Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Termes ethnographiques dans l’épo...

Termes ethnographiques dans l’épopée Alpomich et dans la Chanson de Roland : les noms des armes et des chevaux

Zarifa ECHMOURODOVA

Résumé

Les sociétés primitives se sont adaptées aux conditions spécifiques de l’environnement naturel où elles ont vécu et évolué. Nos ancêtres ont surmonté des catastrophes naturelles et ont appris à se protéger des attaques des animaux, elles ont également appris progressivement à cultiver céréales, fruits et légumes en se sédentarisant, et à organiser même des fêtes pour se faire plaisir. Au fil des siècles, les conditions de vie, les cérémonies et les traditions des différentes sociétés se sont construites en reflétant leur mentalité, leurs croyances et leur philosophie de vie qui s’expriment souvent sous forme de symboles. Aussi l’analyse des ensembles des symboles présents dans la culture d’un peuple nous permet-elle d’en comprendre mieux sa mentalité et son histoire. Cet article analyse, dans une perspective comparatiste et civilisationniste, des termes ethnographiques associés aux noms des armes et des chevaux dans deux poèmes épiques très anciens : l’épopée ouzbek Alpomich et la Chanson de Roland.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : l’importance du lexique ethnographique

1Les termes ethnographiques sont un brillant exemple d’exotisme national et font partie de ce que l’on appelle souvent « vocabulaire exotique ». La langue ouzbèke et la langue française sont riches en termes ethnographiques. Cela est dû au fait que les francophones et les locuteurs ouzbeks vivent dans des régions différentes et ont des liens culturels avec différents peuples. Les termes ethnographiques concernent, par exemple, les noms spécifiques d’une tribu, d’un clan, d’un peuple, d’une nation et de leurs divers affiliés qui vivaient ou vivent encore dans une région particulière. Les termes ethnographiques sont l’une des couches du lexique linguistique qui a tendance à être oubliée avec le temps parce que les représentants de l’ancienne génération, qui connaissent les noms et les traditions d’une tribu, d’un clan et de ses branches, sont en train de mourir. En Ouzbékistan, nous nous trouvons face au risque de perdre ou d’oublier des informations importantes, témoignage de l’histoire de notre peuple. Par conséquent, il est urgent de collecter des termes ethnographiques et de soutenir le travail des chercheurs qui s’investissent dans leur analyse et étude.

2Les termes ethnographiques constituent une part importante du vocabulaire des langues et reflètent les caractéristiques dialectales locales. A l’exception de certaines similitudes, ces termes ont à bien des égards un caractère local et sont utilisés seulement par les habitants d’une certaine région.

3Une partie des mots propres aux dialectes diffère de la couche lexicale propre à la langue littéraire en ce qu’elle acquiert un caractère local. Il y a aussi des mots dans la langue vernaculaire qui concernent le domaine de l’économie, des coutumes, des mœurs et de la culture de la population d’une région particulière : ces mots sont utilisés dans la vie, dans les activités, dans les cérémonies et sont liés aux traditions des habitants d’une région. Une certaine partie des mots appartenant au lexique ethnographique peuvent avoir surgi sur la base de l’utilisation de mots communs dans un sens particulier en plus de leur sens originel, en y ajoutant un nouveau sens supplémentaire, comme, par exemple : chèvre (ouloq, bouzkachi), déchiré (yirtish), année (yil), sept (yetti), quarante (qirq) et bien d’autres. Ce sont des mots simples et courants dans leur premier sens, mais ils acquièrent une signification particulière en tant que lexique du domaine de l’ethnographie, comme nous allons le voir dans les exemples suivants.

4En effet, si la première signification du mot bouzkachi est l’animal chèvre (femelle ou mâle), la deuxième indique le sport traditionnel des nomades d’Asie centrale. Ce jeu équestre, encore répandu sur l’ensemble de l’Asie centrale, est un héritage du passé nomade des peuples qui vivaient dans cette région. Il existe des mots différents pour indiquer ce jeu où on se dispute le cadavre d’un bouc : les turcophones utilisent les mots Koupkari ou Ouloq, alors que les persanophones ont recours au terme Bouzkachi. Les règles n’ont pas beaucoup changé. Il faut toujours arracher le cadavre d’un bouc aux adversaires, dans une mêlée chaotique entre cavaliers, et l’apporter à un endroit bien établi. Le jeu se déroule en d’innombrables parties et pour chacune un prix est prévu. La partie dure jusqu’au moment où un cavalier arrive au point établi avec le bouc arraché aux adversaires qui lui ont fait obstacle sur son chemin. Une fois la partie terminée, l’arbitre annonce les noms du cavalier et du cheval gagnants ainsi que celui du propriétaire du cheval et il attribue le prix au cavalier qui a gagné la partie.

5Le premier sens du mot commun yirtich est déchiré. Un morceau de tissu, comme un mouchoir, remis à ceux qui ont assisté aux funérailles et à ses proches.

  • 1 Le plof est le plat national ouzbek à base de riz, viande et carottes.

6Le mot yil signifie en premier lieu année, mais il indique également la cérémonie effectuée généralement le neuvième ou le onzième mois après la mort d'une personne au cours de laquelle on offre du plof1 àux participants.

7Yetti (sept) et qirq (quarante) ne sont pas uniquement des chiffres. En effet, yetti est aussi la cérémonie qui a lieu le quatrième jour après la mort d’une personne, ainsi que qirq renvoie à la cérémonie tenue le trente-septième ou trente-neuvième jour après la mort d'un individu.

  • 2 En Asie centrale, surtout en Ouzbékistan, beaucoup de diverses coutumes et rituels se sont conservé (...)

8Dans la langue que nous parlons aujourd’hui, l’apparition de mots qui ont la couleur et la marque de termes ethnographiques est également liée à la vie sociale et spirituelle des sociétés des temps anciens. Les diverses coutumes, croyances et rituels préservés et encore pratiqués2 en Ouzbékistan comme la croyance dans les forces surnaturelles – remontent à très loin. : ils peuvent avoir pour origine la sorcellerie, l’animisme, le totémisme, le chamanisme et enfin ils ont été revisités par les enseignements de l’islam.

