Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Identités italo-argentines au XXI...

Résumé

Doctorante en études hispaniques et latino-américaines à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris III et à l’Université de Buenos Aires. Sa thèse porte sur les contacts entre le castillan rioplatense et l’italien en contexte migratoire, dans une perspective de sociolinguistique.

Cet article porte sur la construction de l’identité italo-argentine dans un contexte de migration non choisie. À partir de différents témoignages de femmes argentines immigrées en Italie, nous nous intéresserons à la perception de l’expérience migratoire, ainsi qu’aux questionnements identitaires engendrés par celle-ci. Les apports du sociologue Abdelmalek Sayad et des linguistes Lüdi et Py nous conduiront à nous interroger sur les concepts de « double absence » et de bilinguisme, puis au concept de résilience développé par Cyrulnik.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

Argentine, Italie.
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour un état de la question, voir Liffredo, Florencia. « El cocoliche como fenómeno de extraneidad (...)
  • 2 Liffredo Florencia. Communauté argentine à Rome : Histoire de migrations et insertions politico-cul (...)

1La migration des Italiens en Argentine a fait l’objet de nombreuses recherches dans différents champs disciplinaires (histoire, sciences sociales, linguistique1, architecture, musicologie, études culturelles2), mais celle des Argentins en Italie sont rares et peu théorisées. Les mouvements de populations observés suite à la crise financière de 2001 ont toutefois suscité un intérêt croissant pour la question. Ces travaux récents portent sur l’intégration des Argentins au monde du travail et à la société italienne en général, mais peu envisage la migration depuis le prisme de l’expérience individuelle et du genre.

2Cet article se propose de réfléchir à la construction de l’identité italo-argentine dans un contexte de migration non choisie chez les femmes. À partir de différents témoignages de migrantes, nous nous intéresserons à la perception de l’expérience migratoire, ainsi qu’aux questionnements identitaires engendrés par celle-ci.

3Les apports du sociologue Abdelmalek Sayad, qui considère l’immigration comme un « fait social total » générant une « double absence », ainsi que des linguistes Lüdi et Py, auteurs de nombreux ouvrages sur le « biculturalisme » serviront de cadre théorique à cette contribution. En effet, bien que ces derniers auteurs centrent leurs recherches sur le bilinguisme et non sur l’immigration en soi, les deux phénomènes peuvent être considérés comme complémentaires. La dernière notion que nous retiendrons sera celle de la « résilience », théorisée par Boris Cyrulnik. Elle nous conduira à réfléchir sur les mécanismes psychologiques permettant de surmonter le traumatisme lié à la migration quand celle-ci n’est pas choisie.

Immigration argentine en Italie : des chiffres imprécis

  • 3 Cacopardo, María Cristina. Extranjeras en argentina y argentinas en el extranjero, La visibilidad d (...)
  • 4 Rosti, Marzia. « Gli argentini in Italia e il Bicentenario dell’indipendenza argentina », RiMe (Riv (...)

4Même si ce travail se focalise sur l’étude de cas, la présentation de quelques données quantitatives peut s’avérer utile pour envisager la question de la migration des Argentins vers l’étranger. Signalons, tout d’abord, que quatre grandes vagues migratoires se sont succédé depuis les années 1960 : la première, conséquence de la dictature d’Ongania (1966-1970), correspond à une émigration politique dotée d’une forte proportion d’intellectuels. La deuxième, conséquence de la dictature militaire de Videla-Galtieri-Viola (1976-1983), conduit à l’exil d’environ 120 000 personnes3. La troisième (1989-2001) est une émigration de type économique plutôt dirigée vers l’Espagne ou l’Italie4. Elle fait suite au contexte de crise économique et d’hyperinflation que connut l’Argentine au début des années 90. La quatrième est enfin liée à la crise économique et institutionnelle de l’Argentine en 2001 : afin d’échapper au chômage et à l’instabilité, de nombreux citoyens issus des classes moyennes décident de migrer vers l’Europe ou les États-Unis dans l'espoir de pouvoir y exercer leur profession. L’Espagne et l’Italie sont, là encore, deux destinations privilégiées pour émigrer en raison des facilités données par les États italien et espagnol (tout particulièrement sous le gouvernement socialiste de Rodriguez Zapatero) aux descendants de leurs ressortissants émigrés.

  • 5 Calvelo, Laura. « Perspectiva de la emigración extrarregional argentina ante la recesión mundial », (...)
  • 6 Rhi Sausi, José Luis et García, Miguel Angel. Gli argentini in Italia, una comunità d’immigrati nel (...)
  • 7 Bramiglia, Graciela et Santillo, Mario. « Un ritorno rinviato: discendenti di italiani cercano la v (...)

5Recenser le nombre d’Argentins résidant en Italie s’avère très compliqué dans la mesure où la plupart d’entre eux possèdent un passeport italien ou d’un autre pays de l’Union européenne. Les travaux de la sociologue Laura Calvel5 (scientifique de l'Université de Buenos Aires travaillant en collaboration avec le ministère de l'Intérieur de la République Argentine) ou de M. A. Garcia6, G. Bramuglia et M. Santillo7, permettent toutefois d’obtenir quelques informations sur le profil et l’importance numérique des immigrés argentins d’Italie.

  • 8 Sources : Rhi Sausi, José Luis et García, Miguel Angel. Gli argentini in Italia, op. cit.

6La communauté est, tout d’abord, composée de quatre groupes : les sans-papiers, minoritaires ; les immigrés munis d’une carte de séjour mais non de la nationalité européenne ou italienne ; les Argentins détenteurs d’un passeport d’un pays de l’UE ; et les « Italo-argentins », c’est-à-dire les détenteurs d’un passeport italien car un de leurs ancêtres était originaire d’Italie. Selon José Luis Rhi Sausi et Miguel Angel García8, ce dernier groupe représente presque les deux tiers de la communauté (voir figure 1).

