Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Regards croisés entre France et A...

Regards croisés entre France et Asie centrale : l’enseignement des langues étrangères à l’université 

Licia BAGINI

Texte intégral

1Sous la direction de Licia Bagini

Introduction

2Les échanges et collaborations existantes depuis plusieurs années entre la Faculté des Lettres et Langues de l’université de Poitiers et des universités d’Asie centrale sont à l’origine de ce numéro des Cahiers du Mimmoc. Les articles présentés sont le fruit de communications ayant eu lieu dans le cadre de Journées d’Etudes organisées par le MIMMOC à la MSHS de Poitiers et par l’Université des relations internationales et des langues du monde Ablai Khan à Almaty.

  • 1 La définition « Asie centrale » est utilisée, le plus souvent, pour indiquer la région composée des (...)

3Ces articles se révèlent fort intéressants pour le public français qui ne connaît pas bien la région de l’Asie centrale en permettant de saisir certains moments de l’histoire et quelques coutumes des peuples du Kazakhstan, Kirghizstan et Ouzbékistan1. Ces pays, anciennes républiques soviétiques, vivent un moment particulier, une période charnière entre récupération et réinterprétation de traditions anciennes, et ambition de modernisation dans une volonté d’ouverture vers d’autres pays.

4Les auteures des articles enseignent le français dans les universités d’Almaty, Bichkek et Samarcande. L’intitulé de ce numéro des Cahiers du Mimmoc « Regards croisés entre France et Asie centrale : l’enseignement des langues étrangères à l’université » illustre leur volonté d’ouvrir leurs pratiques pédagogiques d’enseignement des langues étrangères à la civilisation, aspect beaucoup moins abordé dans leur pays que dans les universités françaises.

5Le premier article nous informe sur la politique linguistique développée au Kazakhstan depuis son indépendance en 1991. Ce pays faisait partie de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques et est peuplé par plusieurs groupes ethniques aux langues différentes. Nurgul Seisekeyeva (Université Kazakhe Nationale Pédagogique Abaï, Almaty) nous rappelle que si la langue kazakhe est reconnue comme langue officielle de cette République, le russe reste la langue de communication interethnique. Le pays, dans un esprit d’ouverture internationale visant à développer les échanges commerciaux au-delà de l’aire russophone, a introduit l’enseignement de l’anglais dans les écoles à partir du premier cycle, ce qui devrait former des futures générations trilingues. Dans ce contexte, l’amour pour la langue française ainsi que l’image positive dont la France jouit dans ce pays ne sont plus suffisants pour attirer des étudiants. Quels sont donc les autres instruments et moyens nécessaires pour le développement et la diffusion de la langue et culture françaises au Kazakhstan ?

6Les trois articles suivants se concentrent sur des analyses à caractère sociolinguistique en s’ouvrant à des parallèles avec la langue française. Avec une approche aux côtés comparatistes et contrastifs, ces articles analysent les points communs et différents entre nos cultures et conception de la vie.

7Zarifa Echmourodova (Université internationale du tourisme « Route de la Soie », Samarcande) nous ouvre à l’épopée ouzbek Alpomish dont elle analyse le lexique ethnographique avec la volonté de préserver et comprendre des termes encore utilisés, mais qui courent le risque de disparaître avec le nombre de plus en plus limité de personnes qui les connaissent. Dans cet article, l’auteure se concentre sur les termes liés aux noms des armes et de chevaux des personnages de cette épopée, en s’interrogeant sur l’éventuelle présence de noms appartenant aux mêmes champs sémantiques dans la Chanson de Roland. Bien consciente des grandes différences entre les contextes historiques et les sociétés où ces deux épopées se diffusent, Zarifa Echmourodova, souligne le fort attachement des combattants à leurs armes – auxquelles ils attribuent un nom propre – et la relation particulière avec leurs chevaux, entité indissociable de leur personne.

8Aliya Zagidullina (Université des relations internationales et des langues du monde d’Ablaï Khan, Almaty) analyse les adjectifs de couleur en kazakh et en français en soulignant que la perception des couleurs reflète les sentiments d’un peuple. A travers des processus d’associations d’images, les noms des couleurs peuvent révéler des aspects de la culture d’une communauté et renvoyer à des symboles spécifiques à celle-ci. Ces aspects doivent être connus pour assurer des traductions le plus possible fidèles à la pensée des locuteurs. Si en kazakh et en français l’utilisation des adjectifs de couleur présente beaucoup de points communs, dans l’enseignement de ces deux langues, il faut quand même insister sur les différences et nuances d’utilisation de ces adjectifs grâce auxquels on saisira des caractères propres à chaque culture.

9Raigul Baktiyarova (Université des relations internationales et des langues du monde Ablaï Khan, Almaty) étudie l’image de la femme véhiculée par les proverbes kazakhs en soulignant que ceux-ci reflètent la mentalité et les coutumes de son peuple. Nous découvrons une société très hiérarchisée, avec des rôles bien déterminés pour les femmes et pour les hommes. Au sein de la famille traditionnelle kazakhe les rôles des femmes sont définis par leur statut de célibataire, mariée ou veuve, par l’âge, par le lien de parenté. Que reste-t-il aujourd’hui de ces principes dans la société kazakhe ? Les jeunes filles et femmes kazakhes se reconnaissent-elles dans l’image de la femme des proverbes traditionnels ?

