Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Chapitre 2: Les femmes européenne...« Les femmes, je le sais, ne doiv...

Chapitre 2: Les femmes européennes: subjectivité et quêtes identitaires

« Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire. J’écris pourtant ». De la réception de l’œuvre de Marceline Desbordes-Valmore en Russie

Ekaterina Belavina

Résumé

Le destin de Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) est devenu une sorte de mythe culturel qui a inspiré des poètes et des prosateurs en Europe et en Russie. Poète et comédienne, elle a vécu une vie pleine d’évènements, de douloureuses séparations et de deuils, elle a connu des revers de la vie littéraire et artistique. Desbordes-Valmore n’est pas devenue aussi célèbre que ses grands contemporains Lamartine ou Musset, mais son œuvre est une partie indissociable de l’époque du romantisme. Elle était admirée par Hugo, Baudelaire, Verlaine, Aragon, mais aussi parmi ses lecteurs attentifs il faut citer tels poètes russes que A.Pouchkine, M.Lermontov, M. Tsetaeva, B. Pasternak.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

France, Russie

Périodes :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Notre-Dame des Pleurs », femme des lettres par sa nature, comédienne contre son gré, un grand talent sans ambitions de gloire mondiale, Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) avait une voix unique, sincère et douce, qui a laissé des échos surprenants dans la littérature, et notamment, à l’Âge d’or et à l’Âge d’argent de la poésie russe. « Ouvrez Marceline Desbordes-Valmore ! Et voilà toute la littérature retournée comme un parapluie ! Fermez Desbordes-Valmore ! Et tout, aussitôt, se remet en place. » – j’ai souvent envie de changer un peu cette phrase de Ponge à propos de Lautréamont pour parler de cette femme.

2Sa vie et son œuvre nous donnent un témoignage de son vécu qui permet de connaître la situation de la femme qui écrit à l’époque du romantisme :

  • 1 A la quatrième de la couverture de Desbordes-Valmore, Marceline. Les Pleurs, présentation d’Esther (...)

Être femme et poète au XIXe siècle n’est pas chose aisée, Marceline Desbordes-Valmore en convient. Et pourtant, inlassablement, la contemporaine de Lamartine et de Baudelaire s’est efforcée de faire entendre son cri. Mère endeuillée et amante blessée, elle écrit pour survivre à la solitude des amours mortes et célébrer la solidarité des âmes face à l’énigme de la perte. Souffles, murmures et berceuses sont les refrains d’une poésie vocale, dont les vers semblent destinés à être chantés1.

3Admirée par Hugo et Sainte-Beuve, par Baudelaire et Rimbaud, elle est entrée dans l’histoire la littérature mondiale comme la seule femme de la galerie des Poètes Maudits par Paul Verlaine.

4Son parcours littéraire n’était pas serein :

  • 2 Bercegol, Fabienne et Boutin, Aimée.  « Introduction. Qui connait aujourd’hui les romans et les nou (...)

Desbordes-Valmore, comme beaucoup d’écrivaines, éprouva des difficultés à trouver des éditeurs et ses fréquents éloignements de Paris à cause des engagements de son mari dans des théâtres de Lyon, Rouen et Milan, n’ont sans doute pas favorisé ses entrées dans la presse parisienne2.

5Marceline n’a jamais étudié la poésie ni l’art de composer les vers. Mais elle a su apporter un renouveau au monde littéraire français, cette simplicité de chansons qui a été admirée de ses illustres compatriotes, grands littéraires de son temps. Qu’est-ce qu’il y avait dans cette femme pour que les deux mondes, poétique et artistique, l’acceptent, la reconnaissent, l’admirent ? Elle était en correspondance avec poètes et écrivains, musiciens et acteurs, critiques littéraires et même des monarques. Elle fait partie indissociable de son époque. Parmi ses lecteurs, admirateurs de son talent on peut citer, si différents, Baudelaire et Hugo, Sainte-Beuve et Verlaine, Francis Jammes et Louis Aragon. Paul Verlaine qui, par une ligne de son Art poétique, a fait que des générations postérieures cherchent l’impair idéal « plus souple et plus soluble dans l’air » en a trouvé chez Marceline :

Quant à nous, si curieux de bons ou beaux vers pourtant, nous l’ignorions, nous contentant de la parole des maîtres, quand précisément Arthur Rimbaud nous connut et nous força presque de lire tout ce que nous pensions être un fatras avec des beautés dedans.

  • 3 Verlaine, P. Œuvres en prose complètes, Gallimard, collection « La Pléiade », 1972, p. 678.

Et […] nous proclamons à haute et intelligible voix que Marceline Desbordes-Valmore est tout bonnement, - avec George Sand, si différente […] – la seule femme de génie et de talent de ce siècle et de tous les siècles, en compagnie de Sapho peut-être et de Sainte Thérèse3.

6Dans sa lettre que Victor Hugo adresse à Marceline Desbordes-Valmore en 1833 il n'a pas peur de paraître trop pathétique : 

  • 4 Hugo, V. Lettre à Marceline Desbordes-Valmore, 2 août 1833, reprise dans les Œuvres complètes de Vi (...)

Il y a le monde des pensées et le monde des sentiments. Je ne sais pas qui a la pensée, et si quelqu’un l’a dans ce siècle, mais à coup sûr, vous avez l’autre. Vous y êtes reine4.

  • 5 Aragon, L. La Lumière de Stendhal. Paris, Denoël, 1954, p. 222.

