

46 Rowland et al, op.cit., p. 70.

47 Duncan, p. 56 ; Smith, op.cit., p. 39. Sur le cas de prisonniers reconnus coupables de crimes capitaux qui sont importés au grand dam des autorités sud caroliniennes voir, SAL, Vol. II, p. 647.

48 Smith, op.cit., p. 29-30.

49 Theo. D. Jervey. “The White Indented Servants of South Carolina”, The South Carolina Historical and Genealogical Magazine 12, no. 4 (1911), p. 167.

50 Smith, op.cit., p. 36-37 ; Marguerite B. Hamer. “The Fate of the Exiled Acadians in South Carolina,” The Journal of Southern History, vol. 4, no. 2, 1938, p. 205 ; SAL, Vol. IV, p. 31-34.

51 Rowland et al, op.cit., p. 70.

52 SAL, Vol. IV, p. 31. Hamer, op.cit., p. 205.

53 George Howe. History of the Presbyterian Church in South Carolina, Volume I, Columbia, Duffie & Chapman, 1870, p. 83.

54 SAL, Vol. I, p. 1 ; 64.

55 SAL, Vol. II, p. 23.

56 SAL, Vol. II, p. 53.

57 SAL, Vol. VII, p. 622-623.

58 SAL, Vol. III, p. 623.

59 JCHASC, 1703, p. 115 ; South-Carolina Gazette, 22 mars 1735. South-Carolina Gazette, 9 avril 1737.

60 South-Carolina Gazette, 10 septembre 1737. Voir également le cas de l'esclave Harry qui passe pour libre, Charleston Morning Post, 12 décembre 1786.

61 South Carolina Gazette, 22 octobre, 1744.

62 South Carolina Gazette, 20 août 1737.

63 "Indian Country" dans l'original, South Carolina Gazette, 9 juillet 1737.

64 JCHASC, 1703, p. 120 ; JCHASC, 1724, p. 27

65 Par exemple, le maître d'une esclave prénommée Sylla craint qu'elle ne cherche à regagner Les Bermudes d'où elle est originaire en embarquant à bord d'un navire en se faisant passer pour libre. City Gazette, 22 avril 1790.

66 Voir l'exemple de William Bridge, South Carolina Gazette 22 juillet 1737.

67 South Carolina Gazette, 30 octobre 1736 ; South Carolina Gazette and General Advertiser, 1 janvier 1784 ; South Carolina Gazette, 14 mars 1786.

68 SAL, Vol. II, p. 129.

69 SAL, Vol. III, p. 15-16.

70 Ibid., p. 626.

71 South Carolina Gazette, 27 novembre 1736 ; South Carolina Gazette, 20 août 1737; South Carolina Gazette, 5 mars, 1737 ; South Carolina Gazette, 12 mars 1737 ; South Carolina Gazette, 5 novembre 1737; South Carolina Gazette, 5 mars, 1737.

72 Voir par exemple la récompense de Nicolas Trott pour son esclave Cyrus qui s'est échappé à plusieurs reprises ou celle de Thomas Wright pour son esclave Paul, qui ne parle pas anglais après n'avoir séjourné qu'un an sur la plantation. South Carolina Gazette, 5 mars, 1737 ; South Carolina Gazette, 5 novembre 1737.

73 South Carolina Gazette, 23 juillet 1737.

74 City Gazette, 12 août 1790.

75 SAL, Vol. III, p. 16-18.

76 SAL, Vol. II, p. 30 ; SAL, Vol. II, p. 647 ; SAL, Vol. III, p. 15.

77 Lawrence, S. Rowland, Alexander Moore et George C. Rogers Jr. The History of Beaufort County, South Carolina, Volume I, 1514–1861, Columbia: University of South Carolina Press, 1996, p. 70 ; Smith, op.cit., p. 7.

78 SAL, Vol. II, p. 31 ; SAL, Vol. III, p. 20.

79 SAL, Vol. III, p. 628.

80 SAL, Vol. VII, 432-433 ; 436-437. Dès le XVIIe siècle la Caroline du Sud compte quelques Noirs libres à l’instar Black Natt, qui en 1697, cultive déjà depuis un peu plus d'un an 170 arpents de terre sur lesquels il s'acquitte d'un loyer. BPRO. Records, 1691-1697, p. 225.

81 SAL, Vol. VII, p. 352.

82 SAL, Vol. II, p. 671.

83 JCHASC, 1724, p. 51.

84 SAL, Vol. III, p. 698 ; JCHASC, 1739-1741, p. 124 ; p. 322.

85 SAL, Vol. VII, p. 384.

86 Ibid., p. 396.

87 La section 16 du Code noir, dans sa formulation même, place sur le même niveau syntaxique les libres de couleur et les esclaves. On y apprend que désormais tout « esclave, Noir, mulâtre, Indien ou métis libre » reconnu coupable d’incendie volontaire, d’empoisonnement ou d’enlèvement d’esclaves encourt la peine capitale sans le bénéfice du clergé. SAL, Vol VII, p. 402.

88 Peter H. Wood. Black Majority: Negroes in Colonial South Carolina from 1670 through the Stono Rebellion, New York: W. W. Norton, 1974, p. 103.

89 William J. Rivers. A Sketch of the History of South Carolina to the Close of the Proprietary Government by the Revolution of 1719, Charleston: McCarter & Company, 1856, pp. 232-233.

90 Duncan, op.cit., p. 56-62.

91 SAL, Vol. II, p. 647.

92 SAL, Vol. III, p. 25.

93 SAL, Vol. IX, p. 633.

94 SAL, Vol. III, p. 255.

95 SAL, Vol. III, p. 255.

96 JCHASC, 1726-1727, p. 17.

97 JCHASC, 1703, p. 120 ; JCHASC, 1724, p. 27.

98 JCHASC, 1739-1741, p. 25-26.

99 Rivers, op.cit., pp. 232-233; SAL, Vol. VII, p. 32-33.

100 SAL, Vol. III, 108 ; SAL, Vol. VII, 347-351.

101 SAL, Vol. III, p. 109 - 110.

102 SAL, Vol. IX, p. 660.

103 SAL, Vol. III, p. 109 - 110.

104 Ibid., p. 109.

105 SAL, Vol. IX, 649 ; 658-660.

106 SAL, Vol. IV, p. 307

107 JCHASC, 1725-1726, p. 43-44.

108 SAL, Vol. III, p. 629.

109 Ibid., p. 682.

110 Greene & Harrington, op.cit., p. 175-176.

111 JGCSC, (1692), p. 51.

112 SAL, Vol. VII, p. 352.

113 SAL, Vol. VII, p. 352-353.

114 Cette loi est à nouveau adoptée en 1740. SAL Vol. VII, p. 386 ; 399 ; SAL, Vol. VII, 421.

115 JCHASC, 1736-1739, p. 107

116 SAL, Vol. VII, p. 414

117 SAL, Vol. I, p. 429-430 ; Johnson, George, Lloyd, Jr. The Frontier in the Colonial South: South Carolina Backcountry, 1736-1800. Westport, CT: Greenwood Press, 1997, p. 9;

118 Edward McCrady. The History of South Carolina under the Proprietary Government, 1670-1719, New York, London: The Macmillan Company; Macmillan & co., ltd., 1897, p. 374 ; 431.

119 SAL, Vol. III, p. 3 ; 51; 136 ; 657.

120 Ibid., p. 13; 623.

121 Ibid., p. 624.

122 Ibid., p. 625.

123 SAL, Vol. III, p. 20.

124 Ibid., p. 20.

125 SAL, Vol. VII, p. 396; 412.

126 South-Carolina Gazette, 20 janvier 1784.

127 South-Carolina Gazette, 5 décembre 1783.

128 SAL, Vol. V, p. 38; 248.

129 Ibid., p. 204.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lawrence Aje, « Les politiques publiques de peuplement de la Caroline du Sud au prisme de la servitude sous contrat et de l’esclavage, 1670-1776  », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/3454 ; DOI : 10.4000/mimmoc.3454

Haut de page

Auteur

Lawrence Aje

Lawrence Aje est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Paul Valéry, Montpellier 3. Spécialiste d'histoire africaine-américaine, ses recherches portent principalement sur l'esclavage aux Etats-Unis, notamment sur les processus de mémorialisation et de mise en récit historique de cette histoire. Il s’intéresse également aux phénomènes de migration et de circulation des libres de couleur aux Etats-Unis et dans le monde atlantique au XIXe siècle.

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Paru dans Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain, 19 | 2018
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page