Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25L’image de la femme dans les prov...

Résumé

Cet article étudie le rôle de la femme dans les proverbes kazakhs. Les proverbes sont le reflet de la mentalité d’une société et s’inspirent de la vie tout en touchant différents aspects de la culture, des traditions et coutumes d’un peuple. Les proverbes consacrés à la femme mettent en évidence son intelligence, sa loyauté, sa capacité de résoudre les conflits et son rôle dans l’éducation des enfants. Ces aspects sont présentés comme des caractéristiques propres aux femmes et déterminent les rôles occupés par celles-ci dans la société kazakhe1.

Haut de page

Entrées d’index

Aires géographiques :

France, Kazakhstan
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’individu, depuis sa naissance, s'imprègne de la culture du groupe sociétal dans lequel il est élevé et il en apprend les valeurs, les normes et la vision du monde. Dans son comportement, tout au long de sa vie, apparaissent des modèles cognitifs dont font partie des images stéréotypées.

2Le modèle cognitif est un modèle formel du processus mental ou socio-psychologique, c'est-à-dire une abstraction formalisée de ce processus, reproduisant ses moments-clés. Les modèles sont donc basés sur les conclusions tirées des observations. Leur tâche est de fournir une représentation mentale et d’aider à faire des prédictions dans le développement d'hypothèses.

  • 2 Goin, Émilie, « Stéréotype », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le lexique socius, (...)

3Un stéréotype est une image stable et simplifiée d'un groupe social, d'une personne, d'un événement ou d'un phénomène. Il est comme un schéma de perception prêt à l'emploi et permet à une personne de réduire le temps de réponse aux conditions environnementales changeantes. Chaque communauté a ses propres stéréotypes2 relatifs à la vision du monde, des gens, de l’Autre.

4La première utilisation du « stéréotype », en tant que terme scientifique, a été introduite dans le discours politique par le journaliste américain Walter Lippman qui l’a appliquée dans la description de son concept d'opinion publique en 1922. Selon lui, un stéréotype est un modèle de perception, de filtrage et d'interprétation de l'information accepté par une communauté afin de reconnaître le monde qui l'entoure.

Les stéréotypes de genre

  • 3 Горошко Е.И., « Особенности речевого поведения мужчин и женщин», Сборник научных трудов Московского (...)

5Les sociétés de beaucoup de pays expriment leur perception des différences entre les genres à travers une pensée stéréotypée. Les stéréotypes relatifs à la vie d'un homme et d'une femme sont appelés stéréotypes de genre et sont définis comme « […] des opinions déterminées par la culture et par la société sur les qualités, les attributs et les normes de comportement des deux sexes ».3

6Ces stéréotypes renvoient à des images persistantes qui contribuent à créer l’image que chacun et chacune a de soi-même et lui suggère le rôle à jouer au sein de la communauté où il ou elle vit et évolue. Les stéréotypes de genre sont donc des représentations généralisées, répandues au sein des membres d’une communauté et transmises de génération en génération, consciemment ou inconsciemment. Leur évolution ou disparition demande des temps très longs. Aussi peuvent-ils survivre au sein d’une société même si la majorité des membres de celle-ci ont changé de mentalité et de comportement. Un exemple : le choix de jouets et de jeux pour enfants dont l’habitude privilégie les poupées et les ustensiles de cuisine pour les filles, et les voitures pour les garçons.

7L’idée qu’une femme doit être propre et soignée – comme tout l'espace qui l'entoure – et que sa profession doit être aidante et associée aux personnes (enseignants, médecins, secrétaires) est très répandue dans la culture kazakhe. Les hommes, dans la perception stéréotypée, doivent gagner beaucoup d'argent, mener des activités politiques, pratiquer activement un sport et diriger les femmes.

8Les stéréotypes peuvent également concerner les professions (hommes – mathématiques, femmes – humanistes), les désirs (les femmes veulent se marier, les hommes préfèrent la liberté) et le tempérament (les hommes sont agressifs, les femmes sont dociles). Toute la construction des stéréotypes est construite sur le principe binaire, et si une femme est intuitive, alors l'homme est rationnel.

9Les stéréotypes de genre présentent un intérêt particulier dans l’étude des langues parce que la langue contribue à véhiculer une vision du monde. En effet, la langue est un instrument fondamental dans la construction de l’identité d’un groupe et en révèle la mentalité de ses membres. Les stéréotypes touchent toutes les sphères de la vie humaine, et donc les différents rôles joués par l’individu à l’intérieur de la société.

