Skip to navigation – Site map

HomeIssues26RecensionsNathalie Dessens, Richard Marin.L...

Recensions

Nathalie Dessens, Richard Marin.Les mots de l’esclavage aux Amériques

Anne-Claire Faucquez
Bibliographical reference

Nathalie Dessens, Richard Marin. Les mots de l’esclavage aux Amériques, Toulouse : Presses Universitaires du Midi, 2021, ISBN : ISBN : 978-2-8107-0748-5

Full text

1Ce petit ouvrage se présentant sous la forme d’un abécédaire se donne comme objectif de clarifier les « mots » de l’esclavage dans un contexte très large, les Amériques. Fruit d’une collaboration entre deux chercheurs spécialistes de l’Amérique du Nord pour Nathalie Dessens et du Brésil pour Richard Marin, ce guide nous offre un panorama assez large de concepts et de noms propres éclairant la spécificité de l’esclavage colonial atlantique dans les Amériques. Si l’Amérique du Nord, les Antilles et l’Amérique du Sud connurent toutes la colonisation européenne et la traite négrière atlantique, les sociétés coloniales et pays qui en émergèrent mirent en place un esclavagisme et des sociétés esclavagistes radicalement différentes. À une époque où les questions mémorielles occupent le devant de la scène, il est en effet essentiel de clarifier pour un public non averti les nuances que recouvre cette notion d’esclavage et les particularités des cas américains (États-Unis, Antilles, Brésil, Amérique du Sud). Ainsi, le livre se compose d’un avant-propos, suivi de 79 entrées assorties d’un système de renvoi vers des notions connexes, d’une courte bibliographie listant les ouvrages clefs sur la question en langue française et anglaise (même si nous pouvons regretter l’absence des ouvrages d’Ira Berlin, Many Thousands Gone : The First Two Centuries of Slavery in North America (1998) et Generations of Captivity: À History of African-American Slaves (2003) sur la partie états-unienne), d’une sitographie invitant les lecteurs à approfondir les points abordés, et d’un index des entrées.

2Visant à apporter des précisions sans tomber dans des simplifications extrêmes, les auteurs ont choisi de traiter cette question par le biais de trois axes majeurs qui retracent de manière quasi exhaustive les grandes tendances historiographiques sur ce thème : le côté polymorphe et extrêmement complexe de « l’univers esclavagiste » ; une emphase mise sur la « personne de l’esclave », montrant par-là que ces individus réduits en esclavage ou « esclavisés », comme les nomme l’historienne Myriam Cottias (enslaved en anglais), possèdent une individualité propre et sont loin d’être des êtres passifs et objectifiés ; et troisièmement, une approche transatlantique du phénomène, montrant ainsi les liens étroits qui unirent les sociétés des trois continents européen, africain et américain.

3Il nous a semblé que de ces trois grands axes découlaient cinq thématiques : l’histoire de l’esclavage, de la résistance et de l’abolition, une réflexion sur le concept d’esclavagisme et ses liens avec le racisme et l’étude des sociétés contemporaines post-esclavagistes.

4Tout d’abord, nous retrouvons un ensemble de concepts fondamentaux de l’histoire de l’esclavage : le commerce triangulaire est présenté par le biais de mots-clefs comme « l’asiento » (principe du droit espagnol selon lequel des particuliers ou des sociétés étaient chargés de déplacer des individus depuis l’Afrique jusqu’aux colonies sud-américaines qui ne pratiquaient pas la traite), le « passage du milieu », désignant la funeste traversée atlantique pendant laquelle près de 15% des Africains perdirent la vie sur les bateaux ; la « traite atlantique » et la « traite interne », phénomène moins connu qui causa le déplacement de milliers d’Africains de seconde et troisième génération depuis la côte est jusqu’au centre des États-Unis pour pallier l’arrêt de la traite atlantique dans le milieu du 19e siècle ; la « pièce d’Inde », cet esclave de référence servant à l’étalonnage des prix pour le troc de produits contre de la main-d’œuvre humaine ; les « négriers », ces acteurs de la traite, armateurs ou négociants européens, américains et africains chargés d’organiser les ventes ; et les « ports de traite » et leur positionnement géographique tout au long des côtes ouest et centre africaines. On peut noter l’intérêt de l’entrée sur les « Royaumes africains » qui met en avant un aspect méconnu de l’histoire de l’esclavage, trop souvent racontée d’un point de vue euroaméricain, et dont la responsabilité des acteurs africains fut longtemps niée.

