Skip to navigation – Site map

HomeIssues29RecensionsTamara Boussac. L’affaire de Newb...

Recensions

Tamara Boussac. L’affaire de Newburgh – Aux origines du nouveau conservatisme américain

Quentin Lacombe
Bibliographical reference

Tamara Boussac. L’affaire de Newburgh – Aux origines du nouveau conservatisme américain, Paris, Presses de Sciences Po, 2023, ISBN : 978-2-7246-4135-6.

Full text

1A l’été 1961, Newburgh, petite ville apparemment paisible de l’État de New York, tente de faire passer une réforme extrêmement dure de l’assistance sociale (welfare). Dans un contexte de déclin urbain, un ensemble de mesures restrictives est adopté, avec pour objectif de décourager l’arrivée de migrants noirs du Sud : contrôle strict des bénéficiaires, limitation drastique de la durée des aides, quasi-exclusion des nouveaux arrivants, obligation de réaliser des travaux d’intérêt public pour les bénéficiaires masculins valides, etc. Initiée par le conseil municipal et portée par le city manager Joseph Mitchell, cette réforme est rapidement attaquée en justice par les associations pour les droits civiques et les autorités de l’Etat, dirigées par le gouverneur républicain Nelson Rockefeller, symbole du libéralisme triomphant (au sens américain du terme). Finalement, la réforme est déclarée inconstitutionnelle par les tribunaux en décembre 1961 : les élus locaux n’ont pas le pouvoir de modifier à leur guise les règles de l’assistance, qui relèvent avant tout des compétences des Etats fédérés et de l’Etat fédéral. Apparemment anecdotique, cette réforme avortée déclenche pourtant un débat national sur l’assistance.

  • 1  Nadasen, Premilla. Welfare Warriors: The Welfare Rights Movement in the United States. New York : (...)

2Ce débat et ses conséquences politiques expliquent l’intérêt que porte l’historienne Tamara Boussac à cette controverse oubliée, au point d’en faire l’objet de son premier ouvrage, L’affaire de Newburgh – Aux origines du nouveau conservatisme américain, tiré de son travail de thèse et récemment paru aux Presses de Sciences Po. Organisé en sept chapitres, l’ouvrage peut être divisé en trois parties. L’affaire est contextualisée et détaillée de manière globalement chronologique dans les deux premiers chapitres. Ceux-ci s’intéressent aux aspects locaux et à la construction médiatique de l’affaire au niveau national. Ensuite, de manière plus originale, inspirée par la sociologie des controverses, les chapitres suivants sont chacun consacrés à une catégorie d’acteurs qui se positionne par rapport à l’affaire : les élites politiques et intellectuelles du mouvement conservateur (ch. 3), les citoyens américains, issus de la classe moyenne blanche, qui soutiennent la réforme (ch. 4), et les associations pour les droits civiques (ch. 5). Enfin, les deux derniers chapitres se concentrent sur les conséquences politiques à moyen et long-terme de l’affaire, sans se départir de l’attention portée aux acteurs, à travers les professionnels de la protection sociale et les élus (ch. 6 et 7). Trois principaux axes d’analyse structurent cette riche étude, qui mobilise des sources très variées. Le premier apport concerne l’historiographie de l’État-providence américain, en proposant de repenser sa chronologie, à travers le changement d’échelle de l’analyse. La place de l’affaire dans l’émergence du nouveau conservatisme américain constitue une autre thématique, l’autrice montrant comment l’opposition à l’assistance en vient à occuper une place majeure dans ce mouvement. Enfin, l’ouvrage met en avant la manière dont la controverse participe à mettre précocement l’assistance à l’agenda des grandes organisations pour les droits civiques, alors que l’historiographie s’est surtout intéressée aux luttes plus tardives des femmes allocataires1.

  • 2  Voir notamment Wacquant, Loïc. Punir les pauvres : Le nouveau gouvernement de l’insécurité sociale (...)

