Skip to navigation – Site map

HomeIssues20RecensionsCécile Gauthier et Flora Vladié, ...

Recensions

Cécile Gauthier et Flora Vladié, eds. Revue d'Études Culturelles n° 7 — Aux frontières de l'humain : esclavage et monstruosité

Eric Doumerc
Bibliographical reference

Cécile Gauthier et Flora Vladié, eds. Revue d'Études Culturelles n° 7 — Aux frontières de l'humain : esclavage et monstruosité (Dijon : Association Bourguignonne d'Études Linguistiques et Littéraires, 2019), 189 p, ISBN 2-904911-88-X

Full text

1Cécile Gauthier, maître de conférences en littérature comparée à l'université de Reims, et Flora Valadié, maître de conférences en littérature américaine à l'université de Bourgogne Franche-Comté, ont rassemblé pour le dernier numéro de la Revue D'Études Culturelles, treize articles qui se penchent sur les relations entre esclavage et monstruosité dans divers domaines. Ce recueil d'articles se caractérise par un éclectisme frappant, alliant divers horizons culturels, depuis la poésie française du 19e siècle jusqu'au cinéma américain des années 1960.

2Les articles de ce recueil sont organisés selon un principe chronologique, depuis les 18e et 19e siècles jusqu'à l'époque contemporaine, le dernier article traitant de deux romans américains très récents. À l'intérieur de cette organisation chronologique, des regroupements thématiques sont effectués, avec par exemple les articles traitant des Caraïbes regroupés vers le milieu de l'ouvrage.

3Après un avant-propos efficace qui pose un cadre théorique pour des définitions de termes comme « monstre » et « esclavage », cet ouvrage propose une série de réflexions sur les liens que peuvent entretenir, dans différentes productions culturelles, la figure du monstre et celle de l'esclave.

4Eva Lafuente, maître de conférences au Département des Langues et Cultures de l'École Polytechnique de Paris, étudie un corpus de pièces de théâtre espagnoles du 19e siècle afin d'y faire apparaître un certain discours sur l'esclavage où le monstre est en fin de compte l'insurrection des esclaves qui mettrait un terme aux structures impériales de l'Espagne.

5Jean-Michel Gouvard, Professeur de Langue et de Littérature française à l'université de Bordeaux-Montaigne, propose une « lecture socioculturelle » du poème en prose de Charles Baudelaire intitulé « La Belle Dorothée » (1863) qui interroge l'opposition facile entre bourreaux et victimes dans un contexte esclavagiste et montre comment cette œuvre entre en résonance avec le débat sur l'indemnisation des planteurs en 1848.

6Michaël Roy étude le roman de Theodore Winthrop intitulé Cecil Dreeme à la lumière des théories « queer » qui se développent depuis les années 1990. L'esclavage n'est pas présent explicitement ou au sens propre dans ce roman, mais son spectre continue d'informer les relations entre ses personnages.

7Les Caraïbes tiennent bien sûr une place de choix dans ce recueil, avec plusieurs articles consacrés au traitement de l'esclavage ou du zombie dans cette partie du monde. L'article de Jeanne Weeber analyse les différentes incarnations et métamorphoses du Caliban de Shakespeare, depuis ses débuts « monstrueux » jusqu'à sa renaissance postcoloniale en tant que héros symbole de l'émancipation des opprimés.

8Le thème sensible de l'infanticide sous l'esclavage est abordé par Natacha D'Orlando dans son analyse de deux romans caribéens, Moi, Tituba, sorcière noire de Salem de Maryse Condé, et Rosalie l'Infâme d’Évelyne Trouillot.

9Tina Harpin, maître de conférences en littérature comparée à l'université de Guyane, se penche sur le procédé d'inversion des valeurs que vit la Guyane des années 1970, lorsque la figure de D'Chimbo, criminel condamné pour viol pendant les années 1860, fut réhabilitée en héros par certains écrivains engagés en quête de figures héroïques.

