Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Chapitre 1 : Les femmes européenn...Irène Kakhovskaïa et la variante ...

Chapitre 1 : Les femmes européennes et la mémoire culturelle

Irène Kakhovskaïa et la variante ukrainienne du terrorisme

Hélène Menegaldo

Résumé

Irène Kakhovskaïa, militante du Parti socialiste révolutionnaire de gauche (internationaliste), organisa l’attentat qui coûta la vie au feldmarchal Eichhorn, le 30 juillet 1918, à Kiev. Elle passa l’essentiel de sa vie en prison et relégation, sous le régime tsariste puis soviétique. Son destin éclaire celui de l’opposition de gauche et en particulier, du PSR, que tout désignait à la veille de la révolution pour prendre le pouvoir, et interroge sur l’engagement des femmes dans la lutte armée. La confrontation des archives familiales et des écrits d’Irène Kakhovskaïa permet de comprendre l’organisation et le mode de fonctionnement de ces groupes de militants, dont l’un fut l’oncle de l’auteur, et apporte un éclairage sur leur psychologie et leur vécu. C’est aussi un témoignage sur la situation chaotique de l’Ukraine dans les décisives années 1918 et 1919, témoignage qui permet de préciser les liens et rôles respectifs des différents protagonistes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Il ne peut y avoir chez nous que deux partis : l’un au pouvoir, l’autre en prison. Boukharine, Pravda, 28/03/1926, p. 3.

  • 1 Jacques Baynac. Les Socialistes-révolutionnaires de mars 1881 à mars 1917, Paris, 1979 (rééd. En 19 (...)

1Irène Kakhovskaïa n’est pas entrée au Panthéon des « martyrs de la révolution », malgré une biographie impressionnante, et pour cause : elle était une militante du Parti socialiste révolutionnaire de gauche (internationaliste), éradiqué par les bolcheviques dès 1918. De plus, elle fut éclipsée par la personnalité charismatique de Maria Spiridonova, la dirigeante du Parti, qui jouissait d’une popularité extraordinaire, c’était une « idole des militants et des masses », selon le mot de Jacques Baynac1, à la différence de Lénine, dont personne ne connaissait ni l’apparence physique, ni véritablement le programme à la veille d’octobre 17. Dans un contexte historique différent, au lieu de passer l’essentiel de sa vie en prison et relégation, 45 années en tout, Irène Kakhovaskaïa aurait été honorée comme résistante, puisqu’elle organisa l’attentat qui coûta la vie au feldmarchal Eichhorn, le 30 juillet 1918, à Kiev. Le destin de cette activiste intrépide éclaire celui de l’opposition de gauche et en particulier, du PSR, que tout désignait à la veille de la révolution pour prendre le pouvoir, et interroge sur l’engagement des femmes dans la lutte armée tout en éclairant la duplicité et le machiavélisme de Lénine, son non-respect des engagements pris à l’égard de ses alliés, et la misogynie des dirigeants bolcheviques qui n’hésiteront pas, par exemple, à accuser Maria Spiridonova d’hystérie pour la discréditer et l’enfermer dans un « centre de cure » pire qu’une prison ordinaire. D’ailleurs Jdanov demanda plus tard que les manuels scolaires cessent de glorifier ces terroristes dont les exploits auraient pu inspirer d’éventuels opposants au régime stalinien.

  • 2 Ces archives regroupent une masse importante de documents allant de 1720 à nos jours (actes notarié (...)

2Une raison plus personnelle de mon intérêt, c’est la collaboration d’Irène Kakhovskaïa avec les SR kiéviens. L’un de leurs dirigeants était mon oncle, dont la condamnation à mort sous le régime tsariste pour avoir « liquidé » un provocateur fut commuée en emprisonnement puis en déportation à Irkoutsk, d’où il s’enfuit à la faveur de la révolution de février. De retour à Kiev, il est député à la 1ère Douma (dispersée par les bolcheviques), et prépare l’attentat contre le feldmarchal Eichhorn avec, ou parallèlement à, Irène Kakhovskaïa : les différents groupes de combat se faisaient parfois concurrence pour éliminer la cible désignée par le Parti. Les parcours de ces deux militants seront à bien des égards parallèles, mais Serge Pachoutinsky sera fusillé en 1937 à Tachkent pour son appartenance au parti SR-G, alors qu’Irène Kakhovskaïa sera l’une des rares SR à ne pas être fusillée et mourra en 1960, après sa réhabilitation trois ans plus tôt. La confrontation des archives familiales2 et des écrits d’Irène Kakhovskaïa permet de comprendre l’organisation et le mode de fonctionnement de ces groupes d’activistes, et apporte un éclairage sur leur psychologie et leur vécu. C’est aussi un témoignage sur la situation chaotique de l’Ukraine dans les décisives années 1918 et 1919, témoignage qui permet de préciser les liens et rôles respectifs des différents protagonistes, en particulier celui de Iakov Blumkine, l’« assassin de Mirbach », membre du PSR et agent de l’Okhrana. Certaines questions font encore débat, par exemple sur les raisons qui ont poussé Lénine à signer la paix de Brest-Litovsk, ou le rôle de Félix Dzerjinski dans l’organisation de l’attentat contre l’ambassadeur d’Allemagne Mirbach, et la fameuse « révolte des socialistes-révolutionnaires » de Moscou en juillet 1918, orchestrée ou, pour le moins, manipulée par les bolcheviques. Ce qui est sûr en tout cas, c’est que ces événements permirent aux bolcheviques d’éliminer leurs alliés de la veille dans un bain de sang. Évoquer la figure de cette femme hors du commun permettra de revenir brièvement sur certains épisodes de cette confrontation et sur les prises de position du PSR-G, effacé par les vainqueurs de la mémoire collective.

I - Devenir révolutionnaire

Tradition familiale et engagement révolutionnaire 

3Qui donc est Irène Kakhovskaïa ? On connaît son parcours par ses lettres de prison et par son livre, les Mémoires d’une révolutionnaire, document sur le monde intérieur d’une femme résolue au martyre – elle passa toute son existence en prison ou en déportation – qui émut Romain Rolland :

  • 3 Kachowskaja, Irène. Souvenirs d’une révolutionnaire, Paris, 1926, F. Rieder et Cie éd, p. 12.

[…] le récit est d’une valeur humaine (ou inhumaine) saisissante ; c’est un document psychologique de premier ordre. La simplicité absolue du narrateur, ses dons de vision objective si spécifiquement russes, l’incroyable énergie dépensée, s’imposent à l’admiration du lecteur quels que soient ses jugements sur la valeur de l’acte accompli ou projeté3.