Profils

Persones

% du total

Argentins sans citoyenneté italienne

14 806

22,9%

Argentins avec la citoyenneté italienne

39 657

61,4%

Argentins en situation irrégulière

3 103

4,8%

Argentins nés en Italie

7 040

10,9%

Total

64 586

100%

Figure 1. Profils des Argentins résidant en Italie au début des années 1990.

7Notons qu’il conviendrait d’ajouter à ces chiffres un nombre indéterminé d'Argentins ayant été naturalisés après plusieurs années de résidence en Italie. Dans un autre document statistique adressé par l’Ambassade d’Argentine à l’auteure, il ressort qu’en 2010, la région recevant le plus d’immigrés était le Lazio : 1 887 Argentins, dont 882 hommes et 1 065 femmes y résidaient. Dans cette circonscription, qui entoure la capitale, la migration des femmes était donc supérieure à celle des hommes.

8L’absence de données précises trouve son explication dans plusieurs facteurs. Jusque dans les années 2000, les recherches en sciences sociales étaient davantage centrées sur l’immigration que sur l’émigration. L’Argentine, en effet, est une terre d’accueil : à l’immigration européenne « historique » (particulièrement importante au XIXe siècle et durant la première moitié du XXe siècle), s’est ajoutée une immigration issue des pays andins limitrophes ou d’Asie à partir des années 1950. Cette tradition d’accueil est d’ailleurs souvent mise en avant dans les discours de propagande patriotique.

  • 9 Sur le programme Raíces, consulter le site institutionnel : https://www.argentina.gob.ar/ciencia/ra (...)

9La crise de 2001 fut néanmoins d’une telle ampleur que la réalité de l’émigration est désormais reconnue, voire assumée, par les chercheurs. Elle est également prise en considération par les autorités, qui tentent de comptabiliser leurs ressortissants à l’étranger et proposent des politiques à leur attention. Le gouvernement Kirchner fut, par exemple, promoteur d’un programme connu sous le nom de « Plan Raíces », destiné à fédérer et rapatrier les chercheurs argentins résidant à l’étranger : entre 2003 et 2013, mille « cerveaux » sont ainsi revenus au pays9.

Méthodologie et corpus

  • 10 Lüdi, Georges et Py, Bernad. Être Bilingue, Peter Lang, Berne, 1986.

10Comme nous l’avons signalé dans l’introduction, nous reprendrons le terme de « biculturalisme » de Lüdi et Py10 pour souligner que les migrantes sont des personnes à la fois bilingues et « biculturelles », dans la mesure où elles partagent deux cultures, tant d’un point de vue social que personnel. En effet, vivre dans un pays étranger n’implique pas seulement de maîtriser une autre langue ou de partager une autre culture, mais de resignifier les rapports humains, de se représenter dans une autre langue et d’apprendre dans une nouvelle langue.

11Or, comment se représenter, apprendre, s’ouvrir aux autres quand la migration implique une perte d’identité, de culture, d’une langue et parfois de ses droits ? Comme le relève le sociologue A. Sayad, l’immigration est source de contradictions, de conflits intérieurs et d’illusions collectivement entretenues :

  • 11 Sayad, Adbelmalek. Le double absence, Paris, Edition du seuil, 1999, op. cit., p. 247.

Présence immigrée, donc étrangère, cela équivaut à présence provisoire (en droit), à présence subordonnée à quelque raison extérieure à elle et à quelque autre fin qu’elle-même […]. La réduction de l’immigration à sa seule dimension économique est une autre contradiction du phénomène. La contradiction fondamentale du « provisoire qui dure » se transpose de l’ordre temporel à l’ordre spatial : comment continuer à être présent là où on est absent ? Corrélativement, comment s’accommoder de n’être présent que partiellement et, par suite, d’être, d’une certaine manière, absent (moralement) là où on est présent physiquement ? […]. Durement confronté à toutes ces contradictions indispensables qui constituent son univers social, l’immigré est contraint, faute de ne pouvoir ni les résoudre sur place et en leur temps, ni les déserter en mettant fin à son immigration, de les redoubler au péril, parfois, de son équilibre social ou psychique11.

  • 12 Cyrulnik, Boris. Les vilains petits canards. Paris, Odile Jacob, 2001.

12Les travaux empiriques de Sayad, reposant sur un recueil de témoignages de travailleurs algériens immigrés en France, relèvent le paradoxe d’une « double absence » au sein de la communauté et soulignent que, pour nombre d’entre eux, l’expérience migratoire est source de désillusions et de déchirure, voire de traumatisme. L’intérêt que nous portons aux conclusions du sociologue nous conduirons à nous interroger sur leur éventuelle transposabilité à l’expérience des Argentines résidant en Italie. La déchirure ressentie par l’expérience migratoire (surtout quand celle-ci n’est pas volontaire) peut-elle être compensée, voire dépassée ? Le bilinguisme-biculturalisme, tel que décrit par Lüdi et Py, peut-il faciliter la résilience, que Cyrulnik décrit comme la capacité d’une personne ou d’un groupe à se développer bien, à continuer à se projeter dans l’avenir en dépit d’événements déstabilisants, de conditions de vie difficiles, de traumatismes sévères12 » ? La construction d’une nouvelle identité suit-elle un cheminement selon que la migrante ait changé de pays pour des raisons politiques ou économiques ?

