Skip to navigation – Site map

HomeIssues26Ariel's CornerFilm, TV, Video« Repenser les disciplines à trav...

Ariel's Corner
Film, TV, Video

« Repenser les disciplines à travers les séries télévisées. Perspectives épistémologiques »

Compte-rendu du colloque organisé par Monica Michlin, Sandrine Sorlin, Claire Cornillon et Sarah Hatchuel, Université Paul Valéry Montpellier 3, 7-8 avril 2022
Joséphine Sourgnes

Full text

1Organisé par Claire Cornillon, Sarah Hatchuel, Monica Michlin et Sandrine Sorlin, le colloque « Repenser les disciplines à travers les séries télévisées. Perspectives épistémologiques » s’est déroulé à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, les 7 et 8 avril 2022. Ce colloque, issu d’une collaboration entre les équipes de recherche EMMA et RIRRA21, s’inscrit dans le cadre du projet GUEST-Occitanie et avait pour but d’interroger le rapport entre les disciplines scientifiques, qui, de plus en plus, s’intéressent aux séries télévisées, et les objets sériels qui, à leur tour, permettent de repenser les disciplines. Des enregistrements du colloque sont disponibles sur la chaîne YouTube de GUEST-Occitanie.

2Le colloque a été ouvert par la conférence plénière de Monika Bednarek (University of Sydney). Celle-ci a retracé son parcours de chercheuse en montrant comment, à chaque étape, sa méthode d’étude des séries télévisées sous l’angle de la linguistique de corpus a évolué pour prendre en compte de plus en plus d’aspects de l’objet sériel qui, par sa multimodalité, mène naturellement à une approche interdisciplinaire. Elle a notamment abordé son intérêt pour les processus de recirculation d’images, de répliques et d’éléments narratifs d’une série au sein des communautés de fans. Ses travaux actuels se concentrent sur les dialectes marginalisés, particulièrement l’anglais aborigène, et leur représentation dans les séries australiennes. Elle a conclu son intervention en énumérant plusieurs difficultés propres à son approche : la complexité d’utiliser des corpus qui font l’objet de copyrights, la nécessité de faire appel à d’autres méthodes et disciplines complémentaires, l’importance de distinguer le dialogue scripté des séries du discours spontané, et enfin, la rapidité à laquelle un corpus sériel peut devenir démodé et donc obsolète. Ce dernier point a suscité le débat car Monika Bednarek a suggéré l’étude d’œuvres canoniques comme solution à ce problème. Plusieurs membres de l’auditoire se sont donc inquiétés, soulignant que le rôle des chercheurs n’était pas de renforcer un canon préformé, mais au contraire de le remettre en question ou de l’étendre en portant leur attention sur des œuvres ignorées ou oubliées par le grand public. Monika Bednarek a donc clarifié sa position, expliquant qu’il ne s’agissait pas de limiter son analyse aux œuvres canoniques, mais de les utiliser pour constituer un corpus représentatif du langage sériel de la période étudiée afin d’établir une norme à laquelle d’autres œuvres, y compris méconnues, peuvent être comparées.

3Le premier panel, « Séries et linguistique », ainsi lancé, la matinée s’est poursuivie avec Cécile Viollain (Université Paris-Nanterre) qui a abordé la place des séries dans l’étude des accents et des dialectes. Elle a souligné que, loin d’être dicté seulement par un souci de fidélité historique, le choix d’un accent dans une série est en réalité lourd de présupposés culturels, qui sont utiles à des fins de caractérisation mais relèvent souvent du stéréotype. En retour, l’utilisation d’accents et de dialectes dans les séries influence leur perception par le public si bien que, par exemple, le RP English a perdu de son prestige auprès des jeunes Britanniques, au profit du General American.

