Skip to navigation – Site map

L’émancipation en point de mire chez la correspondante étrangère Josefina Carabias

Catherine SAUPIN

Full text

1Résumé : En décembre 1954, la journaliste espagnole Josefina Carabias quitte l’Espagne pour Washington où elle exerce en tant que correspondante étrangère pendant quatre ans avant de rejoindre la capitale française où elle séjourne et travaille pendant sept années supplémentaires. Cette contribution analyse la signification de cette expérience migratoire dans le parcours personnel et professionnel de la chroniqueuse, en soulignant qu’elle ne peut être appréhendée comme un fait isolé mais s’inscrit au contraire dans une série de déplacements géographiques significatifs dans la vie de la journaliste. L’objet de cette étude est de faire apparaître la portée émancipatrice de cette migration pour la journaliste elle-même et, au-delà, pour ses concitoyennes du fait d’une utilisation militante de cette expérience migratoire par Josefina Carabias.

2Mots-clés : Josefina Carabias, migration, exil, presse, droits des femmes

3Thèmes : migrations, émancipation féminine, franquisme

4Période : XXe siècle

5Aires géographiques : Espagne, États-Unis, France

Introduction

6Josefina Carabias est reconnue comme l’une des grandes figures du journalisme espagnol. Son parcours est remarquable à plus d’un égard : pionnière parmi les femmes journalistes, longévité d’exercice (1931-1980) et coïncidence de cette expérience professionnelle avec plusieurs grandes périodes de l’histoire de l’Espagne du XXe siècle. La trajectoire de la carrière à succès de la journaliste a ainsi croisé les principales étapes d’une évolution politique qui a fait passer l’Espagne, au travers une guerre civile, d’un régime démocratique républicain à un régime autoritaire et, à travers une période de transition politique, de la longue dictature franquiste à la monarchie constitutionnelle et parlementaire. Chacune de ces phases a par ailleurs eu des conséquences non négligeables sur la condition et la place des femmes dans la société espagnole.

  • 1 Elle couvre ainsi la présidence Eisenhower aux États-Unis et pratiquement tout le début de la Cinqu (...)

7Une période retiendra ici notre attention, celle allant de la fin de l’année 1954 à la fin de l’année 1967, 13 années que Josefina Carabias passa à exercer en tant que correspondante à l’étranger – quatre ans à Washington et sept ans à Paris1 ‒ avant de revenir définitivement en Espagne. Notre contribution vise à interroger cette expérience migratoire pour en révéler les modalités, les motivations et les effets. De quelle mobilité s’agit-il ? Stricte mobilité professionnelle ? Migration économique ? Exil politique ? Que nous dit-elle et révèle-t-elle quant au désir d’émancipation de Josefina Carabias, pour elle-même et pour les autres ?

8Un rapide retour sur le parcours atypique de la journaliste nous permettra, dans une première partie, de mieux comprendre à quand remonte et comment s’est exprimée sa soif de liberté et quelles ont été les expériences migratoires antérieures à celle qu’elle vécut comme correspondante étrangère. Celle-ci occupera la seconde partie de notre étude afin d’interroger ce moment clef dans son parcours professionnel. Une analyse des conditions et du contexte dans lequel s’est fait son départ d’Espagne permettra de mieux apprécier toutes les dimensions d’un choix personnel. Enfin, nous nous attacherons à démontrer comment la journaliste a mis son expérience individuelle au service d’une promotion collective des femmes.

Parcours atypique d’une pionnière du journalisme

  • 2 Entretiens avec la fille cadette de Josefina Carabias, Mercedes Rico Carabias, Madrid, août 2005 et (...)

9Josefina Carabias (1908-1980) a très tôt affirmé sa volonté de s’écarter du modèle imposé aux jeunes filles et aux femmes espagnoles de son époque. Née dans la province de Ávila dans une famille de petits propriétaires terriens, elle a tout fait étant enfant pour pouvoir poursuivre ses études malgré la pression sociale et familiale2, ce à quoi elle parvint en préparant avec succès le bachillerato. La jeune Josefina Carabias fait porter son regard par-delà les sommets de la Sierra de Gredos qui entourent son village natal. Attirée par la modernité de la capitale dont lui parviennent des nouvelles par la presse ou les témoignages de proches, elle part à la fin des années vingt suivre des études de droit à Madrid. Nous avons donc là une première migration du village d’Arenas de San Pedro vers la capitale, une migration rêvée, mûrement réfléchie et concrétisée à force de volonté et de travail personnels.

  • 3 Il semble que Matilde Padrós Rubio ait joué un rôle à cet égard. Josefina Carabias fit la connaissa (...)
  • 4 Il s’agit de Vicente Sánchez Ocaña.
  • 5 « la roue a commencé à tourner […] en deux ou trois mois j’étais devenue une journaliste connue ». (...)
  • 6 Elle fut la première journaliste femme chez Unión Radio Madrid au sein du programme d’information « (...)
  • 7 Carmen Rico Godoy est née en France un jour avant que n’éclate la Seconde Guerre mondiale et alors (...)

