Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Les adjectifs de couleur en kazak...

Résumé

La capacité de distinguer les couleurs est un élément essentiel de la perception visuelle d’une personne. La représentation des couleurs fixe les liens qui existent entre la langue et la réalité, la psychologie, la société et la culture. En effet, notre perception de la couleur fait appel non seulement à la réalité, mais également à nos sentiments, à nos émotions et à nos valeurs morales. En kazakh et en français, les lexèmes principaux transmettant les couleurs ont de nombreuses significations. Le but de cet article est d’examiner la structure sémantique des adjectifs kazakhs désignant les couleurs de base et de la comparer à la structure sémantique des mêmes adjectifs français, en se basant sur leurs sens dénotatifs et connotatifs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Оразалиева, Э. Когнитивная лингвистика: становление и развитие, Алматы, Арыс, 2006, 312 с.

1En linguistique contemporaine, une solide littérature scientifique s’est accumulée sur les termes indiquant les couleurs dans différentes langues : nous y trouvons de nombreuses informations théoriques intéressantes et utiles, concernant non seulement les caractéristiques linguistiques, mais aussi psycholinguistiques et ethnolinguistiques.
Beaucoup de choses tangibles et intangibles dans le monde environnant sont perçues grâce aux couleurs. La capacité de les distinguer est un élément essentiel de la perception visuelle d’une personne. Il est difficile de nommer la sphère d'activité humaine dans laquelle le facteur de couleur ne serait pas présent. Dans toutes les sociétés, la couleur a toujours eu une grande importance. Elle contribue activement à la formation de la conscience et participe à la structuration de l'espace sémantique de la langue. La sphère conceptuelle des couleurs, étant plastique et ouverte, se caractérise par une multitude de significations et de liens associatifs ainsi que par des caractéristiques axiologiques. L’analyse des lexèmes qui véhiculent des couleurs combine des approches cognitive, linguistique, culturelle et sociologique1.

2Les termes de couleur sont très intéressants pour l’étude des groupes thématiques dans de différentes langues. La popularité de ces termes, en tant que sujet de recherche, s’explique par le fait qu’ils font partie d’un problème plus global : la relation entre le contenu et la forme d’un signe linguistique. Une question particulièrement importante se pose alors : quel est le mécanisme du traitement de l’information reçue à l’aide de notre appareil sensoriel ? La spécificité de ce groupe thématique consiste en ce que ses composants ont une corrélation directe avec la réalité – le spectre de couleurs.

  • 2 Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русс (...)

3De toutes les qualités physiques, la couleur est l'une des caractéristiques les plus importantes, les plus évidentes et les plus attrayantes. En fait, il est impossible de trouver un objet réel qui n’aurait pas de couleur. C’est le propre de la nature humaine de voir en couleurs le monde qui l’entoure et, en créant de nouveaux objets, de leur donner non seulement une forme, mais également une couleur. Les concepts de couleurs sont présents dans des images linguistiques, mythologiques et religieuses2.

4Étant donné que l'intérêt pour les termes de couleurs ne se tarit pas, le nombre d'œuvres révélant leurs différents aspects est très important. Les études portant sur ce sujet concernent des langues diverses. Ce sujet reste donc pertinent tant sur le plan théorique que pratique. Le but de cet article est d’examiner la structure sémantique des adjectifs kazakhs désignant les couleurs de base et de la comparer à la structure sémantique des mêmes adjectifs français, en se basant sur leurs sens dénotatifs et connotatifs.

Pourquoi étudier les adjectifs de couleur ?

  • 3 Кульпина, В. Г. Лингвистика цвета: Термины цвета в польском и русском языках, М., 2001, 472 с.

5Les lexèmes de couleur sont des universaux présents dans toutes les langues et coïncident souvent au niveau dénotatif si nous parlons des couleurs de base du spectre. L’analyse cognitive, sémantique et culturelle nous permet de comprendre les caractéristiques profondes de la conceptualisation des couleurs, de déterminer quels sont les prototypes servant à mettre en évidence des caractéristiques sémantiques, d’analyser la façon dont chaque peuple interprète les couleurs et utilise ces lexèmes pour désigner les différents faits de la réalité. Il convient de noter que la question des couleurs concerne, entre autres, la possibilité de leur catégorisation3.

6Une telle analyse est particulièrement importante compte tenu du fait que les lexèmes étudiés sont liés conceptuellement aux prototypes des objets de la réalité, dont la couleur sert de base à la formation de termes de couleur dans de différentes langues. Les termes de couleur renvoient à des codes culturels, ils sont capables d’exprimer la mentalité d’un peuple, des points de référence de la culture et des valeurs, ainsi que leur changement au cours d’une époque historique donnée. Ce genre d’étude permet de suivre la formation et l’évolution du système symbolique des couleurs. Leur représentation par des lexèmes reflète les liens qui existent entre la langue et la réalité, la psychologie, la société, la culture. Les adjectifs de couleurs reflètent un long processus de développement de la culture d’une communauté, fixent et transmettent de génération en génération des attitudes culturelles, des stéréotypes, des images et des symboles, des principes moraux et esthétiques. Ainsi, notre perception de la couleur fait appel non seulement à la réalité, mais également à nos sentiments, nos émotions et nos valeurs morales.