7A presque un siècle après sa mort, Louis Aragon reprend à peu près les expressions de Paul Verlaine en soulignant sa singularité et appelle Marceline Desbordes-Valmore : « L’un des plus grands poètes, je ne dirais pas du XIXe siècle français, mais de tous les temps5 ».

8Christine Planté, directrice de la société Desbordes-Valmore, l'appelle « la petite sœur de Balzac » parce qu'elle est toujours restée à l'ombre de ses grands contemporains avec qui elle était très amie. Marceline Desbordes-Valmore est connue plutôt comme poète de l’époque du romantisme, mais elle a laissé un témoignage sincère de sa vie en essayant tous les genres : huit livres de poèmes lyriques, quatre romans, mais aussi des contes, des nouvelles, des dessins.

9En Russie, l’œuvre de Desbordes-Valmore était déjà connue dans les années 30 du XIXe siècle. Les traductions n’étaient pas nécessaires, le français étant la langue de la noblesse russe, Marceline était donc lue dans le texte. Parmi ses lecteurs immédiats, au XIXe siècle même, on peut nommer Mikhaïl Lermontov et Alexandre Pouchkine, les deux grands poètes russes.

L’Age d’or

  • 6 Backès, J.-L. Pouchkine, Hachette Supérieur, 1996, p. 6.

10Né à Moscou en 1799, la même année que Balzac, Pouchkine est de treize ans plus jeune que Marceline Desbordes-Valmore, de deux ans plus jeune qu’Alfred de Vigny ou Heinrich Heine, est de trois ans l’aîné de Victor Hugo. « Comme Hugo, comme Vigny, comme Musset, Pouchkine aborde tous les genres : poète lyrique, souvent poète épique, il compose pour le théâtre, se lance dans la prose, narrative ou critique6. » De son vivant, il acquiert la réputation d’un grand poète national. De nos jours, il est souvent considéré comme le fondateur de la langue poétique russe. Les Russes l’appellent « Le Soleil de la poésie russe », « notre tout ».

11Le bulletin de la Société des Etudes Marceline Desbordes-Valmore a pour titre la citation d’un des poèmes les plus connus de la poète Lettre :

Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ; 

J'écris pourtant…

12Dans ces lignes, nous entendons une culpabilité de cet acte d’écriture, un aveu d’amour, une voix de femme qui s’accuse à cause de son amour passionné, de son élan vers l’autre, à cause de ses poèmes et ses lettres qu’elle ne peut pas s’empêcher d’écrire. Pour un lecteur russophone, cela fait tout de suite penser à la lettre que Tatiana Larine adresse à Eugène Onéguine. Nous allons citer cet extrait du roman en vers d’Alexandre Pouchkine, qui est considéré, à juste titre, comme une perle de la poésie russe. Sans doute, ce sont les lignes les plus célèbres de toute la poésie russe que tout Russe puisse citer par cœur :

Je vous écris - quoi d'autre à dire ?
J'ai tout dit si je vous écris.
Je sais, cela peut vous suffire
Pour me punir par le mépris.

13Reconnaissez-vous le même élan, modeste et passionné, que nous trouvons dans les poèmes de Marceline Desbordes-Valmore ? Nous allons examiner les images et les motifs communs un peu plus tard, après avoir situé la Lettre dans le roman et le roman dans l’œuvre de Pouchkine.

14Pouchkine travaille sur Eugène Oneguine (1833) pendant plus de huit ans, de 1823 jusqu’à 1831. Le « roman en vers » paraît dans des périodiques chapitre par chapitre à partir de 1825.

  • 7 Boginskaja, A. “Kačestvennoe obednenie/obogačšenie v xudožestvennom perevode (ne primere frantsuzsk (...)

15Cette « encyclopédie de la vie russe » a été traduite en français maintes fois7. Les deux dernières traductions, celle d’André Markowicz (2005) et celle de Florian Voutev (2012) donnent au lecteur une idée précise de la forme versifiée qui était très importante pour cette œuvre (389 strophes, que l’on appelle parfois stances onéguiniennes, c’est-à-dire, 14 lignes à l’alternance AbAbCCddEffEgg). Cependant, la lettre de Tatiana (dans le IIIe chapitre) sort des schémas rythmiques de l’ensemble. Elle est mise en valeur rythmiquement, par sa mélodie, à l’intérieur du roman.

  • 8 Desbordes-Valmore, M. Les Pleurs. Présentation d’Esther Pinon. GF Flammarion, 2019, p. 6.
  • 9 « Non, Monsieur, je n’ai pas répondu ». Lettres de Marceline Desbordes à Prosper Valmore publiées a (...)

16La lettre de Tatiana, d’une fille provinciale, adressée à un jeune homme qui vient dans leur village de Saint-Pétersbourg, pour cette époque (les événements décrits se déroulent entre 1819 et 1825), c’est quelque chose d’impensable, d’inouï. Et Marceline Desbordes-Valmore, dans sa vie, par sa vie transgresse les frontières des convenances. Dès son enfance, le destin la force à sortir des chemins battus. Elle est née à Douai, « avec tous les handicaps susceptibles de la tenir à l’écart du monde des lettres8 », et pourtant, elle écrit. En traduisant sa première lettre adressée à son futur mari, le comédien Prosper Valmore (18179), nous avons rencontré un vrai problème linguistique et discursif. Comment rendre en russe cette apostrophe simple et neutre « Monsieur » ? Car il n’y avait pas de formule de politesse épistolaire pour cette situation : une jeune fille ne pouvait pas écrire de lettres à un homme qui n’était pas son mari.

