Skip to navigation – Site map

HomeIssues29RecensionsYohanna Alimi-Levy. La démocratie...

Recensions

Yohanna Alimi-Levy. La démocratie américaine et les révolutions françaises de 1830 et 1848

Guillaume Rodot
Bibliographical reference

Yohanna Alimi-Levy. La démocratie américaine et les révolutions françaises de 1830 et 1848, Paris, Sorbonne Université Presses, 2023, ISBN : 979-10-231-0656-5

Full text

1Les États-Unis entretiennent un rapport particulier avec les révolutions. Si l’une d’entre elles marque l’acte de naissance de la nation, l’opinion publique américaine semble rester circonspecte vis-à-vis de celles qui lui succèdent, à commencer par la Révolution française de 1789, qui reste souvent associée aux yeux du peuple américain de la première moitié du 19ème siècle aux exactions de la Terreur. Les historiens dits du consensus ont, vers le milieu du 20ème siècle, analysé cette attitude comme étant celle d’une nation qui redoutait la radicalité et adhérait uniformément aux principes du libéralisme. Par la suite, cette vision somme toute idéalisée fut remise en question, en particulier le caractère universel du soutien au libéralisme, mais aussi le mythe de révolution pacifique entourant l’accès à l’indépendance des États-Unis. L’historiographie contemporaine s’emploie depuis à démythifier plus largement l’histoire du premier siècle de la république américaine, dont la construction du récit a servi les ambitions politiques, économiques et territoriales des Américains.

2Une des méthodes employées à cet effet est le renouvellement de l’étude des récits nationaux à travers une perspective transnationale ; c’est le but de l’ouvrage de Yohanna Alimi-Levy, La démocratie américaine et les révolutions françaises de 1830 et 1848, consacré à la réception de ces deux révolutions françaises au sein de la société américaine. Dès l’introduction, l’autrice précise que son intention n’est pas de comparer les révolutions américaines et françaises, comme cela a pu être fait auparavant, mais bien « d’analyser les modalités selon lesquelles les Américains eux-mêmes ont pu comparer les événements révolutionnaires français et leurs conséquences avec leur propre révolution et leur propre système démocratique » (14). Afin de pouvoir mener cette analyse, l’autrice s’est plongée dans les journaux américains de l’époque, mais aussi dans les courriers diplomatiques, les discours de représentants politiques ou associatifs locaux, ou encore les productions artistiques d’époque, embrassant ainsi une tendance historiographique qui mêle macro-histoire et micro-histoire, dans le but de rechercher une plus grande fidélité historique mais aussi de proposer une analyse débarrassée autant que possible de biais idéologiques. Par ailleurs, afin de chercher à refléter de manière plus inclusive l’opinion publique de l’époque, l’autrice se penche plus particulièrement, dans la dernière partie de son ouvrage, sur la réaction de groupes sociaux minoritaires, abolitionnistes, féministes et associationnistes. L’ouvrage commence avec Tocqueville, et se termine aussi avec lui : entretemps, Mme Alimi-Levy aura montré que la vision tocquevillienne d’une société américaine consensuelle, uniformément attachée au libéralisme, est remise en cause par l’étude du retentissement américain des révolutions françaises de 1830 et 1848. Car l’intérêt majeur de cette analyse est de montrer en quoi les réactions américaines aux révolutions françaises illustrent les inquiétudes, les travers, les obsessions, les combats et les fiertés d’un peuple soucieux de sa force démocratique comme de son image internationale au cours de l’ère jacksonienne, bien souvent étudiée sous un angle exclusivement intérieur.