  • 4 Аймагамбетова, Б.Н. «Трансформация русской цветовой картины мира в условиях билингвальной ситуации (...)

7Les chercheurs dans les domaines de l’ethnographie, de la psychologie et des études culturelles parlent de degrés divers de la signification sociale des différentes couleurs dans la vie d’un peuple. Les lexèmes de couleurs sont un sujet obligatoire pour l’étude de l’emploi imagé dans de différentes langues4. De plus, les scientifiques peuvent étudier la désignation des couleurs du point de vue de sa non-motivation ou motivation ; ils peuvent se pencher sur des lexèmes de couleurs (présentés le plus souvent par les adjectifs) dans leur utilisation directe et dérivée, y compris dans des métaphores, des comparaisons, des idiomes, des proverbes et des dictons.

  • 5 Бахилина, Н. Б. История цветообозначений в русском языке, М., Наука, 1975, 292 с.

8Le système de couleurs présente un grand intérêt pour les études linguistiques, car il montre à la fois des similitudes importantes et des différences profondes entre les langues. Dans des langues diverses, les adjectifs principaux de couleur sont polysémiques. Bien que leur palette principale soit la même, il existe des différences dans la fréquence de l’utilisation, la structure sémantique, la compatibilité et le développement des significations supplémentaires. Ainsi, de nombreux exemples montrent que même les couleurs de base ne peuvent pas avoir une signification universelle, car dans certains cas, la désignation d'une couleur peut être absente dans une langue5.  

  • 6 Pastoureau, Michel. Bleu : histoire d’une couleur, Paris, Éd. du Seuil, 2000.

9Le rôle de la couleur dans l'interprétation des faits socioculturels est incontestable. Michel Pastoureau, qui a étudié le symbolisme des couleurs pendant de nombreuses années, conclue que le concept de couleur est un fait socioculturel doté d'une structure complexe opposée à toute généralisation et échappant parfois à l’analyse scientifique. Toute recherche de ce type sera de nature sociale et anthropologique. Les couleurs ont leur propre histoire sociale. En Europe, au XIIe siècle, par exemple, « le bleu » est le symbole de la couleur de la Vierge Marie ; au XIIIe siècle, « le bleu » commence à symboliser la royauté d’où l'expression bien connue « le sang bleu » qui signifie une origine noble. De nos jours, « le bleu » est l'une des couleurs les plus populaires en Europe, comme en témoigne le drapeau de l’Union européenne6.

Les recherches linguistiques

  • 7 Кононов А. Н. «О семантике слов «цара» и «ац» в тюркской географической терминологии», ИАН ТаджССР. (...)
  • 8 Кононов, А.Н. «Семантика цветообозначений в тюркских языках» in Тюркологический сборник, М., Восточ (...)
  • 9 Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русс (...)

10Les premiers travaux sur la sémantique des noms de couleurs dans les langues turques (le kazakh appartient aux langues turques de la famille Altaï) ont été commencés par l'académicien A.N. Kononov dans ses deux articles « Sur la sémantique des mots ақ (blanc) қара (noir) dans la terminologie géographique turque7 » et « Sémantique des termes de couleur dans les langues turques8 ». En linguistique kazakhe, les concepts de couleur sont activement explorés dans des travaux consacrés à l'analyse des caractéristiques ethnologiques, linguistiques et culturelles de ces termes. L'une des dernières études dans le domaine est la monographie de Sh.K. Zharkynbekova « Concepts de couleur dans les cultures et les langues kazakhe et russe9 ».

11L’étude du processus et de la structure des actes de nomination se font généralement sur la base de trois éléments : « objet – concept – nom » (triangle sémantique) / « réalité – mentalité – langue ». Dans toutes les langues, chaque composant de ce triangle, dans son incarnation linguistique particulière, est enrichi par des attributs spécifiques liés à la conceptualisation et à la verbalisation du monde.

12Si nous considérons la couleur du point de vue physique, la définition de la couleur – selon la théorie de Newton – dépend de la longueur d’onde de lumière. Ainsi, une couleur est un flux lumineux qui, lorsqu'il s’est heurté à la surface d'un objet, est réfracté ou décomposé en une multitude de nuances constituant le spectre de couleurs.

  • 10 Брагина, А.А. «Цветовые определения и формирование новых значений слов и словосочетаний» in Лексико (...)

13Les chercheurs sont principalement confrontés au problème de la classification des lexèmes désignant les couleurs. Lors de la construction d'un modèle sémantique des noms de couleur, le savant ne peut trouver un principe unique pour la sélection et la classification de ces unités. Les physiciens ont identifié sept couleurs spectrales de base : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo, violet ; il s'agit de couleurs chromatiques, mais ils distinguent également les couleurs achromatiques blanc et noir. Les scientifiques soutiennent que l'œil humain est capable de distinguer entre 500 000 et 2 500 000 couleurs, chacune pouvant être appelée par un nom spécial10. En étudiant la verbalisation de la perception des couleurs, les linguistes divisent les termes de couleur en deux groupes : les couleurs de base et les couleurs des nuances.