17Un lecteur averti va nous dire que toute ressemblance entre Une lettre de femme de Desbordes-Valmore et “la lettre de Tatiana” dans le roman de Pouchkine est fortuite : le poème de Marceline appartient au recueil Poésies inédites (1860) et donc il voit le jour après la mort d’Alexandre Pouchkine (1837) et de Marceline Desbordes-Valmore.

  • 10 Sainte-Beuve, Ch.-A. Critiques et Portraits littéraires, Paris, 1836.
  • 11 Modzalevski L. Biblioteka Puškina. 1909-1910. Saint-Pétersbourg, 1910, p. 329.

18Mais quand même Pouchkine avait lu Marceline. Plusieurs sources indiquent qu’il y aurait deux volumes d’elle dans sa bibliothèque. Douze ans après avoir composé la lettre de Tatiana, en 1836, Pouchkine qui reçoit de Paris le livre de Sainte-Beuve Critiques et portraits littéraires10, en découpera les pages consacrées à Desbordes-Valmore. (p.145-189)11.

  • 12 Backès J.-L. op. cit. p. 7.
  • 13 Poésies de Madame Desbordes-Valmore avec une notice par M. Sainte-Beuve. Paris, Charpentier, 1842, (...)

19Comment expliquer cette attention durable ? Pourquoi Pouchkine s’intéressait-il à cette poète française ? Lui, qui « a traité avec un certain mépris la littérature française de son temps, à quelques exceptions près12 ». Pouchkine était un grand admirateur d’André Chénier et il a même traduit ses poèmes en russe. Aurait-il entendu ce surnom de Marceline – « André Chénier femme » – que nous lisons plus tard sous la plume de Sainte-Beuve ou a-t-il senti lui-même quelque chose qui rapprochait leurs écritures13 ?

  • 14 Modzalevski, L. op. cit. p. I.

20Pouchkine n’est jamais allé en France et pourtant il connaissait la littérature française, les classiques ainsi que ses contemporains, qu’il lisait énormément. Les livres, c’est la vraie passion de sa vie. Avant de mourir, il a levé les yeux vers sa bibliothèque et a prononcé en s’adressant aux livres : « Adieu, mes amis14 ».

21Jean-Louis Backès, traducteur de Pouchkine, professeur émérite de Paris IV ne peut pas passer à côté d’une supposition tentante :

  • 15 Backès J.-L. op. cit. p. 11.

On s’est parfois demandé – mais l’hypothèse est échevelée – si Pouchkine ne pouvait pas avoir eu connaissance, avant la publication de 1819, de certains textes de Chénier où semble se trouver la source de plusieurs de ses vers de jeunesse15.

22Les dates de publications font de l’histoire de la littérature une science exacte ; faute de témoignages de liens personnels qui pourraient expliquer les connaissances de Pouchkine, il ne nous reste que de nous contenter de la chronologie des textes publiés. Si le cas Chénier-Pouchkine reste énigmatique, les liens intertextuels Pouchkine-Desbordes-Valmore se tissent beaucoup plus facilement.

23Faut-il chercher longtemps d’autres poèmes de Marceline Desbordes-Valmore où il s’agit de lettres d’amour ?

24Le motif d’échange de messages écrits, d’aveux, de lettres est très important pour Marceline Desbordes-Valmore. Son premier poème publié Le Billet (1807) l’évoque déjà :

Sous cette enveloppe fragile
L'amour a renfermé mon sort...

  • 16 Nabokov V. Kommentarii k romany A.S.Puškina Evgenij Onegine, Saint-Petersbourg, Iskusstvo, Nabokovs (...)
  • 17 Sergent L. « Elegia M. Desbordes-Valmore – odin iz istotchnikov pisma Taiany k Oneguinu” in Izvesti (...)
  • 18 Lotman, Yu. Kommentarii k Evgeniu Oneguinu Puškina, Tartu, 1975.

25Vladimir Nabokov dans son commentaire sur sa traduction en anglais d’Eugene Oneguine16 et, plus tard, Leonid Sergent17 et Yuri Lotman18 indiquent l’Elégie (recueil Poésies 1830, première publication en 1822) de Desbordes-Valmore comme une source possible de la lettre de Tatiana à Onéguine.

26L’Elégie (« J’étais à toi peut-être avant de t’avoir vu… ») a été publiée en 1822. Le coup de foudre est présenté par le motif de la sensation de reconnaître quelqu’un en le voyant pour la première fois :

Savais-tu ce prodige ? Eh bien, sans te connaître,
J’ai deviné par lui mon amant et mon maître,

  • 19 Desbordes-Valmore M. Op. cit., p. 43

Et je le reconnus dans tes premiers accents,
Quand tu vins éclairer mes beaux jours languissants19.

27Ce motif est primordial dans la lettre de Tatiana :

  • 20 Pouchkine A.. Eugène Onéguine, Traduit par A. Markowicz, Paris, Actes Sud, 2005, p. 106.

Другой!.. Нет, никому на свете
Не отдала бы сердца я!
То в вышнем суждено совете...
То воля неба: я твоя;
Вся жизнь моя была залогом
Свиданья верного с тобой
;
Я знаю, ты мне послан богом,
До гроба ты хранитель мой...

Un autre !... Non, personne au monde
N'aurait jamais reçu ma foi ;
C'est un décret des cieux qui grondent :
Ils ont tranché – je suis à toi !..
Ma vie entière fut un gage
De notre alliance dans l'amour
Des dieux tu portes le message,
Gardien fidèle de mes jours20.