3L’étude est divisée en sept chapitres, et contient en annexe une chronologie comparée des États-Unis et de la France entre 1828 et 1848, ainsi qu’une bibliographie et un index. Le premier chapitre est consacré aux conditions matérielles de circulation de l’information entre l’Europe et l’Amérique au 19ème siècle. L’autrice nous rappelle à cette occasion l’importance fondamentale du trafic maritime à cette époque, seul vecteur susceptible de faire voyager les personnes comme les nouvelles d’un côté et de l’autre de l’Atlantique. Le délai entre un événement en France et sa réception en Amérique est d’environ deux mois et demi en 1830, élément dont il faut tenir compte dans l’analyse des réactions américaines à l’annonce de la révolution. Entre l’arrivée de deux navires, les éditorialistes comblent le manque d’information en produisant des articles d’analyse, des spéculations et des effets d’annonce dramatiques, qui ne sont souvent bien sûr que des conjectures, mais qui tiennent les lecteurs en haleine. L’intervalle se réduit toutefois au cours du siècle, et l’invention des navires à vapeur accélère la circulation de l’information : la nouvelle de la révolution de 1848 se répand bien plus rapidement. L’étude des conditions de la réception des révolutions françaises du 19ème siècle permet également à l’autrice d’évoquer l’essor et la transformation de la presse à l’ère jacksonienne, ainsi que le formidable vecteur d’opinion qu’elle représente. Si la révolution de 1830 est largement relayée aux États-Unis par des journaux partisans, encore affiliés aux instances politiques, et s’appuyant sur des sources françaises et britanniques pour informer sur ce qui se passe en Europe, la révolution de 1848 est quant à elle rapportée dans un contexte bien différent. Les penny papers, journaux populaires indépendants, disposent souvent de correspondants à l’étranger qui leur fournissent des informations de première main. Plus singulièrement peut-être, les annonces des révolutions françaises se traduisent aussi par la tenue de manifestations publiques, discours, fêtes, parades, qui semblent montrer un certain engouement populaire.

4Les raisons de cet engouement sont expliquées dans les chapitres suivants : les révolutions françaises de 1830 et 1848 sont présentées par la presse comme des opportunités pour les Américains de célébrer et revisiter leur propre héritage révolutionnaire. La révolution de 1830 fait plus particulièrement l’objet des chapitres 2, 3 et 4. Le deuxième chapitre est consacré aux opinions positives concernant la révolution de Juillet, souvent présentée aux États-Unis comme l’acte de résistance d’un peuple face aux décisions iniques de son monarque, Charles X. L’autrice cherche à démontrer que l’intérêt des Américains pour la révolution de 1830 et leur empressement à la défendre ou la justifier tient au parallèle qu’ils établissent entre les éléments déclencheurs de la révolution en France identifiés par leurs soins et ceux qui ont mené à la Guerre d’indépendance en 1776. Les journalistes et leaders d’opinion américains envisagent la révolution de 1830 comme le moyen de « rappeler l’importance du principe de souveraineté populaire » (151), sujet d’importance dans une république où la question de l’étendue du droit de vote est d’actualité. Ainsi le traitement des révolutions françaises est un moyen, et parfois un prétexte, pour réaffirmer la force des institutions américaines issues d’une révolution fondatrice. Il s’agit pour les journaux de présenter les causes des événements français comme une justification du modèle politique des États-Unis, garant des libertés fondamentales niées par le régime monarchique français. Ainsi l’Amérique s’érige-t-elle en parangon de la vertu républicaine, et entend jouer un rôle de modèle pour les autres nations soucieuses de changer de régime.

5Mais la révolution de 1830 n’est pas universellement saluée aux États-Unis ; elle est aussi instrumentalisée par les adversaires du président Jackson. Le troisième chapitre se penche sur le parallèle fait par certains entre le nouveau roi des Français, Louis-Philippe, et Jackson, accusés tous deux d’abus de pouvoir et d’ « agissements inconstitutionnels » (183), notamment vis-à-vis du « spoil system », qui récompense les fidèles du pouvoir en leur attribuant des postes clés, semblable au « marchandage des postes » pratiqué par Louis-Philippe. Si les whigs déplorent les comportements jugés despotiques des dirigeants français et américains, sans surprise, les démocrates voient la révolution de 1830 comme une victoire contre une aristocratie semblable à celle que Jackson a combattue. Plus largement, la révolution de 1830 sert aussi à alimenter les discussions sur l’avenir de l’Union des états américains. Lors de la crise de la nullification en 1832, les élus sudistes invoquent la révolution française de 1830 afin de dénoncer la « tyrannie » des états en général, et du Congrès américain en particulier.

6Le quatrième chapitre porte quant à lui sur la vision qu’a le monde ouvrier de la révolution de Juillet. L’autrice note à ce sujet la concomitance de l’émergence du mouvement des Travailleurs et de la révolution de 1830 : les ouvriers fondent une partie de leur discours contestataire sur les revendications exprimées par le peuple français. Ce sont les abus de pouvoir et les positions monopolistiques que les ouvriers dénoncent, pas tant un régime politique en soi : ils critiquent donc tout régime qui autorise ce genre de dérives, républicain ou monarchique. En cela estiment-ils que les révolutionnaires français ont des revendications communes aux leurs ; ils peuvent donc se sentir proches des Français bien qu’ils ne vivent pas sous le même régime. La révolution de 1830 accompagnerait donc l’émergence d’une conscience de classe internationale, qui prendra véritablement corps en 1848.

7La révolution de 1848 fait l’objet des chapitres 5, 6 et 7. Cette fois-ci, une république est instaurée en France, raison de plus pour que les États-Unis saluent l’événement. La réaction des Américains est dépendante d’enjeux politiques et sociaux fondamentaux, à commencer par l’esclavage. Alors que le Royaume Uni, et maintenant la France, l’ont aboli, les États-Unis se retrouvent dans une position délicate : ils entendent conserver l’image d’un pays à la pointe de la modernité démocratique, et qui se présente comme un modèle, quand le maintien de l’esclavage les met indéniablement en porte-à-faux. On voit donc dans le cinquième chapitre l’opinion américaine sur un fil à l’occasion de la révolution de 1848, jonglant entre l’approbation d’une nouvelle république « sœur » et le rejet de l’universalité du principe d’égalité. Certains groupes contestataires s’engouffrent dans la brèche ouverte par l’adoption de la nouvelle république française pour dénoncer la criminelle hypocrisie des institutions américaines, où la liberté et l’égalité paraissent être des concepts à géométrie variable. Ainsi, certains élus entendent, dans le texte de la déclaration de soutien au nouveau gouvernement français débattue au Congrès, saluer l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises. Ils entendent ainsi alimenter le débat sur sa survivance dans leur pays, d’autant plus vif après la fin de la guerre avec le Mexique et la question de l’extension de l’esclavage aux nouveaux territoires. Rien ne sera finalement précisé au sujet de l’abolition dans le texte final. La révolution de 1848 illustre donc la polarisation croissante de l’opinion américaine sur des sujets sociaux brûlants.

8D’autres questions font s’interroger les Américains sur l’accueil à réserver à la nouvelle république française, en particulier au vu de la répression dont le nouveau régime use face à la protestation populaire. Le modèle américain est-il exportable à l’étranger ? Le sixième chapitre explore l’enjeu idéologique de la révolution de 1848, et l’on constate à nouveau l’importance du délai, certes moindre à cette époque, entre les événements et leur réception outre-Atlantique. Si la presse salue de manière globalement positive l’annonce de la proclamation de la nouvelle république française, l’arrivée de nouvelles plus détaillées en provenance de France concernant la situation sociale amène la presse à plus de circonspection, tant à propos des soulèvements populaires, comme ceux qui suivent la fermeture des Ateliers nationaux fournissant du travail aux plus pauvres, que dans la répression de ces soulèvements. On voit ainsi certains organes de presse, soutiens américains des Britanniques, instrumentaliser la violence politique du nouveau gouvernement français pour critiquer les manquements de la nouvelle république, et en filigrane soutenir les régimes monarchiques. Quant à la presse sudiste, elle critique ouvertement le nouveau gouvernement français parce qu’il a mis fin à l’esclavage. Les whigs du Nord, fédéralistes, estiment quant à eux que les mesures sociales des premiers jours de la nouvelle république illustrent la tyrannie d’un peuple qui veut se débarrasser de ses élites. Enfin, 1848 étant une année électorale, chaque camp cherche à récupérer la révolution de 1848 à son profit, en s’identifiant au peuple français s’affranchissant d’un pouvoir abusif.

9Dans le septième et dernier chapitre, l’autrice se penche plus particulièrement sur ce qui constitue l’angle mort de l’opinion publique, les groupes minoritaires. Les abolitionnistes d’abord, qui voient, on s’en doute, dans la révolution de 1848 l’occasion de critiquer la république américaine, hypocrite et arriérée face à une république française qui, à peine proclamée, abolit l’esclavage dans ses colonies. Cet événement met cruellement en lumière le fait que les républiques ne sont pas nécessairement synonymes de liberté inconditionnelle. Frederick Douglass estime quant à lui que l’accueil mitigé d’une partie de la population reflète la mainmise des intérêts du système esclavagiste sur les institutions américaines. Les abolitionnistes américains comptent ainsi sur la décision de la France pour faire avancer leur cause dans leur propre pays. Le second groupe minoritaire étudié dans ce chapitre est celui des féministes. L’autrice suggère que les déconvenues des militantes féministes françaises pour l’égalité (la nouvelle république les exclut des droits civiques) amènent les militantes américaines à reconfigurer leur lutte. Présentes au sein du mouvement abolitionniste, elles estiment que leur cause et celle des esclaves doivent être menées séparément, car l’accès à la pleine citoyenneté peut être acquis pour un groupe social et rester inaccessible à un autre. La révolution de février 1848 en France aurait ainsi pu avoir une influence sur la tenue de la première convention pour les droits des femmes à Seneca Falls en juillet 1848. Le dernier groupe minoritaire à faire l’objet d’une analyse spécifique est celui des associationnistes, courant socialiste américain issu des théories du français Charles Fourier. Alors sur le déclin, le mouvement associationniste connaît un sursaut grâce à la révolution de Février, que certains dirigeants du mouvement estiment inspirée par les principes de Fourier. C’est pour eux, pensent-ils, l’occasion de rebondir en se saisissant des enjeux sociaux amenés par la révolution pour « favoriser la prise de conscience de classe des travailleurs dans leur pays » (407). En cela ne choisissent-ils de considérer que certains aspects de la révolution, ceux qui relèvent du rapport au travail.

