Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25L’enseignement du français langue...

Résumé

La nécessité de développer le multilinguisme au Kazakhstan, en tant que direction prioritaire du développement de l'État, privilégie l’enseignement de l’anglais à côté du kazakh et du russe. Quelles sont alors les perspectives du développement et de l’enseignement du français en seconde langue au Kazakhstan ?

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

France, Asie centrale, Kazakhstan

Périodes :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1« Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, vous parlez à sa tête. Si vous lui parlez dans sa langue, vous parlez à son cœur » 

2Nelson Mandela

Introduction

  • 1 Barcellini, Lise, « Kazakhstan - Jeune nation entre Chine, Russie et Europe » (8 juin 2017), Paris, (...)

3En France, comme le rappelle la journaliste Lise Barcellini, « Que connait-on du Kazakhstan ? Rien, ou presque. Ce pays, vaste comme cinq fois la France métropolitaine. Mais finalement, combien sont ceux capables de situer le pays sur une carte du monde sans hésiter ?»1.

4Le Kazakhstan est frontalier de la Chine, du Kirghizistan, du Turkménistan, de l'Ouzbékistan et de la Russie.

5Selon les statistiques officielles du recensement de 2019, les principaux groupes ethniques sont répartis ainsi : 67,98 % de Kazakhs, 19,32 % de Russes, 3,21 % d’Ouzbeks ainsi que des Ukrainiens (1,47 %), Ouïgours (1,4 %), Tatars (1,10 %) mais aussi des Allemands (1,1 %) et d’autres groupes (4,5 %)2.

6Cette diversité ethnique est la conséquence de l’événement historique connu comme «la Grande Guerre Patriotique» – terme par lequel l'Union soviétique désigne le conflit qui l'opposa à l'Allemagne nazie de 1941 à 1945. Cette période fut une période clé pour plusieurs ethnies : à cause des dangers que cette période présentait, il y eut de nombreuses déportations en Asie centrale pour assurer le ravitaillement aux frontières (en provisions et matériels militaires), ainsi que pour éviter les trahisons et les désertions. La steppe kazakhe a alors hébergé des centaines de personnes issues de peuples différents, et est devenue leur nouveau foyer 3.

7On distingue de plusieurs façons les notions de « kazakh » et « kazakhstanais » :

  • 4 Barcellini, Lise, ibidem, p. 3. 

8• Selon les définitions données par Lise Barcellini le terme « Kazakh » vient du turc « kazakh », qui signifie « libre », « indépendant ». L’origine des Kazakhs remonterait au XVe siècle : c’est une ethnie autochtone du Kazakhstan. Aujourd'hui, la majorité des habitants de ce pays sont des Kazakhs4.

  • 5 Journal Culturel Novastan, voir BP-4.

9• D'après les recherches de la revue Novastan, le mot Kazakh indique la « nationalité » ou l’ethnie qui tire ses origines des peuples turcs et des tribus mongoles médiévales et qui a ses propres traditions, sa langue, son histoire et ses valeurs culturelles5.

  • 6 Barcellini, Lise, ibidem, p. 4. 

10• Le terme « Kazakhstanais » désigne un citoyen ou un natif du Kazakhstan, ce qui représente 18,5 millions d'habitants du Kazakhstan, indépendamment de son origine ethnique6.

  • 7 ibid. voir BP-3

11• Le terme « Kazakhstanais » est également employé pour indiquer la citoyenneté, une forme artificielle de conscience qui correspond et fonctionne selon la loi de la République du Kazakhstan7.

Le Kazakhstan et ses langues

12On sait que la langue n’est pas simplement un moyen de communication, mais aussi la caractéristique principale de l’identité ethnique. C'est la langue de l'ethnie à laquelle appartient cette personne. La République du Kazakhstan est un pays multiethnique où vivent des représentants de 130 groupes ethniques.

