Skip to navigation – Site map

HomeIssues26RecensionsJudith Misrahi-Barak, Entre Atlan...

Recensions

Judith Misrahi-Barak, Entre Atlantique et océan Indien : Les voix de la Caraïbe anglophone

David Bousquet
Bibliographical reference

Judith Misrahi-Barak, Entre Atlantique et océan Indien : Les voix de la Caraïbe anglophone, Paris, Classiques Garnier, 2021, ISBN 978-2-406-12408-5

Full text

1Dans Entre Atlantique et océan Indien, Judith Misrahi-Barak offre un aperçu de la littérature antillaise anglophone postcoloniale à un lectorat francophone. Les œuvres présentées et analysées ont presque toutes été publiées entre les années quatre-vingt et aujourd’hui. Certains textes viennent structurer la réflexion dans son ensemble et réapparaissent au fil des chapitres, notamment ceux de Fred D’Aguiar, David Dabydeen, Edwige Danticat, Ramabai Espinet, Olive Senior ou Jamaica Kincaid. De nombreux autres auteurs sont toutefois inclus, avec une cinquantaine d’œuvres référencées dans les sources primaires. L’ouvrage propose aussi quelques comparaisons et parallèles avec des grands noms de la littérature antillaise francophone (Chamoiseau, Condé, Confiant) qui permettent aux lecteurs d’appréhender les œuvres dans une perspective régionale, élargie au-delà des frontières de l’archipel grâce à des références à des auteurs noirs états-uniens.

2Au-delà de la simple paraphrase ou de l’exploration thématique, l’ouvrage s’articule autour de problématiques transversales à l’œuvre dans les textes étudiés, dont certaines font écho à des analyses de Misrahi-Barak publiées en anglais dans des ouvrages ou des revues universitaires. Les approches méthodologiques employées sont plurielles, à l’image des œuvres elles-mêmes, mêlant « mises en contexte, rappels historiques ou contemporains mais aussi comparaisons et micro-lectures » (15). L’auteure emploie des outils d’analyse aussi bien textuelle que contextuelle, dans un geste typique des études culturelles et postcoloniales qui visent à éclairer les textes et les contextes dont ils sont issus à partir de leur interpénétration.

  • 1 L’auteure attire notre attention sur l’euphémisation induite par les traductions françaises des ter (...)

3L’introduction pose d’emblée l’une des ambitions principales de l’ouvrage, celle de réhabiliter les influences culturelles diverses qui ont fait la Caraïbe anglophone contemporaine et sa littérature, au-delà du commerce transatlantique des esclaves déportés d’Afrique comme acte fondateur des sociétés antillaises modernes. Comme le laisse également entendre le titre, l’auteure situe la littérature caribéenne anglophone au confluent des deux océans qui ont marqué l’histoire de l’archipel, même si à ses yeux « [l]a dimension indienne de la Caraïbe n’est pas toujours mise en valeur autant qu’elle le devrait » (15). Les travailleurs sous contrat en provenance d’Inde, venus à la Caraïbe après l’abolition de l’esclavage pour pallier le manque de main-d’œuvre dans les plantations, font donc l’objet d’une attention particulière dans l’ouvrage.1

4Entre Atlantique et océan Indien établit également dès les premières pages un cadre théorique marqué par des approches anti-essentialistes de l’identité, telles qu’elles ont justement été développées par des intellectuels caribéens. Selon un thème cher à Edouard Glissant, l’auteure souligne l’impossibilité d’une origine ou d’une racine unique, pour toute culture mais particulièrement à la Caraïbe. Le rapport dialectique chez Paul Gilroy entre « roots » et « routes », racines et itinéraires, est également évoqué, ainsi que le concept de polyrythmie élaboré par Antonio Benitez-Rojo. L’ouvrage fait d’ailleurs amplement usage de la notion de polyphonie, qui est déclinée au niveau thématique aussi bien que rhétorique, narratif ou structurel pour rendre compte du caractère fondamentalement pluriel de la littérature antillaise anglophone.

5Un autre élément théorique structurant est le concept d’archive, tel qu’il est développé en particulier chez Derrida, à travers les multiples relectures de l’histoire autour desquelles s’articulent les œuvres étudiées. Dans le contexte des récits d’esclaves, Misrahi-Barak questionne le caractère authentique des documents issus des archives, qui sont le fruit de reconstructions aussi bien par leurs auteurs eux-mêmes que par leurs éditeurs. Pour ce qui est des travailleurs indiens sous contrat, c’est l’absence quasi totale d’archives qui confère aux textes littéraires la fonction de renouer avec une expérience du passé. Dans tous les cas, c’est la distinction entre réalité et fiction, entre texte comme document d’archives et texte littéraire, qui est problématisée dans un contexte marqué par le trauma de la séparation d’avec le lieu d’origine et la dépossession, notamment culturelle, pour reprendre le terme d’Edouard Glissant.