9Malgré les divers changements économiques et politiques qui se sont produits au cours des siècles, le peuple ouzbek a conservé de nombreuses traditions qui contribuent à conforter un sentiment d’identité nationale. Par exemple, les traditions matrimoniales renvoient à des aspects de la vie tels que le choix du logement, la nourriture et les vêtements propres à la cérémonie du mariage ; l’éducation des enfants et les rituels liés à la mort étaient des aspects nécessaires et constants de la vie sociale : ces traditions sont devenues des rituels stricts en raison d’une répétition constante.

Alpomich : une épopée folklorique ouzbèke

  • 3 Les Karakalpak, peuple de pêcheurs et de nomades habitaient autrefois des parties du Kazakhstan et (...)
  • 4 Les Altaïens sont un peuple turc de Sibérie. Ils vivent dans la république de l'Altaï et le kraï de (...)
  • 5 Le tatar est une langue qui appartient au groupe des langues turques de la famille des langues alta (...)
  • 6 Le prénom Apip correspond au prénom Alpomich dans la langue des Altaïens.
  • 7 En bachkir, hiluu est un terme affectueux qu'on ajoute aux noms propres en les rendant plus jolis. (...)
  • 8 Les Oghouzes (Oğuzlar) furent une confédération vivant au nord de la mer d'Aral dans l'actuel Kazak (...)

10Alpomich est une épopée folklorique pour les peuples turcs. Les versions Karakalpak3, Kazakh et Altaï4 d’Alpomich nous sont parvenues sous la forme d’épopées, et les versions tatare5 et bachkir sous la forme de contes de fées et de légendes. Les Ouzbeks l’appelaient Alpomich, les Karakalpak l’appelaient Alpamis, les Kazakhs l’appelaient Alpamis batir (Alpamis le courageux en kazakh), les Altaïens l’appelaient Apip Manach6, les Tatars de Kazan l’appelaient Alpamcha et les Bachkirs l’appelaient Alpamicha et Barsin hiluu7. Influencées par la poésie épique ouzbèke, des versions tadjikes sous forme de contes de fées et de légendes sont également apparues au début du XXe siècle. Rappelons que le personnage de Bamsi Bayrak, l’un des protagonistes du Kitobi Dadam Korkut (Livre de mon père Kurkut), la plus célèbre histoire épique médiévale des Oghuz8, est proche de l’épopée Alpomich en termes d’intrigue et de composition.

11Alpomich est l’une des expressions artistiques les plus remarquables de l’histoire des peuples d’Asie centrale : son caractère extraordinaire et son unicité sont liés au fait que cette grande épopée a été chantée par les bakhchis les conteurs et chanteurs populaires chez les Ouzbeks pendant des siècles. Ainsi elle nous est parvenue oralement dans le respect des traditions épiques de jadis. C’est pourquoi Alpomich est aujourd’hui considéré comme un grand cadeau de l’Antiquité, qui nous donne des informations importantes sur l’époque dans laquelle il a été créé, tout en illustrant l’esprit du peuple et en retraçant les conditions de sa créativité artistique. Alpomich est un monument littéraire, transmis de génération en génération, qui raconte des événements héroïques de l’histoire du peuple, enveloppée dans une coquille de légendes : il est considéré comme une grande épopée.

  • 9 Cf. Sarimsakov, B., Folklore cérémoniel // Essais du folklore ouzbek, Tachkent, Maison d’édition Ou (...)
  • 10 Kounguirat est l'une des tribus du peuple ouzbek. Au début du Moyen Âge, l'Altaï était la capitale (...)
  • 11 Ogli signifie le fils. Fozil Yuldosh ogli a étè un poète folklorique ouzbek. Le mot baxchi signifie (...)

12L’épopée Alpomich a été écrite par les peuples turcs il y a mille ans9. Bien que, sur la base de traditions épiques, le peuple ait pris la forme d’une seule épopée comme exemple de création orale, c’est la version la plus ancienne d’Alpomich, apparue au premier siècle avant notre ère, qui a servi de modèle pour les versions successives en Ouzbékistan. Alors que la tribu Kounguirat10 se déplaçait dans différentes régions et devenait une partie des peuples nouvellement formés, l’épopée s’est étendue à d’autres tribus. Les termes ethnographiques ont été retravaillés et l’épopée s’est répandue en devenant finalement l’épopée de chaque peuple d’Asie centrale dont les ancêtres ont participé à la création. Des copies de l’épopée Alpomich, qui ont survécu dans la tradition épique orale, ont été créées aussi aux IXe et Xe siècles. Mais, selon les spécialistes, les racines mythologiques et historiques de l’intrigue remontent à des temps plus anciens. L’intrigue de l’épopée contient des vues préislamiques. Les éléments mythologiques, tout en répondant à des exigences d’ordre artistique, reflètent des conceptions propres à un monde idéalisé. Les versions orales d’Alpomich ont commencé à être transcrites à partir de 1922. Jusqu’à présent une quarantaine de versions ont été enregistrées par Fozil Yuldosh ogli11, Mahammadqul Jonmurod ogli Polkan, Berdi baxshi, Saidmurod Panoh ogli, Bori baxshi, Bekmurod Juraboy ogli, Mardonaqul Avliyoqul ogli, Abdulla Nurali ogli, Umir Bakhchi, Haydar Boycha ogli, Rahmatulla Youssouf ogli, Nodir Rahim ogli. Les manuscrits originaux datant de 1922 sont conservés dans les archives folkloriques de l’Institut de langue et de littérature de l’Académie des Sciences d’Ouzbékistan. Il y a 39 versions écrites de l’épopée Alpomich en Ouzbékistan.