4Cet ouvrage, édité à Berlin en 1923 pour alerter l’opinion publique européenne et demander la libération de son auteur, intitulé Souvenirs d’une révolutionnaire, et non, d’une terroriste, sans que l’on sache si le titre est effectivement de l’auteur, comprend deux parties, séparées par un hiatus correspondant au retour d’Irène à Moscou et à sa longue maladie (typhus). La première partie, Souvenirs sur l’attentat contre Eichhorn, retrace la campagne de propagande menée par l’auteure et Boris Donskoï auprès des ouvriers du Donbass puis les péripéties de leur retour en Ukraine après leur participation à Moscou au IIe congrès du Parti, l’élimination d’Eichhorn et ses conséquences. La deuxième partie, L’occupation du Général Denikine, est le récit de l’errance d’Irène et de ses compagnons dans une Ukraine en proie à un chaos total, à la recherche de leur nouvelle victime qu’ils ne parviendront pas à rejoindre.

5Irène Kakhovskaïa, ou Kachowskaja, naît le 15 août 1887 dans la petite ville de Taraschtcha, dans le gouvernement de Kiev. Ses ancêtres étaient des nobles polono-tchèques devenus sujets des tsars après l’annexion de Smolensk au milieu du XVIIe siècle. Elle était la petite-nièce d’une branche collatérale du décembriste Piotr Kakhovski, l’un des cinq pendus du complot contre Nicolas 1er, coupable d’avoir tué sur la Place du Sénat le gouverneur général Miloradovitch et son aide de camp Sturler. Son père était arpenteur, avec le grade de régistrateur de collège, et sa mère institutrice, tous deux sensibles aux idées libérales de l’opposition. Après le décès du père, Irène intègre à St Pétersbourg l’institut Mariinski pour orphelines nobles qu’elle termine avec une médaille d’argent, décernée par l’impératrice Maria Fedorovna, et poursuit à partir de 1903 ses études à l’Institut pédagogique féminin (futur Institut Herzen), section historico-philologique. C’est le « dimanche rouge » du 9 janvier 1905 qui transforme l’étudiante sérieuse et conformiste – elle préparait ce jour-là un exposé sur Le tsar et le peuple – en une fervente révolutionnaire prête à donner sa vie pour la cause, oublieuse d’elle-même à tel point que ses camarades voyaient en elle une sainte réalisant le podvig, l’exploit recherché par tout orthodoxe désireux d’obtenir le salut, davantage qu’une émule de Netchaev.

6S’interrogeant sur l’esprit révolutionnaire russe, Victor Serge écrivait en 1919 :

  • 4 Victor, Serge. Mémoires d’un révolutionnaire, « La foi socialiste », Paris, 2001, R. Laffont, coll. (...)

La foi socialiste, en Russie, s’est développée sur le terrain particulièrement favorable que prépara l’ardente foi chrétienne. La race est religieuse comme la plupart des races jeunes ; la concentration de sa vie intérieure, ses mœurs patriarcales que l’industrialisme n’a pas eu le temps de détruire, contribuèrent à donner au christianisme russe un caractère très social et très moral4.

7Si la référence aux « races jeunes » peut prêter à sourire, l’intuition de V. Serge est juste et rejoint les analyses de Nicolas Berdiaev : l’engagement révolutionnaire est d’essence religieuse. Mais ne peut-on voir là, dans le cas d’Irène Kahovskaïa, poussée à son paroxysme, l’expression parfaite des traditionnelles vertus féminines de dévouement et de sacrifice ?

  • 5 L’expression est de Boris Sokolov, partisan de l’« action directe », l’un des organisateurs de l’at (...)
  • 6 À ses débuts, la direction effective est assurée de Genève par Victor Tchernov, principal théoricie (...)
  • 7 David Shub, Lénine, Paris, 1978, Idées/Gallimard, p. 91.

8En quelques mois, Irène Kakhovskaïa franchit ainsi les étapes qui séparent la koursistka (étudiante) de la militante et, contrairement aux racines profondes de l’engagement révolutionnaire que l’on constate chez les raznotchintsy, il n’y a pas chez elle de révolte contre la famille ou l’éducation religieuse familiale ou celle dispensée dans les bursa, petits séminaires (réservés, il est vrai, aux garçons). Sa rencontre avec Alexandra Kollontaï la convainc de s’engager au Parti bolchevique qu’elle quittera pour la fraction maximaliste du PSR qui pratiquait le terrorisme dans le but de « donner un élan maximal à la marche de l’Histoire5 … » Pourquoi ce choix ? Le PSR naît en 1901 de l’union des groupuscules issus du mouvement populiste, il se dote l’année suivante d’une Organisation de combat (OC)6. À la différence du parti bolchevique, il place au premier plan non la prise du pouvoir, mais la révolution comme libération des peuples et de l’être humain, et se prononce « pour la plus totale liberté de l’esprit à défaut de quoi […] le socialisme conduirait à la caporalisation du genre humain7 », il n’est pas centralisé et laisse une large part à l’initiative individuelle. La devise du PSR, « Par la lutte tu conquerras tes droits », est un appel à l’individu, au militant combattant, et non aux masses. Il n’adopte pas, à l’instar du Parti bolchevique, une théorie totalisante, en l’occurrence le marxisme, susceptible de se fossiliser en marxisme-léninisme et de cautionner à l’avenir une organisation totalitaire de la société post révolutionnaire. Sont absents de sa Weltanschauung, en particulier, le matérialisme dialectique, la conception téléologique de l’Histoire, la dictature du prolétariat et le rôle du Parti comme avant-garde et représentant des intérêts de la classe ouvrière.

  • 8 À ce congrès le parti rappelle que la base de son action est « l’union du prolétariat et des travai (...)

9Les comités locaux du PSR sont présents dans de nombreuses villes de province, formant une toile d’araignée qui couvre tout le pays. Ses militants sont bien implantés dans les campagnes depuis la « plongée dans le peuple » (ils travaillent comme instituteurs, infirmier, comptables) et prônent la coopération et non la collectivisation, mais ne négligent pas pour autant les ouvriers, bien inférieurs en nombre aux paysans et sur lesquels misent les bolcheviques8. Dès 1905, Tchernov, le théoricien du Parti, s’oppose avec force au projet bolchevique d’introduire la lutte des classes dans les campagnes en s’appuyant sur le « prolétariat » rural, privé de terre et de moyens de production. Mais le Parti dénonce aussi la terreur agraire aveugle, contraire à « la reprise révolutionnaire et organisée des terres » et à leur socialisation qui devrait s’appuyer sur l’obschina, la communauté paysanne traditionnelle, ainsi que sur l’expérience du mouvement coopératif.