3L’étude détaillée de l’affaire de Newburgh conduit tout d’abord Tamara Boussac à proposer une révision de la chronologie communément admise de l’État-providence américain, en particulier le passage du welfare au workfare et l’émergence de la lutte contre la fraude comme catégorie d’action publique, tout en inscrivant ces évolutions dans une généalogie plus ancienne. La majorité des études ont en effet considéré qu’un glissement s’opérait à partir des années 1970-19802. Alors que les décennies d’après-guerre jusqu’aux années 1960 seraient marquées par un relatif consensus keynésien fondé sur la redistribution des revenus, les deux décennies suivantes verrait l’Etat se désengager, mais également se transformer progressivement en un Etat carcéral voué à discipliner les pauvres. Ce dernier élément est associé à une volonté de mise au travail par le biais des politiques de workfare : celles-ci obligent les bénéficiaires à travailler s’ils veulent continuer à obtenir de l’aide. La réforme fédérale de l’assistance de 1996, portée par Bill Clinton, parachèverait cette mutation, acceptée par la quasi-totalité du champ politique. Sans remettre en cause la montée de ces logiques, l’ouvrage montre que cette chronologie ne tient pas si l’on décentre le regard du seul échelon fédéral pour s’intéresser à l’échelle locale, celle des localités et des États fédérés. L’affaire de Newburgh révèle des failles dans le consensus liberal dès le début des années 1960 : l’Etat-providence est mis « à l’épreuve » (19) au cœur même de l’État de New-York, bastion du libéralisme, et non dans le Sud conservateur. De manière convaincante, l’étude montre comment le retentissement de l’affaire ouvre un « débat national sur l’assistance » (65), intensément couvert dans les médias, ce qui contribue à redéfinir ses normes dans un sens restrictif. Pour ce faire, l’autrice mobilise la sociologie des controverses, qui envisage les scandales comme des événements transformateurs des normes. En effet, si les mesures envisagées à Newburgh apparaissent radicales en 1961, celles-ci « gagnent en légitimité et se normalisent à partir des années 1970 » (31). Les promoteurs de la réforme et leurs soutiens parviennent à légitimer l’idée d’un « système dispendieux et rongé par les abus » (67), qui résonne fortement dans une partie de la classe moyenne blanche. Cette vision n’est pas exempte de racisme. S’ils le font à mots couverts, Joseph Mitchell et les élus de Newburgh ciblent les Africains-Américains, accusés d’être des profiteurs paresseux, dépendants de l’aide sociale, et vivant dans des familles dysfonctionnelles, car matriarcales. Le système devrait alors être réformé pour mettre fin à ces dérives. Dans un second temps, en réaction, professionnels de la protection sociale et élus libéraux se mobilisent pour apporter une réponse politique à ce qui est perçu comme une crise remettant en cause le système fédéral d'assistance, mais aussi comme un révélateur de ses failles. Ce travail se concrétise par la réforme de 1962 qui modifie le programme phare d’allocations familiales (Aid to Families with Dependent Children - AFDC). Plaçant la « réhabilitation » par le travail et le « renforcement » de la famille au centre, elle légitime une partie de la rhétorique des soutiens de Newburgh sur la dépendance et les familles noires. Pour Tamara Boussac, plus profondément, la loi constitue le premier pas vers le nouveau régime : « Le statut du travail change dans les politiques sociales fédérales qui, dès lors, entament une incursion dans le régime du workfare » (169). En effet, s’ils le souhaitent, les Etats peuvent, dès cette époque, radier certains allocataires qui refusent de travailler « sans bonne raison », orientation qui sera accentuée par les réformes suivantes. Au-delà de cette nouvelle chronologie, le livre réinscrit cette gestion conservatrice de la pauvreté dans une généalogie plus large : les élus de Newburgh justifient leur réforme et leur hostilité à l’Etat fédéral par la référence à une gestion locale de la pauvreté. Celle-ci, antérieure au New Deal, était marquée par le travail obligatoire, dans les workhouses, puis dans les programmes locaux d’aide, qui ont d’ailleurs survécu parallèlement au système fédéral. Un apport majeur de ce travail est donc à trouver dans ce récit de la genèse précoce du workfare, permis par le va-et-vient entre les échelles micro et macro.