  • 11 Волкова, М.Г. «Способы пополнения лексико-семантической группы цвета в разноструктурных языках», in(...)

14Les noms de couleurs absolues, à leur tour, sont divisés en couleurs, appelant les sept couleurs du spectre lumineux et couleurs achromatiques (noir, blanc, gris)11. Les couleurs noire et blanche sont apparues en premier dans la conscience humaine, en tant que la distinction entre le jour et la nuit. Ensuite vient le concept de rouge – énergie vitale, sang, feu. La coexistence avec la nature forme des concepts de couleurs jaune et vert, l'eau et le ciel sont en bleu, puis le brun se forme comme couleur du sol, de l'écorce des arbres. Plus tard, apparaissent les couleurs rose, gris, orange. Tous ces concepts sont des phénomènes naturels, ce qui confirme l’existence d’une perception standard des couleurs.

  • 12 Фрумкина, Р.М. Цвет, смысл, сходство (аспекты психолингвистического анализа),М., Наука, 1984, 175 с
  • 13 Загидуллина, А.А. Символы и образы: онтология и функционирование (на материале французского языка), (...)

15Les noms de couleurs peuvent apparaître à l’aide de la couleur des matériaux naturels (or, émeraude, nacre, rubis) ; de la couleur des arbres, des fleurs, des légumes, des fruits (violet, rose, carotte, lilas) ; de la couleur des aliments et des boissons (moutarde, café, crème). Les adjectifs de couleur renvoient à des mots de référence, c'est-à-dire qu'il existe en réalité une certaine classe d'objets dont l'attribut essentiel est un attribut donné. Les concepts de référence sont formés par associations. La norme peut être donnée par le mot lui-même, c'est-à-dire que son morphème de racine est, par exemple, « cerise » – « couleur cerise », « framboise » – « couleur framboise », « jaune » – « couleur jaune d’œuf », « citron » – « couleur citron » ou peut-être simplement attaché à un certain objet, un porteur caractéristique d'une qualité définie – « une neige blanche », « un charbon noir », « une herbe verte », « un ciel bleu ». Comme le note R.M. Frumkina, la manière la plus informative d'interpréter les couleurs est celle qui contient une référence directe à un objet12. Cependant, quel est cet « objet » « standard », « prototype » ? Cela dépend de la langue, car l'impact constant des sensations reçues par les porteurs d'une couleur particulière de l'environnement a créé de fortes associations avec certains objets, au niveau génétique13.

16Certaines désignations de couleurs sont claires : « beurre – jaune clair », « bordeaux – le vin rouge de Bordeaux », « champagne – jaune pâle » ; certaines semblent exotiques aux autres peuples : « biche – blanc avec rougeâtre », « gorge de pigeon – gris irisé », « puce – brun rougeâtre ». Des divergences dans la perception des couleurs exprimée par ceux qui parlent plusieurs langues font naître des différences dans la formation des associations liées à une couleur concrète.

Le rôle des couleurs dans la représentation linguistique du monde

  • 14 Мельникова, Н.В. Цветообозначения в художественном тексте как предмет прагмафоностилистики: (на мат (...)

17La présentation linguistique du monde est son contenu conceptuel présenté dans une langue concrète. Cette vision linguistique se distingue de la présentation scientifique du monde, laquelle est une combinaison d’idées humaines et de connaissances sur la réalité, la base pour construire un modèle authentique du monde. La représentation linguistique du monde est constituée de faits de réalité identifiés, conceptualisés et fixés à l'aide de moyens verbaux. La vision linguistique du monde en tant qu’organisme unique est une structure avec plusieurs niveaux. Elle détermine l’ensemble du comportement communicatif ainsi que la compréhension du monde extérieur et du monde intérieur (la vie psychologique) d’une personne14. La vision linguistique du monde existe dans la conscience d'une communauté linguistique et est transmise aux générations suivantes par le biais d'une conceptualisation particulière de la réalité, de règles de comportement, de modes de vie fixés à l’aide de la langue. L'image linguistique du monde est le patrimoine culturel partagé par une communauté linguistique.

  • 15 Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русс (...)
  • 16 Кунанбаевa, С.С. Концептологические основы когнитивной лингвистики в становлении полиязычной личнос (...)

18La vision du monde en couleur est présentée par les caractéristiques des couleurs utilisées dans une société, une culture et une langue. On y trouve des sens dénotatifs, connotatifs et des valeurs socioculturelles liés à la couleur. Les couleurs ont leur passé historique, ainsi qu’une histoire dans le présent15. La langue est une forme universelle de la conceptualisation primaire du monde et de la rationalisation de l'expérience humaine, le porte-parole et le gardien des connaissances du monde, la mémoire historique des événements socialement significatifs de la vie humaine16. Par exemple, les savants anciens avaient leur classification des couleurs. L'esthétique antique des couleurs est devenue pour l'art européen un véritable fondement sur lequel il s'est par la suite développé fructueusement.

