Skip to navigation – Site map

HomeIssues26Ariel's CornerFilm, TV, Video« Week-end Blade Runner » au CENT...

Ariel's Corner
Film, TV, Video

« Week-end Blade Runner » au CENTQUATRE-PARIS

Deux journées consacrées au film de Ridley Scott, d’après un roman de Philip K. Dick, dans le cadre de la Biennale internationale des arts numériques Némo.
Chiara Salari

Abstracts

Review of the Week-end Blade Runner at the CENTQUATRE-PARIS (27th and 28th November 2021).

Top of page

Full text

1Blade Runner (1982) de Ridley Scott, adaptation du roman de Philip K. Dick Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques? (1968), est devenu un point de référence de la culture populaire et de la science-fiction. Si à l’époque il n’a pas eu le succès attendu dans les salles, ce film s’est imposé au fil des années, et quarante ans après sa sortie il reste une source d’inspiration pour le cinéma, ainsi que pour la littérature, l’art, le design, le gaming, la mode, voire la théorie critique. Il a également accompagné et alimenté plusieurs tendances esthétiques, telles que le rétrofuturisme et le cyberpunk. Blade Runner est aussi souvent cité dans les débats liés à la robotique, la biopolitique, le posthumanisme et l’urbanisme. Blade Runner 2049, le sequel réalisé par Denis Villeneuve en 2017, continue d’explorer les thèmes de l’intelligence artificielle et du transhumanisme, tout en introduisant des problématiques liées au changement climatique.

  • 1 Un colloque international a aussi été organisé, entre autres par Christopher Robinson et Nathan Abr (...)

2Philip K. Dick ne pensait pas que la science-fiction ait pour objectif de prédire l’avenir, mais qu’elle tenterait plutôt de questionner le présent du point de vue d’un futur imaginaire. Comme le fait remarquer Christopher Robinson (maître de conférences à l’École Polytechnique de Paris, spécialiste de la science-fiction et du fantastique en art, littérature et cinéma) dans l’introduction du programme de ces journées consacrées au film de Ridley Scott, selon l’écrivain une bonne œuvre de science-fiction créera « un choc convulsif dans l’esprit du lecteur, le choc de la non-connaissance ». Elle nous fait ainsi découvrir des espaces-temps nouveaux et des réalités alternatives. Le point de départ du « Week-end Blade Runner » est pourtant que ce film a anticipé avec une prescience remarquable le monde dans lequel nous vivons. Sa vision d’une métropole futuriste et cosmopolite a notamment créé un choc esthétique qui résonne toujours aujourd’hui. Dans le cadre de Némo (Biennale internationale des arts numériques de la Région Île-de-France), sur une proposition de Christopher Robinson, en partenariat avec la Chaire arts & sciences de l’École Polytechnique, l’École des Arts Décoratifs-PSL et la Fondation Daniel et Nina Carasso, ces journées interdisciplinaires ont réuni des spécialistes de domaines aussi divers que les études littéraires et cinématographiques, l’histoire de l’art, le design, la philosophie, les sciences politiques, l’informatique, la robotique, la cybernétique, l’étude du genre ou encore les études urbaines et écologiques.1

  • 2 « J’ai vu tant de choses que vous, humains, ne pourriez pas croire. De grands navires en feu surgis (...)

3« I’ve seen things you people wouldn’t believe... Attack ships on fire off the shoulder of Orion... I watched C-beams glitter in the dark near the Tannhäuser Gate... All those moments will be lost in time, like... tears in rain. Time to die2 ». Gilles Alvarez (directeur artistique de la Biennale Némo) ouvre son introduction avec ce célèbre monologue du répliquant Roy Batty à la fin de Blade Runner, le samedi 27 novembre 2021 à 14h. Il présente par la suite le programme de ce week-end spécial au CENTQUATRE-PARIS, qui accueille l’exposition principale de la Biennale Némo du 10 octobre 2021 au 2 janvier 2022. Intitulée « Au-delà du réel ? », celle-ci a comme objectif de tester la capacité des arts et des technologies à révéler ce qui nous est invisible, imperceptible ou indicible, résonnant ainsi avec plusieurs aspects de l’œuvre et de l’univers de Philip K. Dick. « Comme un hibou en plein soleil », le titre de cette présentation faite par le commissaire Gilles Alavarez, reprend d’ailleurs celui du roman que l’écrivain a laissé inachevé à sa mort en 1982 (The Owl in Daylight).

4Suit l’intervention de Christopher Robinson, sur « Les Héritages de Blade Runner : sources d’inspiration et impact culturel du chef-d’œuvre de Ridley Scott ». L’équipe artistique du film ayant amplement puisé dans la culture et l’histoire mondiale, la vision du réalisateur peut être définie comme rétrofuturiste plutôt que comme futuriste. Après s’être penché sur plusieurs sources d’inspiration de cette œuvre, Christopher Robinson se concentre sur la manière dont Blade Runner a anticipé le monde dans lequel nous vivons, évoquant « 10 exemples de prescience étonnante » : le mondialisme, le développement de la culture asiatique, le déclin de la souveraineté des états-nation, la puissance des multinationales, le néolibéralisme et la figure du « travailleur jetable », les dérapages des nouvelles technologies de surveillance, l’exercice du biopouvoir, l’amplification des crises migratoires, la multiplication de l’« homo sacer » (individu sans droits civiques), et enfin la crise écologique. La troisième partie de cette conférence traite quant à elle des influences et de l’impact de Blade Runner dans les arts, les tendances esthétiques et la culture.

5L’après-midi se poursuit avec une discussion entre Gilles Menegaldo (professeur émérite de littérature, de cinéma fantastique et policier), Donatien Aubert (artiste et docteur en littérature comparée) et Ismaël Joffroy Chandoutis (artiste et réalisateur), intitulée « Hybridité : étude des dispositifs narratifs et visuels des films Blade Runner ». Il s’agit pour les intervenants de réfléchir à l’intrication urbaine et architecturale, au cosmopolitisme, à l’ambiguïté concernant la biologie des personnages de Blade Runner, ainsi que de Blade Runner 2049. La question se pose d’un redoublement entre les dispositifs visuels de ces films (basés sur l’esthétique du tech-noir) et leur structure narrative (l’enquête).

6Dans la conférence « Blade Runner et Los Angeles : autopsie des villes du futur », le géographe Alain Musset prend pour sa part le cas spécifique des films de Ridley Scott et de Dennis Villeneuve comme point de départ pour parler plus généralement des villes de la science-fiction, souvent des mégalopoles étouffantes où se concentrent surpopulation, violence et pollution. Après s’être penché sur quelques architectures emblématiques de Los Angeles, il propose, pour penser la mortalité des mégalopoles, d’en faire une autopsie. Le parallèle que le géographe présente entre villes réelles et villes imaginaires se base sur le couple urbain Mexico et Los Angeles, et sur les films Total Recall (Paul Verhoeven, 1990), Blade Runner et Blade Runner 2049.

7Suivent deux tables rondes, intitulées respectivement « Rêver le futur : sur l’inconscient politique de la science-fiction » et « Robotic Fields Forever : rencontre arts visuels, bandes dessinées et théâtre ». Si la première voit dialoguer Vincent Martigny (professeur en science politique), Yannick Rumpala (maître de conférences en science politique) et Sylvie Allouche (maître de conférences en philosophie) sur la science-fiction comme espace d’affleurement de nos inquiétudes sur le destin du monde et de la collectivité, la deuxième réunit plusieurs artistes autour de leur admiration pour Philip K. Dick. Justine Emard (dont les abeilles et les algorithmes illuminent la Halle Aubervilliers du CENTQUATRE-PARIS) aborde l’anatomie des réplicants et son propre travail sur la robotique anthropomorphique, alors qu’Ugo Bienvenu, réalisateur et auteur des œuvres Paiement accepté et Préférence Système, dévoile Total, sa nouvelle bande dessinée. Julien Villa, auteur et metteur en scène de Philip K. ou la fille aux cheveux noirs (dont un extrait nous a été proposé avant la table ronde), évoque sa résidence aux États-Unis sur les traces de l’écrivain. Antoine Schmitt parle également de l’influence de Philip K. Dick sur son propre travail. Le spectacle audiovisuel ATOTAL qu’il a coréalisé avec Franck Vigroux clôt cette première journée : il s’agit d’une nouvelle création qui joue sur la possibilité d’une dé-coïncidence peut-être salvatrice dans la répétition mécanique.

8La rencontre matinale du dimanche 28 novembre 2021 s’intitule « Philip K. Dick et le jeu vidéo : au-delà de l’influence narrative ». Ismaël Joffroy Chandoutis revient sur la relation entre la science-fiction et le jeu vidéo à travers l’histoire de ce dernier depuis 1962, quand des étudiants du MIT inventent Spacewar, un programme informatique considéré comme le premier jeu vidéo, qui nous immerge dans un univers spatial aux allures de guerre des étoiles. Il anime ensuite la table ronde avec les créateurs Brice Roy (Californium) et Tim Soret (The Last Night), deux auteurs dont les œuvres vidéoludiques ont été fortement marquées par les univers de Philip K. Dick.

9L’après-midi s’ouvre avec une discussion entre Sam Azulys (philosophe, réalisateur, dramaturge et professeur de cinéma), Frédéric Landragin (directeur de recherche en linguistique) et Ariel Kyrou (journaliste, écrivain, scénariste et chroniqueur de radio) sur le sujet «Intelligence artificielle et empathie dans Blade Runner ». Les intervenants interrogent les limites entre intelligence et conscience, émotions et empathie, humains et machines, selon deux angles d’approche : la démarche philosophique et la démarche scientifique et technique.

10Suit une table ronde intitulée « La transformation des corps, des conduites et de l’environnement, au prisme de la cybernétique et de la géoingénierie », avec Roland Lehoucq (astrophysicien), Gwenola Wagon (artiste et maître de conférences) et Donatien Aubert. Au centre du débat se trouve la nouvelle épistémè d’inspiration mécaniste qui, au milieu du XXe siècle, permettrait de penser l’interchangeabilité des substrats organiques et artificiels. D’où l’idée qu’il serait possible d’adapter les corps et l’environnement à un avenir que la science-fiction d’alors inscrivait dans le cosmos. Êtres artificiels, automatisation des conduites, colonisation spatiale sont trois thèmes essentiels des récits de Blade Runner et Blade Runner 2049.

11Une pause permet au public d’avoir un aperçu de l’exposition « Au-delà du réel ? » de la Biennale Némo, grâce à deux visites guidées thématiques (« Vous n’êtes pas Invisibles » et « Natures dénaturées ») proposées par Gilles Alvarez et Donatien Aubert. Suit la performance de Julien Villa « Philip K. Dick Goes to Hollywood » (d’après la nouvelle de Léo Henry), et la dernière table ronde du « Week-end Blade Runner », consacrée à la thématique «Philip K. Dick écrivain : fiction ou réalité(s) ?» Modérée par Christopher Robinson, la discussion s’ouvre avec un résumé des deux journées passées par Ariel Kyrou, réunissant Pacôme Thiellement (journaliste, écrivain, essayiste et réalisateur) et Marc Atallah (directeur et commissaire de la Maison d’Ailleurs) autour de la question de l’empreinte de l’œuvre de Philip K. Dick sur les imaginaires collectifs contemporains. Si l’œuvre de l’écrivain dessine un futur anxiogène qui s’est révélé prophétique sur bien des aspects, elle ne questionne pas tant l’évolution technique que la perception de notre réalité et les pouvoirs de l’esprit.

  • 3 Le film, d’une durée de 14 minutes, a été réalisé par Pierre Zandrowicz, produit par Antoine Cayrol (...)

12Pendant toute la durée de ce week-end, les participants pouvaient réserver leurs casques pour l’expérience en réalité virtuelle 360° intitulée I, Philip3. Situé en 2005, vingt-trois ans après la mort de Philip K. Dick, ce film présente le jeune ingénieur en robotique David Hanson qui dévoile son premier androïde à forme humaine : Phil. L’œuvre immerge ensuite les « spectateurs » dans les souvenirs de ce qui pourrait être la dernière histoire d’amour de l’écrivain. Bientôt la question se pose non seulement des limites entre réel et virtuel, mais aussi de la frontière entre l’humain et le non humain : ces souvenirs ne pourraient-ils pas être le fruit de l’imagination d’un androïde qui a peu à peu appris à être humain ? Dans le cadre de la Biennale des arts numériques Némo, ces deux journées consacrées au film culte Blade Runner, et à son univers inspiré par l’œuvre de Philip K. Dick, n’ont cessé de poser des questions de plus en plus actuelles concernant la transformation des êtres humains et de leurs sociétés, au prisme des technologies d’intelligence artificielle aussi bien que de celui des bouleversements environnementaux.

Top of page

Notes

1 Un colloque international a aussi été organisé, entre autres par Christopher Robinson et Nathan Abrams, au Centre for Film, Television and Screen Studies de la Bangor University (Pays de Galles), en collaboration avec l’École polytechnique de Paris, les 6-7 juin 2022. Intitulée « Blade Runner@40 », il visait à explorer l’héritage de ce film et sa place dans la culture visuelle à travers une grande variété de perspectives disciplinaires.

2 « J’ai vu tant de choses que vous, humains, ne pourriez pas croire. De grands navires en feu surgissant de l’épaule d’Orion. J’ai vu des rayons fabuleux, des rayons C, briller dans l’ombre de la porte de Tannhäuser. Tous ces moments se perdront dans l'oubli... comme... les larmes... dans la pluie. Il est temps de mourir ».

3 Le film, d’une durée de 14 minutes, a été réalisé par Pierre Zandrowicz, produit par Antoine Cayrol, écrit par Remi Giordano et Pierre Zandrowicz, avec la musique de Rone.

Top of page

References

Electronic reference

Chiara Salari, “« Week-end Blade Runner » au CENTQUATRE-PARIS”Miranda [Online], 26 | 2022, Online since 09 November 2022, connection on 08 February 2023. URL: http://journals.openedition.org/miranda/51357; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.51357

Top of page

About the author

Chiara Salari

Maîtresse de conférences en civilisation américaine et études visuelles à l’ICP, chercheuse associée au LARCA
chiarsalari@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Top of page
  • Logo Université Toulouse II-Le Mirail
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search