Skip to navigation – Site map

HomeIssues29RecensionsLaurence Cossu-Beaumont. Deux age...

Recensions

Laurence Cossu-Beaumont. Deux agents littéraires dans le siècle américain. William et Jenny Bradley, passeurs culturels transatlantiques

Lise Chenal
Bibliographical reference

Laurence Cossu-Beaumont. Deux agents littéraires dans le siècle américain. William et Jenny Bradley, passeurs culturels transatlantiques, Lyon, ENS Editions/Institut d’histoire du livre, 2023, ISBN : 979-10-362-0628-3.

Full text

1Dans cet ouvrage, préfacé par Jean-Yves Mollier, Laurence Cossu-Beaumont s’intéresse à l’agence fondée à Paris en 1923 par William et Jenny Bradley. L’auteure plonge dans un volumineux fonds d’archives jusqu’ici peu exploité et éclaté entre plusieurs structures — du Harry Ransom Center à Austin (Texas) jusqu’à l’IMEC près de Caen — dont on obtient un aperçu matériel dans le cahier d’illustrations qu’inclut l’ouvrage. Elle retrace la création de cette agence pionnière et le rôle que les Bradley ont joué dans l’émergence du métier d’agent littéraire à Paris, ainsi que dans le dialogue culturel transatlantique qui s’est noué entre France et Etats-Unis de l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1960.

2Le couple, lui-même transatlantique, a notamment œuvré à la publication de traductions françaises d’ouvrages états-uniens en France et vice-versa. Il a apporté son soutien à nombre d’auteurs états-uniens expatriés ou de passage en France et a pris une part active aux chaînes de sociabilité artistique de l’époque, new-yorkaises comme parisiennes. Comme l’annonce le titre de l’ouvrage, l’exploitation de ces archives mène l’auteure à réfléchir à la notion de « siècle américain » au prisme du rôle qu’ont joué les Bradley dans ces échanges transatlantiques. En mettant en lumière la réciprocité de ces échanges (malgré une asymétrie grandissante à partir des années 1950), leur densité et la multitude de personnes et d’institutions qu’ils sollicitent, l’auteure complique l’idée d’une influence hégémonique unidirectionnelle des Etats-Unis sur l’Europe au cours du 20ème siècle au profit d’une réflexion sur les circulations et les médiations entre les deux sphères culturelles.

3Le premier chapitre du livre retrace les parcours respectifs de William Aspenwall Bradley et Jenny Serruys avant leur mariage et la fondation de l’agence. Issue de la « haute bourgeoisie industrielle [franco-belge] férue des arts et des lettres » (34), Jenny parle parfaitement anglais et étudie la littérature en Angleterre. Elle apprend très jeune à évoluer dans le milieu mondain et cosmopolite des salons parisiens et s’y fait connaître comme traductrice. Après avoir fait partie des « anges blancs » durant la Première Guerre mondiale, Jenny rejoint une association qui travaille au sain divertissement des GIs en permission. William étudie, lui, à Columbia. Il y devient rédacteur en chef d’un journal littéraire et se forme aux techniques de la mise en livre. Homme de lettres accompli, il travaille ensuite pour de prestigieux journaux et maisons d’édition états-uniens avant de rejoindre « l’armée invisible » (43) de Newton Baker pour prendre part à des initiatives de lutte contre l’alcool et la prostitution dans les rangs de l’armée américaine. L’intérêt conjoint de William et Jenny pour la bonne morale des soldats américains contribue à leur rencontre à Paris en 1919.

4L’auteure établit ainsi d’emblée les circonstances transatlantiques de leur rencontre, fruit de leurs engagements respectifs dans la Grande Guerre. Elle esquisse la complémentarité de leurs parcours et de leurs réseaux, qui a indubitablement joué un rôle dans l’établissement et le succès de l’agence. Elle montre également comment Jenny et William, travaillant au sortir de la guerre à l’acheminement d’ouvrages en anglais aux soldats états-uniens démobilisés et à la pérennisation de l’American Library in Paris, ont pu les préparer au développement de leurs futures activités professionnelles.

5Le deuxième chapitre détaille comment les réseaux amicaux et personnels décrits en amont jouent à plein dans les débuts professionnels de Jenny et William. Le réseau de Columbia aide William à s’établir d’abord comme représentant parisien de deux maisons états-uniennes. L’ « entregent » de Jenny (63), qu’elle cultive en fréquentant des salons comme celui de Natalie Clifford Barney et en tenant elle-même salon, profite à William, qui y fait des rencontres du Paris artistique et politique des années 1920. Prenant l’exemple du soutien matériel et moral que le couple prodigue à Joyce, alors établi à Paris et désolé de la perte du manuscrit de Ulysses, Laurence Cossu-Beaumont révèle la place centrale qu’occupent les deux agents dans le réseau moderniste parisien et donne un exemple des qualités humaines et administratives dont savent faire preuve les Bradley dès leurs débuts. Ces qualités, qui contribuent à retrouver et achever le manuscrit, s’avèreront systématiquement indispensables pour la future agence. L’auteure montre également l’émergence du statut d’agent de William (inclusion de la « part de l’agent » dans son contrat avec Harcourt en 1921, 74) et les modifications qu’il apporte aux pratiques qui encadrent les échanges littéraires internationaux (passage de l’achat des droits des livres états-uniens au forfait à la mise en place de contrats avec à-valoir).