4Sandrine Sorlin (Université Paul Valéry Montpellier 3) a mis en avant l’apport précieux des séries pour l’analyse pragmatique. En effet, elles permettent d’étudier des phénomènes qui, par nature, demeurent cachés dans la communication ordinaire, comme la manipulation. Les séries de science-fiction étendent également le champ des possibles en linguistique. Ainsi, la série Humans (AMC, 2015-2018) met en scène les interactions entre humains et « synths », des androïdes dont le langage dépend entièrement d’un programme qui ne leur donne pas accès à l’implicite. Par cette absence, la série dessine en creux le rôle crucial de l’intersubjectivité sans laquelle tout échange se solde par un échec de communication. Sandrine Sorlin y voit le signe de la nécessité d’une approche « enactive » qui, en s’intéressant au langage incarné, étudie la communication non seulement à travers, mais également au-delà des mots.

5Dans le panel suivant, « Séries et études culturelles », Hélène Machinal (Université de Bretagne Occidentale) s’est elle aussi penchée sur les séries de science-fiction en montrant comment, à chaque changement de paradigme scientifique, à chaque nouvelle étape de notre appréhension du monde, la fiction a connu une évolution parallèle exprimant les peurs, fantasmes et débats de son époque. Ainsi, la science-fiction, tiraillée entre un mouvement d’expansion vers de nouveaux horizons et un repli sur soi face à une altérité anxiogène, nous propose de nombreuses figures du post-humain qui interrogent notre rapport à la réalité, au temps et à notre propre identité. Hélène Machinal voit également dans la fiction post-humaine le symptôme d’un changement de régime d’historicité, un passage du présentisme au régime d’urgence où, face à sa fin prochaine, la société humaine, forcée de remettre en question sa logique productiviste, doit imaginer un après.

6Après cette plongée dans les futurs possibles, Charles Joseph (Université du Mans) nous a invités à nous intéresser au processus par lequel les événements passés sont changés en histoire – processus qui est au cœur de la série d’anthologie American Crime Stories (FX, 2016-). En effet, chaque saison s’intéresse à une affaire hautement médiatisée qui a marqué l’imaginaire collectif : le procès d’O. J. Simpson, l’assassinat de Gianni Versace, et les scandales sexuels qui ont entaché la présidence de Bill Clinton. Si toute la série est ancrée dans la culture états-unienne des années 90, saturée de média, chaque saison interroge l’historiographie par un rapport différent à l’archive qui est surabondante pour le procès Simpson, morcelée pour l’assassinat de Versace et si intime qu’elle en devient intrusive pour la liaison entre Clinton et Monica Lewinsky. La série adopte ainsi une vision stéréoscopique qui confronte le spectateur à la fois à l’événement lui-même et à son traitement médiatique, ce qui lui offre une distance critique depuis laquelle il peut réévaluer une histoire qu’il croyait connaître. Les échanges avec la salle ont permis de souligner une démarche parallèle dans le traitement de la figure de la princesse Diana par la série The Crown (Netflix, 2016-).

7Emmanuelle Delanoë-Brun (Université de Paris) a poursuivi cette réflexion sur les séries et leur rapport à l’histoire par l’exemple de Sleepy Hollow (Fox, 2013-17), qui met en scène la confrontation de deux époques à travers le voyageur temporel Ichabod Crane, combattant de la guerre d’indépendance revenu à la vie de nos jours. Par son regard sur les États-Unis contemporains, Crane révèle combien ils se sont éloignés de leurs idéaux fondateurs. Il s’indigne de voir l’histoire du pays, qui est pour lui son présent d’origine, à la fois muséifiée et méconnue. Pourtant, cette série fantastique réécrit les grands conflits historiques en complots démoniaques et ne cherche donc pas à corriger le grand récit national, mais plutôt à s’en moquer, à souligner son artificialité et à proposer à la place des récits marginaux et pluriels qui dépoussièrent l’histoire en établissant un dialogue entre passé et présent.