13L’analyse de témoignages de femmes ayant migré en Italie permettra d’apporter des réponses à ces questions. Quatre entretiens sur un total de huit seront présentés dans cette étude. Ils sont issus de micro-corpus différents. Les deux premiers, réalisés auprès d’exilées de la dernière dictature, font partie d’un corpus constitué en 2011 dans le cadre d’une recherche sur les apports des Argentins aux milieux associatifs et underground de Rome. Les deux autres, réalisés auprès de migrantes économiques, appartiennent à un corpus constitué en 2014 à Buenos Aires, dans le cadre d’un projet sur le bilinguisme dans les familles ethnolinguistiques mixtes italo-argentines. Bien que les entretiens appartiennent à des corpus différents, réalisés pour différents objectifs d’analyse, ils regroupent des dénominateurs communs qui permettent d’apprécier comment se construit l’identité dans le cadre d’une migration non volontaire, et comment ce processus de construction identitaire peut évoluer de la « double absence » vers la « double appartenance ».

De la double absence à la double présence

  • 13 Nascimbene, Mario C. « Origini e destinazioni degli italiani in Argentina (1835-1970) » in Euroamer (...)

14Comment nous l’avons évoqué ci-dessus, l’Argentine fut une terre d’accueil pour des milliers de migrants européens, et particulièrement pour les Italiens qui constituaient, en 1914, 11,9% de la population argentine et 39,4% de l’ensemble des étrangers13. L’importance de ce courant migratoire a donné naissance à une identité « italo-argentine », transmise de génération en génération, qui repose à la fois sur la pratique de la langue dans le cadre familial et sur le regroupement des immigrés ou de leurs descendants dans des clubs, associations culturelles ou de bienfaisance bénéficiant du soutien des États argentin et italien. La culture de masse a également mis en scène l’histoire de deux familles supposément représentatives de l’immigration italienne à travers deux séries télévisuelles intitulées Les Campanella (années 70) et Les Benvenutto (années 90). L’identité italo-argentine, collective plus qu’individuelle, renvoie au concept de construction symbolique de Bourdieu et invite à se demander comment l’immigrée argentine se représente en Italie lorsque cette identité devient une réalité.

  • 14 Afin de préserver l’anonymat des personnes interviewées, les noms utilisés dans cet article ont été (...)

15Chez les deux femmes exilées, la migration n’a rien de romanesque, mais est vécue comme une contrainte, doublée d’un traumatisme. Comme l’explique Clara14, née en 1950 et exilée à l’âge de 30 ans, le départ vers l’Italie fut précipité et motivé par la répression. Voyageant avec son mari et un enfant en bas âge, elle pense, à l’instar de beaucoup de compatriotes, que la dictature sera éphémère et qu’elle reviendra rapidement à Buenos Aires. Mais les difficultés administratives liées à son statut illégal et le sentiment d’avoir « perdu quelque chose » engendrent rapidement un malaise :

  • 15 « Je me suis enfuie de la dictature argentine, même si la période la plus difficile était déjà pass (...)

Sono scappata dalla dittatura argentina, anche se il periodo più duro era già passato. Avevo sempre pensato che la dittatura fosse una cosa transitoria, che sarebbe durata poco. E poi, d’altra parte, io non avevo documenti per espatriare. Ero perseguitata, non potevo fare il passaporto e tra l’altro avevo un processo in corso. […] La mia idea era quelle di venire per un corto periodo; ero insegnante all’università. Ho dovuto lasciare qualcosa […]15.

16Clara et son mari possédaient des origines italiennes. La confrontation avec la réalité d’un pays « imaginé » (ou tout au moins recréé à travers les représentations collectives des Italo-argentins de Buenos Aires) est d’autant plus dure qu’elle implique la pratique au quotidien de la langue italienne, tout comme la perte d’un statut car, comme le souligne Sayad, le monde social de l’immigration du Sud vers le Nord ne correspond quasiment jamais au monde social d’émigration.

17Le témoignage de Susana, arrivée en Italie à l’âge de douze ans après un exil de sept ans au Venezuela puis un retour de trois ans dans son pays natal, évoque également une perte de repères liée à la frustration de ne pas avoir choisi l’endroit où elle voulait vivre et d’avoir toujours connu l’Argentine « depuis l’extérieur » :

  • 16 « Ce n’est pas moi qui suis venue en Italie, c’est ma famille, j’avais douze ans quand je suis arri (...)

No vine yo, la que vino fue mi familia, llegué a los doce. A los dos años me fui a Venezuela durante el exilio, hasta los 9. A veces íbamos a Argentina cuando yo era chica. Cuando terminó la dictadura y mis padres dijeron “volvemos”. Fue un placer para mí. Vivimos durante casi tres años en Argentina y después nos mudamos a Italia. Yo siempre viví la Argentina desde afuera. Desde el 86, cuando llegamos a Roma, cada dos años íbamos a la Argentina. El imaginario era: es el lugar de las vacaciones, de los afectos, de los abuelos, de los tíos, era muy fuerte […]. Es un imaginario que te hacés en relación al país de pertenencia, que no es real porque yo no había vivido allá. El imaginario se enfatiza, se hace más pronunciado16.

18Le déracinement est d’autant plus grand que la famille ne possède pas d’origines italiennes et ne maîtrise pas la langue du pays d’accueil. Un sentiment d’absence au lieu d’origine et au lieu d’arrivée se dégage donc dans sa narration.

  • 17 La Convention interaméricaine sur la disparition forcée de personnes (1994), définit la disparition (...)

19La sensation de vide, le désir de retour, tout comme le recours à l’imaginaire pour combler l’absence du pays natal sont présents dans les témoignages des deux réfugiées. Susana évoque ainsi à trois reprises une construction idéalisée de l’Argentine (qui peut être dû, également, au fait que son père est un « disparu » de la dictature de Videla et que le déménagement en Italie est décidé par le nouveau compagnon de sa mère17) ce qui l’incite à regagner son pays une fois ses études terminées.

20Les deux femmes interviewées dans le cadre de notre étude sur le bilinguisme sont, elles aussi, contraintes de migrer avec leur famille, mais à une autre époque et pour d’autres motifs puisqu’elles font partie de la vague migratoire économique des années 90. Tel que le rappelle Ester :

  • 18 « 1990 a été l'année de la dévaluation, de l'hyperinflation, il était donc difficile de continuer d (...)

El 90 fue el año de la devaluación, de la hiperinflación, entonces se hacía difícil seguir estando acá. Mi papá tenía sus hermanos, que de alguna forma le dijeron de irse para allá y entonces nos fuimos. Primero se fue él, como encontrar una casa, arreglar un poco las cosas, y después de un año fuimos mi mamá y yo18.

21Nous remarquons que ni la mère ni l’enfant ne participent au projet de départ : c’est le père, d’origine italienne, qui choisit de rejoindre ses frères et organise le regroupement familial un an après.

  • 19 « Nous allions à l'école ensemble. L’école était en italien, et nous le parlions avec tous les autr (...)

22L’absence d’un environnement familier se révèle moins traumatique pour Ester que pour les autres femmes. En effet, la rencontre avec des enfants de migrants argentins facilite les contacts sociaux. Ester peut ainsi compter sur une compatriote avec qui elle cultive une forme de bilinguisme : « Íbamos a la escuela juntas, que era en italiano, que hablábamos con todos los otros compañeros. Pero, lo que era interesante era poder compartir lo doméstico en otro idioma, o alguna canción19 ».

23Les liens avec la communauté immigrée lui permettent notamment d’atténuer la sensation de manque et de conforter son identité italo-argentine. L’expérience migratoire n’est donc pas perçue négativement : au contraire, Susana y voit une source d’enrichissement. María, en revanche, voit son enfance bouleversée par l’expérience migratoire :

  • 20 « Quand j’étais bébé, j’ai voyagé de l’Uruguay vers l’Italie, où j’ai vécu toute ma vie. Soudain, à (...)

De bebé de Uruguay me fui a Italia y toda mi vida viví en Italia, de repente a lo...en el 87' ehmm... no tengo, no tengo exactamente claro el por qué mi madre decidió venir a Argentina... pudimos vivir tres años […]. Fueron tres años angustiantes, ehmm, por varios aspectos: primero porque no me encontraba con la idiosincrasia, segundo porque iba a una escuela donde todos eran italianos, pero ninguno había nacido en Italia […]. En el 91 nos volvimos a Italia si, definitivamente y... cuando me fui me quedé como con un poquito más de cosita, como que, no sé cómo que me había quedado Argentina20.

24Contrairement aux autres immigrées, l’expérience de María se fait dans le sens inverse : résidente en Italie depuis son plus jeune âge, elle retourne en Argentine sur décision de la mère à l’âge de sept ans. Mais les obstacles (nous remarquons l’emploi de l’expression « nous avons pu vivre trois ans ») les contraignent de nouveau à regagner l’Italie, où María résidera jusqu’à 23 ans, avant d’entreprendre un retour « définitif » vers sa terre maternelle. La narration, beaucoup plus hésitante que chez les autres femmes, fait référence à l’absence d’un pays à soi, à un non-choix. Elle suggère aussi l’existence de failles dans le processus de construction identitaire de la jeune fille qui dérivent à la fois de son ballotement d’un pays à l’autre et de l’histoire lacunaire de la famille : María affirme ainsi être « née par hasard » en Uruguay et ne pas savoir pourquoi sa mère a choisi de regagner l’Argentine sans son mari quand elle était petite.

De la double présence vers la résilience

25Dans les quatre témoignages, la question du retour est incontournable. Cette idée hante non seulement l’esprit des exilées mais des immigrées économiques. Comme le rapporte Clara, beaucoup d'Argentins regagnent leur pays une fois la dictature de Videla terminée. Elle-même envisage cette possibilité mais finit par y renoncer :

  • 21 « Sous le gouvernement Alfonsín [1983-1989], il y avait un projet des Nations Unies qui aidait à re (...)

Durante il governo di Alfonsin c’era un progetto delle Nazioni Unite che ti aiutava a ritornare, ti ridava il lavoro che avevi precedentemente e ti dava un’assicurazione sanitaria per un anno; poi col tentativo di colpo di stato dei carapintadas ci siamo tirati indietro. Inolte nostro figlio stava bene qui21.

26La crainte de l’instabilité institutionnelle et d’une rupture de l’équilibre familial pousse Clara à tirer un trait sur le passé, tandis que Susana, qui a longtemps regretté d’avoir « vécu l’Argentine depuis l’extérieur », décide d’y retourner :

  • 22 « Pendant quatre ans et demi, je suis partie étudier le cinéma en Argentine. Je suis revenue parce (...)

Per quattro anni e mezzo sono andata a studiare cinema in Argentina. Sono tornata perché non volevo vivere lontano dalla mia famiglia. Avevo visto come mia madre non aveva potuto vivere vicino alla sua famiglia, de io, almeno, voglio stare nello stesso continente dei miei famigliari. Inoltre, c’era qualcosa a Buenos Aires che non mi convinceva22.

27Conséquence ou non de la construction idéalisée de sa terre d’origine, Susana ne parvient à trouver sa place en Argentine. Le souvenir du déchirement vécu par sa mère (exilée dans un pays où elle n’avait aucune attache préalable) agit comme un frein à son épanouissement, de sorte que le retour sur le vieux continent devient inéluctable.