10Dans la capitale, elle réside pendant un temps à la Residencia de Señoritas3 dirigée par María de Maeztu goûtant à l’effervescence ‒ culturelle, sociale et politique ‒ de la vie madrilène de la fin des années vingt et du début des années trente. C’est à cette époque qu’elle entre presque par hasard dans le monde du journalisme, puisqu’à la demande d’un parent éloigné4 rédacteur en chef de la revue Estampa, elle interviewe Victoria Kent lorsque le gouvernement provisoire de la République nomme cette dernière Directrice Générale des Prisons. Selon Josefina Carabias, à partir de là, « ya empezó la noria […] me encontré periodista conocida en cuestión de dos o tres meses5 ». Elle collabore alors à plusieurs journaux et revues à plein temps comme membre de la rédaction et s’essaye même à la radio6. En mai 1936, elle épouse civilement José Rico Godoy, qui avait participé en décembre 1930 au soulèvement pro républicain de Jaca. À l’automne 1936, la pression des troupes franquistes et les combats dans la capitale les conduisent à s’exiler en France. Pressé par la situation financière précaire de la famille, José Rico décide en 1939 de franchir la frontière – il souhaite se rendre en Andalousie où il est susceptible de recevoir un héritage familial ‒, mais il est arrêté à Burgos, emprisonné et maintenu en détention jusqu’en 1942. Ce n’est qu’à cette date, à la sortie de prison de son mari, que Josefina Carabias rentre en Espagne avec sa fille Carmen, âgée de trois ans7. Elle dut alors se rendre à la Dirección General de Seguridad pour signaler son retour sur le territoire espagnol et fut longuement interrogée. Elle repart librement ce jour-là mais avec une interdiction d’exercer en tant que journaliste.

  • 8 Sur la politique législative discriminatoire envers les femmes du régime franquiste, voir Ruiz Fran (...)
  • 9 Pendant cette période, Josefina Carabias publie notamment dans Informaciones une chronique intitulé (...)
  • 10 Saupin, Catherine. Josefina Carabias. L’engagement d’une journaliste pour les droits des femmes (19 (...)

11Dans le Madrid du début des années quarante où une certaine solidarité s’exerce entre les « rescapés » de la République, elle retrouve des amis et connaissances et continue à écrire. Elle livre quelques articles, sous sa signature dans la presse argentine grâce à l’aide de Vicente Sánchez Ocaña, de façon anonyme ou sous le pseudonyme Carmen Moreno dans la presse espagnole. La prudence reste toutefois de mise et son activité rédactionnelle est somme toute réduite. Elle envisage un temps de passer le concours de conservateur des hypothèques, pour lequel elle s’était déjà préparée en 1932 lorsque ce dernier fut ouvert aux femmes sous la Seconde République, mais en est empêchée par la législation franquiste qui vient d’en exclure à nouveau ces dernières8. Sa deuxième fille, Mercedes, naît en 1945 et Josefina Carabias subvient alors aux besoins de la famille avec quelques collaborations dans la presse et la publication de courts ouvrages. En 1948, un de ses amis, Francisco Lucientes, directeur du journal Informaciones, l’engage au titre de secrétaire de direction puisqu’elle n’est pas encore autorisée à exercer officiellement le métier de journaliste. À partir de cette date, elle travaille donc officiellement pour ce journal, ce qui lui permet d’y publier des articles avant même de retrouver légalement son statut de journaliste9. Après l’avoir autorisée de manière informelle à utiliser son nom, on finit par lui faire savoir qu’elle peut solliciter une carte de presse. Elle obtient son inscription sur le Registre Officiel des Journalistes en décembre 195110 et intègre officiellement la rédaction de Informaciones, se retrouvant, comme vingt ans auparavant, la seule femme au sein d’une rédaction masculine.

Le choix du départ11

  • 11 L’année précédente elle se déplaça en République Fédérale allemande et réalisa une série de reporta (...)
  • 12 Le nom de Carmen de Burgos y Seguí (1867-1932), alias Colombine, et Sofia Casanova doivent égalemen (...)
  • 13 Quand Josefina Carabias part pour Washington, l’Espagne est devenue depuis déjà un peu plus d’un an (...)
  • 14 Il s’agit en fait de trois journaux : Informaciones, La Gaceta del Norte et El Diario Universal.
  • 15 La rémunération des correspondants étrangers était largement supérieure au salaire de base des jour (...)

12Pour Josefina Carabias, le grand saut professionnel se fait à la fin de l’année 1954 lorsqu’elle est envoyée comme correspondante étrangère à Washington. Elle est une des premières correspondantes étrangères dans l’histoire du journalisme espagnol12 et la destination n’est pas des moindres, notamment du point de vue de la conjoncture politique internationale13. Si l’on en croit ses déclarations, son départ pour les États-Unis tiendrait en partie au hasard. Elle raconte ainsi dans une interview accordée en 1972 que lorsque le directeur du Noticiero de Barcelona lui fit part de son projet de prendre contact avec le journal Informaciones pour envoyer un correspondant à Washington14, elle lui suggéra sur le ton de la plaisanterie de l’y envoyer elle. On est en droit de se demander jusqu’à quel point il s’agissait d’une proposition irréfléchie. Plusieurs éléments peuvent au contraire expliquer la motivation de la journaliste pour quitter l’Espagne. Tout d’abord, la situation financière de la famille que nous avons évoquée précédemment. Les revenus assurés par Josefina Carabias étaient les seuls revenus stables en raison de la condamnation de son époux et de l’interdiction d’exercer assortie à celle-ci. L’augmentation significative de revenu que représentait un poste de correspondante étrangère n’était donc pas un élément anodin15. Il faut à ce titre tenir compte des difficultés traversées pendant la décennie précédente. 

  • 16 Carabias, Josefina. « La primera mujer española que ocupa un cargo público », Estampa, 18/04/31; «  (...)
  • 17 Domingo, Carmen. Histoire politique des femmes espagnoles. De la II République à la fin du franquis (...)

13Il convient de ne pas oublier la nature des premières années du régime franquiste et le climat régnant en Espagne. L’élan émancipateur et progressiste de la seconde République auquel Josefina Carabias avait participé en s’enthousiasmant et en témoignant dans la presse de l’irruption des femmes dans la sphère publique16, fut coupé net avec l’instauration du régime franquiste17. Face à cette Espagne refermée sur elle-même, les États-Unis apparaissent comme une promesse d’ouverture et de liberté, comme un souffle nouveau. La représentation de la femme américaine qu’elle a en tête à cette époque est celle d’une femme émancipée tant sur le plan civil que politique. Elle témoigna d’ailleurs à postériori de la déception ressentie lorsqu’à son arrivée aux États-Unis elle découvrit une réalité bien différente. Elle fut par exemple choquée d’être redirigée vers un espace réservé aux femmes la première fois qu’elle voulut accéder au Club de presse.

