Skip to navigation – Site map

HomeIssues26Prospero's IslandThomas Jefferson et ses choix lit...

Prospero's Island

Thomas Jefferson et ses choix littéraires : de l’existentialisme au libéralisme

David Bergeron

Abstracts

Few sources cover the first 30 years of Thomas Jefferson. His Literary Commonplace Book (LCB), compiled almost entirely from his adolescence to the dawn of his political career (1758-1773), possesses thus an invaluable heuristic value. The goal of this article is to grasp a vision of existence which could explain the foundations of his liberalism. We believe this possible because the LCB possesses a value and a meaning to the eyes of Jefferson which can be perceived early as much as late in his life. The themes of fatality and of finitude, but also, of the virtue of which man is capable, are all central. We believe that the extracts chosen by Jefferson, when put in parallel with his texts written in this period as with those written posteriorly, permit to apprehend in his thought a conception of an individual which, even if placed at the mercy of a fatality relative to which he remains powerless, keeps a potentiality for autonomy and virtue. We will subsequently recognize this optimism in his liberal writings. 

Top of page

Full text

  • 1 Pour des études sur le concept de libéralisme, voir Jaume, Lucien, Les origines philosophiques du l (...)

1Thomas Jefferson est reconnu comme un penseur libéral, c’est-à-dire un qui reconnaît à l’individu la capacité de réfléchir par lui-même pour se préserver, pour pourvoir à ses nécessités et pour se réaliser. En fait, le libéralisme consiste principalement en la reconnaissance de la capacité que possède l’individu d’utiliser son corps et sa raison ‒ sa personne ‒ pour pourvoir à ses nécessités et pour se déterminer librement vers son intérêt (Locke, Two Treatises, II, parag. 6, 44 et 57 et 241). Plus en amont, la confiance est fondamentalement replacée chez l’individu dans sa capacité de maîtriser ses inclinations et ses instincts pour évaluer sa situation et l’action propice à y poser ; il s’agit d’évaluer les conséquences morales de celle-ci (Locke, Essai, II, 21, parag. 67). Ainsi, ce n’est plus la coutume, les institutions et les croyances qui déterminent le jugement et la direction de la personne, mais bien celle-ci à partir du potentiel qui lui est inhérent (sur Locke, Brubaker 207-232 ; sur Jefferson, Mayer)1. Quelle est la nature du bagage conceptuel à la base de son libéralisme ? Quel rapport entretient son libéralisme avec sa conception de l’existence humaine ?

  • 2 Jefferson, Thomas, à John Adams, 15 août 1820 (Jefferson, American History, document non paginé).
  • 3 Douglas L. Wilson se réfère en ce sens au philosophe existentialiste Soren Kierkegaard.

2Suivant l’empirisme de Francis Bacon et de John Locke (Miller 7-13) voulant que l’expérience confère un sens, Jefferson reformule le cogito cartésien ainsi : « I feel : therefore I exist 2». Remplacer le verbe « être » par le verbe « exister », c’est déjà se prononcer sur la réalité. Exister ou vivre la réalité, et y répondre, c’est ce qui mène à un sens, à une vision de soi et du monde (Wilson, Introduction, 3)3.

3Peu de sources écrites par Jefferson existent pour les 30 premières années de sa vie. La compilation d’extraits littéraires qu’est son Literary Commonplace Book (désormais LCB), lequel nous décrivons et justifions comme choix en première partie, se veut une telle source (Wilson, Preface, xi). Par l’étude de ses choix littéraires, nous cherchons à comprendre le jeune personnage et son développement, mais plus précisément, sa conception de l’individu et de l’existence. L’éditeur du texte, l’historien Douglas L. Wilson, soutient que cette compilation reflète différents moments biographiques de Jefferson, qui révèlent comment il est affecté par les événements ‒ comme la mort de proches – ou même ses buts, comme celui d’être éduqué (Wilson, Introduction, 3). Ce contenu littéraire demeure important et valorisé par l’individu plus âgé : « the moral and philosophical residue of his early reading, as inscribed in the Literary Commonplace Book, remained » (Wilson, Introduction, 5). Ainsi, nous nous intéressons aux possibilités heuristiques de cette source pour comprendre le jeune individu et sa conception de l’existence, et en aval, pour mieux expliquer le personnage mature qu’est devenu le penseur libéral (voir notamment les biographies de Burstein, Bernstein, 2003, et Gordon-Reed et Onuf ).

4Présentons en quelques mots la compilation qui sera traitée davantage en première partie. Presqu’entièrement compilé entre 1758 et 1773, le manuscrit originel comprend 123 feuilles constituées prioritairement de poésie classique et anglaise. La plus longue section est toutefois consacrée à la prose du philosophe empiriste et matérialiste, lord Bolingbroke. La compilation compte 407 extraits, bien que Douglas Wilson croie qu’il y en ait eu davantage. Avant son départ pour la France en 1784, Jefferson trie et réordonne le manuscrit pour le faire relier. Nous reviendrons sur les catégories littéraires et les principales thématiques. La compilation non destinée à la publication est léguée à ses descendants. Elle est achetée par la Librairie du Congrès en 1918, et éditée une première fois par Gilbert Chinard en 1928 sous le titre The Literary Bible of Thomas Jefferson (Wilson, Introduction, 5 et 15).

  • 4 Se référant en partie au LCB, voir McLaughlin.

5Hormis plusieurs comptes rendus (Richard ; McColley ; Schulz) de l’édition présente, très peu d’études sont consacrées à la compilation. À part le travail éditorial de Wilson et son article analysant les compilations du jeune Jefferson (Wilson, « Thomas Jefferson »), d’autres études abordant le LCB se centrent sur des thèmes plus précis, comme sur sa pensée républicaine et séculière, ou sur la misogynie qui ressort de certains passages compilés assez tôt (Fineberg ; sur la misogynie, Lockridge). L’intérêt que démontre Jefferson pour certains auteurs, par exemple pour John Milton ou même Ossian ‒ dont les écrits sont une création de l’Écossais James McPherson ‒, est une autre thématique (Jenkins ; Tanner et Collings)4. Toutefois, il manque une analyse se penchant sur la vision de l’individu et de l’existence qui ressort du LCB, et comment cette vision prépare le libéralisme de Jefferson.

6Notre interrogation : quelle vision de l’existence humaine ressort de l’analyse générale du Literary Commonplace Book de Jefferson, et comment cette vision peut-elle être liée à sa pensée libérale ?

  • 5 Voir ces éléments chez Locke, Two Treatises, entre autres T. II, parag. 6, 14, 44 et 57.

7Nous croyons que, dans le LCB, une conception existentialiste de l’homme prépare le libéralisme de Jefferson. Nous entendons par ce concept que l’individu est projeté dans une réalité et confronté à une fatalité et à une finitude qui n’étouffent pas son héroïsme comme sa capacité de faire des choix autonomes et moraux, et ce même s’il demeure souvent impuissant, par exemple face à la mort. Cette conception serait préalable à une définition d’un agent pouvant librement et authentiquement faire des choix et émettre des actions en vue de réaliser ses fins individuelles5.

8William Barrett décrit la perspective existentialiste comme la conception d’une individualité projetée dans une réalité pour y prendre position et s’y affirmer par ses choix et ses actions, et ce dans le but d’assurer sa réalisation (Barrett 13). Ce qui émerge est la définition d’un individu confronté à l’existence mais demeurant capable de s’y déterminer.

  • 6 Etat que nous pouvons certes rattacher à celui d’« inquiétude » chez Locke (Essai, T. II, 21, parti (...)
  • 7 Voir cette idée chez Onuf (6).

9Maurizio Valsania souligne, dans la pensée de Jefferson, cette précarité existentielle caractérisant une individualité projetée dans un monde ou « Nature » qui représente une contre-force l’obligeant à se débrouiller et à s’affirmer, pour alors se définir et se réaliser (Valsania 632-635 et 639-645). Par l’angoisse6 qu’elles génèrent, la fatalité et les difficultés vécues motivent comme recrutent les facultés et les vertus de celui qu’elles confrontent (Valsania 637-639). Nous verrons que la vision de l’homme qui ressort du LCB rejoint cette angoisse, et peut être liée à ce que vit, pense et écrit Jefferson. En témoigne le lien entre certains extraits avec leur date de compilation approximative, et des événements de sa vie, comme également ses propos dans sa correspondance ou d’autres documents contemporains et postérieurs. La compilation littéraire reflète donc l’auto-construction d’une individualité faisant sens de son vécu à travers les référents culturels de son époque, ici les extraits littéraires choisis pour leurs caractères et leurs messages7. Les choix de Jefferson explicitent comment, à travers l’existence, il se prononce et fait sens de lui-même et de l’homme. Le résultat : au-delà de son état de précarité et de vulnérabilité, l’humanité demeure capable d’autonomie, de vertu et de grandeur.

  • 8 Revoir le premier paragraphe de l’article et la note 1, ainsi que Locke, Two Treatises, T. II, part (...)

10L’article se structure en quatre étapes. Nous débutons par une description et une analyse du LCB pour justifier notre choix documentaire. Ensuite, nous abordons certains thèmes inhérents à la compilation, principalement l’impuissance, la fatalité et la finitude. Nous cherchons à y cerner une conception générale de l’existence. Sur cette base suit le cœur de l’analyse. Nous approfondissons le rapport entre l’homme et le réel explicité dans le LCB. Les propos de Jefferson sont utilisés pour valider nos assertions concernant un rapport au monde qui s’élabore en une dialectique intégrant et confrontant les états de fatalité et de vulnérabilité avec ceux d’autonomie et de vertu. Enfin, nous cherchons à clarifier le lien entre une telle vision et les idées libérales8 de Jefferson. Nous concluons en résumant le sens de l’analyse et son rapport général avec sa pensée.

Le Literary Commonplace Book et sa valeur heuristique

  • 9 Pour la nature commune de cette pratique en Virginie à l’époque de Jefferson, voir Lockridge, 90-91
  • 10 Le processus de compilation, qui puise dans un bagage culturel commun, n’est donc pas désancré de l (...)

11Le Literary Commonplace Book de Thomas Jefferson est un produit de sa culture9 comme de son éducation. Le processus de compilation consiste à puiser dans des lieux ou référents culturels et littéraires communs et accessibles à tous, mais bien d’une façon authentique ‒ « unique and personal » (Lockridge 2) ‒, soit selon ce que vit et pense le compilateur10. Il s’agit d’une forme d’émission culturelle (Lockridge 3) effectuée par l’individu s’appropriant et internalisant lui-même sa culture pour ensuite l’utiliser (Wulf 3-6 ; Lockridge 84), pour alors faire sens de sa réalité et de lui-même. Il peut également ou parallèlement être question d’une nécessité pratique, comme d’un aide-mémoire académique (Lockridge 1-5 et 90-91). Avant de décrire l’origine, la nature et la structure du recueil, commençons par quelques mots sur son édition.

12La Librairie du Congrès obtient le manuscrit en 1918 des descendants de Jefferson. En 1928, Gilbert Chinard l’édite. Toutefois, son travail éditorial est très mince (Wilson, Introduction, 15). À ce sujet, Douglas Wilson soutient :

  • 11 Voir Wilson, « Preface », xi.

this pioneering edition contained no analysis of the manuscript, virtually no supporting annotation, no means of assigning approximate dates for the entries, and an inaccurate rendering of the text11.

  • 12 Un premier essai pour une telle datation avait été effectué par Marie Kimball dans sa biographie du (...)
  • 13 Voir l’ensemble de Jefferson, LCB.

