Skip to navigation – Site map
Recensions

Ophélie Siméon, Robert Owen’s Experiment at New Lanark; From Paternalism to Socialism.

Alexandra Sippel
Bibliographical reference

Ophélie Siméon, Robert Owen’s Experiment at New Lanark; From Paternalism to Socialism. Cham (Switzerland : Palgrave Macmillan, 2017), 173 p, ISBN: 978-3-319-64226-0.

Full text

1Robert Owen’s Experiment at New Lanark; From Paternalism to Socialism est un ouvrage assez court mais dense qui s’inscrit dans la prestigieuse collection Palgrave Studies in Utopianism pilotée par le Professeur Gregory Claeys, grand spécialiste de l’utopisme et du socialisme. Ophélie Siméon, maîtresse de conférences en civilisation britannique à l’université Sorbonne Nouvelle, y analyse, en une introduction et cinq chapitres, la façon dont Robert Owen, entrepreneur philanthrope d’origine galloise, a, entre 1800 et 1825, racheté puis réorganisé la manufacture de New Lanark en Écosse. Il y a mené grandeur nature une expérience industrielle et philanthropique visant à démontrer qu’améliorer les conditions de vie des ouvriers et de leurs enfants permettrait de faire surgir une société meilleure sans réduire les bénéfices des entrepreneurs. L’auteure insiste à juste raison sur le choix du terme « experiment » dans son titre afin de montrer que Robert Owen, s’il est souvent présenté comme le père du socialisme, envisageait ses projets comme des expériences pratiques, dans la pure veine de l’empirisme britannique, et non comme le fruit de simples réflexions de théorie politique. Chaque chapitre examine une étape de ce processus expérimental, jalonné de difficultés économiques et humaines entre Owen et les autres parties prenantes (ouvriers, partenaires financiers, et même proches). Elle éclaire également la façon dont les traditions écossaises (comme le port du kilt) ont été intégrées par Owen, ou se sont imposées à lui (en particulier le contrôle de l’Église presbytérienne — « Kirk Session ») dans la vie quotidienne et la gestion de New Lanark. Chaque chapitre inclut une bibliographie détaillée, appareil complété d’un index et d’une bibliographie sélective en fin d’ouvrage.

2L’introduction brosse un panorama de l’histoire du village manufacturier de New Lanark depuis sa fondation et met l’accent sur la dimension philanthropique que le projet avait revêtue avec David Dale, rappelant ainsi qu’Owen s’inscrivait dans une tradition déjà vivace. Si son système social était plus ambitieux, et le devint encore davantage au fil des années, New Lanark visait à rendre mutuellement bénéfiques les relations industrielles afin d’améliorer les conditions de vie de la classe ouvrière sans menacer les bénéfices financiers des entrepreneurs. Dès le départ pourtant, Robert Owen se distinguait par son optimisme et sa foi dans la nature humaine, largement héritée du mouvement des lumières et du radicalisme de la fin du XVIIIe siècle dont témoignent ses nombreux échanges avec William Godwin. L’approche ici adoptée au travers de la notion d’empirisme permet à O. Siméon, comme elle l’annonce en introduction, d’emprunter à la fois à une vision macro de l’histoire (la vie du grand homme Robert Owen) et à l’histoire par en bas grâce à l’étude d’archives des pensionnaires du village à l’époque d’Owen. Cela lui permet de dresser un bilan de l’œuvre d’Owen commentée par lui-même, mais aussi de mieux appréhender la façon dont son paternalisme autoritaire fut perçu par ceux qui bénéficiaient de sa philanthropie.