28L’image de la voix est très importante pour toute l’œuvre de Desbordes-Valmore :

Ta voix me fit pâlir, et mes yeux se baissèrent ;
Dans un regard muet nos âmes s’embrassèrent ;

  • 21 Desbordes-Valmore M. Op.cit., p. 43.

Au fond de ce regard ton nom se révéla,
Et sans le demander j’avais dit : « Le voilà ! »21

29L’homme aimé est représenté par son regard et par sa voix dans la lettre de Tatiana :

  • 22 Pouchkine A.. Eugène Onéguine, Traduit par A. Markowicz, Paris, Actes Sud, 2005, p. 106.

Ты в сновиденьях мне являлся
Незримый, ты мне был уж мил,
Твой чудный взгляд меня томил,
В душе
твой голос раздавался
Давно... нет, это был не сон!
Ты чуть вошел, я вмиг узнала,
Вся обомлела, запылала
И в мыслях молвила:
вот он!
(c’est l’auteure de l’article qui souligne)

C'est toi qui me venais en rêve,
Invisible et déjà chéri,
Tes yeux brûlaient dans mon esprit,
Ta voix me poursuivait sans trêve
Depuis longtemps... Rêver cela ?
Non, tu entras, j'en fus certaine,
Un froid brasier emplit mes veines,
Je lus dans l'âme : le voilà !22

30Il ne faut pas croire que l’analyse comparée proposée par Leonid Sergent en 1974 soit largement connue. Nous pouvons trouver sur Internet ces matériaux sur des sites consacrés à Desbordes-Valmore, cependant on ne trouve pas souvent de références sur Desbordes-Valmore sur des sites consacrés à l’œuvre de Pouchkine.

Je serais d’accord avec Yuri Lotman qui précise :

  • 23 Lotman Yu. Op.cit., [http://pushkin-lit.ru/pushkin/articles/lotman/onegin-kommentarij/onegin-commen (...)

Le texte de la lettre de Tatiana est une chaîne de réminiscences de la littérature française. Sa personnalité, c’est un équivalent vital d’une héroïne conventionnelle romantique pour laquelle elle [Tatiana] se prend elle-même23.

31La lettre de Tatiana dans le roman est précédé de l’éloge d’un mystérieux original français que le narrateur (Pouchkine) garde précieusement :

Еще предвижу затрудненья:

Родной земли спасая честь,

Я должен буду, без сомненья,

Письмо Татьяны перевесть.

Une épreuve m’attend, peut-être,

Car, pour l’honneur du sol natal,

Je devrais traduire la lettre

De Tatiana et j’ai du mal.

Trad. par F. Voutev

32Il soulève le problème de traduction poétique en parlant « des incorrections des tournures », il avoue : « les gallicismes me sont chers » :

Но полно. Мне пора заняться
Письмом красавицы моей;
Я слово дал, и что ж? ей-ей
Теперь готов уж отказаться.
Я знаю: нежного Парни
Перо не в моде в наши дни.

Mais ça suffit. Je dois me mettre

À traduire – parole donnée !

Et j’ai failli abandonner … –

De ma Tatiana la lettre.

Le doux lyrisme de Parny

Et son éclat se sont ternis.

Trad. par F. Voutev

33En parlant de l’original français de la lettre de Tatiana Larine, pense-t-il à un billet doux qu’il aurait reçu d’une des prototypes de l’héroïne ou à ses impressions de lectures de poèmes de Desbordes-Valmore :

Письмо Татьяны предо мною;
Его я свято берегу,
Читаю с тайною тоскою
И начитаться не могу.
Кто ей внушал и эту нежность,
И слов любезную небрежность?
Кто ей внушал умильный вздор,
Безумный сердца разговор,
И увлекательный и вредный?
Я не могу понять. Но вот
Неполный, слабый перевод,
С живой картины список бледный
Или разыгранный Фрейшиц
Перстами робких учениц.

Je garde précieusement la lettre

De Tatiana ; je la relis

Et elle s’empare de tout mon être,

Bercé par la mélancolie.

D’où lui vient cette tendresse,

Ce doux parler et sa souplesse ?

D’où ce torrent verbal touchant –

Discours du cœur, si alléchant,

Si dangereux, irraisonnable ?

Je n’en reviens pas ! Mais voici

Ma faible traduction ici,

Qui est en tous points semblable

Au beau Freischütz pianoté

Par des pupilles admonestées.

Trad. par Florian Voutev

  • 24 Vjazemskij, P. (1792-1878) est un poète, traducteur et critique littéraire russe.

34Selon le prince P.Viazemski24, Pouchkine a longtemps hésité en cherchant la forme de cette lettre :

  • 25 Vjazemskij, P. Oeuvres, t . II, p. 23, cité par L. Sergent, op. cit. p. 537.

L’auteur [Pouchkine] racontait qu’il ne pouvait longtemps se décider à laisser Tatiana écrire, sans mutiler sa personnalité féminine et outrager la vraisemblance du discours : de peur de tomber dans le style des odes académiques, il envisageait d’abord d’écrire] cette lettre en prose, de l’écrire même en français ; mais, enfin, l’inspiration heureuse est venue et le cœur de femme parla sans entraves en langue russe25.

  • 26 Velikovskij, Samari (éd.), Poètes français. XIXe-XXe siècles, Anthologie, Moscou. Editions du Progr (...)