8La première journée du colloque a été conclue par la conférence plénière d’Ariane Hudelet (Université de Paris) qui a proposé une réflexion très riche sur les rapports entre études télévisuelles et cinématographiques, pensées comme des disciplines séparées en France (notamment par le CNU qui possède des sections distinctes pour ces deux domaines) mais connexes aux États-Unis et ce, dès les années 1940, lorsque l’université UCLA fonde The School of Theater, Film, and Television. Néanmoins, des deux côtés de l’Atlantique, les relations entre télévision et cinéma demeurent souvent chargées d’antagonisme, l’une étant conçue tantôt comme la mort et tantôt comme l’avenir de l’autre, deux modalités qui suggèrent un remplacement plutôt qu’une cohabitation. Ariane Hudelet a souligné qu’en réalité, cinéma comme télévision ne sont plus visionnés dans leur format d’origine (une tendance encore accentuée par la crise du Covid), au point que nous serions entrés dans une ère à la fois du post-cinéma et de la post-télévision. Pourtant, loin d’être tombés en obsolescence, ces deux médias ont plutôt été étendus et enrichis par de nouvelles modalités. Pour dépasser les logiques concurrentielles, Ariane Hudelet propose de réfléchir à la façon dont les séries et les films se retrouvent côte à côte au sein de notre nouveau système médiatique, tourbillon saturé d’images en flux constant, auquel ils tentent de résister en gardant un lien avec le réel.

9Le premier panel de la deuxième journée, « Séries et transmission des savoirs », a été ouvert par Benjamin Campion (Université Paul Valéry Montpellier 3) qui, dans la continuité d’Ariane Hudelet, s’est interrogé sur les rapports entre études télévisuelles et cinématographiques, et a montré comment, en pratique, ces deux champs peuvent s’enrichir mutuellement. Aussi, il a livré à l’assemblée les résultats d’une analyse de séquence de la série Mr. Robot (USA, 2015-19) réalisée par ses étudiants, démontrant ainsi que les séries « parlent » le langage du cinéma. Il a souligné que, parmi les distinctions que l’on cherche à établir entre films et séries (structure, temporalité, statut du réalisateur, etc.), la plupart relève de généralisations trompeuses qui pensent la série comme un format homogène alors qu’au contraire, c’est la variété que permet le sériel qui fait toute sa richesse. Enfin, Benjamin Campion a proposé trois modalités selon lesquelles la série peut réinventer, plutôt que remplacer, le cinéma : l’extension (le showrunner et son équipe peuvent déployer leur œuvre dans un temps plus long et plus modulable), l’accomplissement (le showrunner et son équipe peuvent employer les mêmes outils stylistiques qu’au cinéma mais en les poussant à l’extrême afin d’accomplir leur vision artistique sans concession) et la réinvention (le showrunner et son équipe peuvent s’essayer à de nouvelles formes et innover).

10Marie Potvain (Université de Paris et Cité du Genre) a ensuite retracé l’évolution de ses travaux de thèse qui s’intéressent aux séries télévisées comme outils d’éducation sexuelle pour les jeunes. Elle a exposé la richesse, mais aussi les tensions générées par son triple ancrage disciplinaire qui combine santé publique, anthropologie et culture visuelle. Son questionnement, d’abord axé sur les critères qui pourraient faire d’une série un outil valide, s’est recentré sur les jeunes eux-mêmes, à la rencontre desquels elle est allée, à travers des entretiens ainsi que des séances d’observation participante, afin de cerner leurs interrogations, leurs inquiétudes et leurs besoins. Si les séries ne peuvent pas, à elles seules, répondre à ces attentes, elles sont par contre des supports qui passionnent les jeunes, permettent d’amorcer le dialogue avec eux et même de favoriser chez eux une réflexion critique quant aux médias qu’ils consomment. Rebondissant sur les propos d’Ariane Hudelet, qui expliquait que les séries, n’ayant pas leur discipline propre, se développent dans les interstices disciplinaires, Marie Potvain a ajouté que ce développement n’était pas seulement disruptif, à la façon d’une mauvaise herbe qui abîme la chaussée, mais également restauratif car, dans ses recherches, les séries étaient un véritable liant qui facilite un dialogue plus harmonieux entre des disciplines aux approches parfois divergentes.