3Le deuxième chapitre intitulé « Beginnings » s’ouvre sur une courte biographie de Robert Owen illustrant le chemin parcouru depuis son apprentissage jusqu’à l’achat de sa première usine à l’âge de 25 ans. C’est alors qu’il fut coopté dans la Manchester Literary and Philosophical Society qui rassemblait un certain nombre d’entrepreneurs philanthropes qui déjà cherchaient à adoucir les effets de la révolution industrielle sur les ouvriers. O. Siméon s’attache à dessiner le panorama de ces cercles, et détaille en particulier la façon dont David Dale, à qui Owen devait racheter New Lanark en 1800, s’était employé à proposer du travail aux nécessiteux écossais à New Lanark dès 1785 en faisant construire la manufacture et le village au bord de la Clyde. Les deux hommes s’inscrivaient dans la tradition de l’entrepreneur paternaliste veillant sur sa main-d’œuvre en lui garantissant de meilleures conditions de travail et en l’éduquant dès l’enfance. Les partenaires d’Owen ne lui permirent guère de mettre en œuvre les réformes qu’il considérait indispensables avant 1813, et les premières années de son aventure écossaise furent largement consacrées à démontrer dans ses écrits que l’administration bienveillante de villages manufacturiers, et non la quête effrénée du profit, était justifiée par la loi naturelle, ce que l’expérience devait prouver.

4Malgré tous ces points communs (et malgré la proximité familiale entre les deux hommes puisque Owen devint le gendre de Dale à peu près en même temps qu’il racheta New Lanark), O. Siméon montre dans son troisième chapitre comment Owen tenta de minimiser l’héritage et l’influence de Dale pour promouvoir son action. « The ‘Preparatory Phase’, 1800-1816 » insiste sur les difficultés économiques et sociales de la population écossaise victime des clearances. Owen ne put guère mettre en œuvre les idées exposées dans A New View of Society (1812-3) avant d’avoir racheté les parts de ses associés en 1813 et dut dans les premières années subir l’hostilité de sa main-d’œuvre dont la journée de travail avait été allongée de onze à quatorze heures. Ce n’est qu’au lendemain du rachat du village manufacturier par Owen (grâce aux subsides de sa belle-famille) en 1813 qu’il eut enfin les mains libres pour mettre en œuvre son projet philanthropique. O. Siméon souligne à la fois la réduction de la durée hebdomadaire et quotidienne de travail, mais aussi, et surtout aux yeux d’Owen, l’ouverture en 1816 de l’Institut pour la Formation du Caractère (« Institute for the Formation of Character »), pièce maîtresse de son dispositif de réforme morale. Les « circonstances extérieures » se trouvaient grandement améliorées (éducation, hygiénisme, diminution de la durée quotidienne de travail), ce qui devait aller de pair avec le progrès des « circonstances intérieures » basé sur une surveillance constante du comportement de l’ensemble de la population au travail, mais aussi dans certaines activités privées. Owen avait pour New Lanark un projet éducatif qui allait encore au-delà des pratiques mises en œuvre par les mouvements réformistes comme celui de Joseph Lancaster.

5Le quatrième chapitre de l’ouvrage, « Towards ‘The New Moral World’ : 1816-1825 » examine les succès d’Owen au cours de cette petite décennie où il fut à même d’imposer ses vues. O. Siméon y fait entrer en résonance les écrits du philanthrope avec les quelques rares témoignages de ses ouvriers afin de dresser un bilan nuancé de son action. Sans être aussi miraculeux que ce qu’Owen avait anticipé, les résultats de son action semblent toutefois bien supérieurs à ceux d’autres institutions similaires : les sources primaires des anonymes de l’Histoire tendent à confirmer que la grande pauvreté et la délinquance étaient plus faibles, et la santé meilleure à New Lanark qu’ailleurs. O. Siméon éclaire l’évolution, la ‘radicalisation’ d’Owen dont le paternalisme et le respect des hiérarchies sociales étaient au début de son expérience assez séduisants même pour les Tories, mais dont l’ambition de faire advenir une régénération complète de l’humanité (« complete regeneration of mankind », 87) le porta de plus en plus à défendre un modèle de société égalitaire au sein de villages de coopération. C’est ainsi que le paternaliste devint père du socialisme, et qu’il s’engagea dans l’action politique (en particulier contre le travail des jeunes enfants dans l’industrie textile et en faveur de la création d’atelier nationaux afin d’absorber le flot des soldats démobilisés et réduits à l’indigence après 1815). Le Factory Act de 1819 est encore associé au nom d’Owen, bien que ses propositions aient été largement édulcorées.

