Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23La revitalisation des langues sor...

La revitalisation des langues sorabes et la politique linguistique en Lusace vue par les acteurs principaux de la scène sorabe

Nicole DOLOWY-RYBINSKA et Cordula RATAJCZAK

Résumé

Le haut-sorabe et le bas-sorabe sont deux langues slaves parlées dans la partie orientale de l'Allemagne, près des frontières polonaises et tchèques. Elles peuvent être considérées comme menacées, en effet la communauté catholique haute-sorabe a réussi à maintenir la transmission intergénérationnelle, tandis que le bas-sorabe est aujourd'hui parlé par quelques centaines de personnes uniquement. Par conséquent, en ce qui concerne le soutien des langues sorabes en Allemagne, deux stratégies doivent être développées : le maintien de la langue dans la partie catholique de la Haute-Lusace et la revitalisation de la langue dans le cas des protestants de la Haute-Lusace et en Basse-Lusace. Cependant, la politique linguistique en Lusace ainsi que les efforts visant à revitaliser les langues sorabes rencontrent de graves problèmes. Ils sont liés au manque de recherches appropriées sur la vitalité ethnolinguistique des langues sorabes, des expériences historiques des Sorabes qui les ont rendues passives. Pour cette raison, la politique linguistique des institutions sorabes est souvent de nature intuitive.

À partir des études de terrain dans la Haute- et la Basse-Lusace et d’une analyse critique des entretiens avec les acteurs principaux de la vie sorabe et militants des langues sorabes réalisés dans le cadre du projet SMiLE, nous montrons quels problèmes sont générés lorsque les besoins et les attentes diffèrent dans ce groupe linguistique. Nous analysons les relations de pouvoir en Lusace et les idéologies linguistiques exprimées par les militants linguistiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « efforts to support or strengthen a language which is still vital and is still acquiring young spe (...)

1La stratégie choisie pour préserver les langues minoritaires qui sont souvent menacées, ainsi que son efficacité, dépendent de multiples facteurs, parmi lesquels se trouve la vitalité ethno-linguistique d’une communauté linguistique, le niveau de perte de langue et les attitudes linguistiques de la population. Par conséquent, elle est toujours liée à la communauté linguistique et à ses besoins, ainsi qu’à l’ensemble du contexte social, politique et économique dans lequel elle existe. Les minorités linguistiques pourraient adopter deux stratégies principales pour soutenir leurs langues en danger, en tenant compte de l'état d'une communauté linguistique, des pratiques linguistiques existantes et de la transmission intergénérationnelle de la langue. Le premier, le maintien de la langue, fait référence aux « efforts pour soutenir ou renforcer une langue qui est toujours vitale et qui continue d’acquérir de jeunes locuteurs, mais où un déclin commence à être apparent »1. Il décrit une situation dans laquelle les locuteurs utilisent encore leur langue bien qu'un changement se produise. Par conséquent, l'objectif du maintien de la langue est de ralentir ou d'arrêter sa perte.

  • 2 « to bring a language back to some level of use within their communities after a period of reductio (...)
  • 3 New-speakres, néo-locuteurs : Le terme utilisé de plus en plus dans la sociolinguistique pour décri (...)

2Lorsqu'une langue est en déclin, il ne suffit pas de maintenir le statu quo. Il est nécessaire d’entreprendre des actions organisées, visant non seulement à maintenir mais aussi à accroître l’utilisation d’une langue dans une communauté linguistique et parmi les personnes qui en sont les locuteurs potentiels. La revitalisation linguistique inclut donc des tentatives « de ramener une langue à un certain niveau d'utilisation au sein de leurs communautés après une période de réduction d'utilisation »2. Lorsque le nombre de locuteurs actifs a déjà diminué et que le niveau d'assimilation de la langue reste important, la revitalisation de la langue exige de rechercher de nouveaux locuteurs3 et de nouveaux domaines d'utilisation.

  • 4 « a body of ideas, laws and regulations (language policy), change rules, beliefs, and practices int (...)
  • 5 Nekvapil, Jiří. « The integrative potential of Language Management Theory », in Nekvapil, Jiří et S (...)

3La politique linguistique d’une minorité dépend surtout des relations et de la réglementation avec la société dominante. Kaplan et Baldauf définissent la planification linguistique comme « un corpus d'idées, de lois et de règlements (politique linguistique), de règles de changement, de croyances et de pratiques destinées à réaliser un changement planifié (ou à en empêcher le changement) dans la langue utilisée dans [une] communauté »4. Ils indiquent également trois niveaux de décisions concernant la langue : le macro-niveau lié aux gouvernements et à leurs institutions ; le niveau moyen (les institutions sous-nationales) ; et le micro-niveau des agents communautaires dont les décisions influencent les pratiques locales. Les relations complexes entre les différentes dimensions de la planification et de la gestion des langues, telles que discutées par Nekvapil5, prouvent que les interactions entre ce que l'on appelle souvent une politique linguistique « descendante » [top-down] et « ascendante » [bottom-up] ont lieu à différents niveaux et sont fournies par différents acteurs. Ces rapports complexes entre ce qu'une minorité peut faire pour sa langue et ce qui devrait être assuré par l'État peuvent servir d'excuse à une minorité pour ne pas entreprendre d'actions risquées et compliquées pour préserver sa langue et obtenir davantage de droits linguistiques. Pourtant, ce n'est pas la société dominante qui va protéger une langue minoritaire.

4Cet article concerne les Sorabes et les problèmes liés à la politique linguistique en Lusace, dont l'un des objectifs principaux est de préserver deux langues minoritaires: le haut- et le bas-sorabe. Nous décrirons les communautés linguistiques sorabes et indiquerons les problèmes essentiels de la politique linguistique décrits par les principaux acteurs de cette communauté. Notre objectif n'est pas de critiquer la manière dont les Sorabes traitent les questions de planification et de politique linguistiques, mais d'indiquer les problèmes structurels qui influencent leur comportement. Parmi ces problèmes, on trouve une réticence à spécifier la situation exacte des langues et à changer les structures organisationnelles existantes. Ces attitudes reflètent des relations de pouvoir complexes en Lusace : tout d’abord entre la société dominante allemande et les Sorabes en tant que minorité ; deuxièmement, entre différentes communautés sorabes qui coexistent en Lusace et qui ont des situations et des besoins linguistiques différents.

Méthodologie de la recherche et de l'analyse

5L'analyse présentée dans cet article se base sur les résultats du projet de recherche concernant la politique de la langue sorabe dans le contexte des efforts de maintien et de revitalisation des langues sorabes. Il a été réalisé dans le cadre du programme de recherche plus vaste intitulé « Maintien des langues minorisées en Europe »6 [Sustaining Minoritized Languages in Europe], effectuée du début de l'année 2018 jusqu’à la moitié de l'année 2019, et financé par le Smithsonian Centre pour la vie traditionnelle et le patrimoine culturel [Smithsonian Center for Folklife and Cultural Heritage]. Dans le cadre de ce projet, nous avons notamment enregistré 20 entretiens approfondis avec des militants linguistiques des communautés du haut- et du bas-sorabe et des personnes responsables de la politique et de la planification linguistiques. Le choix des interlocuteurs était basé sur notre connaissance de la communauté, les fonctions exercées par ces personnes et leur rôle individuel dans la revitalisation de la langue. Nous voulions également couvrir autant de domaines différents (politique, institutions, associations, initiatives individuelles, différents groupes d'âge, différents lieux de leur engagement) afin de donner une vue d'ensemble de l'état de la revitalisation des langues sorabes.

6Tous les entretiens ont été menés en haut- ou bas-sorabe (un seul en allemand), ont été transcrits et ont été autorisés par nos interlocuteurs. Pour les besoins de cet article, les citations choisies ont été traduites en langue française.

  • 7 Gee, James Paul. Social linguistics and Literacy. Ideology in discourses. 3rd edition. London U.K., (...)
  • 8 Woolard, Kathryn. « Introduction: Language Ideology as a Field of Inquiry », in: Schieffelin, Bambi (...)

7L'analyse d’entretiens elle-même est de double caractère. Tout d’abord, c’est nos interlocuteurs qui ont identifié des problèmes importants liés à la revitalisation des langues sorabes d’après leur point de vue et de leur expérience. Ces déclarations ont donc un caractère subjectif. Dans le cadre de notre recherche, nous avons reconnu les problèmes communs et caractéristiques, mais également ceux qui montraient des perspectives différentes sur la revitalisation des langues en fonction de l'appartenance à une communauté sorabe. Les citations que nous avons choisies servent ici à illustrer les problèmes indiqués. Le deuxième aspect de l'analyse est plus proche de l'analyse critique du discours7 ce qui nous a permis d'identifier les idéologies linguistiques8 à travers la façon dont les Sorabes expriment leurs opinions sur leur langue. Cependant, l'objectif de cet article n'est pas d'analyser les idéologies de la langue sorabe en tant que telles, mais de montrer dans quelle mesure les stratégies choisies par les institutions sorabes pour soutenir la langue sont basées sur les problèmes structurels de cette communauté. Nous voulons également montrer les dangers de la « politique linguistique intuitive » dans le cas des langues minoritaires en danger.