13L’édition de Wilson pallie ces lacunes. Non seulement la transcription est exacte, mais le travail éditorial est d’envergure. En plus d’une introduction détaillée sur les circonstances biographiques de sa création, ainsi que sur sa structure et son contenu, il y a d’importants ajouts. Un registre des auteurs compilés détaillant la place et l’importance de chacun est suivi d’appendices analysant les dates de compilation des divers extraits à partir du stade de développement de la « main d’écriture » de Jefferson (App. A), une description physique, thématique et chronologique ‒ des auteurs et des extraits ‒ du manuscrit (App. B), une analyse se penchant sur des entrées effectuées par d’autres mains que Jefferson (App. C), et enfin, des tables descriptives répertoriant thématiquement et chronologiquement le contenu compilé (App. D). Un index détaillé termine un ensemble textuel lourdement annoté. Enfin, l’édition de Wilson fournit de probables raisons biographiques pour la compilation des divers extraits en vertu de l’analyse d’une datation probable de leur compilation ‒ ce que l’édition de Chinard ne fournit pas12. Il s’agit surtout d’éléments ou d’événements liés à des thèmes centraux, comme la fatalité, l’amour et la mort (Wilson, Introduction, 16-17). Cette édition est claire, complète et valide pour comprendre le contexte et le contenu de la compilation. Une analyse fiable du rapport entre Jefferson, son manuscrit et ses divers thèmes devient alors possible13.

  • 14 Wilson émet même la possibilité, sur la base de la main d’écriture, que Peter Jefferson, le père de (...)
  • 15 Voir en ce sens les paroles de James Maury à son fils.

14Jefferson débute sa compilation encore adolescent, alors qu’il étudie à l’école du révérend James Maury (1758-60). Le contenu provient tant du programme scolaire que de lectures libres. Dans sa quasi-totalité, le processus s’échelonne pendant environ 15 ans, soit de 1758 à 1773. Wilson émet toutefois la possibilité de pouvoir reculer la date d’origine à l’époque où Jefferson fréquente l’école du révérend William Douglas (1752-57) (Jefferson, LCB, 7 et 202)14. Sur Maury, Wilson soutient : « he urged the kind of attention to one’s reading that might suggest the keeping of a commonplace book, which was sometimes required by schoolmasters » (Jefferson, LCB, 7). Le but est d’intégrer, de comprendre et d’apprécier l’auteur dans ses dimensions littéraires et esthétiques : « These are the features that the compiler [Jefferson] of the Literary Commonplace Book frequently seems to have had in mind » (Jefferson, LCB, 7)15.

  • 16 Jefferson, Thomas, à Thomas Turpin, 5 février 1769 (Jefferson, Founders Online, document non paginé (...)
  • 17 Jefferson, Thomas, à Thomas Turpin, 5 février 1769 (Jefferson, Founders Online, document non paginé (...)

15La pratique de compiler est inhérente à l’existence d’un intellectuel comme Jefferson. Il s’agit d’abord d’un processus de choix et de classement. Car l’intégration d’une matière demande elle-même un choix, une décision, ainsi qu’une méthode. Ainsi, en 1769, alors même qu’il compile toujours son LCB, Jefferson refuse d’éduquer Phill, le fils de Thomas Turpin, et ce par manque de temps. Toutefois, il lui fournit un plan d’étude et un catalogue d’auteurs à lire, avec une spécification sur l’ordre de lecture souhaité. Il soutient à Turpin : « The only help a youth wants is to be directed what books to read, and in what order to read them 16». Comme pour compiler, ce processus doit s’effectuer seul, car le rapport aux livres demeure personnel et authentique17. Conseillant un ami nommé Bernard Moore (c. 1773) pour ses lectures, Jefferson affirme concernant le droit :

  • 18 Propos rapportés dans Jefferson, Thomas, à John Minor, 30 août 1814 (Jefferson, Founders Online, do (...)

In reading the Reporters, enter in a Common-place [sic] book every case of value, condensed into the narrowest compass possible which will admit of presenting distinctly the principles of the case. this [sic] operation is doubly useful, inasmuch as it obliges the student to seek out the pith of the case, and habituates him to a condensation of thought, and to an acquisition of the most valuable of all talents, that of never using two words where one will do. it [sic] fixes the case too more indelibly in the mind18.

  • 19 Voir généralement sur ce thème Wilson, « Thomas Jefferson ».

16Ainsi, la pratique de compiler dans le but de synthétiser et d’intégrer un matériel textuel définit le rapport général que Jefferson entretient avec la littérature. Bien que cette pratique d’ordonnancement ne soit pas réservée à celle-ci et s’applique également à d’autres sphères19, Constance B. Schulz affirme sur le LCB : « The slim volume [LCB] portrays the private reflections and developping intellectual discipline of his youth » (Schulz 77). Mais est-ce bien seulement une pratique de jeunesse ?

17Alors que dès 1768 Jefferson réarrange le LCB en classant les quatre premières catégories littéraires que sont, en ordre, la prose, la poésie classique, la poésie anglaise et la dramaturgie anglaise ‒ la cinquième catégorie, compilée entre 1768 et 1773, étant une variété d’extraits de diverses poésies [Poetic Miscellany] ‒, il fera de même avant son départ pour la France en 1784 en opérant une sélection et en ajoutant certaines entrées avant de faire relier définitivement le manuscrit (Wilson, Introduction, 5-6 et 215). Ainsi, le processus d’ordonnancement que représente la compilation se poursuit à l’âge adulte. Jefferson trie alors ce qui, pour lui, a toujours un sens. Donnons deux autres exemples.

  • 20 Les deux citations respectivement en Wilson, « Introduction », 15-16 et 15.
  • 21 Jefferson, Thomas, à Robert Skipwith, 3 août 1771 (Jefferson, Founders Online document non paginé).
  • 22 Revoir les propos de Wilson, « Introduction », 5.

18À l’époque de sa présidence (1801-09), Jefferson trie les Évangiles – en les découpant – et isole certains passages qu’il juge fondamentaux concernant les enseignements moraux du Christ. Il colle les extraits sur les pages blanches d’un livre vide selon un ordre chronologique et thématique. Le titre abrégé de la compilation qu’il termine en 1804, laquelle est perdue, est The Philosophy of Jesus of Nazareth (Sheridan 13). De plus, à la même époque, Jefferson s’oppose à la biographie de George Washington rédigée par John Marshall, le juge en chef de la Cour suprême. Il la condamne comme une propagande fédéraliste et répond lui-même par une compilation de documents qu’il juge pertinents pour mieux comprendre la vie du général et premier Président (Bernstein 2004, 215). Dans ces deux cas, Jefferson se prononce sur une réalité qui pour lui a un sens. Il en va ainsi du LCB, auquel il attache une importance tant adolescent et jeune adulte que plus âgé. Nous apporterons d’autres preuves de ce fait. Toutefois, soulignons que, par la datation probable de divers extraits, Wilson soutient que : « his Literary Commonplace Book […] was […] a deeply personal notebook with direct connections to the emotional events and preoccupations of his formative years » ; de même, Chinard, son premier éditeur, se permet de souligner sur le texte : « the Commonplace Book contained “maxims and principles” that Jefferson followed through his life »20. Un tel thème ou principe qui imprègne la compilation est la moralité. En ce sens, et ce qui apporte une autre preuve que ce que Jefferson compile est ce qui lui importe, est la remarque qu’il fait à Robert Skipwith concernant le rapport entre la littérature de tout genre et la moralité. Il soutient en 1771, alors même qu’il compile le LCB, que pour la littérature : « every thing [sic] is useful which contributes to fix us in the principles and practice of virtue 21». Selon Wilson, la compilation de nombreux discours moralisateurs (Wilson, Introduction, 12) d’Euripide dans le LCB témoigne de cette préoccupation. Avant même d’attirer pour leur valeur esthétique, les discours dramatiques sélectionnés par Jefferson le sont pour leur valeur philosophique ou morale (Wilson, Introduction, 13), laquelle est reconnue et appréciée tant par l’adolescent que par l’adulte22.

  • 23 Voir sur ces points Wilson, « Introduction », 19-20.

19Le LCB renseigne également sur la personnalité émergente et complexe de Jefferson en offrant un panorama plus libre et plus large que ses autres compilations liées à des thèmes particuliers ou à des fonctions précises, comme la pratique du droit ou la politique (Wilson, Introduction, 20). Les choix littéraires que pose Jefferson permettent de naviguer plus profondément et personnellement dans sa personne et dans sa pensée. Car il se projette lui-même à travers des auteurs, des thèmes et des figures pour se comprendre, ce qui construit son individualité et son sens. Cette raison explique l’attachement qu’il voue toute sa vie au LCB. Les extraits compilés gardent un sens ou émettent des leçons ‒ pensons seulement à la figure tragique de Samson23. La compilation offre ainsi une piste pour comprendre tant le penseur jeune que plus mature.

  • 24 Pour cette idée, consulter Hart.
  • 25 Pour la datation des extraits, Wilson, « Appendice D », dans Jefferson, LCB, 227-229.

20De plus, l’authenticité demeure ici fondamentale. Même si les sources littéraires sont communes, les passages sélectionnés sont souvent atypiques : « The individual selections are decidedly his [Jefferson] own and present a distinctive array of choices » (Wilson, Introduction, 13, et généralement 13-14). En effet, ces extraits compilés ont déjà24 une valeur aux yeux de Jefferson, car c’est précisément pour cette raison qu’il les choisit. Deux exemples permettent de prouver ce fait : premièrement, sa valorisation de l’utilité, son empirisme, son esprit critique et son scepticisme concernant la métaphysique, peuvent expliquer son choix de Bolingbroke (Holland 185-186 ; Wilson, Introduction, 11) ; également, l’importance émergente du sentiment peut expliquer certains extraits d’Ossian compilés à l’époque où il courtise sa future épouse (c. 1770)25, Martha Wayles Skelton (McLaughlin 630). Ainsi, une confiance est justifiée envers le LCB comme source fiable pour appréhender la personnalité et la pensée de Jefferson.

21Les extraits du LCB vont influencer ses écrits durant toute sa vie : soit tôt, par exemple, lorsqu’il réfléchit à des citations appropriées pour des projets ou circonstances funèbres, comme pour la construction d’un cimetière à sa nouvelle résidence de Monticello (1771) ou lors de la mort de son beau-frère et meilleur ami, Dabney Carr (1773) ; soit plus tard, par exemple, lorsqu’à Paris (1786) il compose, pour le marquis de Chastellux, son essai critique sur la littérature anglaise intitulé Thoughts on English Prosody, puisant alors dans sa compilation de jeunesse (Wilson, Introduction, 9 et 16-17) ; et enfin, vers la fin de sa vie (1816), alors que, suite à une requête, il envoie à Amos J. Cook, maître d’école du Maine, deux extraits d’idées stoïciennes de Cicéron et d’Horace tirés du LCB. Comme le soutient Wilson, ce geste prouve que, pour Jefferson, ils ont toujours un sens (Wilson, Introduction, 10). Carl J. Richard affirme : « The Literary Commonplace Book reveals both change and continuity in Jefferson’s early thought » (Richard 564). Cette assertion peut certes englober l’âge adulte. Par exemple, le thème de la défiance, incarné dans le LCB par la figure de Satan chez Milton, va importer toute sa vie (Jenkins 32). Un exemple serait sa lettre à William Smith (1787) se référant à la révolte de Shays :

  • 26 Jefferson, Thomas, à William Smith, 13 novembre 1787 (Jefferson, Selected Works, document non pagin (...)

what country can preserve it's [sic] liberties if their rulers are not warned from time to time that their people preserve the spirit of resistance ? Let them take arms. The remedy is to set them right as to facts, pardon & pacify them. What signify a few lives lost in a century or two ? The tree of liberty must be refreshed from time to time with the blood of patriots & tyrants. It is it's [sic] natural manure26.

  • 27 Contrairement à ce que soutiennent Peter Onuf et Annette Gordon-Reed, Jefferson ne demande pas de p (...)
  • 28 Jefferson, Thomas, à John Harvey, 14 janvier 1760 (Jefferson, Works, vol. V, 433-434).

