Navigation – Plan du site
Travaux d'étudiants et de doctorants

Présentation de mémoire de master. Communauté argentine à Rome

Florencia Liffredo

Texte intégral

Histoire de la migration et insertion culturelle

1Dans cette partie nous allons donner la parole aux protagonistes, aux personnes qui font partie de la communauté argentine à Rome, des Italo-argentins comme des Argentins qui mènent des activités dans la ville de Rome, soit par rapport à leur pays d’accueil, soit à leur pays d’origine.

Comment avons-nous procédé dans nos interviews ?

Les interviewés :

2Il s’agit de personnes qui exercent une activité politique et/ou associative dans la ville de Rome. Il s'agit plus précisément de militants de partis politiques de gauche et de jeunes qui participent aux nouvelles murgas romaines. Nous avons choisi le cas des immigres argentins, car c’est ce qui nous intéresse le plus dans le cadre de notre travail, afin d'étudier comment les Argentins s’adaptent culturellement en Italie, et particulièrement dans la ville de Rome, quelles sont les motivations qui les amènent à organiser des activités, à militer ou à se battre pour des biens communs qui a l’origine ne sont pas les leurs.

3Les activités que mènent ces immigrés nous semblent le meilleur moyen à travers lequel observer à quel point il peut exister des similitudes culturelles entre les deux villes (Buenos Aires et Rome) ; et de répondre, ou de commencer à répondre, à la question que nous nous sommes poses dans la première partie de notre travail, à propos de l'existence d'une italo-argentinite collective qui irait au-delà des origines et des papiers d’identité italiens qui la manifestent.

4C’est avec ces critères que nous avons choisi les personnes que nous avons interviewées : dans aucun cas nous ne prétendons livrer un échantillon représentatif de la communauté argentine en Rome (cela concernerait plus un travail d'anthropologie). Nous nous sommes limites à choisir quelques personnes qui, selon nous, participent à des activités qui laissent une empreinte argentine dans la ville de Buenos aires et une militante de Rifondazione Comunista, dans la mesure où ils nous permettent de réfléchir à l’appartenance à un pays ou à un autre. Nous n’avons pas pu mener d'entretiens avec les organisateurs de milongas populaires, car comme ce ne sont pas des groupes organises, les fêtes changent souvent de lieux et il en est de même pour les personnes qui les animent, qui pour la plupart sont italiennes.

Organisations d’appartenance des interviewés

  • Associations des Argentins qui mènent des activités pour l’Argentine : association Progetto Sur.

  • Font partie des deux des principales murgas de Rome los Adoquines de Spartaco et Patas arriba.

  • Militants politiques : spécifiquement Rifondazione Comunista.

Méthode d’interview

5Un questionnaire est utilisé comme base de l’interview. Les interviews se font pour la plupart sous forme de dialogues, le questionnaire qui est parfois utilise comme base est assez individualise, donc ce n’est pas le même pour tous les interviewes. Comme nous l’avons annoncé dans l’introduction, un élément complexe est celui de la proximité du chercheur avec le sujet de la recherche. D’autre part il faut aussi remarquer qu’il ne s’agit pas d’une recherche anthropologique, donc nous n'utiliserons pas des méthodes d’entretien et d’échantillon dans cette perspective.

6Nous n’avons pas réalisé un échantillon des personnes représentatives d’un type d’immigration, mais nous avons plutôt pris des interlocuteurs privilégiés, ce qui nous a permis d'observer différents facteurs culturels argentins de l’intérieur dans un contexte d’activités menées sur le terrain.

7La langue dans laquelle nous avons réalisé les entretiens change selon les entretiens : dans le cas du couple d’Argentins arrivés d’Espagne et ne maîtrisant pas très bien la langue italienne, nous avons choisi de faire l’entretien en castillan. Dans le cas de Romina de Progetto Sud, nous avons réalisé l’interview en castillan, car le premier contact que nous avons établi était dans cette langue et s'est spontanément poursuivi ainsi. Pour les interviews que nous avons réalisées avec Sofia et Cristina nous avons choisi la langue italienne, car elles ont passé plus de la moitié de leur vie en Italie, et l’italien est leur langue autant que le castillan. Mais dans le cas des personnes avec lesquelles nous avons réalisé les interviews en castillan s'ajoute une relation de proximité entre l’interviewé et la personne qui réalise l'entretien, car il existe une certaine affinité entre les deux : tantôt le chercheur et l'interviewé viennent de la même ville, où ils ont émigré à la même période et la langue italienne (même si par exemple dans le cas de Romina elle maîtrise très bien cette langue, car elle a suivi des études d’italien) est notre deuxième (ou dans le cas de la personne qui réalise les interviews la troisième) langue. Entre deux personnes qui proviennent de la même ville, l’utilisation de la langue du pays d’accueil, alors qu'ils sont seuls, instaure indirectement une barrière, un éloignement. C'est donc aussi pour cette raison que nous avons choisi le castillan dans les deux entretiens réalisés avec Maria et Juan [entretien simultané, en présence des deux personnes] et avec Romina.