5Après avoir évoqué le commerce triangulaire, un point sur la démographie est en effet nécessaire afin de rappeler que l’esclavage fut principalement développé dans les Antilles (48%) et au Brésil (41,7%), alors que les États-Unis ne représentaient que 3,8% de l’esclavage mondial. En revanche, les auteurs s’attachent à souligner la particularité des États-Unis qui se distinguent par leur taux élevé d’accroissement naturel favorisé par la présence de familles. Contrairement à ce qui a été longtemps écrit par les historiens, les familles étaient relativement stables dans les Amériques. Les auteurs ont également souhaité montrer que les Africains ne furent les seuls à avoir connu l’esclavage. En effet, si la population africaine fut majoritairement esclavisée, l’historiographie reconnaît à présent la mise en esclavage des populations autochtones et ce dès le 15e siècle dans les colonies espagnoles, suivi du Brésil au 16e siècle, puis à la marge dans les colonies britanniques au 17e siècle.

6Après le commerce, vient la mise en place du système esclavagiste dans les sociétés coloniales avec une entrée sur les « codes noirs », cet appareil juridique centralisé mis en place par Colbert dans les colonies françaises en 1685 ou dans les colonies espagnoles en 1789. En revanche, les colonies britanniques codifièrent chacune ce système par le passage de lois différentes.

7L’histoire de l’esclavage est bien sûr celle du travail forcé, ce que l’entrée « vie quotidienne » explore en détaillant la diversité des tâches au sein des plantations qu’elles soient domestiques, agricoles dans les champs, ou dans les mines. Nous pouvons peut-être regretter ici l’absence de référence à l’esclavage urbain, avec des exemples comme les villes de New York, Charleston ou Rio de Janeiro, où la diversité des tâches imposées contrastait avec le travail dans les plantations. Néanmoins, l’entrée sur l’« esclave à talent » met en exergue cette diversité de tâches qui pouvaient être confiées à ces travailleurs forcés qui furent dotés de spécialités liées à l’artisanat parfois très techniques. Enfin, une référence à la « violence » est également indispensable pour comprendre pleinement le mécanisme de déshumanisation qui sous-tendait l’existence même de ce système.

8Une place importante est accordée à la résistance des esclaves et à leur agentivité, dépassant ainsi le rôle de victimes passives qui leur fut longtemps imposé par les historiens. L’ouvrage mentionne ici les fuites, les esclaves marrons, les insurrections (tout en expliquant les raisons pour lesquelles elles étaient rares, donnant quelques exemples comme la Conspiration de la Escalera, la révolte des Mâles ou la révolution haïtienne qui donna lieu à l’Indépendance d’Haïti en 1803). Ces récits sont accompagnés de vignettes biographiques d’acteurs-clés de ces révoltes comme Benkos Bioho (héros marron de Colombie), Nat Turner (qui mena une rébellion en Virginie en 1831), Harriet Tubman (qui aida à développer le Chemin de Fer Clandestin—Underground Railroad—qui permit à près de 40 000 esclaves de s’enfuir vers le Canada), ou encore Toussaint l’Ouverture, héros de la révolution haïtienne.

9L’ouvrage n’omet pas de consacrer plusieurs entrées aux thèmes de l’abolition, de l’abolitionnisme et de l’affranchissement dans une perspective comparatiste, nous rappelant la lenteur de ce processus depuis la première abolition française en 1794 à l’abolition au Brésil en 1888. Le cas spécifique états-unien est traité par le biais de références au « retour vers l’Afrique (colonisation) », ce mouvement de rapatriement des Africains-Américains émancipés vers les pays de la Sierra Leone et du Libéria au début du 19e siècle (montrant le refus des Nordistes abolitionnistes de voir les blancs et les noirs cohabiter en une même société) et à la « guerre de Sécession » qui scinda le pays en deux au milieu du 19e siècle.