22Ainsi, qu’il s’agisse d’action politique ou de compiler, l’individu prend position dans l’existence, mais toujours et d’abord à partir de la façon dont il la conçoit. En ce sens, le LCB fait le pont entre la jeunesse et l’âge mature de Jefferson. Sa première lettre conservée témoigne d’un choix qu’il fait parce qu’il lui importe : être éduqué. En 1760, Jefferson affirme à John Harvey, qui est l’exécuteur du domaine de son père récemment décédé, son désir27 de fréquenter le College of William and Mary pour son éducation et pour accroître sa connaissance du latin, du grec et des mathématiques28. Ces propos rejoignent ceux qu’il émet en 1814 à Thomas Cooper au sujet de sa jeunesse et du processus de compilation :

  • 29 Jefferson, Thomas, à Thomas Cooper, 10 février 1814 (Jefferson, Founders Online, document non pagin (...)

I promised you a sample from my commonplace book […] when I was a student of the law, now half a century ago, […] I was in the habit of abridging and commonplacing [sic] what I read meriting it, and of sometimes mixing my own reflections on the subject [ici le droit]. […] the entries […] were written at a time of life when I was bold in the pursuit of knolege [sic], never fearing to follow truth and reason to whatever results they led, & bearding [confronter] every authority which stood in their way29.

  • 30 Pour la liberté dans la détermination de soi, voir Jefferson, Thomas, à Francis Hopkinson, 13 mars (...)
  • 31 Pour le rapport entre la figure de Satan chez Milton et l’authenticité, l’affirmation, la liberté e (...)

23L’audace, l’authenticité, l’esprit critique et même défiant, la liberté30 dans la recherche, dans l’autodétermination et dans l’opinion, comme la quête autonome de connaissance et de vérité, conservent un sens pour Jefferson, et ce tant à l’époque de la compilation du LCB que subséquemment31. D’où il s’avère possible de prétendre à l’existence de liens entre le contenu du LCB et la pensée ultérieure de Jefferson. Ainsi, nous pouvons avec confiance donner raison à Wilson lorsqu’il soutient que : « it is possible to improve on our current knowledge of Jefferson’s early life and intellectual development through careful study of the manuscripts of these notebooks » (Wilson, Thomas Jefferson, 452). Cette connaissance peut assurément se référer à la conception qu’a Jefferson de l’existence.

Le Literary Commonplace Book et le thème de l’existence

  • 32 Consulter généralement Wilson, « Introduction ».

24Comme déjà expliqué, le regard que Thomas Jefferson pose sur la réalité est empirique. On comprend seulement ce que nous communique notre propre existence. C’est ce que reflète le LCB construit sur les thématiques existentielles que sont la fatalité, la finitude ‒ la mort ‒, et l’héroïsme. Ce dernier thème implique la défiance comme la capacité individuelle d’affronter une réalité imprévisible et inévitable, ainsi que de préserver en celle-ci sa vertu. Bien que plusieurs autres thèmes y soient abordés ‒ comme l’amour et l’amitié ‒, une fatalité s’imposant et la grandeur ou prestance individuelle pour l’affronter sont, nous croyons, les plus fondamentaux32. Mais la compréhension a toujours pour objet premier l’impuissance humaine, car c’est bien ce que l’expérience communique en tout premier.

  • 33 Jefferson, Thomas, à John Page, 15 juillet 1763 (Jefferson, Writings, vol. IV, 10).
  • 34 Jefferson, Thomas, à John Page, 25 décembre 1762 (Jefferson, Writings, vol. IV, 4).
  • 35 Jefferson, Thomas, à John Page, 20 janvier 1763 (Jefferson, Writings, vol. IV, 6).
  • 36 Jefferson, Thomas, à John Page, 25 décembre 1762 (Jefferson, Writings, vol. IV, 1). Sur les difficu (...)

25Ce thème s’explicite chez le jeune Jefferson lorsqu’il soutient à John Page, son ami de classe, ce qui lui semble alors évident : « Perfect happiness I beleive [sic] was never intended by the deity to be the lot of any one of his creatures in this world 33». Il va même jusqu’à douter qu’il puisse exister quelque chose comme le bonheur34. Assez tôt émerge donc une angoisse liée à l’impuissance, prenant la forme d’une incertitude pouvant sembler totale : « I tell you I know nothing that is true 35». Jefferson confirme lui-même sa propre vulnérabilité dans sa situation familiale : « I am now in a house surrounded with enemies, who take counsel together [to act] against my soul 36». Considéré comme un précurseur de l’existentialisme (Barrett 110-119), Blaise Pascal dépeint cette vulnérabilité et une forme de désespoir en affirmant : « Je ne crains rien, je n’espère rien » (Pascal 65, 328 pour la citation). L’homme demeure vulnérable face à une réalité qu’il ne peut pleinement comprendre, prévoir et maîtriser.

  • 37 Ici face à l’expérience de la tyrannie anglaise. Voir Helprin 35-36.
  • 38 Voir les propos de Jefferson sur sa vie et concernant le thème de l’affirmation face à l’Angleterre (...)

26Toutefois, à cette même époque où Jefferson est sous la tutelle de sa mère suite au décès de son père (1757), les thèmes majeurs compilés dans le LCB rejoignent également une attitude de défiance ou de rébellion véhiculant un certain héroïsme (Lockridge 63). La prestance et la défiance individuelles face à une adversité tyrannique vécue et éprouvée, postures explicitées plus tard dans un texte comme la Déclaration d’Indépendance37, qui en soi est une prise de position38, peuvent alors devenir importantes. Citons en ce sens les paroles de Satan dans le Paradis perdu de John Milton, tirées d’un extrait compilé à cette période (avant 1763) :

  • 39 Les extraits des auteurs cités sont compilés dans le LCB. Pour chaque extrait cité intégralement ou (...)

— What tho the Field be lost ?
All is not lost; the unconquerable Will,
And Study of Revenge, immortal Hate
And Courage never to submit or yield :
And what is else not to be overcome? (Jefferson, LCB, parag. 219)39

  • 40 Pour l’idée que la littérature homérique incarne chez Jefferson le sauvage et le primitif, voir Mil (...)

27Bien qu’elle s’impose dans sa positivité comme dans sa beauté et dans sa pureté, cette réalité naturelle ou humaine que l’homme doit affronter et en laquelle il doit s’affirmer en est également une qui s’impose dans sa négativité, dans son chaos et dans sa précarité. Ces thèmes rejoignent des poésies comme celle du libéral Milton, et de même, celles d’Homère et d’Ossian. Ces auteurs expriment d’abord la fragilité et la finitude propres à l’existence humaine (Jenkins 635 et 639 ; McLaughlin 627-631)40.

  • 41 Jefferson, Thomas, à Peyton Randolph, 23 juillet 1770 (Jefferson, Founders Online, document non pag (...)

28Jefferson conçoit ces états de vulnérabilité, de fatalité et de finitude comme inhérents à l’existence. Peu de temps après l’incendie tragique de la maison familiale à Shadwell, il affirme à Peyton Randolph, concernant les insuccès d’un ami commun, James Ogilvie, dans sa quête pour être ordonné prêtre : « This young gentleman seems to have been guided thro’ [sic] life by the hand of misfortune itself [i.e. by] Some hard fatality 41». La vie est caractérisée par la tragédie et l’incertitude, c’est-à-dire par l’épreuve qu’amène une réalité tant imprévisible que difficile.

  • 42 Voir cet extrait des Odes d’Horace, dans Jefferson, LCB, parag. 171. Les traductions du latin et du (...)
  • 43 Jefferson, à John Page, 20 janvier 1763 (Jefferson, Founders Online, document non paginé). C’est no (...)

29Cette épreuve d’une réalité a toutefois un terme. Ainsi, le thème d’une mort universelle et inévitable est central au LCB (Wilson, Introduction, 16). Dans ses Odes, Horace affirme : « Pale Death with foot impartial knocks at the poor man’s cottage and at princes’ palaces 42». Ressentant lui-même une perte de sens suite à divers aléas et obstacles, comme la difficulté évidente de se marier, Jefferson prétend à John Page : « I verily beleive [sic] Page that I shall die soon, and yet I can give no other reason for it but that I am tired with living 43». Le terme inévitable et universel à une existence précaire qu’est la mort, bien que terrifiante, peut en ce sens soulager de la fatigue et de la souffrance ressenties. C’est ce qu’exprime Cicéron dans un extrait des Tusculanes compilé par Jefferson approximativement à l’époque de ses premières lettres à John Page : « for all have to die ‒ still there would have been an end of wretchedness in death… » (Jefferson, LCB, parag. 60).

  • 44 À ce sujet, Jefferson fait référence à l’épisode d’une apparente noyade suivie d’une réanimation. J (...)

30La réalité serait ainsi constituée d’aléas et d’un terme par rapport auxquels l’homme demeure impuissant. Pour Jefferson, c’est ce qu’il doit, et surtout, c’est ce qu’il peut comprendre de son existence, car il est incapable de se prononcer sur une quelconque réalité supérieure ; par exemple, sur les questions liées à l’âme humaine lors du décès44. Ainsi, miser sur une certitude réconfortante concernant un ordre logique et moral transcendant et prédéterminé demeure futile. Le philosophe et déiste lord Bolingbroke, dans ses Philosophical Works, véhicule ce fait :

  • 45 Voir de même parag. 15-16.

It is absurd to affirm that a god sovereignly [sic] good, and at the same time almighty and alwise [sic], suffers an inferior dependent being to deface his work in any sort, and to make his other creatures both criminal and miserable (Jefferson, LCB, parag. 14)45.

  • 46 Jefferson, Thomas, à John Page, 15 juillet 1763 (Jefferson, Writings, vol. IV, 10).

31Il est toutefois légitime d’espérer un tel ordre moral, comme le jeune Jefferson l’exprime à Page : « We may deliver up our trust into the hands of him who gave it, and receive such reward as to him shall seem proportioned to our merit 46».

32Ainsi, l’homme s’inscrit, est « projeté », dans un schème en lequel, certes, il possède les facultés pour se débrouiller, mais dont, malheureusement, il n’a pas la preuve et le réconfort d’en constituer la fin morale. Des extraits compilés par Jefferson de Bolingbroke (Philosophical Works), d’Euripide (Médée) et d’Homère (Iliade) véhiculent ce pessimisme général communiqué par Jefferson dans sa correspondance déjà citée. Les thèmes de l’impuissance et de la précarité ressortent :

will [sic] it follow, that infinite wisdom [God] had no other end in making man, than that of making an happy creature ? surely [sic] not. the [sic] suppositions are arbitrary, and the consequences absurd (Jefferson, LCB, parag. 46).

For amongst mortals no man is happy ; wealth may pour in and make one luckier than another, but none can happy be [sic] (Jefferson, LCB, parag. 137).

  • 47 D’autres extraits pertinents : parag. 202, 218, 327 et 332.

Among all creatures that breathe on earth and crawl on it there is not anywhere a thing more dismal than man is (Jefferson, LCB, parag. 158). [Poursuivant sur l’inexistence d’un ordre cosmique de justice créé par les dieux pour le bénéfice de l’homme] : Any advantage to be won from grim lamentation. Such is the way the gods spun life for unfortunate mortals, that we live in unhappiness, but the gods themselves have no sorrows. There are two urns that stand on the door-sill of Zeus. They are unlike for the gifts they bestow : an urn of evils, an urn of blessings. If Zeus who delights in thunder mingles these and bestows them on man, he shifts, and moves now in evil, again in good fortune (Jefferson, LCB, parag. 160)47.

33Sur le destinataire de l’urne positive, Alexander Pope soutient dans un extrait de sa traduction de L’Iliade : « The happiest taste not happiness sincere, But find the cordial draught is dash’d [sic] with care » (Jefferson, LCB, parag. 202). Dans sa compilation, Jefferson retient précisément d’Euripide le va-et-vient auquel se plaisent les dieux par rapport à la fortune humaine, laquelle peut rapidement passer de la chance à la misère (Jefferson, LCB, parag. 95 et 104). L’existence demeure sujette au mouvement implacable de la fatalité (Jefferson, LCB, parag. 99). Pour citer le tragédien dans un extrait du LCB tiré d’Oreste :

There is naught so terrible to describe, be it physical pain or heaven-sent affliction, that man’s nature may not have to bear the burden of it (Jefferson, LCB, parag. 100).