13Rappelons ici rapidement quels sont les éléments principaux de ce poème épique. Le personnage principal est le valeureux Alpomish qui, enfant, s’appelait Hakimbek. Selon les historiens, dans les temps anciens, il n'était pas d'usage de donner un prénom aux enfants parce que le prénom était considéré comme temporaire. En effet, le prénom définitif était attribué quand l’enfant, devenu grand, avait fait ses preuves d'héroïsme. Hakimbek fut appelé Alpomich alors qu'il n'avait que sept ans, car il avait impressionné tout le monde ayant réussi à lancer sa flèche au-dessus des sommets du mont Askar. Le prénom Alpomich se compose de deux parties : "Alp" – fort, courageux, énorme – et "pomich" – brave, héros –, ce qui signifie héros géant lorsque les deux parties sont jointes.

  • 12 Il était coutume de fiancer des enfants dans le berceau ou dès leur enfance.
  • 13 Barchin est souvent appelée Barchinoy. Barchin signifie belle et charmante. Oy, en ouzbek, signifie (...)

14L'histoire commence par la naissance et le bechikkerti12 (promesse de mariage) d'Alpomich et de Bartchinoy13 dans les maisons des frères Boybouri – père de Alpomish – et Boysari – père de Barchin – qui sont des chefs de la tribu kounguirat. Des années plus tard, en raison d'un différend, Boysari, doit partir pour des terres lointaines (Kalmouk). C'est pourquoi Alpomich ne peut pas voir Bartchinoy durant sept ans. Sept ans plus tard, Alpomich se rend dans le pays où Boysari et sa fille (âgée de14 ans) avaient déménagé. Bartchinoy avait donné quatre conditions pour suivre Alpomish. Ayant rempli toutes ces conditions, ce dernier peut amener Bartchinoy dans son pays d'origine. Après cela, la propriété du père de Bartchinoy va être confisquée par des étrangers et Boysari devient un berger. Alpomich se rend alors dans le pays Kalmouk pour sauver son beau-père, mais il est fait prisonnier et reste en prison durant sept ans. Pendant ce temps, Ultontoz, qui avait conquis Kungrad – la patrie de Boybory, le père d'Alpomich – persécute Boybori et tente d'épouser Bartchinoy. Entretemps, Alpomich est libéré de prison avec l'aide de son cheval Boychibor et rentre chez lui. Il bat Ultontoz au combat et établit son règne dans son pays. Il épouse Bartchinoy et les deux auront un fils nommé Yodgor.

  • 14 Alpomich - une épopée folklorique ouzbek. Tachkent, Maison d’édition Tafakkour, 1998.

15L’épopée Alpomich14 nous transmet une leçon sur les qualités humaines : elle nous apprend à être justes et sincères, à protéger notre pays, notre foyer familial, nos amis, notre honneur, à protéger les tombes sacrées de nos ancêtres de tout empiétement.

16Les déclarations en prose d’Alpomich ont été traduites et publiées en slovaque, en russe et en turc. Des extraits ont été publiés en anglais aussi, mais malheureusement, il n’y a pas encore de traduction en français.

Termes ethnographiques liés aux noms des armes dans Alpomich

17Dans les deux épopées analysées nous avons relevé de nombreux termes ethnographiques liés à la sphère militaire qui concerne les peuples de l’époque, comme, par exemple, des appellatifs militaires, des noms d’insignes, d’armes, d’uniformes militaires et de techniques de combat. Dans l’épopée Alpomich, on trouve souvent, entre autres, des mots tels que tchotir (tente ou campement militaire), sovut (armure), khnajar (poignard), kirovka (cotte de maille), qilitch (épée), ayoy (arc), nayza (lance).

  • 15 Cf. Matgoziev, A., Sur l'histoire des termes militaires, / Tachkent, Maison d’édition Langue et lit (...)

18Selon A. Matgaziev15, dans les sources de la vieille langue ouzbèke, des termes tels que qoul (main), dasta (détachement), toup (balle), qui sont synonymes les uns des autres, désignent également une unité militaire, un escadron (unité de cavalerie). En fait, l’utilisation répétée du mot « détachement » dans les épopées en conjonction avec le mot « formation » signifiant grade militaire, indique que le mot est synonyme des mots « peloton » et « unité militaire ».

  • 16 Nous pouvons le constater à la ligne 166 : « Le repas est mangé par les soldats ; à la ligne 210 : (...)
  • 17 Cf. ligne 175 : le shah Kalmouk a ordonné à son guerrier

19Le mot askar (soldat en ouzbek) est étymologiquement lié au mot mongol nukhar (ami, camarade) et, dans les langues turques, il est utilisé comme synonyme du mot combattant (jangtchi en ouzbek) et dans le sens de serviteur aussi. Dans l’épopée, le mot soldat est utilisé également dans le sens d’armée16(armiya). Dans l’histoire de notre langue, le mot arabe soldat est aussi utilisé efficacement pour indiquer l’infanterie ou un guerrier17.

  • 18 C’était une mesure utilisée dans l’ancien Ouzbékistan aussi.
  • 19 Il tue de nombreuses kamlouks// Alpomich prenait une épée diamantée à la main (Alpomich, ligne 359) (...)
  • 20 Forte comme Isphahan (épée). C’est aussi le nom de l’un des princes les plus célèbres d’Iran.
  • 21 Zulfiqor (arabe : perçant, tranchant) : l'épée à double tranchant du prophète Muhammad.

20On sait que nos ancêtres, et les peuples d’Asie centrale en général, avaient leurs propres tactiques et stratégies militaires, ainsi que des armes qui étaient utilisées à différentes périodes historiques. En particulier, les khanjar (poignards), les nayzalar (lances), les kamonlar (arcs) sont les plus simples de ces armes, tandis que, dans les épopées, il y a des mots qui décrivent différents types d’armes avec des mécanismes complexes qui ont été découverts plus tard. Par exemple, on précise que Alpomich portait, accrochées autour de sa ceinture, des épées pointues (oukir) en allant à cheval au lac Arpali. A la ligne 84, on découvre qu’Alpomich avait un arc à plumes jaune fait de quatorze batmans (une mesure orientale où un batman équivaut à 0,832 kg18), hérité de son ancêtre Alpinboy. Les flèches et l’épée sont les armes les plus importantes pour Alpomich qui en dispose de différentes sortes19. Le mot qilitch (épée) est ainsi accompagné des mots diamant, pointu, isphahan20, zulfiqor – le nom de l’épée d’Ali, gendre du prophète21 – qui peuvent être utilisés tout seuls pour indiquer cette arme, comme nous pouvons le voir à la ligne 208 : « quand je prends un diamant, je verse du sang rouge » ou bien à la ligne 96 : « Monté à cheval, zulfiqor attaché à la ceinture ».