4Un second axe central est la manière dont l’affaire s’inscrit dans l’histoire du nouveau conservatisme américain, alors au début de son ascension. Pour cela, Tamara Boussac mène une analyse par le haut et par le bas. D’un côté, elle propose une étude des élites intellectuelles et politiques du mouvement : pour celles-ci, l’affaire permet de « reconfigurer le champ (…) du conservatisme en prouvant qu’il existe une réelle alternative au républicanisme libéral » (97). L’ouvrage retrace avec minutie l’intérêt pour l’affaire de William F. Buckley Jr. et de l’équipe de la National Review, revue new-yorkaise créée quelques années auparavant et qui se veut le centre du renouveau conservateur. Parmi les politiques, Barry Goldwater apporte son soutien public à la réforme, ce qui renforce sa position d’opposant au courant liberal au sein des Républicains. Grâce à ces soutiens, John Mitchell devient un « héros conservateur » (111), invité à exprimer son message critique vis-à-vis de l’assistance, du gouvernement fédéral et de la fiscalité, dans de nombreux événements liés à des organisations conservatrices dans le nord-est. L’association conservatrice étudiante des Young Americans for Freedom manifeste même en soutien à la réforme. Cependant, l’autrice ne s’arrête pas aux élites locales et nationales. Le passionnant chapitre 5 est consacré à l’analyse d’un corpus de plus de deux cents lettres et pétitions envoyés par des citoyens, principalement des hommes blancs des classes moyennes et supérieures, à des élus, en soutien à la réforme durant l’année 1961. Cette approche par le bas lui permet d’identifier l’importance de l’anti-fiscalité et la prégnance du discours des « droits des contribuables », honnêtes et travailleurs, en opposition à des allocataires supposés paresseux et non méritants. De ces lettres ressort aussi la frustration d’une partie de la classe moyenne blanche. Sans se revendiquer déjà « conservateurs », leurs auteurs ne se retrouvent pas dans le républicanisme libéral : le malaise fiscal inspire un esprit de révolte et une volonté de passer à l'action, qui ne va pas encore plus loin que l’envoi de lettres. L’autrice est également attentive à l’interconnexion entre les élites du mouvement et sa base : les revues, clubs et organisations encouragent leurs adhérents à envoyer ces lettres aux élus pour faire pression. Les apports de l’ouvrage dans le champ du conservatisme sont donc doubles : d’abord, la mise en lumière d’un conservatisme urbain et suburbain dans le Nord, alors que les travaux se sont concentrés sur le Sud et l’Ouest ; ensuite, l’importance de l’affaire comme un événement fondateur dans la construction d’un « conservatisme respectable », d’où la place centrale qu’occupe l’opposition à l’assistance dans sa rhétorique.