  • 48 Jefferson, Thomas, à John Page, 15 juillet 1763 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).
  • 49 Jefferson, Thomas, à John Page, 25 décembre 1762 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

34En ce sens, Jefferson explique à John Page que le bonheur ne demeure le plus souvent qu’à l’état d’une possibilité qui ne peut jamais être complètement réalisée48. Souvent, la situation peut même sembler être un échec total49.

35Bref, la vision de l’existence qu’entretient le jeune Thomas Jefferson, qui est perceptible à travers sa correspondance et qui est reflétée dans ses choix littéraires, apparaît réaliste, voire même, très souvent, pessimiste et morbide. C’est en effet ce que communique cet extrait du LCB tiré de la traduction de L’Iliade de Pope :

For ah ! what [sic] is there, of inferior Birth,
That breathes or creeps upon the Dust of Earth ;
What wretched Creature of what wretched Kind,
Than Man more weak, calamitous, & blind ?
A miserable Race ! (Jefferson, LCB, parag. 196).

36Regardons maintenant comment l’homme vit et se réalise dans l’épreuve qu’est son existence, et ce qui, en celle-ci, définit tant sa nature que sa valeur.

Rapport de l’homme à l’existence : autonomie et vertu dans la précarité

  • 50 Se référant alors au futur site de Monticello. Pour les deux citations, voir Jefferson, Thomas, à J (...)
  • 51 Voir Shakespeare, Coriolan, dans Jefferson, LCB, parag. 277.
  • 52 Jefferson, à John Page, 15 juillet 1763 (Jefferson, Writings, vol. IV, 10).

37Dans sa compilation textuelle, Jefferson retient un extrait intéressant de L’essai sur l’homme du poète anglais Alexander Pope. L’auteur y prétend que la fin de l’individu est de jouer son rôle dans l’existence, et qu’en ce sens, il n’est pas question proprement de fortune dans ce qui différencie les individus, mais bien plutôt de sagesse ou de stupidité (Jefferson, LCB, parag. 211). L’homme n’est donc pas simplement le pantin des circonstances et d’une destinée qu’il ne choisit pas. Il détient un réel pouvoir sur celle-ci (Helprin 40). Jefferson lui-même le démontre. Seulement un an après que la maison familiale à Shadwell fut consumée (« consumed ») par le feu (1er février 1770), il a déjà pris sa destinée en main. Jefferson s’exclame alors à James Ogilvie : « I have lately removed to the mountain 50», et ce pour y construire Monticello. Comme le soutient Milton dans Le Paradis perdu via la figure de Satan, c’est bien la volonté, la force de caractère, qui permet de se déterminer et de demeurer invincible à travers la dureté des circonstances (Jefferson, LCB, parag. 219). En ce sens, pour Jefferson, l’extrémité teste l’homme. Certes, tous peuvent naviguer dans le calme, mais ce qu’amène la fortune éprouve l’individu et expose alors ‒ ou non ‒ sa noblesse comme son habileté51. Dans un extrait tiré de Troilus et Cressida, Shakespeare prétend : « In struggling with Misfortunes Lies the true Proof of Virtue » (Jefferson, LCB, parag. 282). Vers la même époque où Jefferson compile ces mots, il affirme à Page qu’alors que chacun devrait comprendre l’inévitabilité de la fortune, la posture adoptée pour y répondre demeure dans les limites de ce qui est possible à l’agent : « [B]y our uneasiness, we cannot prevent the blow before it does fall, but we may add to its force after it has fallen [ajoutant alors que même si Dieu, de toute évidence, n’a pas souhaité un bonheur parfait pour sa créature], he has very much put in our power the nearness of our approaches to it 52». Par sa détermination et sa vertu, l’individu démontre alors son sens et sa valeur.

  • 53 Également, Tanner et Collings, 207. Comme Satan « prend position » face à sa situation d’infériorit (...)
  • 54 Jefferson, Thomas, à Martha Jefferson, 11 décembre 1783 (Jefferson, American History, document non (...)

38Dans Le Paradis perdu de Milton, Jefferson admire la défiance, voire l’héroïsme, d’un Satan acculé dans ses bas-fonds (Jenkins 32)53. Toutefois, si la question de la détermination de soi importe, il en va ainsi de son corollaire qu’est la responsabilité individuelle dans l’existence. Milton la soutient via la figure biblique de Samson : « Sole Author I, sole Cause ; if ought seem vile, As vile hath been my folly » (Jefferson, LCB, parag. 334). La faiblesse peut-elle alors excuser des crimes humains ? Non ! Car le vice est un crime, c’est-à-dire un acte de faiblesse (Jefferson, LCB, parag. 337) pour une créature capable de se déterminer moralement, et ce même dans l’épreuve. Car l’individu détient les facultés ou, comme Jefferson l’affirmera plus tard à sa fille Martha, la « conscience 54» pour le faire.

  • 55 Revoir Locke, Two Treatises, T. II, parag. 44 et 57.
  • 56 Nous reviendrons de façon plus détaillée sur ce cas et les propos émis par Jefferson.
  • 57 Jefferson, Thomas, à Peyton Randolph, 23 juillet 1770 (Jefferson, Founders Online, document non pag (...)
  • 58 Les deux citations in Jefferson, Thomas, à Miles King, 26 septembre 1814 (Jefferson, Writings, vol. (...)

39Ainsi, à la même époque où il défend en cour l’esclave Samuel Howell en citant les principes lockéens55 d’autopropriété et d’autodétermination56 ‒ allant même jusqu’à défier la loi en fournissant à Howell de l’argent pour, en toute probabilité, l’aider à s’évader suite à sa défaite judiciaire (Gordon-Reed 99-100) ‒, Jefferson complimente son cousin et, de surcroît, une de ses influences politiques, soit le planteur virginien Peyton Randolph. Il lui affirme que la valeur d’un individu, et en premier son indépendance, lui viennent de ce qui émerge de sa personne, c’est-à-dire de son mérite. En fait, l’individu vertueux ne dépend réellement que de lui-même : « I sincerely rejoice in the independance of your situation ; I mean an independan[ce] on all but your own merit, than which I am sure you cannot have a more permanent dependance 57». Cette position rejoint ce qu’il soutient tard dans sa vie, lorsqu’il explique à Miles King que la raison dont est pourvue l’homme, qui est son « umpire of thruth », soit ce par quoi il juge et se dirige dans l’existence, lui fut conférée par Dieu pour qu’il se dirige face à une fatalité qui, répétons-le, demeure inévitable ; c’est ce qui fait proprement de lui un « moral agent »58.

  • 59 Pour la notion d’autodétermination, voir Valsania, 635.
  • 60 Jefferson, Thomas, à John Page, 15 juillet 1763 (Jefferson, Writings, vol. IV, 10).

40La fortune, caractérisée par cette inévitabilité, et la destinée forgée par les facultés, la vertu et l’action humaines, sont donc à différencier. La capacité individuelle, mais de même, en amont, la volonté, créent alors la possibilité comme la responsabilité morales. L’homme n’a donc pas à se « soumettre » passivement à la fortune, car il a la possibilité, par ses facultés et son caractère, de diriger sa volonté et de poursuivre sa détermination propre – et ce même dans le malheur, comme semble le faire Satan chez Milton (Jefferson, LCB, parag. 219). Sujet à la fatalité et projeté dans un chaos qu’il ne contrôle pas mais dont il doit toutefois assumer les diverses possibilités et conséquences, l’homme peut lui-même créer un ordre moral par sa détermination et par sa résistance59. Ainsi, Jefferson affirme que, parce que nous en avons intrinsèquement les moyens, se déterminer face aux aléas de l’existence devrait constituer notre fin : « To fortify our minds against the attacks of these calamities and misfortunes should be one of the principal studies and endeavors of our lives 60». En ce sens, il faut conserver notre courage et notre vertu dans l’épreuve. Car une réalisation est toujours possible par la nature et les facultés qu’a reçues l’homme.

  • 61 Nous reviendrons sur le thème du bonheur dans la prochaine section abordant le libéralisme de Jeffe (...)
  • 62 C’est nous qui soulignons.
  • 63 La moralité, produit des dispositions et des facultés, s’élabore toujours dans un rapport avec autr (...)
  • 64 Jefferson, Thomas, à Isaac Zane, ca 1773-1778 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).
  • 65 Voir la référence précédente.

41De plus, pour Jefferson, l’homme subissant les affres de l’existence détient même la capacité d’y être heureux61. Dans Les Tusculanes, Cicéron, qui a perdu sa fille (Wilson, Introduction, 17) Tullia, se questionne sur la possibilité du bonheur alors qu’une mort demeure certaine (Jefferson, LCB, parag. 61). Compilé approximativement à l’époque de la mort de Jane (1765), la sœur préférée de Jefferson (Wilson, Introduction, 9; Peden), un extrait d’Euripide tiré des Phéniciennes pourrait fournir une réponse : « Bear patiently thy troubles [qu’amène la fatalité] as a mortal must 62» (Jefferson, LCB, parag. 135). Certes, le malheur comme le bonheur existent pour l’homme, mais ce dernier conserve la capacité de se déterminer vers l’un ou l’autre par son positionnement ou par l’opinion qu’il adopte face à ce qui lui arrive, comme la mort. Car cette détermination de sa personne et de ses instincts est précisément ce qui rend l’homme vertueux et qui lui confère sa valeur morale ; par exemple, par une réalisation et par l’atteinte d’un bonheur non tout d’abord par une satisfaction personnelle et égoïste, mais plutôt, par une autodétermination morale concrétisée via un dévouement à l’autre63. En ce sens, Jefferson définit quelques années plus tard à Isaac Zane ce qu’est la valeur morale d’aider un ami : « the richest reward which can be conferred on me 64». Il se réfère alors à l’amitié comme un plaisir qui ne doit jamais être terni par une question de basse utilité ou d’intérêt privé. L’expression que Jefferson emploie alors pour définir péjorativement une telle posture est : « mercenary principle 65». Cette capacité à l’autodétermination vers une réalisation morale est précisément ce qui fait de l’individu une créature libre à travers une existence parsemée d’incertitudes, de dangers et de douleur.

  • 66 Revoir en supra, n. 42-43.
  • 67 Jefferson, Thomas, à John Adams, 1er août 1816 (Jefferson, Writings, vol. XV, 57).
  • 68 Jefferson, Thomas, à Dr. Benjamin Waterhouse, 8 janvier 1825 (Jefferson, Works, vol. XII, 399).

42Revenons sur le thème de la mort. La possibilité ou capacité de conserver sa vertu en face de cette éventualité demeure, encore une fois, fondamentale. Dans deux extraits tirés des Tusculanes (Jefferson, LCB, parag. 70-71), Cicéron émet l’idée que l’individu puisse littéralement choisir de ne pas pleurer une mort inévitable, car il n’y a aucune preuve ‒ empirique ‒ que ce qui la suit soit pire qu’une vie déjà si difficile. L’après-mort pourrait même être mieux. Cette attitude d’acceptation, voire même, de souhait, rejoint celle du jeune Jefferson expliquée plus haut66, comme celle du vieillard considérant qu’il y a un temps pour laisser sa place, et qu’il vaut mieux mourir que souffrir. À John Adams, il affirme : « There is a ripeness of time for death, regarding others as well as ourselves, when it is reasonable we should drop off, and make room for another growth 67» ; et un an avant sa mort, il soutient à Benjamin Waterhouse, sur le fait que l’âge avancé rend souvent la vie pénible de par l’incapacité d’en profiter : « [T]he most undesirable of all things is long life : and there is nothing I have ever so much dreaded [ajoutant que lorsque la mort viendra] it will find me neither unready nor unwilling 68».