13En 1989, dans la République socialiste soviétique kazakhe, a été adoptée une loi sur les langues qui définit le statut des langues kazakhe et russe. Elle déclare, en particulier, que : « La langue officielle du Kazakhstan est la langue kazakhe et le russe est la langue de la communication interethnique »8. Une telle définition du statut de la langue russe a dans une certaine mesure contribué aux tensions interethniques et a été l’une des principales causes de l’émigration massive de la population russophone du pays. Entre 1990 et 1996, 2,283 millions de personnes ont quitté le Kazakhstan, ce qui a entraîné la perte de dizaines de milliers de spécialistes qualifiés qui travaillaient dans divers domaines d'activité. Cela a entraîné un changement de la politique de l'État à l’égard de la langue russe. En 1995, une nouvelle constitution a été adoptée au Kazakhstan. L'article 7 de cette constitution redéfinit le statut juridique des langues, elle affirme que la langue officielle de la République du Kazakhstan est le kazakh, mais la langue russe reçoit elle aussi le statut de langue officielle. Cette dernière a la possibilité, avec la langue kazakhe, d’être utilisée dans les organisations de l’État 9.

Etat de l’enseignement du français au Kazakhstan

14Aujourd'hui, au Kazakhstan, la situation de la langue française commence à s’améliorer. Les relations entre la France et le Kazakhstan se développent et de nombreuses entreprises internationales françaises s’implantent sur le territoire, apportant une main d’œuvre francophone. L’apprentissage du français est donc un atout fort pour les étudiants : la connaissance des langues étrangères peut leur donner l’opportunité de décrocher des emplois dans des organisations et entreprises internationales. De plus, ces sociétés ont leurs propres plateformes (éducatives, réseau d'informations scientifiques, publicité, gestion et autres). L’apprentissage même de la langue profite de ces outils, qui sont des plateformes éducatives.

15Un point important à souligner est qu’en 2018 l'Institut Sorbonne Kazakhstan (ISK), qui fait partie de l’Université Nationale Pédagogique Abaï d’Almaty, a introduit, pour la première fois, la plateforme numérique pédagogique Moodle pour l’aide à l’acquisition de compétences en communication orale. Environ 55 étudiants kazakhstanais en économie, pour lesquels le français est une langue étrangère, ont participé à ce projet pilote. L'objectif de la création de cette plateforme pédagogique était de développer surtout la communication orale des étudiants : en effet, les compétences à l’oral sont un indicateur fort de la connaissance d'un étudiant dans une langue étrangère — dans notre cas, le français. Cette expérimentation sur l'utilisation de plateformes pédagogiques a commencé en novembre 2018 et s'est terminée en mars 2020 : en 17 mois, nous avons pu créer notre propre plateforme universitaire basée sur Moodle, et nous y avons donné des cours axés sur le développement des compétences en communication orale en FLE. En suivant et analysant les interactions des étudiants avec notre plateforme, nous avons pu déterminer la fréquence à laquelle ils utilisaient la plateforme.

16Le diagramme circulaire de la Figure 1 montre que :

  • 28,6% des étudiants ont toujours utilisé notre plateforme, sans interrompre l'expérimentation, en faisant tous les exercices introduits par les enseignants ;

  • 25% des étudiants ont utilisé notre plateforme occasionnellement : selon notre analyse ils n'ont pas fait tous les exercices proposés sur la plateforme, ils n'ont fait que les exercices qui leur plaisaient ;

  • 28,6% des étudiants ont utilisé notre plateforme très rarement, en raison de problèmes techniques, de leur réticence à travailler à distance, ou de leur manque de motivation ;

  • 8,9% des étudiants ont commencé à utiliser la plateforme tardivement, c'est-à-dire qu'ils ne se sont pas immédiatement adaptés à l'enseignement à distance ;

  • 8,9% n'ont pas du tout utilisé la plateforme et ne sont même pas entrés dans le réseau de la plateforme.

17Répartition des étudiants en fonction de leur utilisation de la plateforme

18Après notre expérimentation sur l'utilisation de la plateforme pédagogique pour développer des compétences de communication orale, les étudiants ont été interrogés sur cette expérience, et les résultats sont les suivants :

19Retour des étudiants sur la plateforme éducative

2088,7% des étudiants estiment que les plateformes éducatives sont efficaces pour le développement des compétences orales dans une langue étrangère, et par contre les 11.3 % restants estiment que l'utilisation de ces plateformes n'est pas efficace pour le développement de la communication orale.

