Skip to navigation – Site map

Full text

Introduction

  • 1 Extranjeros residentes en España a 30 de junio de 2018. Principales resultados, Observatorio perman (...)

1Les Roumains sont, depuis 2008, la nationalité étrangère majoritaire en Espagne. En 2018, environ un million de Roumains (1 043 516)1 résident dans ce pays.

  • 2 FERRERO TURRIÓN, Ruth, Nuevos Socios, nuevas fronteras. Los procesos migratorios desde Europa Centr (...)

2L’immigration roumaine vers l’Espagne est assez récente, puisqu’elle a réellement débuté entre 1996 et 2001, et a connu une forte augmentation à partir de 2002. En effet, l’ouverture de l’espace Schengen aux ressortissants roumains permit à ceux-ci de voyager sans visa dans tous les pays de la Communauté Européenne. Entre 2002 et fin 2006, de nombreux Roumains ont émigré vers l’Espagne (24% du total des Roumains qui émigrèrent à cette époque)2.

3La situation sociale et économique dans laquelle se trouvait leur pays semble avoir été décisive dans le choix d’émigrer. Un autre élément explique ce choix : L’Espagne est alors perçue comme un pays en pleine croissance économique qui offre de réelles possibilités d’emploi. Il semble également plus facile d’accès que d’autres pays de la Communauté Européenne comme l’Allemagne ou la France. 

  • 3 TREFFOT, Anne-Elisabeth, L’immigration féminine roumaine en Espagne, Editions Universitaires de Dij (...)

4Cet article présente brièvement les résultats de mes recherches sur l’immigration féminine roumaine en Espagne3.

Pourquoi l’immigration roumaine ?

  • 4 ARANGO, Joaquín /CRIADO, María Jesús / GÓMEZ CRESPO, Paloma, La población de origen extranjero en C (...)
  • 5 FERRERO TURRIÓN, Ruth, Nuevos Socios, nuevas fronteras. Los procesos migratorios desde Europa Centr (...)
  • 6 MAISONGRANDE, Vincent, Les circulations migratoires roumaines en Europe: réseaux sociaux et inscrip (...)
  • 7 VIRUELA MARTÍNEZ, Rafael, «Inmigrantes rumanos en España: aspectos territoriales y procesos de sust (...)
  • 8 MARCU, Silvia, Rumania, territorio olvidado. Proceso de transición e integración: 1989-2005, Univer (...)
  • 9 MARCU, Silvia, Un puente latino sobre Europa: Las relaciones Rumania-España en el nuevo contexto eu (...)
  • 10 MARCU, Silvia, « La odisea de los rumanos en el siglo XXI. Del exilio intelectual a la emigración e (...)
  • 11 MARCU, Silvia, « El tráfico y la trata de mujeres rumanas en la Comunidad de Madrid », Investigacio (...)
  • 12 PAJARES, Miguel, Procesos migratorios e integración socio-laborales de los inmigrantes rumanos en C (...)

5L’immigration roumaine en Espagne est récente et les publications scientifiques à ce sujet reflètent progressivement ce phénomène. Joaquín Arango, María Jesús Criado et Paloma Gómez furent les premiers à s’intéresser aux flux migratoires roumains en Espagne. Leur étude La población de origen extranjero en Coslada, informe de investigación est un premier « état des lieux» de l’immigration roumaine dans ce pays4. Ruth Ferrero Turrión analyse les nouveaux flux migratoires de l’Est de l’Europe et s’intéresse, entre autre, aux causes de l’immigration roumaine en Espagne5. Vincent Maisongrande a analysé les différentes étapes de l’immigration roumaine vers l’Espagne, et la localisation des Roumains dans ce pays6. Rafael Viruela a analysé la localisation de cette immigration, et son introduction sur le marché du travail espagnol7. Silvia Marcu a publié divers travaux très intéressants sur la Roumanie8, les relations entre la Roumanie et l’Espagne9 et sur quelques aspects « spécifiques » de l’immigration roumaine en Espagne: les exilés ou les étudiants10, mais également sur les flux plus difficiles à définir des réseaux de proxénétisme11. Miguel Pajares s’est intéressé plus spécialement aux immigrés roumains installés en Catalogne12.

6Les flux migratoires roumains vers l’Espagne constituaient un objet d’études encore assez « nouveau » et me laissait entrevoir plus d’axes d’analyse que l’étude d’autres flux migratoires déjà plus exploités. Il m’a semblé également nécessaire d’inscrire ce phénomène dans le contexte plus général des mouvements migratoires vers l’Espagne, afin d’en éclairer l’analyse. L’expérience migratoire roumaine reflète en effet, dans la limite de ses caractéristiques propres, la transformation récente de l’Espagne en pays d’immigration.

7Le choix d’analyser l’immigration roumaine à travers le prisme particulier des femmes s’explique par leur présence de plus en plus importante au sein des flux migratoires. Les femmes immigrées sont devenues peu à peu objet de recherche, et la production scientifique sur l’immigration féminine est importante. L’approche du genre comme thème de réflexion permet une analyse plus complète de l’immigration féminine et de sa spécificité.

8Les Roumaines constituent presque 50% de l’immigration roumaine en Espagne, et pourtant, elles faisaient encore peu l’objet d’études « en tant que telles ». J’ai donc choisi de m’intéresser au parcours vital et professionnel de femmes qui, un jour, ont décidé de quitter leur pays pour s’installer en Espagne. Il s’agit ici de montrer qui sont les Roumaines en Espagne, quel est leur degré d’intégration dans la société espagnole et si l’immigration féminine roumaine est différente de l’immigration masculine, ou intimement liée à elle.

9Par ailleurs, l’image que la société espagnole semblait avoir des Roumaines me semblait très partielle, souvent négative, et susceptible, donc, d’être nuancée par une analyse approfondie de leur situation. Correspondent-elles toutes à l’image, assez répandue en Espagne, de la Roumaine « immigrée économique »? Combien, parmi elles, ont une expérience migratoire différente?

10L’analyse d’un corpus journalistique permet d’approcher la réalité de l’immigration en Espagne à travers la presse écrite de ce pays. La presse joue en effet un rôle important dans la transmission d’une image déterminée sur un sujet ou, comme ici, une communauté étrangère. Une analyse d’articles de presse consacrés à l’immigration roumaine complétait donc cette étude en montrant l’image transmise (construite) par les trois quotidiens ABC, EL País et El Mundo entre 1990 et 2013.

11Je souhaitais également, face à l’image assez partielle que la presse et les médias transmettent de l’immigration roumaine, proposer une analyse plus diversifiée et présenter une pluralité de profils qui correspond plus, je crois, à la réalité. J’ai donc effectué une enquête de terrain dans la Communauté Autonome de Madrid (A Madrid, Coslada et Alcalá de Henarés, et dans plusieurs municipalités au nord de la capitale). J’ai constitué un échantillon de Roumaines qui ont accepté de participer à mon étude, grâce, notamment, à la médiation des associations hispano-roumaines, de la paroisse orthodoxe, et du centre culturel roumain de Madrid. J’ai élaboré un questionnaire, afin d’établir un profil général des Roumaines immigrées en Espagne. Des entretiens semi-guidés permettaient ensuite d’évoquer plus longuement certains aspects de leur vie en Espagne.

12Les témoignages présentés portent un regard parfois critique sur la société d’accueil. Ils sont ponctuels, mais néanmoins « réalistes » par ce qu’ils révèlent de l’Espagne contemporaine. Ces regards croisés présentent des profils de Roumaines plus nuancés: Elles sont majoritairement immigrées économiques, mais également étudiantes, exilées politiques, ou sont venues tout simplement pour découvrir un autre pays

13La diversité des angles d’approche choisis répond à un même objectif: rendre compte de la façon la plus précise possible du phénomène migratoire des Roumaines en Espagne.

14Je vais aborder maintenant un aspect encore assez méconnu de l’exil roumain. Il s’agit d’un phénomène très antérieur au mouvement migratoire roumain vers l’Espagne: l’exil roumain en Espagne à partir des années 50. Il me semblait en effet très intéressant de revenir sur la présence de Roumains (et de Roumaines) dans l’Espagne des années 50, en parallèle avec leur présence actuelle dans ce pays.

1. L’exil roumain en Espagne

15Méconnu, l’exil roumain en Espagne est encore inédit, et très rarement objet de recherches. Cet exil est anecdotique d’un point de vue quantitatif, mais intéressant, dans la mesure où il a eu lieu bien avant l’actuelle immigration roumaine vers l’Espagne, et parce qu’il présente des caractéristiques tout à fait spécifiques. Pour en savoir plus, j’ai consulté des documents d’archive du Gouvernement espagnol, mais aussi le quotidien espagnol ABC, en privilégiant les années 50 et 70, afin de savoir comment ce journal reflétait la présence de l’exil roumain.