La parole aux protagonistes

8Nous allons analyser les récits de vie qui nous ont été offerts et les mettre en relation avec le contexte plus large de la migration. Et surtout écouter et essayer de comprendre comment ces immigrés argentins vivent la ville de Rome et se réapproprient cet espace et quelle est la relation qu'ils entretiennent avec ses habitants. Nous commencerons par un court résumé afin de présenter nos interviews, pour qu'il soit par la suite plus facile de se repérer dans les noms mentionnés.

Cristina, militante de Rifondazione Comunista et activiste dans le quartier du Pigneto

9Elle arrive à Rome en 1980, exilée politique, âgée de 60 ans, elle milite actuellement à Rifondazione comunista. Double nationalité italo-argentine. Activités politiques à Rome : elle fait partie de Rifondazione comunista, elle militait déjà en Argentine et son militantisme politique l’a poussée à partir. Toute la famille s’installa à Rome chez des amis intellectuels dans les quartiers chics ou elle a eu beaucoup de difficulté à s’adapter. Un an après elle s’est installée, avec sa famille, dans le quartier populaire du Pigneto, où elle réside encore aujourd’hui.

Sofía, membre de la murga « Sin papeles » et fondatrice de la murga “Patas arriba”

10Elle appartient à la Murga Patas arriba, exilée politique dans les années 1970, quand elle était encore une enfant (2 ans environ), profession graphiste. Fille d’un disparu de la dictature militaire. Elle a vécu au Venezuela, puis trois ans en Argentine, et à partir de l’âge de douze ans elle habite à Rome. Elle a fait un séjour en Argentine pour étudier le cinéma, puis elle est rentrée à Rome. La rencontre avec la murga se fait en Italie. Elle a pris la double nationalité, sans avoir d'origines italiennes. La Sin Papeles, créée dans la ville de Rome en 2002, est la première murga de la ville qui se réunissait au CSAO Ex-Snia. L'Ex-snia se trouve dans le quartier du Pigneto et il accueille aussi des associations d'immigrants sans papiers, d'où le nom de Sin Papeles (en castillan).

Romina, membre de Progetto sud

11Interview faite à une Italo-argentine, d’une trentaine d’années, émigrée de Buenos Aires en 2006, pour des motifs d’études. Elle n'a pas réussi à trouver un emploi stable, elle a néanmoins travaillé au CNR. Difficultés à s'intégrer au milieu universitaire romain.

12Actuellement elle fait des travaux irréguliers (ateliers dans les écoles, poste à l'ambassade argentine, etc.). Son activité sociale à Rome se fait dans une association qui travaille sur l’Argentine, recueille des fonds pour des organisations autogérées argentines (baccalauréats populaires, par exemple). L'association s'est créée après la révolte de 2001 en Argentine. Ils organisent, parmi d'autres activités, des ateliers de murga. Elle a la double citoyenneté italo-argentine et parlait l'italien avant son arrivée à Rome.

[Lire le mémoire : Communauté argentine à Rome : Histoire, migrations et insertions politico-culturelles]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florencia Liffredo, « Présentation de mémoire de master. Communauté argentine à Rome », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 25 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/3956

Haut de page

Auteur

Florencia Liffredo

Florencia Liffredo est l’auteure d’un mémoire de Master, intitulé Communauté argentine à Rome : Histoire, migrations et insertions politico-culturelles, soutenu à Paris 3 en 2012. L’aspect méthodologique de l’interview d’exilées argentines en Italie est mis en avant dans le fragment, issu de son mémoire, qui suit.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page