10L’identité sexuelle est l’une des caractéristiques les plus importantes d’un individu. La place et les rôles des hommes et des femmes dans la société sont réglés par des modèles de comportement inculqués dès l’enfance, inspirés souvent par des stéréotypes. La définition sur ce qui est « masculin » et « féminin » dans la société se forme au cours de l’évolution de son histoire et se manifeste dans différents domaines : historique, social, économique, culturel, religieux et politique.

11Les proverbes et les dictons populaires constituent une source d’étude très intéressante des stéréotypes de genre. Ils permettent de saisir la culture et la mentalité d’un peuple. Ils se présentent comme le résultat de connaissances formulées très souvent sous la forme d'un aphorisme. Dans cet article, nous analyserons l’image de la femme, dans les différentes étapes de sa vie, dans les proverbes kazakhs.

Les noms de parenté attribués à la femme dans la société kazakhe

  • 4 Мирас, Нурланулы « Традиция ранних браков у казахов», QAZAQSTAN TARIHY ПОРТАЛЫ, [en ligne], < https (...)
  • 5 « Peut-on se marier avec un membre de sa famille ? », en France. Site officiel de l’administration (...)

12Dans la société kazakhe la position exacte d’un individu par rapport à son groupe familial est très importante. Il est obligatoire de connaître sa généalogie. Il convient de noter que le mariage entre les individus d’une même communauté est interdit jusqu'à la septième génération. C’est une sorte de tabou à respecter. Cet interdit vise à éviter des maladies génétiques dans la progéniture4, tout en préservant la santé de l’enfant. La société française n'accepte pas non plus les mariages quand il y a des liens de parenté directe ou des liens d'alliance entre deux personnes5.

  • 6 Özgecan Kesici (2017), Le mouvement Alash et la question de l'ethnie kazakhe, Nationalities Papers, (...)
  • 7 Динара, Скабаева « Қазіргі қазақ әйелі қалай өзгерді? », Алаш айнасы газеті, [en ligne], < https:// (...)

13Il ne faut pas oublier l’apparition du mouvement Alash Horda fin XIXe-début XXe siècles, quand le Kazakhstan faisait partie du grand empire russe. Ce mouvement, devenu un parti politique indépendantiste, a donné lieu à la création d’un État autonome dont le territoire correspondait plus ou moins au Kazakhstan actuel. Même si cet État – qui a duré du 13 décembre 1917 au 26 août 1920 – n’était pas officiellement reconnu, il a laissé une marque indélébile sur la vie publique kazakhe. Relativement progressiste sur les questions sociales, ce parti s’était particulièrement engagé à redéfinir l’ethnie kazakhe6. En 1917, la conférence Alash Horda à Orenbourg a déterminé la vie des femmes dans la société en affirmant, entre autres, que les droits politiques des femmes et des hommes devaient être égaux et que le mariage devait être conclu d'un commun accord7. Actuellement au Kazakhstan, comme en France, tous les droits des femmes sont protégés par la loi.

14Dans cet article nous analyserons les noms des femmes suivants : қыз [kyz= fille, jeune fille célibataire ; әйел [aїel] = femme/épouse ; ана [ana] = mère ; қайын ене [kaїyn éné] = belle-mère, dans le sens de la mère du conjoint.

15Nous précisons que, si dans la langue française le mot « belle-mère » est utilisé aussi bien pour la mère d’un conjoint que, pour l’enfant, la nouvelle épouse d’un père, dans la langue kazakhe il existe deux mots différents : қайын ене [kaїyn éné] indique la mère d’un conjoint, alors que өгей шеше [euguéї chéché] est utilisé pour la nouvelle épouse d’un père – veuf ou divorcé.

16A noter également qu’à l’intérieur de la famille kazakhe il existe deux mots pour indiquer une belle-sœur à partir de son âge : une jeune belle-sœur est appelée келін [kélin] alors qu’une belle-sœur plus âgée est appelée жеңге [zhenngué]. Même s’il y a seulement une belle-fille dans une famille, on utilise toujours les deux mots.

17Nous n’avons pas recensé de proverbes kazakhs consacrés aux noms de parenté de belle-soeur қайын сіңілі [kaїyn sinili] –, c’est-à-dire une sœur cadette du conjoint ; de belle-mère өгей шеше [euguéї chéché] – dans le sens de la nouvelle épouse du père ; de grand-mère әже [ajé].

18Les proverbes kazakhs présentent également la place des femmes dans la famille comme: абысын [abyssyne] = belles-sœurs ; келін [kéline] = une belle-fille par rapport aux beaux-parents; қарындас [қaryndas] = soeur cadette par rapport à un frère; сіңілі [sinili] = soeur cadette par rapport à une soeur; әпке [apké] = soeur aînée par rapport à une soeur et à un frère; құдағи [kоudаguї] = mères des époux d’un couple; құдаша [kоudasha] = une fille mariée ou non mariée de la famille de la nouvelle parenté.