28Le renoncement à renouer avec le passé et la difficulté de s’intégrer à une société fantasmée laissent penser qu’un nouveau traumatisme intervient dans la vie des exilées à cette époque. Pourtant, il n’en est rien. En effet, c’est au moment où la possibilité de rentrer et l’expérience temporaire du retour sont acquises que le sentiment de « double absence » s’atténue et que les deux femmes peuvent sereinement envisager leur « double appartenance » à des cultures différentes. En d’autres termes, la transition vers le bilinguisme-biculturalisme devient paradoxalement possible dès que les immigrés savent qu’elles peuvent rentrer au pays.

29Les deux jeunes femmes issues de la vague migratoire des années 90 évoquent également la question du retour, mais pour d’autres raisons. Le désir de liberté et la recherche d’opportunités professionnelles sont ainsi mis en avant par María, l’enfant ballotée pendant l’enfance :

  • 23 « En 2003, nous sommes venus en vacances en Argentine et, après être retournée en Italie, six mois (...)

En el 2003 vinimos acá [a la Argentina] y, tras volver a Italia, a los 6 meses ... como que ... dije: tengo la posibilidad acá, es un buen momento del país […] yo me fui en un buen momento de Italia, además, porque en Italia en ese momento todavía se podía vivir. Hoy hay leyes hasta para respirar... es dramático y... nada, como que de repente en Argentina me encontré que todo se podía, si te bancabas las consecuencias de la manera que fuera y... en ese momento Argentina era barata, en ese momento se estaba volviendo a levantar de un default23.

30Si le voyage de María relève d’une décision individuelle, celui d’Ester s’inscrit davantage dans une démarche collective. En effet, le milieu des années 90 est marqué par une vague de retours chez les enfants de migrants argentins :

  • 24 « J’avais la possibilité de venir étudier ici et étais très intéressée par le théâtre. J’avais déjà (...)

Entonces tenía la posibilidad de venir acá y a mí me interesa mucho el teatro. Yo había hecho algunas experiencias que me interesaban mucho y me llamaron al teatro comunitario. Entonces, comencé a investigar, y el teatro comunitario nació acá. […]. Y me quedé un tiempo. Mi idea era quedarme por un año y ver qué pasaba. Y entonces vine por un año, porque allá estaba trabajando y todo, pero con una realidad bastante tranqui, provincial24.

31Pour les enfants de migrants, le retour en Amérique latine est perçu comme une source possible d’enrichissement culturel et personnel. À l’instar des jeunes créoles qui, au XIXe siècle, partaient en Europe – et plus spécifiquement en Italie – pour parfaire leur culture et préparer leur entrée dans la vie en société, le voyage vers l’Argentine intervient avant l’entrée définitive dans la vie professionnelle et relève parfois d’un effet de mode. Comme le souligne Ester : « la vague des retours était très contagieuse ». Dans son cas, une sorte de solidarité féminine se met même en place puisqu’elle est accueillie par une tante et voyage en compagnie de l’amie italo-argentine qui avait facilité son intégration en Italie.

32Après plusieurs aller-retours entre les deux rives de l’Atlantique, les deux jeunes femmes ayant grandi dans un monde mondialisé décident de s’établir en Argentine et d’y fonder leur propre famille. Ester se marie avec un Argentin d’origine paraguayenne, et María avec un Argentin d’origine arménienne et toutes deux donnent naissance à un enfant. C’est à ce moment que les deux femmes prennent conscience de leur bilinguisme-biculturalisme, tout comme de la question de la transmission de celui-ci.

Un bilinguisme-biculturalisme à transmettre

33Nous avons vu que la construction identitaire des quatre femmes interviewées passent par différentes phases et que la possibilité du retour et la maternité constituent pour elles des paliers. Mais comment les migrantes se définissent-elles elles-mêmes ?

  • 25 « Ce n’est pas moi qui ai choisi de venir ici, c’est la vie. Même si je retournais en Argentine, Ro (...)

34L’exilée politique Susana, arrivée à l’âge de douze ans en Italie, affirme avec fierté être « 50% Argentine et 50% Italienne », de manière « parfaitement égale ». L’adverbe « parfaitement » témoigne de sa satisfaction d’avoir surmonté les obstacles liés à l’immigration et à l’intégration, tout comme à certains aspects contradictoires de sa vie. Son biculturalisme se traduit, par exemple, dans l’emploi indifférencié de l’espagnol ou de l’italien dans un même entretien. Mais pour Clara, la division n'est pas aussi nette et l’on peut apprécier un doute : «Non sono io ad aver deciso di venire e restare qua, è stata la vita, anche se tornassi lì mi mancherebbe Roma. Sei un po’ di qua e un po’ di là, e i miei figli stanno qua […] se io non avessi avuto dei figli forse sarei tornata25 ».

  • 26 « Avec mon fils [né à Buenos Aires], je parle en castillan ou en italien, mais ma fille m'a dit qu' (...)

35Après trente ans passés en Italie, Clara est parfaitement bilingue. Elle milite au sein d’associations culturelles et politiques et se sent parfaitement intégrée. Elle regrette cependant de n’avoir pu transmettre sa langue et sa culture à sa fille : « Con mio figlio parlo in castigliano o in italiano, mia figlia mi ha detto che lei è italiana e noi argentini. […] Mia figlia […] non parla molto. Il maestro diceva che eravamo una cattiva influenza perché parlavamo spagnolo con i nostri figli26 ». C’est donc à travers le regard de l’autre (et plus particulièrement de sa fille et du système éducatif italien) que l’ancienne enseignante universitaire se perçoit toujours comme étrangère. Cette situation contribue à une forme d’opposition entre son identité argentine et italienne. Pour elle, comme pour l’exilée Susana, les deux identités se construisent de manière distante.