11Justine Breton (Université de Champagne-Ardenne) s’est quant à elle penchée sur l’utilisation de séries médiévalistes dans l’enseignement secondaire et supérieur. Grâce à un questionnaire, elle a interrogé une vingtaine d’enseignants au sujet de leurs objectifs et méthodes d’utilisation de ces séries. Celles-ci sont le plus souvent choisies comme simples illustrations décontextualisées plutôt que réels supports d’analyse, un choix que les enseignants expliquent par leur attractivité, permettant de capter l’attention des élèves avant d’entrer dans le vif du sujet. Cependant, Justine Breton a fait valoir qu’un autre usage des séries était possible, visant à encourager une prise de recul sur le médiévalisme qui aiderait les étudiants à voir les séries non pas comme des fenêtres donnant directement sur le passé, mais plutôt des reconstructions de celui-ci à travers notre regard contemporain. Les échanges qui ont suivi cette intervention ont interrogé les mécanismes qui mènent à un usage si anecdotique des séries médiévalistes. Ont été soulignés le manque de légitimité des séries comparées à des supports iconographiques jugés plus nobles, comme les tableaux, ainsi que la plus grande distance, à la fois temporelle et émotionnelle, qui nous sépare du Moyen Âge comparé, par exemple, à l’Holocauste.

12Sarah Hatchuel (Université Paul Valéry Montpelier 3) a ensuite donné le coup d’envoi d’un nouveau panel dédié aux études culturelles en proposant une réflexion sur les rapports complexes d’inspiration, de filiation, et de réemprunt (borrow-back) entre les séries et l’œuvre de Shakespeare. Ces relations ne sont pas nouvelles puisque, dans les années 1960 déjà, la BBC adaptait les tétralogies shakespeariennes sous forme sérielle. Pourtant, Sarah Hatchuel a souligné que cette lecture sérielle n’est pas l’intention originale de l’auteur, mais bien une construction a posteriori, qui introduit des rapports hiérarchiques entre les pièces, ce qui amène par exemple à considérer Antoine et Cléopâtre comme second par rapport à Jules César. Elle a ensuite développé une comparaison entre la série Lost (ABC, 2004-10) et les romances tardives de Shakespeare qui, comme la série d’ABC, ont déçu une partie du public en subvertissant ses attentes. Mais ce ne sont pas seulement les séries qui s’enrichissent au contact de Shakespeare ; pour preuve : en 2011, le metteur en scène Kevin Moriarty a proposé une version abrégée et mise au goût du jour de La Tempête qui réemprunte à Lost en transformant le naufrage initial en crash aérien. D’autres parts, des séries comme Twin Peaks (ABC, 1990-1991 ; Showtime, 2017) ou The OA (Netflix, 2016-2019) sont hantées, comme Hamlet, par le spectre de l’irrésolution, qui pousse le spectateur à revenir, encore et encore, à ces œuvres anamorphiques qui exigent un changement de point de vue, un visionnage en plusieurs temps.

13Audrey Haensler (Université Paul Valéry Montpelier 3) a exploré la question de la représentation de l’histoire des luttes LGBT dans les séries à travers l’exemple de When We Rise (ABC, 2017). Contrairement à des œuvres comme le biopic Harvey Milk (Gus Van Sant, 2008), issu de la collaboration du même duo de réalisateurs, When We Rise ne fait pas le portrait d’une grande figure militante mais plutôt d’une génération d’activistes et de leur mouvement. Cependant, Audrey Haensler a souligné que cette série chorale ne s’intéresse pas exclusivement à l’histoire collective, mais aussi à la mémoire, à la façon dont les événements historiques impactent et sont réfractés par le spectre de l’individu. Cette démarche débouche sur une remise en question de la nécessaire neutralité de l’histoire, qui étend la célèbre devise féministe en faisant de l’intime non seulement un fait politique, mais aussi un fait d’histoire. En mêlant images d’archive et images fictives, When We Rise cherche à combler les lacunes de l’histoire en donnant à voir et entendre des témoignages oubliés.

