Skip to navigation – Site map

HomeIssues25RecensionsFlorian Barrière, Caroline Berton...

Recensions

Florian Barrière, Caroline Bertonèche, Poésie et astronomie de l’Antiquité au Romantisme

Claire Bardelmann
Bibliographical reference

Florian Barrière, Caroline Bertonèche, Poésie et astronomie de l’Antiquité au Romantisme. Avant-propos de Marc Lachièze-Rey. UGA Editions : 2020, 209p., ISBN 978-2-37747-205-5.

Full text

1Cet ouvrage collectif co-dirigé par Florian Barrière (université Grenoble-Alpes), spécialiste de langue et littérature latine, et Caroline Bertonèche (université Grenoble-Alpes), spécialiste de poésie romantique britannique, examine les origines et les grandes lignes de la fascination des écrivains et des artistes pour les astres à travers les époques. Il croise l’histoire des sciences et la littérature pour réfléchir sur la façon dont des notions astronomiques comme le cycle ou la révolution peuvent nourrir, voire fonder, des stratégies d’invention poétique. L’ouvrage déploie cette réflexion sur une vaste aire culturelle et géographique et dans une diachronie large, menant le lecteur de la littérature latine à la littérature britannique des 17ème et 18ème siècles, de la métaphysique grecque antique à la poésie de la nuit au 19ème siècle.

2L’ouvrage, de présentation soignée, comporte un avant-propos de Marc Lachière-Rey, une introduction et une conclusion de Florian Barrière et Caroline Bertonèche, une bibliographie générale et un index nominum. Il est structuré en trois parties dont la première, « Les astres et l’Antiquité : mythes et représentations », propose une étude de la représentation des astres dans l’Antiquité en tant que soubassements théoriques des représentations artistiques, lesquels font l’objet de la deuxième partie.

3La première partie s’articule selon une perspective diachronique qui nous emmène d’Homère à Lucain. Le premier article, « Des fauves dans le ciel : astrosthésie, mythologie et astrologie », est signé de Jean Trinquier (École Normale Supérieure Paris, sciences de l’Antiquité). Il s’intéresse aux constellations nommées d’après des animaux pour montrer leur inscription dans la poétique des Phénomènes d’Aratos, œuvre fondatrice de la poésie astronomique, la caractérisation de Phaéton des Métamorphoses d’Ovide, et l’Hippolyte couronné d’Euripide, le traitement du dragon dans la Médée de Sénèque et des figures animales dans les cinq chants des Astronomica de Manilius.

4Cette belle étude est suivie de celle non moins intéressante de Florian Barrière (université Grenoble-Alpes, littérature latine), « Les astres de Lucain, représentations érudites et poétiques », qui examine les allusions aux astres dans les chants I et VIII du Bellum Civile, et en particulier les emplois poétiques et symboliques des mentions d’éclipses solaires et lunaires. Ces phénomènes sont également étudiés à travers le prisme de leur intertexte littéraire et mythologique, ainsi que dans la confrontation des sources scientifiques avec les stratégies textuelles.

5L’article qui clôt la première partie est proposé par Florian Audureau (Universités Paris Diderot et Rennes 2, histoire des savoirs, mondes romains et hellénistiques). Intitulé « La Grande Ourse et la souveraineté universelle dans les milieux gréco-égyptiens de l’Empire romain », cette étude d’une grande érudition examine les usages des interprétations phénoménologique et cosmologique du cycle sidéral comme soubassements idéologiques, et en particulier «la « fonction cosmologique de la Grande Ourse comme lieu ou instrument du pouvoir » dans la théologie des Papyri Greciae Magicae ainsi que le prolongement de la fonction théologique de cette constellation chez Suétone.

6La deuxième partie de l’ouvrage, « La poétique des sphères : une révolution ? », se consacre à la représentation des phénomènes célestes dans la littérature anglaise des 17ème et 18ème siècles, et en particulier à l’apport en poétique de la théorie pluriséculaire de la musique des sphères.

7La première contribution, de Sophie Chiari (université Clermont-Auvergne, théâtre anglais de la première modernité) est intitulé « ’To be called into a huge sphere’ : désir et désastre dans le théâtre de Shakespeare ». Il étudie les images des météores comme images structurantes des stratégies textuelles qui accompagnent le passage du désir au désastre dans Roméo et Juliette, Othello et Antoine et Cléopâtre, offrant ainsi aux réseaux d’images de ces tragédies un éclairage original et très bien documenté. Le fondement culturel des images des corps célestes (météore, comète, éclipse, tremblement de terre, logique des extrêmes de chaleur et de froid) est examiné à partir d’un riche corpus de sources primaires : chroniques, essais et traités, qui éclairent leur lien avec la sexualité, en particulier à travers le topos de l’éclipse.