36Pour les migrantes économiques des années 90, l’italianité et l’argentinité sont vécues de manière différente. Profitant de l’opportunité que lui donne sa double citoyenneté, Ester peut « invisibiliser » la dimension italienne de son identité dans la sphère sociale argentine mais reconnaît qu’il en est autrement dans la vie privée :

  • 27 « J’ai grandi là-bas. Toute ma scolarité, toute ma jeunesse ont eu lieu là-bas. Alors oui, ça resso (...)

Crecí ahí, toda la escuela, toda mi juventud fue allá, entonces sí, como que cada dos por tres sale. Aquí, apenas conozco a alguien... Cuando estoy sola extraño Italia, porque hay muchas cosas. Y muchas palabras invento, o sea, digo cosas que estoy segura que se dice así27.

37Même si les adverbes de lieu « ici » et « là-bas » suggèrent un conflit intérieur, Ester perçoit son biculturalisme comme une force et se dit capable de s’établir dans l’un ou l’autre pays à tout moment. La résilience semble donc s’être opérée au moment de l’acceptation de sa non-appartenance à aucun des deux pays et donc, de son appartenance aux deux en même temps. À ce propos, elle souligne l’importance de parler espagnol et italien à son fils.

38Comparant la langue à une maison, Ester affirme vouloir « transmettre » ce bien à son enfant « pour des raisons affectives », comme l’avait fait sa propre mère avec l’espagnol et le yiddish. Ester explique, en effet, que son père parlait italien à la maison et que sa mère, qui n’avait pas d’origines italiennes, fut contrainte d’apprendre cette langue pour s’intégrer à la société d’accueil et à sa belle-famille. C’est donc la femme, en Italie (c’est aussi le cas dans la famille de María), qui transmet l’espagnol. Perpétuant cette tradition, Ester tente de parler l’italien à son fils, tandis que le père, argentin d’origine paraguayenne, refuse d’enseigner le dialecte guarani à l’enfant.

39L’autre immigrée économique, María, se sent aussi argentine ou italienne selon les circonstances. Considérant que son bilinguisme-biculturalisme est une chose naturelle, elle envisage son identité comme un continuum :

  • 28 « Depuis toute petite, je voyage en Argentine. Depuis toute petite, je prends l’avion. Depuis toute (...)

Yo desde muy chiquita viajo a la Argentina, desde muy chiquita agarro un avión, desde muy chiquita hago una aduana, desde muy chiquita hago una de cosas que posiblemente mucha gente no hace o que no hizo a mi edad y me doy cuenta, claro, que yo por ahí me desenvuelvo en el mundo de una manera diferente que no es mejor, que no es mejor a veces, ¿eh? A veces es hasta peor, porque sentís como que nacés libre y no, no es tan así, a veces es más complicado28.

40La répétition de l’expression anaphorique « Moi, depuis toute petite » indique que la jeune femme est pleinement consciente de sa différence, Pour elle, d’ailleurs, le franchissement régulier des frontières n’est pas nécessairement source d’une plus grande liberté et donne la sensation d’être en transit permanent.

41Malgré cela, María accorde une grande importance à la transmission de la langue et de la culture italiennes à son fils. Bien qu’elle reconnaisse lui parler presque toujours en espagnol, elle souhaite qu’il « connaisse ses origines ». Or, en l’absence de transmission de l’arménien par le père, c’est à elle et ses sœurs (dont l’une vit encore dans la région de Côme) que revient la mission d’enseigner la langue des ancêtres. Ce désir de transmission ne répond pas qu’à des motifs affectifs : María évoque la possibilité de retourner un jour en Italie et avoue s’être demandé dans quel pays il était le plus judicieux d’accoucher en fonction de ses propres aspirations.

42Les témoignages des immigrées économiques présentent donc plusieurs similitudes : outre le fait d’être rentrées en Argentine à l’âge adulte et de s’être mariées à des Argentins d’origine étrangère (preuve, peut-être, de leur ouverture sur le monde), ce sont elles qui assurent le maintien d’une forme de bilinguisme au sein du foyer, conformément à la tradition héritée de leur mère. Les deux reconnaissent également ne pas fréquenter les associations italo-argentines de Buenos Aires (lieux d’une « identité reconstruite » comme nous l’avons vu plus haut) et compter sur les visites qu’elles effectuent à leurs proches restés en Italie pour garder le contact avec la langue et la culture italiennes, en vue de la transmettre à leur enfant. Les deux témoignages évoquent enfin la possibilité d’un retour à n’importe quel moment, de sorte que la séparation entre l’une et l’autre culture n’est jamais claire.

Conclusion

43L’immigration de centaine de milliers d’Italiens a profondément marqué l’histoire de l’Argentine et contribué à la création d’une identité italo-argentine que les descendants de migrants tentent, aujourd’hui encore, de faire vivre. Le contexte politique des années 70 et les différentes crises économiques que connut le pays du Cône Sud depuis la fin des années 80 ont toutefois entraîné un courant migratoire de sens inverse qui, s’il est moins important en nombre, se révèle tout aussi complexe à analyser dès lors que l’immigration est envisagée du point de vue de la construction identitaire individuelle.

44Les quatre témoignages de femmes évoqués dans cet article montrent que la migration peut, lorsqu’elle est imposée, générer un traumatisme. Le sentiment de « double absence », décrit par le sociologue Sayad, est évoqué à plusieurs reprises. L’apprentissage de la langue du pays d’accueil, l’intégration sociale et professionnelle, tout comme la possibilité à un moment donné d’effectuer un choix qui leur avait été interdit dans le passé – celui de rester en Italie ou de (ré)émigrer en Argentine – constituent toutefois des facteurs permettant d’envisager la dimension bilingue et biculturelle de leur identité, même si celle-ci se manifeste différemment chez les femmes interviewées.

