Navigation – Plan du site

Le Festival et son impact urbanistique

Philippe CHASSAIGNE

Résumé

Le Festival of Britain fut tout à la fois une vaste opération de remodelage et de rénovation urbains, et un manifeste urbanistique pour les années de l’après-guerre. En attestent, le choix du South Bank comme site-phare, les méthodes et les techniques de construction employées ou encore la tenue de l’exposition d’« architecture vivante » dans un quartier résidentiel à Poplar, le Lansbury Estate, le tout dans une ville où les stigmates des bombardements allemands de la Seconde Guerre mondiale ont été visibles jusqu’au début des années 60. Les différents comités d’organisation comprenaient des architectes et des urbanistes désireux d’apposer leur marque sur le nouveau pays en train d’émerger des ruines laissées par la guerre, même si la plupart de leurs réalisations sur le South Bank ne devaient être qu’éphémères.

Haut de page

Texte intégral

1 Le Festival of Britain fut tout à la fois une vaste opération de remodelage et de rénovation urbains, et un manifeste urbanistique pour les années de l’après-guerre. En attestent, le choix du South Bank comme site-phare, les méthodes et les techniques de construction employées ou encore la tenue de l’exposition d’« architecture vivante » dans un quartier résidentiel à Poplar, le Lansbury Estate, le tout dans une ville où les stigmates des bombardements allemands de la Seconde Guerre mondiale ont été visibles jusqu’au début des années 60. Les différents comités d’organisation comprenaient des architectes et des urbanistes désireux d’apposer leur marque sur le nouveau pays en train d’émerger des ruines laissées par la guerre, même si la plupart de leurs réalisations sur le South Bank ne devaient être qu’éphémères. Il nous faudra voir quelles étaient les intentions initiales, la façon dont elles ont été traduites dans les faits, et dans quelle proportion, et leur postérité.

Le choix du South Bank

  • 1 Gerald Barry, « The Festival of Britain 1951 », Journal of the Royal Society of Arts, C, 4880, 1952 (...)
  • 2 « The Government are impressed by the views expressed in that report and have decided to accept the (...)
  • 3 L’annonce faite en 1948 à la Chambre par Herbert Morrisson, que les bureaux du comité d’organisatio (...)
  • 4 F. M. Leventhal, « "A Tonic to the Nation": The Festival of Britain, 1951 », Albion, 27, 3, 1995, p (...)
  • 5 The City of London, London Metropolitan Archives, 2015, https://www.nationalgeographic.com/science/ (...)
  • 6 Map Descriptive of London Poverty 1898-1899, Sheet 9, in Charles Booth, Life and labour of the Peop (...)

2Lorsque, le 14 septembre 1945, Gerald Barry publiait dans le News Chronicle sa lettre ouverte à Stafford Cripps en faveur d’une manifestation commémorant l’Exposition de 1851, il préconisait que Hyde Park ­– site de l’exposition originelle - soit naturellement le lieu d’organisation de celle-ci, même s’il mentionnait d’autres sites, tel Battersea, sur la rive Sud de la Tamise. Le Ramsden Report de 1946 reprenait l’idée, tout en suggérant que le quartier autour de la gare de Waterloo, à Southwark (toujours sur la rive Sud de la Tamise, mais plus en aval que Battersea) était aussi envisageable1. Le choix d’un site alternatif devint urgent lorsque le gouvernement refusa d’envisager l’option de Hyde Park, comme annoncé aux Communes dès mars 19462. La raison première était qu’y installer l’exposition susciterait trop de nuisances, compte tenu des transformations subies par le parc depuis 1851, son ouverture permanente au public et la multiplication des attractions, qu’il faudrait donc suspendre pendant la durée de la manifestation3. On envisagea aussi la City et ses espaces détruits par les bombardements du Blitz, mais l’Exposition aurait suscité des problèmes de circulation trop importants ; ou encore Osterley Park, à l’Ouest de Londres, mais, s’il y avait un large espace disponible (1,2 km²), le site aurait été géographiquement éloigné (entre South Ealing et Hounslow) et mal desservi par les transports en commun, avec une station de métro quasiment au bout des lignes District et Piccadilly), ce qui aurait nécessité l’engagement de travaux d’infrastructures trop coûteux dans un contexte d’austérité budgétaire4. L’emplacement retenu in fine fut la zone s’étendant de County Hall (le siège du London County Council, LCC) à Waterloo Bridge, sur la rive Sud de la Tamise. Le quartier avait été lourdement bombardé pendant la guerre, comme la carte des destructions dressée à l’initiative du London County Council (figure 1) le montre (les couleurs les plus foncées correspondant aux zones les plus touchées)5. Pour les Allemands, sa proximité géographique avec la zone portuaire – et le siège du parlement, le Palais de Westminster, sur l’autre rive - en faisait une cible de premier plan. Auparavant, c’était un quartier pauvre, voire très pauvre dès que l’on s’éloignait, comme la carte de Charles Booth (figure 2) le montrait au tournant du XXe siècle6, de la zone portuaire aux abords de laquelle résidait une population appartenant plutôt aux classes moyennes.