Les Sorabes – l'arrière-plan de la politique linguistique

8Les Sorabes sont une minorité linguistique qui vit en Lusace, dans l'est de l'Allemagne et utilise deux langues slaves qui sont reconnues comme des langues minoritaires : le haut- et le bas-sorabe. Les Hauts Sorabes vivent dans le Land de Saxe et les Bas-Sorabes dans le Land de Brandebourg. De plus, ces communautés ont une identité distincte et sont également reconnues comme deux groupes. Les conséquences de cette division seront analysées ultérieurement.

  • 9 Elle, Ludwig. Sorbische Kultur und ihre Rezipienten. Ergebnisse einer ethnosoziologischen Befragung(...)
  • 10 Walde, Martin. « Demographisch-statistische Betrachtungen im Oberlausitzer Gemeindeverband “Am Klos (...)
  • 11 Jodlbauer, Ralph, Spiess, Gunter & Steenwijk, Han. Die aktuelle Situation der niedersorbischen Spra (...)
  • 12 Elle Ludwig. « Wie viele Sorben gibt es – noch? Oder: Kann und soll man Minderheiten zählen? », in (...)

9Il est difficile d’indiquer le nombre de locuteurs des langues sorabes. Les chiffres mentionnés sont assez diversifiés allant de 20 000 à 7 000 locuteurs du haut-sorabe et de 6 000 à 400 locuteurs du bas-sorabe. Le problème est que ces données ne sont pas basées sur des recherches sociologiques ou sociolinguistiques récentes. Les dernières données sociolinguistiques fournies par l'Institut sorabe à partir du petit nombre de questionnaires et du territoire extrapolé datent du début des années 1980 et ont été publiées en 19929. Les 45 000 personnes qui se sont identifiées comme étant des Sorabes ont été indiquées et le nombre de locuteurs de sorabe était de 67 000, dont 40 000 environ ont déclaré l'une des langues sorabes comme leur langue maternelle. Plus récemment, au début de l'année 2000, Martin Walde10 a mené une recherche exhaustive sur les Hauts Sorabes catholiques et a indiqué le nombre de quelque 8 000 locuteurs de cette langue dans la région catholique. Les recherches menées dans les années 1990 dans la Basse-Lusace indiquaient environ 7 000 locuteurs du bas-sorabe11. Tous les chiffres mentionnés ci-dessus doivent être pris avec beaucoup de prudence. Tout d’abord, l’Allemagne n’organise aucun recensement sur l’identité et la langue, il n’existe donc pas de statistiques officielles. Deuxièmement, les Sorabes eux-mêmes évitent d'être comptés car ils craignent une réduction des fonds actuels dans le cas où on prouverait que le nombre de locuteurs sorabe est bien inférieur au nombre déclaré. Ainsi, il ne serait plus possible de maintenir les infrastructures de la langue sorabe nécessaires à l'utilisation de ces langues dans différents domaines de la vie12. De plus, ceux qui fournissent ces statistiques sont impliqués au nom des langues sorabes et souhaitent présenter les deux communautés sous le meilleur jour. Ces arguments sont compréhensibles lorsque l’on prend en considération différentes craintes de la communauté. Cependant, le manque de recherche sociolinguistique sur la vitalité ethnolinguistique en Lusace rend les efforts de revitalisation de la langue très difficiles car, avant de choisir une stratégie de revitalisation d’une langue, il est nécessaire de savoir quelle est la situation de la communauté linguistique, quels sont les problèmes rencontrés par cette communauté, les attitudes des gens envers la langue et les défis pour l’avenir. Les recherches sur la vitalité ethnolinguistique n’exigent pas nécessairement le nombre de locuteurs. Alors qu’il est essentiel de savoir qui utilise la langue quand, avec qui, dans quels domaines et pourquoi. En Lusace, il n’existe pas d’études sur l’état des langues sorabes en raison de différents facteurs, tels que la peur de la communauté sorabe enracinée dans le passé et les relations difficiles entre les Sorabes en tant que minorité et les Allemands en tant que population dominante et au pouvoir. En raison de ce manque de données, tous les efforts pour maintenir ou revitaliser les langues sorabes sont basés sur des opinions, des idéologies et des hypothèses. Alors que les problèmes et les dangers ne sont toujours pas identifiés.

10Un bon exemple de cela est la confiance exprimée par de nombreuses personnes en Haute-Lusace, que la situation linguistique dans la communauté catholique est stable et que la transmission intergénérationnelle dans cette région n'est pas menacée. Même s'il existe d'importants signes de changement de langue, certaines personnes utilisent l'idéologie linguistique de la vitalité linguistique. Cependant, aussi bien en Haute-Lusace catholique qu’en territoire protestant, la stratégie de maintien de la langue n'est plus suffisante en raison du changement linguistique. La personne responsable du Théâtre populaire germano-sorabe, Madlenka Šołćic, nous a dit que le public des enfants en Haute-Lusace se différencie de plus en plus sur le plan linguistique :

« Depuis quelque temps, la situation est différente et nous avons commencé à analyser le type de public que nous avons dans les villages concernant les enfants des écoles maternelles et primaires, pour savoir où nous pouvons encore jouer en sorabe, s'il y a encore des enfants de langue maternelle et où il nous faut jouer dans les deux langues. Et finalement, nous nous sommes rendu compte qu'il ne reste que quelques endroits où nous pouvons jouer en uniquement sorabe pour les enfants sorabophones. »

[interview enregistrée dans le cadre du projet SMiLE, en 2018; entretien à l'origine en haut-sorabe]

11Cette citation est significative car, d’une part, elle explique comment les militants linguistiques et les personnes qui travaillent avec la langue acquièrent une connaissance de la situation linguistique, d'autre part, elle montre que l'idéologie selon laquelle la langue est sûre peut avoir des conséquences négatives pour l'avenir de cette langue, car il est difficile de fournir une politique linguistique précise.

  • 13 Plus à ce sujet: Dołowy-Rybińska, Nicole. « Les Sorabes sont-ils « une minorité modèle » ? », Revue (...)
  • 14 Schurmann, Peter. Sorbische Interessen und staatliche Minderheitenpolitik in der DDR. Quelleneditio (...)

12Un autre problème qui influence la politique linguistique actuelle en Lusace concerne les réactions, comportements et stratégies choisies par des Sorabes face aux expériences de contact avec la société allemande dominante. L’histoire des Sorabes, surtout celle d’après la seconde guerre mondiale, a lourdement influencé leur comportement vis-à-vis leurs langues13. Après une longue période de discrimination et de persécutions, les Sorabes ont été reconnus en RDA et ont acquis les droits linguistiques. En 1949, pour la première fois, la politique linguistique intentionnelle de la région a été lancée sous le slogan « La Lusace sera bilingue »14. Dans les années 1950 et après, l’ensemble de l’infrastructure linguistique en sorabe fut mise en place, y compris l’enseignement en sorabe (bilingue pour la langue maternelle de Haute-Lusace et enseignement du sorabe en tant que langue étrangère en Basse-Lusace), les journaux en sorabe (quotidiens en haut-sorabe et hebdomadaires en bas-sorabe), une maison d'édition sorabe, l'Institut sorabe, l'Ensemble national sorabe, des programmes de radio dans la Haute- et la Basse-Lusace et divers groupes culturels. La politique linguistique de cette période était sous le contrôle de l'État et du Parti socialiste unifié d'Allemagne (SED), mais en même temps elle donnait aux Sorabes la possibilité sans précédent de préserver les langues sorabes et de développer leur culture.

  • 15 Elle, Ludwig. Die Europäische Charta der Regional- oder Minderheitensprachen und die Sprachenpoliti (...)

13Après le changement politique de 1990 et la réunification de l'Allemagne, les droits des minorités sorabes ont été reconnus et sont garantis par les constitutions des Lands de Saxe (pour le haut-sorabe) et du Brandebourg (pour le bas-sorabe) ainsi que par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires15. La Fondation pour le peuple sorabe, créée en 1991, avec des fonds de la République fédérale d'Allemagne, de Saxe et du Brandebourg, finance les institutions et activités culturelles sorabes, et la Domowina, la fédération des associations sorabes créée en 1912, joue un rôle de porte parole des Sorabes et est chargée de la politique et de la planification linguistique. Tout cela a rendu les Sorabes passifs face à l’État et à la société dominante.

La division des Sorabes et ses conséquences

  • 16 La division interne des Sorabes et des langues sorabes était un sujet de recherches de Roland Marti (...)