  • 13 PAJARES, Miguel, Inmigrantes del Este. Procesos migratorios de los rumanos, Icaria editorial s.a., (...)
  • 14 MANOLESCU, Florian, Enciclopedia exilului românesc literar 1945-1989, Ed. Compania, 2003.
  • 15 CASTIELLA MAIZ, Fernando María, Carta a Luis Carrero Blanco, Ministro Subsecretario de la Presidenc (...)

16A partir des années 50, une partie de l’exil roumain a choisi de s’installer dans l’Espagne franquiste. On estime le nombre de Roumains exilés à environ 10 00013. Les personnes qui quittèrent la Roumanie entre 1947 –date de l’instauration du régime communiste en Roumanie- et 1989, date de la fin du régime de Ceausescu étaient essentiellement des opposants au régime. Ils faisaient partie de groupes très divers. Il s’agissait par exemple d’anciens « légionnaires » de la « Garde de fer ». Le dirigeant légionnaire Horia Sima choisit en effet de s’exiler dans l’Espagne franquiste, où il part avec sa femme. Il arrive ainsi dans un pays qui présente d’évidentes affinités idéologiques avec le régime qu’il avait dirigé. D’autres Roumains, victimes des répressions du régime socialiste, mais qui ne partageaient pas les idées des légionnaires, arrivent également en Espagne. Un groupe d’exilés fréquente la paroisse orthodoxe et le pope Alexandru Mircea14, d’autres sont des diplomates de la Légation roumaine. Il existe par ailleurs d’autres groupes indépendants plus minoritaires, notamment à Melilla, et un groupe plus réduit, proche du prince Nicolas. L’association « Comunidad de los rumanos en España » tente de les regrouper. Elle existe depuis 1952 et aide les réfugiés à trouver du travail, ou à obtenir une assistance médicale, et veut promouvoir la culture roumaine15.

17Les Roumaines qui font partie de cet exil sont souvent issues de classes aisées, et ont suivi leurs conjoints en Espagne. L’exil roumain est visiblement un exil familial, dans lequel la femme accompagne son mari (ou ses parents). Il est cependant intéressant de voir comment ces femmes ont (ou non) trouvé leur place dans la société espagnole.

18On retrouve la trace de quelques Roumaines au sein de l’association « Comunidad de Rumanos », puisque certaines ont participé activement aux activités culturelles de l’exil roumain en Espagne. La princesse Zoé Sturdza est l’une des femmes dont la présence est le plus souvent évoquée dans les archives qui se réfèrent à cette époque. Elle est membre de cette association, et participe régulièrement à ses activités. Elena Porfireanu Beneyto, épouse de l’ex-consul d’Espagne à Bucarest, est également très active dans la vie associative des Roumains en exil.

19Les Roumaines exilées en Espagne vivaient dans un milieu assez privilégié. Elles étaient généralement issues de milieux aisés, avaient une bonne formation, et, si la plupart ne travaillaient pas, elles n’en avaient pas moins une vie sociale intense. L’un des témoignages recueillis évoque pourtant une Roumaine qui possédait avec son mari une entreprise d’exportation de manteaux de fourrure. Elle exerçait une activité professionnelle (dans la mode, milieu traditionnellement plutôt féminin), employait des espagnols dans ses ateliers et avait une domestique espagnole. Elle était la « patronne », bien avant que l’inverse se produise des années plus tard, dans une société espagnole très différente.

20Nous venons de le voir, le choix de l’Espagne par ces exilés était lié à leurs opinions politiques. Ce furent essentiellement des opposants au régime communiste, et certains éprouvaient de la sympathie pour le régime franquiste. Ils ne formèrent pas un groupe uni, mais s’intégrèrent assez rapidement dans la société espagnole d’alors. Un nombre beaucoup plus grand de Roumains choisit de s’exiler dans un pays démocratique, notamment en France.

21Si j’ai pu, grâce aux archives et à l’étude de la presse, dresser un tableau général de cet exil, il m’a été un peu difficile de suivre la trace des Roumaines. Peu de textes font clairement référence à elles et je n’ai pas trouvé d’ouvrages (biographies, articles, interviews…) dans lesquels l’une d’elles témoigne de sa vie d’exilée. Les articles qui évoquent leur présence sont très révélateurs: Aucune d’entre elles n’exerce de fonction officielle au-delà d’un engagement associatif ou mondain. Cette « absence » de personnalités bien marquées est très « parlante », et révélatrice de la société espagnole d’alors. La majorité des Roumaines exilées en Espagne, à l’époque où la condition de la femme y demeure très « traditionnelle » (accès limité au travail salarié et à l’espace public en général), semblent se conformer au modèle officiel (même si beaucoup étaient considérées « modernes » pour l’époque), alors que les Roumaines exilées à la même époque en France occupent nettement plus l’espace public. (Doina Cornea ou Monica Lovinescu ont eu un rôle beaucoup plus important au sein de l’exil roumain en France).

  • 16 MARCU, Silvia, « La odisea de los rumanos en el siglo XXI. Del exilio intelectual a la emigración e (...)

22Quelques Roumains prirent encore le chemin de l’exil dans les années 60 et 70. On parla à l’époque plutôt de « dissidents ». Il s’agissait le plus souvent d’intellectuels, d’artistes ou de professionnels très qualifiés qui profitaient d’une bourse d’études pour s’installer définitivement en Espagne (ou en France)16. Ils se sont démarqués assez rapidement des grands groupes de l’exil roumain, et ont une trajectoire essentiellement personnelle, comme D., qui a participé à mon enquête. Elle était à l’époque une actrice assez renommée. Elle profita d’un séjour en Allemagne pour rester à l’ouest mais n’obtint pas l’asile politique dans ce pays et partit pour l’Espagne. Son exil définitif en Espagne est un choix personnel qu’elle n’a jamais regretté, malgré les difficultés rencontrées au début, essentiellement dans le domaine professionnel.

23L’exil roumain vers l’Espagne est ancien, et s’est intégré dans une société espagnole à l’époque bien différente. Les récents flux migratoires roumains présentent des caractéristiques tout à fait différentes.

2. L’immigration féminine roumaine en Espagne

  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid., p. 194.

24La situation sociale et économique de la Roumanie à partir de 1989 fut un facteur décisif dans la décision d’émigrer. Ce pays fut confronté en effet à de grands changements politiques, économiques et sociaux. L’effondrement de l’économie socialiste, et des structures démocratiques encore fragiles eurent de lourdes conséquences pour la population (chômage, pauvreté, précarité…). Dans un tel climat de confusion, de nombreux Roumains ont choisi d’émigrer. Ces flux migratoires étaient encore modestes (3% des Roumains17) entre 1990 et 1995, mais ont beaucoup augmenté entre 2002 (10%) et fin 2006 (28%)18.

25Pourquoi l’Espagne ?

  • 19 MORENO FUENTES. F. Javier / BRUQUETAS CALLEJO, María, «Las políticas sociales y la integración de l (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 PAJARES, Miguel, Inmigración y mercado de trabajo. Informe 2010, Documentos del Observatorio perman (...)

26De nombreux Roumains émigrent en Espagne pour des raisons inhérentes au pays récepteur (caractéristiques spécifiques du marché du travail espagnol, années de « boom » économique et perspectives d’emploi dans la construction, le tourisme ou l’hôtellerie19). Ce pays semble également plus facile d’accès que l’Allemagne ou la France, aux lois plus restrictives en matière d’immigration20.. Entre 1990 et 1995, seuls 3% des Roumains émigrent vers l’Espagne (Il s’agit essentiellement de membres de la communauté adventiste). Entre 2000 et 2006, ils sont 24% à choisir ce pays. A partir du 1er janvier 2007 et de l’adhésion de la Roumanie à l’Union Européenne, l’immigration roumaine en Espagne augmente notablement. Elle a connu en effet un taux de croissance de 10% en 2006, et de 185,8% en 200721.

  • 22 Extranjeros en España, Cifras INE, Boletín informativo del Instituto Nacional de Estadística, marzo (...)
  • 23 Extranjeros residentes en España a 31 de diciembre de 2013. Principales resultados, Observatorio pe (...)

27En 2003, les Roumains constituaient 5,2% du total des étrangers22. En 2013 (dix ans après), ils sont la nationalité étrangère majoritaire, et sont près d’un million23.