10Héritier des populistes, mais nourri aussi de Marx, le PSR envisage l’abolition de l’autocratie et la suppression de la propriété capitaliste, son programme prévoit l’instauration d’une république démocratique organisée selon les principes de l’autonomie, du fédéralisme et du droit inconditionnel à l’autodétermination des individus, des masses et des peuples. À la veille de la révolution, le PSR compte près d’un million de membres dont la moitié environ sont des militants ouvriers. Alors que les marxistes rejettent l’assassinat politique, les SR voient dans l’action terroriste un des moyens techniques de la lutte, et non une stratégie, comme les terroristes. Il s’agit de cibler les « criminels », responsables de répressions à l’encontre du peuple ou des opposants : le Parti contrôle l’action et en assume la responsabilité et y renonce quand la situation politique évolue favorablement. La terreur n’est jamais un but en soi, elle ne doit pas se substituer à la lutte révolutionnaire des masses visant à obtenir les libertés politiques, mais la compléter en éveillant les consciences. Les membres de l’OC sont les combattant d’une juste cause, non des assassins.

11Aux yeux des jeunes militants avides de s’engager, il apparaît donc comme un parti de justiciers rétablissant l’équité, punissant les « vrais » criminels, responsables politiques, chefs de gendarmes (responsables de la sûreté intérieure), gouverneurs, et redoutable pour son efficacité. Cet aspect romantique est bien propre à séduire les jeunes imaginations – davantage que l’étude assidue des écrits de Marx ! Aux femmes le militantisme offre l’émancipation et la réalisation de soi. C’est d’ailleurs une femme, Brechko-Brechkovskaïa, la « grand-mère de la révolution », qui procède au recrutement et à la sélection des candidats à l’OC. Les femmes ont un rôle plus actif que chez les bolcheviques, elles sont à égalité pour tuer et pour mourir.

  • 9 Natalia Klimova (1885-1918). Sa lettre figure en première page de La Fleur rouge, op. cit. Elle s’é (...)

12En 1906, pendant que ses camarades maximalistes font exploser la villa de Stolypine, provoquant 32 morts et 22 blessés, Irène porte la bonne parole aux paysans de la région de Samara. Absente de Saint-Pétersbourg, elle n’est donc pas inquiétée par la gendarmerie (sûreté intérieure) mais sera arrêtée l’année suivante pour détention de faux passeports et de brochures révolutionnaires, jugée et condamnée à vingt ans de travaux forcés (peine commuée à quinze ans). Elle est d’abord emprisonnée à Moscou à la prison pour d’étape pour femmes de Novinsk, où Natacha Klimova9 occupe la cellule voisine. Klimova, activiste maximaliste, est l’auteur d’une bouleversante Lettre d’une condamnée, écrite à la veille de son exécution, commuée en peine de bagne, et publiée en août 1908 dans la revue Obrazovanie [Éducation]. Après une grève de la faim pour obtenir le droit d’avoir des livres, les détenues politiques sont toutes regroupées dans une même cellule. À l’exemple des illustres femmes révolutionnaires qui les avaient précédées, Maria Vetrova, Vera Zassoulitch (1849-1919), Vera Figner (1852-1942), Irène Kakhovaskaïa et ses camarades recréent en prison, dès qu’elles ne sont plus en cellule d’isolement, une sorte de phalanstère féminin, une « sororité », étudient l’histoire ou les langues, écrivent, composent des vers : « la forteresse de Schlüsselbourg se transforma en Parnasse », témoigne Vera Figner, poète, publiciste et essayiste Mais aussi en incubateur d’idées où s’élabore la plateforme politique que ces femmes présenteront à leur libération.

  • 10 Akatouï : cette prison à l’intérieur du bagne situé près des mines du même nom, à 625 km de Tchita, (...)

13Enchaînée avec d’autres prisonnières, Irène Kakhovskaïa est envoyée par étapes, c’est-à-dire à pied, sous bonne garde, jusqu’au bagne de Nertchinsk, à la prison de Maltsevskaïa où elle retrouve M. Spiridonova, N. Terentieva, Nastia Bitsenko, Sania Izmaïlovitch. Suite à un renforcement du régime pénitentiaire, on les transfère en 1911 à la prison d’Akatouï10, destinée aux hommes mais qui accueille quelques femmes considérées comme particulièrement dangereuses. Ces détenues aux sensibilités politiques différentes (maximalistes, SR- G, anarchistes…), unies par des épreuves communes, nouent des amitiés qui résisteront au temps. Elles seront libérées par la révolution de février 1917.

Construire la Russie nouvelle

  • 11 Irène Kakhovsakaïa est déléguée du présidium du 3e Congrès SR de la région (oblast’) de Transbaïkal (...)
  • 12 Scission organisée avec l’aide de Sabline ; le PSR-G sera exclu du PSR le 30/11/1917.
  • 13 Ju. G. Fel’štinskij. Bol’ševiki i levye èsery, oktjabr’1917-ijul’ 1918 [Les bolcheviques et les SR (...)

14Le 31 mai 1917, le Congrès Panrusse du PSR acclame quatre camarades « à l’héroïque et lumineuse personnalité » qui, à peine sorties du bagne, rejoignent ses rangs pour « construire la Russie nouvelle » : Maria Spiridonova, qui connaît un véritable triomphe, Alexandra Bitsenko, Nadejda Terentieva, Irène Kakhovskaïa11. Mais ce « quatuor » de femmes aguerries par le bagne et très déterminées sur le plan politique, provoque une scission à l’intérieur du Parti et la formation d’une fraction indépendante, le PSR-G, dont Maria Spiridonova prend la direction et qui décide le recours au terrorisme international12. Au lendemain d’octobre, les SR-G s’allient aux bolcheviques, voyant en eux leurs alliés naturels pour former un gouvernement réalisant l’union des représentants de la paysannerie à ceux du prolétariat ouvrier. Ce en quoi ils font preuve d’une grande naïveté, car pour les bolcheviques il ne s’agit que d’un compromis temporaire, nécessaire pour asseoir leur pouvoir en s’appropriant la popularité du « parti frère » auprès de la paysannerie, d’où l’adoption, dans son intégralité, du programme agraire des SR-G. Au IIe Congrès des députés ouvriers et soldats qui proclame le pouvoir soviétique et adopte les décrets sur la paix et la terre, Irène Kakhovskaïa est la seule femme à siéger au Présidium aux côtés de Lénine. Le 9 décembre 1917, les PSR-G entrent au Sovnarkom et prennent l’engagement d’appliquer la politique des soviets, ce qu’ils feront scrupuleusement. Le déroulement ultérieur de cette collaboration est tout entier dans la définition que Lénine donne du pouvoir : « tout pouvoir implique la coercition et non le compromis13 ». À la terreur ciblée des SR le parti de Lénine opposera la terreur de classe et de masse :

  • 14 Latsis, l’un des dirigeants de la Tchéka panrusse, novembre 1918. On peut multiplier les citations (...)

Quand vous menez une enquête, ne cherchez pas de preuve établissant que l’accusé aurait agi contre le pouvoir soviétique, verbalement ou par un acte quelconque. La première question que vous avez à lui poser doit concerner la classe à laquelle il appartient, son origine sociale, son instruction, sa profession. Et ce sont ces questions qui doivent décider de son sort. Tels sont le sens et la réalité de la Terreur rouge14.

