Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Le comportement culturel des Kirg...

Résumé

La connaissance de la culture et du comportement non verbal du peuple dont nous apprenons le verbe joue un grand rôle non seulement dans le processus de l’enseignement d’une langue étrangère, mais également et surtout pour ceux qui font de l’ethnotourisme. Les touristes ou les représentants d’organismes publics ou privés qui viennent au Kirghizstan sont souvent invités dans des familles. C’est alors qu’il s’avère très utile de connaître certains éléments des us et coutumes, voire du savoir-vivre kirghiz pour ne pas être choqué par certaines pratiques auxquelles les Européens ne sont pas habitués et qui leur semblent étranges ou même désagréables. On pourrait dire la même chose pour les Kirghiz qui vont dans un pays étranger, dans notre cas, en France. Cette connaissance peut leur faciliter la communication et permet d’éviter la non-compréhension ou tout malentendu. En ce qui concerne les étudiants, cela leur apprend non seulement à parler une langue étrangère mais aussi à être tolérants par rapport aux traditions et habitudes des autres. Cet article mentionne quelques particularités parmi les plus marquantes de la culture kirghize. Parmi celles-ci est abordé le sujet de l’accueil des hôtes qui est parfois très différent chez les Kirghiz et les Français.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ces derniers temps, les spécificités interculturelles des us et coutumes, voire aussi des convenances, captivent tout particulièrement l’attention des chercheurs et enseignants des langues étrangères. Cela est lié au fait que dans le processus de la communication entre les représentants de différentes cultures se glissent, parfois, des malentendus dont les causes peuvent être les suivantes :

21. leurs propres normes du comportement leur semblent les seules possibles dans une situation donnée ;

  • 1 Bajburin A.K., Ob etnografičeskom izučenii ètiketa / Etiket u narodov Perednej Azii (Étude ethnogra (...)

32. le comportement des autres est vu à travers le prisme de leurs propres rѐgles de conduite1.

  • 2 Calbris, Geneviève et Porcher, Louis, Geste et communication, Collection dirigée par H. Besse et E. (...)

4Des malentendus dans l’interprétation des comportements dans d’autres cultures peuvent apparaître par manque de connaissance des particularités propres aux coutumes et valeurs morales des autres peuples. L’enseignement d’une langue étrangѐre doit donc obligatoirement inclure l’apprentissage du « non-verbal » et de la culture du peuple dont on étudie la langue. Comme le soulignent Geneviève Calbris et Louis Porcher, aujourd’hui « l’étude d’une compétence culturelle est redevenue une nécessité de l’apprentissage d’une langue. La compétence gestuelle fait partie intégrante de la compétence Culturelle »2. Ainsi, la connaissance des habitudes culturelles du peuple dont on apprend l’idiome aide-t-elle non seulement à apprendre la langue, mais également à faciliter la communication, à éviter la non-compréhension et à surmonter la peur de parler. Grâce à la communication, l’individu se sent plus à l’aise quand il connaît la signification des gestes et quand il comprend le comportement culturel d’autrui. Un autre élément qu’il convient de souligner réside dans le fait que la connaissance du comportement culturel d’autrui assume une valeur pédagogique non seulement chez les apprenants d’une langue étrangère, mais aussi chez les touristes puisqu’elle les invite à respecter la culture d’autres peuples, leur révélant ainsi la tolérance par l’acceptation des mœurs et habitudes différentes des leurs.

5Tous les peuples ont leurs propres mœurs, traditions, habitudes, gestualité et comportement culturels qui les distinguent les uns des autres. Mais ces différences ne doivent pas être perçues comme quelque chose d’anormal : il n’y a rien de négatif en cela, il s’agit tout simplement d’habitudes de vie qui ne ressemblent pas aux nôtres. Dans cet article nous avons estimé qu’il serait utile de présenter certaines spécificités des règles de vie kirghize en les comparant à celles des Français dans le cas où les uns ou les autres seraient accueillis dans une famille du pays visité pour la première fois.

6Nous ferons quelques comparaisons et donnerons des exemples de certaines habitudes répandues chez ces deux peuples, en analysant plus particulièrement les coutumes et les rituels liés aux repas et à la nourriture. Cela peut être utile non seulement pour les étudiants kirghiz qui apprennent le français, mais aussi pour les touristes francophones d’Europe qui viennent de plus en plus nombreux au Kirghizstan.

Le respect des anciens

7Au Kirghizstan, les aînés et les personnes âgées sont très respectées.