28Réseaux d’entre-aide

  • 24 MARCU, Sivia, «Dinámica y estructura migratoria laboral de rumanos: 1990-2006. Flujos de emigración (...)
  • 25 Ibid., p. 135.

29Les premiers immigrés roumains n’avaient, au début, aucun appui dans le pays de destination. L’église adventiste (notamment à Coslada et Castellón) fut à l’origine d’un grand réseau d’entraide pour les Roumains qui arrivaient en Espagne. La paroisse orthodoxe de Madrid a, elle aussi, aidé beaucoup de Roumains lors de leur arrivée24. Ils retrouvaient en Espagne des membres de leur église, des parents ou des amis (Entre 2002-2006, 30% des immigrés roumains furent aidés à leur arrivée par un parent, et 24% par des amis25). Les compatriotes déjà installés en Espagne furent souvent la principale voie d’accès à un premier emploi.

30Localisation

31Où s’installent les immigrés roumains en Espagne?

  • 26 Informe demográfico de la población extranjera en la Comunidad de Madrid, op.cit., p. 13.
  • 27 TAMAMES, Ramón, Estudio relativo a la inmigración rumana a España, Agencia para Estrategias Guberna (...)

32Les Roumains résident essentiellement dans la C.A. de Madrid (où ils constituent 19% du total des étrangers de cette région), la C.A. de Valence (19,4%), en Andalousie (18,2%), et en Catalogne (9,5%). La province de Castellón accueille seulement 1,97% du total des étrangers qui vivent en Espagne26. En revanche, c’est l’une des provinces espagnoles dans laquelle vivent le plus de Roumains, puisqu’ils constituent 49,5% du total des étrangers27.

  • 28 Ibid., p. 283.
  • 29 Informe demográfico de la población extranjera en la Comunidad de Madrid, op.cit., p.280-283.

33Les Roumains qui ont choisi la C.A. de Madrid sont surtout présents dans la zone Est (à Coslada, Alcalá, San Fernando de Henares, Torrejón de Ardoz) et la zone Sud (Pinto, Alcorcón, Móstoles, Leganés et Fuenlabrada). A Coslada, 81,86% des étrangers sont Roumains. Ils constituent également 75,33% du total des étrangers à San Fernando de Henares, et 44,72% à Alcalá de Henares28. Dans la zone Sud, les Roumains constituent 19,93% du total des étrangers qui vivent à Pinto. Ils sont 18,42% à Alcorcón, 17,65% à Leganés, 17,84% à Móstoles, et 16,69% à Fuenlabrada29.

34L’immigration féminine roumaine

35Caractéristiques

  • 30 MARCU, Silvia, « Dinámica y estructura migratoria laboral de rumanos: 1990-2006. Flujos de emigraci (...)

36Les flux migratoires vers l’Espagne se sont féminisés, et les femmes constituent aujourd’hui près de la moitié du total des immigrés. L’exemple des Roumaines illustre bien ce phénomène: Elles n’étaient que 12% à émigrer entre 1990 et 1995, mais déjà 44% entre 2002 et 200630.

37En 2018, elles constituent presque 50% des flux migratoires roumains (46,9%).

  • 31 TAMAMES, Ramón, op.cit., p. 54.
  • 32 Ibid., p. 26.

38Les Roumaines qui arrivent en Espagne au début des années 2000 sont jeunes, la plupart entre 25 et 39 ans. Elles possèdent souvent le Bac (le Liceo), les hommes ayant plutôt suivi une formation professionnelle31. Elles viennent d’horizons divers, de régions rurales et urbaines32.

  • 33 PÉREZ DE PABLOS, Susana, « Separados a la fuerza”, El País, 26 de diciembre de 2010.

39L’immigration roumaine est une immigration essentiellement familiale: La plupart des Roumaines sont arrivées accompagnées d’un parent ou d’un conjoint, d’autres sont venues le rejoindre plus tard grâce aux lois sur le regroupement familial33. Parfois, les enfants du couple restaient en Roumanie sous la responsabilité des grands-parents, et, surtout, des grand-mères, en attendant que la situation de leurs parents se stabilise.

  • 34 MARCU, Silvia, « Dinámica y estructura migratoria laboral de rumanos: 1990-2006 », op.cit.
  • 35 Anuario estadístico de inmigración 2005, Observatorio Permanente de la Inmigración, Ministerio de T (...)

40D’autres Roumaines avaient, elles, un projet migratoire individuel. Elles sont jeunes, et tentent l’aventure de l’émigration, afin d’améliorer leurs conditions de vie, tout en découvrant un autre pays (Elles constituent 7% des Roumaines immigrées en Espagne en 1996, 19% en 2001, et sont 31% en 200634). Parmi elles, des étudiantes roumaines qui sont venues dans le cadre de programmes d’échanges universitaires. Encore peu nombreuses, elles choisissent l’Espagne pour y faire une partie de leurs études. (Elles étaient déjà 232 pendant l’année universitaire 2003-200435).

41L’analyse de l’immigration féminine roumaine en Espagne permet de dégager des traits communs avec d’autres migrantes. En effet, les Roumaines se sont heurtées aux mêmes difficultés pour régler leur situation administrative, trouver un emploi ou un logement.

42L’accès à un logement fut en effet un problème récurrent: Les prix des loyers étaient élevés, et les formalités administratives souvent compliquées (surtout si, comme c’était parfois le cas à leur arrivée, elles n’avaient pas encore réglé leur situation administrative). C’est pourquoi beaucoup d’entre elles se sont vues obligées de partager un appartement avec des compatriotes (parents, amis, ou simples connaissances). Cette colocation « forcée » fut souvent mal vécue (nombre excessif de colocataires, abus divers, cohabitation difficile…). Certaines femmes qui travaillaient dans le service domestique étaient logées directement chez leurs employeurs. A mesure que leur situation s’améliorait, la plupart des Roumaines en couple se sont installées seules avec leur conjoint (et leurs enfants).

  • 36 PAJARES, Miguel, op.cit., p. 27.
  • 37 Ley Orgánica 3/2007, de 22 de marzo, para la Igualdad efectiva de mujeres y hombres, BOE núm.71 /12 (...)
  • 38 Ley orgánica de Medidas de Protección Integral contra la Violencia de Género 1/2004 de 28 de diciem (...)

43La présence croissante des femmes espagnoles sur le marché du travail (82% des femmes entre 25 et 29 en 2008)36 explique en partie le recours à la main d’œuvre étrangère. En effet, la division du travail est encore très sexuée dans ce pays, malgré une législation pionnière en faveur de la femme (Loi pour l’Egalité37, Loi contre la violence de Genre38). Les Espagnoles ont occupé longtemps des emplois considérés « féminins » (soins aux personnes âgées et aux malades, service domestique, hôtellerie…) qu’elles quittent peu à peu pour des emplois plus qualifiés et mieux rémunérés. Ce phénomène entraîne un besoin de main d’œuvre de substitution dans certains secteurs, mais a également des répercussions importantes sur l’organisation familiale des foyers. C’est pourquoi de nombreuses familles espagnoles ont recours à de la main d’œuvre immigrée, en particulier féminine.

  • 39 Real Decreto de 1 de agosto, por el que se regula la relación laboral de carácter especial del serv (...)
  • 40 Disposición adicional trigésima novena de la Ley 27/2011 de 1 de agosto (BOE del 2) sobre actualiza (...)

44Les emplois que la société réceptrice offre aux femmes immigrées sont donc souvent des emplois peu valorisants. Elles sont soumises à une grande précarité (mauvaises conditions de travail, bas salaires, contrats à durée déterminée, voire absence totale de contrat…). Devant l’ampleur de l’économie souterraine, notamment dans le service domestique, le gouvernement espagnol a réformé en 2011 le Décret Royal39 qui réglementait depuis 1985 le service domestique, afin d’intégrer le statut des employés du service domestique dans le « régime général » de la sécurité sociale40, et de lutter contre le travail clandestin.

  • 41 MORENO FUENTES, Javier / BRUQUETAS CALLEJO, María, Estudio sobre inmigración y estado de Bienestar (...)

45L’insertion des Roumaines sur le marché du travail fut rapide, mais passait tout d’abord par une période plus ou moins longue dans l’économie souterraine. Les emplois correspondaient rarement à leur formation, et les abus furent nombreux. 41,6% des Roumaines étaient affiliées à la Sécurité Sociale espagnole fin 2005, et 42,2% en 2009. Pourtant, on remarque que peu de Roumaines l’étaient en tant qu’employées de maison (8,6%41 seulement en 2008, chiffre bien en-dessous du nombre « réel » de Roumaines dans le service domestique, ce qui laisse supposer que beaucoup travaillent encore sans contrat de travail).