19La sémantique de couleur, en tant qu’une composante de la culture de chaque ethnie, repose sur un système de significations sacrales, complexes et variées, qui incarne certaines valeurs culturelles. Par conséquent, les termes de couleur sont des phénomènes sociaux. Au cours du développement historique de l’humanité, la signification des couleurs a changé, mais leurs concepts de base et leurs caractéristiques sémantiques se sont préservés dans la culture et dans les traditions de chaque nation et, par conséquent, reflétés dans les systèmes linguistiques.

20En kazakh et en français les lexèmes principaux transmettant les couleurs ont de nombreuses significations et renvoient à des associations d’idées. Par exemple, la couleur blanche dans la culture kazakhe signifie humanité, innocence, bonnes intentions, justice, vérité, gentillesse, richesse, sainteté : cette couleur est considérée comme noble, agréable et chaleureuse.

Les langues kazakhe et française et leurs systèmes de couleurs

21Le Kazakhstan est un État situé au centre de l’Eurasie, dont la majeure partie appartient à l’Asie et la plus petite à l’Europe. Sa population est de 18 632 002 habitants (au 1er janvier 2020). Son territoire mesure 724 902 km², faisant de ce pays le 9ème plus grand au monde ; il possède des frontières au nord et à l'ouest avec la Russie, à l'est avec la Chine, au sud avec le Kirghizistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan. Sa capitale est Nour-Soultan, mais la plus grande ville du pays est Almaty.

  • 17 Сосанов, Кошали. История Казахстана, Алматы, Ол-Жас Баспасы, 2007, 112 с.

22L'image ethnique du territoire de l'actuel Kazakhstan est diverse par rapport à celle de l’antiquité. En effet, le pays était peuplé par des tribus et des peuples de différentes origines ethniques, qui ont ensuite laissé leur marque sur l'ethnogenèse des Kazakhs modernes. Anthropologiquement, les Kazakhs appartiennent à la race sud-sibérienne, une transition entre les races mongoloïdes et caucasiennes. La langue est le kazakh qui fait partie du sous-groupe Kypchak-Nogai, issu du groupe Kypchak, une famille Altaï des langues turques. L'ethnie kazakhe s’est formée définitivement au XVe siècle. Elle a été formée sur la base des tribus et des peuples suivants : les Argyns, les Doulats, les Naïmans, les Djalayirs, les Khazars, les Karlouks, les Coumans, les Huns, les Sarmates, les Sakas et les Scythes17.

  • 18 Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русс (...)

23Selon l’hypothèse la plus rependue, le mot « kazakh » dans la traduction de l'ancienne langue turque signifie « personne libre et indépendante »18. Les Kazakhs étaient, comme tous les peuples turcs, les héritiers de l'écriture runique qui existait aux VIIIe-Xe siècles et que l'on appelle Orkhon-Iénisseï. L'alphabet runique était composé de 24 lettres. Aussi en kazakh utilisait-on l’alphabet arabe, puis dans la période entre 1929 et 1940, l’alphabet latin. L'alphabet kazakh moderne dispose de 42 lettres et se base sur l'alphabet cyrillique. En 2012, fut prise la décision de remplacer progressivement l'alphabet kazakh par l’alphabet latin.

  • 19 Елибаева, К.Ж. «Символика и семантика цвета в казахской культуре», Вестник МГУКИ, №4, 2012, c. 60 - (...)
  • 20 Маргулан, А. Х. Казахское народное творчество, т. 1, 1975, 191 с.

24En parlant du système de la représentation des couleurs en kazakh, on peut y voir un symbolisme universel. Le bleu est le symbole du ciel, le rouge du feu, le blanc de la lumière, le jaune du soleil, le vert du printemps, le noir de la terre. Ceci est dû aux faits réels19. Par ailleurs, chaque langue a son propre système symbolique. Par exemple, les anciens Kazakhs représentaient le monde sous la forme d'un quadrilatère et chaque côté du monde était associé à une couleur spécifique : l’Est avec le bleu, le Sud avec le rouge, le Nord avec le noir, l’Ouest avec le blanc20.

  • 21 Қазақша-орысша сөздік, Алматы, Дайк-Пресс, 2008, 960 с.
  • 22 Dubois J. (dir.). Larousse de la langue française, Рaris, Librairie Larousse, 1979.
  • 23 Rey, A. Le Petit Robert. Les noms propres : alphabétique et analogique, Paris, Dictionnaires Le Rob (...)

25Pour voir les points communs et les différences qui existent dans les systèmes de couleurs kazakh21et français22, comparons la structure sémantique des adjectifs, désignant des couleurs de base telles que : ақ, – blanc, қара – noir, қызыл – rouge, көк – bleu, жасыл – vert, сары – jaune, қоңыр – brun23.

26Ақ = blanc en kazakh

271. la couleur : ақ қағаз – un papier blanc

282. vierge : дәптердің ақ беті – une page blanche

294. la sincérité : ақ көңіл – une âme sincère

305. la bonté : ақ жүрек – un coeur généreux

316. l’origine noble : ақ сүйек – le sang bleu

327. la reconnaissance : ақ кигізге көтерді - être élu

338. être chenu : ақ шаш – des cheveux blancs

349. la sagesse : ақ сақал – l’homme sage

3510. l’intelligence : ақ мандайлы адам – une personne intelligente

3611. heureux, réussi : aқ жол болсын ! – bon voyage !12. un homme chanceux : Ақжолды адам.