5Cependant, l’étude ne délaisse pas les opposants africains-américains à la réforme, même si ces acteurs occupent une place moins centrale. Elle met en avant le travail de deux grandes organisations pour les droits civiques, plutôt associées aux classes moyennes et supérieures, la NAACP et la National Urban League (NUL), ainsi que de leurs alliés blancs, juristes proches du milieu universitaire. Celles-ci s’opposent à la réforme et défendent les bénéficiaires : ce sont elles qui lancent les procédures judiciaires. Plus largement, elles tentent de faire reconnaitre l’existence d’un racisme endémique au Nord, de même nature que celui du Sud mais codé différemment. La ségrégation raciale qui règne à Newburgh, que l’ouvrage décrit de manière synthétique, et la réforme en seraient les incarnations. En termes de politiques, ces associations et leurs alliés promeuvent une vision de « l’assistance comme droit civique » (145), plus favorable aux bénéficiaires. Tamara Boussac insiste sur le rôle de d’Elizabeth Wickenden, experte et lobbyiste (blanche) dans le domaine de la protection sociale, qui théorise l’existence de « droits constitutionnels des allocataires » (163) en 1962, et de Whitney Young Jr., travailleur social et militant des droits civiques en tant que président de la NUL. Participant aux commissions fédérales sur l’assistance, celui-ci défend ainsi une « citoyenneté nationale » de l’assistance, pour protéger le droit constitutionnel à la mobilité des pauvres, et le besoin d’apporter des réponses spécifiques à la pauvreté noire, dès 1961-1962. Ces passages du livre illuminent l’action précoce des élites noires et de leurs alliés, à travers une approche par le haut. Ils constituent un complément bienvenu à l’historiographie récente des luttes africaines-américaines dans le domaine de l’assistance, davantage centrée sur les mobilisations des femmes bénéficiaires (Welfare Rights Movement) à partir de la seconde moitié des années 1960. Cependant, malgré des succès judiciaires dans la reconnaissance des droits constitutionnels des allocataires, ces efforts échouent à endiguer la montée de la nouvelle gestion conservatrice.

6In fine, L’affaire de Newburgh est une grande réussite. Au-delà de ses qualités formelles, notamment une grande clarté, il approche de manière originale l’Etat-providence, à travers les effets d’un événement local à plusieurs échelles, pour proposer une relecture de son tournant disciplinaire. Cette mise en lumière de l’émergence précoce du workfare et son inscription dans une généalogie ancienne pourrait ouvrir la voie à des travaux interrogeant ses liens entre work relief des années 1930, travail dans les poorhouses du 19ème siècle, voire avec les régimes de travail forcé persistant dans le Sud après l’abolition de l’esclavage, comme le convict leasing, autrement dit à une investigation renouvelée des liens entre travail, assistance et contrôle social au niveau local. De même, son approche globale de la controverse montre les tentatives de contrôler à la fois les hommes noirs, par la mise au travail, et les femmes noires, par la restriction de leur sexualité et de leur place au sein des familles. Si ces sujets sont relativement balisés quand ils sont pris individuellement, l’articulation, ou les tensions, entre ces formes de contrôle, est plus novatrice et ouvre des perspectives intéressantes pour l’histoire de l’assistance. La méthode utilisée s’avère également féconde pour analyser la montée en puissance du mouvement conservateur et son opposition à l’assistance, du point de vue des élites comme de la base, ainsi que pour mettre en lumière le rôle souvent négligé des grandes associations noires dans la lutte pour les droits des bénéficiaires. D’un point de vue méthodologique, la manière dont l’autrice articule les interactions entre échelles micro et macro est stimulante, menée avec rigueur, de même que son utilisation de la sociologie des controverses. Son dialogue avec ce courant sociologique explique l’attention particulière de l’étude aux rôles des différents acteurs. Seul léger regret, la voix des premiers concernés, c’est-à-dire les femmes et les hommes noirs bénéficiaires de l’assistance, est peu présente, ce qui s’explique par des effets d’archives : leurs voix sont invisibilisées durant la controverse.

Top of page

Notes

1  Nadasen, Premilla. Welfare Warriors: The Welfare Rights Movement in the United States. New York : Routledge, 2004.

2  Voir notamment Wacquant, Loïc. Punir les pauvres : Le nouveau gouvernement de l’insécurité sociale. Marseille : Agone, 2004.

Top of page

References

Electronic reference

Quentin Lacombe, “Tamara Boussac. L’affaire de Newburgh – Aux origines du nouveau conservatisme américainMiranda [Online], 29 | 2024, Online since 19 April 2024, connection on 22 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/miranda/58602; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.58602

Top of page

About the author

Quentin Lacombe

Doctorant
Université Paris-Cité
quentin.lacombe@u-paris.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search