  • 15 Yakov Gordine, Des Voix dans les ténèbres, Joseph Brodsky et ses interlocuteurs, Monaco, 2004, Anat (...)

15La désillusion ne se fera pas attendre : la Constituante, si longtemps souhaitée par l’intelligentsia comme par le peuple, est dispersée dans la nuit du 5 au 6 janvier 1918, la manifestation pacifique organisée la veille en son honneur par les ouvriers et employés de Petrograd avait été reçue par des tirs sans sommation, sur ordre du « pouvoir des travailleurs15« : la fusillade du 5 janvier est dès lors associée à celle du 9 janvier 1905, et les « autocrates de Smolny » à ceux de l’ancien régime. Et la brève collaboration du Parti de Maria Spiridonova avec celui de Lénine suffira à discréditer le premier.

  • 16 En juin, les mencheviks et SR de droite sont chassés du Comité exécutif central des Soviets.

16Lénine, cependant, panique devant la menace allemande de reprendre la guerre contre la Russie soviétique – on sait qu’à cette date, l’armée allemande n’est plus en mesure de mener une guerre offensive sur les deux fronts à la fois – et il impose la signature de la paix à ses collaborateurs récalcitrants. Maria Spiridonova, sensible à la situation des masses paysannes maintenues sous les drapeaux, épuisées par cette guerre qui n’en finit pas, approuve, dans un premier temps, la décision de Lénine. Irène Kakhovskaïa milite pour une « guerre révolutionnaire avec l’Allemagne » : il s’agit de mettre fin à l’impérialisme qui asservit les populations, le PSR-G est internationaliste ! Le traité signé à Brest-Litovsk le 3 mars 1918 est un véritable traumatisme qui va entraîner une coupure irrémédiable entre les bolcheviques et les autres partis révolutionnaires, partisans d’une guerre de libération de tous les peuples opprimés, et les autres partis d’opposition qui dénoncent une paix honteuse. Le slogan « À bas les bolcheviques ! Sauvez la patrie et la révolution ! « apparaît alors, et si des attentats, en particulier contre Lénine, sont déjà envisagés, le PSR-G reste dans l’expectative jusqu’au mois de juin, craignant d’œuvrer pour la contre-révolution16. Cependant, ses membres avaient quitté le Conseil des Commissaires du peuple en signe de protestation et si leur organisation était encore tolérée, leurs relations avec leurs alliés bolcheviques ne cessaient de se dégrader.

Réaliser l’Acte, c’est se réaliser

  • 17 Cette action, coordonnée avec le CC du Parti pour l’Ukraine, est approuvée ensuite par le Comité du (...)
  • 18 Le gouvernement de la République Nationale ukrainienne indépendante (UNR) avait demandé l’aide mili (...)
  • 19 Cf. par ex. Alexandra Kollontaï et le marin Dybenko.

17Le IIe congrès du Parti décide le recours au terrorisme international. Le texte du protocole de la réunion du 24 juin 1918 expose le programme de sabotages et d’interventions armées en Ukraine contre l’impérialisme allemand, et non contre le parti bolchevique, et ne mentionne pas explicitement Mirbach, l’ambassadeur d’Allemagne à Moscou. Depuis le mois d’avril, Kakhovskaïa est membre du PSR-G et dirige l’Organisation de combat. Elle est mandatée pour réaliser l’« acte n°1 », l’assassinat du feldmarshal Eichhorn17, que doit suivre celui de l’hetman Skoropadski, la marionnette installée le 28 avril 1918 par l’occupant à la tête de l’Ukraine18. Elle s’adjoint le militant Smolianski et un jeune marin de la Baltique, âgé de 24 ans, fils de paysan, Tolstoïen, et impatient de donner sa vie à la cause : Boris Donskoï. Le code moral des militants, très rigoureux, exige l’abstinence sexuelle, la chasteté, toute l’énergie étant réservée à la révolution : « Le révolutionnaire est un homme sacrifié, il n’a ni famille, ni patrie », lit-on dans le Catéchisme du révolutionnaire écrit en 1868 par Bakounine, le père de l’anarchisme, et Netchaïev, jeune nihiliste qui fut le prototype et le maître spirituel de Lénine. « Tout en lui est absorbé par un seul intérêt, une seule pensée, une seule passion – la Révolution. » Mais l’Éros ailé, chanté par Alexandra Kollontaï – et que Lénine mettra rapidement en cage – est encore libre. C’est le coup de foudre entre Donskoï et Kakhovsakïa, plus âgée que lui de neuf ans. L’équipée ukrainienne sera leur voyage de noces…On observe d’ailleurs de fréquentes unions (libres) entre des activistes issues de l’intelligentsia ou de la noblesse et des hommes du peuple, des mésalliances motivées parfois par l’amour mais le plus souvent par un sentiment de culpabilité à l’égard des travailleurs manuels, une imposition à racheter une dette morale, le schéma de Résurrection de Tolstoï en genres inversés : prémisses qui mènent à l’échec, constate Iossif Guessen qui a pu observer ce genre de couples pendant son exil19.

  • 20 Irène Kakhovskaïa, op. cit. , p. 43.
  • 21 Petlioura fut accueilli triomphalement par la population à sa descente de train, en compagnie de l’ (...)
  • 22 Les troupes de Petlioura firent 10 000 prisonniers, dont 500 officiers, et dès la première nuit, 16 (...)
  • 23 Il faudrait revenir sur les motivations de Blumkine qui en fait fuit Moscou après son implication d (...)

18Le groupe quitte Moscou à la fin du mois de mai, « muni d’explosifs, d’armes, d’argent et d’un cachet pour faux passeports20 » . Les conjurés portent la dynamite à même le corps. Le trajet jusqu’à Kiev, avec passage illégal de la frontière, était une entreprise suicidaire : les trains étaient à la merci de diverses bandes, les voyageurs étaient fouillés et interrogés par les soldats rouges, puis allemands. Sur place, ils sont accueillis par l’organisation locale. Boris Donskoï accomplit l’attentat projeté le 30 juillet, sa bombe arrache une jambe à Eichhorn qui meurt quelques jours plus tard, Donskoï est arrêté, atrocement torturé et pendu le 10 août. Irène, arrêtée peu après est également torturée et condamnée à mort, mais on ne peut pendre une femme sans l’approbation du Kaiser, et fin novembre, le Kaiser (Guillaume II) abdique et l’armée d’occupation prend bientôt le chemin du retour, emmenant dans ses bagages Skoropadski, la seconde victime désignée. Dans son livre, Irène mentionne l’arrestation de S. (Serge P.), dont la police cherche à établir la complicité avec le groupe de Moscou, et qui sera finalement libéré, faute de preuves : même sous la torture, elle refuse de nommer « les innombrables accointances dans la ville » recherchées. Elle assiste de sa prison à l’entrée dans la ville des troupes de Petlioura21, dont la présence entre le 16 décembre 1918 et la nuit du 2 au 3 février 1919, est marquée par des exécutions sommaires de communistes et de Juifs22. Son amie Terentieva et Iakov Blumkine23 viennent à Kiev pour la délivrer, mais c’est finalement sur l’intervention du Congrès général des Paysans et travailleurs d’Ukraine qu’elle retrouve la liberté le 24 janvier 1919. Puis c’est l’occupation bolchevique et Irène rejoint Moscou pour préparer l’attentat contre Koltchak et Denikine. La Tcheka, bien entendu, est au courant de ses activités et projets, dont elle se félicite.