8Si une personne monte dans un bus et ne trouve pas de place, automatiquement, une autre personne plus jeune se lève pour la faire asseoir à sa place. Le cadet est obligé de saluer l'aîné dans toutes les circonstances : même s'il le rencontre dans la rue, il doit se précipiter vers lui et lui tendre la main pour le saluer. C’est un usage très respecté dans les villages : le jeune le fait même s'il ne connaît pas la personne. Cela est perçu comme signe d'une bonne éducation. Si le plus jeune ne vient pas saluer l’aîné le premier en lui tendant la main, on dira qu’il n’est pas bien élevé. Dans les villes on ne salue pas les personnes qu’on ne connaît pas.

9Pour une jeune personne il est considéré comme impoli de traverser le chemin devant une personne plus âgée : c’est une coutume qui se perd un peu dans les grandes villes, mais qui est bien présente dans les villages.

10Les jeunes filles, au contraire des garçons, ne doivent pas regarder dans les yeux une personne plus âgée, ce serait encore plus grave si cette personne plus âgée était un homme. Un comportement de ce genre peut être interprété comme l’absence d’une bonne éducation. Les filles doivent se montrer timides, puisque la timidité est considérée une qualité. Mais, pour nous, enseignants et enseignantes de langues étrangères, il faut que nos étudiants et étudiantes ne restent pas les yeux baissés pendant les cours : il est indispensable qu’elles et ils nous regardent et voient la mimique, les gestes, l’articulation de nos lèvres pour apprendre une bonne prononciation. C’est pourquoi dès le début des cours, nous devons expliquer qu’il est permis de violer cette règle quand on étudie une langue étrangère ou quand on parle avec un étranger.

11Le respect à l’égard des aînées se manifeste également à table où les plus jeunes ne doivent pas commencer à manger les premiers, sans attendre les aînés et ils doivent servir les personnes plus âgées qu’eux.

12En France, les anciens ne bénéficient plus de la même déférence ; cependant, il n’est pas rare que dans les transports publics, les jeunes cèdent leur place à une femme aux cheveux blancs ou même à un homme âgé.

  • 3 Dans cet article, nous avons choisi d’écrire les mots kirghiz conformément aux normes ISO pour le f (...)

13Dans les villages il existe les Conseils d'aksakals3 – le « Conseil des barbes blanches » – qu’on pourrait appeler le conseil des anciens. Leur avis a du poids pour les décisions à prendre dans la communauté. Si quelqu'un se comporte de manière inconvenante par rapport à sa femme, à ses enfants ou à n'importe quelle autre personne, la première chose que l'on fait, c’est de l'inviter à ce Conseil. Dans la plupart des cas, cela donne un résultat positif, parce qu'il est considéré comme honteux d'être invité au Conseil. Le mot ouiat (honte) a une signification très forte dans la culture kirghize. Il existe même un adage qui dit que « la honte est plus grave que la mort » (uâte ôlùmdôn kattou).

L’accueil dans les familles et l’invitation à un repas

  • 4 Bajburin A.K., Toporkov A.L., Uistokov ètiketa (Aux sources de l’étiquette), Leningrad, Nauka, 1990 (...)

14Il est à noter que l’hospitalité est l’une des plus grandes qualités propres au caractѐre des Kirghiz. Il est incontestable que « le principe de l’hospitalité entre dans le code moral de toutes les ethnies, mais il n’est pas une priorité dans tous les peuples »4. Au Kirghizstan, tout ce qu’il y a de meilleur dans la maison – nourriture, cadeaux – ainsi que l’attention de toute la famille sont offerts à l’hôte. Les Kirghiz aiment accueillir les gens chez eux et font tout leur possible pour que les invités soient contents et se sentent à l’aise. Aussi, quand on est invité dans une famille kirghize il est utile de connaître quelques rѐgles du comportement des maîtres de maison et de leur famille, principe qui est aussi valable pour les Kirghiz qui accueillent des étrangers.

15Au Kirghizstan, le maître de maison accueille les invités et serre la main de l’homme, ensuite celle de la femme, mais habituellement, la femme ne tend pas la main à l’homme et ne la lui serre pas non plus. En général, ce sont les hommes qui se serrent la main. Les femmes, d'habitude, ne serrent pas la main d'un homme à l'exception des cas où l’homme tend la main lui-même.

  • 5 Les parents se vouvoient entre eux, les enfants les vouvoient aussi. Entre eux, frères et sœurs se (...)

16Si la maîtresse de maison est présente, elle embrasse les invités uniquement s’il s’agit de femmes qu’elle connaît bien et fait la bise aux enfants. L’aîné des enfants salue également, suivi de ses frères et de ses sœurs cadets5. Ensuite, l’homme invite les hôtes à entrer dans la salle à manger. En France, le maître de maison accueille aussi les invités, mais il commence toujours par saluer la dame et ensuite le monsieur puis les enfants, s’ils accompagnent leurs parents. Si la maîtresse de maison n’est pas retenue en cuisine, elle salue d’abord la dame puis son mari ou compagnon et enfin les enfants. Les hôtes entrent et sont d’abord invités à prendre place dans la salle de séjour ou, parfois, directement à table.

17La première chose que l’on fait quand on entre dans la maison ou dans l’appartement d’une famille kirghize est d’enlever les souliers. Cette habitude peut être expliquée par la volonté de ne pas faire entrer avec soi dans la maison de la poussière et des microbes, car il y en a beaucoup dehors, ce qui est dû au climat très sec du pays. Mais en France, les invités ne se déchaussent pas. En famille, toutefois, pour ne pas salir l’appartement lorsque l’on arrive avec des chaussures mouillées ou boueuses, parents et enfants les enlèvent et enfilent alors des pantoufles pour circuler à l’intérieur. L’hôte kirghize propose ensuite à ses invités de se laver les mains. Ceux qui ne le font pas disant qu’ils les ont déjà lavées chez eux, ne sont pas obligés de s’y plier. En France, les invités peuvent exprimer leur désir de se laver les mains, mais ce n’est pas une obligation.

  • 6 Cf. Didi R., Montredon J., « La Mauvaise Langue », Mimiques d’appréciation et d’argumentation (vidé (...)

18Quand on est invité dans une famille kirghize, il est préférable de prévoir un petit cadeau, comme, par exemple, une boîte de bonbons, du chocolat ou des biscuits pour les enfants. Cela fait plaisir à la famille même si la maîtresse dit habituellement qu’il ne fallait pas, tout comme cela se passe chez les Français. Si on vient sans cadeau, « les mauvaises langues »6 pourraient faire un geste signifiant que l’invité est venu « les mains dans les poches » : pour ce geste deux doigts de la main droite, index et majeur, sont approchés des narines, les autres doigts sont serrés ensemble. En France, on ne se présente pas non plus à une invitation sans cadeau, celui-ci peut être un bouquet de fleurs pour la maîtresse de maison ou bien une bonne bouteille de vin, une boîte de chocolats, un livre ou un disque, selon le degré d’amitié des hôtes.

19La première chose qui étonne les Kirghiz invités chez les Français, c’est la table qui leur semble vide : sur la table couverte d’une nappe il n’y a qu’assiettes, verres, fourchettes, couteaux et cuillères, mais aucun plat. Il est important de souligner la manière de dresser la table en France : les couverts doivent être placés la pointe en l’air, couteau et cuillère sont à droite alors que la fourchette se positionne toujours à gauche de l’assiette. Comme il n’y a pas de mets sur la table, les hôtes kirghiz ont l’impression qu’on ne les attendait pas ou qu’ils sont venus trop tôt, ou que la maîtresse de maison n’a pas eu le temps de se préparer à les accueillir. Plus tard, quand on voit des plats arriver les uns après les autres, cette impression disparaît. Avant le repas, un apéritif est toujours proposé, souvent au salon ou bien directement à table autour de laquelle est attribuée une place à chacun.

20Le rituel veut que le maître et la maîtresse de maison sont assis l’un en face de l’autre, la maîtresse se réservant la place la plus proche de la cuisine ; le convive le plus important selon l’âge et la fonction est assis à la droite de la maîtresse de maison, le second à sa gauche ; il en sera de même pour le maître de maison à la droite duquel s’assied la convive la plus âgée ou dont la fonction est la plus élevée, à sa gauche la seconde ; il convient – mais pas toujours – d’alterner hommes et femmes, on sépare les couples mariés, mais pas les fiancés ; il faut faire preuve de bon sens, c’est-à-dire, respecter les affinités pour placer les autres convives. Dans des contextes informels il n’est pas obligatoire de respecter ces règles.

  • 7 À l’époque où les Kirghiz menaient une vie nomade, ils préparaient une boisson – tchalap – en mélan (...)

21En France, le déjeuner ou le dîner commence seulement après l’apéritif : arrivent alors les entrées suivies du plat principal – viande ou poisson accompagné de garniture –, puis salade, fromage (qui pour les Kirghiz apparaît comme un dessert salé) et dessert, café ou thé à la fin, parfois avec confiserie. Au sujet du fromage, selon l’étiquette l’on ne doit jamais se resservir en fromage, cela signifierait que l’on n’a pas assez mangé et que l’on compense avec ces produits laitiers. La France cultive une riche tradition vinicole et fromagère tandis que cette culture n’existe presque pas chez les Kirghiz, qui ne connaissent que le fromage blanc et le fromage sec très salé kourout qu’on appelle parfois le fromage des nomades7. Les Kirghiz importent du très bon vin de Géorgie mais pour le servir plutôt à leurs hôtes étrangers. Dans la tradition des peuples nomades il n’y avait pas de boissons avec de l’alcool mais aujourd’hui on propose parfois aux invités de la vodka, apporté au Kirghizstan par les Russes qui s’y sont installés. Si ces derniers consomment de la viande de cochon et boivent de l’alcool, c’est parce que sont en majorité de religion orthodoxe, alors que l’ethnie kirghiz est généralement musulmane. Les Français servent également du vin rouge, blanc ou rosé selon les plats proposés : on boit, par exemple, le vin rouge avec de la viande et le vin blanc avec le poisson. Ce qui diffѐre les repas français des repas kirghiz, c’est l’abondance des vins et des fromages – environ 350 au moins pour toute la France – que l’on peut proposer. Parmi les plus connus, rappelons le camembert de Normandie, le munster d’Alsace, le roquefort de l’Auvergne, les fromages de chèvre des régions du centre-ouest, le cantal du Massif central, le brie, l’emmenthal ou le brocciu de Corse, juste pour en citer quelqu’un.

22Chez les Kirghiz, quand les invités arrivent, la table doit être déjà dressée, on doit y mettre tout ce qu’il faut pour le the : galettes, boorsoks (petits beignets préparés pour les célébrations et les fêtes), confiture, bonbons, différents fruits secs (abricots, raisins, pistaches, amandes, arachides, noix), miel, biscuits parce qu’on commence toujours par le thé – d’habitude noir –, des fruits frais et différentes salades de légumes (tomates, concombres, aubergines etc.). Très souvent les invités étrangers qui trouvent inhabituel de voir une table sur laquelle il y a beaucoup d’assiettes avec des salades à côté de la confiture ou du miel, se mettent à prendre des photos ce qui fait grandement plaisir à la maîtresse de maison.

Table dressée pour le repas

23L’emplacement des invités joue un rôle très important pour les Kirghiz. La façon dont on fait asseoir les hôtes présente aussi ses particularités. Après s’être lavé les mains, les hôtes se dirigent vers la table où le maître ou la maîtresse indiquent à chacun où s’asseoir. Une ou deux places juste en face de la porte sont réservées aux personnes les plus honorables : ce sont les places les plus éloignées de la porte. Plus on est assis loin de la porte, plus on est honoré. Dans la culture kirghize, il y a trois facteurs qui sont d’une importance capitale : l’âge, le statut social et le sexe des personnes invitées.

  • 8 Il est à noter que dans la culture des nomades, les femmes étaient beaucoup plus libres que celles (...)

24Les places d’honneur sont réservées tout d’abord aux personnes les plus âgées ; s’il n’y en a pas, aux gens qui ont une position sociale élevée. Quand il y a des couples, la femme est habituellement placée à côté de son mari, mais le mari doit être assis « plus haut » que sa femme, c’est-à-dire qu’il doit occuper une place plus éloignée de la porte que celle occupée par son épouse. Celle-ci s’assoit donc « plus bas », soit plus proche de la porte, ce qui reflète les rangs sociaux genrés présents dans la société kirghize. Si, par hasard, la femme prend la place destinée à son mari, cela peut être mal perçu par certaines personnes et être considéré comme signe de la prédominance de la femme dans le couple. Même si c’est le cas, il n’est pas prudent de le manifester aux autres car cela pourrait donner lieu à des plaisanteries ou même à se moquer du mari. Normalement on change vite de places en déclarant que cela s’est passé par inadvertance8.