21De nombreux environnements ont été créés pour l'apprentissage de la langue française et pour son développement ultérieur. Il y a beaucoup d’Alliances françaises, on a ouvert les écoles françaises « Ecole française internationale Charles de Gaulle – Miras », les sections françaises dans les écoles NIS – Nazarbaïev qui portent le nom du Premier Président du Kazakhstan, Nursultan Nazarbaïev.

22La fondation publique « Fonds d'éducation de Nursultan Nazarbaïev » a été fondée en 1998. Dès le début de ses travaux, le Fonds s’est consacré à sa mission de promouvoir le développement du système éducatif de la République du Kazakhstan conformément aux normes internationales. Son objectif est d'appliquer les meilleures pratiques nationales et internationales, de mettre en œuvre et de diffuser des programmes et normes internationaux dans le domaine de l'éducation du pays. Dans cette optique et sous les auspices du Fonds pour l'éducation, l'école internationale Miras a été fondée. La structure de l'école comprend 4 niveaux d’études : école maternelle (3 ans), école élémentaire (4 ans), collège (5 ans), lycée (3 ans).

23Miras International French School est autorisée dans le cadre des programmes du Baccalauréat International pour tous les niveaux d'études : The International Baccalaureate (IB) ; Primary Years Programme (PYP), IB Middle Years Programme (MYP), IB Diploma Programme DP. Le Diplôme du Baccalauréat International [Diplôme de l'IB] donne la possibilité d'entrer dans les meilleures universités du monde sans examen d'entrée. L'école française est accréditée par le Ministère de l'Education Nationale et, à l'issue des cours, les étudiants reçoivent le Diplôme National du Brevet et le Diplôme de Baccalauréat français.

24Le développement socio-économique accéléré du Kazakhstan au début du XXIe siècle a provoqué une demande urgente de professionnels ayant un haut niveau de compétences techniques, de gestion et de leadership. Pour cela, en 2008 à l'initiative du Président du Kazakhstan, un projet de création d’« écoles intellectuelles » NIS (Nazarbayev intellectual school) a été lancé.

25Les « écoles intellectuelles » sont conçues pour devenir une plateforme expérimentale pour le développement, le suivi, la recherche, l'analyse, les tests, la mise en œuvre de modèles modernes de programmes éducatifs par niveau : école élémentaire (y compris l'enseignement et la formation préscolaires), collège et lycée.

26Les exigences et les normes d'enseignement en vigueur au Kazakhstan ne permettent pas d'introduire un niveau approprié de formes modernes de gestion dans le domaine de l'éducation, et de mettre en œuvre des programmes éducatifs innovants et des projets scientifiques.

27Une caractéristique du processus éducatif de l'école intellectuelle NIS est la possibilité pour les élèves de la 1ère à la 12e année de choisir les cours qu’ils vont suivre et la langue française est proposée comme discipline alternative. Depuis 2012, 10 classes étudient le français comme deuxième langue étrangère. Le cycle de l'enseignement kazakhstanais offre une formation de 11 ans. Habituellement, les enfants commencent l'école à l'âge de six ou sept ans. Le premier cycle de l'enseignement, de la première à la sixième année, s’adresse aux élèves jusqu'à 11 ans, et l'enseignement secondaire se poursuit jusqu'à 17 ans. Ensuite, presque tous les étudiants réussissent le test national unifié qui joue un double rôle : cet examen sanctionne la fin de la scolarité et sert en même temps d’examen d'entrée dans les établissements supérieurs.

  • 10 Mukasheva, A.S. « Français langue seconde : l’importance et les perspectives en République du Kazak (...)

28Plusieurs écoles et universités ouvrent également des sections de français. En 2013, a été inauguré l'Institut Sorbonne-Kazakhstan. Toutes ces démarches montrent que la langue française commence à être bien développée dans le Pays10. De plus, les gouvernements français et kazakh ont fait un grand pas en avant avec la mise en place du projet Abaï-Verne, fruit de la collaboration entre l'Ambassade de France et le Ministère de l'Education du Kazakhstan. Ce projet attribue une centaine de bourses à des étudiants de master et de doctorat. Les Kazakhstanais se rendent compte de l’utilité de la langue française pour leurs futurs projets.

29Cependant, même si la situation de la langue française s'améliore au Kazakhstan, l’enseignement du français reste toujours incomplet puisque les étudiants connaissent des difficultés d'ordre linguistique, communicatif, de recherche de différentes informations, de préparation d'exposés etc.

30Les difficultés linguistiques viennent de l'absence d'une méthode de français adaptée aux étudiants kazakhstanais. Il existe de bonnes méthodes d’apprentissage de la langue française, mais elles sont générales, c'est-à-dire que les caractéristiques nationales des étudiants ne sont pas prises en compte.

  • 11 James A. Banks. « Concepts étrangers d'éducation multiculturelle », dans Batelaan P., Auernheimer G (...)

31Les difficultés de communication viennent du fait que le Kazakhstan n'est pas un pays francophone. Il manque fortement aux étudiants des interactions communicatives dans un environnement français, l'environnement de communication fourni par l'enseignant n'est pas suffisant. Un besoin d’aider et d’orienter les étudiants apparaît donc nécessaire11.

Méthodologie d’enseignement du FLE

32Durant les premières étapes d’apprentissage du français, les apprenants suivent les cours généraux. Les méthodes de base (Alter Ego 1+, Panorama, Saison etc.), sur lesquels travaillent les grands débutants en classe de FLE, permettent d’exploiter des documents authentiques variés, qui peuvent être utilisés grâce aux ressources électroniques proposées : documents sonores, vidéos, textes, etc. Mais le problème est que ces documents sont en nombre limité et ne sont pas toujours disponibles. Compte tenu de ceci, dans ces cas de pénurie de matériel audio et vidéo, nous invitons les étudiants à s'inscrire sur la plateforme pédagogique universitaire, où l'enseignant transmet tout le matériel audio et vidéo manquant.

33Toutes ces actions en faveur de la langue française nécessitent également la formation de cadres, principalement d’enseignants de français, ainsi que la diversification des formations et des disciplines en français. Il est important d’y introduire des cours de civilisation accompagnant les cours de langue. De nombreuses facultés des langues étrangères d’universités kazakhstanaises l’ont fait pour la deuxième langue étrangère, et dans notre cas pour le français. Le cours de Civilisation française correspond au niveau de français enseigné : FLE Civilisation débutant - A1, FLE Civilisation intermédiaire - A2, FLE Civilisation autonome - B1, FLE Civilisation avancé - B2, FLE Civilisation expert - C1. On distingue dans ces cours deux aspects : ce sont des éléments supplémentaires pour l'acquisition pratique de la langue étrangère, mais ils représentent surtout une discipline qui doit être étudiée par les futurs et actuels enseignants de cette langue étrangère.

34En effet, l’enseignement d’une langue étrangère consiste non seulement en l'acquisition de connaissances linguistiques et de compétences en communication orale et écrite, mais aussi en l'acquisition d'informations de base sur le pays de la langue étudiée : caractéristiques nationales, nature, valeurs culturelles, structure économique, habitudes de vie, histoire, etc. Ainsi, les compétences acquises seront ensuite utilisées dans la communication avec des représentants d'autres cultures, contribuant principalement à une perception adéquate du discours de l'interlocuteur et à une compréhension correcte des textes originaux.

  • 12 Anciennement Astana, en 2019, la capitale a pris le nom du premier président sortant Noursoultan. L (...)
  • 13 Domnina, Tatyana et Tastambekova, Almira, « Le français en action ! – 1 », Nour-Soultan, "Print Hou (...)

35Déterminer la méthodologie d’enseignement en vigueur pour l’enseignement du FLE au Kazakhstan n’est pas chose aisée. En nous fiant à notre expérience d’étudiante et enseignante de notre chaire française à l'Institut Sorbonne-Kazakhstan, nous concluons que chaque enseignant peut enseigner selon sa propre méthodologie. En 2019, le Kazakhstan, en collaboration avec l'Ecole française internationale Charles de Gaulle – Miras au Kazakhstan et l'Alliance Française de Noursoultan12 a créé une nouvelle méthode de français « Le Français en action ! – 1 » pour les étudiants et les écoliers. Cette méthode repose sur les principes de l’approche actionnelle. Elle s’adresse à des adultes et grands adolescents et couvre les niveaux A1 et A2.1 du CECRL dans un parcours de 140 heures environ.13 C'est une méthode qui propose des thèmes vraiment enrichissants, multicolores, avec un Cahier d'activité, un Contenu audio, des Diaporamas, des Fiches pédagogiques et des tests. Aujourd'hui, grâce à l'Ambassade de France, cette méthode a été diffusée dans sa version originale dans de nombreuses écoles, universités et centres du Kazakhstan.