14La situation sociolinguistique des Sorabes est compliquée, entre autres, à cause de la division interne de cette communauté. Premièrement, les Sorabes sont divisés en Haut et Bas Sorabes – deux peuple avec leur propre histoire politique territoriale et économique. Comme le prouve Roland Marti16, les deux communautés n’ont jamais eu une identité commune et les frontières entre elles se sont creusées avec le temps, la division politique du territoire qu’elles habitaient, les droits linguistiques qui leur ont été accordés ou encore la discrimination dont elles ont souffert, ainsi que le niveau d’éducation et la création de l’élite intellectuelle. Toutes ces conditions étaient plus favorables pour les Sorabes de Haute Lusace, et à cause de cela la communauté des locuteurs du haut-sorabe est aujourd’hui beaucoup plus puissante que celle des locuteurs du bas-sorabe. Du point de vue de la politique linguistique menée par les Sorabes, ce fait est important car ce sont principalement les Sorabes de Haute Lusace qui prennent l'initiative. Par conséquent, les Sorabes de Basse Lusace doivent souvent se conformer aux décisions prises et de ce fait se sentent ignorés par les décideurs.

  • 17 Šěn, Franc et Scholze, Dietrich (éds.). Sorbisches Kulturlexikon. Bautzen: Domowina Verlag, 2014.
  • 18 Norberg, Madlena. Sprachwechselprozeß in der Niederlausitz: Soziolinguistische Fallstudie der Deuts (...)
  • 19 Steenwijk, Han. « Někotare wuslědki sociolinguistiskego napšašowania w Dolnej Łužycy », Rozhlad, n° (...)

15La deuxième ligne de division des Sorabes est basée sur la division des langues sorabes et les pratiques linguistiques des locuteurs. Les statistiques des années 1884-1886 indiquent environ 166 000 personnes parlant le sorabe17. La plupart d'entre elles étaient encore monolingues. La politique anti-sorabe de la Prusse (où vivent les Bas Sorabes) à l'époque des nazis était beaucoup plus vindicative qu'en Saxe (le territoire des Haut Sorabes): utiliser la langue sorabe et surtout déclarer l'identité sorabe était dangereux pour les Bas Sorabes. D'importants changements linguistiques se sont produits en Basse-Lusace entre 1935 et 195518. Cela était dû à l'industrialisation et au service militaire ainsi qu’à la politique anti-sorabe avant et après la Seconde Guerre mondiale. L'arrivée de migrants germanophones venant des territoires concédés à la Pologne après la Seconde Guerre mondiale qui s'installaient en Lusace a changé l'équilibre linguistique des habitants de Basse-Lusace. Les recherches montrent19 que les Bas Sorabes appartenant à la génération la plus âgée (les derniers locuteurs natifs de cette langue) ont souvent eu des attitudes négatives à l'égard de leur langue qu'ils percevaient comme une source de conflit. Cependant la situation des Haut Sorabes était bien meilleure car ils ne subissaient pas de persécutions en Saxe. Dans certaines communautés de Haute-Lusace, le haut-sorabe reste la langue de la vie quotidienne de toutes les générations. Étant donné le nombre de locuteurs discuté ci-dessus, leurs compétences linguistiques et leur pratiques linguistiques, la communauté haute-sorabe occupe une position beaucoup plus forte que celle des Bas Sorabes. Néanmoins, ici aussi, la situation reste diversifiée. Ceci est lié à la troisième ligne de division : la religion.

  • 20 Les catholiques, qui comptent environ 7 500 locuteurs du sorabe, vivent dans un territoire où la tr (...)
  • 21 Malink, Jan. « Les protestants sorabes », Revue des études slaves, n° 85(2), 2014, pp. 265-272.
  • 22 Pour en savoir plus sur l'idéologie de l'authenticité, voir Bucholtz, Mary. « Sociolinguistic Nosta (...)
  • 23 Pour savoir plus comment cela se passe dans le système d’éducation haut-sorabe, voir Dołowy-Rybińsk (...)

16Parmi les Haut Sorabes, il existe un groupe important de catholiques ayant une population dense, habitant le territoire autour de Bautzen / Budyšin, où la transmission intergénérationnelle de la langue haute-sorabe a été maintenue20 contrairement aux autres Sorabes convertis au protestantisme au XVIe siècle. Selon les statistiques, au XIXe siècle il y avait environ 200 000 protestants Sorabes contre un groupe d’environ 20 000 catholiques Haut Sorabes. Les protestants ont été soumis à une puissante assimilation culturelle et linguistique21. Au XIXe siècle, les catholiques de Haute-Lusace ont créé une forte enclave les séparant des Allemands avec une triple frontière : linguistique (langue sorabe / slave vs allemand), ethnique (Sorabes / Slaves vs Allemands) et religieuse (catholiques vs protestants). En conséquence, ils ont réussi à maintenir leur identité protégée par les familles catholiques et une communauté rurale forte, renforcée par la participation à la vie religieuse en haut-sorabe. Ce phénomène a une signification majeure pour le maintien de la langue : les Hauts-Sorabes catholiques perçoivent la relation entre l'identité, la participation aux coutumes et traditions religieuses et l’usage de la langue, comme inséparables et donc se considèrent souvent comme les « authentiques »22 Sorabes ainsi que les propriétaires de la langue23. Par conséquent, dans le cas de la communauté haut-sorabe, la notion de « locuteur » est étroitement liée au discours ethnique et à l'identité qui influencent les motivations des non-sorabophones à devenir des locuteurs de cette langue.

17Pour résumer, les catholiques de la Haute-Lusace constituent toujours une communauté linguistique forte avec une transmission intergénérationnelle existante, tandis que les protestants (à la fois en Basse- et en Haute-Lusace) sont dans une large mesure assimilés sur le plan linguistique. Par conséquent, les Hauts Sorabes catholiques se perçoivent comme les seuls « vrais » Sorabes, ceux qui ont maintenu la langue et dont la conscience ethnique est forte. C’est à cette communauté catholique que la plupart des dirigeants des institutions sorabes appartiennent.

18La situation sociolinguistique en Lusace rend impossible le fait d’adopter une seule stratégie pour les langues. Nous pouvons parler d'au moins deux stratégies principales qui pourraient être adaptées en faveur des langues sorabes : la maintenance d’une langue en Haute-Lusace catholique et la revitalisation d’un langage parmi les protestants de Haute-Lusace et les Bas Sorabes. Pourtant, les personnes responsables pour la politique linguistique en Lusace ignorent souvent la nécessité de différencier les stratégies de soutien des langues sorabes, tant sous l'aspect géographique, la situation de communauté particulière, entre les Haut Sorabes et les Bas Sorabes. Le chef de la Domowina, la principale institution sorabe, Dawid Statnik a dit :

« En ce qui concerne la revitalisation de la langue et la question des nouveaux locuteurs […], vous pouvez résumer la politique linguistique de la Domowina comme « maintien de la langue ». […] [Dans certaines régions] il n'y a plus de locuteurs natifs sorabes, mais il y a plus de […] nouveaux locuteurs, venus ici en raison de leurs partenaires ou de leurs intérêts dans la région, et […] là, la revitalisation est beaucoup plus importante. Cependant, en général, notre objectif principal est de maintenir la langue. Cela signifie que nous nous concentrons sur ceux qui parlent le sorabe. »

[interview enregistrée dans le cadre du projet SMiLE, en 2018; entretien à l'origine en haut-sorabe].

19Le président de la Domowina était sincère dans son opinion que le maintien de la communauté haute-sorabe catholique est l'objectif principal de la politique linguistique en Lusace, car ce sont les catholiques qui créent le noyau de la communauté où la langue est encore parlée. La revitalisation du haut- et du bas-sorabe par la création de nouveaux locuteurs dans les régions où la langue n'est plus utilisée quotidiennement est d'une importance secondaire. Bien que la création et le soutien de nouveaux locuteurs soient considérés comme importants, il est difficile de trouver des mesures spécifiques visant à renforcer ou à recréer ces communautés.

  • 24 Wałda, Měrćin. « Le noyau catholique sorabe », Revue des études slaves, n° 85(2), 2014, pp. 273-280

20Ce discours ne peut être compris sans la connaissance des relations de pouvoir internes en Lusace : celles entre les Haut et les Bas-Sorabes, d’une part, et celles entre les catholiques et les protestants, de l’autre. Pour les décideurs de la Haute-Lusace et de la « communauté noyau »24 catholique, il est très difficile, voire impossible, de ne pas prendre le point de vue de leur propre groupe. Ils la traitent comme un point de référence pour imaginer ce qui est bon pour la langue et comment la protéger.

21Cela a des conséquences pour la revitalisation des langues sorabes car souvent les initiatives des « autres » communautés sorabes sont ignorées par les décideurs et leurs problèmes ne sont pas pris en compte lors de la projection d'activités concernant la langue. En tant que dirigeant de l'association protestante sorabe, Mato Krygaŕ déclarait :

« Le problème est que nous n'avons pas assez d'enseignants. J'ai organisé moi-même un cours de sorabe dans mon village et l'intérêt était énorme. (…) Ensuite, j'ai voulu le répéter, mais le Centre Linguistique Witaj a décidé qu'il ne pouvait pas nous soutenir et que nous pouvions venir à Budyšin pour les cours qu'il organisait. (…) J’ai trouvé un enseignant en privé et j’en suis heureux, car c’était là le fondement de nos « réunions de table sorabe ». Mais il est difficile [de ne pas être soutenu financement], ils ne veulent toujours pas nous aider avec cela ».