  • 42 Ibid., p. 97.
  • 43 Ibid., p.38.
  • 44 Ibid., p.73.

46Elles sont réparties dans de nombreux secteurs : services, hôtellerie, commerce, et industrie (Beaucoup étaient affiliées en tant que manœuvres, ou ouvrières, 10,9% l’étaient en tant qu’auxiliaires administratives et seulement 1,7% en tant que diplômées42). La crise économique à partir de 2007, et la crise du secteur de la construction ont eu des conséquences importantes sur l’emploi des hommes roumains. L’emploi des Roumaines semble avoir mieux résisté. Pourtant, les chômeurs de nationalité roumaine (hommes et femmes) passèrent en 2007 de 60 826 à 137 76643. En 2009, 50,6% de Roumains avaient encore un contrat à durée déterminée44.

  • 45 HERITIER, Monique, « Les régularisations de clandestins en Espagne (1985-2005): Quel impact sur le (...)

47Beaucoup des Roumaines de mon échantillon ont évoqué les difficultés rencontrées avant 2007, afin de pouvoir régulariser leur situation administrative, car elles travaillaient souvent sans contrat de travail. Cependant, l’inscription sur les registres des mairies a constitué pendant longtemps une première étape de leur intégration, puisqu’elle donnait accès à l’éducation et à la santé, et facilitait grandement leurs démarches administratives, leur donnant déjà une certaine « légalité », et donc une certaine « visibilité ». Les processus exceptionnels de régularisation du gouvernement espagnol ont permis à beaucoup de Roumaines d’obtenir une autorisation de séjour (Lors du processus de 2005 par exemple, 99 673 Roumains furent régularisés, soit environ 18% du total de Roumains en Espagne45). Depuis l’entrée de la Roumanie dans la Communauté Européenne en 2007, les Roumains peuvent entrer librement en Espagne et y résider de façon illimitée. Régler leur situation administrative est devenu ainsi beaucoup plus simple, et les distingue en cela des immigrées d’autres pays tiers. Pourtant, le moratoire en vigueur entre 2007 et 2009 les obligeait à solliciter une autorisation de travail pour tout emploi salarié. Ce moratoire a suscité beaucoup de polémique, car elles se sentaient discriminées et des “citoyennes européennes de 2nde classe”.

48Ce sentiment correspond-il à la réalité? Comment l’immigration roumaine est-elle perçue dans la société espagnole? L’analyse du corpus journalistique permet d’approcher la réalité de cette immigration.

3. Analyse de la presse espagnole

49La presse joue un rôle important dans la transmission d’une image déterminée sur un sujet ou, comme ici, une communauté étrangère. Chacun des trois quotidiens analysés a une ligne éditoriale bien spécifique qui « oriente » le récit qui est fait d’un événement donné. Le vocabulaire utilisé, les titres –souvent très différents d’un quotidien à l’autre– et le choix fait de privilégier une information ou une autre, sont très significatifs.

  • 46 Informe anual 2007 sobre el racismo en el Estado español, SOS Racismo, Icaria editorial, s.a., 2007 (...)

50Les thèmes récurrents concernant l’immigration roumaine ne sont pas exempts de stéréotypes. Même s’ils ne font que très rarement la « une » des journaux, les Roumains sont souvent associés à la délinquance ou la prostitution. De nombreux articles évoquent la violence des réseaux de proxénétisme roumains et la dureté de ce milieu. La minorité rom est associée à quelques thèmes récurrents, négatifs dans la plupart des cas46 (la délinquance, la mendicité, la marginalité, les trafics d’enfants, les problèmes de voisinage, l’occupation de terrains illégaux etc.). Les Roumains, citoyens européens depuis 2007, sont encore souvent considérés comme des immigrés, et non comme des citoyens européens. 

51Les Roumaines apparaissent peu en tant qu’individus. La presse souligne essentiellement leur condition de « victimes (de réseaux de proxénétisme ou de trafic, d’exploitation sur le marché du travail…). Elles apparaissent dans la rubrique des faits divers, ou dans des articles qui évoquent la marginalisation de certaines d’entre elles (notamment des Roms). J’ai trouvé quelques articles sur la culture roumaine (ces articles font allusion à la littérature, ou évoquent le parcours d’artistes ou de personnalités roumaines célèbres). Cependant, peu d’articles montrent une image positive des Roumains en Espagne qui va au-delà des faits divers. Cela me semble intéressant à souligner, en sachant que c’est la nationalité étrangère majoritaire en Espagne.

52L’étude de certains cas particuliers prétendait aller au-delà de cette image stéréotypée présente dans la presse.

4. Etudes des cas particuliers

53Je me suis intéressée aux femmes roms, aux victimes roumaines de prostitution, et aux détenues roumaines dans les prisons espagnoles. J’ai analysé leur situation en Espagne, car elle présente des caractéristiques particulières.

54Les Roumaines roms

  • 47 Informe Anual 2010, Fundación Secretariado Gitano, 2010, www.gitanos.org.

55La minorité gitane est très importante en Espagne. L’organisation Fundación Secretariado Gitano évaluait en effet, en 2003, le nombre de gitans espagnols à environ 650 000 personnes. Il ne s’agit pas d’un groupe homogène, puisque les gitans espagnols appartiennent à différents groupes sociaux. De nombreuses mesures furent prises depuis les années 80 en faveur de la minorité gitane, afin d’améliorer ses conditions de logement, l’accès à l’éducation, aux soins et son insertion sur le marché du travail47. Comment l’Espagne a-t-elle accueilli les Roumains roms ? (Le terme utilisé fréquemment en espagnol est « gitanos rumanos »).

  • 48 TAMAMES, Ramón, op.cit., p.129.
  • 49 GALÁN, Lola, « Cada vez más hacia España », El País/Domingo, 5 de septiembre de 2010.
  • 50 Informe demográfico de la población extranjera en la Comunidad de Madrid, Observatorio de la Inmigr (...)

56Les Roumains roms ont émigré dans le cadre des flux migratoires roumains. En 2008, on estime leur nombre à environ 25 000, soit seulement 3-4% du total de l’immigration roumaine48. En 2010, certaines ONG pensent toutefois que leur nombre pourrait osciller entre 100 000 et 300 000 personnes49, soit entre 12,03% et 36,09% du nombre total de Roumains (831 235 en janvier 201050).

57Les premiers Roms roumains immigrés en Espagne étaient surtout des membres de l’Eglise Adventiste qui s’étaient installés à Coslada et à Castellón. La majorité des Roms venus ensuite sont arrivés dans le cadre de l’immigration roumaine vers l’Espagne.

58Ils se heurtent, au départ, aux mêmes problèmes que le reste de leurs compatriotes.: démarches pour régulariser leur situation administrative, recherche d’un logement, accès aux soins et intégration dans la société espagnole. Les institutions espagnoles (régionales ou municipales), et de nombreuses associations ont mis en place des structures qui permettent d’accueillir les Roumains roms, et de faciliter leur intégration. L’accent était surtout mis sur l’accompagnement des familles, la scolarisation des enfants, l’insertion sur le marché du travail, et l’accès au logement.

59Les Roumaines roms sont particulièrement vulnérables: elles sont femmes, immigrées, et roms. La plupart sont mères de familles, et ne travaillaient pas en Roumanie. La situation change en Espagne, et elles doivent travailler (Les hommes roms ont en effet plus de mal à trouver un emploi en Espagne que dans leur pays d’origine). Les associations qui suivent les familles roms en Espagne les aident à trouver un emploi (dans le service domestique, le soin aux malades ou l’agriculture).

60L’accès au logement est plus difficile que pour les Roumaines non roms, car l’image que la société a des Roms est souvent négative. On les associe aux logements vétustes, aux campements illicites, ou aux bidonvilles. Certaines familles vivent dans des conditions extrêmement précaires, mais ne constituent pas la majorité des Roumains roms. De nombreuses familles roms furent relogées dans le cadre de programmes d’intégration.

  • 51 Informe Anual 2010, Fundación Secretariado Gitano, 2010, www.gitanos.org.
  • 52 www.gitanos.org, Fundación Secretariado Gitano.

61Les programmes de suivi et d’intégration des familles roms ont amélioré la situation sociale de ces familles51. Malheureusement, les nombreuses restrictions budgétaires de ces dernières années menacent la continuité de nombreux projets d’intégration des Roms roumains52. L’intégration des Roumains roms est plus difficile que celle de leurs compatriotes non roms, mais on remarque toutefois que l’immigration entraîne quelques changements au sein de la communauté rom: les enfants sont scolarisés, les filles quittent l’école plus tard, et sont mieux formées que leurs mères. Par ailleurs, certaines femmes roms travaillent et leur rôle au sein de leur famille évolue.

62La situation des Roumaines victimes de réseaux de prostitution

  • 53 CEBERIO BELAZA, Mónica / DE CÓZAR, Álvaro, « Explotación sexual en España 1: La fina línea entre tr (...)
  • 54 Ibid.

63On ne connaît pas réellement l’ampleur du phénomène de la prostitution en Espagne. On estime que 85 à 90% des prostituées sont d’origine étrangère53. Elles ont en général entre 18 et 25 ans et 90% d’entre elles exercent la prostitution contre leur gré54.

64J’ai utilisé des rapports de la police, de la « Guardia Civil », des rapports d’organisations qui travaillent avec les victimes de traite, et quelques rares témoignages rassemblés en prison. Les rares prostituées qui ont témoigné évoquent une vie très difficile, en marge de la société dans laquelle elles vivent dans des conditions parfois proches de l’esclavage.

  • 55 SAGRADO, Beatriz, «Análisis y reflexión sobre la prostitución, el trabajo de Médicos del Mundo», MA (...)

65Les réseaux criminels qui introduisent de nombreuses femmes en Espagne sont très hétérogènes et difficiles à repérer. Ces organisations criminelles sont très puissantes55 et opèrent dans différents pays européens. Il existe de nombreux réseaux originaires d’Europe de l’Est réputés pour leur violence et leur cruauté, notamment les organisations criminelles roumaines. Entre 2000 et 2002, la police espagnole a démantelé 660 réseaux de proxénétisme, 40% d’entre eux étaient des réseaux roumains. Les rapports de la Guardia Civil estiment le nombre de victimes roumaines à 4175 en 2005, et 3701 en 2007.

  • 56 DAUNIS RODRIGUEZ, Alberto, Redes de tráfico y trata de personas. Apuntes criminológicos, Ciencia Po (...)
  • 57 Ibid.

66Les Roumaines victimes de réseaux de proxénétisme sont souvent « recrutées » dans leur pays d’origine, et sont trompées sur le but de leur voyage. Les capteurs de l’organisation, souvent des proches56, leur font miroiter un travail comme serveuse dans l’hôtellerie, ou un emploi chez des particuliers pour s’occuper d’enfants ou de personnes âgées57. 80% d’entre elles exercent la prostitution dans des « clubs » isolés situés dans des zones industrielles, le long des routes et des autoroutes. 20% seulement des prostituées qui exercent en Espagne le font en ville. D’autres se prostituent sur la voie publique ou dans des parcs. Les prostituées victimes de réseaux vivent ainsi en marge de la société, véritables esclaves « invisibles » très vulnérables.

  • 58 Ibid., p.19.

67Les organisations non gouvernementales et les associations espagnoles qui assistent les prostituées mettent en place ponctuellement des campagnes de sensibilisation, afin d’attirer l’attention de la population sur l’ampleur du phénomène. Peu de victimes portent plainte contre leurs proxénètes. La Loi espagnole prévoit pourtant de faciliter l’obtention d’un permis de séjour à toute victime de proxénétisme qui dénonce ses proxénètes et apporte des informations intéressantes qui permettent de les arrêter58.Malheureusement, ces mesures sont encore insuffisantes, ou peu appliquées. Les victimes de traite sont ponctuellement arrêtées pour immigration illégale. Les associations qui les suivent pensent qu’elles devraient avant tout être considérées comme des victimes à protéger, indépendamment de leur situation administrative.

68Les Roumaines incarcérées en Espagne

  • 59 Evolución de la población reclusa en España desde el año 2010 hasta febrero de 2013, 18 de febrero (...)
  • 60 «Distribución de la población reclusa extranjera por sexo», www.institucionespenitenciarias.es, may (...)
  • 61 Informe general de 2010, Secretaría General de Instituciones Penitenciarias, Gobierno de España, Mi (...)

69En 2012, détenus étrangers dans les prisons espagnoles constituent 33,37% du total59. Les femmes constituent, en mai 2012, seulement 8% du total des étrangers incarcérés60. En 2010, Les détenues étrangères constituent presque 40% du total des femmes incarcérées en Espagne61.

  • 62 Estadística General de población penitenciaria. Administración central, Ministerio de Justicia / Di (...)
  • 63 Informe demográfico de la población extranjera en la Comunidad de Madrid. Enero de 2011, Observator (...)
  • 64 Evolución de la población reclusa en España desde el año 2010 hasta febrero de 2013, op.cit.
  • 65 TREFFOT, Anne-Elisabeth, op.cit.

70Les Roumains constituaient, en 2009, 2,59% du total des détenus62. Ils sont très minoritaires puisqu’ils ne constituent que 0,23% du total de Roumains en Espagne63. Au 1er janvier 2012, le pourcentage de Roumains détenus en Espagne est encore peu élevé, même s’il a augmenté depuis 2009. Les Roumains constituent en effet 3,33% du total des détenus en Espagne et 9,58% du total des détenus étrangers64. De 1990 à 1996, aucune femme roumaine n’était incarcérée dans un centre pénitentiaire espagnol. Les premières le furent en 1996 et n’étaient que 12. Elles ont été très minoritaires jusqu’en 2002, année où elles passent de 12 à 54 personnes. Leur présence a augmenté (augmentation parallèle à l’arrivée de Roumains en Espagne ces dernières années), même si elles constituent un pourcentage minime par rapport au total de Roumains résidant dans ce pays. Elles constituent en effet seulement 0,23% du total des détenus en 2009. Elles sont une toute petite minorité parmi les Roumains qui vivent en Espagne en 2009, puisqu’elles ne constituent que 0,02% du total des Roumains résidant dans ce pays65.

  • 66 RIBAS, Natalia / ALMEDA, Elisabet / BODELÓN, Encarna, Rastreando lo invisible. Mujeres extranjeras (...)

71J’ai rencontré des Roumaines incarcérées qui m’ont raconté leurs difficultés quotidiennes (problèmes linguistiques, famille éloignée…). Elles vivent parfois assez mal leur détention, puisqu’elles n’ont souvent pas de parents ou d’amis en Espagne, et ne reçoivent aucune ou peu de visites. Beaucoup travaillent dans les ateliers de la prison, afin de gagner un peu d’argent qu’elles peuvent envoyer dans leur pays ou économiser en vue de leur sortie définitive66. L’une d’elle m’a raconté comment elle a vécu ses 4 ans ½ de prison, m’a parlé de sa famille, de son enfant resté en Roumanie, et de sa prochaine sortie. La réinsertion est souvent difficile, puisqu’elles doivent trouver un travail, et sont encore souvent associées à la marginalité et la délinquance.

72L’analyse des cas particuliers relativise l’image des Roumains dans la presse, car leur profil ne correspond pas à l’image « stéréotypée » à laquelle nous ont habitués les médias.

73Les Roumaines de mon échantillon portent, elles aussi, un regard très personnel sur la société espagnole. Souvent conscientes de l’image que la société d’accueil a d’elles, leurs récits n’en sont que plus intéressants.

5. Regards croisés

74Les résultats de mon étude de terrain auprès de Roumaines immigrées en Espagne ajoutent un aspect « authentique » à des chiffres et des pourcentages. Ces « regards croisés » révèlent des trajectoires migratoires originales et une grande pluralité de profils.

75Les Roumaines de l’échantillon sont relativement jeunes (Elles ont entre 25 et 34 ans), comme la majorité de leurs compatriotes. Elles sont arrivées généralement dans le cadre des premiers flux migratoires roumains vers l’Espagne. Interrogées sur les circonstances de leur venue en Espagne, elles ont évoqué des raisons économiques, mais également des raisons familiales. Cependant, quelques-unes ont un parcours différent et sont venues pour découvrir un autre pays.

76Beaucoup ont une bonne formation, mais leurs diplômes ne sont pas toujours reconnus en Espagne (la majorité a une formation universitaire). Elles recommencent donc « à zéro », dans un domaine qui n’est pas forcément le leur (soins aux malades, service domestique et hôtellerie). Les emplois offerts par la société d’accueil ne correspondent en effet ni à leur formation, ni à leur expérience professionnelle.

77Elles ont donc majoritairement repris des études ou suivi une formation dans le pays d’accueil, afin d’accéder à un emploi mieux rémunéré. Quelques femmes de l’échantillon ont fait une formation « pour leur satisfaction personnelle ». Elles ont suivi des cours à l’université, ou dans d’autres structures (ANPE espagnole, ONG, cours pour adultes…). Certaines n’ont suivi aucune formation, car les cours proposés étaient trop chers, ou parce qu’elles manquaient de temps.

78Elles travaillent dans le milieu associatif, le commerce, sont universitaires, enseignantes, journalistes, ou musiciennes.

79Les Roumaines de l’échantillon ont, à de rares exceptions près, un très bon niveau d’espagnol. Certaines parlaient déjà une ou plusieurs langues étrangères (souvent le français, le russe et l’anglais), et cela les a aidées. J’ai découvert également l’influence quelque peu insolite des séries latino-américaines (« telenovelas») très en vogue après 1989 en Roumanie. Beaucoup de Roumaines ont en effet appris un espagnol rudimentaire à travers ces séries très populaires avant de partir. En Espagne, beaucoup ont appris seules chez elles après le travail. D’autres ont appris en travaillant chez des particuliers, car elles avaient besoin de se faire comprendre quotidiennement. Bon nombre d’entre elles ont également pu assister à un cours d’espagnol pour adultes.

80Les Roumaines de l’échantillon ont évalué diverses institutions espagnoles. Leurs témoignages sont assez éclairants sur les rapports qu’elles entretiennent avec le pays d’accueil, et le degré de « normalité » de leur quotidien en Espagne. Elles jugent le système de santé en Espagne bon, et l’accès aux soins relativement facile. Elles apprécient globalement le système éducatif espagnol (notamment l’accueil fait aux enfants étrangers, la formation des enseignants), mais l’enseignement des langues leur semble meilleur en Roumanie. Elles entretiennent en général de bonnes relations avec la communauté scolaire et s’occupent majoritairement plus que leurs conjoints du suivi scolaire de leurs enfants. Elles jugent l’administration publique en Espagne relativement efficace. Certaines apprécient l’absence de corruption, et une burocratie moins répandue. Elles ont réagi face à quelques problèmes de société (chômage, terrorisme, crise économique, guerre): Le chômage et la crise économique sont, de loin, les problèmes « qui les inquiètent le plus ».

81Elles ont évoqué également certains aspects de la condition féminine. Elles sont généralement bien informées sur les nombreuses aides proposées aux femmes, les lois en vigueur (Loi pour l’Egalité, Loi contre la Violence de Genre). Elles disent se sentir plus libres en Espagne, moins soumises au regard de la famille ou de la société qu’en Roumanie. Quelques femmes de l’échantillon pensent en effet que l’expérience migratoire change parfois le statut de la femme immigrée au sein de sa famille, et les rapports entre conjoints. Elles se « débrouillent mieux », trouvent plus facilement du travail que les Roumains hommes, n’hésitent pas à compléter leur formation ou reprendre des études, afin d’améliorer leurs conditions de travail. Généralement, elles trouvent la société espagnole moins « traditionnelle » que la société roumaine.

82Le regard que les Roumaines de mon échantillon portent sur l’Espagne et les Espagnols entraîne un jeu de miroir tout à fait éclairant : L’immigrée juge –souvent consciente de l’image que l’on a d’elle– les personnes qui la reçoivent, et certains aspects du pays d’accueil.

83J’ai pu constater qu’elles distinguaient souvent entre l’impression que leur faisaient les Espagnols en général, et celle qu’elles avaient de certains de leurs employeurs. Beaucoup apprécient le caractère des Espagnols, leur gentillesse, et les trouvent généralement accueillants et solidaires. Pourtant, quelques-unes disent avoir souffert parfois de l’image stéréotypée que certains Espagnols avaient des Roumains: « Si tu es étrangère, tout le monde pense que tu n’es là que pour faire le ménage », « Beaucoup pensent à la prostitution et généralisent », « Ils te mettent une étiquette sans même te connaître! ».

  • 67 España-Rumania: integración de sabores, estudio elaborado por Campofrío y la Federación de Asociaci (...)

84Elles ont fait, avec le recul, un bilan très personnel et souvent émouvant de leur expérience migratoire. Peu disent avoir été « déçues » par l’Espagne. L’immigration fut -au début surtout- une expérience difficile, (« Je me sentais souvent mal », « Tu es toujours seule », « Je n’allais pas bien », « déracinement », « dur », « sacrifice », …). Beaucoup la jugent pourtant plutôt positive et se déclarent « à l’aise », « bien intégrées », « heureuses » en Espagne («Je vais bien», « Finalement, on ne se souvient que des bons moments», «Ça valait la peine », «Je me sens plus heureuse, plus satisfaite professionnellement »). Elles se sentent bien intégrées dans leur milieu professionnel, leur quartier, et fréquentent autant des Espagnols que des Roumains. C’est un bilan globalement positif qui rappelle les résultats d’une enquête de l’association FEDROM: en effet, 84,5% des Roumains qui y participèrent en 2009 disaient ne pas avoir regretté leur décision d’immigrer en Espagne67.

85Elles entretiennent des relations régulières avec leur pays d’origine (grâce, entre autres, à internet, à la télévision, aux visites de parents et d’amis, et aux voyages en Roumanie pendant les vacances. Certaines sont encore partagées entre leur vie en Espagne et leur pays d’origine, et expriment cette dualité d’une façon très personnelle: « Nous sommes comme des enfants qui ont deux mères », « Je suis un nouveau produit, ne suis ni Roumaine, ni Espagnole », « J’ai un pied ici et un pied là-bas »). Pourtant, un retour définitif en Roumanie se semble pas à l’ordre du jour: Beaucoup ont des enfants nés et scolarisés en Espagne, d’autres un conjoint espagnol, et les perspectives d’emploi en Roumanie leur semblent peu attrayantes.

  • 68 DOMINGO, Andreu / SABATER, Albert, « Crisis económica y emigración: la perspectiva demográfica”, AJ (...)
  • 69 Cifras de población a 1 de enero de 2018.Estadística de Migraciones. Año 2017.Datos provisionales, (...)
  • 70 MARCU, Silvia, “Comprender la movilidad en la Unión Europea ampliada: discurso de los inmigrantes r (...)
  • 71 MARCU, Silvia, “La movilidad transfronteriza de rumanos en España en tiempos de crisis”, Revista In (...)

86Entre 2008 et 2011, 20 363 Roumains immigrés en Espagne ont pris le chemin du retour vers leur pays d’origine68, 47 396 en 201769. Ce chiffre reste modeste en regard du nombre de Roumains résidant en Espagne. Depuis le début de la crise économique, on remarque que ces retours sont souvent temporaires (Hommes roumains à la recherche d’un emploi, personnes âgées qui viennent en Espagne chez leurs enfants, et retournent pour des séjours plus ou moins longs en Roumanie…). On parle, dans ce cas, plutôt de “mobilité intra-européenne”70, ou de mobilité transnationale71.

87Ces témoignages permettaient donc de « mettre un visage » sur une réalité et des chiffres généraux, et révèlent un taux élevé d’intégration dans la société d’accueil, société jugée accueillante et généreuse.

Conclusion

88Je voulais analyser le phénomène de l’immigration en Espagne à travers le prisme particulier de l’immigration féminine roumaine, car les Roumains sont depuis quelques années la nationalité étrangère majoritaire en Espagne. L’analyse d’une immigration féminine me semblait particulièrement intéressante pour ce qu’elle peut nous apprendre de la société espagnole entre 1990 et 2013.

89Or, près de cinquante ans avant l’actuelle immigration roumaine vers l’Espagne, de nombreuses Roumaines, très différentes, vivaient déjà dans ce pays. J’ai donc effectué, dans un premier temps, un retour en arrière, pour étudier un phénomène assez méconnu, celui de la diaspora roumaine: je me suis attachée à montrer comment ces Roumaines, issues des classes aisées et dirigeantes avant l’arrivée au pouvoir de Ceausescu avaient pu s’intégrer dans l’Espagne franquiste qui n’accordait pas beaucoup d’espace public aux femmes.

90J’ai analysé ensuite les caractéristiques principales de l’immigration roumaine, immigration qui possède de nombreux points communs avec l’immigration originaire d’autres pays (jeunesse des migrants, poids de l’immigration familiale, précarité de l’emploi), et souligné la place importante des femmes dans cette immigration.

91L’analyse du corpus journalistique choisi révèle que la presse transmet une image très partiale et souvent négative de l’immigration roumaine. Les Roumaines sont encore associées à certains thèmes récurrents comme la délinquance ou la prostitution. Pour leur part, les Roms sont synonymes de marginalité ou de délinquance.

92L’émigration de la minorité rom roumaine vers l’Espagne a lieu dans le cadre général de l’émigration roumaine, mais comporte des difficultés spécifiques. Les institutions espagnoles ont mis en place très tôt de nombreux projets d’intégration des Roms, projets qui passent notamment par un suivi des familles et, surtout, la scolarisation des enfants. J’ai voulu présenter un « état des lieux » de leur situation en Espagne afin d’aller au-delà de l’image récurrente négative que la société a d’elles.

93J’ai également analysé la situation des Roumaines détenues. Elles sont relativement peu par rapport au total de Roumains résidant dans ce pays. J’ai abordé enfin la situation des victimes roumaines de traite. Elles vivent en marge de la société réceptrice, dans des conditions souvent très difficiles.

94L’étude de terrain révèle des projets migratoires originaux, individuels, plus personnels, comme celui de jeunes Roumaines qui tentent la grande aventure de l’immigration, pour des raisons économiques ou professionnelles, mais également pour connaître un autre pays. Ces femmes ont connu, à un moment ou à un autre de leur expérience migratoire les difficultés inhérentes à l’immigration roumaine en Espagne, mais la plupart d’entre elles a progressivement amélioré sa situation professionnelle. Elles travaillent dans des domaines plus variés et se sont bien intégrées dans la société espagnole.

  • 72 APARICO, Rosa / PORTES, Alejandro, Investigación longitudinal sobre la segunda generación en España (...)
  • 73 Ibid.
  • 74 «Estudiantes de la UA de origen rumano marcan nuevas estrategias para hacer de su país un lugar más (...)

95Qu’en est-il de leurs enfants? Selon une étude publiée en 2013, 80% des personnes nées en Espagne se sentaient Espagnols72. La seconde génération de Roumains résidants en Espagne (arrivés petits ou nés dans ce pays) suivent généralement une scolarité normale, et font un bilan globalement positif de leur vie en Espagne: Ils se déclarent “intégrés” et disent ne pas avoir été victimes de discrimination73. La présence d’étudiantes roumaines dans l’enseignement supérieur espagnol augmente, puisque ces enfants ont grandi et commencent leurs études74.

  • 75 TAMAMES, Ramón (coord.), Estudio relativo a la inmigración rumana a España, Agencia para Estrategia (...)
  • 76 “Nacidos en España de madre y/o padre extranjero”. INE, www.es.
  • 77 “Nacidos en España de madre y/o padre extranjero”. INE, www.es.

96Le taux de mariages mixtes peut être révélateur du degré d’intégration dans la société d’accueil. Parmi les Roumaines de mon échantillon, seules quelques-unes avaient un conjoint espagnol. Les mariages mixtes entre Roumains et Espagnols sont encore minoritaires, et concernent plutôt des Roumaines qui épousent des Espagnols que le contraire. Ils constituaient en 2005 déjà 64% du total des mariages dans lesquels l’un des conjoints est une Roumaine (Les mariages entre hommes roumains et femmes espagnoles ne constituaient que 20% des mariages dont l’un des conjoints est un homme de nationalité roumaine)75. En 2015 (soit dix ans plus tard) on recense 1254 mariages entre une Roumaine et un Espagnol, contre 236 entre un Roumain et une Espagnole76. On recensait la même année 8137 naissances d’enfants roumains dont les deux parents étaient Roumains, et déjà près de 3000 Roumains nés dans un foyer hispano-roumain (dans la majorité des cas la mère est Roumaine et le père Espagnol)77.

97Il serait intéressant d’effectuer un suivi de cette seconde génération de Roumains, afin d’analyser plus en détail leur processus d’intégration dans la société espagnole.

  • 78 «Anka Moldovan: ‟Me veo más como nueva madrileña que como inmigrante”», ABC, 15 de octubre de 2008.

98Laissons le dernier mot à Anka Moldovan, arrivée enfant en Espagne. Elle fut médiatrice culturelle et députée régionale « Moi, je préfère le terme « nouvelle madrilène » à celui d’immigrée. J’ai eu la chance de puiser dans deux cultures »78.

Top of page

Notes

1 Extranjeros residentes en España a 30 de junio de 2018. Principales resultados, Observatorio permanente de la inmigración, secretaría de migraciones, Ministerio de trabajo, migraciones y seguridad social, septiembre de 2018).

2 FERRERO TURRIÓN, Ruth, Nuevos Socios, nuevas fronteras. Los procesos migratorios desde Europa Central y Oriental, Documentos CIDOB, serie Migraciones número 5, CIDOB ediciones, mayo de 2005, p. 13.

3 TREFFOT, Anne-Elisabeth, L’immigration féminine roumaine en Espagne, Editions Universitaires de Dijon, collection Société, Dijon, 2016 / L’Espagne, un nouveau pays d’immigration: L’exemple des immigrées roumaines, 2013,

http://scd.ubourgogne.fr/clientBookline/service/reference.asp?INSTANCE=EXPLOITATION&OUTPUT=PORTAL&DOCID=704496&DOCBASE=CATALOGUE)

4 ARANGO, Joaquín /CRIADO, María Jesús / GÓMEZ CRESPO, Paloma, La población de origen extranjero en Coslada, informe de investigación, Madrid, Centro de Estudios sobre Ciudadana y Migraciones, Instituto Ortega y Gasset, 2001.

5 FERRERO TURRIÓN, Ruth, Nuevos Socios, nuevas fronteras. Los procesos migratorios desde Europa Central y Oriental, Documentos CIDOB, serie Migraciones número 5, CIDOB ediciones, mayo de 2005.

6 MAISONGRANDE, Vincent, Les circulations migratoires roumaines en Europe: réseaux sociaux et inscription dans l’espace, MIGRINTER, Université de Poitiers, 2008 (Master2 en Migrations internationales).

7 VIRUELA MARTÍNEZ, Rafael, «Inmigrantes rumanos en España: aspectos territoriales y procesos de sustitución laboral», Scripta Nova, Revista Electrónica de Geografía y Ciencias Sociales, vol.10, nº222, 2006.

8 MARCU, Silvia, Rumania, territorio olvidado. Proceso de transición e integración: 1989-2005, Universidad de Valladolid, Tesis doctoral, 2005.

9 MARCU, Silvia, Un puente latino sobre Europa: Las relaciones Rumania-España en el nuevo contexto europeo, Institutul Cultural Român, Bucarest, 2005 / www.cchs.csic.es/es/personal/silvia.marcu.

10 MARCU, Silvia, « La odisea de los rumanos en el siglo XXI. Del exilio intelectual a la emigración económica », artículo publicado en ISLA FERNANDEZ, Amancio (coord.) Invadidos, exiliados y desplazados en la historia, Instituto universitario de Historia Simancas, Universidad de Valladolid, 2009, p. 165-203.

11 MARCU, Silvia, « El tráfico y la trata de mujeres rumanas en la Comunidad de Madrid », Investigaciones Geográficas, nº48, Instituto Universitario de Geografía, Universidad de Alicante, mayo-agosto de 2008, p. 159-177.

12 PAJARES, Miguel, Procesos migratorios e integración socio-laborales de los inmigrantes rumanos en Cataluña, Universitat de Barcelona, Departament d’Anthropologia Cultural i Història d’Amèrica i d’Africa, Tesis Doctoral, 2006.

13 PAJARES, Miguel, Inmigrantes del Este. Procesos migratorios de los rumanos, Icaria editorial s.a., Barcelona, 2007, p.17.

14 MANOLESCU, Florian, Enciclopedia exilului românesc literar 1945-1989, Ed. Compania, 2003.

15 CASTIELLA MAIZ, Fernando María, Carta a Luis Carrero Blanco, Ministro Subsecretario de la Presidencia, 21 de noviembre de 1959, Ministerio de Asuntos Exteriores, Dirección General de Política Exterior, en: Refugiados políticos rumanos en España, Leg. R5438, Archivo del Ministerio de Asuntos exteriores, Madrid.

16 MARCU, Silvia, « La odisea de los rumanos en el siglo XXI. Del exilio intelectual a la emigración económica », artículo publicado en ISLA FERNANDEZ, Amancio (coord.) Invadidos, exiliados y desplazados en la historia, Instituto universitario de Historia Simancas, Universidad de Valladolid, 2009, p. 165-203, p. 181.

17 Ibid.

18 Ibid., p. 194.

19 MORENO FUENTES. F. Javier / BRUQUETAS CALLEJO, María, «Las políticas sociales y la integración de la población de origen inmigrante en España», in: AJA, Eliseo / ARANGO, Joaquín / OLIVER, Josep (dir.), La hora de la integración. Anuario de la inmigración 2011, CIDOB, marzo de 2012, p. 183.