  • 69 Jefferson, Thomas, à Martha Jefferson, 11 décembre 1783 (Jefferson, American History, document non (...)

43Ainsi, par rapport à la certitude que représente la mort69, l’homme peut toujours, encore une fois, se positionner librement. Comme le soutient Cicéron dans Les Tusculanes, c’est précisément dans l’idée elle-même, et non dans la réalité, que gît l’anxiété existentielle [distress] et les perturbations [disturbances] qui en découlent (Jefferson, LCB, parag. 76). L’homme conserve donc son autonomie, et par ce fait même, sa liberté, car sa souffrance provient de son positionnement personnel – de son opinion – face à l’existence. Le positionnement souhaité demeure toujours un choix qui, pour Jefferson, consiste en une acceptation, car l’individu possède la capacité de se déterminer et de contrôler ses émotions dans l’épreuve et la crainte via sa raison et sa sagesse. Citons encore Les Tusculanes, où Cicéron poursuit :

We must […] with all our might and main resist these disturbances which folly looses and launches like a kind of evil spirit upon the life of mankind, if we wish to pass our allotted span in peace and quiet (Jefferson, LCB, parag. 77).

  • 70 Sur le thème du contrôle des émotions par la raison chez Jefferson, voir McLaughlin, 627-628. Sur l (...)
  • 71 Revoir, entre autres, sa lettre à Miles King en supra, n. 58, 197-198.
  • 72 Revoir sur ce point le début de l’introduction.

44L’individu qui se laisse dominer par l’existence, qui perdure dans sa vulnérabilité au gré de ses sens et de ses émotions sans se déterminer par ses facultés – principalement sa raison70 ‒, n’est pas, pour Jefferson, un individu digne de sa nature71. Cette existence-ci, qui est la seule « connue », car la seule dont nous avons concrètement l’expérience72, et qui implique une épreuve et une finitude, exige de l’homme un courage et une autonomie. En effet, comme le soutient Euripide dans Hippolyte : « Suffering for mortals is nature’s iron law » (Jefferson, LCB, parag. 141). D’où l’homme vertueux n’a pas d’autre choix que d’utiliser ses facultés pour affronter et se déterminer dans une telle réalité.

  • 73 Jefferson, Thomas, à Francis Hopkinson, 13 mars 1789 (Jefferson, Founders Online, document non pagi (...)
  • 74 Sur le thème du présent comme seule réalité ou possibilité, voir Jefferson, Thomas, à James Madison (...)
  • 75 Thomas Jefferson, « III. Jefferson’s “Original Rough Draught” of the Declaration of Independence, 1 (...)
  • 76 Voir la lettre à James Madison en supra, n. 74. C’est nous qui soulignons.
  • 77 Nous reviendrons sur le thème du temps dans la prochaine section, lequel nous concevons fondamental (...)
  • 78 Voir Jefferson, LCB, parag. 265, particulièrement concernant l’incertitude rattachée au futur.

45Penchons-nous davantage sur cette détermination dont est capable l’ « agent libre et moral 73», et ce en son seul cadre possible de détermination et de réalisation ‒ parce que d’expérience ‒ qu’est le présent74. Rejoignant les « truths […] sacred & undeniable 75» de la Déclaration d’Indépendance (1776) et les droits évidents et naturels qu’elle reconnaît à chacun, il est possible de soutenir que : « [it is] self-evident, ‘that the earth belongs in usufruct to the living’: that the dead have neither powers nor rights over it 76». C’est donc aux vivants de se déterminer dans leur réalité en y faisant preuve de courage et de vertu. En ce sens, Homère, dans un extrait du LCB tiré de L’Odyssée, soutient que : « for God almighty gives men their daily minds day by day 77» (Jefferson, LCB, parag. 162). Car l’esprit, c’est-à-dire les facultés, permet à l’homme d’affronter son présent. Pour reprendre Edward Young dans Night-Thoughts : « By nature’s law, what may be, may be now ; […] Where is tomorrow ? In another world 78».

46Ainsi, un bonheur comme une réalisation morale et personnelle dans une réalité et une existence d’incertitudes et de souffrances s’avèrent possibles en vertu même de ce qui demeure certain et in-changeant ‒ toujours présent ‒ chez l’homme : sa nature et ses facultés. En ce sens, sa projection dans une réalité qui s’impose à lui ne lui impose rien.

L’individu, l’existence et le libéralisme chez Jefferson

47La moralité et le bonheur sont au fondement de la réflexion de Jefferson, car ils impliquent la source des droits de l’individu, c’est-à-dire sa personne et ses facultés. Citons le brouillon de la Déclaration d’Indépendance :

  • 79 Jefferson, « Original Rough Draught of the Declaration of Independence » (1776), dans Jefferson, Se (...)

We hold these truths to be sacred & undeniable ; that all men are created equal & independant [sic], that from that equal creation they derive rights inherent & inalienable, among which are the preservation of life, & liberty, & the pursuit of happiness79.

  • 80 Pour cette idée chez John Locke, voir généralement Brubaker.

48Ainsi, les individus « portent des besoins et des droits [en vertu d’] un potentiel » (Bergeron, 2021, 4) moral égal que représentent le sentiment et la raison leur permettant de se diriger dans la réalité. Cette confiance que voue Jefferson à l’individu dans sa capacité de se diriger pour créer sa destinée sans s’en remettre au destin ou à Dieu80 est visible dans sa conception du rapport qu’entretiennent l’homme, le temps et le réel.

49Si l’homme est impuissant face à la fortune et ne peut rien concernant un passé éteint ou un futur qu’il ne peut prédire et prévenir, il porte toutefois la capacité de conserver sa vertu au présent, qui est le seul cadre où il lui est possible d’utiliser ses facultés. En ce sens, l’autodétermination morale n’est possible qu’en une réalité que l’individu expérimente et perçoit ; c’est-à-dire, une en laquelle il peut juger, choisir et agir :

  • 81 Dans la lettre de Jefferson, cette partie du texte est après celle qui la suit dans notre citation.
  • 82 Jefferson, Thomas, à John Adams, 15 août 1820 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

I am satisfied, and sufficiently occupied with the things which are, without tormenting or troubling myself about those which may indeed be, but of which I have no evidence81. […] a [sic] single sense may indeed be sometimes decieved [sic], but rarely : and never all our senses together, with their faculty of reasoning. they [sic] evidence realities ; and there are enough of these for all the purposes of life82.

  • 83 Pour cette idée, consulter Locke, Two Treatises, T. II, parag. 44.

50L’individu n’est donc maître de sa destinée comme de sa vertu et de son bonheur qu’en un présent ; c’est-à-dire, en un cadre de possibilités morales imbriqué dans une réalité qui, pour l’homme avec ses limites épistémiques et physiques, demeure souvent chaotique. Car ses facultés et son effort peuvent réellement y opérer pour qu’il puisse y être « proprietor of his own person 83», et ce malgré ce qu’il subit. Dans Les Tusculanes, Cicéron reconnaît que l’homme sage maintient son autonomie tant parmi les incertitudes et les inévitabilités ‒ comme la mort (Jefferson, LCB, parag. 68) ‒ que face à ses propres passions, comme la crainte : « It is man’s duty to enable reason to have rule over that part of the soul which ought to obey (Jefferson, LCB, parag. 73) ».

  • 84 Pour l’intérêt pour Ossian et sa compilation dans le LCB, 630. Pour la raison, revoir la lettre à M (...)
  • 85 Pour ces principes, voir Jefferson, « Original Rough Draught », document non paginé. Pour l’adéquat (...)
  • 86 Sur le sens moral, dont l’influence philosophique première est lord Kames, voir Jefferson, Thomas, (...)
  • 87 Revoir la lettre à Hopkinson en supra, n. 30. C’est nous qui traduisons.

51Cette autonomie morale, opérant par-delà les circonstances, est au cœur de la pensée libérale. Source de sa valeur individuelle, cette capacité est l’unique possibilité et guide pour l’homme. Au sujet de la raison chez Jefferson, Jack McLaughlin souligne : « there was never a doubt that reason must control the dangers of unfettered feelings » (McLaughlin 627-628)84. Pour l’homme, il s’agit de comprendre et d’adhérer à des principes qui demeurent immuables : « the laws of nature & of nature's god 85». Mais il s’agit bien ici des lois de la nature humaine, qui est ce qui perdure en l’individu hormis l’existence et ses duretés éprouvées. Cette potentialité à l’autonomie demeure fondamentale pour une créature se guidant par son sens moral86 et sa raison. Mais ce potentiel ressort ou s’explicite précisément par son impuissance, car malgré cette incapacité à déterminer la réalité, l’homme conserve la possibilité d’y demeurer vertueux, ce qui fait proprement de lui un « agent libre et moral 87». Ainsi, reconnaissant l’impuissance humaine, Jefferson, alors mature, mise sur cette capacité :

  • 88 Jefferson, Thomas, à George Ticknor, 25 novembre 1817 (Jefferson, Founders Online, document non pag (...)

if […] we fail in doing all the good we wish, we will do at least all we can. This is the law of duty in every society of free agents, where every one [sic] has equal right to judge for himself88.

52Les théoriciens qui ont influencé le libéralisme de Jefferson défendent cette idée d’autonomie dans la détermination morale, et ce même à travers les épreuves et leurs effets existentiels et émotionnels. Dans son Essai sur l’entendement humain, John Locke soutient que, malgré les passions que génère la réalité, l’individu possède la faculté de suspendre son jugement pour poser l’action s’avérant morale ou utile :

l’entendement et la raison nous ont été donnés pour arrêter cette précipitation [et] de s’arrêter, d’ouvrir les yeux, de regarder autour de soi, et de pénétrer dans les conséquences de ce qu’on va faire autant que l’importance de la matière le requiert (Locke, Essai, II, 21, parag. 67).

  • 89 Burlamaqui utilise l’exemple du vol où il s’agirait de céder à la menace des voleurs plutôt que de (...)

53Inspiré de Locke, Jean-Jacques Burlamaqui soutient également que l’homme, par ses facultés – principalement sa raison –, détient cette capacité de suspendre son jugement, et ce malgré ce que la circonstance lui impose, par exemple en termes d’incertitude ou de danger. L’homme demeure libre dans ses choix. Même une situation face à laquelle il s’avère impuissant ne lui empêche pas de choisir le moindre de deux maux89. Ainsi, pourvu de la faculté de se diriger, l’homme se détermine dans l’existence, et ce même si au sein d’une réalité qu’il ne peut toutefois prédire et maîtriser.

  • 90 Revoir sa correspondance avec John Page en supra, n. 33.

54Encore jeune avocat, comme déjà souligné, Jefferson défend en cour les principes fondamentaux du libéralisme que sont, comme l’affirme Locke, la possibilité de pourvoir librement à sa personne par ses facultés et son travail (Locke, Two Treatises, T. II, parag. 44). Les lourdes incapacités civiles dont souffre l’esclave Samuel Howell n’empêchent pas Jefferson d’affirmer lors de sa défense : « under the law of nature, all men are born free (cité dans Egerton 74) » ; c’est-à-dire que : « every one [sic] comes into the world with a right to his own person » (cité dans Bernstein, 2003, 8). À la même occasion, il défend le principe que chacun a le droit d’utiliser sa personne, et donc son jugement, comme il l’entend (« at his own wil») : « This is what is called personal liberty, and is given him by the author of nature, because it is necessary for his own sustenance » (cité dans Gordon-Reed 100). Ce cas de 1770 est contemporain de sa compilation littéraire. La confiance est alors placée dans ce que la nature confère à l’individu pour se débrouiller dans l’existence, et non dans ce qu’elle lui fait vivre. Ainsi, en l’individu gît la possibilité même d’une autonomie en termes d’attitude et de choix au sein d’une réalité brutale. En termes d’attitude, et ce qui rejoint la capacité que possède l’individu d’être heureux dans l’adversité90, Jefferson a compilé un extrait pertinent tiré des Tusculanes de Cicéron :

for the man who is afraid of the inevitable cannot live with a soul at peace ; but the man who is without fear of death, not simply because it is unavoidable but also because it has no terrors for him, secures a valuable aid towards rendering life happy (Jefferson, LCB, parag. 72).