6Le chapitre suivant relit le « mythe de la Génération perdue » à l’aune des archives Bradley. Celles-ci offrent un aperçu de « la diversité de la colonie américaine » (89) du Paris des années 1920 et font état d’une « génération au travail » (90), moteur de l’effervescence artistique et entrepreneuriale de la capitale, ce que l’expression « Lost Generation » tend à occulter. L’auteure étend la notion d’ « agents doubles » (Christophe Charle), utilisée pour caractériser les fonctions occupées par certains acteurs du monde éditorial du 19ème siècle, aux rôles que remplissent les agents au début du 20ème siècle. Ce concept, ainsi que celui de « femmes- » et « hommes-frontières » (Laurent Jeanpierre), lui permet aussi de penser les activités de nombreuses figures de l’époque, comme Gertrude Stein ou Anaïs Nin, qui deviennent éditrices au cours des années 1930.

7L’auteure s’intéresse également aux divers rôles que servaient les salons dans l’entre-deux-guerres. Théâtres de rencontres entre acteurs venus de part et d’autre de l’Atlantique, ils s’inscrivent dans la lignée de la sociabilité intellectuelle héritée du siècle précédent tout en étant le cœur d’une « sociabilité professionnelle » (98) cruciale pour l’agence. Les salons permettent ainsi aux Bradley d’étendre leurs réseaux et d’être partie prenante de l’actualité littéraire internationale. L’auteure s’interroge subtilement sur le « cosmopolitisme de surface » (100) parisien de l’entre-deux-guerres au prisme des liens que les Bradley ont tissé entre des milieux sociaux et raciaux très différents, notamment lors de la fête organisée en 1929 pour le lancement de Banjo de Claude McKay, auteur de l’agence.

8Le point d’entrée du quatrième chapitre est l’idée selon laquelle Paris devient la « capitale éditoriale des mondes étrangers » (Jean-Yves Mollier) dans l’entre-deux-guerres. Les archives révèlent comment les Bradley ont joué un rôle majeur dans ce foisonnement d’ouvrages en aidant notamment des auteurs anglophones à publier leurs textes en anglais à Paris, contournant de fait la censure britannique (Lady Chatterley’s Lover de D.H. Lawrence) ou états-unienne (Tropic of Cancer de Henry Miller). La variété des maisons d’édition présentes dans les archives (d’Obelisk Press à Knopf) révèle l’étendue du réseau éditorial des Bradley et leur place centrale dans la vie artistique internationale d’alors. Pour Laurence Cossu-Beaumont, les archives étudiées appellent une lecture qui favorise les effets de réseaux et de collaborations, de « synergies », le tout dans un espace (trans)atlantique, plutôt qu’une « segmentation » contre-productive des groupes (126-127). Elle le montre en analysant les multiples entreprises littéraires du Paris lesbien, de Stein et Alice Toklas à Janet Flanner et Solita Solano, et les mises en réseau que font les Bradley pour le lancement de revues littéraires, comme transition du couple Jolas ou The American Spectator de Theodore Dreiser.

9Le chapitre suivant étudie la « dissémination transatlantique » (132) des œuvres à l’entre-deux-guerres. L’auteure tient compte des perceptions ambivalentes qui ont accompagné ce processus, à savoir l’émergence d’un antiaméricanisme en France et d’une critique du provincialisme français aux Etats-Unis. Son argumentaire détaille comment les Bradley ont pris part aux évolutions qui ont marqué l’espace culturel transatlantique à cette période. En se penchant sur les processus qui président aux transferts culturels au prisme des archives Bradley, l’auteure expose la façon dont le marché états-unien s’est ouvert ou fermé à certaines œuvres. Si le cas de la translation de l’œuvre de Stein, destinée aux Américains, vers les Etats-Unis offre un exemple frappant du fait que « l’ancrage ‘national’ et le déplacement vers l’étranger ne sont pas constitutifs des transferts culturels » (148), le succès phénoménal que rencontre initialement l’œuvre de Colette aux Etats-Unis engendre lui un effet de « saturation » (165) qui manifeste les résistances de l’espace international à la circulation des textes.