14Alexandre Adouard (Université Jean Moulin Lyon 3) a conclu ce panel en proposant une rétrospective de la représentation de la communauté LGBT dans les séries télévisées états-uniennes, partant de débuts caractérisés par l’invisibilisation, puis les stéréotypes, jusqu’à la situation actuelle, marquée par l’utilisation des attentes de représentation LGBT à des fins de marketing (queer baiting) et par une vague de contenus recyclés (queer rehashing). Alexandre Adouard s’interroge sur cette abondance de sequels, spin-offs et reboots, se demandant ce qui motive leur production (une volonté de remettre à jour la série originale, de la faire découvrir à un nouveau public, ou simplement de jouer sur la nostalgie des spectateurs) et sur le peu de place qu’elle laisse à la nouveauté.

15Enfin, le colloque a été clôturé par la conférence plénière de Samuel Chambers (Johns Hopkins University, Baltimore), qui a d’abord constaté avec regret l’absence d’effet retour des séries sur les sciences politiques états-uniennes, milieu encore souvent réticent à considérer le télévisuel comme un support sérieux pouvant développer un véritable propos politique. Afin de comprendre les racines de cette réticence, Chambers s’est intéressé à la façon dont la télévision est perçue dans le monde académique à travers l’exemple de David Foster Wallace qui en parle comme d’un objet dangereux et addictif pareil, non pas au roman que Stendhal décrit comme un miroir qui, promené le long du chemin, reflète à la fois le ciel et la fange, mais à un simple miroir de salle de bain qui renvoie passivement sa propre image à celui qui s’y contemple. Le même type de dichotomie existe en sciences politiques, lorsque l’on cherche à distinguer la « vraie » politique du simple divertissement. Samuel Chambers a remis en question cette opposition, en rappelant que toute représentation est une production et qu’il n’existe donc pas de « simple » miroir. Toute représentation est un miroir mouvant qui, au fil du chemin et selon l’usage que l’on en fait, peut donner à voir à la fois le monde et le sujet. Afin de dépasser hiérarchisation et cloisonnement, Chambers emprunte à Rancière le concept d’aisthesis (ou partage du sensible), expliquant que l’art survit car il se renouvelle en intégrant ce qui lui est extérieur. La télévision, entrant dans cette définition expansive de l’art est donc éminemment politique dans sa capacité à subvertir les hiérarchies. Ainsi, la réticence de certaines disciplines à inclure les séries télévisées pourrait être comprise, non pas comme un simple désintérêt pour le divertissement, mais comme une crainte de l’effet retour, de la remise en question de ces disciplines qu’une telle inclusion pourrait entraîner.

16Si les séries ont depuis quelque temps le vent en poupe et entrent de plus en plus dans les mœurs, elles ne se sont pas encore tout à fait libérées d’une image stigmatisante qui remet en question la légitimité de la forme sérielle, pensée comme intrinsèquement commerciale et de moindre valeur artistique et intellectuelle comparée à d’autres supports plus établis. Pourtant, ces deux journées de colloque ont démontré toute la richesse que la série télévisée peut apporter à nos champs d’études en tant qu’objet multimodal qui, par sa position interstitielle, invite à l’interdisciplinarité. La série, loin de se limiter au simple divertissement, peut être perçue comme un miroir qui, s’il reste en contact avec la réalité qu’il réfléchit et réfracte, permet également la projection vers un champ des possibles étendu, mettant ainsi en lumière des aspects invisibles de notre présent, de notre reconstruction du passé et de notre rapport ambigu au futur, tiraillé entre espoir et anxiété.

Top of page

References

Electronic reference

Joséphine Sourgnes, “« Repenser les disciplines à travers les séries télévisées. Perspectives épistémologiques »”Miranda [Online], 26 | 2022, Online since 21 October 2022, connection on 07 February 2023. URL: http://journals.openedition.org/miranda/48448; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.48448

Top of page

About the author

Joséphine Sourgnes

Doctorante
Université Paul Valéry Montpellier 3
josephine.sourgnes@univ-montp3.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search