[interview enregistrée dans le cadre du projet SMiLE, en 2018; entretien à l'origine en bas-sorabe].

  • 25 Grin, François. Language Policy Evaluation and the European Charter for Regional or Minority Langua (...)

22Cette citation montre bien le problème de l’ignorance des besoins des autres communautés en Lusace. Il s’agit aussi d’ignorer la base de la revitalisation de la langue. Comme l’a montré François Grin25, les pratiques et les choix linguistiques des gens varient selon leur capacité de l’utiliser, l’opportunité de choisir une langue minoritaire au lieu de la langue dominante et le désir de l’utiliser. Par conséquent, l’idée de proposer un cours de langue aux personnes intéressées dans un village où ils vivent revêtait une grande importance. Un tel cours servirait à intégrer les gens et à y créer une communauté de pratique. Cela donnerait également la possibilité d'utiliser une langue qui – en dehors de cet espace dédié – n'est pas utilisée quotidiennement. Grâce à cela, les participants des cours de langue commenceraient à vouloir l’utiliser entre eux et, peut-être, plus tard, à l’utiliser également en dehors de la salle de classe. Organiser un tel cours dans la capitale de la région, entre des habitants de différents villages qui ne se connaissent pas et qui ont des exigences et des besoins différents, ne remplit pas les objectifs de revitalisation de la langue.

Le choix des stratégies pour la revitalisation des langues sorabes

23Les entretiens avec les acteurs principaux de la scène sorabe, c'est-à-dire les personnes responsables de la politique linguistique et les activistes linguistiques, ont confirmé qu’il n’existait pas de politique linguistique cohérente en Lusace. Chaque institution sorabe a sa propre approche de la politique linguistique. Plusieurs d'entre eux déclarent avoir une politique linguistique « intuitive », décrite, par exemple, comme une « hygiène de la vie quotidienne »26. Une telle politique linguistique est basée sur « l’espoir » que, d’une manière ou d’une autre, « tout ira bien » et ne se combine pas avec ce qu’on appelle la planification linguistique précise et l’aménagement de la langue. Cela concerne les institutions sorabes (la politique interne d’utilisation des langages sorabes parmi les employés) ainsi que la stratégie générale. Bien que la Domowina ait formulé le plan pour 202527, identifié les domaines principaux de la protection de la langue (tels que : société civile, éducation, culture et art, économie et infrastructure, politique, vie publique et lobby) et indiqué les tâches et les responsabilités des principaux acteurs sorabes, ce document n’est pas précis et, qui plus est, n’indique pas l’objectif principal à atteindre. Cependant, comme il a été montré dans la section précédente, le manque de vision claire des objectifs peut compromettre les efforts de maintien/revitalisation de la langue.

24Cette absence de vision claire est liée à un autre problème de politique linguistique en Lusace. Les Sorabes sont une minorité et dépendent des Länder dans lesquels ils vivent ainsi que de l'État. Ceci est souvent utilisé comme une excuse pour ne pas assumer la responsabilité de la politique linguistique, pour formuler ses objectifs, ni pour exiger sa réalisation. C’est pourquoi, la politique et la planification linguistiques en Lusace manquent de personnes responsables. Cette responsabilité est transférée d’un acteur à un autre, et finalement c’est l’État qui est perçu comme responsable de la politique linguistique et donc aussi coupable de son échec. Cette attitude est enracinée dans le système politique de la RDA selon lequel les Sorabes bénéficiaient de la protection de l’État, mais à condition de ne pas exiger ce qui ne leur serait pas donné. Ils choisissent une stratégie de l'acceptation des décisions des personnes au pouvoir. Cette stratégie aide les Sorabes à transférer la responsabilité de l’avenir de leur langues à l’Etat. Voici comment le président de Domowina en a parlé :

« (...) dans la structure actuelle de soutien aux Sorabes, il n'est pas possible [d'élaborer une politique linguistique appropriée]. Cela signifie que nous aurions besoin de le demander à la politique allemande, aux Länder de Saxe et du Brandebourg. Aujourd'hui, le soutien principal est orienté vers le développement des institutions sorabes. (...) Honnêtement, il nous faudrait effacer tout ce qui est maintenant, devenir une tabula rasa, mais ce n’est pas raisonnable, car nous aurions besoin de confronter les Sorabes et leurs institutions. (...) Il n'y a pas non plus de possibilité financière de le faire. »

[interview enregistrée dans le cadre du projet SMiLE, en 2018; entretien à l'origine en haut-sorabe].

25Le problème conçu ici est double. Tout d’abord, c’est l’État qui doit prendre l’initiative et assurer la protection d’une langue ainsi que le plan pour y parvenir. Deuxièmement, le changement de stratégie est considéré comme impossible, du fait de l’existence d’une infrastructure en langue sorabe. Rappelons que les institutions sorabes ont une longue tradition datant d’après la Seconde Guerre mondiale quand toutes les infrastructures de la langue sorabe ont été créées. Comme ces institutions ont été maintenues après le changement politique de 1990, les Sorabes refusent dans une large mesure de les changer maintenant. Le militant de bas-sorabe et la personne en charge des affaires spécifiques aux Sorabes dans le gouvernement régional de Brandenbourg, Měto Nowak, nous l'a expliqué comme suit :

« Nous avons un potentiel de personnes qui pourraient faire quelque chose mais elles ne le font pas parce que ce qu’elles pensent que cela ne correspond pas aux structures existantes. (...) Je suis ainsi surpris que les institutions sorabes ne recherchent pas de nouvelles idées, n'utilisent pas de financement participatif, ne recherchent pas de fonds externes, ne collectent pas de dons etc. »

[interview enregistrée dans le cadre du projet SMiLE, en 2018; entretien à l'origine en bas-sorabe].

26Ce qui étonne les militants linguistiques aujourd’hui et qui semble être une menace importante pour l’avenir des langues sorabes est le manque d’initiative des Sorabes ainsi que la création limitée de nouvelles structures pour de nouveaux défis. Les discussions sur les moyens d'améliorer la situation des langues sorabes restent sans suite. Ce manque d'action s'explique souvent par les difficultés rencontrées pour obtenir des fonds pour de nouvelles initiatives et par le fait que les institutions existantes assument la responsabilité de la situation. Cela rend les modifications et la création de nouveaux plans très difficiles.

  • 28 Voir Elle, Ludwig. Die Domowina in der DDR. Aufbau und Funktionsweise einer Minderheitenorganisatio (...)

27Parmi les autres minorités linguistiques d'Europe, ce rôle est principalement repris par les militants linguistiques. À cet égard également en Lusace, il y a un déficit. Les Sorabes ont une attitude négative envers le militantisme. Cela aussi se retrouve à l'époque de la RDA. L’activisme a alors été associé au soutien du régime communiste28.

Le besoin de militantisme linguistique en Lusace

  • 29 Nous devons reconnaître que ce problème est lié d’une part à la terminologie elle-même (militants, (...)
  • 30 Combs, Mary C. et Penfield, Susan. « Language activism and language policy », in Spolsky, Bernard ( (...)
  • 31 Gitlin, Todd. Letters To a Young Activist. New York, Basic Books, 2003.

28En Lusace, les personnes engagées dans la protection des langues ne se considèrent pas elles-mêmes comme des « militants linguistiques »29. De leur point de vue, ce terme est lié à des activités quelque peu radicales qu’ils ne veulent pas et qu’ils rejettent. Cependant le militantisme est un phénomène très complexe. L'engagement en faveur des langues, appelé fréquemment activisme (militantisme) linguistique, peut être compris comme une action intentionnelle, souvent vigoureuse ou énergique, entreprise par des individus ou des groupes pour réaliser un objectif souhaité, tel qu'un changement politique, social ou culturel30. Les militants sont des personnes très engagées qui s'impliquent dans des activités au nom de leurs communautés, développent différents types de stratégies pour l'avenir de leurs communautés et de leurs langues et mettent collectivement en lumière des problèmes particuliers31. Parfois, ils sont capables de motiver d’autres personnes et de changer les attitudes linguistiques des personnes indifférentes ou hostiles. Le militantisme linguistique englobe une gamme d’efforts, d’approches, de slogans de protestation, de manifestations, de défense des causes et de diffusion d’informations qui visent à changer l’état actuel des choses et qui peuvent également sensibiliser la population. La portée et le niveau des actions entreprises en faveur d'une langue dépendent de la situation de cette langue, du degré de reconnaissance ou de protection offerte par l'État et des attitudes des membres des communautés minoritaires à son égard ainsi que des attitudes de la société dominante. C'est pourquoi le militantisme peut être à la fois l'utilisation d'une langue minoritaire dans la vie publique (en particulier lorsque ce n'est pas bien accueilli par la société dominante), ainsi que des actions directes ou l'engagement politique.