8Pierre Carboni (université de Nantes, littérature du 18 ème siècle britannique, études écossaises) évoque ensuite le rôle de la musique des sphères dans la poétique de James Thomson dans un son article intitulé « Explorer la lumière, faire entendre l’harmonie des sphères. La science newtonienne au cœur du projet poétique de James Thomson (1700-1748) ». Son analyse de la préface de Winter, A Poem montre comment Thomson recherche dans l’héritage théorique de la musique des sphères un principe esthétique unifiant qui vienne à l’appui de l’imagination poétique. L’auteur explicite aussi, à travers de fines microanalyses, la façon dont la vulgarisation de la science de Newton infuse dans l’imaginaire de Thomson et dans sa conception de la « valeur heuristique de la parole poétique ».

9La troisième partie de l’ouvrage, « Le modèle antique : les imaginaires du romantisme », s’intéresse à l’influence de l’héritage antique dans l’imaginaire romantique des arts. Les deux articles de cette partie soulignent le rôle de la science comme « nouvel instrument de production littéraire et musicale ».

10Caroline Bertonèche (université Grenoble-Alpes, littérature anglaise du 18ème siècle) propose dans « Le poète, veilleur des cieux. L’influence astrale de Homère à Keats » une lecture érudite et ample de la relation complexe des astres avec le romantisme anglais, dans un rapport qui relève à la fois de la continuité et de la rupture avec des représentations antiques comme celle de l’astre comme structure fixe. Elle montre que science et poésie sont des « compagnons d’exploration » de la poétique des astres dans le romantisme anglais, avec comme fil directeur le lien entre la poésie de Keats et les travaux de Thomas Wright ou de William Hershel, mais aussi l’Homère de Chapman.

11L’article de Caroline Dauphin (université Paris 3- Sorbonne Nouvelle, littérature britannique du 18ème siècle), intitulé « ‘Flowers of the sky’ : Erasmus Darwin et William Herschel”, se penche ensuite sur le lien privilégié entre les travaux de William Herschel et la poésie d’Erasmus Darwin. L’auteure étudie cette relation de façon très fouillée et sous les éclairages complémentaires de la biographie et de l’écriture poétique, avant de développer la façon dont la poésie de Darwin, « ouverte à la spéculation scientifique, permet à Darwin et Herschel d’élaborer des théories révolutionnaires tout en prenant modèle sur les épicuriens de l’Antiquité pour composer une histoire naturelle des cieux sous la forme d’une cosmogonie épique ».

12Enfin, la contribution d’Elsa Courant (ENS/université de Bâle, littérature française du 19ème siècle et philosophie) clôt l’ouvrage avec pertinence dans une étude synthétique qui, sous le titre « Du jour à la nuit. La transition symbolique des imaginaires culturels (18ème-19ème siècles) », envisage le motif de la nuit étoilée dans la production poétique et artistique française du 18ème siècle. Cet article met en perspective, par juxtaposition, les travaux des deux parties précédentes, notamment à travers une ouverture bienvenue au domaine musical. Il analyse le basculement esthétique qui préside à la « promotion culturelle » du thème de la nuit comme topos poétique et genre musical (le nocturne) par opposition au motif solaire qui parcourt la pensée esthétique et philosophique du 18ème siècle.

13L’ouvrage de Florian Barrière et de Caroline Bertonèche rassemble des articles qui, pris individuellement, sont passionnants, de très belle tenue scientifique et d’une lecture agréable. Leur articulation fluide dans une structure très claire (soulignée en particulier par d’utiles paragraphes introductifs à chacune des parties) met en valeur la continuité des thématiques et des corpus, ainsi que la pertinence profonde de l’approche interdisciplinaire pour le sujet envisagé. La démarche adoptée par les auteurs souligne en effet la richesse de lecture qui naît de la mise en contact de disciplines que la modernité pense souvent comme éloignées, mais dont l’ouvrage sait retrouver la secrète cohérence dans la théologie antique comme dans l’épistémè prémoderne, la philosophie du 18ème siècle ou l’esthétique romantique. Ce n’est pas la moindre des réussites de l’ouvrage que d’avoir fait en sorte que l’idée unitaire de l’harmonie des sphères qui sous-tend cette métaphysique des astres et ses emplois poétiques parcoure le livre comme un fil rouge, d’Hermès Trismégiste aux héritiers de Newton. Comme le souligne la conclusion, cette approche illustre aussi l’intérêt d’une vision « paneuropéenne » à la diachronie particulièrement ouverte, et nourrie par un large éventail de corpus interdisciplinaires, de média artistiques et des genres littéraires abordés dans les différents travaux.

14L’ouvrage forme donc une base prometteuse qui, comme le précisent les auteurs dans la conclusion, a vocation à se prolonger dans des projets s’inscrivant dans une « dynamique plus large », notamment celle du projet européen AROSE (« Antique and Romantic Skies in Europe »).

Top of page

References

Electronic reference

Claire Bardelmann, “Florian Barrière, Caroline Bertonèche, Poésie et astronomie de l’Antiquité au RomantismeMiranda [Online], 25 | 2022, Online since 04 May 2022, connection on 08 August 2022. URL: http://journals.openedition.org/miranda/45229; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.45229

Top of page

About the author

Claire Bardelmann

Professeur


Université Perpignan Via Domitia
claire.bardelmann@univ-perp.fr

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search