45La résilience est donc possible, mais il convient d’admettre que les Argentins d’Italie bénéficient de conditions d’accueil beaucoup plus favorables que celles des travailleurs algériens interviewés par Sayad en France. D’une part, parce que la détention de la double citoyenneté leur permet de ne pas être exclus juridiquement et politiquement du pays d’accueil ; et d’autre part, parce qu’il s’agit d’une population facilement « assimilable » aux yeux de l’État italien, qui a toujours veillé au maintien de relations entre la mère patrie et ses citoyens émigrés. La volonté d’assimilation des femmes interviewées répond donc moins à une pression de la société d’accueil qu’au désir de ne pas se sentir étrangères, ce qui contribue, par effet rebond, à une meilleure acceptation sociale de celles-ci.

46Si les témoignages font apparaître une plus grande capacité d’adaptation chez les immigrées économiques, toutes reconnaissent être animées des mêmes contradictions et des mêmes inquiétudes. Chez ces femmes, nées entre 1950 et 1980, le souci de préserver l’unité familiale et de transmettre l’héritage culturel est souvent plus prononcé que chez les hommes. Une analyse comparative de nos différents corpus selon le genre permettra sans doute d’appréhender d’autres différences dans de prochaines études.

Haut de page

Notes

1 Pour un état de la question, voir Liffredo, Florencia. « El cocoliche como fenómeno de extraneidad lingüística en la literatura rioplatense de fines del siglo XIX a través de Los Amores de Giacumina. », in Actes du XXVIIIe Congresso Internazionale di Linguistica e Filologia Romanza, Strasbourg, Éditions de linguistique et de philologie, 2018.

2 Liffredo Florencia. Communauté argentine à Rome : Histoire de migrations et insertions politico-culturelles. Mémoire de Master 2, Univ. Sorbonne Nouvelle – Paris III, année 2012.

3 Cacopardo, María Cristina. Extranjeras en argentina y argentinas en el extranjero, La visibilidad de las mujeres migrantes, Buenos Aires, Editorial Biblos, Coll. La Argentina Plural, 2011, p.184.

4 Rosti, Marzia. « Gli argentini in Italia e il Bicentenario dell’indipendenza argentina », RiMe (Rivista dell’Istituto di Storia dell’Europa Mediterranea), Torino, CNR, 2011. p. 625-644.

5 Calvelo, Laura. « Perspectiva de la emigración extrarregional argentina ante la recesión mundial », Población , nº 3, 2009. Dirección Nacional de Población Secretaria del interior, Ministerio del interior República Argentina. p.33-41.

6 Rhi Sausi, José Luis et García, Miguel Angel. Gli argentini in Italia, una comunità d’immigrati nella terra degli avi, Bologna, Synergon, 1991.

7 Bramiglia, Graciela et Santillo, Mario. « Un ritorno rinviato: discendenti di italiani cercano la via del ritorno in Europa », Altreitalie, nº 24, 2002, p.34-56.

8 Sources : Rhi Sausi, José Luis et García, Miguel Angel. Gli argentini in Italia, op. cit.

9 Sur le programme Raíces, consulter le site institutionnel : https://www.argentina.gob.ar/ciencia/raices

10 Lüdi, Georges et Py, Bernad. Être Bilingue, Peter Lang, Berne, 1986.

11 Sayad, Adbelmalek. Le double absence, Paris, Edition du seuil, 1999, op. cit., p. 247.

12 Cyrulnik, Boris. Les vilains petits canards. Paris, Odile Jacob, 2001.

13 Nascimbene, Mario C. « Origini e destinazioni degli italiani in Argentina (1835-1970) » in Euroamericani, La popolazione di origine italiana in Argentina (compilation), Torino, Fondazione Giovanni Agnelli 1987, p.82.

14 Afin de préserver l’anonymat des personnes interviewées, les noms utilisés dans cet article ont été modifiés.

15 « Je me suis enfuie de la dictature argentine, même si la période la plus difficile était déjà passée. J'avais toujours pensé que la dictature serait transitoire, qu’elle ne durerait pas longtemps. D'un autre côté, je n'avais pas de papiers pour m’expatrier. J'ai été persécutée, je n'ai pas pu faire de passeport et j'avais aussi un procès en cours. [...] Mon idée était de venir pour quelques temps. J'étais enseignante à l'université. J'ai dû laisser quelque chose derrière ».

16 « Ce n’est pas moi qui suis venue en Italie, c’est ma famille, j’avais douze ans quand je suis arrivée. À l’âge de deux ans, je me suis exilée au Venezuela, où je suis restée jusqu’à l’âge de neuf ans. À la fin de la dictature, mes parents ont dit « on rentre ! ». J’étais ravie. Nous sommes restés presque trois ans en Argentine et, ensuite, nous avons déménagé en Italie. J’ai toujours vécu l’Argentine depuis l’extérieur. En 1986, nous nous sommes installés à Rome et, à partir de là, nous allions en Argentine tous les deux ans. Dans ma tête, c’était, le lieu des vacances, des affects, des grands-parents, des oncles, c'était très fort. […] C'est un imaginaire que je m’étais construit par rapport au pays d'appartenance et qui n'est pas réel car je n'y avais pas vécu. L'imaginaire prend de l’importance, il devient plus prononcé ».

