Skip to navigation – Site map

HomeIssues26Ariel's CornerMusic, danceInterview de la danseuse Laura d’...

Ariel's Corner
Music, dance

Interview de la danseuse Laura d’Haeseleer à propos de sa variation sur le poème "Dreamlessly" (Charles Bukowkski) et la musique "On the Nature of Daylight" (Max Richter) – Nérac, Espace d’Albret, 2 juillet 2022

Nathalie Vincent-Arnaud

Full text

1Laura d’Haeseleer est une jeune danseuse qui a fait ses classes au VM Ballet de Toulouse,1 pépinière de danseurs talentueux voués à des carrières internationales. Elle a remporté le Grand Prix de la province lors du prestigieux Prix des Hivernales de Liège2 en 2022. Elle a été invitée par Hélène Darroman, professeur de danse et chorégraphe à l’École de Danse Albret Communauté, à participer à un gala de danse contemporaine en juillet 2022 à l’Espace d’Albret de Nérac. Elle y a présenté une chorégraphie sur le poème « Dreamlessly » de Charles Bukowski et la musique de Max Richter intitulée « On the Nature of Daylight », 3extraite de son album The Blue Notebooks (2004) dont le caractère tout à la fois néo-classique et minimaliste constitue la signature désormais célèbre du compositeur. Le clair-obscur dans lequel évolue la chorégraphie, la fluidité des enchaînements jalonnée de quelques ruptures de tempo, sont au diapason de ce minimalisme générateur de climats émotionnels particulièrement intenses.

Nathalie Vincent-Arnaud : Pourriez-vous vous présenter en évoquant votre formation et votre début de carrière ?

Laura d'Haeseleer : Je m’appelle Laura, j’ai 18 ans et je suis belge. J’ai commencé la danse dans une école amateur près de chez moi avant de partir, à 15 ans, dans une école de formation professionnelle de danse à Anvers. Après une année passée là-bas, j’ai décidé d’intégrer le VM Ballet de Toulouse pendant 2 ans. Je commence cette année dans une compagnie junior à Pau « Elephant In The Black Box Junior Company » qui m’aidera à me former au mieux, pour plus tard intégrer une compagnie.

NVA : Quels sont les chorégraphes contemporains que vous affectionnez particulièrement et qui vous inspirent ?

LH : J’admire énormément le travail des grands chorégraphes Ohad Naharin et Juliano Nunes. Mais je suis également inspirée au quotidien par mes amis danseurs tels que Matteo Rotiel avec qui j’avais en effet présenté un duo que nous avions composé ensemble.

NVA : La variation présentée lors du gala de danse contemporaine à l’Espace d’Albret de Nérac (organisé par Hélène Darroman) était-elle celle qui vous a valu le Grand Prix de la province au Prix des Hivernales de Liège ?4 Si oui, qu’est-ce qui, selon vous ou d’après les retours que vous avez eus, a pu faire la différence et séduire particulièrement le jury ?

LH : Oui, la variation que j’ai présentée à Nérac est bel et bien la même que celle que j’ai dansée au concours des Hivernales. J’espère, et je pense, que ce qui a plu au jury est peut-être l’émotion que j’ai tenté de prioriser et de transmettre avec justesse à travers ma chorégraphie. 

NVA : Qu’est-ce qui a motivé le choix de cette musique et de ce poème en particulier, et leur association ?

LH : J’ai toujours été très inspirée et émue par les musiques de Max Richter et j’ai souvent tenté de petites créations personnelles sur ces morceaux. « On the Nature of Daylight » a été un coup de cœur. Je trouve cette musique envoûtante et remplie de nostalgie, c'est un réel envol vers la créativité. En ce qui concerne les poèmes de Charles Bukowski, ils représentent une vraie passion pour moi, j’adore sa manière de constater les choses et de penser la vie. Il est certes très mélancolique et véhicule une vision triste mais j’ai toujours été très touchée par ses textes.

NVA : Comment avez-vous approché cette création ? Un langage et une trajectoire spécifiques se sont-ils imposés d’emblée ou la démarche a-t-elle été beaucoup plus progressive ?

LH : Ma création s’est faite très progressivement. J’ai commencé par de l’improvisation pour voir ce qu’il me venait sur cette association musique et poème, et après cela j’ai procédé à une mise en ordre et un accord de mouvements avec ce qui me semblait cohérent à raconter.