36En dépit de l’intérêt croissant que suscite la langue française dans les établissements d’enseignement, il reste à résoudre certains problèmes liés, en particulier, au manque de supports pédagogiques diversifiés et efficaces, et à l’absence méthodologique de choix du modèle et du contenu de l’enseignement. Dans la plupart des cas, la base de l'enseignement d'une langue étrangère en pratique universitaire a principalement recours à des manuels, des disques, des tableaux interactifs, etc., mais malheureusement les nouvelles technologies sont encore trop rarement utilisées.

37Nous pensons donc qu’il faut encourager et avancer dans l'utilisation des plateformes pédagogiques des nouvelles technologies, comme les programmes Moodle, MOOC, E-learning, Trello, l’enseignement à distance ou des sites pour apprendre le français comme Babbel, Duolingo, TV 5 Monde, 7 jours sur la Planète, Bravolol, le site bonjourdefrance, etc.

Perspectives de l'apprentissage du français au Kazakhstan

38Il existe évidemment des perspectives intéressantes pour l’apprentissage du français au Kazakhstan, et pour le populariser dans notre pays il faut motiver les élèves et les étudiants pour qu’ils l’étudient. Le français est non seulement fascinant, beau et mélodique, mais il est aussi la langue de la diplomatie et de la culture la plus riche, dont la possession ouvre aux apprenants de très larges possibilités d’apprentissage, d’enrichissement culturel et de communication.

39La motivation des étudiants à choisir et à étudier la langue française vient du fait que l’éducation est un aspect important de la coopération entre le Kazakhstan et la France. En effet, ces deux Pays souhaitent renforcer la présence scientifique et culturelle mutuelle, développer l’enseignement de la langue française dans les écoles et les universités de la République du Kazakhstan, et augmenter le nombre d’échanges d'étudiants.

  • 14 Cuq, Jean-Pierre, « Enseigner le français dans le monde, le livre blanc de la FIPF », Essais franco (...)

40L'une des premières étapes dans le cadre de la coopération entre le ministère de l'Education et des Sciences de la République du Kazakhstan et l'ambassade de France a été la création en 2008 de l'Association républicaine des professeurs de langue française sur la base de l'association des enseignants d'Almaty. Le siège de l'association est à l'Alliance Française d'Almaty, les réunions de l'association se tiennent également dans les locaux de cette Alliance Française. L'association organise des séminaires de formation pour ses membres, des festivals et des compétitions pour les écoliers et les étudiants ; elle participe à des conférences internationales et organise des Semaines de la langue française, rassemblant entre 300 et 400 élèves de tous niveaux scolaires et universitaires. Les participants à la Semaine de la langue française ont l’occasion d’exprimer leurs compétences en matière de déclamation, d’art visuel et chant, leur connaissance des pays francophones présents, de rédiger des essais, de présenter leurs propres projets et de participer à des concours linguistiques.14

41La coopération franco-kazakhe dans le domaine de l'enseignement supérieur repose sur trois niveaux :

421) Européen : des établissements français participent à des projets financés par l’Europe, tels que Tempus ou Erasmus ;

  • 15 Jean-Pierre Cuq a également été de 2008 à 2016 président de la Fédération internationale des profes (...)

432) Bilatéral : il s'agit de la coopération directe d'établissements d'enseignement français et kazakhs sur la base d'accords, avec la participation éventuelle d'entreprises françaises pouvant fournir un soutien financier et matériel. Par exemple, Jean-Pierre Cuq15 a participé dans ce projet de coopération en tant que président de l'Association des directeurs des centres universitaires d'enseignement du français aux étrangers (ADCUEF) et de l'Association de didactique du français langue étrangère (ASDIFLE). En 2016 il a décrit l’état de l'enseignement du français dans le monde, à partir de recherches sur la situation de la langue française dans les systèmes éducatifs et universitaires. Il souligne que :

  • 16 Cuq, Jean-Pierre. « Enseigner le français dans le monde, le livre blanc de la FIPF », dans Essais f (...)