10Paola Ghinelli, titulaire d'un doctorat de l'université de Bologne, étudie la place du marronnage et du doute dans le roman de Patrick Chamoiseau intitulé L'esclave vieil homme et le molosse.

11La figure du zombie, issue de la religion vaudoue et présente dans les carnavals des Caraïbes en tant qu'écho tourmenté de l'esclavage, constitue le thème de l'article de Blodwenn Mauffret sur les émergences de cette figure au cinéma et dans le carnaval.

12Le zombie constitue aussi la matière principale de l'article de Sébastien Hubier, professeur de littérature comparée à l'université de Reims, qui montre comment le zombie, à la différence du vampire qui était associé à une certaine noblesse et thanatophilie, évoque des peurs collectives et la hantise d'un monde post-moderne déshumanisé dont il se fait l'incarnation repoussante.

13Dans son article sur l'esclavage nord-américain, Anne-Claire Faucquez montre comment l'esclavage, ce « monstre domestique » (« pet monster », d'après la célèbre formule de Frederick Douglas), déshumanise les Blancs et les Noirs en créant un monstre qui, tel celui de Frankenstein, deviendra incontrôlable et finira par hanter et détruire le monde qui l’a créé.

14Le cinéma américain des années 1960 est présent par le biais du film de Roger Corman Le masque de la mort rouge, adaptation d'une nouvelle d'Edgar Allan Poe, dont Florent Christol, chercheur associé au groupe de recherches Cultures Anglo-Saxonnes, propose une interprétation qui le relie au mouvement pour les droits civiques des années 1960. L'adaptation que propose Corman de la nouvelle de Poe fait intervenir une autre nouvelle de Poe, « Hop-Frog », dans un court segment jusqu'ici peu commenté. Florent Christol démontre que ce court segment fait écho au mouvement sur les droits civiques en évoquant la pratique du lynchage, encore répandue dans le sud des États-Unis jusqu'aux années 1960.

15Le recueil se clôt sur un article de Cyril Vettorato, maître de conférences en littérature comparée à l'ENS Lyon, qui se penche sur la manière dont l'héritage de l'esclavage hante encore et détermine les structures raciales de l'Amérique d'aujourd'hui. Cyril Vettorato étudie dans cet article deux romans américains récents, Big Machine de Victor Lavalle (2009) et Pym de Mat Johnson (2011), dans lesquels la figure du monstre apparaît littéralement pour symboliser le passé esclavagiste des États-Unis. L'influence de l’œuvre de H.P. Lovecraft sous-tend l'approche utilisée dans ces deux romans, avec le glissement progressif du réalisme vers le fantastique.

16La grande variété des sujets abordés ainsi que l'éclectisme de cet ouvrage invitent à jeter des ponts entre les disciplines et les aires culturelles, ce qui est le propre des « cultural studies ». Cela donne inévitablement parfois lieu à des généralisations sur l'esclavage, et à une absence de prise en compte des contextes locaux ; les différences entre l'esclave américain et l'esclavage des Caraïbes anglophones peuvent aussi être parfois gommées.

17Ceci dit, dans son ensemble, ce numéro de la Revue d'Études Culturelles présente une réflexion stimulante et passionnante sur les liens entre la figure du monstre et celle de l'esclave et sera sans aucun doute très utile à de nombreux chercheurs œuvrant dans le domaine des études caribéennes, nord-américaines ainsi que dans celui des « cultural studies ».

Top of page

References

Electronic reference

Eric Doumerc, “Cécile Gauthier et Flora Vladié, eds. Revue d'Études Culturelles n° 7 — Aux frontières de l'humain : esclavage et monstruositéMiranda [Online], 20 | 2020, Online since 19 March 2020, connection on 31 July 2021. URL: http://journals.openedition.org/miranda/23124; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.23124

Top of page

About the author

Eric Doumerc

Maître de Conférences
Université de Toulouse — Jean Jaurès
eric.doumerc@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search