Figure 1 : les destructions de Southwark en 1945. Source : The City of London, London Metropolitan Archives, 2015

Figure 2 : les conditions sociales à Southwark à la fin du XIXe siècle. Source : Map Descriptive of London Poverty 1898-1899, Sheet 9, in Charles Booth, Life and labour of the People of London, Second Series, Londres, Macmillan, 1902-1903

  • 7 Gerald Barry, art. cit., p. 681.

3En outre, avant 1939, le LCC avait envisagé d’y édifier une salle de concert et de requalifier la zone des entrepôts en promenade ouverte sur le fleuve7, réalisations qui pouvaient trouver leur place dans le cadre du Festival. Il était en outre facilement acessible depuis la rive Nord du fleuve, au moyen de plusieurs ponts, ce qui devait régler les problèmes de circulation, et il constituerait le pendant urbain au Festival Pleasure Gardens, à Battersea, avec lequel il serait relié par des navettes fluviales permettant de court-circuiter les moyens de transport terrestres.

4Le South Bank allait donc pouvoir devenir une sorte de vitrine dans laquelle exposer les principes directeurs de la reconstruction à venir, à Londres comme dans le reste du pays.

Les principes de l’urbanisme nouveau pour la reconstruction

5De fait, les destructions occasionnées par la guerre permettaient un large remodelage du tissu urbain. Tout commença par un arasement complet des entrepôts dévastés (en gris sur carte de Booth) et leur inclusion dans la zone constructible, avec près de deux hectares gagnés sur la Tamise. Cet obstacle levé permit d’intégrer le fleuve dans la scénographie urbaine, avec des vues ouvertes sur les deux rives, la Tamise servant d’articulation entre les deux rives, tout comme de lien entre les deux parties riveraines de l’exposition, South Bank et Battersea.

6L’ensemble du South Bank allait adopter le principe alors novateur de l’urbanisme sur dalle, avec une hiérarchisation des niveaux par rapport à la berge de la Tamise : un premier niveau correspondait aux aménagements ludiques (cafés, promenades et appontements au niveau du fleuve), après quoi un second niveau supporterait les constructions plus durables, tel le Royal Festival Hall. Dès l’origine du projet, il était entendu que celui-ci, dont le LCC assurait le financement, devait être la seule structure à perdurer après la fin du Festival. Du coup, l’utilisation des matériaux modernes (poutrelles d’aluminium, panneaux de verre, plaques de béton préfabriquées et acheminées sur place…) s’imposait de soi comme étant facile à assembler et à démonter. Les pavillons du Upstream Circuit (de « The Land of Britain » à « Transport »), ou encore The Lion and the Unicorn, pavillon voulu emblématique de la quintessence du génie national britanniques, étaient ainsi construits. Avec le Skylon, le cigare d’acier tenségrité qui donnait l’impression de flotter à la verticale au-dessus du Southbank, l’ensemble dégageait un air résolument futuriste au milieu d’un quartier par ailleurs assez banal. L’utilisation de couleurs vives pour décorer de nombreux bâtiment venait illustrer visuellement le fait que le Festival devait être « a tonic to the nation » après les tristes années de guerre, tout comme l’éclairage nocturne des pavillons, qui illuminait le South Bank, rompait avec les années de blackout.