19Dans la langue kazakhe, tous les noms de parenté des femmes soulignent le rôle qu’elles doivent occuper au sein de la famille. La famille traditionnelle était caractérisée par une forte culture patriarcale fondée sur une hiérarchie stricte, suivant laquelle plusieurs générations vivaient côte à côte. L’utilisation des noms féminins de parenté dans les proverbes permet de vérifier ces aspects de la culture kazakhe.

кыз : la fille célibataire, la jeune fille

20Ainsi, il semble nécessaire de commencer par le rôle d'une fille non mariée. Dans les proverbes kazakhs, ce rôle est indiqué par le mot қыз [kyz], en français fille. Dans la société kazakhe il fallait auparavant que les filles se marient le plus tôt possible pour avoir des enfants, pour assurer la continuité d’une famille, en sachant que le taux de mortalité infantile était beaucoup plus important qu’aujourd’hui et que l’espérance de vie était bien inférieure à celle actuelle.

  • 8 Nous avons opté pour une traduction d’interprétation et non pas une traduction littérale pour facil (...)

21La vie des nomades a été déterminée par des conditions de vie difficiles : adaptation à un climat rigoureux, rotation des pâturages et soins du bétail, nécessité de sources d'eau, peur des attaques de la part d'opposants. À cet égard, les Kazakhs ont un proverbe8 :

22Бірінші байлық – денсаулық, екінші байлық - ақ жаулық, үшінші байлық - бес саулық / La première richesse est la santé, la deuxième richesse est la famille, la troisième richesse est le bétail.

  • 9 Мирас, Нурланулы « Традиция ранних браков у казахов», QAZAQSTAN TARIHY ПОРТАЛЫ, [en ligne], dans ht (...)

23À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, l’âge de 15 à 16 ans était considéré comme l’âge de mariage le plus courant pour les filles, indiqué par le terme « boyjetken ». À ce moment-là, les objets propres à l’âge prénuptial sont apparus dans les coutumes. Et en ce sens, pour la fille, toutes sortes de bijoux devenaient les principaux signes soulignant son âge. Un ensemble complet de bijoux comprenait des éléments pour les cheveux, des boucles d'oreilles, des bracelets, des bagues ; de grands colliers en or et en argent ornés de pierres précieuses9 décoraient la poitrine.

24Chez les Kazakhs on devait honorer les jeunes filles – expression de pureté – en faisant preuve de bienveillance à leur égard. La fille célibataire occupait une grande place au sein de la famille parce qu’elle était perçue comme un membre temporaire : tous la respectaient et l’appréciaient. Après le mariage celle-ci quittait définitivement la maison de ses parents et allait vivre dans celle de son mari. Les proverbes illustrent clairement cette idée, comme nous pouvons le voir dans les exemples suivants :

25Қызға бергенді Қыдыр өтер > Il faut choyer la fille et Dieu te le rendra au centuple.

26Қыз әкесіне жұлдыз ; Шешесіне күн > La fille est le soleil pour son père et la lune pour sa mère, ils l’estiment.

27Бір жақсы қыз екі жаман ұлға татиды > Une bonne fille vaut mieux que deux mauvais fils.

28Қыз-қонақ > La fille est un membre temporaire de sa famille.

29Қызы бар үйдің жеңгесі сүйкімді келеді > S’il y a une fille célibataire dans la maison, la belle-fille joue le rôle d’entremetteuse.

30Қызды ауылдың қызығы кө > Le village d’une fille non mariée attire toujours les hommes célibataires.

31Шыққан қыз шиден ары > La fille mariée s’éloigne.

32Қыз бала кісінің кісісі > Toute fille devient belle-fille.

33Апасының киген тонын сіңілісі де киеді > Chaque fille est vouée au mariage.

34Екі елдің арасын қыз қосады > Une fille sage dans sa vie conjugale sera comme une diplomate.

35Қыздың тілеуі – Қыдыр тілеуі > Dieu répond à tous les désirs d'une fille.

36L’image d’une fille est également liée à sa beauté physique, don considéré très important :

37Қыз ұшқан аққу > La fille est belle comme un cygne.

38Қыс өссе елдің көркі, Гүл өссе жердің көркі > La fille est la beauté de son peuple, la fleur est la beauté de la nature.

39Жігіт - күш, қыз – көрік > Un jeune homme défend son pays, une jeune fille orne son peuple.