  • 91 Pour cette citation et l’épistémologie empirique de Jefferson, voir sa note infrapaginale commentan (...)
  • 92 Voir la note de Douglas Wilson pour Jefferson, LCB, parag. 84, 63-64.

55Étant capable de déterminer ses émotions et son jugement sur la base de l’évidence empirique, c’est-à-dire sur « a patient pursuit of facts, and cautious combination and comparison of them 91», ou, comme le soutient lord Bolingbroke dans un extrait compilé au milieu des années 1760 et tiré de ses Philosophical Works, à partir de ce que l’esprit « collects from the phaenomena [sic] of nature » (Jefferson, LCB, parag. 18), l’homme est également capable de déterminer son comportement et ses choix malgré l’adversité rencontrée. Il peut alors comprendre sa nature et ses possibilités, comme leurs limites, et se diriger conséquemment. Un extrait de L’Enéide de Virgile compilé par Jefferson beaucoup plus tard dans sa vie, alors même qu’il approche la mort92, reconnaît que l’individu puisse conserver le courage d’accepter une fortune qu’il ne peut toutefois empêcher, mais de laquelle il se croit quand même apte à triompher par son courage et sa vertu : « Whither the Fates, in their ebb and flow, draw us, let us follow [par notre impuissance] ; whatever befall, all fortune is to be o’ercome by bearing [par notre courage et notre vertu] » (Jefferson, LCB, parag. 84).

56Ce qui est véhiculé est la capacité qu’a l’homme de déterminer son action dans quelconque circonstance. Ce qui est reconnu est son autonomie et sa liberté. Il peut se déterminer à demeurer un agent libre et moral réfléchissant par lui-même pour se positionner dans l’existence malgré ce que lui font vivre la réalité ou les individus l’entourant. En ce sens, Jefferson lui-même demeure autonome face à toute influence externe. Ses positionnements demeurent libres et authentiques :

  • 93 Revoir sa lettre à Hopkinson en supra, n. 30. Jefferson utilise alors l’expression « free and moral (...)

I never submitted the whole system of my opinions to the creed of any party of men whatever in religion, in philosophy, in politics, or in any thing [sic] else where I was capable of thinking for myself93.

  • 94 Jefferson, Thomas, à Peter Carr, 19 août 1785 et 10 août 1787, ainsi que, à Martha Jefferson, 11 (...)

57L’individu peut alors affronter l’existence avec autonomie et ambition, parce qu’il sait qu’il en possède les capacités. Un extrait de Shakespeare compilé par Jefferson, tiré de Jules César, est particulièrement révélateur à ce sujet : « And I will set this Foot of mine as far, As who goes farthest » (Jefferson, LCB, parag. 272) ; et un extrait tiré d’Henry V : « But if it be a Sin to covet Honour, I am the most offending Soul alive » (Jefferson, LCB, parag. 275). Jefferson cherchera à communiquer et à implanter chez sa fille Martha et chez son neveu Peter Carr une telle conception d’un individu courageux et vertueux ; d’un qui est capable de se réfléchir et de s’évaluer pour ensuite se déterminer de manière à appréhender et à s’engager dans la réalité de façon autonome et morale94.

58La vision de l’homme chez Jefferson englobe ainsi les pôles de l’impuissance et de l’autonomie, mais précisément pour faire ressortir ce dont l’individu est de lui-même capable, et ce hormis la réalité ou la chance présentes. Ce sont sa nature et ses facultés qui définissent l’individu et ses possibilités. C’est ce qui ressort précisément de cette dialectique s’élaborant sur le rapport fatalité/agence. Dans son introduction aux Notes sur l’État de Virginie, Frank Shuffelton qualifie ainsi la pensée ou la posture de Jefferson : « dialectic rather than linear, playing over the complexity of his subjects in order to tease out a variety of meanings and possibilities of life » (Shuffelton xxi). Cette assertion peut se rapporter à la complexité de l’existence humaine ainsi qu’à ses possibilités et à ses limites. La réalité par rapport à laquelle l’homme est impuissant ne vient point déterminer ce qui peut le rendre autonome. Son impuissance ne vient donc pas déterminer sa qualité morale, soit celle d’être capable de déterminer son attitude et ses choix dans l’adversité et dans la fatalité. Cette dialectique s’élaborant autour des pôles impuissance/autonomie ou imposition/détermination définit ainsi l’espoir et l’optimisme de Jefferson. Certes, l’homme ne peut pas déterminer l’existence elle-même, mais il conserve la capacité de se déterminer en celle-ci ; c’est-à-dire, de demeurer un agent libre et moral capable d’opinion, de choix et de vertu, voire même, de bonheur.

  • 95 Nous entendons par ce terme une démocratie de masse qui n’est pas fondée sur une condition économiq (...)
  • 96 Jefferson, Thomas, à l’abbé Arnoux, 19 juillet 1789 (Jefferson, Founders Online, document non pagin (...)
  • 97 Voir l’excellente analyse de Fineberg, « From improbus to impius », 595-605.

59Dans la sphère institutionnelle, la posture séculariste et démocratique, voire même populiste95, de Jefferson, voulant que « it is best to have the people in all the three departments [législatif, exécutif et judiciaire] where that is possible 96», reflète également cet optimisme concernant la nature humaine et ses possibilités (Tanner et Collings 216). Un des extraits que Jefferson compile après 1773 est l’épitaphe du poète et homme d’État anglais, John Sheffield, duc de Buckingham. Jefferson va la reformuler dans un sens séculier, c’est-à-dire républicain et non proprement chrétien. Il y incorpore le concept romain de « piété » fondé sur l’idée du devoir sacré qu’a l’homme envers l’État et la société. L’élément de dévotion christique chez Buckingham est délaissé pour recentrer le propos sur ce dont l’homme, de lui-même, est capable97. L’individu peut donc passer de l’impuissance existentielle à la détermination de soi via ce qui est sien, principalement ses facultés. Le Dr. Edward Jenner, découvreur du vaccin contre la variole, illustre ce fait. L’impuissance que vit l’espèce humaine face à ce fléau est surmontée par les capacités humaines, ici scientifiques. L’homme, ainsi, se détermine à travers une fatalité qui semble sans issue. Jefferson écrit à Jenner en 1806 pour le féliciter :

  • 98 Jefferson, Thomas, à Dr. Edward Jenner, 14 mai 1806 (Jefferson, American History, document non pagi (...)

You have erased from the calendar of human afflictions one of its greatest. […] Future nations will know by history only that the loathsome small-pox has existed and by you has been extirpated98.

  • 99 Voir en supra, n.85 et 86. C’est nous qui traduisons.

60Pour Jefferson, l’espoir pour l’homme se fonde en sa nature, car il s’agit de ce qui perdure en lui. L’individu possède cette possibilité qui ne change pas. D’où, au-delà de la fatalité et du destin, l’homme est la source et la cause de sa réalisation. C’est ce qui donne de la dignité à son existence. Ce qui existe par et pour l’homme, conféré par la « nature et […] le dieu de la nature 99», est précisément ce qui n’est tributaire que de lui.

61Nous affirmons ainsi que le libéralisme jeffersonien se fonde sur la puissance naturelle que détient l’individu de demeurer autonome dans, et surtout malgré, l’existence. Cette possibilité au sein d’une fatalité est inhérente au contenu du LCB.

Conclusion : rapport impuissance/autonomie et libéralisme

  • 100 Jefferson, « Original Rough Draught », document non paginé.
  • 101 C’est en effet ce qu’il affirme à Thomas Cooper en 1814. Wilson, « Thomas Jefferson », 434.

62Thomas Jefferson vit à une époque tumultueuse pour l’Amérique. Les désaccords avec l’Angleterre débutent lorsqu’il est encore étudiant. Dans le premier paragraphe de son brouillon de la Déclaration d’Indépendance100, il déclare qu’il s’agit simplement d’un peuple qui prend possession de, et en ce sens, qui « assume », son indépendance pour répondre à son droit d’exister souverainement. Ainsi, à travers une réalité difficile et souvent imprévue, il est question de se déterminer. Ce fait constitue simplement une vérité sur l’existence humaine. C’est pour comprendre cette même existence et la nature de l’homme que le jeune Jefferson compile des textes101. Fondamentalement, il « entrevoit […] la réalité humaine empiriquement [car] il s’agit d’une réalité visible, sensible, rationnelle et vivante » (Bergeron, 2017, 499).

63Ce qu’il cherche à appréhender par la littérature, c’est précisément ce qui définit universellement l’homme dans l’existence. À travers les auteurs, les thèmes, les messages et les personnages, il s’agit de comprendre ce qui lui appartient en propre en et malgré celle-ci ; c’est-à-dire, ce qui y perdure. Par ce fait même, il s’agit d’appréhender ce qui crée et définit la valeur individuelle.

  • 102 Jefferson, Thomas, à Francis Hopkinson, 13 mars 1789 (Jefferson, Founders Online, document non pagi (...)
  • 103 Revoir la citation en supra, n. 2.

64Dans un rapport d’impuissance face à sa nature, comme sa mortalité, et relativement aux événements et aux individus, l’homme conserve la capacité de déterminer son attitude, ainsi que de poser des choix et d’émettre des actes. Certes, les résultats demeurent incertains, mais cette potentialité humaine existe toujours. Pour Jefferson, c’est en appliquant dans le réel ce qui lui est propre que l’homme détermine le sens et la valeur de son existence, comme l’Amérique détermine la sienne en se libérant d’une sujétion qu’elle n’a jamais d’elle-même choisie. Les résultats demeurent incertains, mais la potentialité de prendre position, c’est-à-dire, d’être un « agent libre et moral 102», perdure. Ce qui est à aborder, mais plus fondamentalement, ce que l’on peut aborder, c’est la réalité matérielle et sensible, celle présente ; c’est-à-dire, celle vécue et ressentie103. Car cette réalité existée se veut la seule en laquelle peut s’affirmer et porter effet ce qui demeure propre à l’homme : sa nature et ses facultés. Le futur demeure incertain et le passé n’est plus. Tout ce qui est possible est le présent ; il s’agit de soi-même, c’est-à-dire de ce qui, chez l’individu, ne change pas. Il s’agit de ce qui lui donne un statut moral au sein d’une réalité souvent chaotique et brutale.

65Jefferson a compilé très tôt (avant 1763) un extrait d’Aureng-Zebe du poète anglais John Dryden, communiquant que la vie amène toujours du nouveau, et c’est précisément ce qui nourrit l’espoir (Jefferson, LCB, parag. 292). Mais, encore une fois, pour Jefferson, ce n’est pas ce qui arrive qui définit et appartient proprement à l’individu, mais bien lui-même dans ce qui lui arrive, dans son existence. Voilà où gît l’espoir universel concernant l’homme, inscrit dans la pensée de cet apôtre des Lumières. Les extraits de son Literary Commonplace Book préparent, en ce sens, sa réflexion qui s’avérera cruciale pour la jeune Amérique et pour sa détermination. L’espoir y est placé dans l’humanité elle-même, fait véhiculé par la différenciation entre ce qui émerge des circonstances inévitables et ce qui émerge proprement d’une volonté en possession d’elle-même.

66Si, comme l’affirme Kierkegaard (Wilson, Introduction, 3), c’est en existant que se révèle, après-coup, le sens d’un individu, c’est bien en demeurant homme ‒ autonome et vertueux ‒ que ce dernier l’accomplit. C’est alors qu’il devient, par-delà les circonstances, digne de sa nature et de porter les droits constitutifs de son bonheur.