  • 32 Dołowy-Rybińska, Nicole. « Les Sorabes sont-ils « une minorité modèle » ?, op.cit.

29En général, en Lusace, les gens ne revendiquent pas activement leur droit d'utiliser la langue et ne cherchent ni de nouvelles idées pour leur langues, ni de fonds autres que ceux garantis par l’Etat. Cela peut s’expliquer par le fait que les Sorabes ont commencé leurs efforts de revitalisation sous un régime très strict. Tout en ayant la possibilité de protéger leur langue, ils devaient limiter leurs attentes au cadre dicté par le système politique. Cette ambiguïté – d'une part être capable de réaliser les intérêts sorabes, mais d'autre part d'obéir au système – a jusqu'à aujourd'hui ses conséquences. Les Sorabes ont appris à être passifs : être soutenus par l'Etat et ne pas lutter pour défendre leurs droits32. Mais si cela n’était pas possible en RDA, cette nécessité apparait aujourd’hui. Les Sorabes n'agissent que dans le cadre juridique, ce qui empêche de nombreuses initiatives. Ils n’établissent pas leurs propres écoles, mais recherchent principalement quelqu’un qui assumerait cette responsabilité : l’Etat, les municipalités ou d’autres institutions allemandes.

30Pourtant le type de militantisme linguistique dépend aussi de l'appartenance à l'une des communautés sorabes. Déjà cité, Měto Nowak explique ce phénomène par une référence à la situation des deux langues et des communautés :

«  (…) en Basse-Lusace la situation linguistique est beaucoup plus faible et la langue est sérieusement menacée. Par conséquent, l’acceptation de différentes formes [d’agir] et des personnes de l’extérieur qui viennent ici pour aider, qui sont engagées, qui s'identifient avec les Sorabes est plus forte et (…) elles sont traitées de la même manière que les Sorabes (…). Tandis qu’en Haute-Lusace il y a cette communauté catholique. La majorité des Sorabes appartient à la communauté protestante, mais la langue y est en grande partie perdue. (…) Et parmi les Sorabes catholiques, la plupart des choses passent par des relations personnelles, quelqu’un connait quelqu'un d’autre et ils en parlent un soir au bar ou juste après la messe. Il n’y a pas besoin de le faire officiellement, car c'est déjà communiqué. »

[interview enregistrée dans le cadre du projet SMiLE, en 2018; entretien à l'origine en bas-sorabe].

31Nous revenons ici aux problèmes déjà discutés concernant la division entre Haut et Bas Sorabes et entre catholiques et protestants. En Haute-Lusace, ceux qui s’occupent de la langue sont principalement des catholiques de langue maternelle, qui ont une attitude plutôt conservatrice à l'égard du militantisme. Ils perçoivent la politique linguistique comme le maintien de la langue dans les familles sorabophones et le renforcement de la communauté sorabe catholique (bien qu'il existe certaines personnes d'autres communautés sorabes et de nouveaux locuteurs dont l'attitude est beaucoup plus active). Les militants de la Basse-Lusace sont principalement (sinon uniquement) de nouveaux locuteurs dont beaucoup viennent de l'extérieur de la Lusace (de l’Allemagne et de l'étranger). Par conséquent, ils représentent différentes perspectives et objectifs. Les militants de Basse-Lusace comprennent mieux la revitalisation de la langue, les nouvelles stratégies, l’acquisition de nouveaux locuteurs, tandis qu’en Haute-Lusace, l’attention est centrée sur la communauté linguistique et son intégrité.

32Le militant cité ci-dessus a mentionné une autre chose importante : comment les Sorabes perçoivent la manière dont les Haut Sorabes catholiques prennent leurs décisions en matière de politique linguistique ou créent de plans spécifiques. Même si le discours utilisé par Nowak a un caractère en quelque sorte satirique, cela montre bien que la communauté catholique du haut-sorabe est perçue comme un groupe de proches parents, qui se traitent entre eux et protègent leurs propres intérêts. Cela prouve que les autres communautés sorabes se sentent exclues et ignorées par les décideurs sorabes.

La politique linguistique en éducation

33Le système d’enseignement en Lusace reflète tous les problèmes susmentionnés de la politique linguistique sorabe : le manque de reconnaissance précise des problèmes et de la situation linguistique dans différentes parties et différents groupes de Lusace, ce qui permettrait de diversifier le système éducatif et de l'adapter aux besoins existant dans un environnement différent; le manque de cohérence dans la mise en œuvre du programme d’enseignement ; l’appui sur l'État en tant qu'organisateur du système éducatif ; l’absence d'actions ascendantes pour améliorer le système éducatif ; la crainte de ne pas blesser les germanophones par le contact excessif avec la langue sorabe.

34En même temps, le système d’enseignement est un pilier des activités de la revitalisation linguistique en Lusace. Il est évident qu’en Basse-Lusace, une nouvelle génération de néo-locuteurs doit être créée à l’école. Le besoin de néo-locuteurs pour le maintien du haut-sorabe est également discuté de plus en plus en Haute-Lusace.

  • 33 L'établissement du programme Witaj devrait être perçu comme l'une des réalisations les plus importa (...)

35Les principaux efforts de revitalisation des langues sorabes sont liés à la politique de la langue dans l’éducation. À la fin des années 90, le projet «Witaj» (le projet Bienvenue)33 a été lancé en tant que programme linguistique pour les locuteurs natifs et non-natifs, principalement dans l’enseignement préscolaire, puis dans les écoles primaires. Il s’agissait d’une éducation en immersion qui permettrait aux natifs de devenir alphabétisé dans leur langue maternelle et aux enfants germanophones de devenir des néo-locuteurs du haut- ou du bas-sorabe. En Haute-Lusace, où la transmission intergénérationnelle de la langue a été maintenue dans certaines parties de la région, les enfants germanophones apprendraient, communiqueraient et grandiraient avec des locuteurs du haut sorabe pour devenir une partie intégrante de la communauté linguistique.

36Il existe une quantité de littérature concernant les idées et les résultats du programme34. Néanmoins, du point de vue de la revitalisation linguistique, l’un des principaux problèmes rencontrés par le système est l’absence de conséquence dans la mise en œuvre des objectifs du programme. L’une des raisons de cette situation est qu’elle est gérée par différentes institutions. Seules certaines d’entre elles – telle que l’Association scolaire sorabe35 – ont pour objectif la revitalisation de la langue par l’immersion et poursuivent un enseignement en immersion complète dans les écoles maternelles. D'autres, cependant, sont loin des idées d'immersion et n'utilisent que des mots, des chansons ou des matériaux sorabes en contact avec des enfants. Et pourtant, ils s’appellent toujours « écoles d’immersion », ce qui a un impact direct sur l’image de l’ensemble du système éducatif de Lusace et dévalorise le concept d’immersion aux yeux des Sorabes. En conséquence, les enfants non-sorabophones (de la Haute- et de la Basse-Lusace) après quelques années dans une école maternelle et primaire de type « immersion » ont des compétences linguistiques très diversifiées et, de ce fait, des attentes différentes concernant le lycée et la place de la langue sorabe là-bas.

  • 36 Rindler-Schjerve, Rosita et Vetter, Eva. European Multilingualism: Challenges and Perspectives. Cle (...)
  • 37 Dołowy-Rybińska, Nicole. « Learning Upper Sorbian. The problems with minority language education fo (...)

37En 2013/2014 en Saxe, le système d’enseignement bilingue « 2plus » a été mis en place conformément au concept éducatif préconisé par l’Union européenne, appelé « langue maternelle +2 »36. Son objectif est de soutenir les locuteurs natifs du haut-sorabe et de créer de nouveaux locuteurs de cette langue. Bien qu'aucune recherche exhaustive n'ait été menée sur les résultats de ce programme, les recherches sociolinguistiques menées par Nicole Dołowy-Rybińska et Cordula Ratajczak entre 2017 et 2019 ont révélé d'importants problèmes concernant les élèves germanophones. Entre autres, les contacts entre les locuteurs natifs de haut-sorabe et les apprenants de cette langue sont limités et il est très difficile pour les germanophones de parler activement le haut-sorabe37. Alors que les Haut Sorabes craignent que le contact constant avec des élèves germanophones n'influence négativement les pratiques linguistiques des locuteurs natifs du haut-sorabe. Par conséquent, le système est critiqué à la fois par les Sorabes (dont les enfants risquent de changer à l'allemand à cause de leurs camarades de classe qui ne parlent que cette langue) et par de nouveaux locuteurs potentiels qui ont du mal à acquérir le sorabe et à s'intégrer à une communauté sorabe.