6Le premier chapitre est consacré aux récits d’esclaves et à leurs multiples réécritures, depuis leur origine aux États-Unis à la fin du 18ème siècle jusqu’à aujourd’hui. C’est la question du rapport à l’histoire et à la mémoire qui est ici posée, ainsi que celle de son authenticité, à travers la dimension hybride et polyphonique des textes étudiés. Ces réécritures font également fi des frontières, tant géographiques que génériques, pour s’ancrer dans un imaginaire proprement diasporique. Le chapitre suivant se concentre sur le deuxième déplacement forcé qui a marqué la Caraïbe anglophone contemporaine, celui des travailleurs engagés indiens. Il retrace l’émergence d’une littérature issue des communautés indiennes, mais également chinoises, de l’archipel, dont une fonction centrale est de faire voir et entendre ce « second esclavage » (17) encore trop souvent absent des récits historiques.

7Le troisième chapitre ouvre sur une réflexion plus théorique portant sur le concept de diaspora et ses évolutions récentes, évoquant des notions connexes comme celles de « métaspora » ou de « multivers ». Cela permet à l’auteure de dépasser les approches binaires qui imprègnent l’univers postcolonial, souvent compris à partir d’une séparation entre des espaces et des temps radicalement distincts, pour faire droit à la multiplicité et à la fluidité de l’imaginaire diasporique. Elle montre également le potentiel créatif de cet imaginaire à partir d’une lecture de textes littéraires à l’aune de ces développements théoriques récents.

8Les deux chapitres suivants se saisissent de la question de la correspondance entre les communautés indiennes émigrées à la Caraïbe et leurs proches restés au pays. Ces lettres sont souvent la seule trace, fragmentaire, des histoires individuelles de ces travailleurs sous contrat ainsi qu’une des seules sources possibles pour appréhender ce passé méconnu et invisibilisé. Bien que l’on puisse les concevoir intuitivement comme des documents d’archives, Misrahi-Barak nous alerte sur leur statut construit ou reconstruit, partiellement fictionnel, puisqu’elles n'étaient pas transmises directement par un individu à ses proches mais « imaginées, interprétées, traduites, transcrites puis envoyées par des instances différentes » (18). Ici, l’espace-temps diasporique et postcolonial apparaît comme fracturé et décalé, les lettres manifestant une absence autant qu’une présence, beaucoup d’entre elles restant d’ailleurs sans réponse. À la suite de cette approche historique au chapitre 4, le chapitre 5 montre comment ces objets si particuliers, traversant les frontières entre ici et là-bas, passé et présent, récits de vie individuels et histoire collective, sont devenus des ressources créatives pour les écrivains caribéens anglophones.

9Le sixième chapitre se concentre sur la question du silence, qui apparaît dans les romans anglophones caribéens à la fois comme un thème et comme un élément structurant du récit et de la langue elle-même. Il s’agit dans ces textes de faire entendre des voix absentes des archives, celles des oubliés de l’histoire mais aussi celles des victimes de violences familiales. Ainsi le trauma personnel vient faire écho au trauma historique, et la dialectique de l’oral et de l’écrit à celle de la parole et du silence. Comme le montre le septième et dernier chapitre, la nécessaire reconstruction qui fait suite au trauma, la résilience qui caractérise les récits des auteurs étudiés, émerge à la fois comme un motif et comme un principe logé au cœur même de leur écriture. Cela se manifeste par des jeux dialogiques et polyphoniques mais également par une tendance marquée à la transgression des frontières entre les formes et les genres littéraires, notamment celui du roman policier. Le concept de traduction, étendu et compris comme une forme de relation au sens de Glissant, apparaît comme une autre facette de ces expérimentations génériques et stylistiques qui inscrit les œuvres dans des réseaux de circulation intertextuelle caractéristiques de l’imaginaire et de l’espace-temps diasporiques.