17 La Convention interaméricaine sur la disparition forcée de personnes (1994), définit la disparition forcée comme « la privation de la liberté d'une ou plusieurs personnes, quelle que soit sa forme, commise par des agents de l'État ou par des personnes ou des groupes de personnes qui agissent avec l'autorisation, l'appui ou l'agrément de l'État, suivie de l'absence d'information ou du refus de reconnaître ladite privation de liberté ou d'informer sur l'endroit où se trouve la personne, par lequel on empêche l'exercice des recours légaux et des garanties de procédure pertinentes. » Le père de Susana, avocat dans la ville de La Plata, fait partie des 30 000 disparus de la dernière dictature. Il fut enlevé quand Susana avait deux ans.

18 « 1990 a été l'année de la dévaluation, de l'hyperinflation, il était donc difficile de continuer de vivre ici. Mon père avait ses frères en Italie. Ils lui ont en quelque sorte dit d'aller là-bas, alors nous sommes partis. Il est d'abord parti tout seul, pour trouver un logement, préparer un peu les choses, et l’année suivante, ma mère et moi avons suivi ».

19 « Nous allions à l'école ensemble. L’école était en italien, et nous le parlions avec tous les autres camarades de classe. Mais ce qui était intéressant, c'était de pouvoir partager les choses de la vie privée dans une autre langue, ou une chanson ».

20 « Quand j’étais bébé, j’ai voyagé de l’Uruguay vers l’Italie, où j’ai vécu toute ma vie. Soudain, à l’âge de… euh, en 1987, pour un motif que je ne comprends, ma mère a décidé de venir en Argentine… on a pu y vivre trois ans […]. Il s’agit de trois années angoissantes, euh, pour diverses raisons : premièrement, je n’étais pas en phase avec l’idiosyncrasie ; ensuite parce qu’allais dans une école où tous les élèves étaient italiens, mais n’étaient pas nés en Italie […]. En 1991, on est rentré en Italie, oui, définitivement et… quand on est parti, j’ai eu l’impression, je ne sais pas, c’est comme si j’étais restée en Argentine ».

21 « Sous le gouvernement Alfonsín [1983-1989], il y avait un projet des Nations Unies qui aidait à rentrer, permettait de réintégrer l’emploi occupé avant l’exil et garantissait une assurance maladie pendant un an. Mais, en raison de la tentative de coup d'État militaire des carapintadas [plusieurs tentatives entre 1987 et 1990], nous avons fait marche arrière. De plus, notre fils allait bien ici. ».

22 « Pendant quatre ans et demi, je suis partie étudier le cinéma en Argentine. Je suis revenue parce que je ne voulais pas vivre loin de ma famille. J'avais vu comment ma mère n'avait pas supporté d’être éloignée de ses proches, je voulais au moins être sur le même continent. De plus, il y avait quelque chose à Buenos Aires qui ne m'a pas convaincue ».

23 « En 2003, nous sommes venus en vacances en Argentine et, après être retournée en Italie, six mois après, je me suis dit : j’ai des opportunités ici [en Argentine], c’est le bon moment. Je suis partie à un moment où tout allait bien en Italie, aussi, parce qu’à cette époque, on pouvait encore vivre. Maintenant, on te fait des lois même pour respirer… c’est dramatique… mais bon, je me suis rendu compte soudainement qu’en Argentine, tout était possible si tu en assumais les conséquences. En plus, l’Argentine n’était pas un pays cher, à cette époque, elle sortait d’une faillite ».

24 « J’avais la possibilité de venir étudier ici et étais très intéressée par le théâtre. J’avais déjà fait quelques expérimentations qui me paraissaient fort intéressantes et qui m’ont conduit vers le théâtre communautaire. J’ai fait des recherches et il s’avère que le théâtre communautaire est né ici, en Argentine, si bien que je suis resté un temps. L’idée était de rester un an, de voir ce qu’il se passerait. Alors je suis venue pour un an, car j’avais un travail en Italie et tout, mais ma vie était un peu plate, provinciale ».

25 « Ce n’est pas moi qui ai choisi de venir ici, c’est la vie. Même si je retournais en Argentine, Rome me manquerait. Je suis un peu ici, un peu là-bas. Si je n’avais pas eu d’enfants, je serais peut-être repartie ».

26 « Avec mon fils [né à Buenos Aires], je parle en castillan ou en italien, mais ma fille m'a dit qu'elle était Italienne et nous, Argentins. […] Ma fille […] parle peu le castillan. Le professeur a dit que nous avions une mauvaise influence parce que nous parlions espagnol avec nos enfants ».

27 « J’ai grandi là-bas. Toute ma scolarité, toute ma jeunesse ont eu lieu là-bas. Alors oui, ça ressort constamment. Ici, je ne connais presque personne. Quand je suis seule, l’Italie me manque. Et j’invente beaucoup de mots, c’est-à-dire que je dis des choses, convaincue qu’elles se disent comme ça [en espagnol] ».

28 « Depuis toute petite, je voyage en Argentine. Depuis toute petite, je prends l’avion. Depuis toute petite, je passe la frontière. Depuis toute petite, je fais des tas de choses que beaucoup de gens ne font probablement pas ou n’ont pas fait à mon âge. Et je me rends compte, évidemment, que cela fait que j’évolue dans le monde d’une manière différente, qui n’est pas meilleure, qui parfois n’est pas meilleure, hein ? Parfois, elle est même pire, parce que tu as l’impression que tu nais libre. Mais non, ce n’est pas tout à fait ça. Parfois, c’est plus compliqué ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florencia LIFFREDO, « Identités italo-argentines au XXIe siècle : des témoignages au féminin », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 15 août 2020, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/4403 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.4403

Haut de page

Auteur

Florencia LIFFREDO

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, CHLESTIA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search