10Comme annoncé dans l’avant-propos, le souhait des auteurs de mettre en avant les individus se révèle dans l’élaboration de vignettes biographiques de personnalités-clefs correspondant aux diverses zones géographiques traitées : Abraham Lincoln (leader du Parti républicain, premier parti politique à soutenir l’abolitionnisme, et qui fit signer en tant que président la Déclaration d’Émancipation en 1863) ; Victor Schœlcher, héros de l’abolitionnisme dans les Antilles françaises qui fut à l’origine du décret de 1848 ; et William Wilberforce, son homologue anglais, parlementaire qui œuvra au sein de l’Anti-Slavery Society pour faire abolir l’esclavage dans les colonies britanniques en 1833. « Princesse Isabelle », moins connue chez les non-spécialistes du Brésil, lutta pour l’abolition de l’esclavage en 1888. De manière intéressante ces quatre acteurs-clefs de l’abolitionnisme sont aujourd’hui remis en cause car leur prise de position contre l’esclavage n’excluait pas un soutien au colonialisme ni une acceptation pleine de la cohabitation des « races » blanches et noires. A contrario, la référence à la récente réhabilitation du libre de couleur antillais Louis Delgrès, chef de file de la lutte contre l’esclavage en Martinique, marque l’évolution des mentalités quant au rôle des acteurs afro-descendants dans l’abolition de l’esclavage.

11Outre ces points historiques, l’ouvrage nous offre également une réflexion plus globale sur l’esclavagisme avec des entrées comme « économie de l’esclavage », qui brosse l’état des débats historiographiques sur la rentabilité du système esclavagiste, ou la traite comme initiatrice des révolutions industrielles. L’étroitesse du lien entre esclavage et racisme qui a longtemps préoccupé les historiens (à savoir lequel apparut en premier) est également mis en avant par la définition des termes d’« esclavagisme », de « racialisme » (selon les arguments donnés au 19e siècle) ainsi que par l’histoire et l’usage du mot « Nègre ».

12Une place importante est consacrée aux questions mémorielles qui ancrent le sujet dans l’actualité, montrent les liens indéfectibles entre histoire et mémoire et mettent en exergue l’héritage de cette histoire sur nos sociétés contemporaines. Tout d’abord, un aspect positif, l’héritage culturel et les survivances culturelles sont mises à l’honneur par la définition même des mots « cultures », « créole », « créolisation », « créolité », et « métissage », termes qui méritent d’être compris et différenciés. En effet, l’héritage africain y est certes présent et commun à toutes les sociétés post-esclavagistes sud-américaines, antillaises et latino-américaines, mais elles se différencient par des influences culturelles différentes (venant de la grande diversité des populations africaines, mais aussi européennes et amérindiennes ou de l’environnement colonial). Si les termes « créole », « créolisation » et « créolité » font référence à toute personne née dans les Amériques (par opposition à celles nées en Europe ou en Afrique), le « métissage » insiste lui sur le brassage culturel entre Noirs et Blancs avec deux modèles distincts : le modèle sud-américain-antillais-louisianais où le métissage était élevé et l’Amérique du Nord anglo-saxonne où ce dernier était limité. L’étendue des champs de ces survivances est illustrée par les nombreuses entrées que sont le carnaval (présent dans les sociétés catholiques plutôt que protestantes), la cuisine et ses héritages africains, la religion africaine, les langues, les littératures, le cinéma, la musique, la danse (avec l’exemple de la Capoeira). D’un autre côté, l’héritage est également plus sombre car il existe sans conteste une continuité entre esclavage, ségrégation et discrimination des populations noires américaines. Le principe de la « discrimination positive » est par exemple utilisé aux États-Unis et au Brésil depuis les années 1950 pour compenser les politiques discriminatoires et forcer la présence d’un quota de minorités dans les écoles et universités. Une autre question fondamentale est celle des réparations (qu’elles soient morales ou matérielles) aux descendants des populations soumises à l’esclavage. Enfin, cet esclavage historique et atlantique ne peut être compris sans mentionner « l’esclavage contemporain » qui compte environ 25 millions de victimes.

13Cet abécédaire des concepts-clefs de l’esclavage, par la quasi-exhaustivité des champs abordés, illustrés par des définitions claires et synthétiques, sera d’une grande utilité pour les étudiants de premier ou de deuxième cycle (notamment avec les entrées sur l’historiographie et l’emploi des sources), mais saura également intéresser les experts de l’esclavage, qui apprécieront la dimension comparatiste entre les aires géographiques, comme les novices guidés par leur curiosité d’en savoir plus sur cette question aux répercussions très contemporaines.

Top of page

References

Electronic reference

Anne-Claire Faucquez, “Nathalie Dessens, Richard Marin.Les mots de l’esclavage aux AmériquesMiranda [Online], 26 | 2022, Online since 24 October 2022, connection on 02 February 2023. URL: http://journals.openedition.org/miranda/50763; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.50763

Top of page

About the author

Anne-Claire Faucquez

Maîtresse de Conférences
Université Paris 8
anne-claire.merlin-faucquez@univ-paris8.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search