38L’autre problème de ce système d’enseignement est lié au fait que les écoles sorabes sont toutes des écoles publiques et sont donc soumises à la politique éducative de Saxe. Même en se rendant compte que certaines formes du système ne fonctionnent pas, les Sorabes prétendent ne pas pouvoir le changer eux-mêmes. Entendons deux voix opposées concernant les problèmes de l’enseignement de la langue haute-sorabe. La première est de Ludmiła Budarjowa, présidente de l’Association scolaire sorabes, qui explique :

« Nous avons maintenant le système « 2 plus ». Le problème est que ce serait différent si nous pouvions avoir nos propres écoles comme nous avons nos écoles maternelles et nous pourrions continuer le système d'immersion. (...) Le projet Witaj est basé sur une immersion totale ou partielle, mais il ne fonctionne pas comme ça dans le système « 2 plus ». Le ministère nous a permis d’avoir le sorabe comme langue d’enseignement uniquement sur certaines matières (...) Nous séparons les élèves comme nous l’avions fait dans les écoles maternelles, sur des locuteurs natifs et ceux des langues mélangées sorabe et allemand (...) et sur cette base-là il y a trois groupes linguistiques. (...) Mais le fait est qu'il n'y a pas d'immersion dans les écoles ».

[interview enregistrée dans le cadre du projet SMiLE, en 2018; entretien à l'origine en haut-sorabe].

39Pour résumer brièvement les propos de Ludmiła Budarjowa : les Sorabes ne sont pas libres de décider de leur système d’éducation et c’est pourquoi, après l’école maternelle, ils doivent adopter une éducation quasi bilingue qui n’est pas réussie.

40La voix de la deuxième personne appartient à Marcel Brauman, militant sorabe et auteur d'un blog quelque peu controversé sur les questions sorabes. De son point de vue, la fermeture des écoles sorabes est discuté en tant qu'une des « fausses nouvelles du système éducatif sorabe ». Il a écrit :

« La disparition du langue sorabe dans les écoles est la faute de l'État. Ce n'est pas vrai. Mélanger des enfants qui ont des compétences différenciées en sorabe – ce qui se passe maintenant avec le système « 2 plus » (…) – où la langue commune est l’allemand – est une invention sorabe. Dans les régions voisines, les Allemands ont réagi à la fermeture d'écoles en raison de la diminution du nombre d'enfants en créant des écoles privés »38.

41Les mots de cet activiste linguistique indiquent un problème déjà discuté dans cet article. Les Sorabes ne prennent pas la responsabilité de leur langue et ne recherchent pas de nouveaux concepts. De cette manière, ils peuvent accuser l'État de toutes les défaillances du système et du déclin de la langue.

  • 39 Werner, Eduard et Schulz, Jana. Abschlussberichts über die externe Evaluation von Sorbisch / Wendis (...)
  • 40 Schulz, Jana. Bilingualer Spracherwerb im Witaj-Projekt. Bautzen, Domowina-Verlag, 2015.

42En Basse-Lusace, le problème est encore plus compliqué. Le manque de continuité de l'enseignement scolaire en langue bas sorabe fait régresser les apprenants dans leurs capacités linguistiques. Comme l'évaluation récente l'a montré39, le niveau de langue des élèves de 6ème est souvent inférieur au niveau de langage des enfants de la maternelle montré par Jana Schulz40. Cela est dû, entre autres, au fait qu'il n'y a pas de continuité dans la manière dont la langue est enseignée dans les écoles maternelles et dans les écoles primaires et secondaires. Kathleen Komolka, militante du bas sorabe, décrit ce problème :

« (…) À la maternelle, nous avions notre paradis avec [le bas sorabe parlé] du matin au soir, les enfants plongés dans ce bassin linguistique, entourés par la langue sorabe (…) Puis il y avait la transition à l'école primaire et la réalité y est [totalement différente]: vous pensez vous être retrouvé dans un autre monde. Et cela se reflète aussi immédiatement dans les relations entre les parents. À la maternelle, nous nous saluions chaleureusement avec les mots en sorabe "dobre zajtšo, mej se derje, na zasejwiźenje", à l'école primaire, "Dobre zajtšo" n'est plus exprimé par aucun parent. (…) [Et] cela est lié à ce concept cruel d’école allemande, si on veut l’appeler ainsi. »

[interview enregistrée dans le cadre du projet SMiLE, en 2018; entretien à l'origine en allemand].

43La manière dont la langue est enseignée se reflète dans les relations entre les parents. L’engagement des parents est un aspect important de l’enseignement dans la langue minoritaire. Le transfert de l’école maternelle à l’école primaire change non seulement la façon dont la langue est enseignée, mais aussi la façon dont les parents pensent à la langue et à leur place dans la communauté sorabe. L’activiste a essayé de créer un nouveau concept d'éducation bas-sorabe - jusqu'à présent sans succès.

Conclusion

44L'objectif de cet article était de montrer les principaux obstacles de la politique linguistique en Lusace. Le processus de revitalisation des langues sorabes peut être considéré comme chaotique. Le principal symptôme de cette situation est l'absence d'évaluation de la vitalité ethnolinguistique en Lusace et, de ce fait, le manque de reconnaissance de la situation, des besoins et des défis des communautés sorabes. Pour cette raison, la politique linguistique en Lusace repose principalement sur des hypothèses, des idéologies linguistiques et des opinions particulières.

45Les problèmes des communautés sorabes et les décisions concernant la manière dont leur langue serait protégée sont également liés à la situation interne compliquée de ce peuple. Il existe différentes divisions au sein de cette petite minorité linguistique et, par conséquent, les relations de pouvoir jouent ici un rôle.

46Nous avons également fait valoir que l’attitude passive des Sorabes face aux défis du monde d'aujourd'hui, aux nouveaux besoins des gens et à la nécessité de réorganiser les institutions minoritaires résulte du passé politique des communautés sorabes, ainsi que des relations difficiles avec les Allemands. Cela concerne à la fois les nouvelles initiatives politique et sociales, la recherche des fonds pour les réaliser et le type de militantisme linguistique des Sorabes. Bien entendu, les Sorabes ont mis au point différentes méthodes pour maintenir ou revitaliser leur langues, parmi lesquelles le plus important est le système d’éducation. Pourtant, toutes les initiatives sorabes ont des problèmes similaires qui résultent des peurs et des idéologies maintenues par les Sorabes eux-mêmes.

Haut de page

Bibliographie

Bucholtz, Mary. (2003) « Sociolinguistic Nostalgia and the Authentication of Identity », Journal of Sociolinguistics, n° 7(3), p. 389-416.

Combs, Mary C. et Penfield, Susan. (2014) « Language activism and language policy », in Spolsky, Bernard (éd.) The Cambridge Handbook of Language Policy. Cambridge, Cambridge University Press, p. 461-474.

Dołowy-Rybińska, Nicole. (2014) « Les Sorabes sont-ils « une minorité modèle » ? », Revue des études slaves n° 85(2), p. 235–250.

Dołowy-Rybińska, Nicole. (2018) « Learning Upper Sorbian. The problems with minority language education for non-native pupils in the Upper Sorbian Grammar School in Bautzen/Budyšin », International Journal of Bilingual Education and Bilingualism, n° 21, p. 1-16.

Dołowy-Rybińska, Nicole et Ratajczak, Cordula. (2019) « Languages and cultures in contact. The place of new speakers in the education system in Upper Lusatia », Cognitive Studies | Études cognitives, n°19, p. 1-17.

Dołowy-Rybińska, Nicole et Ratajczak, Cordula. (2019) « Upper Sorbian language education: when community language maintenance practices disregard top-down revitalisation strategies », Language, Culture and Curiculum.

Elle, Ludwig. (1992) Sorbische Kultur und ihre Rezipienten. Ergebnisse einer ethnosoziologischen Befragung, Bautzen, Domowina Verlag, 112 p.

Elle, Ludwig. (2004) Die Europäische Charta der Regional- oder Minderheitensprachen und die Sprachenpolitik in der Lausitz. Sorbisches Institut, Bautzen, Domowina Verlag, 63 p.

Elle, Ludwig. (2010) Die Domowina in der DDR. Aufbau und Funktionsweise einer Minderheitenorganisation im staatlich-administrativen Sozialismus. Bautzen, Domowina Verlag, 255 p.

Elle, Ludwig. (2011) « Wie viele Sorben gibt es – noch? Oder: Kann und soll man Minderheiten zählen? », in Tschernokoshewa, Elka et Keller, Innes (éds.), Dialogische Begegnungen. Minderheiten – Mehrheiten aus hybridologischer Sicht. Münster–New York–München–Berlin, Waxmann, p. 209–223.

Elle, Ludwig. (2014) Sprachenpolitik in der Lausitz. Sprachenpolitik und Sprachenrecht im deutsch-sorbischen Gebiet 1990 bis 2014. Bautzen, Domowina Verlag, 150 p.

Gee, James Paul. (2008) Social linguistics and Literacy. Ideology in discourses. London- New York, Routledge, 248 p.