« L’Ecole Internationale Miras de Kazakhstan réunit des apprenants et des enseignants de 12 nationalités différentes, les cours étant dispensés en kazakh, russe, anglais et français : la section française comprend 3 classes à 20 apprenants et elle est soutenue financièrement par la communauté et les entreprises françaises »16.

443) Institutionnel : l'ambassade de France, en contact permanent avec le ministère de l'Éducation et de la Science de la République du Kazakhstan, identifie des opportunités de coopération potentielles.

45Parmi les principaux programmes et projets éducatifs mis en œuvre dans le cadre de la coopération entre la République du Kazakhstan et la France, je souhaiterais rappeler les points suivants :

  • En collaboration avec l’Université Nationale Pédagogique Abaï de Kazakhstan, un projet de grande envergure a été monté pour ouvrir l'Institut français Sorbonne-Kazakhstan, comme seule filiale d'Asie centrale du cluster éducatif européen de renommée mondiale, Sorbonne.

  • Avec le soutien de la compagnie pétrolière Total, un centre culturel franco-kazakh au sein de « L'organisation éducative autonome Université Nazarbaïev » a été ouvert. Maintenant le centre a pris la forme d'un café dans le style français, un excellent endroit pour les étudiants pour se socialiser et se détendre.

    • 17 https://www.culturefrance.kz /, le service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de (...)

    Dans le cadre du programme Abaï-Verne, l’attribution de bourses a permis d’effectuer des mobilités d’études en France à une centaine de jeunes chercheurs engagés dans des recherches dans divers domaine de 2017 à 2020. Ce programme était ouvert aux jeunes chercheurs kazakhs parlant français ou anglais.17

46Comme l’a déclaré le service de presse du Premier Président du Kazakhstan :

  • 18 Stratégie "Kazakhstan-2050". «В нашей стране образование является безусловным приоритетом развития. (...)

« Dans notre pays, l’éducation est la priorité absolue du développement. Le Kazakhstan vise désormais les meilleurs standards mondiaux. Notre objectif est de donner la possibilité à nos jeunes d’obtenir, dans leur pays, toutes les connaissances et les compétences nécessaires pour affronter l’avenir avec confiance. L’arrivée d’universités reconnues mondialement chez nous montre que nous avons choisi une bonne voie » 18.

47En 2007, approuvant le programme national de développement de l'éducation pour 2011-2020, le Président Nazarbaïev souligne que :

  • 19 Programme d'Etat sur le développement de l'éducation de la République du Kazakhstan pour la période (...)

«L’apprentissage de la langue française par nos enfants nous intéresse car cela donnera plus d’opportunités et permettra d’envoyer plus d’étudiants chez vous. Nous réserverons un quota spécial à des étudiants français pour qu’ils fassent leurs études chez nous, qu’ils découvrent notre pays, notre langue, notre histoire. Cela les motivera »19.

Conclusion

48En conclusion, je tiens à noter que lors de son interview pour le magazine "Radio Azattyk New" datée du 14 octobre 2019, le ministre de l'Éducation et des Sciences du Kazakhstan, A. Aymagambetov a déclaré :

  • 20 Radio Azattyk New, série « Enseignement », 14 octobre 2019.

49« Pour cette année au moins 43 milliards de tenges seront alloués à la science et pour l'année prochaine 63 milliards de tenges. Des changements positifs ont eu lieu au cours de l'année, et une augmentation des fonds est également prévue dans le projet de budget. 56 milliards de tenges sont également alloués pour la mise en œuvre de trois tâches : l'équipement des collèges et des universités en matériel éducatif, la mise à jour des programmes et la formation du personnel sur ces programmes. En conséquence, la qualité de l'enseignement dans les collèges et les universités devrait être améliorée. Tout d'abord, nous devons déterminer de quel type d'établissement d'enseignement il s'agit et de quel matériel pédagogique ils ont besoin, puis acheter du matériel. C'est une question complexe. Cette année, nous avons terminé les travaux préparatoires » 20.

