Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Introduction

Texte intégral

1Ce numéro rend compte des travaux menés lors de la Journée d’études « Circulations féminines dans le monde hispanique contemporain : vers une émancipation ? », tenue le 12 octobre 2018, à la MSHS de l’Université de Poitiers. Cette rencontre scientifique, coorganisée par trois membres du MIMMOC (Emmanuelle Simon, Ludivine Thouverez et Elvire Diaz), a bénéficié du soutien logistique du MIMMOC, de l’UFR Lettres et Langues et de la MSHS. Le thème pluridisciplinaire de cette journée, qui entre pleinement dans les orientations du MIMMOC (histoire, mémoire, relations interculturelles, diasporas géopolitiques), propose une réflexion sur la place des femmes dans la mobilité migratoire et sur le sens de cette « migration » actuelle.

2Il s’agit d’un premier événement, qui ouvre une réflexion sur un thème social, sociologique, économique et politique récent : la mobilité des femmes, et précisément dans un espace géographique et culturel spécifique, le monde hispanique contemporain, du XXe-XXIe siècles. L’exil et la diaspora sont des thèmes travaillés, mais la mobilité des femmes, choisie pour des raisons professionnelles ou personnelles, ou liée à des motifs politiques et/ou économiques, est un phénomène moins connu, moins visible.

3Les femmes, anonymes ou célèbres, ont toujours suivi les hommes dans l’exil, mais s’exiler par soi-même est une nouveauté, ou du moins, les recherches montrent que, si le phénomène a existé, il était moins visible. L’immigration étant souvent considérée comme un phénomène principalement masculin, les femmes sont rarement pensées à l’initiative du départ et leur lien avec la société d’accueil, pourtant essentiel, est peu reconnu. Depuis les années 1980, les recherches (équipes MIMMOC, MIGRINTER, CRINI) ont montré la complexité et la diversité des situations de migration, d’autant que la crise financière de 2008 a accentué les migrations, de même que l’intérêt pour le sujet, lié aussi au développement des études sur le genre.

4Le programme de ce numéro, composé des cinq contributions de la journée d’études et enrichi par trois articles portant sur les flux migratoires entre l'Argentine et l'Italie et le Brésil et l'Europe, interroge le phénomène de la circulation migratoire des femmes, espagnoles et d’autres nationalités, hors et vers des aires hispaniques et lusophones, dans la période contemporaine. À travers plusieurs études de cas portant sur l’exil collectif ou individuel de femmes au cours du XXe-XXIe siècle, il se propose de comparer la typologie des mobilités selon les contextes : qui, où, comment, pourquoi, à travers quels réseaux et dans quel cadre se font ces mobilités sont les questions qui guident ce numéro, de même que les images associées au phénomène. Implique-t-il une modification de la structure familiale ? Un changement du statut social de la femme ? Vise-t-il la réussite sociale, la découverte de nouveaux horizons ? Il s’agira aussi de traiter de questions de méthodes, de corpus, de témoignages, des espaces et des lieux migratoires et des cadres institutionnels et politiques.

5Ce numéro se propose, en outre, de nuancer les idées reçues concernant la migration féminine, depuis un point de vue sociologique, institutionnel ou historique ; et de déterminer le rôle de la mobilité dans l’émancipation des femmes. Ainsi le titre, Circulations migratoires féminines dans l’espace hispanique et lusophone : vers une émancipation, dit la problématique : dans quelle mesure ces migrations sont-elles un facteur d’émancipation ? Quel rôle ont-elles dans les relations économiques et politiques des aires géographiques concernées ?

6Les deux premiers articles traitent des migrations féminines sous le franquisme. Ludivine Thouverez (U. de Poitiers) revient sur le phénomène peu connu de l’émigration économique et politique des Espagnoles vers l’Algérie entre 1939 et 1962 et s’interroge notamment sur la place de ces migrantes dans l’articulation des rapports coloniaux, tout comme sur le « silence des archives ». La question de la mémoire est également abordée par Adelina Laurence (Docteure en Etudes hispaniques, MIMMOC) dans son étude sur les représentations de la mémoire et de l’exil féminin dans les œuvres Que nos quiten lo bailao et La frontera de la dramaturge Laila Ripoll.

7La migration des femmes dans un contexte de mondialisation et de crises financières régulières est abordée dans les trois articles suivants. Anne Treffot (Docteure en Etudes hispaniques, Lycée français de Madrid, MIMMOC) évoque l’immigration des femmes roumaines en Espagne depuis l’ouverture de l’espace Schengen et leur intégration réussie dans ce pays. Lors de la journée d’études, Emmanuelle Simon (U. de Poitiers) faisait état de son projet de recherche sur la place des femmes qualifiées dans les nouvelles migrations vers et depuis l’Argentine, l’Espagne et l’Uruguay, sous le titre : « Circulations et ‘transnationalisme’ ». Cette communication est rappelée sous la forme d’un compte rendu de l’article publié dans l’ouvrage collectif dirigé par Ariane Le Moing, Saïd Ouaked et Christèle Le Bihan, Les défis de la diversité culturelle dans le monde du travail au XXIe siècle (Peter Lang, 2020). Les questions du transnationalisme et de la diversité culturelle sont également évoquées par Florencia Liffredo (U. Sorbonne-Nouvelle) dans son article sur les difficultés de construction identitaire des Argentines en Italie, lorsque la migration est subie.

8La migration des femmes, bien entendu, ne peut être limitée aux seuls motifs économiques ou politiques. Elle peut résulter d’une quête de nouveaux horizons ou d’opportunités. Catherine Saupin (Sciences Po Lille) retrace ainsi la trajectoire personnelle et professionnelle de Josefina Carabias, première Espagnole à avoir obtenu le titre de correspondante de presse à l’étranger, à une époque où le rôle des femmes était souvent circonscrit à la sphère privée. Dans un autre contexte et à une autre époque, Paula Guerra (U. de Porto) aborde l’influence de la migration dans la carrière de la chanteuse punk Flávia Couri qui, pour des raisons sentimentales, quitta son Brésil natal pour entreprendre une nouvelle vie au Danemark.

9Maria da Graça Hoefel (U. de Brasilia) Denise Osório Severo (U. de Brasilia), Paula Guerra (U. de Porto) et Sofia Sousa (U. de Porto), membres d’un projet de recherche international intitulé « Youth and the Arts of Citizenship: Creative Practices, Participatory Culture and Activism » abordent enfin l’expérience migratoire comme source d’inspiration et d’activisme politique dans les œuvres des artistes brésiliennes immigrées en Europe Bia Medeiros, Tila Cappelletto, Juliane Peixoto et Claudia Washington.

10Ce numéro est complété par la recension de l’article de Javier Lluch Prats, « Les écrivains espagnols face à la crise : propositions d’une littérature d’intervention sociale » par l’étudiante de master 2 LLCER Espagnol Bérénice Gutierrez.

11

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/5321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elvire DIAZ, « Introduction », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 17 août 2020, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/5321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.5321

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search