II – Sauver l’Ukraine

Sang pour sang

  • 24 Ces deux citations sont empruntées à Jacques Baynac, Les Socialistes-révolutionnaires de mars 1881 (...)

19Dans une lettre à Nadejda Terentieva, l’une des activistes du Parti des maximalistes et participante à l’attentat contre la villa de Stolypine sur l’île Aptekarskaïa, IK confesse les tourments causés par le meurtre de Eichhorn et de son adjudant, dont les visages la hantent, et par la mort de Boris Donskoï, « cette belle et précieuse vie, anéantie ». Elle reconnaît que l’incarcération et les tortures subies l’ont seules empêchée de s’effondrer et assume la totale responsabilité morale de l’échec du deuxième attentat projeté, visant Skoropadski. « Mon Dieu, qu’ai-je fait », s’interroge-t-elle, « quelle terroriste suis-je donc ! » et se compare au Smerdiakov de Dostoïevski : La référence à l’auteur des Possédés est omniprésente chez nombre de terroristes. On le voit, la culpabilité est à multiples facettes : elle concerne le meurtre lui-même, les « dommages collatéraux », la disparition de l’être aimé, et aussi sa faute vis-à-vis du Parti : l’héroïne du fait divers sanglant ne correspond pas à l’image idéale de la terroriste. Par ses souffrances et sa mort, Boris Donskoï voulait rendre « évidentes la justice et la sainteté de son Idée », mais aussi racheter le meurtre, dont il ressentait la nécessité comme tragique. Avant d’être pendu à l’âge de 24 ans, il écrit à sa mère : » Bénis-moi, mère, et ne me plains pas, je suis heureux comme si je voyais le ciel. » Dans cet attrait pour la mort, affirmé par de nombreux terroristes, ne peut-on voir un écho de l’atmosphère fin de siècle illustrée par les poètes et écrivains décadents qui célébraient le culte de la mort, encourageant une vague de suicides. « Depuis longtemps, mon rêve était de finir sur l’échafaud », écrit Trauberg, le dernier chef de l’Organisation de combat du PSR. Kaliaev, qui a exécuté le grand-duc Serge, écrit à sa mère (comme tous les condamnés à mort) : » […] Tout ce que la vie m’a donné, je l’ai gardé pour mon triomphe final dans la mort24. » 

  • 25 Sergueï Melgounov, La Terreur rouge en Russie (1919-1924), traduit du russe par Wilfrid Lerat, Genè (...)

20L’emprisonnement d’Irène lui aura évité d’être impliquée dans les événements qui s’étaient déroulés à Moscou au début de l’été 1918, et qui seront décisifs pour justifier la « dictature du prolétariat », le recours massif à la terreur et la mise en place d’un régime de type totalitaire : Lénine déclare : « Que 90% du peuple russe périssent, pourvu que 10% vivent jusqu’à la révolution mondiale25« .

21Le 5 juillet, le 5e Congrès des soviets se réunit à Moscou, au Bolchoï. Les SR-G demandent la suppression de la peine de mort, l’annulation de l’accord de Brest-Litovsk, dénoncent le rapprochement avec l’Allemagne et l’abandon de « l’Ukraine martyre et trahie », accusent les « usurpateurs bolcheviks de piller les campagnes » et de « ruiner les paysans ». Lénine rétorque :

  • 26 Ces débats sont rapportés par Victor Serge, L’An I de la révolution russe - II, Paris, 1971, Franço (...)

La guerre civile est nécessaire au socialisme, les partis ne doivent pas se placer au point de vue de l’individu affamé, mais à celui du socialisme. Les socialistes-révolutionnaires de gauche dressent les paysans contre nous : guerre impitoyable aux socialistes qui nous lâchent […]. Nous ne reculerons devant aucune lutte26

  • 27 Irène Kakhovskaïa, d’ascendance polonaise, adhère-t-elle véritablement à cette volonté de libérer l (...)
  • 28 Blumkine sera amnistié par Dzerjinsky (par le Vtsik) le 16 mai 1919.

22Maria Spiridonova, qui appelle à « sauver l’Ukraine », est décrétée hystérique et folle27. Le lendemain, 6 juillet, le comte Mirbach, premier ambassadeur d’Allemagne à Moscou, est assassiné par Iakov Blumkine, membre du Parti et tchékiste, très certainement avec l’aval de Dzerjinsky28 qui souhaitait la reprise de la guerre afin de libérer son pays, la Pologne, du joug impérialiste. « L’insurrection » des SR-G à Moscou, en fait une manifestation de protestation contre les persécutions dont ils sont l’objet et qui se déclenche à l’insu des dirigeants qui siègent au Bolchoï, est suivie d’arrestations et d’exécutions sommaires : Peters, vice-président de la Tchéka, déclarait : « nous n’avons pas le temps de faire des procès, nous procédons aux exécutions sur place. » 

23Armé de la doctrine marxiste qui lui indique la marche de l’histoire, légitime sa tactique et lui confère un sentiment d’infaillibilité, Lénine recourt sans état d’âme à la répression, mais il est peut-être une autre motivation, plus secrète, à son acharnement contre les SR-G. En effet, son frère, Alexandre Oulianov, membre de la section terroriste de la Narodnaïa Volia, dont l’héritier sera le PSR, formée par un groupe de l’intelligentsia pétersbourgeoise, fut pendu le 8 mai 1887. Cet évènement dictera à Lénine le choix d’une tactique différente et nourrira, peut-on croire, un désir secret de vengeance contre les SR.

  • 29 Anarchiste terroriste, arrêtée à Kiev en 1906, Fanny Kaplan était devenue SR au bagne d’Akatouï où (...)
  • 30 David Shub, Lénine, op. cit., p. 9, cit. de l’organe hebdomadaire de la Tchéka, Ieženedielnik Ve-Tc (...)
  • 31 Le verdict de son procès fin 1918 ordonne de l’isoler de la société et de la placer en « sanatorium (...)