20 Ibid.

21 PAJARES, Miguel, Inmigración y mercado de trabajo. Informe 2010, Documentos del Observatorio permanente de la inmigración, Ministerio de Trabajo e Inmigración, Subdirección General de Información Administrativa y Publicaciones, Gobierno de España, abril de 2010, p. 29.

22 Extranjeros en España, Cifras INE, Boletín informativo del Instituto Nacional de Estadística, marzo de 2004, www.ine.es.

23 Extranjeros residentes en España a 31 de diciembre de 2013. Principales resultados, Observatorio permanente de la inmigración, secretaría de migraciones, Ministerio de trabajo, migraciones y seguridad social, agosto de 2014.

24 MARCU, Sivia, «Dinámica y estructura migratoria laboral de rumanos: 1990-2006. Flujos de emigración hacia España, destino Madrid », op.cit., p. 139.

25 Ibid., p. 135.

26 Informe demográfico de la población extranjera en la Comunidad de Madrid, op.cit., p. 13.

27 TAMAMES, Ramón, Estudio relativo a la inmigración rumana a España, Agencia para Estrategias Gubernamentales en Madrid, Gobierno de Rumania, campaña «Hola soy rumano», 2008, p. 22.

28 Ibid., p. 283.

29 Informe demográfico de la población extranjera en la Comunidad de Madrid, op.cit., p.280-283.

30 MARCU, Silvia, « Dinámica y estructura migratoria laboral de rumanos: 1990-2006. Flujos de emigración hacia España, destino Madrid », op.cit., p. 115.

31 TAMAMES, Ramón, op.cit., p. 54.

32 Ibid., p. 26.

33 PÉREZ DE PABLOS, Susana, « Separados a la fuerza”, El País, 26 de diciembre de 2010.

34 MARCU, Silvia, « Dinámica y estructura migratoria laboral de rumanos: 1990-2006 », op.cit.

35 Anuario estadístico de inmigración 2005, Observatorio Permanente de la Inmigración, Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales, Secretaría de Inmigración y emigración, p. 393.

36 PAJARES, Miguel, op.cit., p. 27.

37 Ley Orgánica 3/2007, de 22 de marzo, para la Igualdad efectiva de mujeres y hombres, BOE núm.71 /12611.

38 Ley orgánica de Medidas de Protección Integral contra la Violencia de Género 1/2004 de 28 de diciembre (BOE núm.313 de 29 de diciembre de 2004).

39 Real Decreto de 1 de agosto, por el que se regula la relación laboral de carácter especial del servicio del hogar familiar, BOE núm. 193 de 13 de agosto de 1985, BOE-A-1985-17108.

40 Disposición adicional trigésima novena de la Ley 27/2011 de 1 de agosto (BOE del 2) sobre actualización, adecuación y modernización del Sistema de la Seguridad Social.

41 MORENO FUENTES, Javier / BRUQUETAS CALLEJO, María, Estudio sobre inmigración y estado de Bienestar en España, Obra Social la Caixa, Colección Estudios Sociales número 3, 2011, p. 134.

42 Ibid., p. 97.

43 Ibid., p.38.

44 Ibid., p.73.

45 HERITIER, Monique, « Les régularisations de clandestins en Espagne (1985-2005): Quel impact sur le marché du travail espagnol? », BERGASA, Victor / HERITIER, Monique (Dir.), Le monde en Espagne, l’Espagne dans le monde. Immigration et altérité à l’époque contemporaine, L’Harmattan, 2011, p. 62.

46 Informe anual 2007 sobre el racismo en el Estado español, SOS Racismo, Icaria editorial, s.a., 2007, p.135.

47 Informe Anual 2010, Fundación Secretariado Gitano, 2010, www.gitanos.org.

48 TAMAMES, Ramón, op.cit., p.129.

49 GALÁN, Lola, « Cada vez más hacia España », El País/Domingo, 5 de septiembre de 2010.

50 Informe demográfico de la población extranjera en la Comunidad de Madrid, Observatorio de la Inmigración, Centro de Estudios y Datos, Consejería de Empleo, Mujer e Inmigración, Comunidad de Madrid, enero de 2011.

51 Informe Anual 2010, Fundación Secretariado Gitano, 2010, www.gitanos.org.

52 www.gitanos.org, Fundación Secretariado Gitano.

53 CEBERIO BELAZA, Mónica / DE CÓZAR, Álvaro, « Explotación sexual en España 1: La fina línea entre trata y prostitución. La esclavitud invisible », El País, domingo 17 de mayo de 2009.

54 Ibid.

55 SAGRADO, Beatriz, «Análisis y reflexión sobre la prostitución, el trabajo de Médicos del Mundo», MARCOS, Liliana (ed.), Explotación sexual y trata de mujeres, Colección Una mirada a nuestro tiempo, Editorial Complutense, julio de 2006, p. 174.

56 DAUNIS RODRIGUEZ, Alberto, Redes de tráfico y trata de personas. Apuntes criminológicos, Ciencia Policial, p. 18.

57 Ibid.

58 Ibid., p.19.

59 Evolución de la población reclusa en España desde el año 2010 hasta febrero de 2013, 18 de febrero de 2013, www.acaip.es, p.8.

60 «Distribución de la población reclusa extranjera por sexo», www.institucionespenitenciarias.es, mayo de 2012.

61 Informe general de 2010, Secretaría General de Instituciones Penitenciarias, Gobierno de España, Ministerio de Interior, 2009.

62 Estadística General de población penitenciaria. Administración central, Ministerio de Justicia / Dirección General de Instituciones Penitenciarias / Subdirección General de Gestión Penitenciaria/ Gabinete Técnico, diciembre 2009.

63 Informe demográfico de la población extranjera en la Comunidad de Madrid. Enero de 2011, Observatorio de la Inmigración, Centro de Estudios y datos, Consejería de Empleo, Mujer e inmigración, enero de 2011.

64 Evolución de la población reclusa en España desde el año 2010 hasta febrero de 2013, op.cit.

65 TREFFOT, Anne-Elisabeth, op.cit.

66 RIBAS, Natalia / ALMEDA, Elisabet / BODELÓN, Encarna, Rastreando lo invisible. Mujeres extranjeras en las cárceles, Anthropos Editorial, 2005, p.78.

67 España-Rumania: integración de sabores, estudio elaborado por Campofrío y la Federación de Asociaciones de Inmigrantes Rumanos en España (FEDROM), diciembre de 2009.

68 DOMINGO, Andreu / SABATER, Albert, « Crisis económica y emigración: la perspectiva demográfica”, AJA, Eliseo /ARANGO, Joaquín /OLIVER, Josep (dir.), Inmigración y crisis: entre la continuidad y el cambio. Anuario de la inmigración 2012, p. 82.

69 Cifras de población a 1 de enero de 2018.Estadística de Migraciones. Año 2017.Datos provisionales, Notas de prensa, INE, 25 de junio de 2018.

70 MARCU, Silvia, “Comprender la movilidad en la Unión Europea ampliada: discurso de los inmigrantes rumanos en España”, Reis.140, octubre-diciembre 2012, p. 147-162.

71 MARCU, Silvia, “La movilidad transfronteriza de rumanos en España en tiempos de crisis”, Revista Internacional de sociología, vol. 71, nº1, enero-abril 2013, p. 115-141.

72 APARICO, Rosa / PORTES, Alejandro, Investigación longitudinal sobre la segunda generación en España. Avance de resultados, Fundación Ortega y Gasset- Gregorio Marañon, mayo de 2013 / Univ. De Princetoon, Instituto de Estudios Migratorios de la Universidad de Comillas.

73 Ibid.

74 «Estudiantes de la UA de origen rumano marcan nuevas estrategias para hacer de su país un lugar más atractivo», Actualidad Universitaria, www.web.ua.es (Universidad de Alicante), 29 de noviembre de 2012.

75 TAMAMES, Ramón (coord.), Estudio relativo a la inmigración rumana a España, Agencia para Estrategias Gubernamentales en Madrid, Gobierno de Rumania, campaña «Hola soy rumano», 2008, p. 96.

76 “Nacidos en España de madre y/o padre extranjero”. INE, www.es.

77 “Nacidos en España de madre y/o padre extranjero”. INE, www.es.

78 «Anka Moldovan: ‟Me veo más como nueva madrileña que como inmigrante”», ABC, 15 de octubre de 2008.

Top of page

References

Electronic reference

Anne Treffot, « L’immigration féminine roumaine en Espagne », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [Online], 21 | 2020, Online since 04 December 2019, connection on 09 July 2020. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/3798 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.3798

Top of page

About the author

Anne Treffot

Docteure en Etudes hispaniques

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Top of page