21On attirait tout particulièrement l’attention sur la taille des armes et sur leurs matériaux. Par exemple, on rappelle que l’épée d’Ispahan, spécialement fabriquée dans la ville iranienne d’Ispahan, était une épée faite de diamants.

  • 22 Cf. ligne 247 : « Je tire le canon sur les adultes » ; ligne 289 : « De grosses boules gigantesques (...)

22Nous découvrons dans ce poème épique d’autres genres d’armes comme chabguir, achrapi, chukmor – d’anciennes armes de guerre en forme de massues –, ainsi que des armes plus complexes, conçues pour infliger des dégâts à distance à l’ennemi, comme le zambarak (canon22).

  • 23 Cf. ligne 219 : « Le casque de chevalier sonne dans la tête // Cotte de mailles blanche, armure d’o (...)

23Les termes ethnographiques appartenant au domaine militaire comprennent également les noms des armes nécessaires à protéger le corps et les autres parties du corps des soldats : bouclier (qalqon) ; cotte de mailles (kirovka) – un gilet qui protège le corps des balles et des couteaux ; armure23(sovoutte) – un vêtement en métal qui protège contre les lames et les balles ; casque de chevalier (douboulga) – un capuchon métallique qui protège la tête de la lame et des balles. A la ligne 219, le brave Kukaman, se lève et dit : « je suis bien plus que n’importe lequel d’entre vous, puisque je porte une armure de quatre-vingt-dix batmans, je mange en une seule fois quatre-vingt-dix agneaux, je suis l’un des quatre-vingt-dix braves ».

Termes ethnographiques liés aux noms des armes dans la Chanson de Roland

  • 24 Nos citations sont en français moderne pour faciliter la compréhension du texte. Le français ancien (...)

24La Chanson de Roland se compose de 4002 décasyllabes. Le premier exemplaire du poème est un texte retrouvé à d’Oxford24. Il a été écrit en Angleterre dans les années 1170. Le poème lui-même a été créé à la fin du Xe siècle et au début du XIIe siècle et a été transmis de bouche à oreille pendant des siècles, et par la suite il a été perfectionné sur le plan artistique sous une forme concise. La chanson raconte l’histoire du roi Charlemagne portant secours à son héros Roland, tué par l’ennemi, lors d’une bataille contre les Maures. Le contenu idéologique du poème est clarifié dans la description des événements historiques qui le sous-tendent. Les partisans du calife de Bagdad ont fait appel à Charlemagne pour les aider dans la lutte contre Abdurrahman, qui avait établi un État musulman indépendant en Espagne. En 778, Charlemagne, qui avait été impliqué dans une querelle entre les Maures espagnols, traverse les Pyrénées et conquiert de nombreuses terres. La destruction de l’armée de Charlemagne dans la gorge de Roncevaux est également décrite non pas comme une trahison des chrétiens basques, mais plutôt comme le résultat d’une hostilité perverse des Arabes espagnols. Bien que l’histoire du poème remonte au VIIIe siècle, son expression artistique et sa diffusion orale remontent à deux ou trois siècles après, au cours desquels la lutte des seigneurs féodaux européens contre les Maures espagnols et les croisades contre les Sarrasins se sont poursuivies.

25Dans la Chanson de Roland, comme dans Alpomich, nous retrouvons plusieurs mots indiquant des armes. Tout en admirant la qualité des épées et des arcs on insiste sur les matériaux dont ces armes sont faites. Par exemple, l’épée de Roland est décrite comme belle, légère, tranchante ; l’armure est définie comme blanche, en or ; la lance (espiet), est brillante et grande ; le casque de Roland, fabriqué à Saragosse est fait en or et recouvert de pierres.

  • 25 Cf. Chanson de Roland, strophe CLXXXIII : C-100 ; L-50 ; X-10 ; I-1 ; strophe 183.

26Dans la strophe CLXXXIII25 , nous apprenons que l’épée de Charlemagne :

« […] jamais elle n’eut sa pareille : chaque jour sa couleur change trente fois. Nous savons bien ce qu’il en fut de la lance dont Notre-Seigneur fut blessé sur la Croix : Charles, par la grâce de Dieu, en possède la pointe et l’a fait enchâsser dans le pommeau d’or : à cause de cet honneur et de cette grâce, l’épée a reçu le nom de Joyeuse ».

27Dans la strophe LXXIX, on précise les lieux de provenance des armes :

« Les païens s’arment de hauberts sarrasins, presque tous à triple épaisseur de mailles, lacent leurs très bons heaumes de Saragosse, ceignent des épées d’acier viennois. Ils ont de riches écus, des épieux de Valence et des gonfanons blancs et bleus et vermeils ».

28Saragosse était célèbre pour sa forge dans les temps anciens et les meilleures armures, boucliers et casques venaient de cette ville.

  • 26 D’autres interprétations voient une étymologie liée aux mots « vieil » et « antif », « ancien ».
  • 27 L’olifant était un corn d’ivoire.

29Dans les chansons de geste, on pouvait attribuer des noms propres à des armes comme les épées, les lances, tout comme aux chevaux appartenant à l’un ou l’autre héros. Rappelons le cheval de Charlemagne Tencendur dont le nom renvoie au verbe tencer signifiant combattre ainsi que son épée Juayez (qui signifie joyeuse) ; le cheval de Roland est Veillantifnom construit à partir du verbe veiller, être vigilant26 , son épée est Durendal – nom qui évoque quelque chose de dur, résistantet son cor s’appelle Olifant 27 ; l’épée de Ganelon porte le nom de Murgleis mot composé de deux parties : mur et glace, ce qui donne l’image d’une épée très forte et solide et son cheval s’appelle Tachebrunen référence à sa robe –, l’épée d’Olivier est appelée Hauteclaire – nom qui fait penser à un objet léger, brillant et facile à manier. Ces noms ont tous des significations qui renvoient à une caractéristique de l’arme ou du cheval.