24Dans la nuit du 16 au 17 juillet, le tsar Nicolas II est assassiné avec toute sa famille. Le 30 juillet le jeune poète Kanneguisser, ami de Anna Akhmatova, abat Ouritski, le chef de la Tcheka de Petrograd. Il n’appartient pas au PSR et agit contre l’arbitraire du pouvoir et pour la liberté de la création littéraire. Le même jour Fanny Kaplan, une ancienne anarchiste29, tire sur Lénine qu’elle considère comme traitre au socialisme, et Boris Savinkov, le terroriste écrivain, qui avait créé la plus puissante organisation illégale antibolchevique, L’Union pour la défense de la patrie et de la liberté, déclenche des soulèvements contre le nouveau pouvoir à Iaroslav, Rybinsk et Mourom. La simultanéité de ces attentats est le fruit du hasard, mais les autorités les attribuent au PSR-G contre lesquels se déchaîne une répression sauvage qui n’épargne pas non plus les intelligents et autres bourgeois : « Assez de sentimentalité et d’indulgence. Arrêtez tous les SR de gauche repérés par vos services. Prenez des otages parmi les bourgeois et les officiers…30 ». Maria Spiridonova, emprisonnée puis relâchée31, sera définitivement mise hors-jeu, enfermée dans des conditions inhumaines puis déportée à Tachkent avant d’être fusillée en 1941. Le décret sur la Terreur rouge sera publié par les Commissaires du peuple Kourski et Petrovski le 5 septembre. De retour à Moscou, Irène découvre son Parti hors la loi et la plupart de ses membres emprisonnés. De sa retraite clandestine, elle écrit une lettre au Président du tribunal révolutionnaire, affirmant que seule « la suppression de votre dictature et le transfert du pouvoir aux Soviets librement élus peuvent sauver la Révolution. Toute l’Ukraine vous déteste à l’heure actuelle » et affirme sa loyauté à son Parti et sa volonté de se battre. 

Chasse à l’homme en Ukraine, 1919 : Denikine, nouvelle cible 

  • 32 De bor’ba, le combat, en russe. C’est aussi le nom du journal du CC de ce parti qui représente l’ai (...)

25Au début de l’année 1919, le Comité central du PSR-G propose de combattre les Blancs par tous les moyens en recourant à des actes de terrorisme individuel et décide d’essaimer une partie des membres de l’Organisation de Combat sur les lieux d’étape de Koltchak et de Denikine, dont l’occupation dure d’août 1919 à janvier 1920. Irène Kakhovskaïa met sur pied un groupe de combat de six personnes, dont trois, y compris elle-même, sont arrêtés à la mi-mai. Ils sont libérés sur les instances de Lénine, qui comprend tout l’intérêt de leur projet, contre la promesse de revenir se constituer prisonniers au cas, fort improbable, où ils resteraient en vie. Les conjurés retrouvent Kiev le 10 août 1919, jour anniversaire de l’exécution de Boris Donskoï, remarque Irène, au moment où Denikine « à marches forcées se dirigeait vers Kiev », en même temps que Petlioura : l’arrivée simultanée des deux armées entraine le départ des bolcheviques. Le groupe de Moscou, sur les conseils de Serge P., s’est associé aux SR-G borbistes32 pour former une organisation de combat commune. Iakov Blumkine est à Kiev depuis le mois de juin, « pour organiser un attentat à l’arrière de l’armée de Koltchak », non pour le compte des SR-G, mais à la demande du CC de la Vétchéka. En effet, dans sa « Brève biographie », écrite le 2 novembre 1929, la veille de sa condamnation à mort, l’aventurier avoue avoir été un SR-G à l’âge de 17 ans, s’attribue le mérite de l’assassinat de Mirbach et affirme être venu de sa propre initiative à la Tchéka de Kiev, « chez Latsis et Sorine », ayant reconnu la justesse de la ligne du parti bolchevique. Expédié à Moscou chez Dzerjinsky qui l’amnistie, de retour à Kiev où le couple Mandelstam le verra caracoler en direction de la Tcheka (il avait menacé le poète de mort), il est à son tour condamné à mort pour trahison par le PSR borbiste (de Kiev), l’exécution étant confiée au groupe dirigé par Serge P., qui malgré trois tentatives et les blessures qu’il lui inflige, échoue à supprimer sa cible. Blumkine disculpe le CC du PSR-G de cet attentat, rappelant qu’Irène Kakhovaskaïa était venue elle-même s’en expliquer avec lui (ce qu’elle ne mentionne pas dans son livre, qui reste étonnamment muet sur le « renégat »). Celui-ci rejoint la 13e armée (bolchevique) sur le Front sud, « pour organiser des attaques à l’arrière de Denikine », doublant ainsi le groupe d’Irène Kakhovakaïa et l’initiative de Serge P., qui se rend à Odessa pour exécuter Anton Denikine – qui habitait, avant-guerre, à quelques pas de la famille Pachoutinsky – mais un changement de programme de son « ancien voisin » déjoue ses plans.

26Ainsi, trois activistes déterminés sont aux trousses du général blanc dans une Ukraine en proie à la guerre civile et à l’intervention étrangère. Irène et ses camarades rejoignent finalement leur cible à Rostov-sur-le Don où tout le groupe tombe malade du typhus. Se cachant sous de fausses identités, dans des conditions épouvantables, ils survivent jusqu’à la prise la ville par les bolcheviques en janvier 1920. A peine remise, Irène entreprend de ressusciter l’organisation locale de son parti, mais informée des menaces qui pèsent sur les SR-G, elle rejoint Karkhov, puis Moscou, par fidélité à la parole donnée à Lénine. Elle participe début 1921 à la conférence illégale du Parti, est arrêtée lors du soulèvement de Krondstadt et reléguée à Kalouga. Suit une nouvelle arrestation, sur l’accusation d’avoir recréé une organisation illégale de son parti et une relégation à Samarkand (1925-1928), malgré la campagne organisée à Paris par le comité Spiridonova-Kakhovskaïa. Ensuite – Tachkent,puis Oufa. En 1937, elle est à nouveau emprisonnée puis envoyée au Goulag dans la région de Krasnoïarsk où, pendant dix ans, elle est astreinte aux travaux forestiers et agricoles. Elle ne retrouva définitivement sa liberté qu’en 1955. Au cours de ces quarante-cinq années de privation de liberté, Irène aura rencontré ses anciens camarades de Parti dont peu survivront aux vagues successives de répression. Les dernières années de sa vie furent adoucies par la présence de Maria Iakovleva, une poétesse rencontrée au bagne et condamnée pour avoir correspondu avec… Romain Rolland.

  • 33 Cf. L’Épée rouge du 18 août 1918 publiée à Kiev : « Nous avons créé une nouvelle morale […]. Tout n (...)

27L’attachement de ses membres à des valeurs éthiques, « petites bourgeoises » et dépassées aux yeux des bolcheviques qui vont mettre en pratique leur « nouvelle morale33 », est l’une des causes profondes de l’échec du Parti. Les bolcheviques n’ont plus besoin du PSR-G, qui a accompli à leur yeux sa « mission historique », ils vont désormais imposer leur loi à un pays tout entier par le recours à la terreur et rattacher de force la « Petite Russie » à la Russie soviétique. Pour les années 1918-1926, le bilan de la Terreur Rouge s’élève à dix millions de morts prématurées. De l'aveu même de Latsis, 3456 personnes ont été fusillées sur ordre de la Tcheka, soit 9641, en deux années (1918-1010), dont 7068 contre-révolutionnaires. En 1919, d'après la Croix-Rouge, 3000 personnes furent exécutées rien qu'à Kiev. Et les statistiques officielles ne sont évidemment pas fiables !