  • 18 « Je pensais qu’aux États-Unis tout allait bien dans le meilleur des mondes. Ce n’était pas le cas. (...)

14En EEUU, creía yo que todo el monte era orégano. No por cierto. En primer lugar segregación en el Club de Prensa. Partidos políticos. Las intelectuales en baja. Mucha coba a la mujer pero como esposa. Pronto me di cuenta, trabajan menos mujeres. Estudian con menos fe. Aquel ambiente intelectual femenino no se percibe […]18

  • 19 Evans, Sara M., Les Américaines. Histoire des femmes aux États-Unis, Paris, Belin, 1991, p. 417.

15Il est clair que le statut de la femme aux États-Unis pendant les années cinquante n’a rien à voir avec celui d’une femme libérée et indépendante19. L’ordre moral exalte la parfaite housewife, l’idéal traditionnel de l’épouse mère de famille et femme au foyer est revenu en force prenant le pas sur l’image de la flapper des années vingt, celle-là même que Josefina Carabias avait découvert à travers le modèle des étudiantes américaines de passage à la Residencia de señoritas. Pourtant, nous le verrons, ce n’est pas toujours sous un jour négatif que la journaliste évoqua la situation des femmes américaines dans ses chroniques.

  • 20 Rappelons que Josefina Carabias n’a pas de convictions religieuses. Lorsqu’elle se marie avec José (...)
  • 21 Elle pouvait en effet trouver dans ce journal l’assurance d’une continuité dans la mesure où ce der (...)

16Au début de l’année 1957, Josefina Carabias intègre le journal catholique Ya pour lequel elle écrira jusqu’en 1980. La décision de rejoindre le quotidien catholique peut, dans un premier temps, sembler invraisemblable en raison de la distance idéologique qui la séparait de celui-ci20, mais elle lui offrait des avantages certains : la garantie d’une stabilité21 alors même que Informaciones venait d’être racheté par le groupe de El Correo Español et une reconnaissance publique de son audience. Alejandro Fernández Pombo, directeur adjoint de Ya, nous a relaté lors d’un entretien, l’âpre négociation préalable à l’engagement de Josefina Carabias. Outre la revendication du maintien de son niveau de rémunération, elle avait également posé comme condition d’être engagée en tant que rédactrice, une première dans le journal, ce qui n’était visiblement pas du goût du directeur de l’époque Aquilino Morcillo.

  • 22 « Elle a posé comme condition d’être rédactrice. Il n’y avait pas de précédent, des jeunes collabor (...)

17Ella puso como condición el ser redactora. No había precedente, chicas colaboradoras sí, pero no una redactora, porque el director, Aquilino Morcillo, era un hombre que […] a parte de que era un poco machista y eso, pero sobre todo con muy poco sentido del humor, y él suponía, decía que las mujeres, entran periodistas de solteras, se casan, y empiezan a tener hijos, y a pedir permiso y a faltar y tal y no se puede contar con ellas y no sé qué, y esa era una de las razones. Luego ya, después de Josefina, fueron entrando con cuenta gotas y siempre muy discutido […]. Ella consiguió ser redactora porque interesaba […] Por otra parte, ya cuando entró en el Ya había llegado por la edad a una etapa de su vida […]22.

  • 23 Nielfa Cristóbal, Gloria (ed). Mujeres y hombres en la España franquista: sociedad, economía, polít (...)

18Il apparaît donc que le départ d’Espagne de Josefina Carabias fin 1954 s’avère plus complexe qu’une simple promotion professionnelle. Il révèle de multiples facettes : la recherche d’un revenu stable et suffisant pour subvenir aux besoins de l’ensemble de sa famille, une aspiration à une certaine réussite et reconnaissance sociale, mais au-delà, également, une volonté émancipatrice, le refus du carcan que tente d’imposer le régime franquiste aux femmes espagnoles. Si son départ ne relève pas d’un exil politique au sens d’une fuite face à une mise en danger immédiate ou d’un bannissement du territoire par les autorités, cette qualification ne peut être écartée d’emblée dans la mesure où Josefina Carabias saisit ici l’occasion de fuir, d’échapper aux normes de comportement que le Régime assigne aux femmes depuis plusieurs années et qu’elle rejette profondément. À cet égard, sa réussite professionnelle et son cheminement personnel sont à l’opposé de l’idéal féminin promu par le Régime23. Elle devient, de fait, par ses choix individuels un anti-modèle concret à l’idéal féminin du national-catholicisme. Toutefois, la journaliste ne s’est pas limitée à contester ce modèle à son seul niveau individuel.

Une émancipation individuelle mise au service du collectif

  • 24 Rappelons que Josefina Carabias ne s’est pas limitée à la défense des droits juridiques des femmes. (...)

19Afin d’illustrer cet engagement de la journaliste, la question de la défense des droits civils des femmes est exemplaire24. Il convient ici de rappeler que parmi les ressorts utilisés pour empêcher toute velléité d’indépendance économique et sociale des femmes et restreindre leur place au seul espace du foyer, le régime franquiste utilisa notamment l’appareil législatif. En matière de droit civil, la loi du 12 mars 1938 avait fait à nouveau entrer en vigueur le Titre IV du Livre I du Code Civil promulgué en 1889 et abrogé sous la Seconde République, ainsi que quelques articles supplémentaires se référant à la capacité juridique de la femme. Les femmes espagnoles étaient redevenues des mineures sous tutelle, du père puis du mari.