Gitlin, Todd. (2003) Letters To a Young Activist. New York, Basic Books,189 p.

Grin, François. (2003) Language Policy Evaluation and the European Charter for Regional or Minority Languages. New York, Palgrave Macmillan, 281 p.

Hinton, Leanne. (2011) « Revitalization of endangered languages », in Austin, Peter K. et Sallabank, Julia (éds.), The Cambridge Handbook of Endangered Languages, Cambridge, Cambridge University Press, p. 291-311.

Jaenecke, Paulina. (2003) Religiosität und Spracherhalt bei den katholischen Sorben. Berlin, Weiβensee Verlag, 405 p.

Jodlbauer, Ralph, Spiess, Gunter et Steenwijk, Han. (2001) Die aktuelle Situation der niedersorbischen Sprache. Er-gebnisse einer soziolinguistischen Untersuchung der Jahre 1993–1995. Bautzen: Domowina Verlag,130 p.

Kaplan, Robert B. et Baldauf, Richard. (1997) Language planning: from practice to theory. Clevedon, Multilingual Matters, 416 p.

Kaulfürstowa, Jadwiga. (éd.). (2008) Das WITAJ-Projekt in Kindertagesstätten im Freistaat Sachsen – Zwischenbilanz und Ausblick in die Zukunft. Bautzen, WITAJ-Sprachzentrum.

Malink, Jan. (2014) « Les protestants sorabes », Revue des études slaves, n° 85(2), p. 265-272.

Marti, Roland. « Haut- et bas-sorabe: une cohabitation linguistique difficile », Revue des études slaves, n° 85(2), 2014, p. 215–233.

Marti, Roland. Marti. « ‘Our People is Divided, Yes, and Torn Asunder …’: The Sorbian Language Community and Its Internal Divisions », in Kamusella, Tomasz, Nomachi, Motoki et Gibson, Catherine (éds.), The Palgrave Handbook of Slavic Languages, Identities and Borders, New York, Palgrave Macmillan, 2016, p. 206-229.

Nekvapil, Jiří. « The integrative potential of Language Management Theory », in Nekvapil, Jiří et Sherman, Tamah (éds.), Language management in contact situations: Perspectives from three continents, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2009, p. 1-11.

Norberg, Madlena. Sprachwechselprozeß in der Niederlausitz: Soziolinguistische Fallstudie der Deutsch-Sorbischen Gemeinde Drachhausen/Hochoza. Uppsala, Studia Slavica Uppsalensia, 1996, p. 215.

O’Rourke, Bernadette, Pujolar, Joan & Ramallo, Fernando. « New Speakers of Minority Languages: The Challenging Opportunity », International Journal of the Sociology of Language, n° 231, 2015, pp. 1-20.

Rindler-Schjerve, Rosita et Vetter, Eva. European Multilingualism: Challenges and Perspectives. Clevedon, Multilingual Matters, 2012, p. 232.

Schulz, Jana. Bilingualer Spracherwerb im Witaj-Projekt. Bautzen, Domowina-Verlag, 2015, p. 232.

Schurmann, Peter. Sorbische Interessen und staatliche Minderheitenpolitik in der DDR. Quellenedition (1947–1961), Bautzen, Domowina-Verlag, 2016, p. 671.

Steenwijk, Han. « Někotare wuslědki sociolinguistiskego napšašowania w Dolnej Łužycy », Rozhlad, n° 49(12), 1999, p. 442–447.

Šěn, Franc et Scholze, Dietrich (éds.). Sorbisches Kulturlexikon. Bautzen: Domowina Verlag, 2014, p. 580.

Walde, Martin. « Demographisch-statistische Betrachtungen im Oberlausitzer Gemeindeverband “Am Klosterwasser” », Lětopis - Zeitschrift für sorbische Sprache, Geschichte und Kultur, n° 51 (1), 2004, p. 3-27.

Wałda, Měrćin. « Le noyau catholique sorabe », Revue des études slaves, n° 85(2), 2014, p. 273-280.

Werner, Eduard et Schulz, Jana. Abschlussberichts über die externe Evaluation von Sorbisch / Wendisch-Angeboten der Primarstufe im Land Brandenburg. Leipzig, Universität Leipzig, 2017. (récupéré de https://www.rbb24.de/studiocottbus/panorama/2018/12/evaluierung-witaj-angebote-studie.file.html/Abschlussbericht.Evaluation.LISUM.pdf)

Woolard, Kathryn. « Introduction: Language Ideology as a Field of Inquiry », in: Schieffelin, Bambi, Woolard, Kathryn et Kroskrity, Paul (éds.), Language Ideologies: Practice and Theory, New York, Oxford University Press, 1998, p. 3–47.

Haut de page

Notes

1 « efforts to support or strengthen a language which is still vital and is still acquiring young speakers, but where an incipient decline is starting to be apparent ». Hinton, Leanne. « Revitalization of endangered languages », in Austin, Peter K. et Sallabank, Julia (éds.), The Cambridge Handbook of Endangered Languages, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 291.

2 « to bring a language back to some level of use within their communities after a period of reduction in usage ». Ibid. p. 291.

3 New-speakres, néo-locuteurs : Le terme utilisé de plus en plus dans la sociolinguistique pour décrire les personnes qui n’ont pas appris la langue par le biais d’une transmission familiale ou dans la communauté mais à l’école ou dans d’autres lieux dédiés, et qui utilisent cette langue et s’identifient à une communauté linguistique. Voir : O’Rourke, Bernadette, Pujolar, Joan et Ramallo, Fernando. « New Speakers of Minority Languages: The Challenging Opportunity ». International Journal of the Sociology of Language, n° 231, 2015, pp. 1-20.

4 « a body of ideas, laws and regulations (language policy), change rules, beliefs, and practices intended to achieve a planned change (or to stop change from happening) in the language use in [a] community. Kaplan, Robert B. et Baldauf, Richard. Language planning: from practice to theory, Clevedon, Multilingual Matters, 1997, p. 3.

5 Nekvapil, Jiří. « The integrative potential of Language Management Theory », in Nekvapil, Jiří et Sherman, Tamah (éds.), Language management in contact situations: Perspectives from three continents, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2009, pp. 1-11.

6 https://folklife.si.edu/smile, consulté le15 août 2019.

7 Gee, James Paul. Social linguistics and Literacy. Ideology in discourses. 3rd edition. London U.K., New York, Routledge, 2008.

8 Woolard, Kathryn. « Introduction: Language Ideology as a Field of Inquiry », in: Schieffelin, Bambi, Woolard, Kathryn et Kroskrity, Paul (éds.), Language Ideologies: Practice and Theory, New York, Oxford University Press, 1998, pp. 3-47.

9 Elle, Ludwig. Sorbische Kultur und ihre Rezipienten. Ergebnisse einer ethnosoziologischen Befragung, Bautzen, Domowina Verlag 1992, p. 112.

10 Walde, Martin. « Demographisch-statistische Betrachtungen im Oberlausitzer Gemeindeverband “Am Klosterwasser” », Lětopis - Zeitschrift für sorbische Sprache, Geschichte und Kultur, n°51 (1), 2004, pp. 3-27.

11 Jodlbauer, Ralph, Spiess, Gunter & Steenwijk, Han. Die aktuelle Situation der niedersorbischen Sprache. Er-gebnisse einer soziolinguistischen Untersuchung der Jahre 1993–1995. Bautzen: Domowina Verlag, 2001.

12 Elle Ludwig. « Wie viele Sorben gibt es – noch? Oder: Kann und soll man Minderheiten zählen? », in Tschernokoshewa, Elka et Keller, Innes (éds.), Dialogische Begegnungen. Minderheiten – Mehrheiten aus hybridologischer Sicht. Münster–New York–München–Berlin, Waxmann, 2011, p. 209–223.

13 Plus à ce sujet: Dołowy-Rybińska, Nicole. « Les Sorabes sont-ils « une minorité modèle » ? », Revue des études slaves, n° 85(2), 2014, p. 235–250.

14 Schurmann, Peter. Sorbische Interessen und staatliche Minderheitenpolitik in der DDR. Quellenedition (1947–1961), Bautzen, Domowina-Verlag, 2016.

15 Elle, Ludwig. Die Europäische Charta der Regional- oder Minderheitensprachen und die Sprachenpolitik in der Lausitz. Sorbisches Institut, Bautzen, Domowina Verlag, 2004.

16 La division interne des Sorabes et des langues sorabes était un sujet de recherches de Roland Marti. Vous pouvez trouver plus d'informations concernant l'histoire de la division et les tentatives d'unification des langues sorabes dans : Marti, Roland. « Haut- et bas-sorabe: une cohabitation linguistique difficile », Revue des études slaves, n° 85(2), 2014, p. 215–233 ; Marti, Roland. « ‘Our People is Divided, Yes, and Torn Asunder …’: The Sorbian Language Community and Its Internal Divisions », in Kamusella, Tomasz, Nomachi, Motoki et Gibson, Catherine (éds.), The Palgrave Handbook of Slavic Languages, Identities and Borders, New York, Palgrave Macmillan, 2016, p. 206-229.