40Pour qu’une fille célibataire puisse facilement se marier, les proverbes soulignent les qualités morales qu’elle doit posséder, dont les principales sont la modestie, l’humilité et la solitude. Ses parents doivent les renforcer au moyen d’une bonne éducation :

41Қызды қымтап ұстаған ұялмайды > Soyez attentif à l’éducation de la fille non mariée.

42Ұл баланың үй күшік болғаны жараспайды, Қыз баланың қыдырма болғаны жараспайды > Le fils ne doit pas être casanier, la fille ne doit pas être trop téméraire.

43Ces proverbes renvoient à des règles non écrites, à des traditions populaires où les enfants sont élevés dans la vénération et le respect des aînés et des parents. Chez les jeunes filles on développe tout particulièrement la moralité, le patriotisme. Toutes les idées populaires encore en vigueur sur le sens de la mesure, du devoir, de la charité et de la bienveillance se retrouvent également dans les écrits de grands penseurs kazakhs, comme Al-Farabi, Balasagun, Kashgari.

әйел : la femme mariée

44Dans les proverbes kazakhs le rôle familial de әйел [aїel] – femme mariée – est le plus important : en témoignent leur quantité et la variété d’attributs positifs ou négatifs associés à l’aїel.

45Le statut de l’épouse dans la famille du mari a ses particularités. Ce sont des restrictions à la liberté personnelle de la femme, en lui imposant un certain nombre d'interdictions comportementales, au moins jusqu'à la naissance du premier enfant. Tous les intérêts de la femme après le mariage devaient être subordonnés à ceux de la nouvelle famille. La jeune belle-fille est obligée d'obéir pleinement à sa belle-mère, d'écouter ses instructions et d'effectuer tous les travaux ménagers qu'elle lui indique.

46Ainsi, selon les proverbes kazakhs, le mot aїel a une acception positive ; il est souvent accompagné par des adjectifs qualificatifs et par des expressions rappelant le rôle de la femme mariée :

47La plupart du temps, elle le passe chez elle en s’occupant de la maison :

48Әйелсіз үй сусыз диірмен > La maison sans une femme est un moulin sans eau.

49Әйел үй сақтайды, Eркек түз сақтайды > La femme crée le bien-être dans la maison, l’homme protège le foyer.

50Еркек – үйдің егесі, Әйел – үйдің шегесі > L’homme est le bâtisseur, la femme le pilier.

51On reconnaît ainsi à la femme mariée un rôle capital dans le fonctionnement d’une famille tout en soulignant que son espace est « le privé » – le monde intime et fermé de la maison – alors que celui de son époux est « le public » – le monde externe ouvert sur la société.

52Ердің жақсысы елімен ойласады, Әйелдің жақсысы ерімен ойласады > L’homme assume des responsabilités sociales dans le domaine public, la femme se limite à la sphère privée de la famille.

53Қатын ер қасында, Қараша хан қасында > Le but d’une brave femme : être avec son mari ; le but du bon roi : être avec son peuple (sous-entendu en l’aidant, le conseillant, le consultant).

54La femme mariée est très intelligente et talentueuse :

55Әйелдің күші аз, айласы көп > La femme a peu de force mais elle a beaucoup d’esprit.

56Әйел көркі ақылда > La beauté d’une femme est dans son esprit.

57Ердің асылы күшінен білінеді, Әйелдің асылы ісінен білінеді > La dignité d’un homme est dans sa force, celle d’une femme dans sa sagesse.

58Жақсы әйел жаман еркекті түзетеді, Жаман әйел жақсы еркекті жүдетеді > Une bonne épouse fait un bon mari.

59Elle est fidèle à son mari et douce d'esprit en assurant la paix au sein de la famille :

60Ерін баққан әйел елін де бағады > Une femme qui prend soin de son mari prend également soin de tous.

61Әйелдің пірі- еркек > Elle se sacrifie à son mari.

62Жақсы әйел – ырыс, Жаман әйел – ұрыс > La brave femme est source de bien-être, la mauvaise l’est de conflits.

63Dans ces proverbes, la femme mariée est perçue, d'une part, comme faible et dépendante, incapable d'être indépendante, fragile, nécessitant des attentions. D'autre part, une femme est une séductrice qualifiée, de nature artistique et émotionnelle, sensible à la beauté et à son incarnation.

ана : la femme mère

64L'un des rôles sociaux les plus importants des femmes dans la société est celui de ана [ana] mère, car dans la société kazakhe elle avait souvent beaucoup d’enfants permettant d’assurer la descendance et de renforcer ainsi son clan. On lui attribue alors des caractéristiques extrêmement positives, comme la sagesse et le sens du sacrifice :

65Ананың сүйген жері, отқа күймейді, оқ та тимейді > La prière de la mère demande toujours la protection de son enfant.