  • 34 Bryan Boyd, Nabokov, I. Les Années russes, Paris, 1992, NRF/Biographies, Gallimard. Notes de confér (...)

28Le mot de la fin sera pour Nabokov : « La Russie a toujours été un pays curieusement déplaisant malgré sa grande littérature. Malheureusement, les Russes ont complètement perdu aujourd'hui leur talent de tuer les tyrans34. »

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie sélective

En français

Baynac, Jacques. Les Socialistes-révolutionnaires de mars 1881 à mars 1917, Paris, 1979 (rééd. 1992), Robert Laffont.

Kachowskaja, Irène. Souvenirs d’une révolutionnaire, Paris, F. Rieder et Cie éd, 1926.

Kovalevskaïa, Sophie, Une nihiliste, trad. et présentation Michel Niqueux, Phébus, Paris, 2004.

Mabillard, Maud. La Fleur rouge, Natacha Klimova et les maximalistes russes, Lausanne, 2005, Noir/Blanc.

Némirovsky Irène. L’affaire Courilof, roman, Le livre moderne illustré, Grasset, 1933.

Rolland, Jacques-Francis. L’homme qui défia Lénine : Boris Savinkov, Paris, Grasset, 1989.

Savinkov, Boris. Ce qui ne fut pas, trad. J.W. Bienstock, Paris, Payot, 1921(rééd.1985, éd. 13 bis).

Victor, Serge. Mémoires d’un révolutionnaire, « La foi socialiste », Paris, 2001, R. Laffont, coll. Bouquins.

En russe

Fel’štinskij, Ju.G. Bol’ševiki i levye èsery, oktjabr’ 1917-ijul’1918 [Les bolcheviques et les SR de gauche, octobre 1917-juillet 1918], Paris, Ymca-Press, 1985.

Geifman, A. Révoljucionnyj terror v Rossii. 1894-1917, [La terreur révolutionnaire en Russie], https://royallib.com/book/geyfman_anna/revolyutsionniy_terror_v_rossii_1894_1917.html, consulté le 15.06.2017.

Leont’ev, Jaroslav. Levoéserovskoe dvienie : organizacionnye formy i mexanizmy funcionirovanija [Le mouvement des SR de gauche : formes d’organisation et mécanismes de fonctionnement], thèse de doctorat, Université de Moscou, 2009, sur dissertCat, bibliothèque électronique des thèses. Voir également autres articles de l’auteur.

Maximov, G., « Sud nad Bliumkinym » [Le procès de Blumkine], Minuvšee n°11, p. 377-384.

Mešerjakov, Ju., Rybakov A. « Novyié dokymenty k biografii Marii Aleksandrovny Spiridonovoj (1884-1941) », Neizvestnaja Rossija n°2 (La Russie inconnue n°2), Moscou, 1992, p. 9-56.

Ropšin V. (Savinkov B.). Kon’ blednyj [Le cheval blême], Munich, éd. Neimanis, 1974.

Savinkov, Boris. Vospominanja terrorista [Souvenirs d’un terroriste], Moscou, Vagrius, 2006.

Spiridovitch, Alexandre, Général. « Pri carskom régime » [sous le tsarisme], Berlin, Archives de la révolution russe n°15, éd. Iossif Guessen, 1924.

Haut de page

Notes

1 Jacques Baynac. Les Socialistes-révolutionnaires de mars 1881 à mars 1917, Paris, 1979 (rééd. En 1992), Robert Laffont.

2 Ces archives regroupent une masse importante de documents allant de 1720 à nos jours (actes notariés, décrets officiels, certificats de baptême, de mariage, de décès, bilans de carrières, correspondances, photos…) ainsi que le dossier du procès de Kharkov de 1922.Elles ont été rassemblées à Kiev par Georges Pachoutinsky (1947-1998) avec le concours de l’archiviste Anton Valdine et complétées par les membres de la famille dispersée à travers le monde et par l’auteur de cet article.

3 Kachowskaja, Irène. Souvenirs d’une révolutionnaire, Paris, 1926, F. Rieder et Cie éd, p. 12.

4 Victor, Serge. Mémoires d’un révolutionnaire, « La foi socialiste », Paris, 2001, R. Laffont, coll. Bouquins, p. 60.

5 L’expression est de Boris Sokolov, partisan de l’« action directe », l’un des organisateurs de l’attentat contre la villa du 1er ministre Stolypine, in Maud Mabillard, La Fleur rouge, Natacha Klimova et les maximalistes russes, Lausanne, 2005, Noir/Blanc, p. 95. Les maximalistes, issus de la scission du PSR après son 1er congrès qui se réunit du 29/12/1905 au 3/01/1906 à Imatra en Finlande afin de préciser et de diffuser son programme, voulaient le passage immédiat à la République des travailleurs. Ils organisent des attentats et des expropriations.

6 À ses débuts, la direction effective est assurée de Genève par Victor Tchernov, principal théoricien et leader politique du Parti, et par Mikhaïl Gotz et Gregori Guerchouni ; en Russie, elle est confiée au groupe de Saratov, dirigé par Ekaterina Brechko-Brechkovskaïa. Le parti recevra des fonds considérables des États-Unis, suite à la tournée triomphale qu’y fit la « grand-mère de la révolution » en 1904-1905, complétés par des dons de mécènes et sympathisants et si nécessaire, par des « expropriations ».

7 David Shub, Lénine, Paris, 1978, Idées/Gallimard, p. 91.

8 À ce congrès le parti rappelle que la base de son action est « l’union du prolétariat et des travailleurs paysans en une classe travailleuse unique », J. Baynac, op. cit., p. 137.

9 Natalia Klimova (1885-1918). Sa lettre figure en première page de La Fleur rouge, op. cit. Elle s’évada de la prison des Boutyrki avec douze autres détenues, rejoignit Harbin puis Paris. Elle se maria et après le départ de son mari pour la Russie en 1917, mourut de la grippe espagnole, laissant deux filles. L’aînée, Katia Stoliarova, fut une héroïne de la Résistance, la cadette, Natalia Stoliarova, muse du poète Boris Poplavski, rejoignit en 1935 l’URSS où l’attendaient de longues années de goulag. Devenue secrétaire d’Ehrenbourg, elle fit passer en Occident l’Archipel du Goulag de Soljenitsyne.

10 Akatouï : cette prison à l’intérieur du bagne situé près des mines du même nom, à 625 km de Tchita, au régime particulièrement sévère, fonctionne de 1832 à 1917. Au XIXe siècle elle accueille des décembristes, des insurgés polonais, puis des populistes (1870-1880).