17 Šěn, Franc et Scholze, Dietrich (éds.). Sorbisches Kulturlexikon. Bautzen: Domowina Verlag, 2014.

18 Norberg, Madlena. Sprachwechselprozeß in der Niederlausitz: Soziolinguistische Fallstudie der Deutsch-Sorbischen Gemeinde Drachhausen/Hochoza. Uppsala, Studia Slavica Uppsalensia, 1996.

19 Steenwijk, Han. « Někotare wuslědki sociolinguistiskego napšašowania w Dolnej Łužycy », Rozhlad, n° 49(12), 1999, p. 442–447.

20 Les catholiques, qui comptent environ 7 500 locuteurs du sorabe, vivent dans un territoire où la transmission de la langue entre générations a été préservée et où les Sorabes constituent la majorité des habitants dans environ 70 villages. Voir : Elle, Ludwig. Sprachenpolitik in der Lausitz. Sprachenpolitik und Sprachenrecht im deutsch-sorbischen Gebiet 1990 bis 2014. Bautzen, Domowina Verlag, 2014; Jaenecke, Paulina. Religiosität und Spracherhalt bei den katholischen Sorben. Berlin, Weiβensee Verlag, 2003.

21 Malink, Jan. « Les protestants sorabes », Revue des études slaves, n° 85(2), 2014, pp. 265-272.

22 Pour en savoir plus sur l'idéologie de l'authenticité, voir Bucholtz, Mary. « Sociolinguistic Nostalgia and the Authentication of Identity », Journal of Sociolinguistics, n° 7(3), 2003, pp. 389-416.

23 Pour savoir plus comment cela se passe dans le système d’éducation haut-sorabe, voir Dołowy-Rybińska, Nicole. « Learning Upper Sorbian. The problems with minority language education for non-native pupils in the Upper Sorbian Grammar School in Bautzen/Budyšin », International Journal of Bilingual Education and Bilingualism, n° 21, 2018, pp. 1-16; Dołowy-Rybińska, Nicole et Ratajczak, Cordula. « Languages and cultures in contact. The place of new speakers in the education system in Upper Lusatia », Cognitive Studies | Études cognitives, n° 19, 2019, pp. 1-17.

24 Wałda, Měrćin. « Le noyau catholique sorabe », Revue des études slaves, n° 85(2), 2014, pp. 273-280.

25 Grin, François. Language Policy Evaluation and the European Charter for Regional or Minority Languages. New York, Palgrave Macmillan, 2003.

26 Toutes ces expressions sont des citations des entretiens que nous avons réalisés dans le cadre du projet SMiLE.

27 https://www.domowina.de/hsb/domowina/hlowna-zhromadzizna/17-hlowna-zhromadzizna-domowiny-2832015-w-haslowje/dzelowe-smernicy-domowiny-zwjazka-luziskich-serbow-z-t/ (consulté le 14 août 2019).

28 Voir Elle, Ludwig. Die Domowina in der DDR. Aufbau und Funktionsweise einer Minderheitenorganisation im staatlich-administrativen Sozialismus. Bautzen, Domowina Verlag, 2010.

29 Nous devons reconnaître que ce problème est lié d’une part à la terminologie elle-même (militants, activists) et à la sémantique de ce terme qui – aux yeux des Sorabes – a des connotations negatives. D'autre part, c'est également l'attitude de l’engagement en tant que minorité dans la vie politique ce qui est lié au caractère plus large du comportement sorabe.

30 Combs, Mary C. et Penfield, Susan. « Language activism and language policy », in Spolsky, Bernard (éd.) The Cambridge Handbook of Language Policy. Cambridge, Cambridge University Press, 2014, pp. 461.

31 Gitlin, Todd. Letters To a Young Activist. New York, Basic Books, 2003.

32 Dołowy-Rybińska, Nicole. « Les Sorabes sont-ils « une minorité modèle » ?, op.cit.

33 L'établissement du programme Witaj devrait être perçu comme l'une des réalisations les plus importantes des efforts de revitalisation de Lusace. Néanmoins, certains problèmes de ce système sont basés sur les problèmes structurels de la société sorabe. Par conséquent, dans cet article, nous allons nous concentrer sur les sujets qui indiquent les dificits de la politique de la langue sorabe. Pour en savoir plus, voire : Kaulfürstowa, Jadwiga. (éd.). Das WITAJ-Projekt in Kindertagesstätten im Freistaat Sachsen – Zwischenbilanz und Ausblick in die Zukunft. Bautzen, WITAJ-Sprachzentrum, 2008.

34 Plusieurs d’entre eux sont à élécharger ici: https://www.witaj-sprachzentrum.de/obersorbisch/download/wissenschaftliche-publikationen/ (consulté le15 août 2019).

35 https://www.sorbischer-schulverein.de/hs (consulté le15 août 2019).

36 Rindler-Schjerve, Rosita et Vetter, Eva. European Multilingualism: Challenges and Perspectives. Clevedon, Multilingual Matters, 2012.

37 Dołowy-Rybińska, Nicole. « Learning Upper Sorbian. The problems with minority language education for non-native pupils in the Upper Sorbian Grammar School in Bautzen/Budyšin op.cit.; Dołowy-Rybińska, Nicole et Ratajczak, Cordula. « Languages and cultures in contact. The place of new speakers in the education system in Upper Lusatia », op.cit.; Dołowy-Rybińska, Nicole et Ratajczak, Cordula. Upper Sorbian language education: when community language maintenance practices disregard top-down revitalisation strategies. Language, Culture and Curiculum, 2019.

38 https://piwarc.wordpress.com/2018/10/07/fake-news-wo-serbskim-sulstwje (consulté le 16 août 2019)

39 Werner, Eduard et Schulz, Jana. Abschlussberichts über die externe Evaluation von Sorbisch / Wendisch-Angeboten der Primarstufe im Land Brandenburg. Leipzig, Universität Leipzig, 2017. (récupéré de https://www.rbb24.de/studiocottbus/panorama/2018/12/evaluierung-witaj-angebote-studie.file.html/Abschlussbericht.Evaluation.LISUM.pdf consulté le 18 août 2019)

40 Schulz, Jana. Bilingualer Spracherwerb im Witaj-Projekt. Bautzen, Domowina-Verlag, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole DOLOWY-RYBINSKA et Cordula RATAJCZAK, « La revitalisation des langues sorabes et la politique linguistique en Lusace vue par les acteurs principaux de la scène sorabe », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 23 | 2020, mis en ligne le 08 décembre 2020, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/5787 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.5787

Haut de page

Auteurs

Nicole DOLOWY-RYBINSKA

Institut d'études slaves de l’Académie polonaise des sciences - Nicole Dołowy-Rybińska est anthropologue, sociolinguiste et professeure à l'Institut d'études slaves de l'Académie polonaise des sciences. Ses travaux portent sur la transmission et la revitalisation des langues en danger, ainsi que sur la relation entre l'utilisation d'une langue minoritaire et le maintien de la conscience culturelle. Elle a mené des travaux sur le terrain en Cachoubie (Pologne) ; en Lusace (Allemagne); en Bretagne (France) et au Pays de Galles (Royaume-Uni), en comparant les pratiques linguistiques et culturelles des jeunes générations des minorités linguistiques européennes et l’activisme dans la langue de la minorité. Actuellement, elle mène des recherches sur les étudiants de familles germanophones qui acquièrent des compétences linguistiques et culturelles dans le lycée sorabe de Bautzen. Prof. Dołowy-Rybińska dirige aussi le projet SMiLE (Sustaining Minoritized Languages in Europe, financé par Smithsonian Center for Folklife and Cultural Heritage) sur les efforts de revitalisation de la langue sorabe. Les deux projets sont réalisés avec Dr. Cordula Ratajczak.

Cordula RATAJCZAK

Rédactrice artistique et culturelle du journal sorabe Serbske nowiny - Cordula Ratajczak est anthropologue culturelle, activiste sorabe, membre de plusieurs associations sorabes et rédactrice artistique et culturelle du journal sorabe (Serbske nowiny), quotidien publié dans la langue du haut sorabe. Elle a terminé ses études de doctorat à l'Université de Brême en coopération avec l'Institut sorabe, où elle a participé à un projet de recherche sur les effets de l'extraction du charbon dans la région sorabe. Actuellement, elle mène des recherches sociolinguistiques sur les attitudes de la jeunesse allemande à l'égard de la langue sorabe et travaille sur les systèmes éducatifs ay lycée sorabe de Bautzen ainsi que pour le projet SMiLE (Sustaining Minoritized Languages in Europe, financé par Smithsonian Center for Folklife and Cultural Heritage) sur la revitalisation des langages sorabes. Les deux projets sont réalisés avec le prof. Nicole Dołowy-Rybińska.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search