67Cette réalité toujours présente, le jeune Jefferson l’avait déjà comprise !

Top of page

Bibliography

Barrett, William. Irrational Man: A Study in Existential Philosophy. New York: Doubleday & Company, Inc., 1962.

Bergeron, David. Philosophy and Allotment: John Locke’s Influence on Henry L. Dawes. Suisse : Springer Nature, 2020.

Bergeron, David. « Thomas Jefferson et la réflexion sur l’Autochtone : conception d’une nature au fondement d’un projet humain ». Revue française de science politique 67:3 (juin 2017) : 497-519.

---. « Thomas Jefferson, la Nature et le droit à l’authenticité : l’exemple de la religion ». Journal of Interdisciplinary History of Ideas 10:20 (2021) : 1-42. https://www.ojs.unito.it/index.php/jihi/article/view/6072/5560, n.d. Consulté le 4 oct. 2022.

Bernstein, Richard B. Thomas Jefferson. New York: Oxford University Press, 2003.

---. Thomas Jefferson: the Revolution of Ideas. New York: Oxford University Press, 2004.

Brubaker, Stanley C. « Coming into One’s Own: John Locke’s Theory of Property, God, and Politics ». The Review of Politics 74 (2012): 207-232.

Burlamaqui, Jean-Jacques. Principes du droit naturel. New York : Georg Olms Verlag, 1984.

Burstein, Andrew. The Inner Jefferson. Portrait of a Grieving Optimist. Charlottesville: University Press of Virginia, 1995.

Egerton, Douglas R. « Race and Slavery in the Era of Jefferson ». Ed. Frank Shuffelton. The Cambridge companion to Thomas Jefferson. Cambridge: Cambridge University Press, 2009.

Engeman, Thomas S. [dir]. Thomas Jefferson and the Politics of Nature. Notre Dame: University of Notre Dame Press, 2000.

Fineberg, Stephen C. « From improbus to impius: Jefferson and Buckingham’s Epitaph ». Eighteenth-Century Studies 26:4 (été 1993): 595-605

Gordon-Reed, Annette. The Hemingses of Monticello: An American Family. New York: W.W. Norton & Company, 2008.

Gordon-Reed, Annette et Peter Onuf. « Most Blessed of the Patriarchs »: Thomas Jefferson and the Empire of the Imagination. New York: Liveright Publishing Corporation, 2016.

Hart, James. « Jefferson’s Commonplace Book ». VQR. A National Journal of Literature & Discussion 3:4 (automne 1927), document non paginé. https://www.vqronline.org/jeffersons-commonplace-book, n.d. Consulté le 4 oct. 2022.

Hayes, Kevin J. « How Thomas Jefferson Read the Qur’ān ». Early American Literature 39:2 (juin 2004): 247-261.

Helprin, Mark. « By Starlight Undiminished: How the American Landscape Shaped the Founding ». First Things: A Monthly Journal of Religion & Public Life 277 (novembre 2017): 35-40. https://www.firstthings.com/article/2017/11/by-starlight-undiminished, n.d. Consulté le 4 oct. 2022.

Holland, Matthew S. « “To Close the Circle of our Felicities”: Caritas and Jefferson’s First Inaugural ». The Review of Politics 66:2 (printemps 2004): 181-205.

Jefferson, Thomas. American History from Revolution to Reconstruction and beyond. The Letters of Thomas Jefferson (1743-1826). Document non paginé. http://www.let.rug.nl/usa/presidents/thomas-jefferson/letters-of-thomas-jefferson, n.d. Consulté le 4 oct. 2022.

---. Founders Online, National Archives. https://founders.archives.gov/, n.d. Consulté le 4 oct. 2022. Source: The Papers of Thomas Jefferson. Ed. Julian P. Boyd et al., Princeton, Princeton University Press, 1950.

---. Jefferson’s Literary Commonplace Book (LCB). Ed. Douglas L. Wilson. The Papers of Thomas Jefferson (Second Series) (ed. Charles T. Cullen). Princeton: Princeton University Press, 1989.

---. Notes on the State of Virginia. Toronto: Penguin Books, 1999.

---. Selected Works of Thomas Jefferson [et] Letters. Collection maintenue par Jon Roland de la Constitution Society, Liberty Library, document non paginé. https://constitution.org/1-History/Founders/tj/tj-chron.htm. Dernière mise à jour 4 oct. 2022. Consulté le 4 oct. 2022.

---. The Works of Thomas Jefferson. Ed. Paul Leicester Ford. New York: G. P. Putman’s Sons, The Knickerbocker Press, 1905.

---. The Writings of Thomas Jefferson. Ed. Albert E. Bergh. Washington: Thomas Jefferson Memorial Association, 1907.

Jenkins, Hugh. « Jefferson (Re) Reading Milton ». Milton Quarterly 32:1 (mars 1998) : 32-38.

Kimball, Marie. Jefferson: The Road to Glory 1743-1776. New York: Coward – McCann, Inc., 1943.

Locke, John. Essai philosophique concernant l’entendement humain. Trad. Pierre Coste. Paris : Librairie Générale Française, 2009.

---. Two Treatises of Government and A Letter Concerning Toleration. Stilwell: Digireads.com Publishing, 2005.

Lockridge, Kenneth A. On the Sources of Patriarchal Rage. The Commonplace Books of William Byrd and Thomas Jefferson and the Gendering of Power in the Eighteenth Century. New York: New York University Press, 1992.

Mayer, David N. The Constitutional Thought of Thomas Jefferson. Charlottesville: University Press of Virginia, 1994

McColley, Robert. « Reviewed Work: The Papers of Thomas Jefferson. Second Series. Jefferson’s Literary Commonplace Book. By Douglas Wilson ». The Journal of Southern History 57:1 (février 1991): 91-93.

McLaughlin, Jack. « Jefferson, Poe, and Ossian ». Eighteenth-Century Studies 26:4 (été 1993): 627-634.

Miller, Charles A. Jefferson and Nature: An Interpretation. Baltimore: The Johns Hopkins University Press, 1988.

Onuf, Peter S. The Mind of Thomas Jefferson. Charlottesville: University of Virginia Press, 2007.

Pascal, Blaise. Pensées. Paris : Garnier-Flammarion, 1976.

Peden, William. « Thomas Jefferson: The Man as Reflected in His Account Books ». VQR: A National Journal of Literature & Discussion 64:4 (automne 1998), document non paginé. https://www.vqronline.org/essay/thomas-jefferson-man-reflected-his-account-books. Consulté le 4 oct. 2022.

Richard, Carl J. « Reviewed Work(s): Jefferson’s Literary Commonplace Book by Douglas L. Wilson and Thomas Jefferson ». Journal of the Early Republic 9:4 (hiver 1989): 563-564.

Schulz, Constance B. « Review: Pondering Mr. Jefferson’s Documentary Legacy: An Essay Review ». The Register of the Kentucky Historical Society 92:1 (hiver 1994): 73-79.

Sheridan, Eugene R. Jefferson and Religion. Charlottesville: Thomas Jefferson Memorial Foundation, 1998.

Shuffelton, Frank. « Introduction ». In Jefferson, Thomas. Notes on the State of Virginia. Toronto: Penguin Books, 1999.

Tanner, John S. et Justin Collings. « How Adams and Jefferson Read Milton and Milton Read Them ». Milton Quarterly 40:3 (octobre 2006): 207-219.

Valsania, Maurizio. « ‘Our Original Barbarism’: Man vs. Nature in Thomas Jefferson’s Moral Experience ». Journal of the History of Ideas 65:4 (octobre 2004): 627-645.

Wilson, Douglas B. « Appendice B: A Descriptive Analysis of the Manuscript ». In Jefferson, Thomas. Jefferson’s Literary Commonplace Book. Ed. Douglas L. Wilson. The Papers of Thomas Jefferson (Second Series) (éd. Charles T. Cullen). Princeton: Princeton University Press, 1989.

---. « Introduction ». In Jefferson, Thomas. Jefferson’s Literary Commonplace Book. Ed. Douglas L. Wilson. The Papers of Thomas Jefferson (Second Series) (éd. Charles T. Cullen). Princeton: Princeton University Press, 1989.

---. « Preface ». In Jefferson, Thomas. Jefferson’s Literary Commonplace Book. Ed. Douglas L. Wilson. The Papers of Thomas Jefferson (Second Series) (éd. Charles T. Cullen). Princeton: Princeton University Press, 1989.

---. « Thomas Jefferson’s Early Notebooks ». The William and Mary Quarterly 42:4 (octobre 1985): 433-452.

Wulf, Naomi. « Biographie et histoire dans la jeune République ». Transatlantica [en ligne], 1 (2002), 1-10. PDF disponible en : https://journals.openedition.org/transatlantica/392. Consulté le 4 oct. 2022.

Top of page

Notes

1 Pour des études sur le concept de libéralisme, voir Jaume, Lucien, Les origines philosophiques du libéralisme (Paris : Editions Flammarion, 2010). Pour les principes du libéralisme américain à l’époque de Jefferson, consulter Richards, David A. J., Foundations of American Constitutionalism (New York : Oxford University Press, 1989). Enfin, pour une œuvre classique traitant des principes libéraux fondamentaux, voir Mill, John Stuart, De la liberté (Paris : Gallimard, 1990).

2 Jefferson, Thomas, à John Adams, 15 août 1820 (Jefferson, American History, document non paginé).

3 Douglas L. Wilson se réfère en ce sens au philosophe existentialiste Soren Kierkegaard.

4 Se référant en partie au LCB, voir McLaughlin.

5 Voir ces éléments chez Locke, Two Treatises, entre autres T. II, parag. 6, 14, 44 et 57.

6 Etat que nous pouvons certes rattacher à celui d’« inquiétude » chez Locke (Essai, T. II, 21, particulièrement parag. 29-37).

7 Voir cette idée chez Onuf (6).

8 Revoir le premier paragraphe de l’article et la note 1, ainsi que Locke, Two Treatises, T. II, particulièrement parag. 6, 14, 44, 57 et 241.

9 Pour la nature commune de cette pratique en Virginie à l’époque de Jefferson, voir Lockridge, 90-91.

10 Le processus de compilation, qui puise dans un bagage culturel commun, n’est donc pas désancré de la biographie individuelle. En ce sens, l’individu, par sa vie et sa compilation, reflète son contexte historique et culturel avec ses référents communs. Pour le rapport entre la biographie et la contextualité historique et culturelle, voir Wulf, 20-36.

11 Voir Wilson, « Preface », xi.

12 Un premier essai pour une telle datation avait été effectué par Marie Kimball dans sa biographie du jeune Jefferson, intitulée Jefferson : The Road to Glory 1743-1776. New York : Coward – McCann, Inc., 1943. Wilson, « Introduction », 7.

13 Voir l’ensemble de Jefferson, LCB.

14 Wilson émet même la possibilité, sur la base de la main d’écriture, que Peter Jefferson, le père de Thomas, ait compilé les premiers extraits du LCB d’Horace et d’Ovide.

15 Voir en ce sens les paroles de James Maury à son fils.

16 Jefferson, Thomas, à Thomas Turpin, 5 février 1769 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

17 Jefferson, Thomas, à Thomas Turpin, 5 février 1769 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

18 Propos rapportés dans Jefferson, Thomas, à John Minor, 30 août 1814 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

19 Voir généralement sur ce thème Wilson, « Thomas Jefferson ».

20 Les deux citations respectivement en Wilson, « Introduction », 15-16 et 15.

21 Jefferson, Thomas, à Robert Skipwith, 3 août 1771 (Jefferson, Founders Online document non paginé).

22 Revoir les propos de Wilson, « Introduction », 5.

23 Voir sur ces points Wilson, « Introduction », 19-20.

24 Pour cette idée, consulter Hart.

25 Pour la datation des extraits, Wilson, « Appendice D », dans Jefferson, LCB, 227-229.

26 Jefferson, Thomas, à William Smith, 13 novembre 1787 (Jefferson, Selected Works, document non paginé).

27 Contrairement à ce que soutiennent Peter Onuf et Annette Gordon-Reed, Jefferson ne demande pas de permission à Harvey. Il fait lui-même le choix. Au plus, Jefferson demande à Harvey son « opinion ». Voir Gordon-Reed et Onuf 31.