NVA : Le poème de Bukowski évoque, dans une tonalité très sombre qui lui est habituelle, le figement, l’arrêt, une sorte d’entrée dans la mort. J’ai vu dans votre chorégraphie quelque chose qui est à la fois l’écho de tout cela mais aussi d’une forme de résistance à ce qui est évoqué dans le poème. Qu’en pensez-vous ?

LH : Chorégraphiquement parlant, j'ai en effet, de temps à autre, soutenu ses propos en les illustrant directement mais j’ai également tenté de les dissocier afin de montrer qu’à l’encontre de la violence vient la sensibilité.

NVA : Il y a également dans ce poème une grande violence imaginaire. Comment votre chorégraphie intègre-t-elle cette violence ?

LH : Bien que je retrouve dans ce poème une violence mentale, je le trouve certainement encore plus mélancolique. Ma chorégraphie quant à elle ne présente pas de moment violent. L’unique violence que j’exprime durant le moment sur scène est d'ordre mental.

NVA : La musique de Max Richter s’inscrit dans un certain minimalisme, autant par son intensité que par son évolution mélodique ou harmonique très subtile. Quel est le rapport de la chorégraphie avec cette musique ?

LH : Cette musique vient selon moi soutenir la pureté et la profondeur du poème de Bukowski. Elle croît et décroît en fonction des paroles et porte le poème dans une atmosphère de réflexion.

NVA : Ce morceau, « On the Nature of Daylight », a souvent été utilisé dans un cadre cinématographique (je pense à Shutter Island notamment). Certaines images ou atmosphères liées à des films ont-elles pu avoir une certaine résonance sur votre création ?

LH : Non pas du tout, je me suis principalement concentrée sur les propos de Bukowski. Cette musique a toujours eu une valeur sentimentale à mes yeux qu'il était évident pour moi d'associer à ce poème.

NVA : Y a-t-il d’autres poèmes ou œuvres de Bukowski ou d’autres musiques de Richter que vous pourriez utiliser à l’avenir ? Ou bien, plus généralement, pensez-vous à des musiques ou à des œuvres littéraires qui pourraient particulièrement vous inspirer ?

LH : Oui, j'admire tout autant le travail de Max Richter que celui de Charles Bukowski et je n’hésiterai pas à me servir de leurs œuvres pour une prochaine création !

Figure 1

Figure 1

Laura d’Haeseleer dans « Dreamlessly »

Crédits : Xavier Pironet

Figure 2

Figure 2

Laura d’Haeseleer dans « Dreamlessly »

Crédits : Xavier Pironet

Figure 3

Figure 3

Laura d’Haeseleer dans « Dreamlessly »

Crédits : Xavier Pironet

Top of page

Notes

1 https://vmballet.com/, consulté le 26 septembre 2022.

2 https://www.leshivernales.be/, consulté le 26 septembre 2022.

3 https://www.youtube.com/watch?v=b_YHE4Sx-08, consulté le 20 septembre 2022.

4 https://m.facebook.com/leshivernalesdeladanse/photos/a.686911384715960/7145287092211658/, consulté le 20 septembre 2022. Voir également le site du Prix des Hivernales : https://www.prixdeshivernales.be/

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1
Caption Laura d’Haeseleer dans « Dreamlessly »
Credits Crédits : Xavier Pironet
URL http://journals.openedition.org/miranda/docannexe/image/48337/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Figure 2
Caption Laura d’Haeseleer dans « Dreamlessly »
Credits Crédits : Xavier Pironet
URL http://journals.openedition.org/miranda/docannexe/image/48337/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Figure 3
Caption Laura d’Haeseleer dans « Dreamlessly »
Credits Crédits : Xavier Pironet
URL http://journals.openedition.org/miranda/docannexe/image/48337/img-3.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Top of page

References

Electronic reference

Nathalie Vincent-Arnaud, “Interview de la danseuse Laura d’Haeseleer à propos de sa variation sur le poème "Dreamlessly" (Charles Bukowkski) et la musique "On the Nature of Daylight" (Max Richter) – Nérac, Espace d’Albret, 2 juillet 2022”Miranda [Online], 26 | 2022, Online since 21 October 2022, connection on 07 February 2023. URL: http://journals.openedition.org/miranda/48337; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.48337

Top of page

About the author

Nathalie Vincent-Arnaud

Professeur
Université Toulouse-Jean Jaurès
nathalie.vincent-arnaud@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search