50Dans ce contexte, il faudra qu’une importance particulière soit accordée aux points suivants dans l'enseignement professionnel supérieur :

51- Le développement de l'apprentissage à distance, car il peut permettre à chacun, tout au long de sa vie professionnelle et dans la perspective d’une auto-amélioration continue, de suivre des cours gratuitement, d'améliorer ses compétences ou d’en acquérir de nouvelles, ou de changer de profession.

52- L'introduction de plateformes pédagogiques dans toutes les universités kazakhes pour étudier la langue française, afin que l’enseignement du français ne se limite pas aux cours en présentiel.

53- L’introduction de nouvelles méthodes dans l’enseignement de la langue française, spécifiquement adaptées aux étudiants kazakhstanais.

54- L’introduction des disciplines Culture et Civilisation de la langue étrangère étudiée et l’organisation de divers événements culturels.

55- L'organisation de formations pour les jeunes spécialistes de la langue française, pour l’amélioration de leurs compétences.

56De plus, l'intégration du Kazakhstan dans l'espace éducatif mondial sera facilitée par la place de la langue française en tant que deuxième langue étrangère. Le multilinguisme nous aide à nous intégrer dans le monde et à construire une nouvelle économie fondée sur l'innovation et le savoir : il s'agit d'un élément important de la politique étrangère et intérieure de notre pays. Si nous parlons de nombreuses langues étrangères, nous pourrons révéler au monde notre culture et nos traditions orientales. L'étude de la langue française à égalité avec l'anglais a un impact important sur l’éducation et sur le niveau de développement social, socio-économique et technologique du Kazakhstan. Elle apporte au futur spécialiste des compétences qui lui seront indispensables lors de son intégration dans la sphère de l’activité professionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Banks, James A. « Concepts étrangers d'éducation multiculturelle », dans Batelaan P., Auernheimer G., Nien V., etc., Éducation interculturelle, Henvey R., Boston, Éducation globale, 2007, p. 34-40.

Barcellini, Lise, « Kazakhstan - Jeune nation entre Chine, Russie et Europe » (8 juin 2017), Paris, HD Ateliers Henry Dougier, 2017, p. 3-30.

Cuq, Jean-Pierre, « Enseigner le français dans le monde, le livre blanc de la FIPF », dans Essais francophones V-3, Paris, GERFLINT, 2016, p.180-186.

Domnina, Tatyana et Tastambekova, Almira, « Le français en action ! – 1 », Nour-Soultan, "Print House Gerona", 2019.

Mukasheva, A.S. « Français langue seconde : l’importance et les perspectives en République du Kazakhstan, dans la Revue scientifique universitaire, série « Sciences pédagogiques », Almaty, n°1 (45), 2015, p. 25-27.

Programme d'Etat sur le développement de l'éducation de la République du Kazakhstan pour la période 2011-2020 (approuvé par décret du Première Président de la République du Kazakhstan du 7 décembre 2010 n ° 1118) ; 4 Loi n ° 319-III du 27 juillet 2007 sur l’éducation de la République du Kazakhstan.

Radio Azattyk New, Série « Enseignement », intervieweur Amanzhol K. Almaty, 14 octobre 2019.

Stratégie "Kazakhstan-2050", Message du Président de la République du Kazakhstan Leader de la nation N.A. Nazarbaïev au peuple du Kazakhstan, Astana, 14 décembre 2012.

Références électroniques

https://online.zakon.kz, (consulté le 12.02.2020).

https://stat.gov.kz/census/national/2020, Site Web du Département des statistiques du ministère de l’Économie nationale de la République du Kazakhstan, (consulté le 12.02.2020).

https://www.culturefrance.kz/, le service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, les Alliances françaises et le réseau culturel français au Kazakhstan, (consulté le 12.02.2020).

Lonjon, Jérémy, « Nationalité et citoyenneté au Kazakhstan », dans https://www.novastan.org, https://novastan.org/fr/kazakhstan/nationalite-et-citoyennete-au-kazakhstan/, (consulté le 15.02.2020).