  • 25 Formica, Mercedes. « El domicilio conyugal », ABC, 7 /11/ 1953.
  • 26 Ruiz Franco, Rosario. Mercedes Formica (1916-), Madrid, El Orto, 1997, 93 p.; Lavail, Christine. «  (...)
  • 27 « Rappelons par exemple le fait que les maris espagnols, admirablement entraînés du point de vue de (...)
  • 28 « Ainsi, si en Espagne les lois ont été faites et s’appliquent toujours au bénéfice de l’homme, ici (...)
  • 29 Ibid.

20Lorsqu’en 1953 l’avocate Mercedes Formica relance le débat sur la situation juridique de la femme mariée avec la publication d’un article intitulé « El domicilio conyugal25 », Josefina Carabias participa activement à la campagne initiée par l’avocate26 en relayant, dans le journal Informaciones, les prises de parole de cette dernière. Mercedes Formica plaidait pour une révision du Code Civil et notamment contre la désignation du domicile comme casa del marido. Josefina Carabias lui apporta son soutien à travers l’écho qu’elle donna à son combat dans ses articles et dans quelques conférences. Son départ pour les États-Unis ne l’empêcha pas de poursuivre cet engagement par le biais d’une comparaison entre législations américaine et espagnole tout à fait défavorable pour cette dernière : « Téngase en cuenta, por ejemplo, que los maridos españoles, admirablemente entrenados en la dominación absoluta, disponen, además, de una legislación que les protege, no se sabe de qué, pero les protege27 », écrit-t-elle en septembre 1956 un mois après la publication en Espagne de deux nouveaux articles de Mercedes Formica dans le journal ABC. En mai 1957, elle affirme : « Así como en España las leyes se hicieron y se aplican siempre en beneficio del hombre, aquí se interpretan en favor de la mujer28 », illustrant par la suite son propos : « […] en caso de conflicto conyugal, la casa y los hijos siempre son para ella, salvo si se trata de un caso de clarísimo escándalo público […] aquí una madre nunca pierde a sus hijos29. » Ces exemples précis font écho au projet de réforme du Code Civil espagnol alors en pleine procédure administrative.

  • 30 « Ley de 24 de abril de 1958 por la que se modifican determinados artículos del Código civil», BOE (...)
  • 31 La loi mettait fin également à une discrimination qui consistait à ne considérer comme un délit que (...)

21Une fois cette réforme menée à bien, en 195830, le domicile conjugal fut considéré comme casa de la familia. Dès lors, le mari cessait d’être le seul à pouvoir jouir du domicile familial en cas de demande de séparation. De plus, les veuves pouvaient désormais se remarier sans perdre leur autorité parentale sur les enfants nés de leur premier mariage. Les femmes pouvaient être exécuteurs testamentaires et, à condition que leurs maris les y autorisent, exercer l’autorité de tutelle31. Cependant, la réforme fut beaucoup plus réservée sur la question économique. Certes, le mari perdait le droit d’aliéner les biens de la communauté conjugale sans l’accord de son épouse. En cas de séparation, les femmes ne se voyaient plus privées de tous leurs biens puisqu’elles conservaient la totalité de leurs biens propres et la moitié des acquêts. Toutefois, le maintien de l’autorité du mari demeurait une limite bien réelle. La fameuse licencia marital n’était absolument pas questionnée.

  • 32 « Un siècle et demi après, les pays qui avaient adopté la le code napoléonien ont introduit les mod (...)
  • 33 La loi sera finalement adoptée le 13 juillet 1965. Pour voir en détail le contenu de la loi, se rep (...)

22Dès son arrivée en France, en 1959, Josefina Carabias parle à ses lecteurs d’un projet de loi visant à améliorer la situation juridique des femmes de ce pays. Dans un article de novembre, elle indique que les législations civiles espagnole et française sont analogues car calquées sur le Code napoléonien, puis elle souligne la volonté de réforme et les exigences posées par les femmes françaises : « Al cabo de siglo y medio, los países que adoptaron la legislación napoleónica han introducido las necesarias modificaciones, principalmente en lo que se refiere a los derechos de la mujer casada. La misma Francia también ha variado bastantes cosas. Ahora se pretende empujar todavía más32. » En 1964, elle revient sur le projet français de loi sur les régimes matrimoniaux33. Elle le présente comme une démarche visant à sortir définitivement la femme mariée « de la situation de mineure non émancipée, sous tutelle du mari dans laquelle la place le régime juridique établi par Napoléon » et à faire d’elle l’égale de son époux pour tout ce qui concerne ses biens, les enfants, et le foyer en général. Elle fait un compte-rendu détaillé du texte en délibération en expliquant aux lecteurs que la femme mariée aura une totale liberté pour travailler dans la profession qu’il lui plaira, que son mari perdra la qualité de tuteur légal que la loi lui accordait jusqu’ici et qu’elle pourra disposer de son salaire en totale liberté. Elle ajoute que toute femme mariée pourra dorénavant administrer ses biens même sans avoir signé un document qui le stipule avant le mariage. Elle insiste enfin sur le fait que la femme mariée pourra intervenir en ce qui concerne le choix du domicile conjugal et l’orientation scolaire des enfants.

  • 34 « les mêmes droits qu’à l’homme pour exercer tout type d’activités politiques et professionnelles » (...)