35Cependant nous pouvons voir que la mélodie du poème valmorien n’a pas été transposée dans la Lettre de Tatiana. (Chez Marceline l’Elégie, est en alexandrins classiques, avec une césure après la sixième syllabe ; l’alternance est diversifiée, les rimes embrassées succèdent aux rimes plates, le poème n’est pas divisé en strophes, comme pour souligner son caractère spontané). Pouchkine saisit l’essence même de son originalité, il abandonne les « stances onéguiniennes » pour souligner rythmiquement cette voix singulière à l’intérieur du roman (79 ïambes de 4 pieds avec une alternance libre). Marc Bertrand qui consacre toute sa vie à l’étude de Marceline Desbordes-Valmore, parle du “dégel de la prosodie française ». Une image très proche est employée par le critique littéraire russe Samariy Velikovsky qui la compare à une « hirondelle qui annonce de printemps26 » de la versification française, et qui apporte la diversité des rythmes, la fluidité des impairs.

  • 27 Sergent, L. Op. cit.

36En 1974, L. Sergent publie un article qui parle de ces deux auteurs et compare ces deux textes27. Cette recherche qui, malgré toute sa précision, restreint un peu le champ intertextuel de la Lettre, suscite une réaction peu bienveillante à l’égard de la poète française. Yuri Lotman la qualifie « de deuxième rang ». Il est vrai que la place de Marceline Desbordes-Valmore n’a jamais été centrale mais il y a une autre réflexion qui peut paraître intéressante.

37La lecture est un processus qui produit un effet sur le lecteur, c’est toujours une aventure du texte à l’intérieur de celui qui le lit. Ce qui s’ensuivra : un changement de la vision du monde du lecteur, de ses actes où il y aura une autre œuvre d’art, c’est un mystère connu par le texte et son lecteur.

38Il est étonnant de constater à quel point Pouchkine était au courant des nouveautés, de tout ce qui se passait dans le monde littéraire français. Le premier livre de Marceline paraît le 26 décembre 1818, en 1819 les Œuvres complètes d’André de Chénier sont publiées par Latouche ; un an après, en 1820 les Méditations de Lamartine lui apportent la gloire. Mais si Chénier et Lamartine étaient célèbres, nous ne pouvons pas le dire à propos de Marceline. Elle a été lue principalement par ses amis qui étaient poètes, écrivains, journalistes, chanteurs, comédiens – c'est-à-dire l'élite artistique de Paris, de Lyon, de Bruxelles.

39Ce qui est vraiment impressionnant, c’est la transparence de la vie littéraire, la visibilité des nouveautés des publications parisiennes depuis Moscou (à l’époque où il n’y avait pas d’Internet).

  • 28 Sergent, L. Op. cit., p 547.
  • 29 Puškin A., Polnoe sobranie sočinenij, Moskva, Izdatel’stvo AN SSSR, 1937, t. 13, p. 102.

40L. Sergent souligne : « Il [Pouchkine] appréciait beaucoup la sincérité dans la poésie : c’est elle qui était pour lui le critère principal selon lequel il rejetait toute la poésie française de ses contemporains28 ». Pour donner un exemple de cette attitude critique il suffirait de citer le brouillon de la lettre à P. Viazemsky du 5 juillet 1824 : « Tous ces recueils de poèmes soi-disant romantiques – c’est une honte de la littérature française29. »

  • 30 Verlaine, P. Œuvres en prose complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1972, p. 666.
  • 31 Desbordes-Valmore, M. Les Pleurs, présentation d’Esther Pinon, Paris, Flammarion, 2019, p. 6.

41C’est Marceline Desbordes-Valmore qui l’intéressait avec sa fraîcheur d’expression, « et cette passion si chaste, si discrète, si forte et émouvante néanmoins ! » dont parlera Verlaine30. Pouchkine cherchait cette voix d’une femme exprimant ses sentiments. Il n’y avait pas beaucoup de choix à l’époque où les femmes ne devaient pas écrire, « en un temps où la littérature est une affaire d’hommes31 ».

  • 32 La comtesse Evdokija Petrovna Rostopčina (née Suškova, 1811- 1858) est une poétesse et traductrice (...)

42Pouchkine n’était pas le seul à l’avoir remarquée et appréciée. En 1830, la comtesse Eudoxie Rostoptchina32 écrit un poème Imitation de Madame Desbordes-Valmore où l’on reconnaît les strophes et des refrains si caractéristiques de la manière d’écrire de Marceline :

Когда б он знал, что пламенной душою
С его душой сливаюсь тайно я!
Когда б он знал, что горькою тоскою
Отравлена младая жизнь моя!
Когда б он знал, как страстно и как нежно
Он, мой кумир, рабой своей любим...
Когда б он знал, что в грусти безнадежной
Увяну я, непонятая им!..
          Когда б он знал!..33

43Ce poème (dédié à une amie E. Pachkova) garde le sujet et les motifs de Marceline – confidence d’un amour secret, d’un amour malheureux – mais aussi sa forme, ce court refrain qui se répète après chaque strophe, l’héritage des chansons qui ont influencé le style de la poète :

  • 34 Desbordes-Valmore M. Poésies, Paris, Gallimard, 1983. p. 54.

S'il avait su quelle âme il a blessée,
Larmes du cœur, s'il avait pu vous voir,
Ah ! si ce cœur, trop plein de sa pensée,
De l'exprimer eût gardé le pouvoir,
Changer ainsi n'eût pas été possible ;
Fier de nourrir l'espoir qu'il a déçu :
À tant d'amour il eût été sensible,
S'il avait su34.

À l’Age d’argent

44Au XXe siècle, il y a eu des périodes où le nom de Desbordes-Valmore a semblé être oublié. La situation n’était pas favorable pour la publication en Union Soviétique d’un auteur qui se prononçait contre la Terreur qui a suivi la Révolution française de 1789 (Atelier d’un peintre). Même l’admiration de Louis Aragon n’a pas pu changer grand-chose.