37Blanc en français

381. la couleur – une robe blanche

392. innocent – il est blanc comme neige 

403. propre – des draps blancs

414. vierge – une page blanche

425. virginité – la robe blanche pour la mariée

436. chenu – des cheveux blancs

446. qui n’a pas tous les effets habituels – une nuit blanche (sans sommeil), une voix blanche (sans timbre)

457. pâle – blanc comme un cachet d’aspirine.

46Les adjectifs «  – blanc » ont un grand nombre de significations. En kazakh, l'adjectif signifie sincérité, gentillesse, noblesse, reconnaissance, esprit. Dans la conscience religieuse kazakhe, la couleur blanche a une signification divine, elle exprime la plus haute valeur. En français, l’adjectif « blanc » a des significations supplémentaires, telles que : pâleur, pureté, absence d’une qualité habituelle (une voix blanche). ll y a des coïncidences dans les deux langues présentées : les adjectifs « aқ, – blanc », aussi bien en kazakh qu’en français, désignent des choses concrètes et abstraites telles que des cheveux blancs, une page blanche, l'innocence ; en kazakh et en français, le blanc est un symbole généralement positif .

Қарa = Noir en kazakh

471. la couleur : қара көйлек – une robe noire

482. la lumière sombre : қара күңгірт – le crépuscule

493. grand, nombreux, fort : қара күш – la force physique, puissante, қара нөпір – un grand rassemblement, қара дауыл – une forte tempête

504. qui n’est pas noble : қара халық – des masses populaires

515. malhonnête, méchant : қара жүрек – une personne méchante ; қара көңіл – une mauvaise intention

526. sale : қара жұмыс – un travail sale

537. illégal : қара заң – illégitime

546. une chose sacrée : қара шаңырақ –, la maison sacrée des ancêtres қара казан – un foyer sacré

557. le deuil : қара жамылу – être en deuil

568. le mal : қара албасты – un mauvais esprit.

57Noir en français

581. la couleur – une fumée noire

592. la saleté – les ongles noirs

603. l’obscurité – une rue noire

614. la tristesse – les pensées noires

625. la méchanceté – une humeur noire

636. la haine – une colère noire

647. horrible – une période noire

658. le deuil – être habillé de noir

669. illégal – le marché noir

6710. rigoureux – le froid noir

6811. le mal – la magie noire

6912. criminel – un film noir.

  • 24 Renaud, S. « Couleurs et Culture chez les Kazakhs » in Cahiers d'Asie Centrale, 2000, n° 8, consult (...)

70
En kazakh l’adjectif « noir » peut signifier une origine ignoble et en même temps, il peut exprimer les concepts de « sacré » ou « sage »24. L’œuvre d’Abaï, grand poète kazakh du XIXe siècle s’appelle « Карасөз » (littéralement – les mots noirs), cela signifie « Les mots sages ». En français, le noir est associé à la saleté, à la haine, à la peur et surtout à la mort. Il existe des coïncidences dans les deux langues : le noir est associé au deuil, à la tristesse, à l’illégalité, au mal, au mauvais temps. En kazakh et en français, le noir peut désigner des choses et des faits négatifs.

71Қызыл = Rouge en kazakh

721. la couleur : қызыл алма – une pomme rouge

732. communiste, soviétique : қызылдар – les rouges, qui soutiennent le pouvoir soviétique

743. immature physiquement : қызыл борбай – jeune enfant sans dents

754. très jeune ou très vieux : қызыл иек – un jeune enfant sans dents, un vieillard sans dents

765. l’éloquence : қызыл сөз – l’art de parler

776. la guerre : қызыл қырғын – le massacre, un bain de sang

787. un froid rigoureux : қызыл шұнақ аяз – un froid de loup

798. une grande fatigue : қызыл май қылу – être rompu de fatigue

809. la jalousie : қызыл көз – un œil envieux.

81Rouge en français

821. la couleur – qui est de la couleur du sang

832. l’émotion – être rouge de colère, voir rouge, être rouge de honte, de timidité, de pudeur ; rouge comme une cerise, un coq, un coquelicot, une écrevisse, un homard, une pivoine, une tomate

843. le danger – le feu rouge – le signal du danger

854. le drapeau rouge – révolutionnaire, communiste, soviétique

865. le bonnet rouge – le bonnet phrygien. La couleur rouge est le symbole des républicains.

87L'adjectif kazakh қызыл a un certain nombre de significations figuratives pour désigner l'âge, l’état physique, l'éloquence, l'envie, le sang versé, le froid extrême. Les Kazakhs sont très friands de la combinaison du rouge et du vert, car elle symbolise la steppe de printemps avec des tulipes. En français, l’adjectif « rouge » est utilisé principalement pour exprimer les différents états émotionnels d’une personne. La coïncidence dans l'utilisation de ces adjectifs fait référence à tels concepts comme révolutionnaire, communiste, soviétique. En kazakh « Қызыл жұлдыз » signifie une planète rouge : Mars. C’est la couleur qu’on utilise en français aussi pour indiquer cet astre qui doit sa couleur à l’oxyde de fer de son sol.

88Көк = Bleu en kazakh

891. la couleur : көк аспан – le ciel bleu

902. épais : көк тұман – un épais brouillard

913. fort : көк берен – une personne résistante

924. glacial : көк аяз – un froid rigoureux

935. vert : көк шай – le thé vert, көк шөп – l’herbe verte

946. qui est lié aux légumes : көк базар – le marché vert

957. qui n’est pas mûr : көк алма – une pomme verte

968. immature physiquement : көк асық – un animal faible

979. les jeunes : көк өрім – la jeunesse verte

9810. méchant : көк айыл - une femme méchante

9911. sans gras : көк сут – un lait écrémé

10012. sans valeur : көк тиын – insignifiant.

101Bleu en français

1021. la couleur – le ciel bleu

1032. la peau meurtrie – la peau bleue

1043. la peau d’une personne saisie de froid – les lèvres bleues

1054. la peau d’une personne saisie de peur – une peur bleue

1065. être d’origine noble – avoir du sang bleu

1076. romantique et naïf – un conte bleu, une fleur bleue.

  • 25 Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русс (...)

108
En kazakh, l’adjectif kөk est utilisé pour exprimer non seulement la puissance et l’intensité, mais aussi la faiblesse physique, l’immaturité, la jeunesse, la valeur, l’insignifiance et la maigreur. La particularité sémantique de l’adjectif kazakh kөk est qu’il peut être appliqué au sens de « vert », en décrivant la verdure, les légumes, les fruits ainsi que la jeune génération. Il faut noter que dans de nombreuses langues, les adjectifs désignant « bleu » véhiculent également des tons verts. Ainsi, la désignation des couleurs « bleu » et « vert » à l’aide d’un seul lexème est typique au turc, au mongol, au coréen, au japonais ainsi qu’à certaines langues indo-européennes25. Pour les Kazakhs, la couleur « bleu » était aussi associée à la sphère divine, il signifie non seulement des choses matérielles, mais aussi des choses spirituelles. En français, l’adjectif « bleu » désigne la naissance noble, les sentiments romantiques et la naïveté, il décrit également la peau d’une personne qui se trouve sous l’influence d’un froid intense ou des émotions diverses. En kazakh et en français ces adjectifs sont associés au froid.

109
Жасыл = Vert en kazakh

110La couleur – жасыл жайылым – pâturage vert

111En kazakh on n'utilise pas dans ce cas la couleur "vert", mais la couleur "bleu » ; en kazakh on dirait plutot "кок шоп", c'est-à-dire "les herbes bleues". Donc, nous avons le phénomène de l'utilisation d'une même couleur "bleu" pour exprimer deux couleurs différentes en réalité. 

112Vert : жасыл бояу, couleur verte, – жасыл шөп – herbe verte ; жасыл балдырлар – algues vertes 

113Vert en français

1141. la couleur verte – la couleur dominante de la végétation

1152. le feu, signaux verts – la voie est libre

1163. le teint vert – le teint d’un malade

1174. l’émotion – être vert de peur

1185. qui n’est pas mûr, jeune – le blé vert, la jeunesse verte, le parfum vert

1196. la force – un vieillard encore vert – qui a plein de vigueur

1207. la langue verte – l’argot.

121L’adjectif жасыл n’est donc utilisé en kazakh que pour exprimer des couleurs. La combinaison « көк жасыл » « bleu vert » signifie « vert clair ». En français, l'adjectif « vert » a beaucoup de significations différentes : libre, malade, effrayé, jeune, fort, langue familière.

Сары = Jaune en kazakh

1221. la couleur : сары гүл – une fleur jaune

1232. l’âge : сары жілік – un vieillard, сары үрпек – un enfant ; сары балапан – un oiselet

1243. l’intensité : сары уайым – une grande tristesse сары таң une matinée d’été longue, сары дала une steppe étendue.

125Jaune en français

1261. la couleur – les murs jaunes

1272. l’intensité – une colère jaune – violente.

128En langue kazakhe, l'adjectif « сары » peut être utilisé pour signifier l'âge, à la fois jeune et vieux, et aussi pour désigner une intensité. En français, l'adjectif « jaune » peut être utilisé pour désigner une émotion ; à l’heure actuelle cette couleur a une connotation politique, suite au mouvement des Gilets jaunes. L’attitude négative à l’égard de la couleur « jaune » est associée à la situation où la peau devient jaune quand on est malade. Mais en général, pour les Kazakhs, le jaune est associé au soleil, à l'or, à l'abondance, à la joie, mais aussi au calme, à la patience et à l'harmonie.

129Қоңыр = Brun en kazakh

1301. la couleur : қоңыр шаш des cheveux bruns

1312. agréable : қоңыр ән une chanson douce ; қоңыр жаз – l’été indien

1323. médiocre : қоңыр адам – un homme médiocre.

133Brun en français

1341. brun – l’ours brun

1352. des cheveux bruns

1363. la peau brune

1374. une bière brune

1385. un tabac brun.

139
En kazakh, l'adjectif қоңыр désigne deux qualités : agréable, chaleureux, proche du cœur, la gentillesse, le charme, mais aussi la médiocrité et l’inexpressivité. Cet adjectif occupe une place particulière dans le système de couleurs pour les Kazakhs, car cette couleur est associée au début de l'automne lorsque le soleil doux et agréable éclaire la nature, aux choses douces et très agréables. Қоңырқай – une planète brune : Saturne. En français, l'adjectif « brun » ne s'applique que pour désigner cette couleur.

140Conclusion

141L'analyse a montré que les adjectifs de couleur sont toujours largement utilisés pour transmettre des informations diverses. La comparaison entre l’utilisation des adjectifs de couleur en kazakh et en français a révélé que, malgré l’éloignement géographique et l’absence de lien historique entre ces deux peuples, on trouve de nombreuses coïncidences. Dans le sens dénotatif, les adjectifs de couleur sont utilisés dans les deux langues pour décrire la réalité. Les valeurs transférables peuvent également être identiques en kazakh et en français, lorsque des faits objectifs sont à la base du transfert. Par exemple, les adjectifs « kөk » et « vert » sont utilisés pour transmettre les concepts de jeunesse et de force. L’analyse montre aussi que les adjectifs de couleur reflètent les faits réels et cela est fixé dans leur structure sémantique, mais il y a beaucoup d’associations qui se limitent au mental et au culturel et ne sont pas présentes dans les systèmes verbaux.

142Les adjectifs « -blanc » symbolisent le bien, les adjectifs « қара-noir » signifient le mal, le deuil, mais l'adjectif kazakh қара a aussi une signification positive. Les adjectifs « қызыл–rouge » désignent la révolution, le communisme. L’utilisation nationale et culturelle des adjectifs de couleur dans leur sens figuré présente un grand intérêt. Ainsi, les adjectifs de couleur en kazakh sont largement utilisés pour caractériser des phénomènes météorologiques et en français pour caractériser des émotions. Les adjectifs kөkсары, қоңыр ont un usage associatif spécifique en kazakh tandis qu’en français ce sont les adjectifs « bleu », « vert », « jaune ». 

143L'idée d'utiliser l’approche socioculturelle dans l'apprentissage des langues s’explique par le fait que l'étude de la culture est une composante fondamentale du processus éducatif. En effet, chaque langue représente un système particulier et distinctif ; elle laisse donc une certaine empreinte sur la conscience humaine. Les exigences modernes de l'enseignement supérieur actualisent le rôle des recherches de ce type. L’analyse des faits linguistiques concrets est un instrument bien pertinent pour montrer la diversité qui existe dans la présentation linguistique du monde en Europe et en Asie. Aujourd’hui, se dessine clairement la tendance à unir la pensée d’une personne en tant que sujet culturel, compte tenu de son intellect, de son comportement, de son activité et de son interaction, avec le niveau de connaissance de sa langue maternelle et éventuellement d’une autre langue. On accorde une attention particulière à l'interculturalité dans l'enseignement des langues étrangères et tous ces moyens didactiques rendent leur apprentissage plus efficace et adéquat.

Haut de page

Bibliographie

Dubois J. (dir.). Larousse de la langue française, Paris, Librairie Larousse, 1979.

Pastoureau, M. Bleu : histoire d’une couleur, Paris, Ed. du Seuil, 2000.

Renaud, S. « Couleurs et Culture chez les Kazakhs » in Cahiers d'Asie Centrale, 2000, n° 8 « La mémoire et ses supports en Asie Centrale ».

Rey, A. Le Petit Robert. Les noms propres : alphabétique et analogique, Paris, Dictionnaires le Robert, 1999.

Аймагамбетова, Б.Н. « Трансформация русской цветовой картины мира в условиях билингвальной ситуации Казахстана », Вестник Инновационного Евразийского Университета, Павлодар, № 3, 2012, c.1-6.

Бахилина, Н. Б. История цветообозначений в русском языке, М., Наука, 1975, 292 с.

Брагина, А.А. «Цветовые определения и формирование новых значений слов и словосочетаний» in Лексикология и лексикография, М., 1972, c. 73–104.

Волкова, М.Г. «Способы пополнения лексико-семантической группы цвета в разноструктурных языках» in Вестник Томского Государственного педагогического Университета, № 3, 2013, c. 57–61.

Елибаева, К.Ж. «Символика и семантика цвета в казахской культуре» in Вестник МГУКИ, №4, 2012, c. 60 -67.

Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русской лингвокультурах, Астана, Мастер ПО, 2011, 188 с.

Загидуллина, А.А. Символы и образы: онтология и функционирование (на материале французского языка), Алматы, Принт, 2010, 292 с.

Кононов, А.Н. «Семантика цветообозначений в тюркских языках» in Тюркологический сборник, М., Восточная литература, 1975, c. 159-180.

Кульпина, В. Г. Лингвистика цвета: Термины цвета в польском и русском языках, М., Московский лицей, 2001, 472 с.

Кунанбаевa, С.С. Концептологические основы когнитивной лингвистики в становлении полиязычной личности, Алматы, Полилингва, 2017, 263 с.

Қазақша-орысша сөздік, Алматы, Дайк-Пресс, 2008, 960 с.

Маргулан, А. Х. Казахское народное творчество, т. 1, Алма-Аты, Өнер, 1975, 191с.

Мельникова, Н.В. Цветообозначения в художественном тексте как предмет прагмафоностилистики: (на материале современной британской литературы второй половины XX века), автореф. дис. на степень канд. филол. наук, М., МГУ, 2013, 25 с.

Оразалиева, Э. Когнитивная лингвистика: становление и развитие, Алматы, Арыс, 2006, 312 с.

Сосанов, Кошали. История Казахстана, Алматы, Ол-Жас Баспасы, 2007, 112 c.

Фрумкина, Р.М. Цвет, смысл, сходство (аспекты психолингвистического анализа), М., Наука, 1984, 175 с.

Haut de page

Notes

1 Оразалиева, Э. Когнитивная лингвистика: становление и развитие, Алматы, Арыс, 2006, 312 с.

2 Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русской лингвокультурах, Астана, Мастер ПО, 2011, 188 с.

3 Кульпина, В. Г. Лингвистика цвета: Термины цвета в польском и русском языках, М., 2001, 472 с.

4 Аймагамбетова, Б.Н. «Трансформация русской цветовой картины мира в условиях билингвальной ситуации Казахстана», in Вестник Инновационного Евразийского Университета, Павлодар, № 3, 2012, c. 1-6.

5 Бахилина, Н. Б. История цветообозначений в русском языке, М., Наука, 1975, 292 с.

6 Pastoureau, Michel. Bleu : histoire d’une couleur, Paris, Éd. du Seuil, 2000.

7 Кононов А. Н. «О семантике слов «цара» и «ац» в тюркской географической терминологии», ИАН ТаджССР. Отделение общественных наук, вып. 5, 1954, с. 83—85.

8 Кононов, А.Н. «Семантика цветообозначений в тюркских языках» in Тюркологический сборник, М., Восточная литература, 1975, c.159-180.

9 Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русской лингвокультурах, op. cit.

10 Брагина, А.А. «Цветовые определения и формирование новых значений слов и словосочетаний» in Лексикология и лексикография, М., 1972, c. 73–104.

11 Волкова, М.Г. «Способы пополнения лексико-семантической группы цвета в разноструктурных языках», in Вестник Томского Государственного педагогического Университета, № 3. 2013, С.57-61.

12 Фрумкина, Р.М. Цвет, смысл, сходство (аспекты психолингвистического анализа),М., Наука, 1984, 175 с.

13 Загидуллина, А.А. Символы и образы: онтология и функционирование (на материале французского языка), Алматы, Принт, 2010, 292 с.

14 Мельникова, Н.В. Цветообозначения в художественном тексте как предмет прагмафоностилистики: (на материале современной британской литературы второй половины XX века), автореф. дис. на степень канд. филол. наук, М., МГУ, 2013, 25 с.

15 Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русской лингвокультурах, op. cit.

16 Кунанбаевa, С.С. Концептологические основы когнитивной лингвистики в становлении полиязычной личности, Алматы, Полилингва, 2017, 263 с.

17 Сосанов, Кошали. История Казахстана, Алматы, Ол-Жас Баспасы, 2007, 112 с.

18 Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русской лингвокультурах, op. cit.

19 Елибаева, К.Ж. «Символика и семантика цвета в казахской культуре», Вестник МГУКИ, №4, 2012, c. 60 -67.

20 Маргулан, А. Х. Казахское народное творчество, т. 1, 1975, 191 с.

21 Қазақша-орысша сөздік, Алматы, Дайк-Пресс, 2008, 960 с.

22 Dubois J. (dir.). Larousse de la langue française, Рaris, Librairie Larousse, 1979.

23 Rey, A. Le Petit Robert. Les noms propres : alphabétique et analogique, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1999, XXIX.

24 Renaud, S. « Couleurs et Culture chez les Kazakhs » in Cahiers d'Asie Centrale, 2000, n° 8, consulté le 08 avril 2021, URL : http://journals.openedition.org/asiecentrale/598.

25 Жаркынбекова, Ш.К. Цвет-сознание-менталитет. Реконструкция цветовой картины мира в казахской и русской лингвокультурах, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aliya ZAGIDULLINA, « Les adjectifs de couleur en kazakh et en français », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 30 avril 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/8999 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.8999

Haut de page

Auteur

Aliya ZAGIDULLINA

Université des relations internationales et des langues du monde Ablaï Khan, Almaty, Kazakhstan. PhD, Docteur d’Etat en linguistique, professeur de français, professeur au département de théorie de la philologie étrangère. Centre de recherche : EHESS (préparation du Doctorat d’Etat). Axes de recherche : sémiotique, théorie du discours, analyse comparative, langues spécialisées (économique, religieuse, littéraire, informatique.)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search