23Tous ces nouveaux droits évoqués par Josefina Carabias ont une portée mobilisatrice. Il s’agit de droits dont la femme espagnole ne jouit pas encore en 1964 et dont elle ne jouira pas avant 1975 pour certains d’entre eux. Ainsi, lorsque Josefina Carabias parle à ses lecteurs de la totale liberté de la femme mariée pour exercer la profession qu’il lui plaira, il paraît évident que, ce faisant, elle pointe du doigt la réforme partielle de 1958 et l’une des nombreuses lacunes de la Ley sobre derechos políticos, profesionales y de trabajo de la mujer approuvée quelques années plus tôt en Espagne. Cette loi de 1961 reconnaît en principe à la femme « los mismos derechos que al varón para el ejercicio de toda clase de actividades políticas, profesionales y de trabajo34 » et interdit toute forme de discrimination dans le travail en fonction du sexe. Toutefois, les femmes mariées ont encore besoin de l’autorisation de leur mari pour signer un contrat de travail. Quelques années plus tard, la correspondante se sert de l’occasion offerte par l’actualité française pour rappeler ce qu’elle considère comme une situation flagrante d’inégalité et de discrimination. Lorsque le projet de loi français est finalement adopté en 1965, elle y consacre une autre chronique et procède à une nouvelle étude détaillée de son contenu en mettant l’accent sur le changement de statut de la femme mariée qui n’est plus considérée comme mineure et qui échappe enfin à la tutelle masculine.

  • 35 Carabias, Josefina. « las esposas francesas son más fuertes desde el 1 de febrero », Ya, 08/02/66, (...)

24La journaliste explique que la majorité des Françaises qu’elle a pu interroger sont très contentes de cette réforme, puis elle ajoute : « [...] también es verdad que muchas de ellas no se habían dado cuenta de que la ley las tuviera sumidas en una situación de desigualdad flagrante35. » Une remarque importante à souligner car elle correspond au but poursuivi par la chroniqueuse, à savoir rappeler à ses lectrices et ses lecteurs le caractère discriminatoire de la législation espagnole. Il s’agit toujours de témoigner de ce qu’elle observe dans d’autres pays, notamment des évolutions en cours, et de faire prendre conscience des inégalités maintenues en Espagne. C’est une façon pour elle d’intervenir dans le débat espagnol et de proposer à son lectorat un éclairage différent sur la question, ici une information militante.

  • 36 Cette ouverture sur l’extérieur restera d’ailleurs présente même après son retour en Espagne. Bien (...)

25En observant la société américaine puis française, la journaliste a certes en premier lieu informé sur ces sociétés respectives sur des sujets plus que variés, mais elle a également par un jeu incessant de miroirs parlé par défaut à son lectorat de la société espagnole et de la condition féminine36. Elle a par exemple régulièrement dressé le portrait de femmes aux parcours divers dont le point commun est leur appartenance à la sphère publique. Elle s’est servie d’exemples précis et d’anecdotes exemplaires. C’est la diversité et l’originalité de ces destins de femmes qui l’intéressait. Cette palette de portraits et de destins très différents les uns des autres reflète au final assez bien le refus de Josefina Carabias de voir les femmes enfermées dans un singulier, la mujer, cantonnées au foyer et au simple rôle de ama de casa. Elle ne se contente pas de refuser ce rôle réducteur pour elle-même mais tente d’ouvrir les yeux de ses concitoyennes vers de nouveaux horizons émancipateurs.

Conclusion

26Portée par une volonté individuelle d’émancipation qui l’anime depuis son enfance, Josefina Carabias est passée outre les limites imposées aux femmes de son pays. Elle a franchi obstacles et frontières. Les montagnes de Gredos, la chaîne des Pyrénées ou encore l’océan Atlantique qu’elle a dû traverser pour se rendre à Madrid, en France et aux États-Unis sont autant de frontières naturelles qui disent une distance physique et symbolique que la jeune femme puis la femme adulte n’hésita pas à parcourir. À travers ces migrations, c’est un chemin de liberté qu’elle emprunte à chaque fois. Au milieu des années cinquante, alors que depuis plus d’une décennie déjà le régime franquiste s’efforce par tous les moyens de ramener et cantonner les femmes, et notamment les femmes mariées, dans la seule sphère privée, elle choisit, quant à elle, de faire un pas de plus dans la sphère publique en accédant au statut de correspondante étrangère. Refusant catégoriquement le modèle féminin promu par le Régime, elle embarque vers de nouveaux horizons, s’exile d’une certaine façon. Pendant cette expérience migratoire, elle continue à construire, par petites touches, un véritable discours sur le rôle que doivent selon elle pouvoir jouer les femmes dans une société. Elle s’exprime sur la légitimité de la revendication des droits juridiques, professionnels et politiques de ces dernières. La façon dont elle a mené sa vie, tant sur le plan personnel que professionnel, à travers laquelle s’exprime son féminisme, devient sous le régime franquiste une forme de témoignage concrétisant, aux yeux de tous, la vision défendue dans ses chroniques. Elle a joué très habilement d’une forme d’écriture originale pour se glisser avec le maximum d’efficacité dans les interstices de la censure et a fait du déplacement géographique lié à sa promotion comme correspondante étrangère une arme supplémentaire pour participer aux mobilisations en faveur d’une émancipation de toutes les femmes au sein de la société espagnole.

Bibliographie

27Belmonte, Florence (dir.). Femmes et démocratie : les Espagnoles dans l’espace public (1868-1978), Paris, Ellipses, 2007, 223 p.

28Carabias, Josefina. Crónicas de la República. Del optimismo de 1931 a las vísperas de 1936, Temas de Hoy, 1997, 271 p.

29Cantavella, Juan. « Carmen de Burgos, Sofía Casanova y Josefina Carabias, avanzadilla de la presencia femenina en las redacciones », in Taulér, Miguel et Población José Ignacio (ed.), Estudios de Empresa Informativa. Homenaje al profesor José Tallón, Madrid, Complutense, 2000, p. 575-589.

30Diezhandino Nieto, María Pilar. Josefina Carabias: Corresponsal, Madrid, Asociación de la Prensa de Madrid, 2008, 228 p.

31Dhavernas, Odile. Droits des femmes, pouvoirs des hommes, Paris, Seuil, 1978, 389 p.