  • 35 Rilke, R.-M., Pasternak, B., Tsvetaeva, M. Correspondance 1926, Moscou, Kniga, 1990. p. 64.

45Pourtant ce nom est toujours resté un point de repère pour des poètes, un point de référence. Boris Pasternak écrit dans une lettre à Rilke en 1926 pour lui présenter Marina Tsvetaeva, alors inconnue par le grand public : «…un poète d’un grand talent, dont la nature est proche de celle du talent de Desbordes-Valmore. Elle vit à Paris en émigration. […] 19e arr. 8, Rue Rouvet 35 ». 

  • 36 Tsvetaeva, M. Vivre dans le feu. Confessions, présenté par Tsvetan Todorov, Paris, Robert Laffont, (...)

46Marina Tsvetaeva que Tsvetan Todorov appelle « l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, dont le destin est l’un des plus tragiques36 », pourrait continuer la galerie des portraits des Poètes Maudits, et y saluer Marceline. Cette similitude était ressentie par Tsvetaeva elle-même, elle connaissait son œuvre et sa biographie. Dans son livre Lanterne magique (1912) il y a un poème Dans le miroir d’un livre de M. D.-V. Pour le lecteur du Bulletin cette abréviation, énigmatique pour la plupart des lecteurs russes, ne laissera pas de doutes :

  • 37 Tsvetaeva, M. Livres de poèmes, Paris, Ellis Lak, 2000, p. 150.

Это сердце — моё! Эти строки — мои!
Ты живёшь, ты во мне, Марселина!
Уж испуганный стих не молчит в забытьи,
И слезами растаяла льдина.

Мы вдвоём отдались, мы страдали вдвоём,
Мы, любя, полюбили на муку!
Та же скорбь нас пронзила и тем же копьём,
И на лбу утомлённо-горячем своём
Я прохладную чувствую руку.

Я, лобзанья прося, получила копьё!
Я, как ты, не нашла властелина!..
Эти строки — мои! Это сердце — моё!
Кто же, ты или я — Марселина
37?

Ce grand cœur – il est mien ! Miens – ces vers que je lis !

Tu me hantes, tu vis, Marceline !

Et tes strophes apeurées ont su vaincre l’oubli,

Le glaçon fond en larmes très fines.

Toutes deux, nous nous sommes données en souffrant,

Nous aimions, dans l’amour, la torture !

Nous étions transpercées par les mêmes tourments

Et, sur mon front fiévreux et meurtri, je ressens

La fraîcheur de ta main qui rassure.

J’ai reçu un javelot, convoitant des baisers !

Comme toi, de l’amour orpheline !...

Ils sont miens tous ces vers ! Mien est ce cœur brisé !

C’est toi ou c’est moi Marceline ?

Trad. par Florian Voutev

47Un critique littéraire de l’époque S. Bobrov (1891-1971) écrit en 1922 à propos de Tsvetaeva : « Nous ne nous trompons pas, en disant que ses maîtres principaux étaient une poétesse française, magnifique, mais peu connue chez nous, Marceline Desbordes-Valmore et […] Rostand38 ».

  • 39 Gostinaia ledi Betti: anglijskie nravy. Saint-Pétéersbourg, A Smirdin, I. Glazunov et C°, 1836.
  • 40 Bagrpovoe svetilo, Stixi zarubežnykh poètov v perevode M. Lozinskogo, Мoscou, Progress, 1974, p. 28 (...)

48De toute l’œuvre de Desbordes-Valmore, il n’est traduit en russe qu’une nouvelle39, une cinquantaine de poèmes qui sont dispersés dans des périodiques et des anthologies de la poésie française40, quelques contes et quelques lettres. Il faut noter que ses poèmes ont été traduits par Valery Brussov, un grand poète symboliste, et Mixail Losinsky, grand traducteur de poésie du XXe siècle, mais les traductions ne sont pas nombreuses. Les traducteurs comme V. Portnov, G. Roussakov, Y. Orokhovatsky ont continué cette tâche. Pour quelques poèmes, nous avons la possibilité de comparer des traductions masculines et féminines, car les traductrices Irina Kouznetsova, Inna Chafarenko, Marina Mirimskaya ont travaillé sur cet auteur. Pour quelques poèmes tels que Les Roses de Saadi, Souvenir, Ma chambre il existe plusieurs traductions publiées. Mais en tout cas, une partie majeure de ses poèmes reste à traduire.

49Sans s’assigner de grandes tâches philosophiques ou poétiques, Marceline Desbordes-Valmore a laissé un témoignage de son temps, le parfum de son époque avec ses espoirs, ses craintes, ses pertes et ses angoisses, sincères et subjectives, et grâce à cela authentiques, sans feinte et sans une fausse note. C’est du vécu. Tous ceux qui se penchaient sur son œuvre, notaient la sincérité de son intonation inimitable qui les invitait à l’imiter.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Backès, Jean-Louis. Pouchkine, Hachette Supérieur, 1996.

Bagrpovoe svetilo, Stixi zarubežnyx poetov v perevode M. Lozinskogo, Moscou, Progress, 1974.

Bobrov S. Marina Tsvetaeva « Car’-devica », poèma-skazka, Moscou, Gosizdat, 1922. Berlin, Gelikon, 1923, http://www.e-reading.by/chapter.php/96272/77, consulté le 22 mai, 2015.