  • 28 Tomachevsky, B.V., Théorie de la littérature, Moscou, Edition d’état, 5e edition, 1930.
  • 29 Cf. strophe CV, ligne 1340 et strophe CLXXII : “Roland frappe au perron de […] L’acier grince, il n (...)

30Toutefois, selon Tomachevsky28, la signification de certains noms d’armes n’a pas encore été déterminée. Le fait d’attribuer un nom propre aux épées indique que celles-ci étaient considérées et acceptées comme un être vivant, une personne. La signification du nom de l’épée de Roland est très claire et renvoie à sa qualité et à sa résistance : Durandal est si « dure » que son propriétaire, proche de la mort et craignant qu’elle soit prise par l’ennemi, n’arrive pas à la briser malgré tous ses efforts29. Durendal avait été fabriquée par un maître de Ratisbonne, Madelger. Selon les chercheurs, le nom de l’épée appartient au genre féminin, dérivé de l’adjectif « dur », et du verbe « durer », « être fort, stable ». Roland a appelé son épée de cette façon parce qu’il éprouvait une sorte d’amour et d’affection pour son arme, comme nous pouvons le voir dans la scène d’adieu dont nous reportons ici quelques passages :

« Ah ! » dit le comte, sainte Marie, à mon aide !

Ah ! Durendal, bonne Durendal, c’est pitié de vous !

Puisque je meurs, je n’ai plus charge de vous » (strophe CLXXI).

« Ah ! Durendal, comme tu es belle, et claire, et blanche !

Contre le soleil comme tu luis et flambes !

Charles était aux vaux de Maurienne,

quand du ciel Dieu lui manda par son ange

qu’il te donnât à l’un de ses comtes capitaines :

alors il m’en ceignit, le gentil roi, le Magne […]

pour cette épée j’ai douleur et peine.

Plutôt mourir que la laisser аux païens !

Dieu, notre père, ne souffrez pas que la France ait cette honte ! » (strophe CLXXII).

  • 30 Cf. Paramonova, M.Yu., Reliques // Dictionnaire de la culture médiévale, Moscou, Edition d’état, 20 (...)

31L’épopée permet aux chevaliers de révéler leur perception générale du christianisme et de souligner leurs croyances, comme, par exemple, la conviction que les reliques pouvaient sauver les gens des maladies, sauver des vies dans les batailles et protéger du danger et des calamités30. Les épées de Ganelon, Charlemagne, Roland et d’autres chevaliers ont un pouvoir sacré. Roland le rappelle en s’adressant à son épée dans la strophe CLXXIII :

« Ah ! Durendal, que tu es belle et sainte !

Ton pommeau d’or est plein de reliques :

une dent de saint Pierre, du sang de saint Basile,

et des cheveux de monseigneur saint Denis,

  • 31 Rappelons que Saint-Basile a été l’une des figures les plus importantes de l’église du IVe siècle, (...)

et du vêtement de sainte Marie31 ».

Termes ethnographiques liées aux noms des chevaux

32Dans les deux épopées que nous étudions, non seulement les armes des héros, mais aussi leurs chevaux, portent un nom propre et sont considérés comme une sorte de divinité.

  • 32 Sorel est un terme d’origine germanique qui désigne la couleur des poissons ou des feuilles sèches. (...)

33Dans la Chanson de Roland, le cheval du comte Gerin s’appelle Sorel 32, celui de son compagnon Gerier porte le nom de Passecerf alors que Roland monte Veillantif et Charlemagne Tencendur. Dans la Chanson de Roland, les noms des chevaux des Chrétiens sont valorisants et se rapportent à des qualités, alors que les noms des chevaux sarrazins sont dévalorisants et même parfois ridicules, comme, par exemple, Salt Perdu, Barbamouche ou Gaignon qui signifie chien bâtard. Remarquons aussi que le nom du cheval de Ganelon Tachebrun , n’est pas sans évoquer métaphoriquement la « tache morale » de son maître, qui est un traitre.

  • 33 Zarifov, H., Enquêtes sur la base historique des épopées populaires ouzbeks, Tachkent, maison d’édi (...)
  • 34 Fer à cheval, une pierre d'achoppement spéciale sous les sabots du cheval.

34Dans le poème épique ouzbek, Boychibor, le cheval d’Alpomich, occupe également une place de premier plan en tant que cheval mythologique. Il incarne le rêve de nos ancêtres : fruit de l’expérience et des compétences d’élevage de chevaux, il devient « un coursier légendaire ». Comme le rappelle Hodi Zarifov le cheval de guerre relie le héros avec tous les peuples33. Q. Yuldachev souligne que le cheval Boychiborest est beau et « sabot 34», c’est-à-dire qu’il ne fait pas de bruit en marchant car cela est l’une des qualités des chevaux ailés – ; il jette la poussière du chemin loin de lui. De taille fine, il évoque dans l’imaginaire du lecteur qu’il est plus rapide que le vent. Boychibor accompagne Alpomich dans tous ces voyages et dans toutes ses aventures. Selon la tradition épique, il est décrit comme un cheval de course légendaire.

35Dans l’interprétation des épopées, le destin du héros épique et de son cheval se développe en harmonie. En effet, les héros ont des armes d’une valeur exceptionnelle et l’équipement original du cheval est magnifique. Le cheval d’Alpomish n’est pas un cheval avec des ailes, mais il court si vite que le peuple l’imagine comme un cheval volant. Le héros et son cheval sont tous les deux très courageux. Les Bakhchis transmettent la gloire du héros et du cheval de génération en génération en chantant.

  • 35 Citons, par exemple, Khazorasp – qui signifie mille chevaux –, une région qui se trouve à Khorezm, (...)
  • 36 Rahimov, A.S., Le rôle du lexique des amis folkloriques ouzbeks dans le système linguistique, Samar (...)
  • 37 Rahimov, A.S, Le rôle du lexique des épopées populaires ouzbeks dans le système linguistique, Samar (...)

36Les chevaux légendaires des épopées sont apparus non seulement dans le folklore, mais aussi dans les toponymes35 et dans les croyances religieuses. Cela indique que l’élevage de chevaux s’est développé en Asie centrale depuis l’antiquité. Cet animal était un compagnon indispensable des chevaliers, aussi bien en Asie centrale qu’en Europe. Pour cette raison, dans le lexique de la langue ouzbèke, il existe de nombreux termes ethnographiques qui se rapportent à l’élevage de chevaux et aux races de chevaux de qualité ; à l’âge, au type, à la couleur et fonction de ces animaux36. Par exemple, le mot Do’non est appliqué aux chevaux, bovins, chameaux, âgés de quatre ans. Dans le couplet 182, on peut lire : « j’ai appris dès le début de votre cheval volant // J’ai mis un équipement sur votre Dounon (Alpomich p.182) ; G’o’non est un cheval de trois ans37, Toy indique un cheval nouveau-né. Qulun est un poulain femelle ou mâle d’un an. De nos jours, nous utilisons aussi quelques-uns de ces mots pour le jeu de bouzkatchi.

  • 38 Zarifov, H., Enquêtes sur la base historique des épopées populaires ouzbeks, Tachkent, maison d’édi (...)
  • 39 Cf. Alpomish, v. 96.

37Dans les épopées ouzbèkes et françaises, il existe également des termes ethnographiques mentionnant les chevaux par leur robe : Torig est un cheval brun noir-rouge 38; Chovkar est un cheval tacheté de noir ; Girat est un cheval noir avec une queue et une crinière rayée. Nombreux sont également les termes renvoyant aux capacités physiques et au pedigree des chevaux : Arabi ot est un cheval de course arabe ; Bedov est un cheval de course dont l’étymologie est associée au mot bédouin/arabe qui signifie vivre dans le désert ; Arg’umoq est un cheval au galop ; Duldul est un cheval rapide, comme celui monté par Alpomich 39. Et ce n’est pas fini : les termes ethnographiques basés sur la forme et le caractère des chevaux ne sont pas rares : Tobichok est un gros et beau cheval, en ouïghour le tubuch est grand et trapu ; Kulik est le dos d’un animal qui peut porter une charge importante ; Chobir est un cheval pie ; Yobi, qui signifie sauvage, est un cheval inutile, un cheval maigre. Le vocabulaire lié aux chevaux et à tout ce qui les concerne est vraiment très riche dans l’épopée Alpomich et témoigne d’un temps où les populations d’Asie centrale ne pouvaient pas se passer de ce compagnon indispensable pour les déplacements, les guerres et aussi comme nourriture. Nombreux sont les mots qui se rapportent au corps du cheval, tels que cho’ntoq (cheval sans queue), baqaloq (gros), taqim (partie arrière du genou), quyruq (gras) ou qui se rapportent aux lieux où dorment ces animaux ou bien aux équipements tels que yugan (bride) ou uzangi (étrier).

38Beaucoup de ces termes ethnographiques sont utilisés dans notre langue depuis l’Antiquité. S’ils sont de nature générale, les subtilités de signification entre eux peuvent différer selon les régions. Nous savons que dans le passé, les peuples d’Asie centrale et d’Europe avaient des modes, des coutumes et conditions de vie différentes. Une grande partie des peuples d’Asie centrale étant restés nomades pendant plusieurs siècles, le cheval acquiert un rôle différent et plus important chez eux qu’au sein des peuples d’Europe occidentale.

Conclusion

39Dans cet article, l’analyse des lexèmes liés aux chevaux, ainsi qu’aux noms des armes est présentée comme une partie intégrante du système lexical sectoriel. Les recherches permettent aux ethnographes de résoudre des problèmes d'ethnogenèse : en se concentrant sur l’étude du passé, ils nous permettent de mieux appréhender l'économie, le système social, la vie quotidienne et la culture spirituelle de peuples modernes. D'autre part, la recherche ethnographique peut offrir des réponses utiles aux archéologues (notamment en ce qui concerne les formes sociales et familiales), aux historiens qui étudient les anciennes traditions architecturales, les mentalités et les coutumes religieuses, les expressions artistiques ainsi qu’aux linguistes qui s’intéressent à l’évolution de nos langues au cours des siècles. Les informations sur les termes ethnographiques turcs ont été préservées dans des sources grecques et chinoises anciennes (surtout poésie, chansons de peuple, proverbes, devinettes, rituels), et plus tard dans des œuvres littéraires turques, arabes et persanes. Ce sont les peuples eux-mêmes qui ont soigneusement préservé et respecté les traditions ethnographiques et les ont transmises de génération en génération.

40Les deux poèmes épiques que nous avons étudiés ont été écrits dans des régions et à des époques différentes, tout comme divergent les événements du récit. Cependant, nous avons trouvé des points communs, dont :

41– une forte occurrence de termes du champ sémantique de la guerre portant notamment sur les noms d’armes et de techniques de combats ;

42– une attention singulière accordée aux chevaux de la part de leurs cavaliers, ce qui témoigne que dans le passé cet animal jouait un rôle fondamental aussi bien chez les peuples d’Asie centrale qu’en France. Dans l’armée, la cavalerie représentait un corps particulier et prestigieux, les chevaux étant réservés aux plus valeureux ;

43– le fait que les protagonistes des deux épopées sont loués pour leur bravoure, leur gloire, leur intrépidité, leur loyauté et fidélité ;

44– la foi dans les saints et les prophètes auxquels les combattants demandent aide et protection ;

45– l’amour pour le pays pour lequel on est prêt à se battre en sacrifiant sa propre vie.

46Ceci confirme l’existence de valeurs et principes communs, partagés par des sociétés vivant pourtant dans des aires géographiques très éloignées.

Haut de page

Bibliographie

Begmatov, E, Prénoms ouzbeks, Tachkent, Encyclopédie nationale d’Ouzbékistan, 1998.

Begmatov, E.A, Noms et personnes, Tachkent, Fan, 1966, p.12.