32De la Cueva, Almudena et Márquez Padorno, Margarita. Mujeres en vanguardia. La residencia de Señoritas en su centenario [1915-1936], Madrid, Publicaciones de la Residencia de Estudiantes, 399 p.

33Domingo, Carmen. Histoire politique des femmes espagnoles. De la II République à la fin du franquisme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 299 p.

34Ezama Gil, Ángeles. « Los comienzos periodísticos de una reportera española: las colaboraciones de Josefina Carabias en La Voz (1932-1935) », El Argonauta español, 9 | 2012 [En ligne], http://journals.openedition.org/​argonauta/​1561, (consulté le 29 octobre 2019).

35Nielfa Cristóbal, Gloria (ed). Mujeres y hombres en la España franquista: sociedad, economía, política y cultura, Madrid, Complutense, 2003, 303 p.

36Rico Carabias, Mercedes. « Josefina Carabias y la Residencia de Señoritas Estudiantes », Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, n°68, 2007, p.77-82

37Rico Carabias, Mercedes. « Josefina Carabias », in Alcalá Cortijo, Paloma, Corrales Rogridáñez Capi, et López Giráldez Julia (coord.), Ni tontas ni locas: las intelectuales en el Madrid del primer tercio del siglo XX, vol. 1, Fundación Española para la Ciencia y la Tecnología, 2009, p. 242-247.

38Ruiz Franco, Rosario. Mercedes Formica

39Formica, Mercedes

(1916-), Madrid, El Orto, 1997, 93 p.

40Ruiz Franco, Rosario. ¿Eternas menores? Las mujeres en el franquismo, Madrid, Biblioteca Nueva, 2007, 285 p.

41Saupin, Catherine. « Humor e ironía en las crónicas de Josefina Carabias: armas de combate para reivindicar los derechos de las mujeres », in Bottin, Beatrice et De Buron-Brun Benedicte (eds.), El humor y la ironia como armas de combate: Literatura y medios de comunicación en España (1960-2014), Sevilla, Renacimiento, 2015, p. 448-458.

42Saupin, Catherine. Josefina Carabias. L’engagement d’une journaliste pour les droits des femmes (1955-1980), Rennes, PUR, 2017, 430 p.

43Vázquez Ramil, Raquel. La Institución Libre de Enseñanza y la educación de la mujer en España: la Residencia de Señoritas (1915-1936), La Coruña, R. Vásquez, 2001, 335 p.

Top of page

Notes

1 Elle couvre ainsi la présidence Eisenhower aux États-Unis et pratiquement tout le début de la Cinquième République et la présidence du Général de Gaulle en France. Pour avoir un aperçu des chroniques envoyées par la correspondante durant cette période, voir Diezhandino Nieto, María Pilar. Josefina Carabias: Corresponsal, Madrid, Asociación de la Prensa de Madrid, 2008, 228 p. L’ouvrage est une compilation d’articles précédée d’une introduction signée par l’auteure.

2 Entretiens avec la fille cadette de Josefina Carabias, Mercedes Rico Carabias, Madrid, août 2005 et octobre 2006. Voir également Rico Carabias, Mercedes, « Josefina Carabias y la Residencia de Señoritas Estudiantes », Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, n°68, 2007, p.77-82; « Josefina Carabias », in Alcalá Cortijo, Paloma, Corrales Rogridáñez, Capi et López Giráldez, Julia (coord.), Ni tontas ni locas: las intelectuales en el Madrid del primer tercio del siglo XX, vol. 1, Fundación Española para la Ciencia y la Tecnología, 2009, p. 242-247.

3 Il semble que Matilde Padrós Rubio ait joué un rôle à cet égard. Josefina Carabias fit la connaissance de M. Padrós, l’une des premières femmes espagnoles diplômées de l’université (1893), lorsque celle-ci commença à venir passer des vacances d’été à Arenas de San Pedro au milieu des années vingt. La jeune Josefina Carabias se lia d’amitié avec ses filles qui étudiaient alors à l’Instituto Escuela et reçut les conseils de M. Padrós sur ses études. Selon Mercedes Rico, il est probable que ce soit elle qui l’ait mise en contact avec María de Maeztu lorsqu’elle arriva à Madrid. Cette information nous a été communiquée par Mercedes Rico lors de l’entretien qu’elle nous a accordé à Dublin en février 2011. Sur la Residencia de Señoritas, on pourra lire Vázquez Ramil, Raquel. La Institución Libre de Enseñanza y la educación de la mujer en España: la Residencia de Señoritas (1915-1936), La Coruña, R. Vásquez, 2001, 335 p.; De la Cueva, Almudena et Márquez Padorno, Margarita. Mujeres en vanguardia. La residencia de Señoritas en su centenario [1915-1936], Madrid, Publicaciones de la Residencia de Estudiantes, 399 p.

4 Il s’agit de Vicente Sánchez Ocaña.

5 « la roue a commencé à tourner […] en deux ou trois mois j’étais devenue une journaliste connue ». Sauf mention contraire, toutes les traductions sont celles de l’auteure. « Cinco páginas de una vida », Radio Nacional de España, 1972, [archive].

6 Elle fut la première journaliste femme chez Unión Radio Madrid au sein du programme d’information « La Palabra ».

7 Carmen Rico Godoy est née en France un jour avant que n’éclate la Seconde Guerre mondiale et alors que son père était déjà emprisonné en Espagne.

8 Sur la politique législative discriminatoire envers les femmes du régime franquiste, voir Ruiz Franco, Rosario. ¿Eternas menores? Las mujeres en el franquismo, Madrid, Biblioteca Nueva, 2007, 285 p.