Boginskaja, A. « Kačestvennoe obednenie/obogačšenie v xudožestvennom perevode (na primere francuzskyx perevodov romana A.S. Puškina "Evgenij Onegin" » in Vestnik moskovskogo universiteta. 2017, № 5, p. 144-154.

Desbordes-Valmore, Marceline. Les Pleurs. Présentation d’Esther Pinon, Paris, Flammarion, 2019.

Francuzskaja poèzija, Rostov-sur-le-Don, Fenix, 1996.

Gostinaja ledi Betti: anglijskie nravy. Saint-Pétersbourg, A. Smirdin, I. Glazunov et C°, 1836.

Lettres de Marceline Desbordes à Prosper Valmore publiées avec une préface et des notes par Boyer d’Agen, (2 vol.), Paris, Les éditions de la sirène, 1924, v.1.

Lotman, Jurij. Kommentarii k Evgeniju Oneginu Puškina, Tartu, 1975, [http://pushkin-lit.ru/pushkin/articles/lotman/onegin-kommentarij/onegin-comments-3-4.htm]

Francuzskia liriki XIX veka, Traductions de Brjusov V., Saint-Pétersbourg. 

Modzalevskij L. Biblioteka Puškina. 1909-1910, Saint-Pétersbourg, 1910.

Poésies de Madame Desbordes-Valmore avec une notice par M. Sainte-Beuve, Paris, Charpentier, 1842.

Pouchkine, Alexandre. Eugène Onéguine. Roman en vers, nouvelle traduction par Florian Voutev, Paris, La Bruyère, 2012.

Puškin, Aleksandr, Evgenij Onegin in Polnoe sobranie sočinenij v 10 tomax, Leningrad, Nauka, 1977-1979, t. 5, 1978, http://feb-web.ru/feb/pushkin/texts/push10/v05/d05-005.htm, consulté le 19 septembre, 2015

Rilke, Reiner-Maria, Pasternak, Boris, Tsvetaeva, Marina. Pis’ma 1926, Moscou, Kniga, 1990.

Sainte-Beuve, Charles-Augustin. Critiques et Portraits littéraires, Paris, 1836.

Sem’ vekov francuzskoj poèsii v russkix perevodax, Saint-Pétersbourg, Evrazija, 1999.

Stixi. Evropejskaja poèzija XIX veka, Moscou, Xudožestvennaja literatura, 1977.

Stixi. Poèzija Francii. XIX vek. Moscou, Xudožestvennaja literatura, 1985.

Tsvetaeva, Marina. Livres de poèmes, Paris, Ellis Lak, 2000.

Tsvetaeva, Marina. Vivre dans le feu. Confessions, présenté par Tsvetan Todorov, Paris, Robert Laffont, 2005.

Verlaine, Paul. Œuvres en prose complètes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade 1972.

Haut de page

Notes

1 A la quatrième de la couverture de Desbordes-Valmore, Marceline. Les Pleurs, présentation d’Esther Pinon, Paris, Flammarion, 2019.

2 Bercegol, Fabienne et Boutin, Aimée.  « Introduction. Qui connait aujourd’hui les romans et les nouvelles de Marceline Desbordes-Valmore », in Bulletin de la Société des Etudes Marceline Desbordes-Valmore, № 3, 2019, p. 37.

3 Verlaine, P. Œuvres en prose complètes, Gallimard, collection « La Pléiade », 1972, p. 678.

4 Hugo, V. Lettre à Marceline Desbordes-Valmore, 2 août 1833, reprise dans les Œuvres complètes de Victor Hugo, édition Jean Massin, Club Français du Livre, t. IV,1967, p. 1107.

5 Aragon, L. La Lumière de Stendhal. Paris, Denoël, 1954, p. 222.

6 Backès, J.-L. Pouchkine, Hachette Supérieur, 1996, p. 6.

7 Boginskaja, A. “Kačestvennoe obednenie/obogačšenie v xudožestvennom perevode (ne primere frantsuzskix perevodov romana A.S. Puškina « Evgeni Oneguine » in Vestnik moskovskogo universiteta, 2017, № 5, p. 144-154.

8 Desbordes-Valmore, M. Les Pleurs. Présentation d’Esther Pinon. GF Flammarion, 2019, p. 6.

9 « Non, Monsieur, je n’ai pas répondu ». Lettres de Marceline Desbordes à Prosper Valmore publiées avec une préface et des notes par Boyer d’Agen. (2 vol.), Paris, Les éditions de la sirène, 1924, v.1, p. 3.

10 Sainte-Beuve, Ch.-A. Critiques et Portraits littéraires, Paris, 1836.

11 Modzalevski L. Biblioteka Puškina. 1909-1910. Saint-Pétersbourg, 1910, p. 329.

12 Backès J.-L. op. cit. p. 7.

13 Poésies de Madame Desbordes-Valmore avec une notice par M. Sainte-Beuve. Paris, Charpentier, 1842, p. IV.

14 Modzalevski, L. op. cit. p. I.

15 Backès J.-L. op. cit. p. 11.

16 Nabokov V. Kommentarii k romany A.S.Puškina Evgenij Onegine, Saint-Petersbourg, Iskusstvo, Nabokovskij fond, 1999.

17 Sergent L. « Elegia M. Desbordes-Valmore – odin iz istotchnikov pisma Taiany k Oneguinu” in Izvestia Akademii Nauk SSSR. Seria literatury i iazyki, 1974, t. 33, № 6.