25Il y a d’autres tabous dans la culture kirghize : par exemple, le cadet n’a pas le droit de s’asseoir plus « haut » que l’aîné et il ne doit pas non plus se mettre à table avant lui ou lui tourner le dos. La maîtresse de maison, obligée de sortir souvent pour se rendre à la cuisine, occupe en général la place proche de la porte. Si parmi les invités il n’y a pas de personnes âgées ou d’invités de rang social élevé, c’est le maître de maison qui occupe la place la plus honorable en tête de table. Dans le cas contraire, il peut s’installer à côté de sa femme. En général, il n’est pas permis aux enfants de rester à table avec les invités, on leur dresse une table à part et dans une autre piѐce et ils y restent sous la surveillance d’une personne adulte. L’exception est faite pour les fêtes familiales où toute la famille se réunit ensemble autour de la table. Si l’enfant de la famille fait des caprices parce qu’il veut se mettre à table avec les hôtes, la maîtresse, pour ne rien dire devant les autres, lui pourrait faire discrètement un geste dont l’équivalent verbal signifie « c’est honteux » : pour ce geste le bout de l’index de la main droite ou de la main gauche descend lentement de la pommette vers le menton tandis que les doigts, sauf le pouce, sont serrés ensemble. Remarquons, toutefois, que ce geste est de moins en moins utilisé.

Geste « C’est honteux ! »

26Il convient de noter que de plus en plus de Kirghiz préfèrent les tables rondes plutôt que les tables rectangulaires ou carrées. Cela vient peut-être de l’époque où les Kirghiz vivaient dans les yourtes dont la forme est ronde et où on s’installait en cercle. Dans la yourte il n’y a pas de coins car on considère que les coins ont une mauvaise énergie. Même dans les restaurants on voit de plus en plus fréquemment des tables rondes.

27Qui commence à manger en premier ? Là aussi, il y a des différences dans les deux cultures : chez les Français, c’est la maîtresse de maison qui goûte la première, ce qui signifie pour les invités que personne ne commence à manger tant que l’hôtesse ne l’a pas fait. Les Kirghiz, au contraire, proposent aux hôtes de le faire.

28Le repas kirghiz commence toujours par une tasse de thé noir, mais avant tout, il est obligatoire de goûter au nan, pain traditionnel des Kirghiz qui s’avoisine d’une galette française. On ne coupe jamais le nan, on le rompt de ses mains et pour commencer le repas on en mange un petit morceau. Puis on peut manger tout ce qu’on veut et goûter à tout ce qu’il y a sur la table dans n’importe quel ordre, en buvant du thé tout au long du repas. Habituellement on ne boit pas d’eau à table comme on le fait en France.

Nan : pain traditionnel kirghiz

Le bechbarmak

29Le plat traditionnel des Kirghiz est le bechbarmak ce qui se traduit par « cinq doigts », car avant on mangeait ce plat avec la main sans se servir de fourchette ou de cuillère, mais chacun avait un couteau pour manger de la viande. Bechbarmak est un mets à base de pâtes fraîches et de viande de mouton, d’agneau ou de cheval.

30Quand on invite des gens chez soi à l’occasion d’une fête familiale, on égorge un mouton ou un agneau. Dans le cas d’une grande fête de mariage on égorge un cheval et on invite tout le monde au restaurant. Si on habite dans une maison individuelle, avant d’égorger un mouton tout le monde descend dans la cour, y compris les membres de la famille et même les enfants. Après une courte prière tout le monde dit oomin (amen) en l’accompagnant d’un geste de bénédiction : pour ce geste les paumes des deux mains sont approchées du visage, puis descendent du front vers le menton. Seulement après, tous sont invités à entrer dans la maison et à se mettre à table. Si on accueille les hôtes dans l’appartement, le mouton est égorgé dans un abattoir et c’est le maître de la maison avec ses fils ou frères qui font la bénédiction sur place.

31Il est à noter que chez les Kirghiz, le mets principal n’attend jamais les invités, c’est juste le contraire, ce sont les convives qui attendent le plat. On commence à préparer le bechbarmak après l’arrivée de tous les invités, c’est pourquoi si quelqu’un vient avec son ami ou un parent, ça n’étonne pas les maîtres de la maison et cela ne pose aucun problème. Au contraire, les maîtres manifestent leur joie et expriment le plaisir de recevoir les personnes qui sont venues avec leurs invités. Quand on commence à préparer ce plat on prévoit pour chacun un oustoukan, c’est-à-dire un os entouré de viande, servi aux invités honorables lors d’une fête. Chaque os a sa signification et est réservé à une personne bien précise : par exemple, s’il y a quelques femmes âgées on doit leur servir de la viande avec des os iliaques, l’aînée d’entre elles peut recevoir le coccyx. Si on leur sert un morceau qui ne correspond pas à leur âge ou statut, elles peuvent se vexer. Pour les enfants on prévoit des côtes. La maîtresse prend trѐs au sérieux cette procédure de la distribution des morceaux de viande : elle doit savoir ce qu’elle donnera à l’homme le plus âgé, aux moins âgés, aux jeunes femmes, aux enfants.