66Балапанды торғайлар, Өрт болмасын деп тілейді. Балаларға аналар, Дерт қонбасын деп тілейді > Un oiseau qui a des oiselets prie pour qu'il n'y ait pas de feu. Les mères prient pour que leurs enfants ne tombent pas malades. Ce qui signifie que chaque mère souhaite le bien-être de son enfant.

67Ананың көңілі балада, Баланың көңілі далада > Les mères pensent aux enfants, les enfants pensent à autre chose.

68Ағайын алтау, Ана біреу > On peut avoir beaucoup de parents, mais la mère est unique.

69Dans la culture kazakhe le rôle d'une mère a une place énorme, car elle est la gardienne du foyer où elle vit et éduque la future génération. Les proverbes reflètent les attentes et les espoirs des mères.

қайын ене et келін: la belle-mère et la belle-fille

70Dans la culture kazakhe, les parents n'ont jamais vécu seuls. La famille kazakhe avait une structure à plusieurs niveaux, généralement des personnes de plusieurs générations vivaient ensemble – grands-pères et grands-mères, pères et mères, oncles et tantes, enfants. L'influence des personnes âgées sur l'éducation de la jeune génération dans la société kazakhe est considérable. Les traditions développées au fil des siècles se sont transmises de génération en génération. La maison parentale était considérée comme un lieu sacré pour les enfants. Les belles-filles qui entraient dans la maison des parents du mari devaient s'incliner en signe de respect pour les ancêtres.

71Le rôle de қайын ене [kaїyn éné] – belle-mère a une place importante dans les relations familiales et dans la vie quotidienne du peuple kazakh. La belle-mère est la mère d'un mari, une parente qui apparaît à la suite d'un mariage. Elle présente à la fois des côtés positifs et négatifs parce que l’homme marié ne quitte pas la maison paternelle. C’est pourquoi beaucoup de choses dépendent de la belle-mère et de la jeune belle-fille qui doit s’adapter au nouveau foyer. Analysons les proverbes suivants :

72Келін ененің топырағынан > Le fils choisit une femme qui ressemble à sa mère.

73Шешесіне қарап қызын ал, Аяғына қарап асын іш > Il faut être attentif dans le choix de sa future épouse, elle deviendra comme sa mère c’est pourquoi d’abord il faut évaluer sa mère.

74Келіннің аяғынан, қойшының таяғына > L’arrivée d’une bonne belle-fille est un atout.

75Келіні жақсы үйдің Керегесі алтын > La maison d’une bonne belle-fille est un paradis.

76Қызым саған айтам, келінім сен тыңда > Ma fille, je te donne des conseils, ma belle-fille, écoute-les attentivement.

77Cela signifie qu’une mère fait des reproches à sa fille pour faire comprendre à sa belle-fille ce qu’elle doit faire dans son nouveau foyer, de manière indirecte, pour ne pas la vexer.

78Жақсы ауылға келген келін – келін, Жаман ауылға келген келін – келсап > Dans une bonne famille la belle-fille est gentille, dans une mauvaise famille elle devient mauvaise comme les autres.

79Il s'agit de l'atmosphère qui règne dans la famille où se retrouve la jeune belle-fille : si l'ambiance est bonne la belle-fille sera bonne, si ce n’est pas le cas non elle finira peut-être comme eux. Il en ressort que belle-mère et belle-fille doivent œuvrer toutes les deux pour préserver une harmonie à l’intérieur de la maison en s’entraidant et sans jalousie. De bonnes relations entre ces deux femmes garantissent une bonne entente entre les membres de la famille.

80La belle-fille [kéline] sera jugée par son attitude envers son époux et sa belle-mère aussi. Elle devra se montrer sage, patiente et intelligente :

81Жақсы енені жаман келін жер қылады, Жақсы келін жаман енені ел кылады > On a honte du comportement d’une méchante belle-fille, mais on est fier d’une belle-fille sage.

82Жақсы келін - қызыңдай, Жақсы күйеу ұлыңдай > Si une belle-fille et un beau-fils sont bons, ils deviennent comme tes propres enfants.