18 Lotman, Yu. Kommentarii k Evgeniu Oneguinu Puškina, Tartu, 1975.

19 Desbordes-Valmore M. Op. cit., p. 43

20 Pouchkine A.. Eugène Onéguine, Traduit par A. Markowicz, Paris, Actes Sud, 2005, p. 106.

21 Desbordes-Valmore M. Op.cit., p. 43.

22 Pouchkine A.. Eugène Onéguine, Traduit par A. Markowicz, Paris, Actes Sud, 2005, p. 106.

23 Lotman Yu. Op.cit., [http://pushkin-lit.ru/pushkin/articles/lotman/onegin-kommentarij/onegin-comments-3-4.htm], consulté le 22 mai 2015.

24 Vjazemskij, P. (1792-1878) est un poète, traducteur et critique littéraire russe.

25 Vjazemskij, P. Oeuvres, t . II, p. 23, cité par L. Sergent, op. cit. p. 537.

26 Velikovskij, Samari (éd.), Poètes français. XIXe-XXe siècles, Anthologie, Moscou. Editions du Progrès, 1982, p. 21.

27 Sergent, L. Op. cit.

28 Sergent, L. Op. cit., p 547.

29 Puškin A., Polnoe sobranie sočinenij, Moskva, Izdatel’stvo AN SSSR, 1937, t. 13, p. 102.

30 Verlaine, P. Œuvres en prose complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1972, p. 666.

31 Desbordes-Valmore, M. Les Pleurs, présentation d’Esther Pinon, Paris, Flammarion, 2019, p. 6.

32 La comtesse Evdokija Petrovna Rostopčina (née Suškova, 1811- 1858) est une poétesse et traductrice russe, amie de M. Lermontov et belle-fille de F. Rostopčin. Ne pas confondre avec Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur (1799-1874), femme de lettres française d’origine russe.

33 [«Когда б он знал!» - Стихотворение Евдокии Ростопчиной (rupoem.ru)]

34 Desbordes-Valmore M. Poésies, Paris, Gallimard, 1983. p. 54.

35 Rilke, R.-M., Pasternak, B., Tsvetaeva, M. Correspondance 1926, Moscou, Kniga, 1990. p. 64.

36 Tsvetaeva, M. Vivre dans le feu. Confessions, présenté par Tsvetan Todorov, Paris, Robert Laffont, 2005, p. 9.

37 Tsvetaeva, M. Livres de poèmes, Paris, Ellis Lak, 2000, p. 150.

38 Bobrov, S. Marina Tsvetaeva, ar-Devista, Poema-skazka, Moscou, Gosizdat, 1922, http://www.e-reading.by/chapter.php/96272/77/Cvetaeva_-Recenzii_na_proizvedeniya_Mariny_Cvetaevoii.html, consulté le 22 mai 2015.

39 Gostinaia ledi Betti: anglijskie nravy. Saint-Pétéersbourg, A Smirdin, I. Glazunov et C°, 1836.

40 Bagrpovoe svetilo, Stixi zarubežnykh poètov v perevode M. Lozinskogo, Мoscou, Progress, 1974, p. 28-36 ; Stiixi, evropejskaja poèsija XIX veka, Moscou, Xudožestvennaja literatura, 1977, p.641-645 ; Francuzskaja poèzija XIX veka, М., Xudožestvennaja literaturq, 1985, p. 57-66 ; Francuzskaja poèzija, Rostov-sur-le-don, Fenix, 1996 ; Sem’ vekov francuzskoj poèzii v russkix perevodax, Saint-Pétéersbourg, Eurasie, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ekaterina Belavina, « « Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire. J’écris pourtant ». De la réception de l’œuvre de Marceline Desbordes-Valmore en Russie »Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 24 | 2021, mis en ligne le 10 mars 2021, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/6859 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.6859

Haut de page

Auteur

Ekaterina Belavina

Auteur d’une thèse sur la poétique de Paul Verlaine, Ekaterina Belavina est Maître de conférences à l’Université d’Etat Lomonossov de Moscou. Ses recherches portent sur la littérature française, les poésies française et russe de XIXe-XXIe siècles, la psychologie et la créativité de l’imaginaire, la théorie et la pratique de la traduction. Elle dirige le séminaire « Poétique et Phonétique ». Membre du jury des prix Leroy-Beaulieu et Vaksmakher (décernés par l’ambassade de France). Membre de l’Union des écrivains de Russie. Parmi les auteurs traduits : Paul Verlaine, Marceline Desbordes-Valmore, Louis Aragon, Michel Houellebecq, Eric-Emmanuel Schmitt, Jean-Français Marmontel, André Maurois, Daniel Leuwers, Seyhmys Dagtekin, Fred Griot, Sébastien Lespinasse et d’autres. Parmi ses publications récentes : 1/ Marceline Desbordes-Valmore. Dix-sept Contes et l’Enfant des Champs Elysées, Edition bilingue. Traduits en russe par le séminaire de traduction de E. Belavina. Choix et préface par E. Belavina. Moscou, Universitet, 2018. 2/Lire en français la poésie. 1950-2000, Moscou, KDU Universitet, 2017. 3/ « L’ambiguïté chez Boris Pasternak et Paul Verlaine » in Les Ambiguïtés, Toulouse, Université Toulouse II - Le Mirail. CALS/CPST, 2011. 4/ « Les traductions russes de Paul Verlaine et l’imagination auditive » in Traduire...interpréter, Toulouse, Université Toulouse II - Le Mirail. CALS/CPST, 2010. 5/ Paul Verlaine, Les amies, Édition bilingue. Choix, traductions en russe, préface de E. Bélavina. Moscou, Xristianskoe izdatel’stvo. 2003.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search