28 Jefferson, Thomas, à John Harvey, 14 janvier 1760 (Jefferson, Works, vol. V, 433-434).

29 Jefferson, Thomas, à Thomas Cooper, 10 février 1814 (Jefferson, Founders Online, document non paginé). La quête de connaissance et de vérité que mène Jefferson, qui a pour objet tant la Nature que sa loi, le mène assez tôt à questionner des coutumes et des faits qui sont pris pour acquis. Par exemple, il compile des extraits d’Hérodote dans le but de résoudre des erreurs religieuses et historiques, comme la prétention que la circoncision ne serait proprement qu’une pratique juive (Hayes 247-248). Sur cette autonomie intellectuelle, qui est une forme de défiance, consulter Bernstein, Thomas Jefferson, 2003, 9.

30 Pour la liberté dans la détermination de soi, voir Jefferson, Thomas, à Francis Hopkinson, 13 mars 1789, in Jefferson, Founders Online, document non paginé.

31 Pour le rapport entre la figure de Satan chez Milton et l’authenticité, l’affirmation, la liberté et la défiance chez Jefferson, voir Tanner et Collings 207-211 et 216.

32 Consulter généralement Wilson, « Introduction ».

33 Jefferson, Thomas, à John Page, 15 juillet 1763 (Jefferson, Writings, vol. IV, 10).

34 Jefferson, Thomas, à John Page, 25 décembre 1762 (Jefferson, Writings, vol. IV, 4).

35 Jefferson, Thomas, à John Page, 20 janvier 1763 (Jefferson, Writings, vol. IV, 6).

36 Jefferson, Thomas, à John Page, 25 décembre 1762 (Jefferson, Writings, vol. IV, 1). Sur les difficultés relationnelles avec sa mère, voir Lockridge 57-90.

37 Ici face à l’expérience de la tyrannie anglaise. Voir Helprin 35-36.

38 Voir les propos de Jefferson sur sa vie et concernant le thème de l’affirmation face à l’Angleterre, dans Jefferson, Thomas. « Autobiography », in Jefferson, Writings, vol. I, 5-7.

39 Les extraits des auteurs cités sont compilés dans le LCB. Pour chaque extrait cité intégralement ou partiellement, nous nous référons au numéro de paragraphe correspondant dans la compilation. La source primaire compilée est toujours spécifiée sous l’extrait.

40 Pour l’idée que la littérature homérique incarne chez Jefferson le sauvage et le primitif, voir Miller 108-109.

41 Jefferson, Thomas, à Peyton Randolph, 23 juillet 1770 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

42 Voir cet extrait des Odes d’Horace, dans Jefferson, LCB, parag. 171. Les traductions du latin et du grec sont tirées des notes infrapaginales du LCB correspondant au numéro de chaque paragraphe cité.

43 Jefferson, à John Page, 20 janvier 1763 (Jefferson, Founders Online, document non paginé). C’est nous qui soulignons. Sur cette croyance en une mort imminente, voir également Jefferson, Thomas, à William Fleming, ca. octobre 1763 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

44 À ce sujet, Jefferson fait référence à l’épisode d’une apparente noyade suivie d’une réanimation. Jefferson, Thomas, à [auteur inconnu], 26 juillet 1764 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

45 Voir de même parag. 15-16.

46 Jefferson, Thomas, à John Page, 15 juillet 1763 (Jefferson, Writings, vol. IV, 10).

47 D’autres extraits pertinents : parag. 202, 218, 327 et 332.

48 Jefferson, Thomas, à John Page, 15 juillet 1763 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

49 Jefferson, Thomas, à John Page, 25 décembre 1762 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

50 Se référant alors au futur site de Monticello. Pour les deux citations, voir Jefferson, Thomas, à James Ogilvie, 20 février 1771 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

51 Voir Shakespeare, Coriolan, dans Jefferson, LCB, parag. 277.

52 Jefferson, à John Page, 15 juillet 1763 (Jefferson, Writings, vol. IV, 10).

53 Également, Tanner et Collings, 207. Comme Satan « prend position » face à sa situation d’infériorité, c’est-à-dire, par extension, face au pouvoir ultime de Dieu, Jefferson, par ses compilations, prend lui-même position face au matriarcat de sa mère suite à la mort de son père en 1757. Voir sur ce point Lockridge, particulièrement 63 et 70-71. Sur le thème de la défiance et de la rébellion chez Jefferson et dans le LCB, consulter Wilson, « Introduction », 18.

54 Jefferson, Thomas, à Martha Jefferson, 11 décembre 1783 (Jefferson, American History, document non paginé).

55 Revoir Locke, Two Treatises, T. II, parag. 44 et 57.

56 Nous reviendrons de façon plus détaillée sur ce cas et les propos émis par Jefferson.

57 Jefferson, Thomas, à Peyton Randolph, 23 juillet 1770 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

58 Les deux citations in Jefferson, Thomas, à Miles King, 26 septembre 1814 (Jefferson, Writings, vol. XIV, 197).

59 Pour la notion d’autodétermination, voir Valsania, 635.

60 Jefferson, Thomas, à John Page, 15 juillet 1763 (Jefferson, Writings, vol. IV, 10).

61 Nous reviendrons sur le thème du bonheur dans la prochaine section abordant le libéralisme de Jefferson. Revoir toutefois la citation en supra, n. 33.

62 C’est nous qui soulignons.

63 La moralité, produit des dispositions et des facultés, s’élabore toujours dans un rapport avec autrui. Voir Jefferson, Thomas, à Thomas Law, Esq., 13 juin 1814 (Jefferson, Writings, vol. XIV, 140, et généralement 138-144) ; pour la raison en tant que faculté morale ou « conscience », voir également la lettre à Miles King citée en supra, n. 58, 197-198.

64 Jefferson, Thomas, à Isaac Zane, ca 1773-1778 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

65 Voir la référence précédente.

66 Revoir en supra, n. 42-43.

67 Jefferson, Thomas, à John Adams, 1er août 1816 (Jefferson, Writings, vol. XV, 57).

68 Jefferson, Thomas, à Dr. Benjamin Waterhouse, 8 janvier 1825 (Jefferson, Works, vol. XII, 399).

69 Jefferson, Thomas, à Martha Jefferson, 11 décembre 1783 (Jefferson, American History, document non paginé).

70 Sur le thème du contrôle des émotions par la raison chez Jefferson, voir McLaughlin, 627-628. Sur la monotonie d’une existence passée au gré des sensations, voir Night-Thoughts du poète anglais Edward Young, dans Jefferson, LCB, parag. 256. Le titre complet est : The Complaint ; or Night-Thoughts on Life, Death, and Immortality.

71 Revoir, entre autres, sa lettre à Miles King en supra, n. 58, 197-198.

72 Revoir sur ce point le début de l’introduction.

73 Jefferson, Thomas, à Francis Hopkinson, 13 mars 1789 (Jefferson, Founders Online, document non paginé). C’est nous qui traduisons.

74 Sur le thème du présent comme seule réalité ou possibilité, voir Jefferson, Thomas, à James Madison, 6 septembre 1789 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

75 Thomas Jefferson, « III. Jefferson’s “Original Rough Draught” of the Declaration of Independence, 11 June – 4 July 1776 », dans Jefferson, Founders Online, document non paginé.

76 Voir la lettre à James Madison en supra, n. 74. C’est nous qui soulignons.

77 Nous reviendrons sur le thème du temps dans la prochaine section, lequel nous concevons fondamental et inhérent au libéralisme de Jefferson.

78 Voir Jefferson, LCB, parag. 265, particulièrement concernant l’incertitude rattachée au futur.

79 Jefferson, « Original Rough Draught of the Declaration of Independence » (1776), dans Jefferson, Selected Works, document non paginé.

80 Pour cette idée chez John Locke, voir généralement Brubaker.

81 Dans la lettre de Jefferson, cette partie du texte est après celle qui la suit dans notre citation.

82 Jefferson, Thomas, à John Adams, 15 août 1820 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

83 Pour cette idée, consulter Locke, Two Treatises, T. II, parag. 44.

84 Pour l’intérêt pour Ossian et sa compilation dans le LCB, 630. Pour la raison, revoir la lettre à Miles King en supra, n. 58, 197-198.

85 Pour ces principes, voir Jefferson, « Original Rough Draught », document non paginé. Pour l’adéquation entre « loi naturelle » et « raison », consulter Locke, Two Treatises, T. II, parag. 6.

86 Sur le sens moral, dont l’influence philosophique première est lord Kames, voir Jefferson, Thomas, à Thomas Law, Esq., 13 juin 1814 (Jefferson, Writings, vol. XIV, 138-144).

87 Revoir la lettre à Hopkinson en supra, n. 30. C’est nous qui traduisons.

88 Jefferson, Thomas, à George Ticknor, 25 novembre 1817 (Jefferson, Founders Online, document non paginé). C’est nous qui ajoutons le gras. Pour le principe du jugement autonome, consulter Locke, Two Treatises, T. II, parag. 241.

89 Burlamaqui utilise l’exemple du vol où il s’agirait de céder à la menace des voleurs plutôt que de mourir (Burlamaqui, vol. I, II, parag. IX-XI).

90 Revoir sa correspondance avec John Page en supra, n. 33.

91 Pour cette citation et l’épistémologie empirique de Jefferson, voir sa note infrapaginale commentant les assertions de l’Abbé Raynal sur l’Amérique du Sud, dans Jefferson, Thomas. Notes, Q. vi, 71.

92 Voir la note de Douglas Wilson pour Jefferson, LCB, parag. 84, 63-64.

93 Revoir sa lettre à Hopkinson en supra, n. 30. Jefferson utilise alors l’expression « free and moral agent ».

94 Jefferson, Thomas, à Peter Carr, 19 août 1785 et 10 août 1787, ainsi que, à Martha Jefferson, 11 décembre 1783 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

95 Nous entendons par ce terme une démocratie de masse qui n’est pas fondée sur une condition économique, ou du moins minimalement. Une maximisation de la participation citoyenne est visée. Consulter Jefferson, Notes, Q.xiv, 155. Pour cette influence de Jefferson dans la culture politique américaine, voir Bergeron, Philosophy and Allotment, 2 et 16.

96 Jefferson, Thomas, à l’abbé Arnoux, 19 juillet 1789 (Jefferson, Founders Online, document non paginé).

97 Voir l’excellente analyse de Fineberg, « From improbus to impius », 595-605.

98 Jefferson, Thomas, à Dr. Edward Jenner, 14 mai 1806 (Jefferson, American History, document non paginé).

99 Voir en supra, n.85 et 86. C’est nous qui traduisons.

100 Jefferson, « Original Rough Draught », document non paginé.

101 C’est en effet ce qu’il affirme à Thomas Cooper en 1814. Wilson, « Thomas Jefferson », 434.

102 Jefferson, Thomas, à Francis Hopkinson, 13 mars 1789 (Jefferson, Founders Online, document non paginé). C’est nous qui traduisons.

103 Revoir la citation en supra, n. 2.

Top of page

References

Electronic reference

David Bergeron, “Thomas Jefferson et ses choix littéraires : de l’existentialisme au libéralisme”Miranda [Online], 26 | 2022, Online since 20 October 2022, connection on 08 February 2023. URL: http://journals.openedition.org/miranda/47739; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.47739

Top of page

About the author

David Bergeron

Chercheur et chargé de cours
Université de Moncton
davidbergeron9@hotmail.com

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search