Skip to navigation – Site map

Full text

1Ce numéro rend compte des travaux menés lors de la Journée d’études « Circulations féminines dans le monde hispanique contemporain : vers une émancipation ? », tenue le 12 octobre 2018, à la MSHS de l’Université de Poitiers. Cette JE, coorganisée par trois membres du MIMMOC : Emmanuelle Simon, Ludivine Thouverez et Elvire Diaz, a bénéficié du soutien logistique du MIMMOC, de l’UFR Lettres et Langues et de la MSHS. Le thème pluridisciplinaire de cette JE, qui entre pleinement dans les orientations du MIMMOC qui portent sur l’histoire, la mémoire, les relations interculturelles, les diasporas géopolitiques, est une réflexion sur la place des femmes dans la mobilité migratoire et le sens de cette « migration » actuelle.

2Il s’agit d’une première JE, qui ouvre une réflexion sur un thème social, sociologique, économique et politique, récent : la mobilité des femmes, et précisément dans un espace géographique et culturel spécifique, le monde hispanique contemporain, du XXe-XXIe siècles. L’exil, la diaspora, sont des thèmes travaillés, mais la mobilité des femmes, choisie, professionnelle notamment, ou liée à un exil politique, économique ou personnel, est un phénomène moins connu, moins visible.

3Les femmes, anonymes ou célèbres, ont toujours suivi dans l’exil les hommes, mais s’exiler par soi-même est une nouveauté, ou du moins, les recherches montrent que si cela a bien existé, c’était moins visible. L’immigration étant souvent considérée comme un phénomène principalement masculin, les femmes sont rarement pensées à l’initiative du départ et leur lien avec la société d’accueil, pourtant essentiel, est peu reconnu. Depuis les années 1980, les recherches (équipes MIMMOC, MIGRINTER, CRINI) ont montré la complexité et la diversité des situations de migration, d’autant que la crise financière de 2008 a accentué le phénomène de même que l’intérêt pour le sujet, lié aussi au développement des études sur le genre.

4Le programme de ce numéro Circulations migratoires féminines dans le monde hispanique contemporain : vers une émancipation interroge le phénomène de la circulation migratoire des femmes, espagnoles et d’autres nationalités, hors et vers des aires hispaniques (Espagne et quelques pays d’Amérique latine, Argentine, Uruguay, anciennes colonies d’Afrique du nord…), dans la période contemporaine. Il s’agit d’une première réflexion sur la typologie des mobilités, des migrations féminines, à travers quelques études de cas, au cours du XXe-XXIe siècles, qui portent sur l’exil d’intellectuelles ou d’anonymes, dans le cadre d’une migration économique ou liée à la recherche de nouveaux horizons…

5Ces circulations offrent des facettes différentes et sont passées de politiques et économiques sous le franquisme, à sociales et professionnelles depuis, notamment après la crise économique de 2008 : qui, où, comment, pourquoi, à travers quels réseaux et dans quel cadre se font ces mobilités, sont les questions qui guident ce numéro des Cahiers, de même que les images associées au phénomène. Implique-t-il une modification de la structure familiale ?, un changement du statut social de la femme ?, vise-t-il la réussite sociale, l’émancipation de ces populations? Il s’agira de traiter de questions de méthodes, de corpus, des témoignages, des espaces et des lieux migratoires, des cadres (institutions et politiques) et d’études de cas.

6Les cinq contributions qui suivent se proposent de nuancer les idées reçues concernant la migration féminine, depuis un point de vue sociologique, institutionnel ou historique, et de voir le rôle de la mobilité dans leur émancipation. Ainsi le titre dit la problématique : dans quelle mesure ces migrations sont-elles un facteur d’émancipation ?, quel rôle ont-elles dans les relations économiques et politiques, et dans une vaste aire géographique hispanique ? Une étude comparée à travers des cas français, espagnol, latino-américain, roumain ou algérien est présentée.

7Dans un premier temps, lors de la Journée d’études d’où est issu le numéro de la revue, Emmanuelle Simon (U. de Poitiers) faisait état de son projet de recherche sur la place des femmes qualifiées dans les nouvelles migrations vers et depuis l’Argentine, l’Espagne et l’Uruguay, sous le titre : « Circulations et ‘transnationalisme’ ». Cette communication est rappelée sous la forme d’un compte rendu de l’article publié dans l’ouvrage collectif dirigé par A. Le Moing, S. Ouaked et C. Le Bihan, Les défis de la diversité culturelle dans le monde du travail au XXIE siècle (Peter Lang, 2020). Ludivine Thouverez (U. de Poitiers) traite du sujet de l’ « Emigration féminine espagnole en Algérie, entre histoire et mémoire, de 1889 à 1962 ». Anne Treffot (Docteure en Etudes hispaniques, Lycée français de Madrid) de « L’émigration des femmes roumaines en Espagne ». Catherine Saupin (MCF, Lille, ScPo) : « L’émancipation féminine en point de mire : le cas de la correspondante étrangère Josefina Carabias ». Adelina Laurence (Docteure en Etudes hispaniques, MIMMOC) : « Mémoire et représentations de l’exil féminin dans le théâtre de Laila Ripoll ». Le numéro est complété par des annexes (compte rendu d’ouvrage). Ce travail sur le rapport « Femmes et migration », dans l’espace hispanique et dans le temps, est pleinement illustré par la photo d’accueil du numéro ci-après.

Top of page

References

Electronic reference

Elvire Diaz, « Introduction », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [Online], 21 | 2020, Online since 25 June 2020, connection on 10 July 2020. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/3780

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Top of page