32On attend le bechbarmak pendant deux ou trois heures ce qui dépend de l’âge de l’animal égorgé. En attendant le plat de viande, on mange ce qu’il y a sur la table et on boit du thé ; il est permis de sortir de table pour se promener et respirer l’air pur. Parfois on chante et il y a une coutume qui s’appelle yr kessé ce qui se traduit par le bol de chant. Il s’agit d’un bol qui peut être rempli d’une boisson quelconque, comme vodka, vin ou eau. La personne à laquelle on tend ce bol doit chanter ou boire le contenu de ce bol. Comme personne ne veut en boire, tout le monde fait un effort et chante pour distraire les autres. Celui qui ne sait pas chanter, peut raconter une anecdote ou citer quelques vers.

33Quand la viande est prête, on se réunit de nouveau autour de la table. Cette fois, se laver les mains avant le bechbarmak devient obligatoire.Pour cela, un jeune de la famille vient avec de l’eau et une cuvette en proposant aux invités de se laver les mains. Chacun a sa propre serviette, le maïlyk, pour s’essuyer les mains. On arrive au moment de servir la viande : la personne qui est en tête de table, en général un homme, reçoit la tête du mouton dont une oreille est coupée, ce qui peut provoquer un choc culturel chez un étranger. Il reste assis ne sachant que faire avec cette tête dans son assiette. Pendant ce temps, le maître ou la maîtresse distribuent la viande, mais, comme les morceaux sont assez grands, les gens en mangent en se servant d’un couteau. Ceux qui n’ont pas réussi à manger toute la viande peuvent la laisser dans l’assiette. Plus tard, à la fin du repas, elle sera mise dans les sacs des femmes pour qu’elles l’emportent chez elles.

34Et qu’est-ce qu’on fait avec cette fameuse tête de mouton ? On peut conseiller à la personne qui l’a reçue, si c’est un étranger bien sûr, de couper un petit morceau de la peau de la tête, le mettre dans son assiette et passer la tête au maître de maison. Ce dernier en coupe alors de petits morceaux pour en faire goûter à chacun des invités. Puis, il donne la tête à sa femme qui l’emporte dans la cuisine pour en préparer plus tard un plat pour les enfants.

35Enfin, le bechbarmak arrive dans un grand plat plein de pâtes fraîches surmontées de viande coupée en petits morceaux avec de la sauce dessus. Celle-ci est faite avec les oignons cuits dans le bouillon. Le maître veille à ce que tout le monde soit servi. Les plus jeunes servent les aînés et les hommes servent les femmes. Après le bechbarmak on propose du bouillon. Une chose nécessaire à rappeler : il ne faut pas terminer le contenu de son assiette et la nettoyer avec du pain, car aussitôt que le maître voit votre assiette vide, il va vous la remplir immédiatement en pensant que vous avez encore faim et parce qu’on n’aime pas que l’assiette soit vide. Même si vous dites que vous êtes rassasiés, il va continuer à vous servir. Pour éviter cette situation on peut conseiller de laisser un peu de viande dans l’assiette et de la manger à la fin du repas. Quand le maître voit que l’assiette n’est pas vide, il cesse de vous servir. Dans la culture française, au contraire, il est impoli de laisser un peu de nourriture dans son assiette, car cela peut signifier que le mets ne vous a pas plu, mais si on n’a plus d'appétit, on peut laisser quelque chose. Toutefois, au restaurant, c’est différent : chacun fait ce qu’il veut, sans craindre de vexer le chef cuisinier.

Exemples d’aliments et de comportements à la fin des repas différents

36Un choc semblable à celui de la tête de mouton du bechbarmak servie à une personne de l’étranger peut se produire chez un Kirghiz quand on lui sert des escargots et surtout des huîtres qui doivent être vivantes. Une fois, nous avons été invités dans une famille française où l’on nous a servi des huîtres. Un collègue ne sachant pas comment manger les huîtres, sans attendre l’explication du maître de maison, les a avalées sans mâcher et puis a bu du vin pour faire passer le goût de ce mets, exotique pour les Kirghiz. Mais après, il a vu que tout le monde versait dessus quelques gouttes de jus de citron pour vérifier que les huîtres étaient fraîches : en effet, elles se rétractent un peu quand elles sont vivantes. Le lendemain, je l’ai vu dans un état lamentable, il m’a dit qu’il n’avait pas pu s’endormir parce qu’il lui semblait que ces huîtres vivantes lui montaient à la gorge. Je crois que c’était une sorte de vengeance pour la tête de mouton que le maître de maison avait mangée dans une famille kirghize.

37Comme les Kirghiz ont mené une vie nomade durant des siècles, dans leur culture sont maintenues certaines habitudes que les ancêtres leur ont laissées : hospitalité, échange de cadeaux ce qui aide à renforcer des liens amicaux ; leur nourriture principale est la viande et les produits laitiers. Aujourd’hui presque tous les mets de la cuisine kirghize sont préparés à base de viande. Si avant on ne mangeait pas de poisson (ma grand-mѐre avait peur des poissons parce qu’elle les considérait comme des serpents de rivière), aujourd’hui les plats à base de poisson ne sont pas rares dans le menu des repas en familles. On mange aussi de la volaille mais pas de porc. De nos jours, le menu de la cuisine kirghize contient beaucoup de légumes et de fruits, mais la tendance consistant à manger beaucoup de viande se maintient, surtout dans les régions de hautes montagnes où la population s’occupe de l’élevage de moutons et de chevaux qui paissent dans de riches pâturages.

38Il y a d’autres choses qui peuvent étonner les uns et les autres. À la fin du repas, les Kirghiz peuvent éructer, ce qui signifie qu’ils ont bien mangé et apprécié le contenu de leur assiette, mais en France, cela ne se fait pas en public et encore moins à table, car c’est considéré comme très impoli.

  • 9 Les kalpak sont les chapeaux traditionnels en feutre blanc bordé d’une ganse noire.

39Chez les Kirghiz, à la fin du repas le plus âgé prononce sa bénédiction à l’adresse des maîtres de maison, les remercie de l’accueil et exprime ses meilleurs souhaits à tout le monde. À leur tour, les maîtres de maison remercient les hôtes d’être venus, puis ils disent oomin avec le même geste qu’on fait avant d’égorger le mouton. La maîtresse de maison donne à chacun des invités un petit cadeau comme, par exemple, des foulards aux femmes et des kalpaks9 aux hommes. Chaque femme reçoit un sac en plastique dans lequel la maîtresse met leur viande laissée dans l’assiette, des boorsok, bonbons, fruits qu’elle doit rapporter aux enfants restés à la maison.

Kalpak, chapeau traditionnel

Conclusion

40Nous avons vu qu’il y a aussi des règles à respecter dans les relations entre les gens. Dans la culture kirghize tout est réglementé et soumis au respect de quelques règles strictes liées à l’âge, au statut social et au sexe. La connaissance des us, des coutumes et de la culture d’un peuple avec lequel on entre en contact, celle de son histoire à l’origine de la plupart de ses mœurs et de ses traditions, facilite la communication entre les représentants de différentes cultures, aide à éviter la non-compréhension et les malentendus. De plus, cette connaissance contribue non seulement à une bonne acquisition d’une langue étrangѐre et de sa culture, mais elle contribue également à l’apprentissage de la tolérance envers la culture d’autrui et à comprendre des habitudes qui peuvent paraître au premier coup d’œil un peu étranges et même sauvages.

41___________________

Haut de page

Bibliographie

1. Bajburin, A.K., Ob etnografičeskom izučenii ètiketa / Etiket u narodov Perednej Azii (Étude ethnographique de l’étiquette / Étiquette des peuples d’Asie occidentale), Moskva, Nauka, 1988.

2. Bajburin, A.K., Toporkov A.L., U istokov ètiketa (Aux sources de l’étiquette), Leningrad, Nauka, 1990.

3. Calbris, G. et Porcher, L., Geste et communication, Collection dirigée par H. Besse et E. Papo, Ecole Normale Supérieure de Fontenay- Saint-Cloud, Paris, CREDIF-Hatier, 1989.

4. Didi, R., Montredon J., La Mauvaise Langue, Mimique de dénigrement en situation (vidéo), Coproduction Université du Queensland, Media de l’Université de Franche-Comté, 1986.

5. Ismailov, O., (éd.), Enciklopedija Kyrgyzstan, (Encyclopédie. Kirghizstan), Centre de la langue d’Etat et de l’encyclopédie.

6. Nijazova, Ž., Osobennosti ètnoètiketa u sovremennyx kyrgyzov (Les particularités de l’ethnoétiquette des kirghiz contemporains), Document de travail de L’IFEAC, Tachkent, éd.9, 2004.

7. Nijazova, Ž., Rol’ žestovyx èmblem v neverbal’nom ètkete (Le rôle des emblѐmes gestuels dans l’étiquette non verbale), in Vestnik KNU im. Ž. Balasagyna, serie 6, fascicule 1, 2005, p.137-143.

Haut de page

Notes

1 Bajburin A.K., Ob etnografičeskom izučenii ètiketa / Etiket u narodov Perednej Azii (Étude ethnographique de l’étiquette / Étiquette des peuples d’Asie occidentale), Moskva, Nauka, 1988, p. 14-15.

2 Calbris, Geneviève et Porcher, Louis, Geste et communication, Collection dirigée par H. Besse et E. Papo, Ecole normale supérieure de Fontenay-Saint -Cloud, Paris, CREDIF-Hatier, 1989, p. 9.

3 Dans cet article, nous avons choisi d’écrire les mots kirghiz conformément aux normes ISO pour le français, c’est-à-dire avec l’alphabet latin. Ceci pour faciliter leur lecture auprès d’un public qui ne connaîtrait pas l’alphabet kirghiz, basé sur l’alphabet russe et écrit en cyrillique. Le kirghiz est une langue turcique de la famille des langues altaïques qui, selon les différentes périodes de l’histoire, a connu le système d’écriture arabe, latin et cyrillique.

4 Bajburin A.K., Toporkov A.L., Uistokov ètiketa (Aux sources de l’étiquette), Leningrad, Nauka, 1990, p.12.

5 Les parents se vouvoient entre eux, les enfants les vouvoient aussi. Entre eux, frères et sœurs se tutoient de plus en plus, mais l'aîné peut exiger le vouvoiement de la part des plus jeunes.

6 Cf. Didi R., Montredon J., « La Mauvaise Langue », Mimiques d’appréciation et d’argumentation (vidéo), Coproduction Université du Queens-land, Media de l’Université de Franche-Comté, 1986.

7 À l’époque où les Kirghiz menaient une vie nomade, ils préparaient une boisson – tchalap – en mélangeant ce fromage avec de l’eau pour éteindre la soif. Même aujourd’hui on le prépare dans les villages, alors que dans les villes on peut en acheter déjà préparée et confectionnée dans les magasins.

8 Il est à noter que dans la culture des nomades, les femmes étaient beaucoup plus libres que celles des peuples sédentaires d’Asie centrale. Elles ne portaient pas de hidjabs, ne cachaient pas leur visage et elles étaient d’excellentes cavalières. C’étaient les femmes qui montaient la yourte, faisaient le ménage, s’occupaient des enfants et ce n’était pas facile dans les conditions de la vie nomade. La polygamie existait à cette époque-là, ce qui facilitait la vie des femmes parce qu’elles partageaient leur dur travail quotidien : la première épouse dans l’ordre chronologique des mariages, la plus âgée, devait gérer la vie de la famille, les autres devaient la respecter et lui obéir en accomplissant tous ses ordres. Aujourd’hui, la polygamie ainsi que l’enlèvement des filles pour le mariage sont interdits par la loi. Les jeunes filles participaient aux jeux hippiques. Le plus répandu et populaire parmi les jeunes gens était et le reste jusqu’aujourd’hui le jeu traditionnel de Kyz koumaï : c’est une sorte de compétition hippique entre un jeune homme et une jeune fille. La fille doit partir la première et le djighit, jeune homme, doit la rattraper. S’il réussit à l’atteindre, il a le droit de lui faire une bise, si ce n’est pas cas, il recevra un coup de fouet de la fille qui gagne dans ce jeu.

9 Les kalpak sont les chapeaux traditionnels en feutre blanc bordé d’une ganse noire.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Table dressée pour le repas
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/9210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Geste « C’est honteux ! »
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/9210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Nan : pain traditionnel kirghiz
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/9210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Bechbarmak
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/9210/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Kalpak, chapeau traditionnel
URL http://journals.openedition.org/mimmoc/docannexe/image/9210/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria AKCHEKEEVA SOULTANOVNA, « Le comportement culturel des Kirghiz et des Français en société », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 05 mai 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/9210 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.9210

Haut de page

Auteur

Maria AKCHEKEEVA SOULTANOVNA

Université Nationale Kirghize J. Balassaghine, Bichkek, Kirghizstan. Professeure de français, PhD, Directrice de l'Association des professeurs de français au Kirghizstan.
Présidente de l'Alliance Française de Bichkek.
Directrice du département de français de la faculté des langues étrangères.
Ses axes de recherche portent sur la linguistique comparative.
Auteure des dictionnaires français-kirghiz et kirghiz-français.
Auteure de quelques manuels de français pour les écoles primaire et secondaire.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search