Lonjon, Jérémy, « Le média franco-allemand dédié à l’Asie centrale post-soviétique (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan) », in https://www.novastan.org, https://novastan.org/fr/kazakhstan/nationalite-et-citoyennete-au-kazakhstan/, (consulté le 15.02.2020).

Haut de page

Notes

1 Barcellini, Lise, « Kazakhstan - Jeune nation entre Chine, Russie et Europe » (8 juin 2017), Paris, HD Ateliers Henry Dougier, 2017, p. 3. 

2 https://stat.gov.kz/census/national/2020, (consulté le 12.02.2020).

3 https://www.novastan.org/fr/kazakhstan/nationalite-et-citoyennete-au-kazakhstan/, consulté le 12.02.2020.

4 Barcellini, Lise, ibidem, p. 3. 

5 Journal Culturel Novastan, voir BP-4.

6 Barcellini, Lise, ibidem, p. 4. 

7 ibid. voir BP-3

8 https://online.zakon.kz, consulté le 12.02.2020

 « Oфициальным языком Казахстана является казахский язык и что русский является « языком межнационального общения ».

9 Barcellini, Lise, op. cit., p.30

10 Mukasheva, A.S. « Français langue seconde : l’importance et les perspectives en République du Kazakhstan ». Revue scientifique universitaire, série «Sciences pédagogiques», Almaty, n°1 (45), 2015, p. 25-27.

11 James A. Banks. « Concepts étrangers d'éducation multiculturelle », dans Batelaan P., Auernheimer G., Nien V., etc., Éducation interculturelle, Henvey R, Boston, Éducation globale. 2007, p. 34-40.

12 Anciennement Astana, en 2019, la capitale a pris le nom du premier président sortant Noursoultan. Le président actuel est Kassym-Jomart Tokaïev.

13 Domnina, Tatyana et Tastambekova, Almira, « Le français en action ! – 1 », Nour-Soultan, "Print House Gerona", 2019.

14 Cuq, Jean-Pierre, « Enseigner le français dans le monde, le livre blanc de la FIPF », Essais francophones V-3, Paris, GERFLINT, 2016, p.180-186.

15 Jean-Pierre Cuq a également été de 2008 à 2016 président de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF) dont il était vice-président depuis 2004. Actuellement il est Président honoraire de la Fédération Internationale des Professeurs de Français.

16 Cuq, Jean-Pierre. « Enseigner le français dans le monde, le livre blanc de la FIPF », dans Essais francophones V-3, Paris, GERFLINT, 2016, p.180-186.

17 https://www.culturefrance.kz /, le service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, les Alliances françaises et le réseau culturel français au Kazakhstan, (consulté le 12.02.2020).

18 Stratégie "Kazakhstan-2050". «В нашей стране образование является безусловным приоритетом развития. Казахстан взял курс на его приближение к лучшим мировым стандартам. Мы ставим цель, чтобы наша молодежь могла обучиться в своей стране всем знаниям и навыкам, позволяющим смело смотреть в будущее. Приход к нам университетов с мировым именем показывает, что мы выбрали правильный путь ». 

19 Programme d'Etat sur le développement de l'éducation de la République du Kazakhstan pour la période 2011-2020. « Мы заинтересованы в том, чтобы наши дети изучали французский язык, чтобы эти возможности предоставлялись, больше направлять к вам студентов. И мы дадим специальную квоту для французской молодежи, чтобы они обучались у нас, изучали наш край, наш язык, нашу историю. Это будет вдохновлять ».

20 Radio Azattyk New, série « Enseignement », 14 octobre 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nurgul SEISEKEYEVA, « L’enseignement du français langue étrangère (FLE) au Kazakhstan. », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 30 avril 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/8965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.8965

Haut de page

Auteur

Nurgul SEISEKEYEVA

Institut Sorbonne-Kazakhstan, Université Nationale Pédagogique Abaï, Almaty, Kazakhstan. Doctorante au sein de l'Ecole Doctorale CLE de l’Université Aix Marseille. Enseignante en didactique du français langue étrangère à l'Institut Sorbonne-Kazakhstan. Ses recherches portent sur les aspects didactiques et pédagogiques de l’utilisation des plateformes pédagogiques pour développer des compétences de communication orale en FLE au Kazakhstan.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search