10Les deux articles suivants analysent des coutumes diffuses dans la société kirghize et souvent peu connues en Occident : d’une part, l’enlèvement de jeunes filles et, d’autre part, comment se conduire dans certaines circonstances en société.

11Licia Bagini (Université de Poitiers) et Bakhtigul Azygaleva (Université Nationale Kirghize J. Balassaghine, Bichkek) analysent le phénomène de l’enlèvement de jeunes filles dans le but du mariage, une pratique ancienne, diffusée auprès des sociétés nomades d’Asie centrale. Elles s’interrogent sur les motifs qui font survivre cette pratique kyz ala katchuu – au Kirghizstan, alors que la société de ce pays s’est sédentarisée et que les nomades ne représentent qu’un infime nombre d’habitants. Pourquoi, dans un pays en pleine voie de modernisation et d’ouverture internationale, kyz ala katchuu est même plus pratiqué de nos jours qu’il ne l’était il y a encore quelques décennies, quand le Kirghizstan était une République socialiste soviétique ? Comment cette pratique est-elle perçue aujourd’hui par la population et la jurisprudence de ce pays ?

12Marja Akchekeeva Soultanovna (Université Nationale Kirghize J. Balassaghine, Bichkek) nous rappelle que la connaissance des traditions et des habitudes d’un peuple permet d’éviter des malentendus, facilite la communication tout en développant la tolérance entre personnes de culture différente. Cela est très important dans l’enseignement des langues étrangères où le côté civilisationnel ne doit pas être sous-estimé. Il est indispensable surtout quand on travaille dans le secteur du tourisme qui au Kirghizstan est en plein développement et désireux d’attirer des touristes européens de comprendre les gestes et les expressions d’une personne de langue et culture différentes, en savoir interpréter les comportements. A partir d’exemples concrets et parfois personnels, où les protagonistes se sont trouvés dans des situations délicates, l’auteure nous fait découvrir certaines différences de comportements chez les Français et les Kirghiz.

  • 2 https://ifeac.hypotheses.org/

13Ce numéro des Cahiers du MIMMOC se conclut par une chronique de témoignages d’anciens combattants kirghiz de la seconde guerre mondiale, remaniement en français de l’article de Lyubov Borisenko et Almaz Batilov « Voiny s Eliseiskih polei : Kak kirgizstancy pomogali Charlu de Gollu Franciu osvobojdat’ », paru dans Rossiyskaya Gazeta – Nedelya – Kirghizstan n° 141, (7307) en 2017. Bien qu’il n’ait pas été écrit dans une optique d’enseignement de langues étrangères, ce texte s’insère parfaitement dans « les regards croisés » que nous avons voulu développer entre France et Asie centrale. Almaz Batilov – sociologue et chroniqueur à Radio Spoutnik Kirghizstan – et Lyubov Borisenko – correspondant de Rossiyskaya Gazeta nous dévoilent la participation à la Résistance française de soldats kirghiz qui se trouvaient en France comme prisonniers de guerre, fait très peu connu. Cet article témoigne d’un moment d’histoire partagé entre Français et Kirghiz, unis dans la lutte contre le nazisme et se reconnaissant dans les mêmes valeurs de liberté et fraternité. Il s’agit de rendre hommage à des combattants, souvent oubliés par la « grande histoire », dans un souci de devoir de mémoire. Nous remercions Diana Skiba de l’Institut Français d’Etudes sur l’Asie centrale (IFEAC) pour la traduction de cet article en français. L’IFEAC2 est sous la tutelle administrative du ministère des Affaires étrangères et bénéficie du statut d’unité de services et recherche du CNRS. 

14Nous souhaitons vivement que ce numéro contribue à développer davantage les projets de coopération scientifique entre l’université de Poitiers et les universités des collègues d’Asie centrale, lesquels permettront de conforter notre soutien à la diffusion de la langue et culture françaises et d’enrichir nos connaissances sur les cultures de ces pays.

Haut de page

Notes

1 La définition « Asie centrale » est utilisée, le plus souvent, pour indiquer la région composée des 5 Pays suivants : le Kazakhstan (le plus étendu) ; l’Ouzbékistan (le plus peuplé) ; le Kirghizstan, le Tadjikistan et le Turkménistan. Le suffixe -stan renvoie à un ancien mot d’origine persane qui signifie « terre, pays, territoire ».

2 https://ifeac.hypotheses.org/

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/9174/img-1.png
Fichier image/png, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Licia BAGINI, « Regards croisés entre France et Asie centrale : l’enseignement des langues étrangères à l’université  », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 14 mai 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/9174 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.9174

Haut de page

Auteur

Licia BAGINI

Université de Poitiers, MIMMOC (EA 3812)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search