Chansky, N.M, Lexicologie de la langue russe moderne, Moscou. Moscou, 1972.

Dzhurabaev, A, Noms des cérémonies de mariage en langue ouzbek, thèse, Université Nationale de l’Ouzbékistan, 1971.

Encyclopédie nationale d’Ouzbékistan, Tachkent, Fan, 2010.

Hitoshi Ogurisu ogurisu@center.wakayama-u.ac.jp.,1ère edition, Critical Edition of the Oxford version of Chanson de Roland, Japon, Wakayama, Edition électronique du Roland d'Oxford, 2013.

Genre, O.O, Kelin salom dans le folklore nuptial ouzbek, thèse, Université d'État des études orientales de Tachkent, 1999.

Golubev, S.N, Caractéristiques de la langue de l'épopée du vieux français et leur conditionnement de genre, Leningrad, Leningrad, page 34, 1982.

Hayitova, F., Interprétation linguistique des chants de mariage, thèse, Université d'État des études orientales de Tachkent, 1998.

Kalinin, A.V., Vocabulaire de la langue russe, Moscou, Sputnik, 1966.

Chansky, N.M., Essais sur la formation des mots russes et la lexicologie, Moscou, Piter, 1959.

Khusainova, Z.,  Etude onomasiologique des noms des cérémonies de mariage en langue ouzbek » (basée sur les dialectes de Boukhara), thèse, Université d'État de Leningrade, 1984.

Matgoziev, A., Sur l'histoire des termes militaires, Moscou, UTA, 1974.

Mirzaev N., Dictionnaire explicatif de l’ethnographie de la langue ouzbèke, Tachkent, Fan, 1991, p. 14.

Mouminov, A., Études religieuses, Tachkent, Ma’rifat, 2004, p. 52-62.

Nechaeva, O.A, Le vocabulaire ethnographique comme source d'enrichissement de la langue littéraire russe // Développement des langues littéraires des peuples de Sibérie à l'époque soviétique, Moscou, Ulan-Uda, 1969.

Nurillayeva, Ch.M., Noms des cérémonies de mariage dans les dialectes de type qarluq du Turkestan (thèse), Université d'État des études orientales de Tachkent, Fan, 2001.

Paramonova, M.Yu, Dictionnaire de la culture médiévale. Russie, Ibid, 2000, p. 405-408.

Popov I.V, Basile le Grand // Christianisme, Grande encyclopédie russe, Tachkent, Ilm, 1993, p. 338-342.

Rahimov, A.S., Le rôle du lexique des amis folkloriques ouzbeks dans le système linguistique, Samarkand, Samarkand, 2006.

Sarimsakov, B., Folklore cérémoniel // Essais du folklore ouzbek, Tachkent, Ouquituvchi, 1998.

Tomachevsky, B.V, Théorie de la literature” 5e édition. Moscou, Sputnik, 1930.

Toshtemir Turdiev, Alpomich - une épopée folklorique ouzbek, Tachkent, Tafakkour, 1998

Yuldashev, Q., Interprétations d’Alpomich, Tachkent, Fan, 2002.

Zarifov, H, Enquêtes sur la base historique des épopées populaires ouzbeks, Ilm, 1976, p.65-89.

Haut de page

Notes

1 Le plof est le plat national ouzbek à base de riz, viande et carottes.

2 En Asie centrale, surtout en Ouzbékistan, beaucoup de diverses coutumes et rituels se sont conservés jusqu’à nos jours.

3 Les Karakalpak, peuple de pêcheurs et de nomades habitaient autrefois des parties du Kazakhstan et de l’ouest de l’Ouzbékistan, au sud de la mer d’Aral. Cf. : Jacquesson, François, Les parlers karakalpak dans leur context, https://journals.openedition.org/asiecentrale/658, (consultée le 10/12/2020).

4 Les Altaïens sont un peuple turc de Sibérie. Ils vivent dans la république de l'Altaï et le kraï de l'Altaï, ainsi que dans les régions avoisinantes du Touva et de la Mongolie.

5 Le tatar est une langue qui appartient au groupe des langues turques de la famille des langues altaïques, tout comme le bachkir.

6 Le prénom Apip correspond au prénom Alpomich dans la langue des Altaïens.

7 En bachkir, hiluu est un terme affectueux qu'on ajoute aux noms propres en les rendant plus jolis. Ici Barsin hiluu signifie Barsin qu'elle soit aussi belle que la lune et Vénus, ou Barsin aussi belle que la lune et aussi brillante que Vénus.

8 Les Oghouzes (Oğuzlar) furent une confédération vivant au nord de la mer d'Aral dans l'actuel Kazakhstan. Lors de la migration des Turcs aux Xe et XIIe siècles, ils firent partie des Turcs de la région de la mer Caspienne qui migrèrent vers le sud et l'ouest, en direction de l'Asie occidentale et de l’Europe orientale, et non vers l’Est en direction de la Sibérie. Ils sont considérés comme les ancêtres des Turcs occidentaux modernes : Azéris, Turcs de Turquie, Turkmènes, Kachkaïs, Turcs du Khorassan et Gagaouzes (vieux turc Gök Oğuz > Oghouzes), dont tous les effectifs dépassent actuellement les cent millions.

9 Cf. Sarimsakov, B., Folklore cérémoniel // Essais du folklore ouzbek, Tachkent, Maison d’édition Ouquituvchi, 1988.

10 Kounguirat est l'une des tribus du peuple ouzbek. Au début du Moyen Âge, l'Altaï était la capitale de la Mongolie. Diverses tribus et clans nomades turcs se sont rassemblés autour du Kounguirat et ont adopté leur nom tribal. Au XIVe, une dynastie soufie est arrivée au pouvoir parmi les nobles Kounguirats de Khorezm. Au XVIe siècle, les Kounguirats faisaient partie des tribus turques de la nation ouzbek. Avec la désintégration de la nation, les Koungurats sont devenus une partie des peuples ouzbeks, karakalpak, kazakhs et autres. Au cours des XIVe et XVIe siècles, certains groupes de Kounguirats se sont installés dans le Khourassan, dans le nord de l'Afghanistan et dans la vallée de Gissar-Chérabad. Les kounguirats qui sont allées à Khorezm ont ensuite pris une part active dans la vie politique de Khorezm. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, le khanat de Khiva était dirigé par la dynastie des Kounguirats ouzbeks. Cette dynastie a été abolie dans les années 1920 par les bolcheviks.