10Ce chapitre expose également quelques stratégies déployées par les Bradley à plusieurs niveaux du circuit éditorial pour faire publier leurs écrivains et augmenter les profits de ces derniers. L’auteure décrit aussi les tensions que peut créer un manque de confiance dans la relation auteur-agent (Stein, McKay), dévoilant la nature particulière de ce lien, « aux frontières du professionnel et du personnel » (132).

11Ce dernier aspect, ainsi que les ambivalences du milieu éditorial français envers les fonctions endossées par les agents aux niveaux international et national, font l’objet du sixième chapitre, consacré à la naissance de cette profession. L’étude des archives proposée par l’auteure se révèle particulièrement précieuse pour historiciser l’invention et la mise en place parfois difficile de pratiques, d’une « déontologie » (187) et d’un professionnalisme partagés par les agents, et reconnus par les autres acteurs du milieu éditorial au sein de l’espace Atlantique. L’auteure expose les multiples défis auxquels les Bradley font face dans des circuits souvent complexes. Ils doivent veiller à ne pas se faire évincer par des co-agents ou des éditeurs peu scrupuleux, à maîtriser les règles fiscales de l’espace Atlantique et à imposer leur taux de commission. Elle retrace aussi les compromis qu’ils acceptent parfois pour préserver certaines collaborations. Les archives incarnent ces tensions car elles recueillent des « accords très vagues et parfois contestables passés par le biais de lettres qui sont ensuite oubliées ou interprétées différemment » (202).

12La réflexion de l’auteure sur les missions plurielles des agents contribue à étoffer la notion de « passeur culturel », rôle qui ne peut être réservé aux seuls universitaires et gens de lettres. Son analyse des chiffres tirés des archives Bradley démontre en outre l’apport méthodologique d’une prise en compte des « pratiques de négociations, [des] réalités des enjeux financiers, [de] la complexité de la coordination entre auteur, éditeur et tous les intermédiaires possibles » (179) pour historiciser les fluctuations qui ont modelé le circuit du livre aux niveaux national et international.

13C’est sur l’année 1939, avec la mort de William Bradley puis le début de la Seconde Guerre mondiale, que s’ouvre le dernier chapitre. Les archives, qui attestent de l’activité certes réduite de l’agence, désormais pilotée par la seule Jenny, permettent à l’auteure d’établir que ce nouveau conflit mondial n’a pas été une « ellipse » (211) totale dans les échanges culturels à cette période, même si les paquebots transatlantiques restent à quai. Ce chapitre décrit minutieusement les effets de permanence (figures médiatrices, méthodes, réseaux) ainsi que les nouveautés qui émergent après 1945, telles la multiplication des négociations que mène l’agence dans la vente de droits pour des adaptations cinématographiques et télévisuelles (Gone With the Wind de Margaret Mitchell, The Talented Mr. Ripley de Patricia Highsmith), l’émergence de nouvelles générations d’auteurs (existentialistes, Richard Wright, James Baldwin) et la popularité grandissante de certains genres, dont le polar. Pour l’auteure, ces derniers, ainsi que la création de collections dédiées (Série Noire chez Gallimard), manifestent l’émergence d’un « goût pour la culture américaine » en France ainsi que « la reconfiguration du monde éditorial français par l’international et par les genres », un double processus auquel contribuent les Bradley (222).

14Au terme de cette riche réflexion, l’auteure propose de penser l’entre-deux-guerres comme une période qui a connu le « sacre des agents » (227). Son analyse patiemment chiffrée et très accessible montre en effet à quel point les agents, et en premier lieu les Bradley parce qu’ils étaient les premiers à s’établir en France, ont été des pivots indispensables dans les échanges culturels transatlantiques de l’époque et dans l’établissement des codes de la profession. En se concentrant sur ces figures pionnières, l’auteure participe au travail de mise en lumière des négociations commerciales décisives qui ont présidé à l’intensification des échanges littéraires transatlantiques du début du 20ème siècle. Elle contribue à montrer combien l’inclusion systématique des agents à une réflexion sur le circuit des échanges littéraires jette des éclairages captivants sur de multiples domaines de recherche, de l’histoire du livre à l’étude des transferts culturels en passant par la sociologie de la littérature. Comparant souvent les pratiques des premiers agents littéraires implantés en France à celles de leurs contemporains britanniques et états-uniens, cet ouvrage est indispensable pour penser les spécificités et les temporalités nationales qui ont accompagné l’essor de cette profession dans l’espace Atlantique, de même que les prolongements et les ruptures du milieu éditorial au cours du 20ème siècle.

Top of page

References

Electronic reference

Lise Chenal, “Laurence Cossu-Beaumont. Deux agents littéraires dans le siècle américain. William et Jenny Bradley, passeurs culturels transatlantiquesMiranda [Online], 29 | 2024, Online since 19 April 2024, connection on 22 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/miranda/58808; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.58808

Top of page

About the author

Lise Chenal

Doctorante
Université Paris Cité, LARCA
lise.chenal@ens-paris-saclay.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search