10Les critiques principales que l’on pourrait formuler à l’endroit d’Entre Atlantique et océan Indien ressortissent à sa capacité à représenter adéquatement la littérature antillaise anglophone à l’ère postcoloniale. En ce sens, on pourra regretter que le corpus de textes étudiés semble relativement restreint, aussi bien chronologiquement que dans le choix des auteurs. Certains textes canoniques des années soixante et soixante-dix sont absents, ainsi que de nouveaux talents qui ont émergé plus récemment (on pense par exemple à Marlon James). À l’inverse, certains auteurs occupent une place peut-être trop grande au regard de leur réception critique et/ou de leur popularité. De même, la poésie est peu présente dans l’ouvrage, et le théâtre encore moins, alors qu’on connaît leur importance dans des cultures marquées par l’oralité ainsi que leur rôle dans la problématisation de la notion de canon littéraire, voire de littérature, et dans la remise en question de la prédominance du roman dans l’univers (post)colonial. Il faut reconnaître qu’il est sans doute impossible de donner une image exhaustive de la littérature antillaise anglophone ; toutefois les choix de l’auteure en matière de corpus ne sont pas justifiés et apparaissent donc comme le fruit de préférences ou de goûts personnels. Cela peut interroger quant à leur statut dans le canon et à leur réception, questions importantes dans ce contexte qui ne sont pas non plus évoquées.

11Malgré ces réserves, l’ouvrage de Judith Misrahi-Barak se distingue tout d’abord en ceci qu’il évite l’écueil de la paraphrase ou de la simple mise en contexte historique et propose des analyses problématisées des textes étudiés. L’auteure nous livre une lecture engagée, mêlant des niveaux d’interprétation, des outils méthodologiques et des approches théoriques qui rendent justice au caractère pluriel, hybride et fluide de la littérature caribéenne. L’ouvrage permet donc une compréhension en profondeur des textes, aussi bien dans leur fonctionnement interne que dans leur rapport complexe avec les contextes dans lesquels ils s’inscrivent. Grâce à des choix de traduction tout à fait pertinents, Entre Atlantique et océan Indien est également agréable à lire et ne nécessite pas de compétences poussées en langue anglaise pour être compris et apprécié. La version originale des extraits des textes littéraires est toutefois donnée en notes, en anglais ou en créole, et permet un accès direct à ces voix multiples qui peuplent l’univers littéraire antillais.

12L’ambition de l’auteure de réhabiliter la littérature indo-caribéenne est pleinement atteinte, et certaines des meilleures pages du livre traitent de cet aspect encore trop méconnu de la Caraïbe anglophone. La brève section sur les auteurs sino-caribéens remplit aussi une fonction salutaire, tant ce pan de l’histoire est absent dans la littérature critique. Même si cette question occupe peut-être une place trop importante au regard de la prédominance des auteurs afro-caribéens, tant numérique que symbolique, dans la production littéraire des dernières décennies, on ne peut que saluer ce geste qui vient interroger les lectures parfois essentialisantes de l’esclavage et de la colonisation comme événements fondateurs de la Caraïbe moderne. Au-delà des oppositions binaires, Misrahi-Barak fait droit à la multiplicité des couleurs et des sons qui forment le tout-monde caribéen et ne cède aucun pouce de rigueur scientifique aux mythes et aux idéologies. Cette position est d’autant plus fondée intellectuellement qu’elle fait écho à la diversité qui apparaît dans les textes littéraires eux-mêmes, aux niveaux thématique, narratif et linguistique, et que l’auteure analyse avec une grande finesse.

13Les chapitres les plus marquants sont sans doute ceux consacrés à la question des lettres et de la correspondance, qui offrent une ouverture originale et éclairante à la fois sur les œuvres littéraires et sur l’histoire des travailleurs engagés indiens à la Caraïbe. Mais les analyses des réécritures des récits d’esclaves et de la dialectique entre réalité et fiction au prisme de l’archive, envisagée non seulement comme fonds documentaire mais comme principe conceptuel, sont tout aussi innovantes et pertinentes. La contribution de Misrahi-Barak au champ des études littéraires caribéennes est majeure et s’affirme à travers cet ouvrage qui vient reprendre et systématiser les analyses qu’elle a pu mener par ailleurs, tout en les rendant accessibles à un large public. Malgré quelques lacunes, par ailleurs inévitables dans le contexte d’une telle entreprise, on ne peut que recommander la lecture d’Entre Atlantique et océan Indien au public francophone désireux de découvrir la littérature antillaise anglophone postcoloniale et ses grands courants critiques, au confluent des océans et des déplacements réels et symboliques qui constituent la Caraïbe contemporaine.

Top of page

Notes

1 L’auteure attire notre attention sur l’euphémisation induite par les traductions françaises des termes anglais « indentureship » ou « bonded labour », qui soulignent bien plus clairement les liens entre ce phénomène et l’esclavage (67).

Top of page

References

Electronic reference

David Bousquet, “Judith Misrahi-Barak, Entre Atlantique et océan Indien : Les voix de la Caraïbe anglophoneMiranda [Online], 26 | 2022, Online since 24 October 2022, connection on 08 February 2023. URL: http://journals.openedition.org/miranda/50868; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.50868

Top of page

About the author

David Bousquet

Maître de conférences
Université de Bourgogne
david.bousquet@u-bourgogne.fr

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search