  • 8 Voir John McKean, The Royal Festival Hall, Londres, Phaidon, 1992.

7Quant au Royal Festival Hall, seul monument donc destiné à perdurer, il constituait un manifeste architectural signé par Robert Matthew, architecte en chef du LCC depuis peu (1948), Leslie Martin, son adjoint, Edwin Williams et Peter Moro. L’objectif était de réaliser un bâtiment à la fois prestigieux et fonctionnel, qui offrirait au plus grand nombre un accès à une culture de haut niveau, mais sans le caractère intimidant des grandes salles de concert traditionnelles8. Il y avait donc aussi une dimension politique forte, et Herbert Morrison, qui avait longtemps été le chef de file du parti travailliste au LLC, soutenait le projet avec d’autant plus de conviction qu’il était désormais vice-Premier ministre. Mais il fallait aussi tenir compte de la proximité de la voie ferrée (Hungerford Bridge longe le côté Sud du Hall), qui risquait de rendre l’acoustique de la salle inaudible. Le pari technique fut tenu en concevant une salle de concert suspendue (on utilisa immédiatement l’image de l’« œuf dans sa boîte » : « egg in a box ») au-dessus d’un espace enveloppant sur 6 niveaux et combinant salons, foyers, bars et restaurant, qui assuraient ainsi son isolation phonique. Plusieurs de ces lieux annexes pouvaient aussi être utilisés comme salles de représentation pour des publics moins nombreux que l’auditorium principal, prévu pour près de 3000 personnes. La façade était largement ouverte sur la Tamise via de grandes baies vitrées, donnant à l’intérieur du bâtiment un aspect très lumineux et offrant aux visiteurs une vue panoramique des deux rives du fleuve. Le Hall reçut rapidement le surnom de « palais du Peuple » (expression, convenons-en, qui évoquait un peu des réalisations grandiloquentes de l’autre côté du Rideau de fer, mais son commanditaire demeurait le LCC…), car, en dehors de l’auditorium, le public pouvait accéder librement aux différentes parties du Hall dans des plages horaires très larges, et sans aucune considération de classe (alors que la fréquentation des différents saloons des pubs répondait toujours à des critères sociaux).

8Le handicap principal du Royal Festival Hall était justement son unicité. S’il était un manifeste, c’était de grands principes sans réelles traductions concrètes. En revanche, une traduction concrète, sans réalisation emblématique à afficher, avait été installée dans l’East End, à Poplar, avec le Lansbury Estate.

Le Lansbury Estate, à Poplar, une antenne méconnue du Festival of Britain ?

  • 9 Patrick Abercrombie et John Forshaw, County of London Plan 1943, Londres, Macmillan, 1943.
  • 10 Abercrombie et Forshaw, op. cit., p. 28 notamment.

9 Le Lansbury Estate se situait à Poplar, dans l’East End londonien, délimité au Sud par l’East India Dock et au Nord par le canal de Limehouse Cut. C’était là aussi une zone endommagée par la guerre, à hauteur d’un quart de sa surface, du fait de sa proximité avec l’Isle of Dogs dont les différents bassins à flots avaient été une des cibles privilégiées des raids aériens allemands. Elle avait été d’ailleurs retenue dès 1943 dans les programmes de reconstruction et le LCC en fit une de ses priorités à la fin de la guerre. Le Council voulait remodeler profondément l’espace en diminuant de moitié les densités, ce qui l’amena à diviser la zone en 11 « unités de voisinage », dont l’unité 9 était le Lansbury Estate. Son nom honorait la mémoire de George Lansbury (1859-1940), MP de Poplar de 1922 à 1940 et bref leader du parti travailliste en 1932-1935. Un des principes directeurs de ce nouvel urbanisme était, dans le fil du plan Abercrombie de 19439, de constituer des « communautés » autonomes, avec leurs écoles, leurs églises, leurs bâtiments publics, leurs espaces commerciaux, leurs lieux publics, voire de les fractionner ensuite en « unités de voisinage » plus petites ayant chacune leur individualité10. L’arrivée des travaillistes au pouvoir en 1945 conduisit à l’adoption du New Town Act l’année suivante, mais les villes nouvelles dont la construction avait été programmée entre 1946 et 1950 étaient bien sûr loin d’être achevées en 1951 : Lansbury Estate revêtait donc une valeur programmatique.

  • 11 London County Council, Survey of London: Volumes 43 and 44, Poplar, Blackwall and Isle of Dogs, Lon (...)
  • 12 Idem.

10La Live Architecture Exhibition, c’était le nom qui lui était donné, devait démontrer les capacités des architectes de la Grande-Bretagne d’après-guerre en matière d’architecture et d’aménagement urbain/urbanisme. Pour le coup, on pouvait trouver là une dimension de propagande qui était absente des autres sites du Festival, à commencer par le South Bank : le simple nom de « Lansbury » affichait clairement la couleur politique, et l’ensemble résidentiel construit était une illustration par l’exemple des potentialités des lois de 1946 sur les villes nouvelles et de 1947 sur l’aménagement urbain (Town and Country Planning Act). L’« Unité 9 » devait accueillir 1440 habitants, à raison de 3,6 occupants par unité d’habitation11. On organisa une petite cérémonie pour les premiers occupants à s’y installer, le 14 février 1951 mais, par la suite, l’Exposition d’architecture ne bénéficia d’aucune inauguration officielle (le 3 mai), pas plus que, disons-le, elle n’attira les foules : 87 000 visiteurs en tout et pour tout12.

Figure 3, Le Lansbury Estate. Source : The Lansbury Estate: Introduction and the Festival of Britain exhibition, London County Council, Survey of London: Volumes 43 and 44, Poplar, Blackwall and Isle of Dogs. London, 1994, pp. 212-223

  • 13 Idem.

11Le Lansbury Estate combinait sur un même espace des constructions devant perdurer, mais aussi des bâtiments servant de vitrine temporaire. Comme sur le South Bank, les visiteurs étaient engagés à suivre un itinéraire, mais que les visiteurs semblent avoir trouvé plus difficile à repérer que le premier13. L’accès au site se faisait par East India Dock Road, au Sud, où se dressait une grue de 60 m de haut dont la seule finalité aurait été de pouvoir hisser une nacelle à son sommet, d’où les visiteurs auraient pu avoir une vue d’ensemble de l’estate – tout ceci au conditionnel, car l’idée ne fut jamais mise en pratique. Cet espace d’accueil (« Festival enclosure » sur la carte) comportait plusieurs pavillons à finalité éducative : le premier, « Gremlin Grange », reconstituait grandeur nature une maison taudifiée si fréquente dans l’East End avant 1939, tandis que les autres vantaient les progrès du nouvel urbanisme. Le « Pavillon de la recherche en construction » (Building Research Pavilion) détaillait les bonnes pratiques architecturales pour assurer confort et salubrité et le « Pavillon de l’urbanisme » (Town Planning Pavilion) plaidait la cause des villes nouvelles alors en voie de réalisation. Comme sur le South Bank, on y sentait une même volonté didactique « d’en haut », qui dans ce cas pouvait être d’autant plus lassante qu’il n’y avait pas le Pleasure Gardens pour dérider les visiteurs, mais seulement le Rosy Lee Café, susceptible d’accueillir 2000 personnes par jour…

  • 14 Anthony Sutcliffe, London. An Architectural History, Londres et New Haven, Yale University Press, 2 (...)
  • 15 Voir par exemple Nicole Robertson, The Co-operative Movement and Communities in Britain, 1914-1960, (...)
  • 16 London Co-operative Society, The 1951 Furbished Flat, Lansbury Estate, Poplar, Londres, LCS, 1951.
  • 17 London County Council, Survey of London: Volumes 43 and 44, op. cit.

12L’estate lui-même se trouvait en dehors de cette zone d’accueil des visiteurs. La carte donne l’impression d’un espace totalement construit, alors qu’en fait des zones demeuraient encore en travaux ; on pouvait néanmoins apprécier les différents modèles d’habitations proposés : des immeubles en barre de trois ou six étages, sur le modèle de ceux qui étaient en train d’être édifiés pour Churchill Gardens, à Pimlico, l’un des témoignages les plus aboutis du logement social dans le centre de Londres14, des maisons mitoyennes, ou encore des « maisonnettes », au sens anglais du terme d’unité d’habitation de deux étages ou plus, chaque étage étant occupé indépendamment et bénéficiant de son propre accès. Dans le quartier résidentiel à Lansbury, les maisonnettes surplombaient les boutiques bordant la place du marché central, ce qui était alors nouveau, mais allait devenir la norme dans les villes nouvelles. Outre le marché, les installations communautaires comprenaient des lieux de culte, des écoles, des logements pour personnes âgées, des pubs (en sus d’un ou deux pubs conservés de l’ancien quartier). Le tout était dispersé au milieu de jardins arborés et d’espaces verts donnant un côté urbs in rure bienvenu dans la grisaille de l’East End. Le quartier comprenait des appartements témoins, meublés et décorés par les soins de la London Co-operative Society, ce qui rappelait l’importance du mouvement coopératif dans l’histoire du mouvement ouvrier britannique, depuis la Rochdale Society fondée en 184415. Le fascicule donnant le détail des aménagements était tout entier à la gloire des réalisations de la Co-operative Wholsale Society, dont les usines avaient fabriqué les meubles et, du coup, on s’éloignait encore un peu plus du caractère non partisan qui devait caractériser le Festival dans son ensemble16. Néanmoins, le coût total de l’ameublement et de la décoration de chaque appartement était estimé à près de 370 £, ce qui était plutôt élevé pour un logement social17.

Figure 4 : plan de l’Exposition architecturale de Poplar. Source : A London Inheritance, A Private History of a Public City18.

Epilogue

13L’Exposition architecturale prit fin le 28 septembre, dans une totale indifférence. Un seul personnage notable s’y était rendu : le duc d’Edimbourg, époux de la princesse Elizabeth, la future souveraine. Loin des feux de l’actualité, le Lansbury Estate continua à s’étendre pour constituer un véritable ensemble résidentiel populaire, administré, comme initialement prévu, par le LCC. Le point final de son édification survint en 1982, avec les logements sociaux de Pigott Street : par un pied de nez de l’histoire, le Lansbury Estate était achevé au moment où le gouvernement conservateur se préparait à faire adopter la loi permettant de privatiser les logements sociaux à des prix préférentiels pour ceux de leurs occupants qui souhaitaient s’en porter acquéreurs – loi qui porta la proportion des propriétaires-occupants dans le pays de 60 à 68% en 10 ans. Le Lansbury Estate continue, par ailleurs, de constituer une référence en termes de logement social municipal de la période du « consensus d’après-guerre », par rapport à d’autres réalisations des années 60 qui ont rapidement montré leurs limites.

14On n’observa, en revanche, rien de tel sur le South Bank : dès la fin du Festival, les pavillons furent démontés, d’autant que Churchill, revenu au 10, Downing Street après les élections législatives d’octobre 1951, nourrissait des sentiments mitigés quant à l’Exposition. L’espace dégagé par le Dôme de la Découverte devint un héliport en 1955-1956, avant d’être transformé en parking. A partir de 1957, la compagnie pétrolière Shell fit édifier un vaste ensemble de bureaux, le Shell Centre, sur l’espace situé entre York Road et le parking de l’ex-Dôme, laissé vacant jusqu’au la promenade du bord du fleuve, et qui faisait face à leurs anciens quartiers-généraux, Shell-Mex House, sur la rive opposée.

Figure 5. Publicité Shell-BP. South Bank Exhibition London 1951. Festival of Britain, HMSO, 1951, p.xxxii

15Ouvert en 1962, c’était alors le plus grand immeuble de bureaux du pays, prévu pour accueillir quotidiennement 5 000 employés, qui bénéficiaient en outre des dernières innovations techniques, tel l’air conditionné. Néanmoins, sa façade verticale de 107 m de hauteur n’enjolivait guère le paysage. Peu de temps après, dans le contexte effervescent du Swinging London, l’Architectural Review proposait un essai d’aménagement, sous le titre « South Bank New Town » (octobre 1966)19, qui visait à donner à Londres un véritable front de fleuve sur la rive Sud. L’avantage était de ne pas être prisonnier des réalisations précédentes, exception faite du Royal Festival Hall (que le LCC avait rénové et agrandi entre 1962 et 1965), et, au contraire, de lier les deux rives du fleuve, via les ponts déjà existants. Le South Bank n’avait aucun bâtiment à protéger et était donc ouvert aux initiatives les plus diverses. L’article de l’Architectural Review proposait ainsi de transformer la gare de Waterloo en un « giant transport interchange » qui assurerait l’accessibilité du nouveau quartier et autour duquel se développeraient des immeubles de bureaux et des appartements. Il continuait en suggérant la construction d’un ensemble articulé autour du projet de l’architecte Denys Lasdun pour un National Theatre, qui le flanquerait de zones piétonnes, de bars, de « dancings » (c’était bien le Swinging London), ainsi que d’un Hungerford Bridge transformé de simple passerelle longeant le pont ferroviaire en large pont piétonnier bordé de commerces, accueillant en son milieu un restaurant vitré offrant « des vues magnifiques sur le fleuve » et surplombant un ponton pour navets fluviales. Un nouveau West End – le quartier de la distraction et de plaisirs – y aurait vu le jour, pour désengorger celui autour de Leicester Square, supposément devenu trop exigu. Le South Bank aurait alors constitué un ensemble architectural descendant en dégradé vers la Tamise depuis les hauteurs de la tour Shell.

Figure 6 : proposition de l’Architectural Review pour South Bank New Town, octobre 1966

  • 20 BBC News, « National Theatre architect dies », 12 January 2001, http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/ (...)

16Ces recommandations restèrent sans véritable écho : le parking qui s’étendait du Shell Centre à la berge de la Tamise fut transformé en espace vert à l’occasion des célébrations du Jubilé d’argent de la reine, en 1977, et seule la partie entre Hungerford Bridge et Waterloo Bridge se vit transformée en un espace consacré à la culture avec l’édification du Queen Elizabeth Hall et de la Purcell Room (1967), de la Hayward Gallery (1968) et, au-delà de Waterloo Bridge, du Royal National Theatre (1976). Le Southbank Centre se caractérise par l’unité de son style architectural brutaliste, qui a suscité nombre de controverses : le prince Charles aurait comparé le Royal National Theatre à une « centrale nucléaire construite au cœur de Londres sans que personne ne trouve à y redire20 », mais l’Arts Council England, qui est responsable en dernier ressort de la gestion du Southbank Centre depuis l’abolition de Greater London Council, successeur du LCC, en 1986, a mis en place en 2015-2018 un programme d’investissement pour restaurer les bâtiments des années 60-70, alors que l’architecture de cette période se voit en passe d’être réhabilitée.

Haut de page

Notes

1 Gerald Barry, « The Festival of Britain 1951 », Journal of the Royal Society of Arts, C, 4880, 1952, p. 659.

2 « The Government are impressed by the views expressed in that report and have decided to accept the recommendation. […] As suggestions have been made that Hyde Park should be the site, I may as well make it clear at once that the Government are not prepared to see Hyde Park used for this purpose », déclaration de Hilary Marquand, ministre du Commerce extérieur, à la Chambre des communes, 3 Hansard, HC Deb 03 April 1946 vol 421 cc1250-1.

3 L’annonce faite en 1948 à la Chambre par Herbert Morrisson, que les bureaux du comité d’organisation du Festival serait les mêmes que ceux qui avaient été utilisé cent ans plus tôt, marque expressément cette volonté de célébrer le centenaire de la Great Exhibition. Hansard, HC Deb 10 March 1948 vol 448 c1244.

4 F. M. Leventhal, « "A Tonic to the Nation": The Festival of Britain, 1951 », Albion, 27, 3, 1995, p. 445-446.

5 The City of London, London Metropolitan Archives, 2015, https://www.nationalgeographic.com/science/phenomena/2016/05/18/bomb-damage-maps-reveal-londons-world-war-ii-devastation/, consulté le 4 avril 2019.

6 Map Descriptive of London Poverty 1898-1899, Sheet 9, in Charles Booth, Life and labour of the People of London, Second Series, Londres, Macmillan, 1902-1903, https://booth.lse.ac.uk/learn-more/download-maps/sheet9, consulté le 25 mars 2019.

7 Gerald Barry, art. cit., p. 681.

8 Voir John McKean, The Royal Festival Hall, Londres, Phaidon, 1992.

9 Patrick Abercrombie et John Forshaw, County of London Plan 1943, Londres, Macmillan, 1943.

10 Abercrombie et Forshaw, op. cit., p. 28 notamment.

11 London County Council, Survey of London: Volumes 43 and 44, Poplar, Blackwall and Isle of Dogs, Londres, Hermione Hobhouse, 1994, British History Online, http://www.british-history.ac.uk/survey-london/vols43-4/pp212-223, consulté le 26 avril 2019.

12 Idem.

13 Idem.

14 Anthony Sutcliffe, London. An Architectural History, Londres et New Haven, Yale University Press, 2006, p. 179.

15 Voir par exemple Nicole Robertson, The Co-operative Movement and Communities in Britain, 1914-1960, Londres, Routledge, 2010.

16 London Co-operative Society, The 1951 Furbished Flat, Lansbury Estate, Poplar, Londres, LCS, 1951.

17 London County Council, Survey of London: Volumes 43 and 44, op. cit.

18 https://alondoninheritance.com/tag/lansbury-estate/, July 31, 2016, consulté le 27 avril 2019.

19 Kenneth Browne, « West End 3. South Bank, London », Architectural Review, octobre 1966.

20 BBC News, « National Theatre architect dies », 12 January 2001, http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/1113298.stm.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : les destructions de Southwark en 1945. Source : The City of London, London Metropolitan Archives, 2015
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/3568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Figure 2 : les conditions sociales à Southwark à la fin du XIXe siècle. Source : Map Descriptive of London Poverty 1898-1899, Sheet 9, in Charles Booth, Life and labour of the People of London, Second Series, Londres, Macmillan, 1902-1903
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/3568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6M
Légende Figure 3, Le Lansbury Estate. Source : The Lansbury Estate: Introduction and the Festival of Britain exhibition, London County Council, Survey of London: Volumes 43 and 44, Poplar, Blackwall and Isle of Dogs. London, 1994, pp. 212-223
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/3568/img-3.png
Fichier image/png, 115k
Légende Figure 4 : plan de l’Exposition architecturale de Poplar. Source : A London Inheritance, A Private History of a Public City18.
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/3568/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Figure 5. Publicité Shell-BP. South Bank Exhibition London 1951. Festival of Britain, HMSO, 1951, p.xxxii
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/3568/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 6 : proposition de l’Architectural Review pour South Bank New Town, octobre 1966
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/3568/img-6.png
Fichier image/png, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe CHASSAIGNE, « Le Festival et son impact urbanistique  », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 17 mai 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/3568 ; DOI : 10.4000/mimmoc.3568

Haut de page

Auteur

Philippe CHASSAIGNE

Professeur d’histoire à l’Université de Bordeaux-Montaigne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page