83La relation entre la belle-mère et la belle-fille est éternelle : cela a toujours été et le sera toujours. Cela peut aboutir à la paix, au respect mutuel, à l'harmonie, mais cela peut aussi donner lieu à des intrigues, à une haine mutuelle, à des manipulations entre les deux femmes. La belle-mère peut faire des remarques à sa belle-fille, mais sans abus, sous une forme douce et bienveillante, s'adressant parfois à elle de manière indirecte, feignant de s'adresser à sa fille. La belle-fille se doit d’être agréable vis-à-vis des membres de sa nouvelle famille, en manifestant son obéissance, reflet de la bonne éducation reçue.

абысын : la belle-sœur

84Une autre figure féminine présente dans les proverbes est l’абысын [abyssyne], c’est-à-dire l’épouse des frères. Dans les proverbes, on lui conseille d’être amicale et d’éviter les disputes entre des proches, des frères, des sœurs et des parents :

85Абысын-ажын не керек, Аңдысып күні өткен соң. Алмауыт ұстап не керек, Артынан жабы кеткен соң > Si les épouses des frères sont amies, les relations des proches sont comme au paradis.

86Ағайын тату болса, ат көп. Абысын тату болса, ас көп > Il faut que les relations entre les femmes des frères soient amicales parce que c’est la femme qui est source d’incompréhension.

87Dans le peuple kazakh, les épouses de frères ont un rôle important dans les relations familiales, elles sont les gardiennes des relations familiales entre les parents. Par conséquent, les proverbes dédiés à ces femmes sont très populaires.

Les sœurs

88Dans la vie des Kazakhs, les sœurs occupent une place particulière au sein de la famille et il existe des noms différents pour les désigner à partir de leur âge : la soeur cadette par rapport à un frère est la қарындас [қaryndas; la soeur cadette par rapport à une soeur est appelée сіңілі [sinili] et la soeur ainée par rapport à une soeur et à un frère est l’әпке [apké]. С’est un membre de la famille précieux qui éveille un fort sentiment de parenté, de respect, de chaleur, de dévouement chez les parents, comme nous pouvons le constater dans les proverbes suivants :

89Туғаным туырлығым, Қарындасым қазынам > Avoir une sœur, c’est posséder une grande richesse.

90Апасы киген сәукелені, Сіңілісі де киеді > La sœur cadette se mariera aussi comme sa sœur aînée.

91Қатты айтсаң қарындасқа жақпайсың, Жай айтсаң жақыныңа жақпайсың > Pour éviter tout conflit en famille, il faut faire preuve de respect envers sa sœur et ses parents.

92Les Kazakhs chérissent les relations de parenté et affectionnent les sœurs. Celles-ci sont considérées comme les membres le plus choyés et aimés de la famille, car elles se marieront et quitteront alors la maison.

жесір : la femme veuve

93Les Kazakhs éprouvent un sentiment de compassion à l’égard d’une femme veuve жесір [jéssir], car elle reste sans défenses et il est très dur de survivre seul. Dans la société rurale, dans les villages, on évitait de souligner qu’une femme était veuve. Les gens et les parents aidaient les enfants d’une veuve à grandir, parce qu’il y avait un lien de parenté directe ou indirecte.

94La femme en tant que veuve est très peu présente dans les proverbes kazakhs, dont nous mentionnons les suivants :

95Жетім көрсең, жебей жүр, Жесір көрсең, демей жүр > Il faut aider la veuve et l’orphelin.

96Жесір қатын ер болар, Жетім бала ел болар > Une veuve devient un homme, un orphelin a besoin de parenté.

97Cela signifie qu’une veuve doit être courageuse et gagner sa vie pour élever son enfant, et qu’un enfant orphelin veut avoir des parents car il est seul dans le monde.

98Балалы үйрек көлден кетпес, Балалы жесір елден кетпес > La veuve ne peut pas retourner chez ses parents, elle doit rester dans le village de son mari pour avoir le soutien de sa parenté.

99Қорқақтың қатыны болғанша, Батырдың жесірі бол > Vaut mieux être la veuve d'un héros que l’épouse d'un lâche.

100Les proverbes sur la veuve montrent que la perte d'un conjoint pour une femme est un grand chagrin. Une femme veuve doit devenir forte comme un homme.

Conclusion

101Ainsi, après avoir examiné l’emploi de plusieurs noms de parenté dans les proverbes kazakhs, on peut en conclure que la langue kazakhe précise beaucoup plus que le français le rapport de parenté existant entre les membres d’une famille et que les rôles sociaux des femmes kazakhes sont plus diversifiés. Cela s'explique par les particularités de la vie des Kazakhs, qui vivaient dans des familles nombreuses, fondées sur le respect d’une stricte hiérarchie familiale où les rapports entre les membres étaient très codifiés et bien spécifiques. Les proverbes et les dictons présentent la figure de la femme selon les différentes positions et rôles qu’elle occupe à l’intérieur de la famille, selon son âge ou son état civil. Ces proverbes donnent aux femmes des conseils sur les meilleures attitudes à avoir dans leurs interactions avec les autres membres de la famille. La sagesse d'une femme dans l'éducation a non seulement assuré l’existence des Kazakhs en tant que groupe ethnique, mais a également permis de préserver de nombreuses traditions et coutumes à ce jour. Selon les proverbes, la femme kazakhe est avant tout la bénédiction de la famille, l'épouse fidèle, la compagne fiable, la gentille mère d'enfants, la tutrice de parents.