11 Ogli signifie le fils. Fozil Yuldosh ogli a étè un poète folklorique ouzbek. Le mot baxchi signifie jongleur.

12 Il était coutume de fiancer des enfants dans le berceau ou dès leur enfance.

13 Barchin est souvent appelée Barchinoy. Barchin signifie belle et charmante. Oy, en ouzbek, signifie la lune dans le ciel. Le prénom Barchinoy signifie belle, charmante et digne, comme la lune dans le ciel. Vladimir Elpidiforovich Kaidalov (1907, Barnaoul, – 1985, Tachkent), peintre soviétique ouzbek, graphiste, illustrateur, affichiste, a dessiné le portrait de Bartchinoy.

14 Alpomich - une épopée folklorique ouzbek. Tachkent, Maison d’édition Tafakkour, 1998.

15 Cf. Matgoziev, A., Sur l'histoire des termes militaires, / Tachkent, Maison d’édition Langue et littérature ouzbeks, 1974, №1, p.46.

16 Nous pouvons le constater à la ligne 166 : « Le repas est mangé par les soldats ; à la ligne 210 : « Je ne sais pas quel genre de serviteur vous êtes » ; à la ligne 175 : « Le soldat en groupe".

17 Cf. ligne 175 : le shah Kalmouk a ordonné à son guerrier

18 C’était une mesure utilisée dans l’ancien Ouzbékistan aussi.

19 Il tue de nombreuses kamlouks// Alpomich prenait une épée diamantée à la main (Alpomich, ligne 359). Il piquait une lance en acier et une épée (Alpomich, ligne 220). Il frappe son épée diamantée // Ne fait rien ni l’épée d’Isphahan (Alpomich, ligne 208). Il prend une flèche d’arc à plume (Alpomich, ligne 237).

20 Forte comme Isphahan (épée). C’est aussi le nom de l’un des princes les plus célèbres d’Iran.

21 Zulfiqor (arabe : perçant, tranchant) : l'épée à double tranchant du prophète Muhammad.

22 Cf. ligne 247 : « Je tire le canon sur les adultes » ; ligne 289 : « De grosses boules gigantesques // Explosées dans la bataille » ; ligne 350 : « Il y aura un boulet de canon utilisé par les rois ».

23 Cf. ligne 219 : « Le casque de chevalier sonne dans la tête // Cotte de mailles blanche, armure d’or »

24 Nos citations sont en français moderne pour faciliter la compréhension du texte. Le français ancien, tout comme l’ouzbek anciens sont peu compréhensible aujourd’hui. Les historiens considèrent que la version la plus ancienne et complète de la Chanson de Roland est celle du manuscrit d’Oxford du début du XIIe siècle écrite en anglo-normand.

25 Cf. Chanson de Roland, strophe CLXXXIII : C-100 ; L-50 ; X-10 ; I-1 ; strophe 183.

26 D’autres interprétations voient une étymologie liée aux mots « vieil » et « antif », « ancien ».

27 L’olifant était un corn d’ivoire.

28 Tomachevsky, B.V., Théorie de la littérature, Moscou, Edition d’état, 5e edition, 1930.

29 Cf. strophe CV, ligne 1340 et strophe CLXXII : “Roland frappe au perron de […] L’acier grince, il n’éclate pas, il ne s’ébrèche pas ».

30 Cf. Paramonova, M.Yu., Reliques // Dictionnaire de la culture médiévale, Moscou, Edition d’état, 2003, p. 405-408.

31 Rappelons que Saint-Basile a été l’une des figures les plus importantes de l’église du IVe siècle, un archevêque reconnu à la fois par les catholiques et les orthodoxes ; Saint-Denis a été le principal protecteur de la France et des Francs aux VIe -VIIe siècles. XIV.

32 Sorel est un terme d’origine germanique qui désigne la couleur des poissons ou des feuilles sèches. Ce terme, employé pour les cheveux comme pour les crins, couvre toute une gamme allant du blond doré au blond tirant sur le brun. 

33 Zarifov, H., Enquêtes sur la base historique des épopées populaires ouzbeks, Tachkent, maison d’édition Fan, 1976, p.65-89.

34 Fer à cheval, une pierre d'achoppement spéciale sous les sabots du cheval.

35 Citons, par exemple, Khazorasp – qui signifie mille chevaux –, une région qui se trouve à Khorezm, au sud-ouest de l’Ouzbékistan.

36 Rahimov, A.S., Le rôle du lexique des amis folkloriques ouzbeks dans le système linguistique, Samarkand, édition Samarkand, 2006.

37 Rahimov, A.S, Le rôle du lexique des épopées populaires ouzbeks dans le système linguistique, Samarkand, édition Samarkand, 2006.

38 Zarifov, H., Enquêtes sur la base historique des épopées populaires ouzbeks, Tachkent, maison d’édition Fan, 1976, p. 8-9. Selon H. Zarifov, Torig est un cheval dont la crinière est plus raide et tombe des deux côtés.

39 Cf. Alpomish, v. 96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zarifa ECHMOURODOVA, « Termes ethnographiques dans l’épopée Alpomich et dans la Chanson de Roland : les noms des armes et des chevaux », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 30 avril 2021, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/9230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mimmoc.9230

Haut de page

Auteur

Zarifa ECHMOURODOVA

Université internationale du tourisme « Route de la Soie », Samarcande, Ouzbékistan. Diplômée en français et anglais à l’Institut des langues étrangères de Samarcande, enseignante de français à l’Université d'État de Samarcande. Doctorante de l’ « Université internationale de tourisme Route de la Soie », elle prépare une thèse qui porte sur les propriétés ethnographiques dans les traditions populaires ouzbèkes et françaises.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain – Cahiers du MIMMOC est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search