9 Pendant cette période, Josefina Carabias publie notamment dans Informaciones une chronique intitulée « La mujer en el fútbol » qui donnera lieu à la publication d’une compilation d’articles en 1950. Carabias, Josefina. La mujer en el fútbol, Barcelona, Editorial Juventud, 1950, 135 p.

10 Saupin, Catherine. Josefina Carabias. L’engagement d’une journaliste pour les droits des femmes (1955-1980), Rennes, PUR, 2017, p. 41-44.

11 L’année précédente elle se déplaça en République Fédérale allemande et réalisa une série de reportages sur la reconstruction du pays intitulée « Des Allemands sans uniformes ». Ce déplacement, tout comme le départ comme correspondante étrangère, ne furent possibles qu’après une reconnaissance légale officielle sur le Registre des Journalistes et une reconnaissance symbolique à travers l’obtention, en 1952, du prix Luca de Tena accordé par le journal ABC.

12 Le nom de Carmen de Burgos y Seguí (1867-1932), alias Colombine, et Sofia Casanova doivent également être cités. Colombine fut la première femme espagnole à intégrer la rédaction d’un journal (Diario Universal en janvier 1903 et El Heraldo de Madrid en juillet 1905). Elle se déplaça au Maroc pour couvrir le conflit (1909) et est considérée à ce titre comme la primera corresponsal de guerra. Sofia Casanova, quant à elle, ne se soumit jamais à la discipline d’une rédaction, mais ses écrits journalistiques n’en sont pas moins importants. Écrivaine avant tout, ses premières collaborations sont marquées du sceau de la littérature. Elle vient à l’information par la suite lorsque le journal ABC lui propose de couvrir les événements de la Première Guerre mondiale depuis la Pologne où elle réside alors. Entre 1915 et 1944, elle a envoyé ses chroniques depuis ce pays, puis depuis la Russie en commentant des événements historiques majeurs comme la Révolution russe de 1917 et les deux guerres mondiales. Cantavella, Juan. « Carmen de Burgos, Sofía Casanova y Josefina Carabias, avanzadilla de la presencia femenina en las redacciones », in Taulér, Miguel et Población José Ignacio (ed.), Estudios de Empresa Informativa. Homenaje al profesor José Tallón, Madrid, Complutense, 2000, p. 575-589.

13 Quand Josefina Carabias part pour Washington, l’Espagne est devenue depuis déjà un peu plus d’un an un partenaire incontournable en Europe pour les États-Unis qui trouvent dans le rapprochement avec l’Espagne de Franco un intérêt spécifique dans le contexte de la Guerre froide et de la lutte contre l’expansion du communisme. Cette entente s’est matérialisée par la signature, en 1953, d’accords économiques et militaires.

14 Il s’agit en fait de trois journaux : Informaciones, La Gaceta del Norte et El Diario Universal.

15 La rémunération des correspondants étrangers était largement supérieure au salaire de base des journalistes et celle que Josefina Carabias avait pu négocier, d’un montant de 1000 dollars mensuels selon sa fille, représentait une occasion inespérée d’assurer les besoins de la famille.

16 Carabias, Josefina. « La primera mujer española que ocupa un cargo público », Estampa, 18/04/31; « “Queremos votar, Queremos votar” », Ahora, 29/11/1931; « Las mujeres que militan actualmente en los partidos políticos españoles », Estampa, 30/01/32; « La mujer en la administración del Estado », Estampa, 11/06/32; « Por primera vez en España, va a formar parte del cuerpo diplomático una mujer, Estampa, 25/02/33; « Mujeres, a votar », Estampa, 22/04/33; « Las mil estudiantes de la Universidad de Madrid », Estampa, 24/06/33; « Mujeres de toda España. Lo que piensa. Lo que dicen. Pero, ¿qué votarán? », Mundo Gráfico, 12/02/1936. Plusieurs de ces articles sont reproduits avec d’autres chroniques de la période républicaine dans un livre édité par les deux filles de Josefina Carabias : Crónicas de la República. Del optimismo de 1931 a las vísperas de 1936, Temas de Hoy, 1997, 271 p.

17 Domingo, Carmen. Histoire politique des femmes espagnoles. De la II République à la fin du franquisme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 299 p.

18 « Je pensais qu’aux États-Unis tout allait bien dans le meilleur des mondes. Ce n’était pas le cas. Tout d’abord ségrégation au Club de presse. Dans les partis politiques. Les femmes intellectuelles de moins en moins nombreuses. Des flatteries pour la femme mais en tant qu’épouse. Très vite je me suis aperçue que moins de femmes travaillaient, qu’elles suivaient des études avec moins d’engouement. Cet environnement intellectuel féminin n’était plus perceptible […] » Carabias, Josefina. Evolución de la mujer española. Cien años de combate, conférence donnée devant des étudiantes américaines, [s.l.] sans doute Instituto Internacional, [s.d.] très probablement tout début des années 1970, pp. 17-18. Archivée privée de Mercedes Rico Carabias.

19 Evans, Sara M., Les Américaines. Histoire des femmes aux États-Unis, Paris, Belin, 1991, p. 417.

20 Rappelons que Josefina Carabias n’a pas de convictions religieuses. Lorsqu’elle se marie avec José Rico en 1936, elle se marie civilement, l’information est d’ailleurs publiée le 3 mai 1936 dans la revue Crónica avec laquelle la journaliste collabore. Ce n’est que trois ans plus tard, au vu de la tournure que prennent les événements en Espagne que le couple se marie religieusement à Paris où il vit en exil avant que José Rico ne rentre en Espagne. Cette information nous a été communiquée par Mercedes Rico Carabias lors de l’entretien qu’elle nous a accordé à Dublin en février 2011.

21 Elle pouvait en effet trouver dans ce journal l’assurance d’une continuité dans la mesure où ce dernier était publié avec le soutien de l’Église catholique, un des piliers du nouveau Régime.

22 « Elle a posé comme condition d’être rédactrice. Il n’y avait pas de précédent, des jeunes collaboratrices oui, mais une rédactrice non, parce que le directeur, Aquilino Morcillo, était un homme qui […] mis à part le fait qu’il était un peu machiste avait surtout un faible sens de l’humour. Il supposait, en fait, il disait que les femmes entraient dans le journalisme célibataires, se mariaient et commençaient à avoir des enfants et à demander des passe-droits et à s’absenter et qu’avec tout ça on ne pouvait pas compter sur elles et je ne sais quoi encore. C’était là l’une des raisons. Ensuite, après Josefina, d’autres entrèrent au compte-goutte et toujours après d’âpres discussions […]. Elle a réussi à être rédactrice parce qu’elle intéressait […] Par ailleurs, quand elle est entrée à Ya elle était arrivée, de par son âge, à une autre étape de sa vie […] ». Extrait de l’entretien que nous a accordé Alejandro Fernández Pombo à Madrid en octobre 2006.

23 Nielfa Cristóbal, Gloria (ed). Mujeres y hombres en la España franquista: sociedad, economía, política y cultura, Madrid, Complutense, 2003. Voir la première partie de l’ouvrage « Los modelos de género y su difusión », p. 19-114.

24 Rappelons que Josefina Carabias ne s’est pas limitée à la défense des droits juridiques des femmes. Elle s’est également exprimée sur les droits professionnels et politiques des femmes, réclamant la fin des discriminations et une véritable évolution des mentalités. Saupin, Catherine. Josefina Carabias. L’engagement d’une journaliste pour les droits des femmes (1955-1980), Rennes, PUR, 2017, 430 p.

25 Formica, Mercedes. « El domicilio conyugal », ABC, 7 /11/ 1953.

26 Ruiz Franco, Rosario. Mercedes Formica (1916-), Madrid, El Orto, 1997, 93 p.; Lavail, Christine. « Porter la contestation depuis les instances du régime : le cas de Mercedes Formica », Crisol, à paraître en 2020.

27 « Rappelons par exemple le fait que les maris espagnols, admirablement entraînés du point de vue de la domination absolue, disposent en outre d’une législation qui les protège, de quoi on ne le sait pas, mais elle les protège. » Carabias, Josefina. « Nuevo sindicato U.S.A.: el de los maridos dominados por sus mujeres », Informaciones, 08/09/56, p. 3

28 « Ainsi, si en Espagne les lois ont été faites et s’appliquent toujours au bénéfice de l’homme, ici elles s’interprètent en faveur de la femme. » Carabias, Josefina. « Triste desamparo de los maridos yanquis », Ya, 25/05/57, p. 3

29 Ibid.

30 « Ley de 24 de abril de 1958 por la que se modifican determinados artículos del Código civil», BOE ,n° 99, 25 avril 1958, p. 730-738, [en ligne], <https://www.boe.es/buscar/doc.php?id=BOE-A-1958-6677>, (consulté le 29/10/2019)

31 La loi mettait fin également à une discrimination qui consistait à ne considérer comme un délit que l’adultère féminin. Qu’il soit commis par la femme ou par l’homme, ce dernier pouvait désormais être une cause de séparation. La qualification pénale de l’adultère avait alors une incidence sur la garde des enfants. Ceux-ci étaient confiés à la garde du conjoint « innocent », sauf dans le cas des enfants de moins de sept ans qui restaient auprès de leurs mères. Belmonte, Florence. « Pour sortir de la sphère privée : éducation et droits individuels (Des années soixante à la Transition) » in Belmonte, Florence (dir.), Femmes et démocratie : les Espagnoles dans l’espace public (1868-1978), Paris, Ellipses, 2007, p. 181-182.

32 « Un siècle et demi après, les pays qui avaient adopté la le code napoléonien ont introduit les modifications nécessaires, principalement eu égard aux droits de la femme mariée. La France elle-même a procédé à plusieurs changements. Aujourd’hui il est question d’avancer encore davantage ». Carabias, Josefina. « A favor de la mujer casada en Francia », Ya, 11/11/59.

33 La loi sera finalement adoptée le 13 juillet 1965. Pour voir en détail le contenu de la loi, se reporter à Dhavernas, Odile. Droits des femmes, pouvoirs des hommes, Paris, Seuil, p. 98-106.

34 « les mêmes droits qu’à l’homme pour exercer tout type d’activités politiques et professionnelles ». Extrait de l’article 1. « Ley 56/1961, de 22 de julio, sobre derechos políticos profesionales y de trabajo de la mujer », BOE, núm. 175, 24 juillet 1961, p. 11004 -11005. [En ligne] : <https://www.boe.es/boe/dias/1961/07/24/pdfs/A11004-11005.pdf>, (consulté le 29 octobre 2019).

35 Carabias, Josefina. « las esposas francesas son más fuertes desde el 1 de febrero », Ya, 08/02/66, p. 8.

36 Cette ouverture sur l’extérieur restera d’ailleurs présente même après son retour en Espagne. Bien que son discours sur les femmes à la fin des années soixante et début des années soixante-dix soit profondément ancré dans la réalité et l’actualité espagnoles, les références étrangères continuent à être présentes. Ce jeu de miroirs lui permet toujours soit de pointer le retard de l’Espagne, soit de défendre l’idée d’une discrimination à l’égard des femmes commune à différents pays.

Top of page

References

Electronic reference

Catherine SAUPIN, « L’émancipation en point de mire chez la correspondante étrangère Josefina Carabias  », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [Online], 21 | 2020, Online since 08 December 2019, connection on 09 July 2020. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/3834 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.3834

Top of page

About the author

Catherine SAUPIN

Sciences Po Lille, CERAPS (UMR 8026)

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Top of page