  • 10 Bopay Khanum (1690-1780) a été épouse et conseillère du Khan kazakh Abulkhair. On a loué son intell (...)
  • 11 Aliya Moldagulova (15 juin 1925 - 4 janvier 1944) était une caporale et une tireuse d'élite qui a c (...)
  • 12 Manshuk Mametova (1922-1943), valeureuse mitrailleuse, est morte très jeune en combattant contre le (...)
  • 13 Khiuaz Dospanova (15 mai 1922 - 21 mai 2008) a été la seule femme pilote kazakhe de la Seconde Guer (...)

102Les proverbes véhiculent l’idée que la femme doit être soumise à la famille de son époux et avoir un rôle effacé en société. Toutefois, l’image de femme forte a toujours coexisté dans la société. Sur les étendues de la grande steppe, à l'époque des yourtes, des nomades, il n'y avait certainement pas de concept de féminisme, mais les femmes kazakhes se distinguaient à tout moment par la force de leur caractère et par leur physique, puisque c’est à elles qu’incombait la tâche de monter la yourte. L'histoire a de nombreux exemples de femmes fortes et déterminées, que nous ne devons pas oublier. On sait que les femmes kazakhes étaient aussi des combattantes, à commencer par Bopay10. Cette tradition a été poursuivie par Aliya11, Manshuk12, Khiuaz13 et de nombreuses autres vaillantes filles du peuple kazakh.

103De nos jours, les femmes du Kazakhstan s’ouvrent de plus en plus au monde professionnel. Elles font leurs preuves dans les domaines de l'entrepreneuriat, de la politique, de la médecine, de l’éducation, par exemple, sans préjudice pour leurs enfants et leur famille. Actuellement, la femme se confirme ainsi un pilier de la société kazakhe en parvenant à s’impliquer en même temps et avec succès dans plusieurs domaines d’ordre privé et public.

Haut de page

Bibliographie

Goin, Émilie, « Stéréotype », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le lexique socius, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/201-stereotype, (consulté le 18 avril 2020)

Özgecan, Kesici (2017), « Le mouvement Alash et la question de l'ethnie kazakhe », Nationalities Papers, 45 : 6, 1135-1149, DOI : 10.1080/00905992.2017.1320541 (consulté le 08 juin 2020)

« Peut-on se marier avec un membre de sa famille en France ? », dans Site officiel de l’administration française, [en ligne], <https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F802>, (consulté le 04 mai 2020).

« Әйелдер туралы мақал-мәтел » [en ligne], <https://massaget.kz/layfstayl/debiet/tmsil/36839/>, (consulté le 20 février 2019)

« Глоссарий. Психологический словарь. » [en ligne], <http://www.psychologies.ru/glossary/17/stereotip/>, (consulté le 20 février 2019).

Горошко Е.И., « Особенности речевого поведения мужчин и женщин », Сборник научных трудов Московского государственного лингвистического университета, 1999, 109 с., ill.

Динара, Скабаева « Қазіргі қазақ әйелі қалай өзгерді? », Алаш айнасы газеті, [en ligne], < https://abai.kz/post/16874 >, (consulté le 04 mai 2020).

Карепова Э. « Влияние гендерных стереотипов на восприятие в современном обществе»,  БИБЛИОТЕКА « ПСИ-ФАКТОРА », [en ligne], <https://psyfactor.org/lib/stereotype13.htm>, (consulté le 2 avril 2020).

Липпман У. Общественное мнение / пер. с англ. Т. В. Барчунова; под ред. К. А. Левинсон, К. В. Петренко. М. : Ин-т Фонда "Общественное мнение", 2004. 384 с. ill.

Малишевская Д.Ч., « Основные понятия культуры гендерного подхода (на примере оппозиции ‘Мужчина / Женщина’) », Фразеология в контексте культуры, М., 1999, с.180-184, ill.

Мезенцева Е.С., « Поговорочная основа языка как фрагмент языкового сознания этноса », Собрание Казахского национального университета, серия филологических наук, n. 2, 2005, с. 1-3, ill.