6Dans le cinquième chapitre « Visions of New Lanark », l’auteure revient sur l’ouverture du village manufacturier aux visiteurs. Elle insiste sur le fait que pour Owen, il était essentiel que le village soit ouvert au public puisqu’il fallait que le succès de son expérience puisse être reconnu par le plus grand nombre, en particulier au travers des comptes-rendus publiés par les prestigieux visiteurs qui y venaient, parfois depuis l’étranger. Au début des années 1820, on comptait près de cinquante visiteurs par jour, dont certains étaient guidés par Owen lui-même qui pouvait ainsi leur faire découvrir les merveilles opérées par l’instruction complète donnée dans les écoles. Millénariste séculier, Owen espérait ainsi convertir ses visiteurs à son optimisme afin qu’ils se confrontent eux aussi à la ‘question sociale’ et qu’ils contribuent à faire advenir la société parfaite basée sur les villages coopératifs. O. Siméon nuance toutefois les limites de ce succès touristique : le romantique Southey fut l’un des premiers visiteurs à qualifier Owen d’utopiste, une critique qui ne manqua pas d’être reprise par la suite. Pour les villageois, l’expérience de la vie à New Lanark était positive au sein de manufacture : les quelques écrits disponibles révèlent la satisfaction d’appartenir à une entreprise à part où, par exemple, les châtiments dégradants avaient été interdits. Toutefois, la surveillance exercée par Owen sur la sphère domestique de ses employés ainsi que leur soif accrue d’être davantage entendus dans les instances de l’entreprise ont quelque peu entamé leur adhésion au projet du visionnaire. Le déisme d’Owen constitua enfin une pierre d’achoppement dans ses relations avec toutes les autres parties du projet : ses partenaires (et sa femme), comme ses ouvriers, redoutaient qu’il ternisse leur réputation à tous et qu’il donne au village une réputation d’athéisme et de débauche (« a cradle of atheism and debauchery », 129). C’est d’ailleurs ce qui finit par coûter sa place à Owen au sein de l’équipe de direction du village manufacturier.

7Finalement, le dernier chapitre « Rethinking New Lanark : The Model and The Myth » dresse un bilan de l’influence d’Owen sur New Lanark, et de son expérimentation sur les mouvements sociaux de la suite du XIXe siècle. O. Siméon y voit « le catalyseur de l’émergence du premier mouvement socialiste britannique » (« the catalyst for the emergence of Britain’s first socialist movement », 142). Bien qu’Owen se soit retiré du monde des affaires pour se tourner vers la promotion de ses villages de coopération (jusque dans l’Indiana avec l’expérience de New Harmony en 1825), on recensait quelque trois cents coopératives directement inspirées de son action en 1830. Les Chartistes modérés des années 1840 (Henry Hetherington en particulier) voyaient dans son village d’industrie et son engagement pour l’éducation un modèle de gestion éclairée. Intellectuellement parlant, alors que se développait l’économie politique, Owen proposait une autre voie que celle de la concurrence effrénée par la promotion de la coopération, et ce, en s’appuyant sur la construction de l’idée de la valeur du travail élaborée par Smith et Ricardo. Pour Owen, le travail devait être le mètre étalon de toute valeur dans les villages de coopération, au point que la monnaie qui lui semblait le mieux convenir à ces lieux était un système de bons en heures de travail. À ce titre, O. Siméon conclut que le socialisme fondé et incarné par Robert Owen était un moyen de refuser « l’individualisme triomphant plus que le capitalisme » (« an alternative to rampant individualism rather than to capitalism per se », 159), ce qui explique qu’il ait été assez facilement inclus dans l’héritage de la gauche socialiste modérée depuis l’époque des Fabiens. Finalement, si New Lanark a bien été idéalisé en tant que modèle par les socialistes britanniques, héritiers de certains aspects de la pensée d’Owen, la « vallée heureuse » (« happy valley », comme la nommait Owen, 160) n’a aucune réalité historique et relève bien de l’utopie puisqu’elle n’a finalement existé que sous la plume d’Owen (160).

Top of page

References

Electronic reference

Alexandra Sippel, « Ophélie Siméon, Robert Owen’s Experiment at New Lanark; From Paternalism to Socialism.  », Miranda [Online], 19 | 2019, Online since 15 October 2019, connection on 19 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/miranda/21920

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals