Skip to navigation – Site map

Dynamiques migratoires et genre : une approche de l’immigration féminine espagnole en Algérie (1939-1962).

Ludivine Thouverez

Full text

Introduction

1Jusqu’à la fin des années 1980, la question du genre fut relativement absente de la production scientifique consacrée aux dynamiques migratoires contemporaines. Longtemps considérées comme de simples « suiveuses », « contraintes » d’abandonner leur pays en raison de la misère, les migrantes furent ainsi frappées d’un double phénomène d’invisibilité sociale : par les autorités publiques, d’une part ; et par une communauté scientifique influencée par une vision androcentriste du réel, d’autre part. Ce constat est d’autant plus paradoxal que les femmes constituent depuis le milieu du XXe siècle, près de la moitié des flux migratoires internationaux.

  • 1 Albert Camus, « Actuelles III », in Chroniques algériennes, p. 207.

2Si les départs des Espagnols vers les Amériques sont bien connus et documentés, ceux en direction du Maghreb font l’objet de peu d’informations. Tout au long des 132 ans de présence française en Algérie (1830-1962), plusieurs dizaines de milliers de personnes issues de la péninsule ibérique décidèrent pourtant de s’y établir, contribuant à forger l’identité d’un peuple qu’Albert Camus qualifiait d’« union des différences1 ».

3Cet article entend présenter les caractéristiques de l’immigration féminine espagnole en Algérie entre 1939 et 1962, À partir de sources procédant des Archives Générales de l’Administration espagnole (AGA), nous tenterons d’identifier les facteurs ayant entraîné le départ, l’établissement géographique et l’intégration en Algérie ; et de déterminer si la migration de ces femmes vers une société coloniale suppose une redéfinition du statut social qui leur était assigné dans leur pays d’origine.

Femmes et archives : une présence fantomatique

  • 2 Selon le géographe Kamel Kateb, le recensement de 1954 fait état de 984 031 Européens et de 8 449 3 (...)
  • 3 Flores, Christian. Un siècle de colonisation hispanique en Oranie française (1830-1930), Mémoire de (...)
  • 4 Citons notamment Vilar, Juan Bautista. Los españoles en la Argelia francesa (1830-1914), CSIC, Univ (...)
  • 5 Menages Ángela-Rosa y Monjo, Joan- Lluis. Els valencians d´Algeria (1830-1962), Picanya, Edicions d (...)

4Les conditions d’existence des Européens établis en Algérie coloniale commencèrent à susciter l’intérêt des historiens au début des années 1980. En France, Christian Florès et Jean-Jacques Jordi furent les premiers à s’intéresser à la contribution des Espagnols à cette société qui comptait, à la veille de l’indépendance, un million d’Européens pour huit millions de Musulmans2. Les travaux de Gérard Crespo et Anne Dulphy vinrent compléter leurs recherches3. En Espagne, l’historien Juan Bautista Vilar fut également l’auteur d’une importante production sur cette question4. Ses travaux influencèrent ceux de jeunes chercheurs alicantins ou valenciens (descendants pour la plupart de familles de migrants) qui, dans les années 2000, envisagèrent le phénomène à travers un prisme local ou régional5.

  • 6 Catarino, Christine et Morokvasic, Mirjana. « Femmes, genre, migration et mobilité », Revue europée (...)
  • 7 Robert-Guiard, Claudine. Des Européennes en situation coloniale, Aix-en-Provence, Université de Pro (...)

5Il convient de souligner qu’aucune de ces études n’envisage la dimension sexuée de l’émigration vers l’Algérie. Et cela, malgré l’émergence de travaux relatifs au genre dans les dynamiques migratoires depuis le milieu des années 806. La thèse de Claudine Robert-Guiard, soutenue en 2005, contribue néanmoins à combler ce vide et à sortir les Européennes d’Algérie de l’invisibilité sociale7. L’historienne soulève également une question fondamentale : « ces Européennes [Françaises, Espagnoles, Italiennes, Allemandes ou Maltaises] étaient à la fois femmes et colonisatrices. Or coloniser, c’est conquérir, imposer, soumettre. C’est détenir une autorité considérée comme éminemment masculine ». L’historienne s’interroge donc sur la place des femmes dans l’articulation des rapports coloniaux de 1830 à la Seconde Guerre mondiale.

6Cette étude s’inscrit dans la continuité des travaux de C. Robert-Guiard et vise, notamment, à comparer les données recueillies dans les archives françaises par les auteurs mentionnés ci-dessus avec celles, disponibles, aux Archives Générales de l’Administration (AGA). Dans la mesure où la période retenue pour cette étude est marquée par la Guerre civile espagnole, la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’Algérie, une attention particulière sera portée aux documents de la Sûreté de l’État et au Ministère des Affaires étrangères. Des récits mémoriels complètent ces sources primaires, car les informations de l’administration espagnole sont souvent lacunaires.

7Contrairement aux autorités françaises qui établissent un recensement régulier de la population en Algérie, le Ministère des Affaires étrangères espagnol ne tient pas de registre de ses ressortissants à l’étranger. Les informations de l’AGA sont regroupées par thème (correspondance entre consulats, intérêts économiques, réfugiés politiques, etc.) et se présentent souvent de manière éparpillée, de sorte qu’un recoupement systématique est nécessaire. De nombreux documents sont d’ailleurs absents : ils ont été soit conservés dans d’autres archives, soit perdus ou détruits lors de l’indépendance de l’Algérie ou de la Transition, soit tout simplement non encore recensés. La plupart concernent le consulat d’Oran, et très occasionnellement ceux d’Alger et de Sidi-Bel-Abbes. En revanche, aucun document ne provient du consulat de Constantine. À ces difficultés s’ajoutent celles liées au genre même de l’objet de l’étude :

  • 8 Robert-Guiard, Claudine. Des Europénnes…, op. cit., p. 15.

8Qu’il existe un problème de sources inhérent à l’histoire des femmes est maintenant bien connu. Les différents ouvrages écrits sur les femmes depuis les années 70 insistent sur le ‘silence des archives’. Les archives publiques ne retiennent, comme le nom l’indique, que les documents publics relatifs surtout à la politique et à l’économie, domaines dont les femmes ont été pendant longtemps exclues8.

9La puissance maritale, établie par le Code civil espagnol de 1889 et renforcée par celui de 1938 (alors qu’elle est supprimée en France), a aussi pour conséquence que la femme vit sous la tutelle de son mari jusqu’au début des années 1970. Dans ces circonstances, rares sont les passeports ou documents établis au nom d’une femme. Néanmoins, le genre féminin est visible dans les registres d’état civil, ainsi que dans certaines correspondances dont le contenu sera évoqué plus loin.

Un siècle de migrations vers l’Algérie

10Le cycle migratoire vers l’Algérie commence dès les premières années de la conquête militaire française en 1830. Malgré l’insécurité et les épidémies, de nombreux Espagnols quittent la péninsule pour rejoindre la colonie, qui présente l’avantage de n’être qu’à quelques heures de balancelle des côtes levantines. Contrairement aux Amériques, l’Afrique du Nord permet un départ à moindre coût et un retour facile en cas d’échec. Les raisons qui poussent les Espagnols à émigrer sont multiples. Pauvreté endémique, démographie excédentaire, prolétariat agricole, guerres carlistes ou encore troubles républicains de 1873, etc. conduisent à la première vague d’émigration qui atteint son apogée entre 1882 et 1886, avec un nombre moyen de 15 000 départs par an.

  • 9 Verdès-Leroux. Jeannine. Les Français d'Algérie: De 1830 à aujourd'hui. Une page d'histoire déchiré (...)
  • 10 Bugeaud à Genty de Bussy, Alger, le 30 mars 1847, Lettres inédites, p. 304. Ibidem, p. 190.

11Embarquant dans les ports d’Alicante et d’Almería, les péninsulaires voyagent en groupe, s’établissent dans les plaines ou le long des côtes algériennes, et constituent des îlots de regroupement qui facilitent l’entraide et la mise en place de chaînes migratoires. Affectés au défrichage des terres et à des emplois subalternes (gardien de troupeau, charbonnier, mineur, cantinière, lavandière, épicière, etc.), hommes et femmes de la région de Valence et des îles Baléares sont appréciés pour leur « sobriété » et leur « endurance9 ». L’armée française s’inquiète toutefois du fait que la colonisation de peuplement soit laissée aux « gueux d’Espagne, d’Italie et de Malte10 » plutôt qu’à des familles de militaires français. Il faut dire qu’à cette époque, le nombre d’étrangers atteint presque celui des Français et qu’il le dépasse même lors du recensement de 1881 (tableau 1).

Année

Français

Espagnols

Autres nationalités

Total Européens

1876

189 677

92 510

62 562

344 749

1881

195 418

114 320

102 697

412 435

1896

366 900

157 560

54 020

578 480

12Tableau 1. Présence des Européens en Algérie. Source : Annuaires statistiques du gouvernement français.

  • 11 Montero. Andrée. Río Salado, Toulouse, Privat, 1981.

13Profitant de l’échec des colons français sur le sol africain, les Espagnols rachètent les terres abandonnées et les valorisent grâce au savoir-faire acquis dans leur pays. Des dizaines d’exploitations agricoles passent alors aux mains de la communauté, tel que l’explique la romancière Andrée Montero, petite-fille de viticulteurs alicantins, dans le roman autobiographique Río Salado11. En milieu urbain, en revanche, les emplois occupés par les Espagnols demeurent peu qualifiés et leur permettent tout au mieux de (sur)vivre, et très exceptionnellement de s’enrichir.

  • 12 Victor Demontès, p. 62-65, note qu’il y avait en 1896 93 hommes pour 100 femmes chez les Espagnols  (...)
  • 13 De la prostitution dans la ville d'Alger depuis la conquête, Paris, 1953, p. 58.

14L’émigration espagnole présente plusieurs particularités. La première réside dans le fait qu’à la fin du XIXe siècle, les femmes sont plus nombreuses que les hommes12. La deuxième est que le caractère familial de la migration semble avoir moins pesé dans la décision de partir que pour les autres communautés. L’analyse des mortuaires de la période 1846-1858 permet à C. Robert-Guiard d’affirmer que les Espagnoles partent jeunes et célibataires ou « âgées ». C’est-à-dire, une fois leurs enfants élevés au pays. Lors de leur décès, 57% sont célibataires. Leur taux d’activité est important : il atteint 50%, contre 39% chez les veuves. En l’absence d’autres informations, on peut supposer qu’une grande partie des immigrées se consacrent aux métiers du care (domestique, cuisinière, nourrice, lavandière, etc., métiers impliquant de loger chez ses patrons) et qu’une autre partie travaillent dans le commerce et l’industrie –les usines March et Bastos emploient notamment des cigarières espagnoles). Une dernière partie se consacre enfin à la prostitution. Selon un rapport d’Édouard-Adolphe Duchesne, durant les vingt premières années de la colonisation, les Espagnoles représentent 75% et 25% des « filles publiques » d’Oran et d’Alger. Le fonctionnaire note également que beaucoup s’y consacrent de manière ponctuelle et clandestine pour échapper à la misère13.

  • 14 Núñez, Denis. Les golondrinas, ou les trois sœurs d’Almería, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 226.
  • 15 Robert-Guiard, Claudine. Des Européennes…, op. cit., p. 140.

15L’écrivain Denis Nuñez rapporte, pour sa part, qu’une de ses ancêtres quitta la région de Murcie lorsque son mari, ouvrier agricole en Algérie, fut victime d’un accident de travail. Devant subvenir aux besoins du foyer, la femme investit les économies familiales dans un commerce prospère de vente de charbon mais, au bout de quelques mois, le mari mit fin à sa convalescence et obligea la famille à déménager vers la campagne pour « reprendre sa place »14. Ces exemples montrent qu’en dépit de l’absence de profession déclarée, les femmes exercent souvent une activité extérieure, ponctuelle ou régulière, à laquelle elles doivent parfois renoncer sous la pression sociale. Le taux de fécondité des Espagnoles (en 1884, le nombre d’enfants était en moyenne de 6,8 dans les couples espagnols, contre 4,4 dans les couples français15) révèle d’ailleurs la prégnance du modèle patriarcal méditerranéen au sein de la communauté ibérique.

  • 16 AGA, MAE. Caja 82/2847. Leg R721. Exp. 41. « Intereses demográficos 1932 ».
  • 17 Nous ne disposons pas des chiffres de 1931 mais ils étaient, d’après le recensement de 1936, 66 000 (...)
  • 18 AGA, MAE. Caja 82/2847. Leg R721. Exp. 41. « Intereses demográficos 1932 ».

16Le gouvernement de la II République (1931-1936), premier à s’intéresser au sort de ses ressortissants à l’étranger, commande en 1932 une étude sur la communauté immigrée en Algérie. Les informations apportées par le consulat général d’Alger permettent de mieux appréhender ses conditions d’existence depuis le début du siècle16. Dans le département d’Oran, où vivent 60 000 Espagnols auxquels s’ajoutent plusieurs milliers de naturalisés (65% de la population européenne de la région oranaise serait d’origine hispanique), la communauté est omniprésente et travaille dans tous les secteurs de l’économie17. Dans le département d’Alger, en revanche, son nombre est estimé à trente mille personnes. Originaires des Baléares et du Levant, les Espagnols se consacraient à l’agriculture et à l’horticulture à la campagne et à des emplois de services dans la capitale. Selon le consul, les professions de boulanger, maçon, garçon de café, cordonnier, ébéniste, épicier ou domestique seraient « quasiment monopolisées » par ses compatriotes. Le district d’Orléansville emploie, quant à lui, des hommes des provinces de Teruel et de Cuenca travaillant à l’extraction de résine. Les Catalans, quant à eux, s’installent préférablement dans le département de Constantine, où ils se consacrent à l’exploitation du chêne vert et à des travaux forestiers18.

17Le diplomate souligne que deux types d’émigration coexistent depuis toujours en Algérie : l’une, définitive ; et l’autre, temporaire, également appelée golondrina (« hirondelle »).

  • 19 Ibidem. « Les premiers s’adaptent rapidement à l’Algérie et organisent leur vie au sein d’un cadre (...)

18Los primeros organizan su vida argelina en un medio favorable, ya que los familiares, los paisanos, los amigos acogedores y espontáneos están por regla general prontos a conducirlos y orientarlos. De estos se repatrian pocos, y se fijan en las ciudades, dedicados a menesteres mecánicos o a simples braceros. Solo por razones de salud, o reveses inesperados, vemos a algunos de ellos regresar vencidos a la patria de origen, […]. En cambio, los segundos que por lo general vienen a épocas determinadas y en grupos para realizar la poda de la viña, naranjos y otros árboles frutales, regresan siempre a sus pueblos de España con el producto de su temporada, siendo raros los que se quedan en el país, como no sea en calidad de encargados de propiedades agrícolas19.

19Le rapport du consul corrobore les conclusions de plusieurs spécialistes : les Espagnols migrent vers l’Algérie via des réseaux régionaux structurés, en raison de facteurs structurels tels que la pauvreté, le besoin d’une main d’œuvre bon marché de la France et la volonté de constituer une colonie de peuplement en Afrique du Nord. La loi du 26 juin 1889, qui accorde la nationalité française aux enfants nés de parents étrangers sur le territoire national, contribue à enraciner la population hispanique en Algérie. Cependant, une part non négligeable de ses membres continue à privilégier un modèle de migration pendulaire, qui consiste paradoxalement à migrer de façon temporaire pour garder un ancrage dans le pays d’origine, soit à partir pour ne pas partir. Ces deux éléments laissent supposer le maintien de liens forts avec la mère patrie, tout comme de stratégies d’intégration différentes selon le statut de l’immigré.

Années 30-40 : la fin d’un Eldorado

20La crise financière qui s’abat sur le monde dans les années 1930 conduit de nombreux pays à fermer leurs frontières et adopter des mesures de protectionnisme social. L’Algérie n’échappe pas à cette tendance. Alors que, jusqu’à cette date, la colonie accueillait la main d’œuvre étrangère sans difficulté majeure, le décret du 15 mai 1934 et l’arrêté du 17 avril 1937 qui imposent respectivement la préférence nationale à l’embauche et des quotas de 10% d’étrangers dans les entreprises privées entraînent un chômage massif qui contraint les Espagnols à retourner au pays ou à entrer dans une situation d’illégalité après plusieurs années de résidence. L’historienne M. E. Cózar Valero remarque toutefois que les femmes sont moins affectées que les hommes par la crise :

  • 20 « Jusqu’à l’avènement de la IIe République, toute personne désirant émigrer pouvait le faire. Et ce (...)

21Hasta el advenimiento de la II República, se había dejado salir del país a todo aquel que lo solicitaba, sin tener en cuenta la capacidad de absorción del mercado laboral argelino, por lo que todos los años volvían muchos de nuestros emigrantes fracasados; no sólo no habían conseguido ahorrar, sino que tampoco habían conseguido un puesto de trabajo. Sólo se permitió salir a aquellos hombres que tuvieran un contrato o bien, en el caso de las mujeres que iban destinadas al servicio doméstico, que hubieran adquirido un billete de ida y vuelta. Estas medidas […] no se llevaron a la práctica al completo, sobre todo en el caso de la mujer emigrante, pues el éxito de estas en Argelia fue tan grande que pocas regresaron20.

22Les autorités consulaires protestent contre ces dispositions qui altèrent les droits des travailleurs. Si la composition démographique de l’Oranie empêche l’application stricte de ces lois, des mouvements de population ont bien et bien lieu à cette époque. Le déclenchement de la Guerre civile espagnole et de la Seconde Guerre mondiale aggrave la situation. En effet, le rétablissement de visas et de contrôles aux frontières, ainsi que la remise en cause de la Convention consulaire du 7 janvier 1982 – qui prévoit que les Espagnols seront exemptés de la contribution de guerre et ne pourront être enrôlés de force dans l’Armée française – lèsent la communauté, malgré les protestations du consul phalangiste Bernabé Toca y Pérez de la Lastra :

  • 21 « Les Espagnols, réfugiés ou résidents permanents, sont soumis à toute sorte de pressions et de men (...)

23Se somete a los españoles, refugiados o residentes legales, a todo género de presiones y coacciones para que firmen formularios de enrolamiento […]. Cuando, aconsejados por el Consulado, se niegan a firmar, se les amenaza con la expulsión en un plazo perentorio […]. A padres españoles cuyos hijos son franceses, por ser ya la segunda generación nacida en Argelia, se les niega el permiso de trabajo, poniéndoles en el trance de, si quieren repatriarse, tienen que separarse de ellos, pues a estos, ni aun siendo menores de edad, no les expiden pasaportes21.

24La correspondance consulaire des années 30-40 rend compte de drames humains vécus par les familles espagnoles. Plusieurs missives, écrites généralement par des femmes, implorent ainsi l’aide du consul pour obtenir : des nouvelles d’un mari combattant sous les drapeaux français ou interné dans un camp de travailleurs étrangers, le rapatriement d’un fils parti effectuer son service militaire en Espagne et privé par les autorités françaises de visa au retour, ou une aide financière car le conjoint parti en Algérie n’alimente plus sa famille restée en Espagne.

25L’afflux de Français fuyant les bombardements en métropole entraîne aussi des réquisitions de logements occupés par des Espagnols. Dans un courrier de 1942 adressé au ministère des Affaires étrangères, Bernabé Toca se plaint de comportements xénophobes à l’encontre de ses compatriotes et reproduit le témoignage d’une veuve espagnole :

  • 22 « Je réside à Oran depuis 1906. J’ai 38 ans. Je suis veuve et vis avec une fille de 14 ans. Mon mar (...)

26Resido en Orán desde el año 1906, tengo 38 años, soy viuda con una hija de 14 años. Mi esposo, español también, era mecánico en la compañía de tranvía de Orán […] Vivo en un piso desde 1938, después de la muerte de mi esposo. La dueña de la casa, una señora francesa algo antiespañola, me ha mandado el mes pasado el ‘congé’ con el fin de que para el día uno de enero le evacuara la habitación. Me dijeron que mi piso era para unos refugiados de Francia que se alojaban actualmente en un hotel. Yo no encuentro casa; inútil será decirle Sr Cónsul lo difícil que es en este momento. [Note du cónsul] La viuda pide un plazo: luego a la calle, o sea a una cueva22.

27Les travailleurs étrangers ayant conservé leur nationalité d’origine se retrouvent dans une situation d’autant plus paradoxale qu’ils ne peuvent prétendre aux aides sociales. Privés de travail et de vivres, de nombreux Espagnols se tournent dès lors vers les œuvres caritatives franquistes, comme l’association de bienfaisance Auxilio Social et la Section féminine de la Phalange.

  • 23 Caja 82/6339. Leg. 2157. Exp.1 « Labor de la Falange en Argelia ».

28Ces deux entités sont particulièrement actives dans les années 40-42. Dans un rapport de ses cinq premiers mois d’activité à Sidi-Bel-Abbes23, l’Auxilio Social déclare avoir servi 8 000 repas et assuré 42 consultations médicales gratuites. Une permanence juridique et un projet de construction de maternité sont également à l’étude pour venir en aide aux plus démunis. Le même rapport précise qu’au premier semestre 42, un total de 50 000 repas a également été distribué à Oran, Mostaganem, Aïn Temouchent et Perregaux.

29Figure 1. Grupo de afiliadas a cuyo cargo están los servicios del Auxilio Social (Groupe d’affiliées en charge des services de l’Auxilio Social), Sidi-Bel-Abbes, 1941. Anonyme. AGA, Caja 82/6339. Leg. 2157.

30Au regard des pénuries endurées en Espagne, l’aide apportée aux émigrés d’Oranie peut surprendre. Elle répond, en réalité, à des desseins politiques précis. Outre dénoncer les défaillances du système social français, les autorités franquistes entendent renforcer le lien avec la mère patrie en vue d’entreprendre une nouvelle offensive coloniale :

  • 24 « Cette grande cause nationale qu’incarne l’esprit rénovateur et révolutionnaire de la Nouvelle Esp (...)

31En la jurisdicción de este consulado, donde reside una minoría española que sobrepasa las 20.000 almas, no podía estar ausente esta gran obra nacional que encarna el espíritu renovador y revolucionario de la Nueva España y que ha de llevar a estos compatriotas, antes tan separados moral y materialmente de la Patria, su aliento, su calor y su fe absoluta y firme en su renacer Imperial24.

  • 25 Salinas, Alfred. Quand Franco réclamait Oran. L’opération Cisneros, Paris, L’Harmattan, 2008.
  • 26 Dulphy, Anne. L’Algérie des Pieds-Noirs, op. cit., p. 169.

32Considérant que l’Oranie est, depuis la conquête de Cisneros en 1509, un territoire « hispanique », Franco entend profiter de l’entrée en guerre de la France pour annexer ce territoire25. L’Auxilio Social et la Section Féminine relayent donc une propagande irrédentiste, qui dénonce le traitement réservé à la main d’œuvre étrangère, établit une distinction entre « bons Espagnols » et « renégats » (c’est en ces termes que les naturalisés antifranquistes sont désignés26) et incite les femmes à aller accoucher en Espagne pour éviter la naturalisation automatique de leurs enfants. Conséquence ou non de cette propagande, il n’est pas rare de voir au sein d’une même fratrie que des enfants naissent de part et d’autre de la Méditerranée. Les récits mémoriels insistent, d’ailleurs, sur le fait que les femmes (gardiennes de la langue et des traditions espagnoles) entretiennent volontairement les liens affectifs avec la péninsule.

  • 27 Rosa Montero explique que les domestiques musulmanes firent leur entrée dans les foyers européens a (...)

33La période retenue pour cette étude correspond donc à la fin de l’El Dorado algérien pour les immigrés espagnols. Victimes la récession économique des années 30 et d’une législation discriminante pendant la guerre, beaucoup sont contraints de regagner leur pays ou de changer de secteur d’activité afin de contourner les quotas à l’embauche. Le retour de la paix ne s’accompagne pas d’une nouvelle vague d’immigration. Au contraire, suite à l’insurrection nationaliste algérienne de 1945, les autorités françaises encouragent le remplacement des travailleurs non-français par des musulmans dans des secteurs comme la domesticité ou l’agriculture27. Les migrations économiques se tarissent donc au profit des migrations politiques.

L’exil politique

  • 28 Selon les décrets Daladier, les étrangers « indésirables » doivent être expulsés, rapatriés ou inte (...)

34La fin de la guerre civile espagnole suscite d’importants mouvements de population en direction de l’Algérie durant l’hiver 1939. Embarqués sur des bateaux dont le nom est passé à la postérité (le Stanbrook, le Ronwyn, l’African Trader, le Lezardieux), dix mille républicains sont évacués des ports d’Alicante et de Valence en quelques semaines. Craignant que l’arrivée de ces réfugiés ne déstabilise l’ordre social précaire de la colonie, les autorités françaises décident de les refouler vers la France ou l’Amérique du Sud28, mais leur nombre est tel qu’ils sont finalement autorisés à rester et placés en centres de rétention ou chez l’habitant.

  • 29 A. Dulphy, L’Algérie des Pieds-Noirs…, op. cit., p. 87.

35Un recensement effectué par le gouverneur général d’Oran en juin 1939 apporte des précisions quant au nombre et au profil des réfugiés. Sur 2 750 individus recensés dans ce département, 1 706 sont internés dans des camps civils ou militaires et 1 050 hébergés chez des particuliers ayant un lien de parenté avec eux. Constituée à 67% d’hommes, 25% de femmes et 8% d’enfants, cette population est souvent issue du prolétariat urbain des provinces de Valence, Alicante, Murcie et Carthagène29 et présente des caractéristiques sociologiques différentes de l’émigration économique : davantage masculine, politisée et urbaine, elle s’établit préférablement dans les villes d’Oran et d’Alger.

  • 30 Vilar, Juan Bautista. « Relación nominal de los militantes republicanos evacuados de Alicante por e (...)

36Peu d’informations sont disponibles sur les migrantes. La liste nominative des passagers du Stanbrook, établie par J. B. Vilar sur la base de documents conservés aux Archives nationales d’Outre-mer, permet d’esquisser une première ébauche de portrait. Les 300 femmes adultes embarquées sur ce bateau ont en moyenne 29 ans et voyagent plutôt en famille. Presque la moitié déclare avoir une profession : modistes (12%), dactylos (8%), journalières ou tailleuses (4%), institutrices (3%), infirmières (2%), étudiantes (2%), sandalières (2%)30. Les républicaines présentent donc un niveau d’instruction légèrement supérieur à celui des immigrées économiques. Néanmoins, la poursuite de leur activité professionnelle se trouve compromise durant les premières années d’exil.

  • 31 Voir, par exemple, le témoignage de l’anarchiste José Muñoz Congost, interné au camp d’Hadjerat M’G (...)

37Regroupées avec leurs enfants dans des centres de rétention comme l’ancienne prison civile d’Oran, les républicaines vivent dans des conditions sanitaires déplorables qui font craindre au préfet un « risque de déficience vitale ». Après la fermeture de ce centre à l’hiver 1940, elles sont évacuées vers d’autres lieux d’hébergement où le regroupement familial est autorisé sauf en cas de « dangerosité sociale » du conjoint. Les conditions de vie en Algérie diffèrent donc en fonction de l’appartenance politique des chefs de famille : tandis que socialistes et élus républicains bénéficient d’un retour plus rapide à la vie civile grâce, notamment, à la présence de leur famille sur le territoire, communistes et anarchistes sont séparés de leurs proches et internés dans des camps où prévalent des conditions inhumaines31.

  • 32 Informe sobre la política de los españoles refugiados en Orán. 20/12/40. AGA 82-6487. MAE. Leg 2222 (...)

38En 1943, les réfugiés encore retenus dans des camps sont libérés. Certains choisissent de poursuivre leur exil au Mexique ou en Union Soviétique. D’autres décident de rester en Algérie, où ils peuvent compter sur la solidarité de leurs compatriotes et anciens partis. Selon un recensement effectué par le consulat, quatre organisations sont reconstituées à Oran pendant la guerre : Union Générale des Travailleurs / Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (7.000 affiliés), Parti Communiste Espagnol (4.000), Confédération Nationale du Travail / Fédération anarchiste ibérique (2.400) et Izquierda Republicana (400)32. Le PCE est, de loin, le plus structuré. Il bénéficie, en outre, du soutien des partis communistes français et algérien, comme l’illustre la figure 2.

39Figure 2. 14 juillet 1937, Alger. Les jeunesses communistes manifestent en faveur du Front populaire espagnol. Anonyme. Biblioteca Nacional de España.

40Le syndicaliste Marcelino Camacho, évadé de la prison franquiste de Tanger, relate dans ses mémoires l’ambiance qui règne à Oran à la fin des années 40. Après avoir été hébergé chez un ancien brigadiste international et un réfugié, il rencontre Josefina, couturière espagnole dont la famille a immigré d’Almería en 1931, avec qui il se marie en 1947. Vivant à l’instar de beaucoup d’Espagnols dans un logement modeste (une cuisine et une chambre pour l’ensemble de la famille, des toilettes et des douches dans les parties communes) du quartier de Gambetta, le quotidien du couple est marqué par le travail à l’usine ou à l’atelier et les fêtes familiales et les réunions politiques entre réfugiés le week-end :

  • 33  « Josefina et moi sortions souvent le dimanche avec d’autres camarades pour vendre la presse et la (...)

41Josefina y yo salimos muchos domingos con otros camaradas a vender la prensa y propaganda del partido […]. Otras veces vendíamos flores y hacíamos una especie de cuestación con huchas, para recoger dinero al tiempo que se organizaba algún mitin o asamblea, especialmente en días como el Primero de Mayo. En muchas ocasiones, hacíamos esas reuniones en protesta por la represión en España o por las condenas a muerte que periódicamente se sucedían por aquellos años33.

  • 34 Pourcentages établis à partir d’une liste nominative de passeports et visas refusés. AGA, MAE, Caja (...)

42Dans les rapports de surveillance des autorités consulaires, l’activité des républicaines n’est jamais évoquée. On constate pourtant qu’entre 1947 et 1949, un grand nombre de femmes sollicitent un passeport ou un visa pour voyager de l’Espagne vers l’Algérie ou inversement. 72% des demandes rejetées concernent d’ailleurs des femmes34. On peut donc supposer que l’ouverture de la frontière franco-espagnole et les amnisties politiques de 1947 incitent certaines d’entre elles à rejoindre leur mari exilé en Algérie ou retourner en Espagne, où leurs enfants sont restés lors de la débâcle républicaine.

  • 35 AGA. MAE. Caja 66/51 47. Orden 138 de 30 de agosto 1956. Traduction de l’auteure.

43La circulaire franquiste 2454 du 23 novembre 1954, qui autorise le retour définitif ou temporaire des réfugiés n’ayant pas de condamnation pénale en cours, entraîne de nouvelles demandes de visas vers l’Espagne à partir du milieu des années 50. Arguant pour la plupart qu’elles ont « suivi leur mari » en 1939 et qu’elles souhaitent « rendre visite à leurs proches », les femmes sont les premières à bénéficier de ces mesures de clémence qui se consolident en 1956. Dans une note adressée à l’ambassade d’Alger, la Sûreté de l’État affirme en effet que : « sauf en cas de dangerosité politique notoire de leur mari, le fait d’être épouse d’un exilé politique ne sera pas motif d’entrave à l’obtention de visa35 ».

  • 36 Source: Fondation Pablo Iglesias.
  • 37 Camacho, Marcelino. Confieso…, op. cit., p. 134.

44Ignorant le fait que les femmes puissent être animées d’une conscience politique (nous pourrions objecter que la réfugiée Carmen Consuegra Linares avait recréé une section du PSOE dans la ville de Colomb Béchard et participé au IIIe Congrès des Jeunesses Socialistes à Oran en 194736), le pouvoir franquiste semble être moins vigilant sur le retour des femmes, hormis lorsque celles-ci sont mariées à des communistes. Pour autant, rares sont les réfugiés à solliciter un retour définitif : sur 150 demandes déposées auprès du consulat d’Oran entre 1954 et 1962, seuls 10% évoquent cette possibilité. Et cela, malgré les consignes du PCE de regagner la péninsule pour y préparer la « lutte intérieure »37.

  • 38 AGA, MAE, Caja 66/4138.

45Le déclenchement de la guerre d’indépendance ne semble pas, non plus, être un élément déclencheur de retour jusqu’en 1961. À l’instar des autres membres de la communauté européenne, les Espagnols choisissent majoritairement de rester en Algérie jusqu’aux dernières heures de la colonie et d’être rapatriés vers la France. De nombreux courriers adressés au consulat indiquent, par exemple, qu’ils ne souhaitent pas être séparés de leurs enfants qui ont acquis la nationalité française. Ces derniers peuvent d’ailleurs escompter une meilleure indemnisation des biens nationalisés en Algérie. D’ailleurs, Le chiffre de 30 000 rapatriés d’Algérie accueillis dans la région d’Alicante par le régime franquiste en 1962 semble donc exagéré, même s’il est vrai que les autorités espagnoles contribuent à l’évacuation de ressortissants espagnols et français (2 111 passagers sont ainsi embarqués à bord du Virgen de África et du Victoria vers Alicante le 4 juillet 196238).

Conclusion

46À rebours des clichés sur la victimisation des femmes migrantes, cette première approche de l’émigration des Espagnoles en Algérie montre que celles-ci prirent une part active au phénomène migratoire, faisant preuve de détermination et de résistance en toutes circonstances. Sortant du foyer et de leur communauté d’origine pour répondre aux besoins de main d’œuvre de la société d’accueil ou pour seconder leur conjoint dans l’aventure coloniale, les migrantes contribuèrent non seulement à l’essor économique et démographique de l’Algérie coloniale mais aussi à son identité culturelle. Si les rapports hiérarchiques, ethniques et sexuée de l’Algérie des années 30-60 n’entraînent pas nécessairement une redéfinition du rôle social qui leur était assigné en Espagne, des opportunités d’émancipation financières existent, notamment pour les résidentes permanentes – moins sujettes aux fluctuations économiques que les saisonnières. Néanmoins, il est encore totalement prématuré de parler de prise de pouvoir des femmes.

  • 39 Camacho, Marcelino. Confieso…, op. cit., p. 17. Prologue.

47La vision androcentriste du réel a pour conséquence une relative absence des femmes dans les archives de l’administration. Celles-ci apparaissent lorsque l’intervention des autorités consulaires s’avère nécessaire pour secourir un proche, obtenir une aide matérielle ou faciliter un regroupement familial. En revanche, leur condition de citoyenne politique n’est presque jamais évoquée, comme si l’obtention du droit de vote et l’investissement de l’espace public par les femmes durant la IIe République n’avaient jamais existé. La consultation d’archives politiques et syndicales permettrait sans doute de démontrer que les exilées n’étaient pas que de simples « suiveuses ». C’est en tout cas ce qu’affirme Manuel Vázquez Montalbán : les compagnes des individus persécutés par le franquisme, dit-il, avaient souvent « un double militantisme : celui qui les conduisait à s’engager dans la grande cause générale et universelle de l’émancipation humaine ; et celui, de premier plan, sentimentale, qui les reliait par un cordon ombilical invisible à l’homme qu’elles aimaient »39.

Top of page

Notes

1 Albert Camus, « Actuelles III », in Chroniques algériennes, p. 207.

2 Selon le géographe Kamel Kateb, le recensement de 1954 fait état de 984 031 Européens et de 8 449 332 « indigènes » ou musulmans.

3 Flores, Christian. Un siècle de colonisation hispanique en Oranie française (1830-1930), Mémoire de maîtrise, Université d’Angers, 1980. Jordi, Jean-Jacques. Les Espagnols en Oranie : 1830-1914 : histoire d'une migration, Montpellier, Africa Nostra, 1986. Crespo, Gérard et Jordi, Jean-Jacques. L'immigration espagnole dans l'Algérois : de 1830 à 1914, Versailles, Atlantrophe, 1990. Dulphy, Anne. L'Algérie des Pieds-noirs : entre l'Espagne et la France, Paris, Vendémiaire, 2013.

4 Citons notamment Vilar, Juan Bautista. Los españoles en la Argelia francesa (1830-1914), CSIC, Universidad de Murcia, 1989.

5 Menages Ángela-Rosa y Monjo, Joan- Lluis. Els valencians d´Algeria (1830-1962), Picanya, Edicions del Bullent, 2007. Buades Crespí, Joan. L'emigració balear a ultramar (1830-1960), Palma, Documenta Balear, 2009. Olives Galmés, Llorenç. La migració menorquina a Algèria : visions d'un trescador entre Menorca i El MagrebAlaior, Olves Galmés, 2011. Gilabert Marqués, Gabriel y Pascual Bolufer, Antoni. Anar a Orà: l´emigració del Poble Nou de Benitatxell a l´Algèria francesa, Picanya, Edicions del Bullent, 2009. Marfany, Marta. L'emigració menorquina a Algèria al segle XIX, Palma, Documenta Balear, 2015

6 Catarino, Christine et Morokvasic, Mirjana. « Femmes, genre, migration et mobilité », Revue européenne des migrations internationales, vol. 21-1, 2005, p. 7-27.

7 Robert-Guiard, Claudine. Des Européennes en situation coloniale, Aix-en-Provence, Université de Provence, 2009 [version E-book]. L’italique est de nous.

8 Robert-Guiard, Claudine. Des Europénnes…, op. cit., p. 15.

9 Verdès-Leroux. Jeannine. Les Français d'Algérie: De 1830 à aujourd'hui. Une page d'histoire déchirée, Paris, Fayard, 2001, p. 206.

10 Bugeaud à Genty de Bussy, Alger, le 30 mars 1847, Lettres inédites, p. 304. Ibidem, p. 190.

11 Montero. Andrée. Río Salado, Toulouse, Privat, 1981.

12 Victor Demontès, p. 62-65, note qu’il y avait en 1896 93 hommes pour 100 femmes chez les Espagnols ; 120 hommes pour 100 femmes chez les Français, 116 hommes pour 100 femmes dans l’ensemble de la communauté européenne. Verdes-Leroux, Jeannine. Les Français d'Algérie…, op. cit. p. 207.

13 De la prostitution dans la ville d'Alger depuis la conquête, Paris, 1953, p. 58.

14 Núñez, Denis. Les golondrinas, ou les trois sœurs d’Almería, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 226.

15 Robert-Guiard, Claudine. Des Européennes…, op. cit., p. 140.

16 AGA, MAE. Caja 82/2847. Leg R721. Exp. 41. « Intereses demográficos 1932 ».

17 Nous ne disposons pas des chiffres de 1931 mais ils étaient, d’après le recensement de 1936, 66 000 en Oranie. A. Dulphy, L’Algérie des pieds-noirs, op. cit., p. 21.

18 AGA, MAE. Caja 82/2847. Leg R721. Exp. 41. « Intereses demográficos 1932 ».

19 Ibidem. « Les premiers s’adaptent rapidement à l’Algérie et organisent leur vie au sein d’un cadre qui leur est favorable, puisque parents, compatriotes, amis accueillants et spontanés sont généralement disposés à les conduire et à les orienter. Parmi ceux-ci, peu cherchent à se rapatrier. Ils s’installent dans les villes où ils se consacrent à des activités mécaniques ou offrent leurs bras. Ce n’est qu’en cas de problème de santé ou de revers inattendu qu’ils retournent, vaincus, à leur patrie d’origine […]. Les seconds, au contraire, qui arrivent en groupe au moment de la taille de la vigne, des orangers et des arbres fruitiers, retournent systématiquement dans leur village avec le fruit de leur travail. Rares sont ceux qui choisissent de rester, à moins d’être engagés comme responsables de propriétés agricoles ».

20 « Jusqu’à l’avènement de la IIe République, toute personne désirant émigrer pouvait le faire. Et cela, indépendamment de la capacité d’absorption du marché du travail algérien. De nombreux émigrés revenaient chaque année sans le sou : ils n’avaient réussi ni à économiser, ni à trouver un travail. Seuls les hommes munis d’un contrat ou les femmes destinées à la domesticité ayant acquis un billet aller-retour furent dès lors autorisés à partir. Dans la pratique, ces mesures ne furent pas totalement appliquées, surtout pour les femmes : le succès qu’elles rencontraient en Algérie était tel que peu d’entre elles retournèrent en Espagne ». Cózar Valero, María Enriqueta. La emigración exterior de Almería, Granada, Universidad, 1984, p. 83.

21 « Les Espagnols, réfugiés ou résidents permanents, sont soumis à toute sorte de pressions et de menaces pour qu’ils s’enrôlent dans l’Armée […]. Quand, sur conseil du consulat, ils refusent de le faire, on les menace de les expulser dans un délai péremptoire […]. Les parents espagnols d’enfants français (en raison de leur appartenance à la deuxième ou troisième génération née en Algérie) sont privés de permis de travail. La situation est d’autant plus critique qu’en cas de retour en Espagne, ils doivent se séparer de leurs enfants puisque l’administration ne délivre même pas de passeports pour les mineurs ». AGA, MAE, Caja 66/4167. Correspondencia 66. 14/10/39.

22 « Je réside à Oran depuis 1906. J’ai 38 ans. Je suis veuve et vis avec une fille de 14 ans. Mon mari, également espagnol, était mécanicien à la Compagnie de tramways d’Oran […]. Je vis dans un appartement depuis 1938, suite à la mort de celui-ci. Le mois passé, la propriétaire de la maison, une Française un peu antiespagnole, m’a envoyé le ‘congé’ pour que je libère ma chambre le 1er janvier. On m’a dit que mon appartement serait loué à des réfugiés de France qui sont actuellement à l’hôtel. Je ne trouve pas de logement. Il est inutile de vous dire, Monsieur le Consul, comme c’est difficile en ce moment. [Note du consul]. La veuve demande un délai : après, à la rue. C’est-à-dire, dans une grotte [ou cave] ».

23 Caja 82/6339. Leg. 2157. Exp.1 « Labor de la Falange en Argelia ».

24 « Cette grande cause nationale qu’incarne l’esprit rénovateur et révolutionnaire de la Nouvelle Espagne ne pouvait être absente de ce territoire consulaire, où réside une minorité espagnole de plus de 20 000 âmes. Cet esprit doit apporter aux compatriotes, autrefois séparés moralement et matériellement de la Patrie, sa force, sa chaleur, et sa foi absolue et inébranlable dans la renaissance de l’Empire ». Ibidem.

25 Salinas, Alfred. Quand Franco réclamait Oran. L’opération Cisneros, Paris, L’Harmattan, 2008.

26 Dulphy, Anne. L’Algérie des Pieds-Noirs, op. cit., p. 169.

27 Rosa Montero explique que les domestiques musulmanes firent leur entrée dans les foyers européens au moment de l’après-guerre. Dans un rapport adressé à Madrid, le Consulat explique également qu’au sortir de la Seconde guerre mondiale, « les tailleurs de vigne d’Alicante qui venaient périodiquement en Oranie furent progressivement remplacés par la main d’œuvre indigène ». Traduction de l’auteure. AGA, MAE, Caja 4157.

28 Selon les décrets Daladier, les étrangers « indésirables » doivent être expulsés, rapatriés ou internés.

29 A. Dulphy, L’Algérie des Pieds-Noirs…, op. cit., p. 87.

30 Vilar, Juan Bautista. « Relación nominal de los militantes republicanos evacuados de Alicante por el buque inglés Stanbrook con destino a Oran en 28 de marzo de 1939 », Anales de historia contemporánea, nº2, Universidad de Murcia, 1983, p. 273-330. Sont considérées comme adultes les femmes de plus de 30 ans.

31 Voir, par exemple, le témoignage de l’anarchiste José Muñoz Congost, interné au camp d’Hadjerat M’Guil. Por tierras de moros: el exilio español en el Magreb, Madre Tierra, Móstoles, 1989,

32 Informe sobre la política de los españoles refugiados en Orán. 20/12/40. AGA 82-6487. MAE. Leg 2222. Exp. 51. 1942/1944.

33  « Josefina et moi sortions souvent le dimanche avec d’autres camarades pour vendre la presse et la propagande du parti […]. Parfois, nous vendions des fleurs et faisions une espèce de quête dans une tirelire afin de récolter de l’argent en vue de l’organisation d’un meeting ou d’une assemblée, comme pour le Premier mai. Nous faisions souvent des réunions pour protester contre la répression en Espagne ou les condamnations à mort qui étaient régulièrement prononcées à l’époque ». Camacho, Marcelino. Confieso que he luchado, Madrid, Temas de Hoy, 1990 p. 120.

34 Pourcentages établis à partir d’une liste nominative de passeports et visas refusés. AGA, MAE, Caja 66/4157. Un tiers des demandes concernent des autorisations de voyage vers l’Algérie.

35 AGA. MAE. Caja 66/51 47. Orden 138 de 30 de agosto 1956. Traduction de l’auteure.

36 Source: Fondation Pablo Iglesias.

37 Camacho, Marcelino. Confieso…, op. cit., p. 134.

38 AGA, MAE, Caja 66/4138.

39 Camacho, Marcelino. Confieso…, op. cit., p. 17. Prologue.

Top of page

References

Electronic reference

Ludivine Thouverez, « Dynamiques migratoires et genre : une approche de l’immigration féminine espagnole en Algérie (1939-1962). », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [Online], 21 | 2020, Online since 22 May 2020, connection on 09 July 2020. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/3936 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.3936

Top of page

About the author

Ludivine Thouverez

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Top of page