10En tout état de cause, comme le précise l’autrice dans la conclusion, les révolutions françaises de 1830 et 1848 fournissent idées et symboles à divers groupes sociaux aux États-Unis, groupes aux objectifs souvent différents. Ils s’approprient et instrumentalisent divers éléments, parfois les mêmes, les utilisant en fonction de ce qui servira au mieux leurs intentions et leurs principes. D’une manière générale, l’ouvrage est convaincant et montre une très bonne connaissance des courants historiographiques et de leurs orientations. Il s’appuie sur un corpus solide, varié et exigeant. L’autrice cherche à prendre en compte et répertorier tous les éléments susceptibles d’appuyer ou d’éclairer sa démarche, et ce de manière systématique, notamment en ce qui concerne les sources permettant de déterminer la nature de l’opinion publique américaine de l’époque à travers les journaux. On notera également un souci pédagogique évident : Mme Alimi-Levy inscrit son travail dans un contexte historique, social, politique et technologique qu’elle explique et illustre très clairement. La source majeure des opinions exprimées sur les révolutions françaises provient essentiellement, mais pas exclusivement, de la presse ; peut-être aurait-on pu élargir le spectre de ces opinions en se penchant sur les écrits privés, correspondance et journaux intimes de personnages importants, qui auraient pu venir appuyer certaines idées. On pense par exemple à une lettre qu’envoie Emerson à son épouse en mai 1848 alors qu’il est en France, dans laquelle il associe lui aussi les événements français au fouriérisme, et estime que la France est prête à devenir un phalanstère (voir lettre d’Emerson à Lydia Jackson Emerson, 24 et 25 Mai 1848, The Letters of Ralph Waldo Emerson, Ralph L. Rusk (éd.), vol. 4. New York: Columbia University Press, 1966, p 76-77). On pense également à la lettre de Margaret Fuller dans laquelle elle dit elle aussi, alors qu’elle est correspondante de presse en Europe, voir l’esprit de Fourier dans les événements de 1848 (voir lettre de Margaret Fuller à Mary Rotch, 29 mai 1848, Letters of Margaret Fuller, Robert N. Hudspeth (éd.), vol. 5. Ithaca: Cornell University Press, 1988, p. 71). À propos de Fuller, l’autrice écrit que « c’est lorsqu’elle se rend en Europe que Margaret Fuller, correspondante pour le New York Tribune depuis 1846, fait la connaissance de Pauline Roland, de George Sand et de Charles Fourier » (381). Or, elle est familière des thèses de Fourier (1772-1837) dès 1843 : elle mentionne le mouvement « arômal » qui fait partie du système du Français, qu’elle appelle « the French sage », dans Summer on the Lakes, écrit en 1843 et paru en 1844. Les écrits de Fourier circulent au sein du cercle transcendantaliste dès 1843 grâce à Albert Brisbane, qui prête volontiers des ouvrages du socialiste français à Emerson, Fuller ou Brownson, mais aussi grâce à Hugh Doherty, responsable de la publication London Phalanx. On notera enfin que les liens établis entre les milieux féministes ou associationnistes et la révolution française de 1848 bénéficieraient par endroits de l’ajout d’éléments soutenant plus directement l’idée d’une influence spécifique des événements français sur les mouvements américains. Ces remarques n’enlèvent toutefois rien à la qualité de cette étude, qui constitue un ajout original et pertinent aux études transnationales sur la civilisation américaine au 19ème siècle.

Top of page

References

Electronic reference

Guillaume Rodot, “Yohanna Alimi-Levy. La démocratie américaine et les révolutions françaises de 1830 et 1848Miranda [Online], 29 | 2024, Online since 19 April 2024, connection on 22 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/miranda/58998; DOI: https://doi.org/10.4000/miranda.58998

Top of page

About the author

Guillaume Rodot

Docteur en civilisation américaine
guillaumerodot@gmail.com

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search