11 Irène Kakhovsakaïa est déléguée du présidium du 3e Congrès SR de la région (oblast’) de Transbaïkalie, ou Daourie, dont la capitale était Tchita.

12 Scission organisée avec l’aide de Sabline ; le PSR-G sera exclu du PSR le 30/11/1917.

13 Ju. G. Fel’štinskij. Bol’ševiki i levye èsery, oktjabr’1917-ijul’ 1918 [Les bolcheviques et les SR de gauche, octobre 19817-juillet 1918], Paris, 1985, YMCA-Press, p. 34 et 35.

14 Latsis, l’un des dirigeants de la Tchéka panrusse, novembre 1918. On peut multiplier les citations de Latsis ; en juin : « nous sommes pour la terreur organisée. »

15 Yakov Gordine, Des Voix dans les ténèbres, Joseph Brodsky et ses interlocuteurs, Monaco, 2004, Anatolia éd. du Rocher, p. 97, où est cité un témoignage publié dans La Vie nouvelle de Gorki : « Un groupe d’ouvriers de Petrograd déposa sur la tombe des victimes du 5 janvier enterrées au cimetière Preobrajenski, à côté de celles du 9 janvier, une couronne avec l’inscription : "Aux victimes de l’arbitraire des autocrates de Smolny". »

16 En juin, les mencheviks et SR de droite sont chassés du Comité exécutif central des Soviets.

17 Cette action, coordonnée avec le CC du Parti pour l’Ukraine, est approuvée ensuite par le Comité du PSR-G se trouvant à Odessa, base importante du Parti dans la forte communauté juive. Le Parti Ukrainien des Socialistes Révolutionnaires (PUSR) est actif depuis 1905, Kiev est la base arrière de Boris Savinkov et d’autres terroristes.

18 Le gouvernement de la République Nationale ukrainienne indépendante (UNR) avait demandé l’aide militaire de l’Allemagne pour protéger son territoire contre les bolcheviques. Les forces allemandes pénètrent en Ukraine le 18/02/1918, rétablissent l’ordre dans les villes et les chemins de fer, mais les paysans résistent aux réquisitions et la répression est sanglante.

19 Cf. par ex. Alexandra Kollontaï et le marin Dybenko.

20 Irène Kakhovskaïa, op. cit. , p. 43.

21 Petlioura fut accueilli triomphalement par la population à sa descente de train, en compagnie de l’écrivain Vinnitchenko, quelques jours après l’entrée de ses troupes en ville.

22 Les troupes de Petlioura firent 10 000 prisonniers, dont 500 officiers, et dès la première nuit, 163 corps d’officiers torturés furent regroupés au Théâtre d’Anatomie.

23 Il faudrait revenir sur les motivations de Blumkine qui en fait fuit Moscou après son implication dans l’attentat contre Mirbach et intègre à Kiev un des groupes clandestins de SR-G luttant contre l’occupant allemand. Il déclare à son procès (fin juin- début juillet 1919) qu’il devait liquider Skoropadski. Nicolas Andreev, son complice, qui avait effectivement tué Mirbach, trouvera aussi refuge à Kiev où il mourra du typhus en 1919, et Blumkine restera dans l’histoire comme l’« assassin de Mirbach ». À Kiev Blumkine rejoint la Tchéka.

24 Ces deux citations sont empruntées à Jacques Baynac, Les Socialistes-révolutionnaires de mars 1881 à mars 1917, op. cit., p. 69 et 70.

25 Sergueï Melgounov, La Terreur rouge en Russie (1919-1924), traduit du russe par Wilfrid Lerat, Genève, 2019, éd. Des Syrtes, p. 79.

26 Ces débats sont rapportés par Victor Serge, L’An I de la révolution russe - II, Paris, 1971, François Maspero, Petite collection Maspero, p. 62. L’écrivain anarchiste trouve les réponses de Lénine « pleines de bons sens ».

27 Irène Kakhovskaïa, d’ascendance polonaise, adhère-t-elle véritablement à cette volonté de libérer l’Ukraine de l’emprise allemande et de lui accorder l’indépendance ? En tout cas, l’acceptation de sa mission semble le prouver et sa lettre ouverte au Président du tribunal révolutionnaire (cf. page suivante) témoigne d’une empathie pour les souffrances du peuple ukrainien.

28 Blumkine sera amnistié par Dzerjinsky (par le Vtsik) le 16 mai 1919.

29 Anarchiste terroriste, arrêtée à Kiev en 1906, Fanny Kaplan était devenue SR au bagne d’Akatouï où elle avait passé dix ans. Elle fut assassinée dans sa cellule 3 jours après son arrestation. Kanneguisser fut atrocement torturé et fusillé.

30 David Shub, Lénine, op. cit., p. 9, cit. de l’organe hebdomadaire de la Tchéka, Ieženedielnik Ve-Tche-Ka (Moscou), 1918, I.

31 Le verdict de son procès fin 1918 ordonne de l’isoler de la société et de la placer en « sanatorium » (une chambre dans la caserne des gardes du Kremlin) pour « propos diffamatoires envers le pouvoir soviétique » !

32 De bor’ba, le combat, en russe. C’est aussi le nom du journal du CC de ce parti qui représente l’aile gauche des SR ukrainiens.

33 Cf. L’Épée rouge du 18 août 1918 publiée à Kiev : « Nous avons créé une nouvelle morale […]. Tout nous est permis parce que nous sommes les premiers à avoir levé l’épée non pour asservir, mais pour affranchir. Nous ne nous attaquons pas aux individus, nous voulons détruire la bourgeoisie en tant que classe. »

34 Bryan Boyd, Nabokov, I. Les Années russes, Paris, 1992, NRF/Biographies, Gallimard. Notes de conférence, AVN, Archives Vl. Nabokov, Montreux, p. 34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Menegaldo, « Irène Kakhovskaïa et la variante ukrainienne du terrorisme »Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 29 mars 2021, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/6389 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.6389

Haut de page

Auteur

Hélène Menegaldo

Hélène Menegaldo est Professeur honoraire à l’Université de Poitiers. Spécialiste de l’émigration russe. Thèse d’État sur L’Univers imaginaire de Boris Poplavski, édition de ses textes en russe : les Inédits, Poèmes surréalistes, Poèmes inédits, Œuvres complètes en 3 vol., Moscou, 2010. A publié Les Russes à Paris 1919-1939 (Autrement, 1998 ; éd. russe, Moscou, « Kstati », 2001 et 2007),Diana Nikiforoff, de la Russie en révolution à la cité interdite, Paris, 2017, Vendémiaire, et dirigé Figures de la marge (PUR, 2002), Psyché en tous ses états, les sciences de l’esprit en Russie et Union soviétique (Slavica Occitania n°18, Toulouse, 2004), Imaginaires de la ville, entre art et littérature (PUR, 2007) et contribué à différents ouvrages collectifs.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search