Мирас, Нурланулы « Традиция ранних браков у казахов », QAZAQSTAN TARIHY ПОРТАЛЫ, [en ligne], < https://e-history.kz/ru/publications/view/1285 >, (consulté le 02 février 2019).

« Рухани мақалдар » [en ligne], <https://massaget.kz/blogs/3269>, (consulté le 20 février 2019).

Сборник казахских пословиц и поговорок, Алматы, 2016, 632 с., ill.

« Французские пословицы и поговорки», Site de Tania-Soleil Journal, [en ligne], <https://www.tania-soleil.com/proverbes-francais/>, (consulté le 02 février 2019).

https://ksors.kz/2019/05/02/legendy-kazaxstana-aliya-nurmuxambetovna-moldagulova/, (consulté le 05 février 2021).

http://www.tarih-begalinka.kz/ru/history/war/figures/mametova_manshuk/, (consulté le 05 février 2021).

http://www.tarih-begalinka.kz/ru/history/medieval/figures/bopay/, (consulté le 05 février 2021).

https://www.peoples.ru/military/aviation/hiyaz_dospanova/, (consulté le 05 février 2021).

Haut de page

Notes

1 Je remercie vivement Licia Bagini, co-directrice de ma thèse et membre du MIMMOC, pour les précieux conseils qui m’ont aidée dans la préparation de cet article.

2 Goin, Émilie, « Stéréotype », dans Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand (dir.), Le lexique socius, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/201-stereotype, (consulté le 18 avril 2020).

3 Горошко Е.И., « Особенности речевого поведения мужчин и женщин», Сборник научных трудов Московского государственного лингвистического университета, 1999, 109 с., ill. « […] « культурно и социально обусловленные мнения о качествах, атрибутах и нормах поведения представителей обоих полов ». Sauf mention contraire, toutes les traductions sont celles de l’auteure.

4 Мирас, Нурланулы « Традиция ранних браков у казахов», QAZAQSTAN TARIHY ПОРТАЛЫ, [en ligne], < https://e-history.kz/ru/publications/view/1285 >, (consulté le 02 février 2019).

5 « Peut-on se marier avec un membre de sa famille ? », en France. Site officiel de l’administration française, [en ligne], <https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F802.>, (consulté le 04 avril 2020).

6 Özgecan Kesici (2017), Le mouvement Alash et la question de l'ethnie kazakhe, Nationalities Papers, 45 : 6, 1135-1149, DOI : 10.1080/00905992.2017.1320541 (consulté le 08 juin 2020)

7 Динара, Скабаева « Қазіргі қазақ әйелі қалай өзгерді? », Алаш айнасы газеті, [en ligne], < https://abai.kz/post/16874 >, (consulté le 04 mai 2020).

8 Nous avons opté pour une traduction d’interprétation et non pas une traduction littérale pour faciliter la compréhension des proverbes kazakhs.

9 Мирас, Нурланулы « Традиция ранних браков у казахов», QAZAQSTAN TARIHY ПОРТАЛЫ, [en ligne], dans https://e-history.kz/ru/publications/view/1285, (consulté le 02 février 2019).

10 Bopay Khanum (1690-1780) a été épouse et conseillère du Khan kazakh Abulkhair. On a loué son intelligence et finesse, son courage tout comme sa beauté.

11 Aliya Moldagulova (15 juin 1925 - 4 janvier 1944) était une caporale et une tireuse d'élite qui a combattu contre les nazis. Cette soldate kazakhe, morte en guerre à seulement 19 ans, est considérée comme héroïne de l'Union soviétique.

12 Manshuk Mametova (1922-1943), valeureuse mitrailleuse, est morte très jeune en combattant contre les nazis. Elle est considérée comme héroïne de l'Union soviétique (1944).

13 Khiuaz Dospanova (15 mai 1922 - 21 mai 2008) a été la seule femme pilote kazakhe de la Seconde Guerre mondiale et a été élue « Héros du peuple de la République du Kazakhstan ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raigul BAKTIYAROVA, « L’image de la femme dans les proverbes kazakhs », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 30 avril 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/9123 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.9123

Haut de page

Auteur

Raigul BAKTIYAROVA

Université des relations internationales et des langues du Monde Ablaï Khan, Almaty, Kazakhstan. Enseignante de français ; doctorante de l’Université Kazakhe Nationale Pédagogique Abaï (Almaty) et de l’université de Poitiers. Chercheuse en civilisation et sociolinguistique des langues kazakhe et française, elle conduit ses recherches en privilégiant les médias comme support.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search